Actualités Enfants

  • la Kids-ID doit se déplacer avec l'enfant rappelle le ministre

    Lien permanent

    La carte Kids-ID est la carte d’identité pour les enfants belges de moins de 12 ans. La délivrance du document se fait à la demande de la personne ou des personnes exerçant l’autorité parentale sur l’enfant (ou parent d’accueil ou responsable de l’institution d’accueil à qui l’enfant a été confié).

    Voyage en Europe

    La Kids-ID n’est pas obligatoire, sauf pour voyager au sein de l’Union européenne si l’enfant n’a pas de passeport.

    Lorsque les parents sont divorcés, cette carte pose parfois problème. C’est le sénateur Peter Van Rompuy (CD&V) qui a interrogé le ministre De Crem à ce sujet. Il lui suggérait de pouvoir disposer d’un deuxième exemplaire de cette carte. « Pour les services communaux, le problème se pose chaque année. Le fait de ne pas disposer d’un second exemplaire de Kids-ID est source de grand stress pour de nombreuses familles. Offrir aux parents la possibilité de demander un second exemplaire auprès des services communaux permettrait de résoudre ce problème. Il faudrait toutefois prévenir toute forme d’abus, comme les rapts parentaux ».

    Pour le ministre De Crem, « le problème est bien connu du SPF Intérieur ». Cependant, il n’est pas question de délivrer deux Kids-ID par enfant. « Comme pour les adultes, chaque titulaire d’un document d’identité ne peut être porteur que d’un seul document en cours de validité, ceci pour garantir une identification correcte, unique et permanente de chaque citoyen ».

    Instruction du ministre

    Une photocopie de la Kids-ID ? Le ministre n’est pas pour non plus. « La production d’une photocopie de la carte d’identité est à proscrire », dit le ministre. « Car le système de photocopie comprend des risques de falsification ».

    N’ayant pas une solution miracle à sortir de son chapeau, Pieter De Crem se limite à des recommandations. « J’ai donné instruction à mes services d’informer correctement les parents sur leurs devoirs. Comme d’autres documents officiels, la Kids-ID doit se déplacer d’un parent à l’autre avec l’enfant. Le parent qui a fait la demande de Kids-ID n’a pas le droit de la retenir ».

    Médiateur ou justice

    Il insiste : la commune n’a pas à intervenir dans le différend entre les parents. Tout au plus, peut-elle inviter les parents à en référer à un médiateur familial, voire à la justice via une procédure d’urgence (référé).

    La seule concession faite par le ministre est celle-ci : « Il est possible d’obtenir auprès de sa commune, dans un consulat ou chez un notaire, un document attestant que la personne concernée est titulaire d’un passeport ou d’une carte d’identité. »

    Avec quel impact sur le policier qui contrôlera les documents à l’aéroport ? On pose la question mais nous n’avons pas la réponse.

    FRANÇOISE DE HALLEUX

    Pour éviter les rapts parentaux: prévenir l’autre parent

    La Kids-ID ne peut être délivrée que par la commune où l’enfant est inscrit au registre de la population. Pour éviter tout abus, le préposé vérifie l’identité de l’adulte qui accompagne l’enfant et s’il a bien l’autorité parentale sur l’enfant. Mais ça ne résout pas tout puisque la plupart des parents divorcés exercent en général tous les deux l’autorité parentale. La commune n’a pas le pouvoir de refuser le document à un parent qui n’aurait pas la garde principale, sauf si l’autre parent a notifié ou motivé par écrit son opposition à la délivrance du document d’identité. Cette opposition doit être étayée par un jugement ou un p.-v.

    Quoi qu’il en soit, par prudence (risque d’enlèvement parental), il est demandé aux communes d’adresser une notification à l’autre parent, dans les 3 jours suivant la demande de la Kids-ID. Ce qui laisse le temps au parent prévenu de réagir puisqu’il faut 2 à 3 semaines pour délivrer le document.

    « La même prudence est de mise pour un départ définitif à l’étranger ou si la commune a connaissance d’incidents antérieurs », indique le ministre De Crem.

    F. DE H.

    Source 

  • Faire classe dans les bois, c’est tout bénéfice pour les enfants !

    Lien permanent

    Dans nos écoles fondamentales, les élèves semblent avoir de plus en plus de difficultés à rester statiques. Souci : les apprentissages se font encore souvent assis sur des chaises, face au tableau. « Un enfant âgé entre 6 et 11 ans passe en moyenne six heures sans bouger sur le banc de l’école, et deux heures de plus devant les écrans, alors qu’une activité de 90 minutes est absolument nécessaire à sa bonne santé », explique l’étude de l’UFAPEC. Il n’en faut pas plus pour poser la question de l’évolution de notre enseignement.

    L’idée de faire « classe dehors » s’est déjà imposée au Danemark, en Suède, en Allemagne ou en Suisse. Céline Teret, donne des chiffres dans le magazine « Symbioses » : en Suède, les écoles basées dans la nature ont émergé dans les années 80 et représentent aujourd’hui environ 15 % des classes élémentaires. Elles sont subventionnées par l’État.

    Plus que des classes vertes

    En Belgique, les enfants ont déjà l’occasion d’être au contact avec la nature, grâce à des initiatives ponctuelles telles les classes vertes et de dépaysement. « Les classes du dehors » qui sont des sorties journalières, voire hebdomadaires ou régulières, et qui font partie intégrante du projet de l’école, font figure d’exception. « Pour certains enseignants, cela peut paraître un peu plus dangereux que de faire classe à l’intérieur », relève l’étude de l’UFAPEC.

    « Dangereux » pour le prof qui n’est pas formé à cela (ce n’est pas enregistré dans tous les programmes de formation des futurs enseignants du fondamental) et qui va devoir composer avec une certaine incertitude. « Certains enseignants craignent que cela leur prenne plus de temps de préparation, que cela demande plus d’organisation (…) Ils ont aussi peur de ne pas être à la hauteur », note l’étude. « Cela demande aux écoles de dégager du temps et de mettre à disposition suffisamment de personnes pour encadrer et accompagner les enfants. Toutes les écoles n’ont pas la chance d’avoir des enseignants motivés ou formés. »

    « Dangereux » pour certains parents qui pensent qu’en faisant classe dehors, on se salit, on revient parfois avec des tiques, on apprend moins bien et on prend du retard pour ses études.

    Qu’à cela ne tienne, dans son mémorandum 2019, l’UFAPEC encourage les dynamiques pédagogiques variées : « Chaque élève apprend différemment et les apprentissages peuvent être abordés de manières très différentes. Aux pédagogues de penser, d’imaginer et de proposer, à côté des méthodes « classiques », des chemins d’apprentissage renouvelés ».

    Le vrai défi

    À l’heure où les enjeux environnementaux sont criants, conclut-elle, certaines écoles sont à l’affût des innovations qui permettront aux élèves d’être davantage au contact de la nature et de la respecter. « Ces classes du dehors ont des répercussions positives sur la santé physique, mentale des enfants et sur leurs apprentissages (…) Qu’ils soient pratiques, concrets, ludiques et amusants, cela devrait devenir un défi de tous les instants. »

    DIDIER SWYSEN

    source 

  • Anne Frank , une histoire d'aujourd'hui du 4 mai au 22 mai 2019

    Lien permanent

    ann2.jpg

  • Visite des réserves naturelles de Nandrin Samedi 20 avril 2019

    Lien permanent

    Samedi 20 avril

    Visite des réserves naturelles de Nandrin

    RONCINE et LA FALIE

    Comme prévu, ce samedi, dans le cadre de la fête de la nature, nous découvrirons les réserves naturelles de Nandrin.

    Rendez-vous à 9h45 au local du club nature (rue Bouhaye n°36) ou à 9h55 à l’entrée du tige des Fossettes à Fraineux. Avec Frédéric, nous partirons découvrir la réserve de Roncine, ses mares, son ruisseau, ses sources et ses habitants.

    A 11h, nous reprendrons les véhicules pour rejoindre la toute récente réserve de La Falie. Nous serons sur place entre 11h15 et 11h30, rue des Martyrs. Nous y découvrirons les toutes premières plantes qui ont élu domicile sur le coteau calcaire, fraichement dénudé. Nous participerons activement aux premiers travaux de gestion en ensemençant le site avec des graines de fleurs indigènes, inféodées au milieu.

    Fin de l’activité prévue vers 12h30.

    Inscription obligatoire : eloypaul@gmail.com

  • L’école communale de Nandrin va bannir les PMC et privilégier les collations non emballées

    Lien permanent

    Les poubelles disparaissent des cours de récréation, place au « zéro déchet »

    Le 15 mars dernier, l’école communale de Nandrin organisait une journée zéro déchet. Pauline, Romane et Aurore, élèves en 5e année à Villers-le-Temple, ont constaté une nette différence dans la quantité de déchets à l’école et sont allées trouver le directeur pour lui demander de poursuivre dans cette voie. « Elles souhaitaient qu’on passe tous à la gourde et qu’on continue à diminuer la quantité de déchets », revient Yves Melin, directeur des deux implantations communales.

    Le directeur et le corps enseignant ont donc décidé d’embrayer.

    Dès la rentrée, le 23 avril, les poubelles bleues seront bannies de l’école, tous les jours. Plus possible dès lors d’apporter ses canettes, petits jus en berlingot ou bouteilles en plastique, à moins de les rapporter chez soi en fin de journée… « J’ai demandé à l’IDEN (Intercommunale de Distribution d’Eau de Nandrin, Tinlot et environs) d’équiper nos écoles de fontaines à eau », ajoute le directeur.

    En parallèle, l’école va organiser une journée zéro déchet chaque vendredi. Concrètement, cela signifie que les parents sont invités à glisser un fruit dans la mallette plutôt qu’une collation emballée. « En maternelle, c’est une habitude bien instaurée. Elle se perd malheureusement en primaire. Nous souhaitons la réinstaurer pour produire moins de déchets. » Les emballages apportés à l’école devront être rapportés chez les parents. Cela ne déplace-t-il pas le problème ? « Si, mais nous souhaitons faire prendre conscience aux parents qu’il y a moyen de donner d’autres collations aux enfants, de changer les habitudes de consommation. Nous souhaitons y aller progressivement, pour ne brusquer personne », répond le directeur.

    À la fancy-fair de l’école, les gobelets réutilisables vont faire leur apparition et les chips seront remplacées par des pâtisseries « maison ».

    L’objectif est de devenir une école zéro déchet à la rentrée de septembre.

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

  • L’école libre Saint-Martin, à Nandrin « zéro déchet »

    Lien permanent

    Une quantité de déchets divisée par 4 à St-Martin!

    L’école libre Saint-Martin, à Nandrin, entre pour sa part dans sa troisième année « zéro déchet ». Concrètement, les enfants reçoivent un fruit de l’école une fois par semaine, et sont invités les autres jours à apporter une collation sans emballage dans une boîte. Les gourdes sont aussi de mise, et des fontaines à eau ont été installées par le comité de parents.

    Il n’y a carrément plus de poubelle du tout à Saint-Martin, dans la cour de récréation mais aussi dans la plupart des classes. « Nous avons par contre mis des seaux à compost pour recevoir les restes de légumes et de fruits », précise le directeur, Paul Eloy. « Il reste quelques petites poubelles dans certaines classes et les sanitaires pour recevoir les mouchoirs en papier. »

    De la sorte, l’école a vu sa quantité de déchets divisée par… quatre ! «En 2011, nous en comptions 3.409,5 kg, en 2018 nous sommes tombés à 790,5 kg », chiffre le directeur.

    Le concept est inscrit dans le projet d’établissement depuis 2015 mais les efforts se sont accentués au fil des années, jusqu’à bannir tout emballage. Comment ont réagi les parents ? « Au début, cela a été compliqué. Aujourd’hui, 99% des parents ont compris le principe, nos raisons, et veulent agir pour la planète. On est contents quand on voit que certains élèves qui venaient auparavant avec des « mauvaises » collations, apportent à présent des biscuits ou des petits gâteaux maison. Tous les parents n’ont évidemment pas le temps de faire eux-mêmes les collations mais beaucoup achètent différemment : ils vont chercher des gâteaux ou biscuits en grande quantité et les répartissent sur toute la semaine », félicite Paul Eloy.

    Saint-Martin récupère aussi les piles, les batteries, les bouchons, les cartouches d'imprimantes pour les recycler. Une partie des déchets génère un petit bénéfice pour l’école.

    Par A.G.

    Source 

     

  • Il reste de la place à la nouvelle crèche à l’Athénée d’Ouffet

    Lien permanent

    Cette crèche était souhaitée par la directrice de l’Athénée. Il a fallu 2 ans pour qu’elle soit mise en place : « Il y a eu une collaboration avec les élèves de menuiserie de l’école, de maçonnerie de Verviers et de l’Institut Saint-François pour le logo », précise Sylvia Beaumont. L’équipe de l’ASBL est composée de 4 puéricultrices, une assistance sociale et d’une infirmière de base. La crèche profite des infrastructures de l’Athénée et des clôtures viendront prochainement sécuriser un peu plus les lieux. Mais, il y a une volonté de s’ouvrir au niveau communal et attirer des gens de partout dans la région.

    Différentes activités sont au programme pour les petits bouts, âgés jusqu’à 3 ans : « Nous travaillons les cinq sens, proposons des activités avec les maternelles comme une immersion. Par exemple, les petits ont participé au carnaval avec les classes de maternelles. Concernant les repas, nous mettons en place le circuit court et bio ». L’inauguration du « Nid douillet d’Ouffet » se déroulera le 3 mai prochain à partir de 17h30.

    PAR MAXIME GILLES

     

    Source 

  • Les forains voudraient installer un parc permanent

    Lien permanent

    L’année dernière près de 50.000 personnes ont fréquenté la soixantaine de manèges rassemblés au port de Statte du début octobre à la mi-novembre, à l’occasion de la foire à 1 euro. Un succès grandissant qui a incité les forains à imaginer un projet plus important : installer un parc permanent au même endroit : « Le principe serait le même que pour la foire, c’est-à-dire que chaque attraction serait accessible pour 1 euro » détaille Carine Schweig. La foraine est emballée par l’idée de parc permanent : « Si nous obtenons le feu vert, nous sommes prêts ! Les manèges seront assez nombreux, même en période de fêtes foraines. On pourrait imaginer un roulement au sein des attractions. Nous sommes d’accord de nous mettre autour de la table avec la Ville pour discuter d’une location du terrain. Pour le développement touristique de Huy ; ce parc permanent serait un fameux plus ! » Carine Shweig fourmille d’idées : « On pourrait même imaginer le passage d’un petit train touristique (sur route) qui emmènerait les visiteurs du parc jusqu’au centre-ville et inversement. Il y a de nombreuses possibilités. »

    « L’accord du port autonome »

    Précisément, dans sa déclaration de politique communale, le Collège a annoncé sa volonté de faire une zone de loisirs au port de Statte, avec l’aménagement de haltes fluviales, pour que les bateaux puissent s’arrêter facilement et d’un espace destiné aux mobile-homes. Ce projet est-il compatible avec la foire à 1 euro ? Voire avec le projet d’aménagement du parc permanent à Statte ? Ce sont les questions qu’a posées Grégory Vidal (Défi) lors du conseil de mardi soir. « Nous tenons à cette foire comme de nombreuses personnes, il faut les soutenir » a-t-il souligné.

    Le bourgmestre a répondu que, dans l’immédiat, il n’y avait en tout cas pas d’opposition à ce que la foire à 1 euro perdure à cet endroit, qui reste la propriété du port autonome de Liège. « La foire à 1 euro on y tient. C’est un projet social qui participe au développement de la ville » a déclaré Christophe Collignon (PS). Pour le projet de parc permanent, par contre, rien n’est encore décidé. « Nous ne voulons en tout cas pas à cet endroit d’une activité industrielle comme cela a déjà été envisagé par le passé. Pour le reste, il faut obtenir l’accord du port autonome et analyser le projet. Il est trop tôt pour se prononcer. Il faut étudier les législations en vigueur pour ce type de matière ; l’éventuel impact sur le quartier… Je ne suis pas fermé à la réflexion, mais tout reste à étudier… »

    Article de AURÉLIE BOUCHAT

    Source 

  • Jasez-vous le 6 avril 2019 de 14h30 à 16h30

    Lien permanent


    Samedi 6 avril : de 14:30 à 16:30

    Jasez-vous
    Jasez-vous ! c’est du Swing-Musette … du Jazz … en français, inspiré par des classiques des années 30 et 40 qui sont repris et revisités. Des chansons qui racontent une histoire et parlent de l’Amour, de la Vie et même du Désamour, tout cela vu avec des yeux enfantins et sans aucun filtre.
    Jasez-vous ! assume aussi quelques compositions personnelles qui ont un petit goût pour l’impertinence !
    Curieux ? … Venez donc les écouter !
    Le concert s’adresse aux parents ayant des enfants avertis et éveillés. Vous allez aimer voir et entendre Frank et Melina vous livrer leur interprétation d’un swing qui met le sourire aux lèvres !

    Melina Musso : chant, guitare basse et espiègleries
    Frank Musso : chant, guitare, grosse caisse et grimaces

    Dans le cadre du projet Eclos(i)ons
    A partir de 5 ans

    Au Centre Culturel d’Engis – rue du Pont 7 – 4480 Hermalle-sous-Huy
    PAF : 6 € / 1,25 € (art.27)
    Infos et réservations : 085 82 47 60 ou www.ccengis.be/reservation
    Où :Centre Culturel d'Engis
    Rue du Pont, 7
    4480 Engis
    Téléphone :085 82 47 60 - Réservation préférable
    Tarif :6 € / 1,25 € (art.27)
    Public :de 5 à 18 ans
    Internet :http://www.ccengis.be

     

    Source 

     

  • Harcèlement en milieu scolaire proposé par le centre de jeune ASF d' Aywaille

    Lien permanent

    5 harc.jpg

    c'était  samedi 30 mars 2019 à 20h le centre de jeunes ASFd Aywaille .

    Conférence débat sur le harcèlement .

    Spectacle avec danse et la chanson de Soprano .

    Des parents et victimes ont eux un temps de parole afin d'exprimer leurs souffrances, témoignages .

    Infos et photos de Laetitia C pour le Blog 

    2har.jpg

    3harc.jpg

    4harc.jpg

    6 harc.jpg

     

     

     

  • Déjà la 33e saison pour le parc d’attractions de la Sarte

    Lien permanent

    Véritable institution pour la région hutoise, le célèbre parc ouvre ses portes pour l’année 2019. De nouvelles attractions seront proposées aux visiteurs.

    Derniers coups de peintures, dernières retouches, derniers réglages. Le Mont Mosan, situé Plaine de la sarte se prépare à accueillir les visiteurs dès ce samedi 30 mars : « On s’active pour être prêt car nous avons beaucoup de choses à vérifier pour l’ouverture. Aujourd’hui, nous sommes une bonne quinzaine à travailler. Et c’est loin d’être fini », explique Christophe Dosogne,

    responsable du personnel, et travaillant au parc depuis plus de quinze ans. « Au mois de novembre, les nouveaux emplacements ont été décidés, les aménagements pensés et là nous sommes sur le qui-vive », ajoute-t-il. Au niveau des attractions, les valeurs sûres sont de la partie : le tonneau, présent depuis l’ouverture et auquel les gens sont attachés, le Dino-land lancé l’an passé et sa grande roue pour petits et grands, le petit train, le cinéma 9D.

    Mais les stars restent évidemment les animaux : Wallabies, Ouistiti, le Mara, les phoques, les manchots, suricates… Et les otaries : « Des gens viennent exclusivement pour voir le spectacle. Chaque année, c’est notre plus grand succès. Ce qu’aiment les spectateurs, c’est aussi la proximité avec elles. Après la représentation, ils peuvent les caresser au bord de l’eau », se réjouit Jean-Marie Van Berg, le directeur du parc. PLUS DE 80.000

    VISITEURS L’AN PASSÉ

    Cette saison sera la 33ème pour le Mont Mosan, une belle longévité, possible avec les changements apportés au fil du temps : « Au début, ce n’était qu’une plaine de jeu. Et nous avons apporté des modifications qui ont permis au parc de grandir chaque année, un peu plus », se rappelle Jean-Marie. Ce samedi correspond à la 33ème saison pour le Mont Mosan. 33 saisons et toujours le même stress : « Il faut s’assurer que tout est en ordre, que l’offre corresponde aux visiteurs ».

    Pour se faire, quelques nouveautés : Bateau Pirate, un toboggan à tapis ou encore des appareils fitness pour adultes. Malheureusement, il faudra prendre son mal en patience pour en profiter : « Il y a eu du retard dans le transport du matériel et il sera donc impossible de pouvoir y aller avant une bonne dizaine de jours », confie Christophe Dosogne. L’an passé, le parc a accueilli plus de 80.000 visiteurs. Cette année, Jean-Marie espère atteindre la barre des 90.000 et pourquoi pas les 100.000.

    Le Mont Mosan est ouvert tous les jours de 10 à 19h, à partir de ce samedi jusque fin août. Au mois de septembre, le parc ouvrira ses portes les mercredis, week-end et jours fériés. Enfin, l’accès sera uniquement possible les week-ends. Les tarifs sont de 9 euros, pour les adultes/enfants de plus de 3 ans, et de 7 euros pour les groupes. -

    Article de MAXIME GILLES

    Source 

  • Le Patro 4 Horizons à la recherche d'animateurs

    Lien permanent

    Toi qui regarde ce message, oui toi ! Tu en as marre de passer tes samedis à rien faire ? Ou tout simplement envie de les passer à t’amuser dans un mouvement de jeunesse ?

     

    Nous avons ce qu’il te faut ! Le Patro 4 Horizons de Nandrin est à la recherche d’animateurs âgés de 17ans minimum (sérieux) pour l’année 2019-2020 et les années suivantes ! Accepter de devenir animateur implique des responsabilités et un réel investissement, mais avec la certitude d’en garder des merveilleux souvenirs, tant avec les enfants qu’avec les autres animateurs !

     

    Si tu es intéressé(e) par notre proposition, ou même un de tes proches , ou si tu es carrément partant pour te lancer, les animateurs sont là pour répondre à tes questions via Facebook, ou tout simplement sur la page, à nouveau Facebook, du patro !

     

    Nous t’attendons impatiemment ! 

     

    Notre page facebook : https://www.facebook.com/Patro4Horizons/

     

  • Aujourd'hui 23 mars le Jogging de Saint-Martin Nandrin

    Lien permanent

    23.jpg

    Aujourd'hui 23 mars le Jogging de Saint-Martin Nandrin 

    Clic sur l'affiche 

  • Recrutement de joueurs à R.E.S Templiers Nandrin

    Lien permanent

    52999948_383128272508474_6139465744573792256_n.jpg

    Pour infos clic sur l'image 

  • Harcèlement et Cyber-harcèlement attention

    Lien permanent

     la police va former les directions des écoles

    Suite aux attentats

    Les formations AMOK sont nées suite aux attentats de novembre 2015 à Paris et à l’état d’urgence (lockdown) qui avait verrouillé Bruxelles, écoles comprises, les jours qui ont suivi. L’objectif était de savoir comment renforcer la stratégie de prévention des menaces ou intrusions offensives au sein d’une école. Une situation AMOK, « c’est toute situation où un ou plusieurs auteurs armés agressent un grand nombre de personnes, de manière souvent aléatoire, au sein d’un espace privé ou public ».

    Les directions ont ainsi reçu de bons conseils de la cellule de coordination AMOK de la police fédérale : conseils en prévention, analyse des risques, etc.

    Puisque l’expérience a été positive, Marie-Martine Schyns remet le couvert dans un autre domaine : le harcèlement et le cyber-harcèlement. Tout sauf un petit problème puisque l’on estime que 30 à 35 % des élèves ont déjà été impliqués dans de tels faits (sans savoir s’ils avaient été harceleurs, harcelés… ou les deux). Les élèves de 5e et 6e primaire, ainsi que ceux de 1re et 2e secondaire en semblent davantage victimes. Rappelez-vous cette sortie de la reine Mathilde sur le sujet : oui, le cyber-harcèlement, c’est vraiment nul !

    « Nous vous proposons de définir le phénomène de harcèlement et de cyber-harcèlement ; de vous informer sur les bonnes pratiques numériques ; de rappeler les rôles de chacun dans la problématique (police, école, équipes mobiles, parents…) ; de rappeler les actions à mener lorsqu’un cas se présente et d’exposer les ressources disponibles pour faire face à une situation de harcèlement et de cyber-harcèlement », écrit la ministre Schyns aux directions.

    Avec la police et l’UCL

    La formation sera réalisée en collaboration avec l’UCL, les équipes mobiles de l’enseignement et donc la Federal Computer Crime Unit de la police fédérale. C’est d’ailleurs son patron, Olivier Bogaert, qui informera les chefs d’établissement des bonnes pratiques numériques et des risques d’utilisation des données pour le cyber-harcèlement, alors qu’un policier de la zone de police Boraine expliquera le rôle et l’action de la police lorsqu’un cas se présente.

    Article de D.SW.

    Source 

  • Le Patro 4 Horizons à la recherche d'animateurs

    Lien permanent

    Toi qui regarde ce message, oui toi ! Tu en as marre de passer tes samedis à rien faire ? Ou tout simplement envie de les passer à t’amuser dans un mouvement de jeunesse ?

     

    Nous avons ce qu’il te faut ! Le Patro 4 Horizons de Nandrin est à la recherche d’animateurs âgés de 17ans minimum (sérieux) pour l’année 2019-2020 et les années suivantes ! Accepter de devenir animateur implique des responsabilités et un réel investissement, mais avec la certitude d’en garder des merveilleux souvenirs, tant avec les enfants qu’avec les autres animateurs !

     

    Si tu es intéressé(e) par notre proposition, ou même un de tes proches , ou si tu es carrément partant pour te lancer, les animateurs sont là pour répondre à tes questions via Facebook, ou tout simplement sur la page, à nouveau Facebook, du patro !

     

    Nous t’attendons impatiemment ! 

     

    Notre page facebook : https://www.facebook.com/Patro4Horizons/

     

  • le Portail « Seul·e avec enfant·s » destinées aux familles monoparentales.

    Lien permanent

    i2.JPGLa ministre wallonne de l’Action sociale Alda Greoli a lancé  vendredi passé , à l’occasion la Journée internationale des droits des femmes, le Portail « Seul·e avec enfant·s » destinées aux familles monoparentales. Il s’agit du premier site spécialisé sur le sujet.

    « On y retrouve toutes les questions que les parents mono peuvent se poser selon l’événement de la vie comme le divorce, les violences conjugales ou encore le décès du conjoint. Ils pourront aussi s’informer sur leurs droits et leurs soutiens. Nous avons pu remarquer via un screening qu’ils ne les connaissent pas. Ils apprendront par exemple sur ce portail qu’ils ont le droit à une pension alimentaire malgré la garde alternée, à une réduction du précompte immobilier s’ils sont locataires ou encore à un doublement de congés en cas d’hospitalisation de leur enfant », nous confie Dorothée Klein, conseillère en charge de ce dossier au sein du cabinet. « À ce site s’ajoutera une adresse mail pour répondre à toutes les autres questions. Derrière tout cela, se trouvera le tout 1er réseau de référents pour les familles mono avec le concours de l’ASBL Droits quotidiens et Notaire.be ».

    190.527 familles wallonnes

    Ce nouveau portail est donc la concrétisation d’une des recommandations du screening juridique sur les familles monoparentales réalisé par l’Université de Namur. Selon l’étude, les 190.527 familles monoparentales répertoriées en Wallonie constituent 12,20 % de l’ensemble des ménages wallons. Si l’on tient compte des gardes alternées, cette proportion peut alors atteindre de 25 à 30 % des ménages. La dimension de genre est importante : les mères seules avec un ou plusieurs enfants sont plus nombreuses que les pères. Les ménages monoparentaux masculins constituent, en Wallonie, 1,9 % du total des ménages ; les ménages monoparentaux féminins, 9,7 %. Les foyers monoparentaux féminins ont en outre un risque accru de précarité. Ainsi, une mère « monoparentale » sur deux vit dans un logement à l’état « moyen voire très mauvais », pour 44 % des pères « monoparentaux ». En ce qui concerne l’emploi, à peine 40 % des femmes seules avec deux enfants en ont un pour… 69 % des hommes dans la même situation.

    « Garantir l’accès aux droits et aux aides spécifiques constitue une des manières les plus efficaces de prévenir la précarité d’un grand nombre de familles. C’est encore plus vrai pour les plus vulnérables d’entre elles, à savoir celles à la tête desquelles se trouve une femme seule », affirme la ministre Greoli ravie du lancement de ce portail. « En outre, l’approche humaine qui complète le recours au portail et à l’e-mail de contact devrait répondre au désarroi des familles qui se sentent souvent renvoyées d’un service à l’autre ou qui éprouvent des difficultés d’horaire et de mobilité ».

    Dans les prochains mois, une application va être développée, ainsi qu’une plateforme d’entraide entre parents mono grâce à l’implication de la Ligue des familles.

    Article de ALISON VERLAET

    Source 

     

    à noter Site internet : www.seulavecenfant.wallonie.be ; Mail : fmp.actionsociale@spw.wallonie. be

  • la maladie ont été recensés par les médecins généralistes qui mettent en garde les écoliers, seniors, vacanciers, scouts

    Lien permanent

    atten.jpgLes Airbnb et autres maisons en location favorisent cette recrudescence

    Pics de gale dans certaines villes

    L a gale est causée par un parasite de type acarien microscopique. Il est appelé le « sarcopte ». Des pics localisés de la maladie ont été recensés par les médecins généralistes qui mettent en garde les écoliers, seniors, vacanciers, scouts…

    Ce sont des généralistes de la région du Centre, de Mons et de Charleroi qui nous ont alertés. Ils affirment que depuis le début de l’année ils accueillent de plus en plus de personnes qui souffrent de la gale.

    « Je reçois en moyenne deux patients par semaine alors qu’il y a un an, je réalisais un diagnostic tous les mois. Contrairement à ce que bon nombre de Belges pensent, il ne faut pas croire que ce sont uniquement des familles touchées par la précarité qui viennent à nous.

    La gale touche toutes les classes sociales et la grande majorité de mes patients ont déclaré la maladie suite à des vacances dans des maisons de location », nous confie un médecin de la région du Centre. « Selon mes discussions avec des confrères, le Hainaut ne serait pas la seule zone touchée par cette recrudescence. Liège et une partie de capitale connaîtrait aussi un pic de malades ».

    DE PEAU À PEAU

    Nous avons cherché à confirmer ces avis de médecins par des chiffres officiels.

    Malheureusement, aucune autorité belge dispose de statistiques en la matière que ce soit du côté du SPF Santé Publique, du Sciensano (institut de recherche et l’institut national de santé publique) ou encore de l’AVIQ, l’Agence wallonne de la Santé, de la Protection sociale, du Handicap et des Familles.

    EN VACANCES

    « Il y a pourtant bien une recrudescence de la maladie », confirme le professeur Tennstedt du service dermatologie aux cliniques universitaires Saint-Luc.

    « Il y a des épidémies de gale, c’est indiscutable. Mais elles sont localisées et ces localisations varient dans le temps. Pour ma part, j’accueille au minimum un patient par semaine. Il est important de rappeler que la gale est très contagieuse et n’atteint que l’homme.

    Elle ne vit que sur la race humaine. Elle se transmet de peau à peau, lors d’embrassade par exemple. Le sarcopte ne saute pas de l’un à l’autre ». Cette maladie est donc favorisée par la promiscuité.

    « C’est pourquoi il y a le plus souvent des cas dans les mouvements de jeunesses, les écoles ou encore les homes. On peut aussi contracter la gale lors de vacances dans des hôtels, maisons louées, gîtes ou refuges de montagne. On va, par exemple, utilisé la couverture du lit qui n’a pas été au préalablement lavée entre les hôtes », continue-t-il.

    FACILE À DIAGNOSTIQUER

    Selon le spécialiste, le diagnostic pourrait se faire par téléphone tant les symptômes sont toujours identiques. « Quand on se gratte, en famille, surtout le soir et la nuit mais jamais sur le visage, c’est suspect.

    Les zones les plus atteintes sont les poignets, entre les doigts, les organes génitaux et les aisselles. Il existe deux traitements pour soigner cette maladie.

    Le premier consiste à prendre des comprimés par la bouche, le second à mettre de la pommade sur l’ensemble du corps sauf le visage. Que ce soit l’un ou l’autre, il faut le faire en deux fois pour détruire aussi les œufs des parasites.

    Les vêtements doivent être lavés tous les jours et, pour les couvertures et autres, il faut les laisser dans un sac fermé durant 72 heures », conclut le docteur Tennstedt. -

    Article de ALISON VERLAET

    Source 

  • Attention à vos enfants Varicelle & Ibuprofène, le mauvais mélange

    Lien permanent

    attention.pngLa varicelle signe son grand retour. « Les régions françaises le long de la frontière sont en pleine épidémie. Selon les dernières informations reçues, nous ne sommes pas encore à ce stade chez nous. Mais, la varicelle est bien là et est prête à frapper une nouvelle fois. Cette maladie infantile est très contagieuse, on s’attend donc à un pic de malades la semaine suivant les vacances scolaires. Les parents qui sont partis avec leurs enfants dans les zones épidémiques en France doivent être particulièrement vigilants. En cas de suspicion de la maladie, ils ne doivent surtout pas mettre leurs petits à l’école afin d’éviter qu’ils ne contaminent à leur tour leurs camarades », confie un généraliste. Pour rappel, la varicelle est provoquée par le virus varicelle-zona. Apparaissent alors des taches rouges qui se transforment progressivement en cloques et qui démangent fortement. Presque tout le monde développe la maladie en étant enfant. Ensuite, on est en principe protégé à vie. Généralement bénigne chez l’enfant bien portant, elle peut être redoutable et mortelle chez l’adulte non immunisé, l’immunodéprimé, la femme enceinte et le nouveau-né. UNE SEPTICÉMIE Cette maladie crée aussi une forte inquiétude sur les réseaux sociaux mais pour une tout autre raison. Concrètement, depuis quelques jours une publication de 2016 d’une maman inquiète, a refait surface. Elle y montre des photos de son fils, Lewis, dont la varicelle a dégénéré après la prise d’Ibuprofène. Résultat : des cloques purulentes, puis une septicémie, une infection généralisée. La maman affirme que tout cela aurait pu être fatal à l’enfant. SUR LA BOÎTE Mais est-ce vrai ? « La varicelle est une maladie virale qui peut parfois se compliquer en infections graves. Il semble que le risque de complications cutanées soit plus élevé chez les patients atteints de varicelle traités par un anti-inflammatoire non stéroïdien, famille de médicament dont l’ibuprofène fait partie. Il s’agit d’une association statistique, le lien de cause à effet n’est pas établi », confie le Dr. Mostin, Directrice du Centre antipoisons. « Malgré cela, mieux vaut éviter d’utiliser l’ibuprofène ou d’autres anti-inflammatoires en cas de varicelle ou de zona. Cette recommandation se trouve d’ailleurs sur la notice du médicament ». -

    Article de ALISON VERLAET

    Source 

  • L es plus touchés par la grippe sont actuellement les 5-14 ans

    Lien permanent

    La grippe touche surtout les enfants en âge scolaire.

    « C’est la première fois que nous vivons pareille situation », entend-on du côté du Collège Saint-Étienne, une école de Court-Saint-Étienne dans le Brabant wallon. En principe, les huit classes de deuxième secondaire auraient dû rentrer hier après-midi de leur voyage d’étude effectué à Spa. Les élèves sont revenus un jour plus tôt. La cause ? La grippe qui a terrassé trente élèves. La direction de l’école a préféré prendre les devants. D’abord, en consultant le centre PSE de Wavre ? Puis, en mettant fin au séjour au domaine de Mambaye où les étudiants, accompagnés par 11 professeurs, avaient élu domicile. La direction a pris cette décision afin, dit-elle, « d’éviter que l’épidémie ne prenne des proportions plus importantes ». Une sage décision saluée par l’ensemble des parents. Hier, les élèves de deuxième et leurs professeurs sont restés à la maison.

    L’institut scientifique fédéral de recherche Sciensano prend la température de l’épidémie de grippe, semaine après semaine. Il confirme que les enfants âgés de 5 à 14 ans sont actuellement les plus touchés par les virus grippaux. « L’activité grippale augmente uniquement chez les enfants en âge scolaire », constate-t-elle dans son bulletin hebdomadaire. Un bulletin qui analyse la semaine 8, soit entre le 18 et le 24 février.

    Vive le carnaval !

    Cette semaine-là, plus de 1.250 enfants pour 100.000 habitants ont consulté un médecin généraliste en raison de symptômes grippaux (température élevée, toux, écoulement nasal, maux de gorge, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, etc.). Sciensano précise qu’un recul léger est constaté pour tous les autres groupes d’âge. La tranche d’âge 0-4 ans affichait environ 1.100 cas pour 100.000 habitants. Chez les 15-64 ans, c’était retombé à environ 650 cas. La tranche la moins touchée était les plus de 65 ans avec à peine 240 cas pour 100.000 habitants. Parmi cette dernière, il y a beaucoup de personnes vaccinées.

    La moyenne pour toute la population belge était de 667 cas, pour 730 cas la semaine précédente. « Ce sont principalement des virus H3N2 et H1N1 qui circulent », précise Isabelle Thomas, responsable du Centre national de la grippe. L’intensité est considérée comme « moyenne » par Sciensano. L’épidémie de grippe est néanmoins toujours en cours, il est donc encore trop tôt pour faire le bilan. « Mais l’arrivée des vacances de carnaval devrait faire chuter les chiffres », conclut Isabelle Thomas.

    Article de PIERRE NIZET

    Source 

  • Demain 3 mars 2019 le Carnaval d'Amay dans les idées sorties du Blog

    Lien permanent

    La 44e édition de ses festivités carnavalesques. Le carnaval est un événement attendu qui symbolise le passage de l’hiver au printemps : il signale le renouveau dans l’exubérance, la fantaisie et l’imagination. 

    Programmation des festivités
    Cette année, le carnaval d’Amay se déroulera du samedi 23 février au samedi 9 mars.


    Le cortège, lui, aura lieu le dimanche 3 mars.


    Vivez ce folklore carnavalesque intense en toute sécurité 
    Le centre-ville sera interdit à la circulation entre 12h et 19h.
    Une déviation sera mise en place au pont d’Ampsin et au pont d’Ombret
    13h30 : formation du cortège face à la boutique fleuriste Intuitions.
    Les groupes rallieront le lieu de concentration par la chaussée Roosevelt.
    14h : DEPART DU CORTEGE

    Itinéraire prévu : chaussée Roosevelt - rue de Biber - rue de l’Industrie - place Gustave Rome - rue Joseph Wauters - chaussée Roosevelt - place Adolphe Grégoire - rue Paul Janson - chaussée Roosevelt - rue de l’Hôpital - fin au gymnase communal.

    Afin d’éviter des incidents prévisibles, il est souhaitable de déplacer les véhicules en stationnement sur le parcours du cortège dès 11h30.

    Déroulement du Carnaval
    Le samedi 23 février est consacré au ramassage du bois pour la préparation du grand feu. La collecte bénévole s’effectue dans la joie et avec le soutien d’une fanfare.
    Le vendredi 1er mars voit la remise de la clé de la ville à la princesse du carnaval 2019, Stéphanie Caprasse, pour l’ouverture officielle des manifestations du dimanche après-midi; le grand cortège carnavalesque compte plus de mille participants, grâce au rassemblement de groupes et sociétés musicales de la région.
    Durant plus de trois heures, toutes les rues de la cité mosane tressautent dans l’allégresse des différents groupes qui terminent le périple par un rondeau géant sur la Grand-Place.
    Le lundi 4 mars est réservé au bal costumé des enfants au gymnase, sans oublier le mardi 5 mars la très folklorique course des garçons de café à travers la localité.
    On clôture les festivités le samedi 9 mars sur le site de la Tour romane par le procès de la macrâle, ponctué d’un feu d’artifice. Ainsi la tradition populaire est respectée. Les Amaytois peuvent accueillir dignement le printemps tout proche... dans l’attente du carnaval suivant.

    En pratique…
    Vous pouvez faire un don de bois (de bonne qualité). Contactez un des responsables de Carnama (cfr. www.amay.be) qui se chargera de le récolter avec une remorque mais uniquement dans l’hyper-centre d’Amay. En dehors du ramassage, vous pouvez vous rendre au parc à conteneurs situé rue du Parc Industriel. 
    Rejoignez-nous sur Facebook et partagez vos impressions, vos photos ou vos anecdotes sur l’événement.

    Dates-clés du carnaval 2019
    23/02 13h30 - Le ramassage du bois - départ cour de l’école des Tilleuls (rue de l’hôpital)
    01/03 19h - La remise des clés de la ville à l’Administration communale
    03/03 14h - Le cortège carnavalesque (départ face au fleuriste Intuition)
    04/03 13h30 - Le bal des enfants (gymnase communal)
    05/03 La course des garçons de café
    08/03 19h30 - Enterrement « Mitchi Pecket » (départ du café Le Relax)
    09/03 Grand feu (départ 19h place A. Grégoire, arrivée 20h Tour Romane). 22h – Bal de clôture Blandina

    Que cette édition 2019 soit synonyme de joie et d’allégresse.
    Bon carnaval à toutes et à tous !

    Source :

  • Réussite le rassemblement pour le climat des élèves de Nandrin, toutes les photos et vidéos ici !!!

    Lien permanent

    L'idée au départ vient de madame Geneviève enseignante maternelle , suivie et soutenue par l'ensemble des enseignants de l'école Saint-Martin Nandrin ainsi que la direction .
    Ils ont lancé l'invitation à l'école communale de Nandrin , les deux implantations ont répondu favorablement et étaient présentes , ils sont venu en vélo de Villers le Temple et Saint-Séverin.

    un rassemblement pour le climat des élèves des établissements scolaires de Nandrin, était organisé devant l’administration communale. Les enfants ont remis une charte pour sauver la planète à Michel Lemmens le bourgmestre .

    Chants ,idées ,récitations et bonnes intentions étaient au menu de cette matinée sur la place du village .

    Le bourgmestre a lu les points de la charte devant toute l’assemblée.

    Nous allons tout faire pour vous aider à réaliser votre projet », a-t-il indiqué aux enfants. « Mais il faut que votre message soit entendu au delà Nandrin.

    Cela doit bien se passer aussi dans les autres communes. »

    Toute l'organisation était encadré par la police de Nandrin 

    Article de JP 

    Un article complet demain dans votre journal Papier  La Meuse Huy-Waremme 

    ou dans la Version Edition digitale clic ici  

    Voir l'Album photos clic ici 

     

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/rassemblement-pour-le-climat-avec-les-eleves-de-nandrin/

    Les vidéos et sur le Facebook Blog Villageois clic ici 

     

     

  • Aujourd'hui jeudi 28 février 2019 à Nandrin ,Rassemblement pour le climat avec les élèves !!!

    Lien permanent

     

    Comme vous l’avez appris par les médias, de nombreux étudiants et citoyens de notre pays se mobilisent chaque semaine pour le climat, conscients de la nécessité de sauver notre planète.

    À Saint-Martin, à l’initiative de quelques enseignants convaincus, nous organiserons un rassemblement pour le climat avec nos élèves le jeudi 28 février.

    Tous les élèves des classes maternelles et primaires participeront, accompagnés de leurs enseignants. Les élèves de l’école communale sont invités à se joindre à nous.

    Les parents et sympathisants de l’école sont également les bienvenus à cette marche.

    Le départ de celle-ci est prévu à 11h sur la place de Nandrin.

    Cet événement se déroulera dans le centre du village.

    Nous nous réunirons ensuite devant le bâtiment de l’administration communale.

    Textes, poésies, chants sont prévus ainsi que la remise d’une charte au bourgmestre de notre commune, Michel Lemmens.

    En espérant que vous soutiendrez cette action, nous nous réjouissons de vous compter parmi nous ce jour-là.

    L’équipe enseignante 

    JP

  • Ouverture d'une section enfant au Budoryu Nandrin

    Lien permanent

    En mars, début d'une nouvelle aventure au Budoryu Nandrin :
    Ouverture d'une section enfant le vendredi de 19h00 à 20H00 : http://budoryu.be/tai-ki-goshin-do-kids

    52303866_2048534371921012_5708987254169403392_n.png

    52605778_2048534528587663_9197572675113844736_n.png

    52633009_2048534435254339_7724365189977473024_n.png

  • Attention dès aujourd'hui Lundi !!! voici la procédure à Suivre

    Lien permanent

    C’est ce lundi que débute en Fédération Wallonie-Bruxelles la traditionnelle procédure d’inscription en première année d’enseignement secondaire, que plus de 50.000 élèves rejoindront en septembre prochain.

    Les parents concernés ont reçu ces dernières semaines le formulaire unique d’inscription (FUI) à cet effet.

    Ils ont jusqu’au 1er mars pour le déposer dans l’école de leur premier choix. Durant ces trois semaines, la chronologie des dépôts n’a aucune importance. Un formulaire déposé dès ce 11 février ne sera donc pas avantagé par rapport à un autre remis le 1er mars.

    Sur ce formulaire, les parents sont invités à indiquer leur première préférence d’école pour la rentrée 2019, ainsi que leurs choix suivants si l’école convoitée devait être complète. Ils peuvent y indiquer jusqu’à dix écoles de leur choix.

    Nouveauté cette année : seul le 1er choix doit obligatoirement figurer sur le FUI déposé. Les choix subsidiaires peuvent, eux, être encodés (et ainsi modifiés plus facilement jusqu’au 1er mars) via une application spécialement développée par l’administration de l’enseignement.

    Cette application leur permettra aussi de suivre l’évolution en ligne de leur position en liste d’attente. Ils devraient aussi obtenir par ce biais une réponse plus rapide de la Commission interréseaux des inscriptions (CIRI).

    Au terme de cette période de trois semaines, un classement des demandes sera réalisé pour les écoles où les demandes d’inscription sont supérieures à 102 % du nombre de places disponibles.

    L’attribution des places dans les écoles les plus convoitées est réalisée sur base d’une série de critères, géographiques notamment, tels que la distance domicile-école, la distance entre l’école convoitée et l’école primaire fréquentée, etc.

    Les écoles sont de leur côté tenues de réserver un quota de places au profit d’élèves moins favorisés, dits à « indice socio-économique faible » (ISEF).

    Introduite en 2010, cette procédure d’inscription a permis d’objectiver pour tous la procédure, mais non sans écueil. L’an dernier, le nombre d’enfants n’ayant pas trouvé de place dans l’établissement de leur choix -les « sans école », comme ils ont été rebaptisés- n’avait jamais été aussi important.

    Pour la rentrée prochaine, la situation devrait être toutefois moins tendue. Quatre nouvelles écoles secondaires ouvriront en effet leurs portes à Bruxelles (Evere, Anderlecht, Forest et Haren), ce qui devrait permettre de faire diminuer la tension liée à la démographie, particulièrement forte dans la capitale.

    Les modalités actuelles pour la procédure d’inscription sont depuis des années au centre des critiques des associations de parents, mais aucun consensus politique ne s’est jamais dégagé au cours de la législature qui s’achève pour la modifier.

    Il y a un an, devant les divergences persistantes entre PS et cdH sur la question, le gouvernement avait finalement décidé de renvoyer la patate chaude au Parlement. Mais à quelques mois des élections, et faute de consensus entre partis, personne ne s’est hasardé à rouvrir un dossier aussi sensible.

    Infos : www.inscription.cfwb.be

    Source Belga et SI 

  • Youtube Kids vient de débarquer en Belgique

    Lien permanent

    Lancé aux États-Unis il y a 4 ans, Youtube Kids vient de débarquer en Belgique. Cette nouvelle application permet aux enfants de trouver plus facilement des vidéos adaptées à leur âge, tout en donnant aux parents des outils simples pour sélectionner les chaînes et limiter la durée d’utilisation. Trouver des dessins animés pour vos enfants, regarder des vidéos éducatives, écouter des comptines, répondre à toutes les questions de vos enfants sur les maths, les sciences ou la nature... Rien de plus simple avec YouTube Kids. L’application dispose de 4 fonctionnalités principales : du contenu familial dans un environnement adapté où les enfants peuvent laisser libre court à leur curiosité en surfant dans les thèmes proposés : émissions, musique, apprendre et découvrir. L’application est plus facile à utiliser grâce à des images plus larges, un design coloré et des icônes bien visibles pour une utilisation plus claire.

    DU CONTENU APPROUVÉ

    Les parents ont également leur mot à dire grâce au mode « contenu approuvé » qui leur permet de sélectionner les vidéos, chaînes et contenus adaptés à leur enfant. Enfin, il est également possible de limiter l’utilisation de l’écran grâce au minuteur intégré à YouTube Kids.

    Destinée aux enfants de 3 à 12 ans, l’application est disponible pour smartphone et tablettes depuis février, sur Android ou Appstore.

    À noter encore que l’application est bien entendu gratuite mais comporte des publicités, également adaptées au jeune âge des utilisateurs. On ne peut notamment pas cliquer sur ces publicités. YouTube propose toutefois une version premium pour 9,99 euros par mois, exempte de toute publicité.

    Article de - FANNY JACQUES

    Source 

  • Vous êtes concernés ?pas reçu vos allocations familiales du mois de janvier?

    Lien permanent

    170.000 familles wallonnes n’ont pas reçu leurs allocations familiales: «Nous avons malheureusement constaté un souci technique»

    Des milliers de familles wallonnes n’ont pas reçu leurs allocations familiales du mois de janvier.

    ’est ce qui s’appelle un énorme problème. Comme le signalent nos confrères de RTL Info, des milliers de ménages n’ont pas reçu leurs allocations familiales à cause de dysfonctionnements au niveau de Famiwal, la caisse publique d’allocations familiales en Wallonie, qui a repris cette charge après la régionalisation de la compétence le 1er janvier.

    300.000 dossiers (des 170.000 familles dont s’occupe Famiwal) sont concernés par ce retard de paiements pour un montant de 60 millions d’euros. « Nous avons malheureusement constaté en cette fin d’après-midi un souci technique dans le traitement bancaire du paiement de ce vendredi 8 février. Nous travaillons conjointement avec l’organisme bancaire chargé de la transaction [Belfius, NDLR] afin de résoudre le problème le plus vite possible. Veuillez nous en excuser », explique Famiwal sur sa page Facebook.

    Si certaines familles ont obtenu (ou devraient obtenir) leur paiement ce vendredi soir, d’autres devront attendre jusqu’à lundi.

     

     

     

  • Les Ecuries d’Oksana à Nandrin, organisent des stages en 2019

    Lien permanent

    Les Ecuries d’Oksana, rue de Rotheux , 1 à Nandrin, organisent des stages 2019 

    Stages 2019 aux Ecuries d'Oksana.jpg

  • Une aide pour ceux qui cherchent une crèche

    Lien permanent

    L’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) a présenté vendredi « Premiers pas », une nouvelle plateforme qui permet de géolocaliser les crèches et de les filtrer selon différents critères comme les tarifs ou les horaires d’ouverture. Cet outil facilitera la vie des parents, mais aussi des futurs parents car il aidera les autorités à prioriser les besoins, a souligné la ministre francophone de l’Enfance, Alda Greoli (cdH).

    La plateforme, accessible à l’adresse my.one.be, propose de chercher une crèche, une accueillante à domicile ou tout type de milieu d’accueil en fonction de plusieurs critères comme le code postal, les tarifs (structure subventionnée ou non), les horaires d’ouverture, le nombre de puéricultrices, d’enfants ou le type d’organisation des âges. Les structures qui le souhaitent peuvent préciser si elles sont complètes et à partir de quand des places seront disponibles, ainsi que d’autres éléments comme leur projet pédagogique, l’existence ou non d’un jardin, etc.

    Le montant précis demandé par jour n’est pas encore renseigné mais ces données et d’autres seront ajoutées progressivement.

    5.000 places

    « Ce sont les premiers pas d’un mouvement beaucoup plus ample pour faciliter la vie des parents et, en même temps, nous aider pour d’autres projets grâce aux données collectées », a appuyé Alda Greoli. Sous cette législature, 5.000 places d’accueil ont été créées et un nouvel appel à projets va être lancé, a rappelé la ministre.

  • Tournoi de belote le 3 février 2019 par Le comité scolaire Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Constituez une équipe et inscrivez-vous par courriel à reservations@comitescolairests.be (10 euros par équipe de 2 joueurs âgés de 14 ans au minimum à payer sur le compte 
    BE90 0689 0073 2832 en mentionnant 
    belote et le nom de votre équipe en communication). 

    Bar, petite restauration, nombreux lots !

    Comité Scolaire de Saint-Séverin 

     

    Événement  clic ici