Actu des communes voisines

  • Une famille d'Ouffet se mobilise pour l'Australie

    Lien permanent


    Lætitia la maman, Lance et Léa, les ados sont investis également pour la vente des biscuits pour l’Australie.

    Ils apportent un soutien à la Cause « Soutien à l’Australie »


    Aussi bien à l'école, dans le village, ils n'hésitent pas de faire du porte-à-porte.


    La famille a également connu les souffrances de tout perdre suite à l'incendie de leur habitation.


    Jasna Majetic, une Belgo-Australienne de 55 ans installée dans la commune de Héron depuis 2004 s’est lancée le 10 janvier dernier.


    Afin d’aider la population, la faune et la flore australiennes ravagées par les flammes, elle a décidé de se mobiliser.


    Depuis deux semaines, elle prépare des biscuits Anzac et les vend en vue de collecter un maximum de fonds à reverser à trois organisations officielles.

    D’abord via le porte-à-porte puis le bouche-à-oreille, l’initiative de la Héronnaise, épaulée par toute sa famille, commence à prendre de l’ampleur.
    La station-essence de Hamoir, la Petite Boutique de Nandrin lui en ont notamment acheté.
    Un groupe Facebook « Soutien à l’Australie » a aussi été créé.
    « Ce week-end, j’ai livré 107 paquets.

     

    Si vous souhaitez aider Jasna Majetic dans son combat, ou simplement goûter ses délicieuses préparations, vous pouvez passer commande via la page Facebook,

    le mail jasnamajetic64@gmail.com ou le téléphone de sa maman au 0498/67.34.62. 

     

    Article complet de vendredi clic ici 

     

  • ‎Festival Les Anthinoises 2020 du 30 avril au 3 mai 2020

    Lien permanent

    Du 30 avril au 03 mai 2020, le village d’Anthisnes, aux limites du Condroz et de l’Ardenne liégeoise, accueillera la 11e édition des Anthinoises, Festival de Wallonie des Musiques et Cultures celtiques.

    Cet évènement unique en son genre, fêtera son 20e anniversaire et invitera le public à une découverte festive des cultures dites « celtiques » au travers d’un riche programme de concerts, d’expositions, de rencontres, de jeux, d’animations et de spectacles de rue. Créé en 2000, ce festival biennal est progressivement devenu une référence en la matière et un rendez-vous incontournable pour de nombreux de visiteurs belges et étrangers.

    Installé au sein même du village d’Anthisnes, s’intégrant dans le cadre exceptionnel qu’offre son riche patrimoine architectural, le festival les Anthinoises offre des moments de découverte, d’émerveillement et de plaisir pour tous les goûts, pour tous les âges.

    Avec entre autre : Mes Souliers Sont Rouges, EPSYLON, Beat Bouet Trio & Kris Nolly, Mànran, Violons Barbares, Amelie McCandless, Trio Trad, Jacques Stotzem, Perry Rose, Dom DufF, Trio EDF...

     

     

    Les Anthinoises

    ‎Festival Les Anthinoises 2020 - 11e édition

  • Les Médiévales 2020 les 18 et 19 avril 2020 à Ouffet

    Lien permanent

    Oyez oyez, la 20ème édition médiévales d'Ouffet se déroulera les 18 & 19 avril 2020 !

    Infos : www.ouffetmedieval.be

    L'événement clic ici 

  • La Petite Boutique de Nandrin vend des biscuits pour l’Australie

    Lien permanent

    La Petite Boutique de Nandrin

    Rue du Presbytère 3
    4550 Nandrin    0494 94 34 88

    Une Héronnaise fabrique et vend des biscuits pour l’Australie

     

    Afin d’aider la population, la faune et la flore australiennes ravagées par les flammes, une Héronnaise a décidé de se mobiliser. Depuis deux semaines, elle prépare des biscuits Anzac et les vend en vue de collecter un maximum de fonds à reverser à trois organisations officielles. Rencontre.

    La catastrophe naturelle qui frappe l’Australie depuis le mois de septembre n’est pas près d’être terminée. Des températures caniculaires et des vents violents ravivent encore les flammes dans l’est australien. Ce jeudi après-midi, les pompiers ont annoncé que 73 feux étaient toujours actifs en Nouvelle-Galles du Sud. Même une fois éteints, les incendies laisseront une empreinte écologique durable, les dommages à l’écosystème étant funestes. Cette situation touche particulièrement Jasna Majetic, une Belgo-Australienne de 55 ans installée dans la commune de Héron depuis 2004. « Je suis née à Brisbane, je n’y ai vécu que cinq ans mais je suis restée très attachée à mes racines, à ma terre. D’autant plus que mon frère Eric était retourné vivre en Australie et y était pompier. Il est à présent décédé mais je ne peux m’empêcher d’imaginer qu’il aurait pu lui aussi être au front avec ses collègues pompiers pour vaincre les flammes », glisse tristement Jasna Majetic. Qui a décidé d’agir. « Il ne s’agit que d’une goutte d’eau à mon niveau mais c’est déjà ça. Je ne suis pas riche mais je sais cuisiner, mes cinq enfants et bientôt quatre petits-enfants peuvent en attester, sourit-elle. Alors je réalise des biscuits Anzac. »

    Ces biscuits Anzac (le sigle d’Australian and New Zealand Army Corps) sont nommés en l'honneur des corps d'armée australien et néo-zélandais de la Première Guerre mondiale. « Ils faisaient partie des rations des militaires car ils sont nourrissants et se conservent bien », ajoute-t-elle. Ils se composent de farine, sucre, flocons d’avoine, sucre de canne, beurre et coco râpé.


    Le bouche-à-oreille


    Jasna s’est lancée le 10 janvier dernier. « Je suis timide mais je passe outre pour la bonne cause », avoue-t-elle. D’abord via le porte-à-porte puis le bouche-à-oreille, l’initiative de la Héronnaise, épaulée par toute sa famille, commence à prendre de l’ampleur. La station-essence de Hamoir, la Petite Boutique de Nandrin lui en ont notamment acheté. Un groupe Facebook « Soutien a l’Australie » a aussi été créé. « Ce week-end, j’ai livré 107 paquets. J’en réalise une septantaine ce jeudi. En tout, je suis à plus de 200 paquets », se réjouit-elle. A six biscuits par sachet, les fours de Jasna n’ont pas chômé. La Héronnaise jongle entre les minuteries dans sa petite cuisine au rendement maximisé.


    Si vous souhaitez aider Jasna Majetic dans son combat, ou simplement goûter ses délicieuses préparations, vous pouvez passer commande via la page Facebook, le mail jasnamajetic64@gmail.com ou le téléphone de sa maman au 0498/67.34.62. 

    « Un besoin sur le long terme»


    Chaque paquet de 6 biscuits est vendu à 5 euros. Les recettes seront reversées à trois organismes officiels australiens : la Croix-Rouge, Wires (une organisation caritative de sauvetage et de réhabilitation d'animaux sauvages), et les pompiers ( NSW Rural Fire Service).


    « Je vais ouvrir un compte à la Poste, indique Jasna Majetic. Je note toutes mes dépenses et les commandes, pour œuvrer en toute transparence. Le but n’est pas de me faire de l’argent, évidemment. J’ai investi mes propres deniers. J’ai choisi ces trois organisations car je sais qu’elles sont efficaces. Pour tout reconstruire, replanter, guérir les animaux, cela va prendre énormément de temps, elles ont besoin d’argent sur le long terme. »

    Créations: un groupe Facebook unique pour la Belgique francophone


    Vous l’avez sans doute remarqué, des appels à la création de poches pour les bébés marsupiaux orphelins, imitant le ventre de leur mère, se sont multipliés ces dernières semaines. Charlotte Pirnay, Amaytoise de 30 ans, a voulu les rassembler en créant un groupe Facebook unique pour la Belgique francophone. Son nom ? « Des Belges pour l’Australie ». 1.764 internautes l’ont rejoint.


    Les contributions ne se limitent pas à la fabrication de ces poches, nids, couvertures, sacs de couchage pour les chauves-souris et mitaines pour koalas, en tricot, crochet ou tissu. « Certains se chargent de récolter les tissus, d’autres offrent un point relais pour stocker les colis, font de la publicité, ou font des dons pour financer les envois vers l’Australie qui coûtent assez cher etc. », énumère Charlotte Pirnay, qui travaille dans l’organisation d’événements. « Rien à voir avec les animaux donc, sourit-elle, mais j’ai été touchée par ce qui se passe en Australie. »


    Pour des refuges belges ?


    Difficile d’estimer le nombre de créations belges réalisées jusqu’à présent « mais en tout cas plus d’une centaine. » Une partie a déjà été envoyée sur place.


    Un engouement appelé à se modérer. « Nous sommes en contact avec au moins deux associations locales. Nous venons d’apprendre que les Australiens demandent d’arrêter l’envoi des créations car l’élan de solidarité international a été tel qu’ils ont suffisamment de stocks pour plusieurs mois. Nous devons dès lors décider que faire. Soit stocker en attendant qu’une demande soit de nouveau faite, soit transformer les sacs et autres pour les donner à des refuges belges », indique-t-elle.


    Un pain à l’effigie d’un koala dans une boulangerie amaytoise


    La boulangerie Jacques, située rue Joseph Wauters à Amay, apporte également sa pierre à l’édifice. Depuis ce mercredi, elle propose un pain « koala » avec l’image d’un koala dessinée à la farine sur la croûte. Il s’agit d’un pain multicéréales à base de blé pourpre de Nouvelle-Zélande, de soja grillé et de graines de tournesol. « Nous avons reçu un mail du moulin Dossche Mills qui relance une farine avec du blé pourpre en provenance de Nouvelle Zélande et d’Australie uniquement. Il s’engage à reverser 25 euros au WWF par 100 kg de farine achetés, pour sauver les koalas et autres animaux ainsi que restaurer leur habitat. Cela nous a directement intéressés», exprime Frédéric Jacques.


    La boulangerie amaytoise va même plus loin en offrant 15 cents à l’ONG par pain vendu (à 2,70 euros l’unité). « Cela démarre très bien », se félicite le boulanger. Qui précise : « Le goût de ce blé est très différent de celui de nos régions. La couleur est assez foncée et la texture dense. »

    Par Annick Govaers

    Source

     

  • Nouveau La Table des Chefs à Neupré forme des apprentis cuistos

    Lien permanent

    Un nouveau restaurant vient d’ouvrir ses portes dans le Condroz liégeois. C’est à Neupré que « La table des chefs » accueille désormais ses clients. Cet établissement unique forme des apprentis avec une équipe de plusieurs chefs connus et reconnus de la région.
    Nombreux sont les apprentis qui, formés en alternance au domaine de l’horeca (deux jours à l’école, trois jours dans un restaurant), sont relégués aux tâches les plus ingrates du métier. Entre la plonge et la coupe des légumes, leur bagage est parfois maigre en terminant leurs études. Mais surtout, ils gardent souvent un goût amer du métier. Si les uns pensent qu’il faut passer par là, les autres ont envie de changer la donne.
    C’est d’ailleurs de ce constat qu’est née « La table des chefs ». Le restaurant, installé sur la route du Condroz à Neupré, propose aux apprentis de devenir leur propre chef. Bien sûr, les jeunes élèves sont épaulés par des chefs expérimentés, dont la réputation n’est plus à faire dans la région liégeoise. Et c’est là que le concept est innovant. Tous les jours, un chef différent vient partager son savoir-faire avec les apprentis. Du lundi au vendredi, les étudiants passent entre les mains de pointure de la cuisine et découvrent toutes les saveurs qu’une assiette peut contenir.
    Au menu, cuisine italienne le lundi, bistronomie le mardi, cuisine du terroir le mercredi, cuisine du monde le jeudi et cuisine française le vendredi. Pour cette saison, qui va durer trois mois (jusque mi-mars), « La table des chefs » accueille par exemple les chefs des restaurants Chez Wislet à Seraing, Il Baro Ristorante à Liège, Chez Aladin à Flémalle ou encore Reno Cooking (chef à domicile).

     

     


    L’occasion pour les apprentis d’acquérir de l’expérience dans plusieurs types de cuisine. Et surtout de participer concrètement à leur propre formation ! Car ce sont eux qui réalisent les plats des clients, qui s’occupent des courses et de l’organisation, qui gèrent la salle. Les élèves, envoyés par le CEFA ou l’IFAPME, sont également encadrés par une équipe fixe.


    « C’est ce qui a manqué dans mes études, pendant mes stages, avoue Sylvie Wilset, la chef ce mardi, qui a directement accepté de collaborer au projet. Les jeunes acquièrent une expérience plus large, ils peuvent apprendre les techniques de plusieurs personnes. Il y a vraiment un partage qui se fait. Je suis certaine qu’ils auront un meilleur bagage grâce à ce concept ».


    « L’avantage, c’est qu’il s’agit d’un restaurant de formation. Les gens qui viennent savent que ce sont des élèves et qu’il peut y avoir des faux pas », continue Sylvie Wislet.

    Ce qui n’est pas toujours possible dans un restaurant classique dont la réputation est en jeu.
    Ouvert début janvier, le lancement de cet établissement inédit se passe en douceur. Pour l’instant, « La table des chefs » fonctionne uniquement sur fonds propres mais cherche des subsides pour pérenniser le projet.


    Le samedi, ce sont les apprentis les chefs


    Avec cinq chefs différents par trimestre, c’est dans les mains de 20 cuisiniers confirmés que les apprentis passent en une année. De quoi leur donner un sacré bagage.


    Ce mardi, c’est Jordan qui est aux fourneaux. « Je suis apprenti ici. Ce qui change, c’est qu’on ne nous prend pas comme des chiens. On fait la cuisine et pas que la vaisselle. J’apprends vraiment. Aujourd’hui, j’ai cuisiné des noix de St-Jacques », livre-t-il.


    Le restaurant, de 49 places assises, est ouvert tous les midis en semaine. Et le samedi, les jeunes accueillent les clients tant pour le service de midi que pour le service du soir.

    Et c’est menu libre !


    « Le samedi midi, ils doivent imaginer leur propre menu », confie Geoffrey Douillet. C

    ela afin de permettre de déclencher leur créativité et d’acquérir de la confiance en eux.


    Le soir par contre, les apprentis proposent un remake des cinq menus de la semaine.

    « Cela les force à être attentif et à apprendre les menus pour être capable de les refaire », enchaîne-t-il. 

     

    Par Victorine Michel    

    Source

    Lire la suite

  • On nous demande de vous informer du Bingo Lotto le 26 janvier 2020 à Seny

    Lien permanent

    2020 Affiche.jpg

    Bingo Lotto le 26 janvier 2020 à Seny

  • Présentation du budget Communal 2020 le 27 janvier 2020 à Neupré

    Lien permanent

    Le Collège communal souhaite la transparence totale et une communication complète  en faveur des Neupréens dans sa gestion des deniers publics .

    Présentation du budget 2020 par notre Échevin des Finances, Charles-André Verschueren le LUNDI 27 JANVIER à 20h au 57, Chaussée de Marche.

    Bienvenue à tous!

    Annonce la Commune de Neupré 

  • Soutenir le Télévie ? souper Télévie de Huy le 29 février 2020

    Lien permanent

    Avec toute l’équipe du comité sud de Huy, nous avons le plaisir de vous inviter le samedi 29/02 au grand souper Télévie de Huy.

    Cette année, après Outre-Meuse et Ben-Ahin, nous organisons cette belle soirée à l'école de Huy-Sud. A partir de 18h30, on vous attend en pleine forme pour un souper spaghetti bolognaise maison + dessert (pâtisserie) au prix de 12€ (adulte) et de 8€ (enfant).

    Le souper sera suivi par une grande soirée (entrée gratuite) avec (à confirmer) :

    En 1ère partie : Thierry Wesmael, et son groupe
    En 2ème partie : Dj Dom Lapierre

    Tous les bénéfices du souper et de la soirée seront reversés au Télévie, on vous attend donc très très nombreux pour cette belle soirée solidaire et festive à Huy :-)

    Réservations :
    Par tel => Etienne Roba (0473/831296) ou Lorella Di Lallo (0474/895127)
    Par mail => etienneroba1308@gmail.com

    Souper Télévie de Huy

     

  • Le 84e Flèche Wallonne se déroulera le 22 avril 2020

    Lien permanent

    Les classiques wallonnes 2020 ont été annoncées mardi à Liège par les autorités liégeoises et les organisateurs d’ASO. Le 84e Flèche Wallonne se déroulera le 22 avril. La 106e édition de Liège-Bastogne-Liège est programmée le 26 avril.
    Le retour de l’arrivée de la « Doyenne » au cœur de Liège, en 2019, avait été accueilli avec soulagement par tous les passionnés et fervents de la « plus belle des classiques ». Malheureusement, la météo ne s’invita pas à la fête. « Nous avions les pieds dans l’eau, dès le petit-déjeuner « populaire » organisé en matinée, et donc jusqu’à la fin », déplora mardi Katty Firquet, députée provinciale et vice-présidente de la Province de Liège. « Notre souhait, notre rêve, c’est d’avoir un peu de chance, cette fois, du côté du ciel. »
    Car chacun, sportivement en priorité, avait salué l’arrivée boulevard d’Avroy, à deux pas… du départ situé place Saint-Lambert. « Peut-être n’avons-nous pas suffisamment mobilisé les 8.000 cyclotouristes qui participaient à la course, la veille ?, s’interrogeait Katty Firquet. Nous nous engagerons donc, cette année, avec l’aide ou pas de la météo afin de maintenir le public au centre de Liège entre le départ et l’arrivée, ce qui est parfaitement envisageable avec les animations que nous préparons. »
    Les dames en TV
    Dont l’arrivée de la course féminine qui fêtera sa quatrième édition, avec 1h30 de direct sur la « Une télé ». La RTBF s’est engagée à produire les images de la Flèche wallonne et de « LBL » pour les dames, ce qui avait été remis en cause l’automne dernier.
    Du coup, la semaine « ardennaise » sera copieuse : les espoirs participeront à la 35ème édition (départ de Bastogne arrivée à Blegny) huit jours avant (le 18 avril) pour ouvrir le bal avant la Flèche (22 avril pour les hommes et les femmes), LBL pour les cyclos le 25 (et présentation des équipes des deux sexes sur la place Saint-Lambert le même jour à 13h30) avant le dénouement de la Doyenne qui ferme officiellement le printemps des classiques le 26. Avec la participation, entre autres, de Julian Alaphilippe, Jakob Fuglsang (vainqueurs sortants), Remco Evenepoel et compagnie.
    Le parcours des classiques wallonnes, nous y reviendrons, ne subit aucun changement par rapport à 2019, à l’exception de la côte de Cherave (Flèche wallonne), remplacée par le chemin des Gueuses. Et bien évidemment, mais c’était annoncé depuis le 26 avril 2019, le départ à Herve pour la Flèche dans la « tournante » appliquée depuis plusieurs années (le départ de l’année précédente avait été lancé depuis Ans).

    Par S.TH.

    | Cyclisme

    Source

  • Anthisnes, un chalet en bois prend feu

    Lien permanent

    Peu après 10h30, hier mardi matin, les pompiers de la zone Hemeco ont été appelés pour un incendie de chalet en bois, rue Fecher à Villers-aux-Tours (Anthisnes).

    Selon nos informations, le chalet serait abandonné et non occupé.

    Il venait d’être racheté. Il n’y a pas eu de blessé. RESA s’est également rendu sur place. Le feu aurait pris dans un appareil de chauffage

    Par AD 

    Source

  • Un nouveau service d’aide à la jeunesse à Huy

    Lien permanent

    Presqu’un jeune majeur sur trois, ayant bénéficié de l’aide à l’enfance, devient sans-abri. Un chiffre affolant qui pourrait bientôt baisser grâce à un nouveau service de prévention, qui compte mettre en relation les différents organes d’aide existants.


    Si les enfants défavorisés sont presque « maternés » par l’aide à la jeunesse, une fois arrivés à l’âge adulte, ils doivent prendre leur autonomie. « Le jeune en difficulté doit se tourner vers des organismes comme le CPAS, qui est dans une logique plus froide d’aide contractuelle : ceux qui veulent en bénéficier ont des obligations à remplir, et certains jeunes ne sont pas toujours prêts à le faire », explique Soleyman Laqdim, directeur du nouveau service.


    Ce dernier, intitulé « Service de prévention Liège-Huy-Verviers », a pour but d’améliorer l’aide à la jeunesse en coordonnant l’effort des acteurs influents du milieu. « Notre but est de trouver des points de convergence entre les différents acteurs. Par exemple, pour la question du logement, nous essaierons de coordonner les efforts du CPAS, des services d’action en milieu ouvert et des agences immobilières sociales pour permettre aux jeunes d’avoir un logement décent », continue Soleyman Laqdim.


    Mais ce service ne sera pas qu’un acteur de terrain : il s’agit également d’un organe de liaison qui, sur base des rapports de ses agents, rendra un rapport au Gouvernement wallon tous les trois ans.


    Des initiatives diverses


    Et les jeunes majeurs ne seront pas la seule cible du jeune service. Soleyman Laqdim donne un autre exemple : « Pour la petite enfance par exemple, mais c’est encore en état de discussion, on cherche à mettre en place des quotas dans les crèches pour des places réservées aux familles les plus vulnérables, en coordination avec l’ONE (Office de la Naissance et de l’Enfance) ».


    L’inauguration, qui s’est déroulée ce lundi, a aussi été l’occasion pour Frédéric Daerden de prendre la parole. « Ce nouvel espace, que nous inaugurons aujourd’hui, va leur permettre d’exercer leurs missions dans de bonnes conditions, dans des locaux modernes et adaptés. Pour l’arrondissement judiciaire de Liège, aucun espace permettant d’accueillir les services de prévention n’était disponible sur les divisions judiciaires de Huy et de Verviers. Nous avons donc décidé de rassembler les trois services sur la même implantation, ici donc, à Liège, à l’Espace Guillemins », s’est réjoui le ministre de l’Égalité des chances.
    Le travail ne fait que commencer pour ce jeune service.
    Par Clément Manguette

    Source

  • Arnaud Stiepen, astrophysicien ouffettois va présenter une émission sur Vedia

    Lien permanent

    Arnaud Stiepen, astrophysicien ouffettois, fourmille de projets. Alors qu’il figurait dans le top 10 des découvertes de 2017 de la NASA pour ses découvertes au sujet de Mars, il continue son travail de vulgarisation, cette fois à la télévision et dans un livre.


    En novembre, Arnaud Stiepen a été approché par la Vedia, la télévision locale de la region de Verviers. « Ils cherchaient un présentateur pour une émission à portée scientifique », évoque l’Ouffetois. « Le premier épisode est prévu pour fin de ce mois. Il s’agit d’un magazine mensuel qui part d’une question d’actualité locale pour expliquer un phénomène scientifique. »


    Le premier volet se basera ainsi sur le wifi public gratuit dans certaines communes comme Welkenraedt. « On va voir si c’est dangereux, comment améliorer son wifi dans sa maison, ou encore si le wifi dans les écoles a un impact », continue-t-il.


    L’émission durera 15 minutes. Elle a été baptisée Epistème et sera préparée par l’astrophysicien qui assurera également le rôle de présentateur. « La chaîne est accessible partout en Wallonie sur Voo et Proximus TV, et une version raccourcie sera disponible aussi sur internet », ajoute-il.


    La vie des scientifiques


    Toujours dans le domaine des sciences, Arnaud Stiepen s’apprête à publier un livre qui retrace la vie de 10 personnalités importantes dans son domaine de prédilection. « Sur une centaine de pages, je retrace comment Einstein, Isaac Newton ou encore Marie Curie sont tombés sur leur découverte », détaille-t-il.
    Il s’agit d’un ouvrage dont les premières écrits remontent à 15 ans. « J’ai collecté des bouts de vie de la bouche de mes profs mais aussi d’ouvrages », sourit-il. « J’ai essayé de vérifier au plus possible ce qui était une légende ou non. Je ne prétends toutefois pas avoir réalisé un travail d’historien. »


    Le livre devrait être disponible fin février sur Amazon. Son prix devrait tourner autour d’une douzaine d’euros, termine Arnaud Stiepen.

     

    Nouveau challenge: il enseigne les sciences


    Depuis septembre, Arnaud Stiepen enseigne à l’institut libre du Condroz, à Ouffet, ainsi qu’à l’école du Val de Wanze. « C’est un nouveau challenge », lance l’astrophysicien qui aime partager la physique avec des jeunes : « essayer de leur donner les piliers fondamentaux de la science est magnifique. »
    Un travail important à ses yeux, d’autant que les personnes anti-vaccins explosent, continue l’Ouffetois. « Ces gens ne comprennent pas comment la science fonctionne. » « Ce métier me fait remettre des choses en question, et pouvoir parler sciences avec des jeunes, c’est merveilleux. » 

     

    Par Jérôme Guisse

    Source

  • Salon du Volontariat les 6 et 7 mars 2020 à Liège

    Lien permanent

    Vous souhaitez partager votre temps et votre savoir, venez à la rencontre d'associations en recherche de volontaires !

    Programme
    https://www.provincedeliege.be/fr/volontariat/salon

     

     

    Affaires sociales Province de Liège

    Salon du Volontariat

  • Réunion d'information et si nos Partenariats Locaux de Prévention PLPse mettaient au vert ? le 5 février 2020 à Neuville

    Lien permanent

    Vous informer sur les PLP Verts le MERCREDI 5/2 pour recevoir par mail des newsletters relatives aux informations touchant à la thématique des nuisances environnementales.

    Tout comme pour la thématique des vols, il vous sera également possible de nous envoyer des informations pertinentes sur les dépôts clandestins d'immondices ou sur les voitures sans plaques stationnées sur la voie publique. 

    http://www.neupre.be

    Lire la suite

  • ‎Concert Calogero par le groupe C.Calo le 22 février 2020 à Anthisnes

    Lien permanent

    Concert spécial "Calogero" par le cover "C.Calo"
    Venez passer une agréable soirée en écoutant le répertoire de Calogero.
    Bar et petite restauration avant et après le spectacle.
    Entrée 20 € - Réservation 0475/33.28.77 -

    Paiement obligatoire dès réservation

     

     

    Anthisnes en Choeur

    Concert Calogero par le groupe C.Calo

  • Remets Ta Robe samedi 8 février 2020 Comblain-la -Tour dans les idées sorties ?

    Lien permanent

    Administration Communale de Hamoir

    Ce 8 février à la salle Talier, notre comité culturel "CulturHa" propose le spectacle "Remets ta robe".
    Une pièce à la fois drôle et cruelle sur le thème de la Saint Valentin.
    Pour les réservations, contactez l'office du tourisme : info@othamoir.be

     

     

  • La Commune de MARCHIN recrute un chef de plaine

    Lien permanent

    Conditions de participation à la procédure :
    • être âgé d'au minimum 22 ans ;
    • être titulaire d'un titre pédagogique et disposer d'une expérience d'animateur-(trice) en plaine de 250 heures minimum
    Offre
    Recrutement comme chef de plaine pour la période de juillet 2020. Rémunération : 90 euros/jour dans le cadre d'un contrat art.17 (exonération ONSS)
    Modalités de candidature
    Pour être recevables, les candidatures doivent :
    • être adressées à l'Administration communale de et à 4570 MARCHIN, rue Joseph Wauters 1A, pour le 7 février 2020 au plus tard (cachet de la poste faisant foi) par lettre recommandée ou par remise en mains propres contre accusé de réception
    • Comprendre :
    un curriculum vitae ;
    une lettre de motivation ;
    la copie du titre pédagogique ;
    la preuve des 250 heures d’expérience en tant qu’animateur(trice)
    L’ensemble des documents précités ne doit être remis qu’en un seul exemplaire. L’administration se réserve le droit de ne pas prendre en compte les candidatures incomplètes, envoyées hors délai ou par courrier électronique. Pour toute information complémentaire, vous pouvez prendre contact avec le service du personnel : Brigitte BALTHAZAR au 085 270 440 ou avec la coordinatrice ATL (extrasoclaire@marchin.be)

    Source

  • Une mini-série sur Voltaire sera probablement tournée à Modave

    Lien permanent

    Une mini-série sur Voltaire sera probablement tournée à Modave. La commune liégeoise aurait des lieux très « 18e  » et donc parfaits pour les scènes des « Aventures du Jeune Voltaire ».
    Vous le connaissez peut-être grâce à son « Candide » ou son « Zadig », grands classiques de la littérature scolaire. Voltaire, François-Marie Arouet de son vrai nom, est un monument de la culture française. Une icône de la libre pensée, un virtuose de la plume, une des grandes inspirations de la Révolution, un symbole de la liberté… qui repose d’ailleurs au Panthéon, aux côtés de Victor Hugo, Émile Zola et André Malraux. Et pourtant, la série télévisée sur la jeunesse de cet illustre Français sera en partie tournée… en Belgique ! Et fort probablement à Modave.

    La mini-série intitulée « Les Aventures du Jeune Voltaire », coproduite par Umedia pour France Télévisions, sera composée de quatre épisodes de 52 minutes. Il y aura 25 jours de tournage en Wallonie.
    Des repérages ont eu lieu
    « Il a de très fortes chances que Modave fasse partie des lieux de tournage. À Modave, certains décors intéressent beaucoup le réalisateur », explique Bastien Sirodot, coproducteur belge. En effet, certains lieux évoqueraient particulièrement bien le 18e siècle.
    On pense alors bien entendu au magnifique château de Modave. Du côté de sa direction, on nous dit que des repérages ont eu lieu, mais que rien n’est encore signé.
    Sur le site de Wallimage (partenaire de cette production), on peut déjà avoir un avant-goût de cette série : « On y découvrira un Voltaire méconnu, rebelle impétueux, imbu de sa poésie et sûr de son talent.
    castings
    Dans un monde instable, il multiplie les facéties et les coups d’éclat, irritant souvent le pouvoir très embarrassé par sa fougue ». De quoi ravir les profs de français et les amoureux des Belles-lettres.
    Normalement, les riverains ne devraient pas être trop dérangés par cette production. « On veut déranger le moins possible. Les rues ne sont pas des rues du 18e… donc on ne tournera pas dans les rues », explique Bastien Sirodot. Ce dernier rappelle également les effets bénéfiques d’un tournage : « L’équipe va loger dans les hôtels, manger sur place… Ça a un impact très positif ».
    D’autres lieux de tournage sont également prévus, dans la province de Namur et de Liège.
    De nombreux castings ont déjà eu lieu, via l’agence de casting NK. Les prochaines offres se trouveront sur la page Facebook de la société de casting ( » NK Casting »)
    Par Ro.Ma
     
    Les lieux évoqueraient particulièrement bien le 18
e
 siècle.

  • 6 élèves de l’athénée royal d’Ouffet fabriquent une cabane pour une maison de repos

    Lien permanent

    Depuis le mois d’octobre, les six élèves de la section professionnelle option « bois » de l’athénée royal d’Ouffet sont occupés à confectionner une cabane non seulement originale mais utile.
    Cette dernière sera installée dans la future plaine de jeux de la maison de repos et de soins «Château Sous-Bois » à Spa. «L’idée est de ramener les enfants dans les maisons de retraite. Le module cabane avec balançoire et toboggan que nous confectionnons permettra aux pensionnaires grands-parents de jouer avec leurs petits-enfants », explique Pierre Eelen, professeur de menuiserie.
    Donner du sens
    Cette initiative s’inscrit dans un cadre européen et provincial. Le projet « The ! » (pour Technology in Healthcare Education) met effectivement en relation des élèves des sections techniques et technologiques avec des entreprises, des acteurs de la santé et des bénéficiaires de soins pour apporter des innovations technologiques à des problématiques réelles. Les élèves/étudiants sont amenés à travailler sur des situations-problèmes soumises par les entreprises ou les institutions du secteur. « Le gros avantage, pour nos élèves, c’est de fabriquer du concret. L’exercice ne va pas finir à la poubelle mais sera placé et va servir à beaucoup de monde. Cela les motive énormément », souligne le professeur. Une façon, donc, d’acquérir des compétences en donnant du sens aux apprentissages. « Le projet est global : il y a la production mais aussi la communication, le relationnel… », relève également Eric Thielens, directeur de l’établissement scolaire ouffetois. L’école ne doit pas acheter les matériaux, elle fournit uniquement la main d’œuvre.

    Outre la cabane, des meubles seront également réalisés. « Nous commencerons le placement après les vacances de carnaval », indique Pierre Eelen.
    C’est la deuxième année que l’athénée participe à ce projet. L’an dernier, les élèves de 3e et 4e années de menuiserie avaient créé des meubles adaptés et des panneaux d’affichage pour la Résidence les Trois Rois à Visé.

    Par Annick Govaers

    Source

    Lire la suite

  • Soirée d'information à l'attention des futurs élèves de 1 er année et de leurs parents à l'Athénée Royal d'Ouffet le 5 février 2020

    Lien permanent

    Soirée d'informations ce jeudi 6 février à 18h

    Tous les professeurs du 1er degré seront heureux d' accueillir afin de présenter leur cours.

     

     

  • Les élus en herbe se bougent pour le bien-être animal à Hamoir

    Lien permanent
    Afin de sensibiliser les citoyens à la cause animale, les élus du conseil communal des enfants de Hamoir ont décidé de se mettre en scène sur des cartes postales qui rappellent les responsabilités liées à l’adoption.
     
    Les bénéfices permettront d’acheter des cages pour le transport des chats errants.

    Il y a un an, une initiative originale germe dans l’esprit de deux jeunes conseillères de 5e primaire.
     
    Pauline Silvestre est décidée à mener une campagne de sensibilisation sur l’abandon des animaux de compagnie, tandis qu’Eva Legros suggère d’aborder la stérilisation des chats.
    De la rencontre de ces deux idées est né le projet « Mon animal, ma responsabilité ».
     
     
    Au travers de cette campagne de sensibilisation, les élus en herbe veulent rappeler aux maîtres les responsabilités liées à l’adoption d’un animal, et ainsi éviter de futurs abandons.

    « On a fait un travail de renseignement avec les élus pour comprendre d’où venaient ces abandons, explique Aline Sauvage, animatrice du conseil communal des enfants. On s’est rendu compte que c’était surtout en période de fête, avant de partir en vacances. On a donc opté pour des cartes postales qui ciblent les causes de ces abandons.
     
    » À titre d’exemple, Pauline Silvestre apparait en peignoir sur une des photos, en train de promener péniblement son chien. « Le but est de rappeler qu’avoir un animal exige de lui consacrer du temps. ». Pour représenter les coûts liés aux animaux de compagnie, un conseiller s’est mis en scène avec de l’argent et une calculette, réfléchissant à toutes les dépenses que cela engendre. Le style des photos est inspiré des campagnes « choc » de Amnesty, avec une phrase marquante mise en évidence.
     
     
    1000 cartes postales ont été imprimées, et la moitié a déjà été vendue par les enfants pendant les vacances de Noël. « L’argent gagné sera utilisé pour acheter des cages de transport pour chats, qui seront mises en location gratuitement à la commune.
     
    Il y a de plus en plus de chats errants à Hamoir.
     
    Ils rentrent chez les gens et sont porteurs de maladie. Ces cages permettront aux citoyens de transporter ces animaux dans des refuges adaptés. On a tendance à oublier que dans l’abandon des animaux, il est aussi question du bien-être des autres. »

    Lorsque vous capturez un chat errant, vous pouvez notamment l’emmener au refuge Animal Sans Logis et au cabinet vétérinaire Marcotty SPRL afin de le faire stériliser gratuitement.
     
     
    Il faut préalablement obtenir un papier de la Commune ou de la Police qui certifie qu’il s’agit d’un chat errant.
    Prochain projet du CCE ? Les élus envisagent une éventuelle action coup de poings pour dénoncer la pollution de l’air.

    Les citoyens peuvent soutenir le projet « Mon animal, ma responsabilité » en achetant un pack de 5 ou 10 cartes (5€ ou 9€), disponibles à l’office du Tourisme de Hamoir, place Del Cour.
     
    Des cages mises en location gratuitement

    Le projet des élus du conseil communal des enfants a commencé par une étape de sensibilisation, avec un désir de responsabiliser les propriétaires d’animaux. La seconde étape est l’action. L’argent gagné avec la vente des cartes postales sera utilisé pour acheter des cages de transport d’animaux domestiques.
     
    « Il y a de plus en plus de chats errants à Hamoir, explique Aline Sauvage, animatrice du conseil des enfants. Ils rentrent chez les gens et sont porteurs de maladie. Ces cages permettront aux citoyens de transporter ces animaux dans de bonnes conditions vers les refuges adaptés. »
     
    Les élus espèrent pouvoir investir dans au moins 3 cages, qui seront ensuite mises en location gratuitement à l’administration.
     
    Comme le rappelle une des cartes postales créées par les élus, « avoir un chat non stérilisé, c’est prendre le risque d’engendrer 20.736 chatons en quatre ans. » De quoi y songer à deux fois avant d’adopter.
     

    Par PT

    |
     

     

     

    Pauline Silvestre se met en scène, promenant un chien sans en avoir l’envie.
  • Il faut réunir 800€ pour que l’équipe de la commune de Marchin soit valablement inscrite au défi 24h vélo au profit du Télévie

    Lien permanent

     

     

    Soutenir Commune et CPAS de Marchin pour le défi 24h Vélo Télévie  Clic ici 

     

    Il faut réunir 800€ pour que l’équipe de la commune soit valablement inscrite au défi 24h vélo au profit du Télévie.

    La commune a jusqu’au mois de mars pour récolter l’argent nécéssaire à l’inscription aux 24 heures vélo du Télévie.

  • Combat de pauvres le 21 février 2020 Centre Culturel d'Engis

    Lien permanent

     

    Une masse invisible de pauvres est en train de se constituer en Europe, ce fléau touche des couches de plus en plus nombreuses de la population …
    A travers les témoignages d’experts, de travailleurs sociaux et de victimes de cette paupérisation, « Combat de pauvre » analyse avec humour et passion l’impact des choix politiques, sociaux et économiques, et pose la question du monde que nous souhaitons construire ensemble.

    Depuis près de 50 ans, la mauvaise redistribution des richesses en Europe ne cesse d’accroître les inégalités.  Les chiffres de la pauvreté explosent : 1,5 million de personnes en Belgique, 9 millions en France, 11 millions en Allemagne.  La précarité et l’exclusion semblent s’inscrire comme une norme sociale, sans qu’aucune mesure ne parvienne à enrayer ce fléau.
    Pour la Compagnie Art & tça, dont la démarche théâtrale est d’interroger les grands enjeux sociétaux, il y a une urgence à faire entendre la réalité de la pauvreté, comprendre les choix politiques, les abérrations de notre système, les impasses et les alternatives.
    A partir de témoignages rassemblés sur le terrain, ils inventent une forme de théâtre documentaire qui se fait porte-parole des « sans voix ».  Avec poésie et humour, ils créent une matière artistique vivante, exigeante et critique.
    Rencontre et débat après le spectacle !

    Création et mise en scène Cie Art & tça
    Ecriture et direction d’acteurs : David Daubresse
    Ecriture et interprétation : Charles Culos, Alexis Garcia et Camille Grange
    Accompagnateur technique : Jean-Louis Bonmariage
    Scénographie : Claudine Maus
    Regards extérieurs : Christophe Menier et Julie Remacle
    Montage vidéo : Marie Gautraud

    Une production de la Cie Art & tça en coproduction avec L’Atelier 210 ; la Coop asbl et Shelter Prod ; La Maison de la Culture de Tournai.
    Avec le soutien de La Fédération Hainaut-Namur des Métallos MWB-FGTB ; taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge ; La Province du Luxembourg ; Le Théâtre de l’Ancre ; La Fabrique de Théâtre/Service des Arts de la Scène de la Province de Hainaut ; La Fondation Syndex ; Ad Lib, Festival de Liège, Centre Culturel de Durbuy, Centre Culturel de Marchin. Projet développé dans le cadre de « La Chaufferie-Acte1 et réalisé avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Direction du Théâtre.
    Remerciements particuliers à toutes les personnes qui ont accepté de témoigner.

     

    Organisé par Centre Culturel d'Engis - CCEngis

     

  • le nouvel échevin PS Alain-Gérard Krupa de Neupré en place ainsi que Shirley Drossart devient la nouvelle conseillère communal

    Lien permanent

    Il y avait du monde pour le conseil communal de ce jeudi 16 janvier à Neupré où il était question de procéder au remplacement de l’échevin Benoît Hons, démissionnaire. C’est Alain-Gérard Krupa qui a pris sa place. Et Shirley Drossart devient la nouvelle conseillère communale.
    Suite et fin de la saga Benoît Hons à Neupré. Ce jeudi soir, le socialiste Alain-Gérard Krupa a officiellement remplacé l’échevin Benoît Hons, qui a démissionné de tous ses mandats politiques suite aux propos qu’il avait tenus sur Internet fin de décembre 2019.
    Un avenant au pacte de majorité était alors nécessaire afin de désigner un remplaçant.
     
    Et cela ne pouvait se faire qu’à l’occasion du conseil communal qui s’est déroulé ce 16 janvier.
     
    Shirley Drossart, première suppléante, a d’abord été appelée pour occuper la place laissée vacante suite à cette situation.
    Elle s’est assise après avoir prêté serment comme nouvelle conseillère communale. Il restait alors à désigner l’échevin PS qui allait remplacer Benoît Hons dans ses fonctions.
    C’est ainsi qu’Alain-Gérard Krupa a été désigné échevin ce jeudi sous les acclamations du public et des différents membres du conseil communal. Les attributions restent quasiment identiques. Le nouvel élu s’occupera ainsi de l’enseignement, du tourisme, du jumelage, du bien-être animal, de la coopération au développement et des relations internationales. L’accueil extrascolaire passe toutefois aux mains de Sandra Caprasse qui possède ainsi tout le pôle culturel. Il s’agit là d’une volonté logique du MR, qui souhaitait centraliser les compétences.

    « Des qualités humaines »
    Mathieu Bihet (MR) devient premier échevin.
    La cheffe de groupe PS, Diana Picone, a ensuite tenu à s’exprimer.
    Elle a rappelé les qualités humaines de Benoît Hons et son implication dans son travail : « Il a travaillé dans l’intérêt du parti et a rempli sa tâche dans l’intérêt du citoyen et de sa commune, ce n’est pas la fonction qui honore la personne mais la manière dont on remplit cette fonction.
     Benoît Hons fait partie de cette catégorie de personne.
    Nous le regretterons aussi parce qu’il a développé de nombreux projets dans notre commune en sachant que nous avons toujours été en coalition avec un partenaire avec lequel il s’est toujours montré honnête.
     Il a toujours tenté de construire un pont entre les libéraux et les socialistes.
     Benoît Hons est un homme qui a du cœur, il est dévoué. Ces qualités humaines, il les a.
    Ces derniers temps, on a n’a souligné que ses défauts, tout n’est pas blanc ou noir, il a commis des erreurs, d’autres ont fait pire, ils sont toujours là », a-t-elle déclaré avant de souhaiter bon vent à sa nouvelle camarade.
    Au sein du parti socialiste neupréen, l’ambiance est, dit-on, sereine : « Ces propos étaient inacceptables, on a bien dû procéder à son remplacement », a réaffirmé Paul Delmelle, président de la locale PS.
    « Je suis sûre que nous parviendrons à concilier nos points de vue dans l’intérêt de nos concitoyens », a d’ailleurs déclaré la bourgmestre.
     
    Info de Laurent Cavenati
    Alain-Gérard Krupa a été désigné échevin ce jeudi.

  • Trois nouvelles bières créées par les jeunes de la Mézon à Huy

    Lien permanent

    A Huy, la Mézon, la maison de jeunes de Huy, poursuit son aventure dans le milieu du brassage de la bière.
    Un premier atelier de brassage avait été organisé avec les jeunes en février 2018, en collaboration avec Nathalie Pinson, brasseuse et zythologue de la Brasserie des Coteaux à Liège. «Grâce à un subside de 1.500 euros de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous avons réalisé un premier brassin et la première bière de la Mézon est arrivée à maturation fin juin 2019. Il s’agissait d’une bière légère, cuivrée et houblonnée que nous avons sobrement nommée «La Mézon». Ce brassin a été écoulé et il n’en reste plus», indique Laurent Streel, animateur et responsable de l’atelier de brassage.
    Le 30 novembre dernier, Laurent Streel a remis le couvert pour un deuxième brassin. «Ce sont une dizaine de personnes, jeunes et moins jeunes puisqu’il s’agit d’un atelier inter-générationnel, qui ont à nouveau participé à ce deuxième brassin. Nathalie Pinson a à nouveau fourni les ingrédients (l’orge, le houblon et les cuves) aux jeunes apprentis qui se sont chargés du mélange d’une soixantaine de litres et les jeunes ont pu réaliser trois nouvelles bières», se félicite Laurent Streel.
    Noire, brune et blonde
    Ce sont les jeunes qui ont baptisé ces trois nouvelles bières. «Il y a la «stout ou rien», une bière noire aux notes de café et de chocolat (65 bouteilles), la «Winter is coming», une bière brune chaleureuse et épicée (50 bouteilles) et une bière blonde légère aux houblons fruités (40 bouteilles)», détaille Laurent Streel.
    Ces trois bières ont été mises en bouteilles le 10 janvier dernier avec leur propre étiquette chacune: la rouge pour la bière blonde, la bleue pour la bière brune et l’orange pour la bière noire. «Il faudra encore attendre un bon mois avant de pouvoir les déguster mais les jeunes se réjouissent déjà», conclut Laurent Streel.
    A noter que les autorités communales hutoises ont remis ce mercredi à la Reine Mathilde un petit colis contenant les trois nouvelles bières de la Mézon.
    Par MARC GéRARDY

     

    Source

  • Les «Enfants de Chœur» pour l’Action Damien

    Lien permanent

    L’émission de radio « Les Enfants de Choeur » sera enregistrée à Huy, ce 20 janvier. L’intégralité des bénéfices sera reversée à l’ONG Action Damien.


    Ce 20 janvier, les nouveaux chroniqueurs de l’émission de radio Les Enfants de Chœur (Farah, Lucile Poulain, Julien Demarche, Pierre-Yves Wathour et David Bartholomé), emmenés par la voix de Michaël Pachen, s’empareront du micro du Grand Auditoire de l’Institut Supérieur Industriel de Huy.

    Ils seront également accompagnés d’invités prestigieux : Sandra Zidani et Didier Boclinville.


    Depuis près de dix ans, Les Enfants de Chœur se retrouvent dans diverses salles en Wallonie et à Bruxelles pour proposer une émission humoristique et rafraîchissante. Comme à son habitude, l’émission de Vivacité reversera l’intégralité de ses bénéfices à une association.

    Celle du 20 janvier sera destinée à l’ONG belge, Action Damien.

     

    DES FONDS Grâce À L’HUMOUR


    Depuis 1964, Action Damien se bat pour éradiquer des maladies infectieuses comme la tuberculose, la lèpre et la leishmaniose.
    Le 20 janvier, ce sera la première fois que l’ONG s’associera avec une émission de radio.

    L’occasion, pour elle, de récolter des fonds grâce à l’humour.
    « Cet argent nous permettra d’acheter des médicaments ainsi que du matériel médical et logistique.

    Celui-ci sera redistribué dans les 16 pays que nous aidons », confie Jacques Ryon, collaborateur d’Action Damien.


    À Noter : Prix : 10€ - Horaire : le 20 janvier de 19h30 à 22h30 - Réservations : www.actiondamien.be - Nº compte : BE39 1910 1779 5119 - Adresse : Rue Saint-Victor 3, à Huy

     

    Source

     

  • L’arme fatale contre les fraudeurs aux horodateurs, les scan-cars

    Lien permanent
    Annoncées depuis un an et demi, les deux scan-cars sont maintenant opérationnelles. Depuis lundi, elles sillonnent le centre-ville de la Cité ardente à la recherche des automobilistes qui ont oublié d’alimenter les horodateurs. Avec une «puissance de feu» de 15.000 contrôles par jour et par véhicule, ces scan-cars risquent de devenir rapidement le cauchemar des mauvais payeurs.
    Reportage à bord !
    Un petit tour de quelques minutes dans une scan-car suffit pour démontrer la redoutable efficacité de ces véhicules chargés dorénavant de contrôler le stationnement payant et riverain dans les rues de Liège. Pas une seconde ne passe en effet sans que le bip, synonyme de plaque contrôlée, ne retentisse. Sachant que, simultanément, tous les numéros de ces plaques d’immatriculation sont croisés, grâce à l’ordinateur installé dans le coffre du véhicule, avec la banque de données « horodateurs ». Une plaque n’y figure pas ? C’est que l’automobiliste n’a pas payé. Quelques heures plus tard, la redevance de 40 euros lui sera donc envoyée par courrier. L’arme fatale contre les fraudeurs du stationnement donc…
    Et, avec leurs 16 caméras disposées sur le toit de chacun des deux véhicules, peu de chance d’échapper à leur vigilance. « Elles vont scanner toutes les plaques des véhicules en stationnement et interroger la banque de données en permanence, insiste Dominique Bailly, le directeur opérationnel de la police de Liège. Chaque scan-car est ainsi capable de contrôler entre 10 et 15.000 véhicules par jour. » Et ce, quel que soit le temps, de jour comme de nuit…
    Les caméras dont disposent ces petites Renault Zoé électriques sont en effet de trois types : des ANPR, pour la reconnaissance des plaques, des infrarouges pour être efficaces quelle que soit la luminosité et des caméras 360º qui offrent des images panoramiques. « On a ainsi à notre disposition quatre photos différentes de la voiture contrôlée, à chaque fois », continue M. Bailly.
    Des milliers d’automobilistes échappaient au payement
    Jusqu’à présent, bien que l’estimation soit difficile, on peut dire sans se tromper que plusieurs milliers d’automobilistes échappaient chaque année à la redevance. Difficile en effet pour les agents à pied de contrôler tous les quartiers chaque jour en permanence.
    Avec les scan-cars, il en ira cependant tout autrement. Ces deux véhicules se concentreront, dans un premier temps du moins sur les zones horodateurs et riverains, soit l’hyper-centre et quelques quartiers périphériques. Un périmètre qu’elles pourront couvrir en… deux heures. Plusieurs contrôles du même quartier sur une même journée sont donc plus que probables.
    Des avertissements... d’abord
    Dans un premier temps, une phase de transition est toutefois prévue, histoire de laisser une chance aux récalcitrants et de vérifier sur le terrain tous les paramètres des scan-cars.
    Seuls des avertissements seront donc envoyés aux automobilistes en infraction durant cette période, qui devrait durer de deux à trois semaines.
    Après cette ultime phase de test, les deux scan-cars liégeoises entreront vraiment en action, avec la redoutable efficacité qu’on leur prête déjà. Mieux vaudra dès lors avoir bien encodé son numéro de plaque dans les horodateurs – qui ont été adaptés à cet effet – sous peine de voir défiler les redevances de 40 euros dans sa boîte aux lettres…
    Geoffrey Wolff
    Un triple contrôle en cas de contestation
    Avec les agents à pied, il est toujours possible de discuter, pour expliquer son cas particulier : je m’arrête seulement pour téléphoner, pour décharger, je ne me sens pas bien, je venais d’arriver et j’allais payer…
    Avec les scan-cars par contre, tout dialogue est impossible. La porte ouverte aux redevances injustifiées ? « On a prévu une tolérance de cinq minutes, précise d’emblée Dominique Bailly, le directeur opérationnel de la police de Liège. Soit le temps qu’il faut pour aller jusqu’à un horodateur. Parce qu’il n’y a même plus besoin de revenir mettre son ticket dans la voiture maintenant. » Comment, dans les faits, cette tolérance sera-t-elle appliquée ? Via une procédure de contrôle précise.
    « La verbalisation se fait à J+1. En clair, tous les jours à minuit, le logiciel va à nouveau confronter les véhicules ‘positifs’ (ceux qui, lors du passage de la scan-car, étaient en infraction, NDLR) avec la banque de données, pour voir si des automobilistes n’ont pas régularisé leur situation dans les cinq minutes qui suivaient le contrôle. Pour tous les autres, les courriers de redevances sont générés automatiquement. »
    Certaines exceptions existent quand même : « Le logiciel, quand il contrôle les plaque, donne également un degré de certitude. Quand il n’atteint pas les 90 %, ce qui est rare, un opérateur humain intervient. Par exemple pour vérifier, grâce aux photos, qu’il s’agit d’un Q et non d’un O avec une vis. » Des photos qui seront également utilisées en cas de contestation. « Quand quelqu’un dit qu’il s’était arrêté pour téléphoner, ou pour décharger, il suffira de visionner la photo panoramique pour le vérifier ».
    Les chiffres
    30.000
    Chaque scan-car pourra contrôler entre 10 et 15.000 véhicules chaque jour. Pour un total quotidien de près de 30.000 contrôles…
    2
    Les scan-cars interviendront dans un périmètre limité, celui dans lequel on retrouve les places horodateurs et les places riverains. Mais là où il fallait plusieurs agents pour une partie à peine des quartiers concernés, les scan-cars contrôleront l’ensemble du périmètre en deux heures à peine.
    1 million
    C’est le budget total débloqué pour l’achat des scan-cars et le remplacement des horodateurs. Il l’avait été dans la foulée de l’attentat perpétré en mai 2018 par Benjamin Herman devant le lycée de Waha, qui avait notamment coûté la vie à deux auxiliaires de police chargées de contrôler les véhicules qui y étaient stationnés.
    Plus de «papillons» sur les pare-brise dès maintenant
    Jusqu’à présent, les agents de police déposaient une invitation à payer la redevance sur le pare-brise du véhicule contrôlé en infraction. Maintenant, hormis pendant la période de test durant laquelle des agents cohabiteront avec les scan-cars, c’en sera terminé.
    Tout étant généré a posteriori, les invitations à payer seront envoyées par bpost dans les boîtes aux lettres.
    À noter que si, dans un premier temps, seul le stationnement sera contrôlé, d’autres problématiques pourraient être envisagées par la suite. « Il suffit d’adapter le logiciel pour qu’il interroge d’autres banques de données, comme celles des assurances ou des voitures volées. Tout est possible… »

    Par G.W.

     

     

     

     

    Avec ses 16 caméras sur le toit, rien n’échappe à la scan-car.

  • On nous demande de vous informer de la Marche Adeps dans notre joli village de Ramelot le dimanche 19 janvier 2020

    Lien permanent

    Marche Adeps dans notre joli village de Ramelot le dimanche 19 janvier 2020.
     
    4 tracés sont prévus, 5, 10, 15 et 20 km qui ne seront pas accessibles aux PMR.
     
    L'accueil est prévu dès 8 heures à la salle communale 'Le Tilleul' (rue du village) où notamment sandwichs, pâtisseries et soupes faites maison attendront les marcheurs.
     
    Les bénéfices récoltés à cette occasion permettent au comité de notre village d'offrir, par exemple, un spectacle à la Saint Nicolas ou d'organiser une excursion .

  • Un nouveau resto à neupré: La Charbonnade de la Botte

    Lien permanent

    Après Loncin en 2014, voici un deuxième restaurant « Charbonnade de la Botte » à Neupré sur la route du Condroz depuis octobre dernier.

    Un système quelque peu différent des restaurants du centre de Liège.


    Depuis peu, le restaurant « La Charbonnade de la Botte » est ouvert sur la route du Condroz à Neupré.

    Il est le second établissement d’une enseigne déjà implantée à Loncin.


    Le principe du « Charbonnade de la Botte », un restaurant ouvert en octobre 2019 sur la route du Condroz à Neupré est particulier : on reçoit sa viande et on la fait cuire sur une grille située au milieu de la table.

    Ce concept est déjà bien connu des Liégeois puisque le restaurant « Les sabots d’Hélène » propose un concept similaire, mais également «La Charbonnade» en Roture, pour ne citer que ces deux emblématiques exemples.


    Toutefois, Julie Hansoulle, la gérante de l’établissement, met en avant sa spécificité face à l’enseigne principautaire. « C’est très différent. Le principe de cuisson est le même mais nous pouvons faire cuire des gros morceaux de viande d’environ un kilo.

    Et en plus de nos viandes et poissons, nous proposons des raclettes et des fondues », explique-t-elle. Et elle ajoute : « Au-delà de la nourriture, l’environnement est assez luxueux. »

    Ce n’est pas le premier établissement à porter ce nom. Un « Charbonnade de la Botte » existe déjà à Loncin depuis 2014. Mais la réputation de cette première antenne n’a pas aidé le succès du nouveau restaurant, qui était bien au rendez-vous.

    « À Neupré, neuf clients sur 10 disent ne pas connaître le restaurant de Loncin, la clientèle est totalement différente. »


    Du reste, l’établissement propose un assortiment de viandes exotiques qui change régulièrement, et est ouvert tous les soirs.


    Par Clément Manguette

     

    Source

  • Sa Majesté la Reine viendra comme prévu à la rencontre de Hutois demain mercredi 15 janvier 2020

    Lien permanent

    Sa Majesté la Reine viendra comme prévu à la rencontre de Hutois ce mercredi. Elle sera accompagnée par le Gouverneur de la Province


    Retenu par d'autres obligations, sa Majesté le Roi ne sera pas présent.


    La visite s’achève avec une rencontre avec la population Grand-Place vers 12h30.


    Afin de garantir le bon déroulement de cet événement, des mesures de circulation particulières sont prises. Nous portons à votre connaissance que la rue des Fouarges sera barrièrée à partir du carrefour formé avec la rue des Rôtisseurs côté Point Chaud. Le barriérage se poursuivra sur la Grand-Place côté Littéraire et jusqu’en Mounie (à hauteur du magasin Germaine Collard). Le couloir formé par ce barriérage sera uniquement un couloir de passage destiné aux piétons.
    Dans toute la rue des Fouarges ainsi que dans le couloir établi Grand-Place jusqu’en Mounie, l’accès aux magasins sera interdit de 12 h 15 à 13 h. Durant ce laps de temps, le couloir ne pourra être utilisé que pour quitter la zone barrièrée.
    Les personnes qui désirent apercevoir la Reine pourront accéder à la Grand-Place uniquement par la rue Griange et la rue des Brasseurs.
    Il est à noter que la place Verte sera également interdite au public de 11 à 14 h.

    Ville de Huy (Officiel)

    Lire la suite