Actu des communes voisines

  • Dernière semaine pour la foire à partir de 1 € de Statte

    Lien permanent

     

    Du 4 octobre 2019 au 17 novembre 2019 

    Dernière semaine 

     

    Port de Statte (5,71 km)
    4500 Huy-Statte, Liege, Belgium
     
     
  • Marché de Noël Clavier le 14 et 15 décembre 2019

    Lien permanent

    Marché de Noël avec de nombreux artisans de la région, bar et restauration de circonstance, ambiance de Noël et soirée guinguette.


    Carrefour Devillers, 4560 Clavier, Belgique

     

    Marché DE Noël clic ici 

  • Soirée spéciale sur le thème du harcèlement le 25 novembre 2019

    Lien permanent

    Le 25 novembre prochain, dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre la violence faite aux femmes, nous organisons une soirée spéciale autour du thème du harcèlement.

    Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la Coordination Femmes d’Amay, ses bénévoles et le Centre culturel d’Amay vous invitent dès 18h30 à un cocktail dînatoire préparé et servi par les élèves de l'école du Chêneux autour d’une exposition d’affiches de campagnes contre le harcèlement.

    À 19h45, concert d’Alberto Ales.
    Accompagné de sa guitare, rythmé aux sons de l'Espagne,ce compositeur-interprète transmet au public sa sensibilité,racontant des histoires d'un quotidien... non ordinaire.
    À 20h30, spectacle classé d’utilité publique : « #Vu » de la Cie Les Arts Nomades
    Une plongée dans la boue des réseaux sociaux et des intimités v(i)olées Lisa débarque à une soirée où personne ne l’a invitée. Elle est là pour faire face.
    À elle-même et à ceux qui l’ont harcelée. Ceux qui ont partagé le sexto envoyé à celui qu’elle aimait.
    Ceux qui n’ont pas pris la peine de penser à son cœur qui battait.
    Alors elle déverse son  histoire, Lisa, à coup de rimes slammées en cascade, dévalant sur le rythme haletant de
    percussions jouées en live, la montagne d’insultes et de brimades qu’elle a dû encaisser.

    Dévoilant une fin éclatante d’intelligence et de beauté, #Vu est un spectacle puissant et audacieux, une immersion dans la réalité inquiétante du cyber-harcèlement à l’école.
    Une gifle, nécessaire et salutaire, qui marque par sa justesse d’interprétation et d’écriture.
    Avec sa présence décalée, le musicien Vincent Cuignet donne le beat à cette tempête impitoyable, soulignant la langue crue, la rumeur nauséabonde, la solitude profonde.
    Avec Julie Carroll et Vincent Cuignet
    Texte et mise en scène : Mattias Depaepe
    Informations pratiques :
    Date : 25/11/2019
    18h30 : cocktail dînatoire
    19h45 : concert
    20h30 : spectacle
    Prix : 5,00 €
    Infos et réservations : 085/31 24 46 - info@ccamay.be

    25novama.JPG

  • Le site touristique de Banneux remis à neuf

    Lien permanent
    Avec ses 300 à 400.000 visiteurs par an, le centre touristique de Banneux est un carrefour important pour la commune de Sprimont. D’ailleurs, le projet de moderniser l’infrastructure d’accueil touristique se concrétise.
    « Les nombreux visiteurs motivent notre volonté de dynamiser et embellir cet espace », confie Luc Delvaux, le bourgmestre. « Nous souhaitons proposer un meilleur accueil pour ce site très touristique, avec d’une part une partie ‘tourisme religieux’ et lieu de recueillement, et d’autre part, un endroit calme et accueillant avec des sentiers de promenades ».
    Un nouvel Office du Tourisme
    Concrètement, trois projets d’aménagements sont sur la table. Tout d’abord, la création d’un nouvel Office du Tourisme. « On a acquis l’ancienne friterie qui sera transformée pour accueillir l’Office du Tourisme. Il est mieux situé d’un point de vue géographique car il est situé entre la nouvelle place et les deux grands parkings », précise le bourgmestre.
     
    Le nouvel Office du Tourisme assurera également un rôle de promotion des produits locaux (voir ci-contre).
    Le Commissariat Général au Tourisme a octroyé deux subventions pour ce projet : 95.000 € pour les travaux et 48.019 € pour les aménagements nécessaires à l’accès des personnes à mobilité réduite.
    La place centrale
    Devant ce nouvel Office du Tourisme, la petite place veut aussi faire peau neuve. « La place n’a pas la convivialité qu’on pourrait lui apporter. Nous souhaitons organiser là un centre de groupement, un endroit où les visiteurs peuvent se retrouver avant de se disperser vers les commerces, le site marial », ajoute Luc Delvaux.
     
    Nouveau revêtement de sol, création d’espaces verts, nouvelle illumination publique, mobilier public… À voir les vues 3D, la place sera bientôt méconnaissable !
    « On espère aussi dynamiser le domaine horeca en amenant des touristes locaux ou semi-locaux », continue le bourgmestre.
    Les travaux commenceraient à partir de septembre ou octobre 2020, pour ne pas déranger la haute saison prochaine. Après environ six mois de travaux, tout devrait être terminé pour la haute saison 2021.
    La Province de Liège et Liège Europe Métropole ont accordé un subside de 245.000 € pour ce projet, estimé au total à 685.000 € pour les aménagements de la place et 63.500 € pour le remplacement de l’illumination.
    Une balade piétonne
    En outre, une balade piétonne va également être dynamisée. « Il y a un espace piéton qui existe déjà mais nous souhaitons le rendre plus attrayant », indique le bourgmestre. Cette dernière longe les bâtiments horeca, et permet de relier la place aux parkings.
    « Nous pensons ajouter quelques sculptures issues du Symposium de la pierre », précise-t-il encore. Des plantations et arbres boules agrémenteront également l’espace.
    Le Service Public de Wallonie a octroyé un subside « Prime Vert » à hauteur de 15.000 €. La commune complétera le budget des travaux en apportant 7.800 €.
     
    Au total, presque un million d’euros va être investi pour harmoniser les infrastructures d’accueil touristique à Banneux. Sur le plus long terme, les parkings devraient également recevoir un coup de neuf.
    Promouvoir les produits sprimontois
    Le nouvel Office du Tourisme, outre son rôle de promotion touristique, servira aussi de vitrine aux produits locaux. En effet, « il y a pas mal de produits locaux sprimontois, comme de la bière, du vin, du péket, du miel, du fromage, etc. », explique Philippe Leerschool, échevin du tourisme.
    « Le nouveau local sera plus grand avec une belle vitrine. L’objectif c’est de pouvoir exposer les produits de nos producteurs », enchaîne-t-il.
    Les touristes, locaux ou semi-locaux pourront ainsi découvrir des mets et boissons du terroir. Mieux encore, certains produits seront mis en vente. Le nouvel Office du Tourisme se dotera de frigos afin de proposer les produits sprimontois aux visiteurs. « Et ce sans marge bénéficiaire pour nous », assure l’échevin du tourisme.
    En tout, une quinzaine de petits producteurs de la commune sont concernés et pourront exposer leurs produits dans un lieu de passage.
     
     

    Par Victorine Michel

     
     
  • ‎Léa Olivier en dédicace à Liège aujourd'hui 9 novembre 2019

    Lien permanent

     

    Tournée de dédicaces organisée dans le cadre de la sortie du tome 15 de "La vie compliquée de Léa Olivier" et du tome 7 en version BD.

    Tous les ouvrages seront disponibles en magasin

    SAMEDI 09 NOVEMBRE 2019
    Dédicaces de Catherine Girard-Audet et de Ludo Borecki

    De 15h50 à 17h

    Centre Commercial Belle ILE / Librairie Club
    Quai des Vennes 1/91
    4020 Liège

    Une co-organisation Kennes et la librairie Club Belle-Ile.

     

     

    Kennes Editions

    Léa Olivier en dédicace • Liège

  • Une journée d'action contre la violences faites aux femmes le 22 novembre 2019

    Lien permanent

    Spectacle Rugueux ce 22 novembre au Coude à coude!

     

    22nov neu.jpg

     

    22 nov neup.jpg

    Commune de Neupré
  • Dans les idées sorties : Le Lac des Cygnes revisité pour le plaisir des enfants

    Lien permanent

    Un spectacle adapté aux plus petits. Ou comment faire découvrir la magie d’un orchestre aux enfants dès cinq ans. C’est ce que l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL)de manière exceptionnelle avec une adaptation du célèbre « Lac des Cygnes».
    Un prince menacé, une princesse ensorcelée, des jeunes filles transformées en cygnes… Il faut dire que tous les éléments sont réunis afin de relever un sacré challenge : celui de faire aimer la musique classique aux jeunes. « J’ai eu des enfants qui ne voyaient pas l’orchestre derrière les comédiens et d’autres qui ne voyaient que l’orchestre. Tout dépend du contexte éducatif de l’enfant » déclare Eric Staercke, le metteur en scène.
    « La musique dépasse l’œuvre », renchérit M. Staercke. L’adaptation du ballet original en quatre actes de Tchaïkovski vise à donner toute son importance à la musique aux enfants. Des émotions et des ambiances, c’est ce que l’Orchestre à la Portée des Enfants souhaite faire ressentir aux plus petits au travers d’une histoire jouée par des comédiens professionnels. « Le spectacle est vivant. Nous partageons nos émotions en tout temps sur ce que nous avons vu et ressenti ».
    L’Orchestre à la Portée des Enfants a déjà fait ses preuves en proposant, toujours avec la complicité de l’Orchestre Philharmonique de Liège, des œuvres célèbres telles que les « Contes de ma Mère l’Oie » de Ravel et le « Carnaval des Animaux » de Saint-Saëns ou encore « L’Apprenti Sorcier » de Dukas pour les plus contemporains.
    Venant de souffler les bougies de sa vingtième saison, l’Orchestre à la Portée des Enfants compte déjà à son actif plus de 150 représentations visionnées par plus de 200.000 spectateurs.


    Par Céline Gonzalez-Gonzalez


    Vendredi 8 novembre à 18h et dimanche 10 novembre à 16h à la Salle Philharmonique de Liège. 16€/adulte & 14€/enfant. Réservations au 04/220.00.00 ou sur www.oprl.be

     

    Source

  • Les communes de Ferrières, Hamoir, Comblain-au-Pont, Anthisnes et Ouffet veulent s’associer dans une Intercommunale pour gérer la piscine

    Lien permanent

    Piscine de St-Roch: le compte à rebours lancé

    Les communes de Ferrières, Hamoir, Comblain-au-Pont, Anthisnes et Ouffet veulent s’associer dans une Intercommunale pour gérer la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières, la dernière dans le Condroz.

    Tout doit être terminé pour fin mai 2020. Le compte à rebours est lancé.


    Le manque de piscines est de plus en plus criant.

    C’est une des raisons qui explique que seulement 9 à 16 % des élèves dans le secondaire ont droit à un cours de natation. Ces chiffres ont été révélés par une enquête officielle de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Des chiffres qui ont incité la députée Caroline Cassart, vice-présidente du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à interpeller la Ministre de l’Enseignement obligatoire, Caroline Désir, sur cette problématique tout en lui présentant le projet de cinq communes d’utiliser la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières
    « Je me réjouis de cette initiative transcommunale dans le Condroz », indique Caroline Cassart.


    Mais on est encore loin du compte, malheureusement.

    Car le manque de piscine est vécu cruellement aussi en Ourthe-Amblève où l’avant-dernière piscine en fonction, celle du Relaxhoris à Ferrières après celle d’Aywaille qui affiche complet , fermera ses portes définitivement à la fin de ce mois de novembre.

    Une piscine où se rendent de nombreux élèves et clubs sportifs, y compris dans la salle de gymnastique du Relax. Le complexe Relaxhoris a été vendu.

    Il faut donc trouver des solutions.


    Depuis plusieurs années déjà, les bourgmestres de cinq communes (Ferrières, Hamoir, Ouffet, Anthisnes et Comblain-au-Pont) planchent sur ce sujet.

    Pourquoi ne pas réhabiliter la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières pour les élèves, les sportifs et les habitants de ces cinq communes  ?

    C’est le pari un peu fou que se sont lancés ces bourgmestres et Patrick Lecerf, bourgmestre de Hamoir, nous précise où en est ce projet : « nous le finalisons au niveau technique pour pouvoir ficeler le budget et approuver le cahier des charges avant adjudication des travaux.

    Mais nous avons une deadline qui a été fixée à la fin du mois de mai 2020, autant dire demain  ! ».


    « Nous espérions un délai supplémentaire mais le Ministre wallon des Infrastructures sportives Jean-Luc Crucke se montre inflexible. Ce n’est pas raisonnable.

    Le gouvernement wallon pourrait être plus compréhensif et devrait jouer un rôle de soutien plutôt qu’un rôle de gendarme  !

    D’autant que les cinq communes se mobilisent pour répondre à une obligation de la Fédération Wallonie-Bruxelles d’apprendre à nager aux enfants.

    On se substitue à un autre niveau de pouvoir.

    Nous allons faire le maximum mais c’est un dossier colossal pour de petites communes », dénonce Patrick Lecerf.


    Une Intercommunale


    « Nous avons constitué une structure juridique qui va piloter le projet : une Intercommunale. Les conseils communaux des cinq communes ont approuvé à l’unanimité ce projet et la création de l’Intercommunale.

    En décembre prochain, les cinq conseils communaux devront approuver les statuts de l’Intercommunale qui comptera les cinq communes et deux asbl de l’école et qui a été baptisée « Piscine de Bernardfagne & Co ».

    Bernardfagne, car c’était le saint-patron de Saint-Roch Ferrières et Co pour les cinq communes », annonce Patrick Lecerf.


    En ce qui concerne le financement, en plus de la part communale, le plan piscine de la Région wallonne n’apportera que 30 % de subsides ( »contre 85 % pour des projets portés par plusieurs communes, autres que(une piscine », rappelle Patrick Lecerf).

    Une demande a été formulée auprès de l’asbl Liège-Europe Métropole qui donnera sa réponse d’ici la fin de ce mois. « Sans son aide, le projet ne pourra pas voir le jour », prévient le bourgmestre de Hamoir.


    « L’hiver sera chaud. Il faudra mettre les bouchées doubles. On prône partout la supracommunalité mais on ne fait rien pour l’encourager.

    Il y a beaucoup de volonté en Ourthe-Amblève et nous restons positifs », clôture Patrick Lecerf.

    Par

    Par Marc Gérardy

    Source

  • Permis accordé pour le hall des sports à Clavier-Ouffet

    Lien permanent

    Le grand projet de Clavier avance. Le permis d’urbanisme a été accordé. Il y aura une salle de fêtes, un hall omnisports et des vestiaires pour le club de football La Clavinoise en 2022.
    Nouvelle étape franchie dans le projet de hall des sports de Clavier-Ouffet. Le permis d’urbanisme a été accordé la semaine dernière, fin octobre.
    « C’est une très très bonne nouvelle car il s’agit du dossier mastodonte pour la commune de Clavier durant cette législature. Il n’y a plus qu’à transformer l’essai », indique Damien Wathelet, 1er échevin en charge des Sports de Clavier qui fait référence à la dernière Coupe du monde de rugby.
    Pour rappel, il s’agit d’un projet transcommunal lancé il y a trois ans par les communes de Clavier et Ouffet. Un projet de cinq millions d’euros TVAC. « Nous avons déjà obtenu un subside d’un million et 50.000 euros de la part du Développement rural wallon pour la salle des fêtes de 35 X 12 m avec deux cloisons amovibles pour diviser cette salle en trois espaces. Il y aura aussi un hall omnisports de 44 X 24 m avec vestiaires pour lequel Infrasports apporte un subside de 2,5 millions d’euros. Et il y aura enfin six vestiaires pour le club de football La Clavinoise qui compte près de 200 jeunes et trois vestiaires pour les arbitres. La commune de Clavier devrait apporter 1,4 million d’euros et la commune d’Ouffet 50.000 € », détaille l’échevin Damien Wathelet.
    « Nous espérons toujours diminuer la part communale grâce à des subsides pour la mobilité douce et pour les espaces verts. Nous allons aussi essayer de récupérer 300.000 euros rabotés à l’époque par Infrasports. Enfin, nous sommes toujours en réflexion avec notre bureau d’études pour créer une Régie communale autonome, ce qui nous permettrait de ne pas payer la TVA (21 % c’est-à-dire un million d’euros !). Et si cette Régie est créée, nous y mettrions aussi les 700.000 euros prévus pour la rénovation future de la piscine d’Ocquier », précise encore Damien Wathelet.
    « Pour le hall omnisports, la promesse de subsides vaut pour 24 mois. Elle a été octroyée en octobre 2018. Les travaux devront donc être adjugés pour octobre 2020. Nous avons décidé que 25 % du temps d’occupation de ce hall omnisports seront réservés aux Ouffétois. Pour la salle des fêtes, le dossier devra être finalisé pour mai 2020. Et dès que nous aurons reçu l’accord du Ministre, nous pourrons lancer les adjudications », ajoute l’échevin des Sports
    Les travaux de ce grand projet devraient débuter au printemps 2021. Ils dureront un an
    .

    Par Marc Gérardy

    Source

  • Bourse aux jouets et vêtements le dimanche 17 novembre 2019

    Lien permanent

    Bourse aux jouets et vêtements le dimanche 17 novembre au profit de l'école Saint-Joseph Ouffet.

    17 st jouffet.JPG

  • Marche suivie repas d'automne le 10 novembre 2019

    Lien permanent

     

    A ne pas rater !

    Marche suivie d'un repas d'automne le 10 novembre 2019

    5 et 10 km 

    Salle la grange les Avins 

     

    Inner-Wheel Huy-Ocquier

  • Olivier Vervoort conseiller communal à Modave

    Lien permanent

    Olivier Vervoort conseiller communal pendant 3 mois à Modave
     
    Le prochain conseil communal de Modave se tiendra ce mercredi, à partir de 19h15.
    À l’ordre du jour, le remplacement de la conseillère OSE Aurélie Belli-Dor, en repos d’accouchement pour 3 mois.
    Déjà maman, la conseillère de la majorité OSE a donné naissance mardi passé à une seconde petite fille qu’elle a prénommée Alix.
    L’enfant et la maman se portent bien, nous a assuré le bourgmestre Eric Thomas.
    Pendant les 3 mois de repos d’accouchement Aurélie Belli-Dor sera remplacée par Olivier Vervoort, 48 ans, de Vierset-Barse, qui était 1er suppléant dans l’ordre de préséance.
    Il cumulera ses fonctions de conseiller communal avec celles de conseiller du CPAS jusqu’au 2 février prochain.

    Comptable de profession, Olivier Vervoort est très actif dans la commune.
    C’est lui qui vient d’ouvrir la nouvelle unité scoute à Modave dont il est le responsable.
    Cet adepte du jogging, papa de 3 enfants (2 garçons et une fille) est également à la tête du club de badminton de l’entité.

    Il prêtera serment en début de séance ce mercredi soir, lors du conseil communal qui se tient comme d’habitude dans la salle du conseil, place Georges Hubin, 1, à Vierset-Barse.
     
    Par M-Cl.G.
     
     

  • Un an après les élections, rencontre avec les nouveaux bourgmestres de l’arrondissement, aujourd'hui Modave

    Lien permanent

    Un an après les élections d’octobre 2018, rencontre avec les nouveaux bourgmestres de l’arrondissement. Comment assument-ils leurs nouvelles fonctions ? Ce qui a changé dans leur vie. Le second numéro de notre série est consacré à Eric Thomas, bourgmestre (OSE) de Modave.
    Eric Thomas, comment avez-vous vécu cette première année de mayorat ?
    Dans mon organisation politique et professionnelle, le 1er trimestre a été le plus difficile et le plus chargé. C’était très lourd, j’avais de longues journées de travail. Sinon, au niveau de la fonction, il n’y a pas eu de grandes difficultés. Pendant 6 ans (de 2012 à 2018, NDLR), j’ai été premier échevin, j’ai donc beaucoup travaillé aux côtés de la bourgmestre Jeanne Defays, par conséquent, je savais ce qui m’attendait.
    Si vous deviez comparer la fonction de 1er échevin à celle de bourgmestre : du pareil au même ?
    Non, pas du tout on est beaucoup plus interpellé en tant que bourgmestre. Au moindre conflit de voisinage, nous sommes consultés. Ceci dit, je n’ai pas à me plaindre. Modave reste une commune rurale très calme, où il n’y a pas beaucoup de problèmes. Je craignais d‘être dérangé nuit et jour, ce n’est pas le cas. Bien sûr, il y a plein de petites choses que j’ai dû apprendre dans cette nouvelle fonction. J’ai dû notamment traiter un problème de chiens maltraités. Ce n’est pas un cas qui nous est soumis tous les jours et en plus la loi venait de changer. Mais finalement, je m’attendais à plus de sollicitations et à plus de réunions. J’arrive à très bien gérer mon agenda maintenant.
    D’un point de vue pratique, ce que la fonction de bourgmestre a changé dans votre vie ?
    Vous devez savoir que j’ai eu mon premier GSM en devenant échevin, mais il restait toujours en bas. Le jour où je suis devenu bourgmestre, je l’ai pris avec moi dans ma chambre à coucher. Je dois être joignable 24 heures sur 24. Imaginez, un incendie, il faut reloger la famille, c’est le bourgmestre qui doit intervenir.
    Comment parvenez-vous à concilier vos nouvelles fonctions politiques avec votre emploi d’expert-comptable chez Renory et Liège contenair terminal ?
    Je suis quelqu’un de très organisé, très structuré. Dès mon élection, j’ai réduit mon temps de travail. Les mardi et jeudi, je suis à la commune. Il m’arrive parfois d’avoir des mails ou des communications téléphoniques de la Commune au travail. Parfois je dois aussi permuter les jours. Mais en général, cela se passe bien. J’ai la chance d’avoir un patron qui me soutient et qui accepte ma réduction du temps de travail, et la comprend. Je peux m’adapter pour autant que le travail au bureau soit réalisé.
    La plupart des bourgmestres sont aujourd’hui présents sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas votre cas. Pourquoi cette réticence ?
    Pendant la campagne électorale, tout le monde me disait il faut être sur les réseaux sociaux, j’ai prouvé que je pouvais être élu bourgmestre sans l’être. Cela ne me perturbe pas. Pour moi, c’est une manière de ne pas lire le fiel et les conneries qu’on peut parfois y déverser. J’entends en collège qu’on évoque ce qu’on dit sur Facebook, franchement, cela ne me donne pas envie d’y être.
    Envisagez-vous une carrière politique à un autre échelon ?
    Jamais. À 58 ans, c’est un peu tard pour viser un niveau plus haut. Puis j’ai toujours dit, le niveau communal, c’est celui qui m’attire le plus. Parce qu’il touche ses voisins et que la décision se voit directement sur le terrain.
    Entre Jeanne Defays (bourgmestre sortante, ndlr) et vous, comment s’est déroulé le passage de flambeau ?
    Vous lui demanderez mais personnellement très bien. Je garde d’excellents contacts avec elle et l’ambiance au sein du collège est très bonne.
    Jeanne Defays: «Moins stressée pour le Rallye du Condroz»
    Au lendemain du scrutin, Jeanne Defays élue avec 601 voix (3e score de la liste) contre 647 voix pour Eric Thomas, a dû céder son écharpe maïorale à ce dernier. Elle a hérité de la présidence de la CPAS « un poste qui me convient très bien, c’est un peu mon truc.  », assure-t-elle. « J’ai également conservé l’échevinat des aînés et de la santé, il y a du travail à faire. En général, mes journées sont bien remplies et il est rare que je n’ai pas quelque chose. »
    Moins cependant que lorsqu’elle était bourgmestre : « Effectivement, j’ai pu récupérer un peu de temps pour ma famille, je passe des nuits plus paisibles et dans la mesure où mon remplacement est plus facile à gérer, je peux partir plus souvent en vacances. Mais surtout, j’ai beaucoup moins de soucis, et moins de rouspétances. En tant que présidente du CPAS, j’ai encore beaucoup de contacts mais ce n’est plus la même chose. Puis surtout, la fonction est moins stressante. Par exemple, pour le Rallye du Condroz qui a eu lieu ce week-end, je suis moins stressé que d’habitude car en cas d’accident ou de problème, en tant que bourgmestre, nous sommes en première ligne. ».

    POM: ils sont 4 à découvrir une fonction
    Dans l’opposition, le parti POM totalise 4 nouveaux conseillers.
    Ils nous livrent leurs impressions après cette première année de mandat.
    Valérie Degrijse  : « Je suis encore en phase d’apprentissage, mais j’apprends énormément. Cela prend beaucoup de temps, plus que ce que je m’attendais. »
    Amal Sajid-Mathelot  : « On ne s’imagine pas ce que représente une commune, il y a beaucoup d’investissements, il faut être là pour tout le monde, c’est une grande découverte. En tant qu’infirmière indépendante, c’est autre chose mais l’écoute, très importante pour moi, est toujours là.
    Florent Mignolet : « Une surprise ? Pas vraiment. Je ne marchais pas dans l’inconnu, j’avais déjà participé a des conseils en tant que spectateur, je savais comment ça fonctionnait. Ce qui change, ce sont les réunions préparatoires du conseil, il faut trouver le temps de s’organiser, de préparer les dossiers mais c’est un travail qui prend assez de temps mais qui est assez chouette. »
    Gaëtan Di Bartolomeo  : « Je suis encore au stade de la découverte et de la phase apprentissage mais c’est très passionnant. Au niveau de mon organisation du temps, cela se passe plutôt bien. Je suis quelqu’un de très engagé, qui a pas mal d’activités, notamment au sein d’une asbl sportive, donc la gestion du temps je connais. ».
     
    Par M-Cl.G.

  • Il a 7 de ses plus beaux pigeons, tous de race, ont disparu de sa volière

    Lien permanent

    Le Tihangeois Claude Smettin (75) met en garde ses voisins contre les vols : jeudi de la semaine  passé, 7 de ses plus beaux pigeons, tous de race, ont disparu de sa volière, à l’arrière de sa maison rue des Saules à Tihange. Une perte que ce passionné à près de 200 euros. Sans parler de la valeur sentimentale.
    Couvreur à la retraite, Claude Smettin a toujours été passionné par les petits animaux et en particulier par la volaille : « Par le passé, j’ai eu jusqu’à plus de 100 poules, pigeons ou coqs chez moi », retrace le Tihangeois.
    Un élevage qu’il a réduit aujourd’hui à une petite quarantaine d’unités. Dans sa volière située à l’arrière de son domicile de la rue des Saules à Tihange, les 38 coqs et poules Nègre-Soie avec leur plumage soyeux, les brahma ou encore les Araucana, connues pour leurs oeufs verts, cohabitent avec 14 pigeons.

    Jeudi passé , en se rendant dans sa volière, Claude Smettin a constaté que 7 des 14 pigeons avaient disparu.
    « Et pas n’importe lesquels.
    Ceux qui me les ont pris s’y connaissaient. Ils n’ont emporté que ceux de race », soupire le septuagénaire. Soit 3 pigeons frisés, 2 Damas connus pour leur plumage bleu et 2 pigeons Paon, un bleu et un blanc.
    Le Tihangeois les avait achetés sur le marché de la Batte à Liège.
    Valeur totale : 186 euros.
    Vigilance
    Pour le Tihangeois, le vol ne fait aucun doute : « il est impossible qu’ils se soient envolés. La volière est fermée par une double porte ». Pour la même raison, il exclut également la piste d’un renard.
    « Non, c’était des connaisseurs, ils ont pris les plus beaux ».

    Il n’envisage pas de déposer plainte.
    « À quoi bon, on ne les retrouvera jamais » mais il veut mettre en garde ses voisins, détenteurs d’animaux. Vigilance donc.
    Par M-Cl.G.
     

  • Un vol très particulier a été commis dans la nuit de vendredi à samedi

    Lien permanent

    Un vol très particulier a été commis dans la nuit de vendredi à samedi au préjudice de l’élevage bio de Salers : sur la route reliant Xhoris à Hamoir, une barrière de pré en acier galvanisé a été dérobée. Par chance, les bêtes qui se trouvaient dans le champ n’en ont pas profité pour se faire la malle.
    Ce week-end, Jean-Pol Mosbeux qui exploite l’élevage bio de Salers à Hamoir a lancé un appel sur les réseaux sociaux. Mais il n’est pas très optimiste quant aux chances de retrouver la barrière de pré qu’on lui a volée dans la nuit de vendredi à samedi.
    Une soixantaine de vaches (sur les 300 que compte son exploitation) se trouvait alors dans un champ situé le long de la route qui relie Xhoris à Hamoir. Il était fermé par cette barrière de 4 mètres de long sur 1 m de haut. Elle pesait entre 60 et 70 kilos. Samedi matin, en passant devant le pré, Jean-Pol Mosbeux a constaté qu’elle avait disparu. « Pour moi, c’est un marchand de vieux fer qui a dû faire le coup. Qui d’autres voudrait de ça », soupire le fermier.
    Ce n’est pas la première fois que les barrières du fermier suscitent la convoitise des voleurs. « Par le passé, on avait déjà essayé de m’en voler une. J’avais dû la souder avec des attaches. Mais franchement, c’est avoir peur de laisser quelque chose », se désole le Hamoirien. Il évalue son préjudice à 150 euros. Mais il aurait pu être plus élevé. « Les 64 vaches qui se trouvaient dans le pré auraient pu en profiter pour s’en fuir. Heureusement, cela n’a pas été le cas.

    Par M-Cl.G.

    Source

  • Les infos décès de la région, La commune d'Anthisnes a la profonde tristesse de faire part du décès Monsieur Christian FAGNANT

    Lien permanent
     
    La commune d'Anthisnes,
    Son Collège communal,
    Son Conseil communal et son Conseil de l'Action sociale,
    L'ensemble de son personnel,
    ont la profonde tristesse de faire part du décès, à l'âge de 61 ans, de Monsieur
    Christian FAGNANT
    entré à l'Administration communale d'Anthisnes le 1er janvier 1980, devenu Secrétaire Communal (Directeur général) le 6 septembre 1984.
    Nous retiendrons de Christian son extrême dévouement au service de notre commune et de ses habitants, sa capacité de travail hors norme, son humour pince sans rire, son humilité, sa disponibilité et sa grande écoute.
    Christian repose au funérarium Georis, boulevard Galilée, 104 à Seraing où les visites sont souhaitées entre 16 et 19h ces mardi 5, mercredi 6 et jeudi 7 novembre.
    Un registre de condoléances est mis à votre disposition dès ce mardi et pour tout le mois de novembre à l’administration communale (Cour d’Omalius, 1), aux heures d’ouverture habituelle
     
    Le Bourgmestre d' Anthisnes  Marc Tarabella l'annonce sur son Facebook 
     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à  la famille .

  • Conférence par Jean-Marc Landry, spécialiste européens du loup le 6 novembre 2019

    Lien permanent

    Jean-Marc Landry, considéré comme un des spécialistes européens du loup, sera au centre récréatif de Remouchamps le 6 novembre.

    Sa venue à Aywaille fait suite à une interpellation du groupe Ecolo au conseil communal d’Aywaille, visant à préparer l’arrivée du prédateur dans nos contrées.

    « La commune avait à l’époque dit que c’était trop tôt, mais on voit maintenant que les choses se précipitent, explique la conseillère Ecolo Corine Darcis. Rejoints par les groupes Ecolo de Jalhay, Comblain-au-Pont, Stoumont et Ferrières, nous avons donc décidé de faire venir Jean-Marie Landry. C’est un spécialiste reconnu, il a étudié le loup pendant des années. Son cheval de bataille, c’est la cohabitation entre le loup, les éleveurs et les chasseurs. »

    Le 6 novembre, Jean-Marc Landry sera donc à Remouchamps, en compagnie également de Roger Herman, le naturaliste qui a notamment immortalisé Akela, le loup qui s’est établi dans les Fagnes. « Il y aura bien sûr de la théorie, termine Mme Darcis, parce qu’il faut comprendre le loup pour que la cohabitation se passe bien, mais aussi des vidéos prises sur le terrain. Le but, c’est vraiment de toucher les citoyens, mais aussi les éleveurs et les chasseurs. »

    La conférence débutera à 19h30. Le prix d’entrée est fixé à 2€.

     

    Source

  • Marche adeps le 17 novembre 2019 à Modave

    Lien permanent

     

     

     

    Venez vous détendre sur l'un des parcours de balade pédestre tracés pour notre marche ADEPS annuelle, le tout suivi d'une possibilité de petite restauration.
    Distances : 5, 10, 15 et 20 km. Inscriptions sur place dès 8h30
    Contact et renseignements : Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux

    - 085/41.29.69 - info.sivh@gmail.com

    Tourisme Modave Marchin Clavier Tinlot
    vallée du Hoyoux, 6 B, 4577 Modave

     

     

     
  • Les points spectacle rallye du Condroz demain dimanche 3 novembre 2019

    Lien permanent

    ES Wanze:Toute la descente et l’entrée vers la carrière où se trouve l’arrivée propose quelques virages rapides avec des changements de grip pouvant être rendus compliqués avec la pluie.

    ES Villers-le Bouillet: Le carrefour décalé quand on vient du terrain de foot de Vaux-Borset peut amener sa part de spectacle, il n’est d’ailleurs pas impossible que cela saute vu la compression proposé par le carrefour.

    ES Strée: L’épingle gauche en bas de la descente très rapide du bois de France menant vers le Fond’Oxhe, à l’usine de plastique de Clermont.

    ES Ouffet-Clavier: Inévitable juge de paix de cette 46e édition. La traversée du village de Pair sera certainement délicate avec un asphalte très glissant où les pilotes devront redoubler de prudence.

    Par
    GILLES DANDUMONT

    Source

  • Elles ont été renversées par une voiture alors qu’elles circulaient sur la route Huy-Hamoir

    Lien permanent

    Jeudi, à 18 heures, une maman et sa fille, âgée d’une vingtaine d’années, ont été renversées par une voiture alors qu’elles circulaient sur la route Huy-Hamoir.

    Sérieusement touchée à la jambe et au bassin, la maman a été transportée à l’hôpital par l’hélicoptère de Bra-surLienne.

    La jeune fille a été prise en charge par une ambulance. L’accident s’est produit sur la N641, à hauteur du restaurant «Le Binôme Gourmand».

    Les deux cyclistes roulaient en direction de Clavier.

    Une voiture, qui circulait dans le même sens, les a percutées. Le choc a été violent. Les deux femmes ont été projetées dans le fossé.

    Le restaurateur est intervenu pour leur porter secours.

    Elles souffraient de blessures aux jambes et au bassin.

    À l’arrivée de l’hélicoptère et de l’ambulance, elles étaient conscientes.

    par A.BT

    Source

  • Étrange mésaventure survenue la semaine dernière à un agriculteur du Condroz, il cherche ses dix génisses

    Lien permanent

    L’agriculteur cherche ses dix génisses

    Étrange mésaventure survenue la semaine dernière à un agriculteur du Condroz liégeois: 18 de ses vaches, des génisses laitières, ont disparu! S’il en a finalement retrouvé huit, dans un bois, dix manquent toujours à l’appel.


    MALVEILLANCE

    Les dix-huit vaches, des Holstein à la robe noire et blanche, ont disparu samedi dernier, alors qu’elles se trouvaient dans une prairie située à Anthisnes.

    «Il s’agit d’un acte malveillant car les barbelés de leur pâture ont été coupés» précise l’agriculteur. En patrouillant dans la campagne et après avoir sollicité différents villageois, l’agriculteur est parvenu à remettre la main sur huit de ses vaches.

    Elles se trouvaient à proximité du château d’Anthisnes.

    Mais où se trouvent les dix autres?

    «Je ne sais pas si la personne qui a coupé les fils barbelés a commis un simple acte de vandalisme ou s’il a embarqué une partie du troupeau» commente-t-il.

    Des traces des génisses auraient cependant été observées dans le bois côté Comblain-au-Pont. Pour les retrouver, l’agriculteur lance un appel à témoins (0470/ 68.50.57) et promet même une récompense à la personne qui pourra lui dire où les génisses se trouvent. «Pour nous, c’est une grosse perte, nous espérons vraiment les retrouver!» conclut-il.

    Par A.BT

    Source 

  • Carte et analyse la spéciale Ouffet-Clavier de dimanche 3 octobre 2019 à 10h34 et 15h21

    Lien permanent

    Une spéciale qui sera sans aucun doute le juge de paix du rallye et qui sera d’ailleurs l’ultime tronçon chronométré de l’épreuve.

    « Cette spéciale ne sera pas totalement inconnue pour tout le monde puisqu’elle reprend quelques portions déjà empruntées lors du Spa Rally 2015 et des boucles claviéroises. Ce tracé est assez piégeux puisqu’il faudra faire face à de nombreux changements de rythme. Le départ sera donné dans des chemins de remembrement étroits où sont présentes de grosses cordes qu’il vaudra parfois mieux éviter de prendre au risque d’y crever. Après un peu moins de 2km, nous déboulerons dans un chemin de terre très étroit et assez rapide, où sont présentes de nombreuses pierres saillantes qui risquent à nouveau d’occasionner des crevaisons. Ensuite, nous aborderons toute la partie nous menant à la traversée du village de Pair avec un enchaînement de virages rapides et avec des sommets masqués où une erreur est très vite arrivée. La traversée du village de Pair est également assez délicate avec de nombreux changements d’asphalte qui seront très glissants si la pluie est bien au rendez-vous comme prévu. Nous sortons ensuite du village avec une suite de virages pour les pilotes au grand cœur (Rue de la dreye).

    La finale se fera par une boucle autour du village de Terwagne dans des chemins très étroits où la moindre erreur sera fatale. Il faudra clairement redoubler de prudence, car les candidats à la victoire pourraient y ruiner leur Condroz. Une spéciale à venir voir absolument tant les pièges sont omniprésents ».

    Par Gilles Dandumont

    Source

    3 special.JPG

  • Une nouvelle salle de ventes à Liège

    Lien permanent
    Depuis 15 jours, une nouvelle salle de ventes a ouvert ses portes à Liège, sur 500 m², place des Déportés.
    Elle propose de vendre tous vos objets de valeur soit dans le magasin, soit aux enchères un jeudi, une fois par mois.
    Entre la salle « L’Elysée » qui propose de gros volumes, l’hôtel des « Ventes Mosan » pour les objets de grande valeur et la librairie « Lhomme » qui est spécialisée dans les livres et les tableaux, il y avait une place libre à Liège pour une salle de vente tout objet, tout public.

    Et elle vient d’être comblée par la salle « Asté » qui a ouvert il y a une quinzaine de jours sur la place des Déportés à Liège. « Asté signifie vente aux enchères en italien, explique Jean Sébastien Uhoda qui est à l’origine du projet avec deux partenaires : Baptiste Delhauteur et Jean-Luc Brevers. En italien parce qu’avec Baptiste, nous sommes des amoureux de l’Italie », glisse-t-il avec un sourire.

    Ils se sont installés à la place d’un ancien magasin d’antiquités (NDLR : « Vis-à-vis ») qui leur loue un vaste espace de 500 m². « A l’avant, se trouve le magasin d’exposition et la salle de ventes est à l’arrière. »

    Parce qu’Asté propose en effet les deux. « Si vous possédez des objets de valeur, que ce soient des meubles, des tableaux, des bijoux, des livres, des montres…, explique le directeur, on peut les vendre soit aux enchères, soit en magasin. »
    Aux enchères, vous fixez un prix sous lequel vous ne voulez pas descendre et vous recevez le montant de la vente (-15 % de commission pour la salle).
    L’acheteur, lui, paye le montant adjugé plus 25 % de frais.

    L’objet peut aussi être proposé à la vente pour un certain temps dans le magasin. Ou acheté directement par la salle qui le mettra alors en vente elle-même.
    « Nous pouvons aussi nous déplacer en cas de succession ou pour vider une maison qui doit être vendue par exemple. Et là, nous nous occupons de tout, les objets de valeur bien sûr, mais aussi les autres que nous emmenons ensuite au parc à conteneurs. »

    La salle Asté est ouverte du jeudi au dimanche, de 10h à 17h30, avec une nocturne jusqu’à 20 heures le jeudi. Chaque mois sera organisé, un jeudi, une vente aux enchères.

    Les objets à vendre sont exposés en magasin et sur le site internet www.aste-ventes.be. On pourra bientôt acheter par internet.
    Si vous êtes intéressé, un seul numéro : 0483/62.59.82

    PAR L.G.

     |
     
  • La carte d'une spéciale spectaculaire Rallye du Condroz 2019 de ES Perwez-Marchin samedi 2 novembre 12h50 et 19h15

    Lien permanent

    Spéciale identique à l’année dernière si ce n’est l’arrivée. Il s’agit d’un gros morceau du Rallye avec des portions très rapides où les R5 prendront sans aucun doute le rupteur.

    Le régional de l’étape Yves Matton se colle à l’analyse de cette spéciale où il risque également d’y avoir de gros écarts.

    «C’est un tout gros morceau, c’est une spéciale qui allie des portions rapides et des portions techniques. Il faudra tout de même l’aborder avec une certaine prudence, au risque de ruiner son rallye, tant la spéciale est longue et piégeuse.

    Le départ est donné par un enchaînement de virages qui passe à fond avec un premier gros freinage délicat, au quitté gauche, pour rentrer dans un chemin de terre étroit.

    Après toute cette partie étroite qui amène les pilotes jusqu’au double droite avant d’aborder le virage à 90o où le grip est totalement inexistant, un endroit toujours intéressant pour les spectateurs.

    Avant d’arriver à la ferme du Perron, il y a quelques endroits où la route est rendue particulièrement boueuse par l’activité agricole, un endroit souvent spectaculaire où certains pilotes sont déjà sortis. Nous aborderons ensuite la remontée vers l’épingle de Baya, où les spectateurs pourront admirer les bolides à deux reprises et ce de manière plus sécurisée.

    «On abordera ensuite la descente qui mène au Ry de Lize, où les pilotes qui seront les pilotes en confiance avec leurs voitures pourront creuser un peu d’écart tant cette partie est technique et rapide avant de remonter vers la place de Grand-Marchin.

    La descente vers le Fourneau avec ce pifpaf (droite-gauche) est également intéressante et je conseille d’ailleurs aux spectateurs de se positionner sur la droite dans la prairie avant celui-ci.

    On enchaînera ensuite avec le passage en sous bois très glissant et technique avant la remontée vers Ereffe avec une grande partie à fond avant de se diriger vers la dernière partie spectaculaire de cette spéciale, double droite avant l’arrivée».

    Par GILLES DANDUMONT

     

    Source

    3 condroz special.JPG

     

  • Le stade du Standard recycle désormais les mégots de cigarettes

    Lien permanent

    Le stade du Standard recycle désormais les mégots de cigarettes. Treize nouveaux cendriers écologiques et ludiques sont installés un peu partout dans le stade. Ils recyclent et vous demandent même de voter. Une première pour un club belge !


    Pour la première fois dans l’histoire du football belge, un club de notre championnat s’engage dans une démarche écologique de recyclage des mégots de cigarettes.


    Dès ce mercredi, à l’occasion de la rencontre qui opposait le Standard de Liège à Waasland-Beveren, treize nouveaux cendriers, un peu particuliers, étaient présents au stade Maurice Dufrasne. L’objectif du club est clair, rendre le stade des Rouches de plus en plus… vert : « Au stade, nous avons beaucoup de mégots de cigarettes qui sont jetés au sol. Et la préservation de l’environnement est au cœur de la nouvelle politique sociétale amorcée par le club », indique ce mardi le Standard de Liège. « La réduction et la valorisation des déchets sont l’un des moyens qui doit nous permettre d’atteindre cet objectif ambitieux fixé par le club, à savoir réduire notre empreinte carbone. De plus, avec notre nouveau stade, nous tenons à aller vers une politique de plus en plus verte. Et ces cendriers constituent la première étape d’un long processus qui ne constitue en rien une action isolée », complète Sacha Feytongs, manager du stade.


    Des cendriers pour voter


    Mais ces cendriers n’ont rien de comparable à ce que vous connaissez. Ils recyclent les mégots de cigarettes pour leur donner une deuxième vie, et vous demandent aussi de voter !


    En effet, ces nouvelles installations sont équipées de petits écrans qui donneront la possibilité aux supporters de donner leur avis : « Avec l’installation de cendriers-vote, les supporters sont invités à répondre à des propositions, à des petits votes sympas en jetant leurs mégots de cigarettes. En clair, quand un supporter jettera son mégot, il pourra choisir de voter. Par exemple, on peut demander le tifo qu’il a préféré ces dernières semaines, ou le but qui l’a fait le plus vibrer. Ça nous permet d’être en contact avec eux et d’en apprendre un peu plus sur ce qu’ils pensent », continue le manager. Ces treize cendriers sont installés un peu partout dans le stade : « Nous avons étudié le mouvement des supporters pendant un match. Les endroits ont donc été choisis avec soin. Mais en fonction de l’utilisation qui sera fai
    te, on pourra en ajouter ou en déplacer. Nous verrons bien pendant les prochains matchs au stade ».


    Une fois collectés, ces mégots seront transvasés dans des fûts, qui partiront ensuite au recyclage. Là-bas, les mégots seront transformés et rendus… aux supporters : « Chaque fût a une capacité de 240 kilos. Donc, il faut beaucoup de mégots pour les remplir. Mais, par exemple, on peut imaginer attendre la fin de saison et envoyer les mégots au recyclage. Ils seront ensuite transformés en cadeau et seront finalement distribués aux supporters. Pour le moment, on pense à les recycler en cendriers. Mais on n’écarte pas de proposer autre chose ».


    Par Stefano Barattini

     

    Source

    Source

  • Les points spectacle des spéciales du Rallye du Condroz pour samedi 2 novembre 2019

    Lien permanent

    Es Wanzoul : enfilade rapide entre Moha et Vinalmont pour les pilotes au grand cœur.

    Es Héron : chemin dégradé entre fosses et bosses avant la traversée de la Grand Route vers Lavoir.

    Es Bodegnée-Amay : la Partie d’asphalte délicate qui longe la commune de Saint-Georges rendue très glissante avec la pluie (ou De Mévius est déjà sorti avec la Peugeot 208 R5).

    ES Ben-Ahin : endroit incontournable, le passage à La Cabane, pour l’ambiance.

    Es Perwez-Marchin : la descente rapide avant d’aborder l’épingle arrière droite menant à la remontée vers Ereffe. Accès facile via la vallée du Hoyoux.

    Es Ramelot : la fameuse « Cuvette » entre la commune de Linchet et l’entrée du village de Ramelot.

     

    Source

  • Entre 70.000 et 80.000 personnes attendues pour le Rallye du Condroz

    Lien permanent

    Olivier Rocour, le président du Royal Motor-Club de Huy est lui aussi dans les starting-blocks.

    Il faut gérer les derniers imprévus : « Nous avons quatre buvettes en plus sur les parcours.

    Les noyaux durs des clubs et des associations concernés sont motivés, mais ils peinent à trouver des bénévoles.

    Alors, on tente de s’arranger pour faire glisser les effectifs là où il en manque… Il faut trouver des solutions. »


    Pour ce 46e Condroz, Olivier Rocour espère une affluence entre 70.000 et 80.000 spectateurs. « C’est évidemment très difficile à estimer.

    La police a déjà cité des chiffres allant de 100.000 à 120.000 personnes, mais les spectateurs se déplaçant continuellement, les compter est compliqué… »

    Par contre, du côté des entrées payantes, c’est la soupe à la grimace : « On estime qu’un spectateur sur dix seulement paie son entrée.

    Nous tentons d’enrayer ce phénomène mais c’est difficile. »


    Le président espère que le congé du 1er novembre boostera les ventes : « Avec le pass de 25 euros, les spectateurs ont accès à trois journées bien remplies.

    Cela vaut la peine. »

    Pour ceux qui souhaiteraient cependant accéder uniquement à la séance d’essai libre du vendredi, l’entrée a été fixée à 5 euros.


    Coté sécurité, le président annonce qu’il a augmenté le budget stewards et commissaires de course de 40 % : « Ils seront présents au niveau des buvettes et des ponts chauds pour assurer un maximum de sécurité. »


    Il ajoute qu’il est théoriquement interdit d’amener des bouteilles d’alcool ou des bacs de bières à proximité des spéciales.

    « La sécurité de tous, c’est notre priorité » conclut le président.
    Par A.BT

    Source