Actu des communes voisines

  • Fin

    Lien permanent

    Merci 2020.jpg

    0 commentaire Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, Destination Voyage sur le Blog Villageois, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Enquête publique, Eolien, Euro 2020, Evolution à Nandrin, Fermeture, Festivals de musique, Finances, Foot, GAL, HEMECO, Hôpitaux, Humour sur le Blog, Idées sorties, IDEN Nandrin, Incendie, Incivilités, Intradel, Jeux ou Concours, Jogging à Nandrin, Jumelage, Ki Cé Cé Où, Kicécékoi, l'art et la culture, La poste à Nandrin, La Rubrique de L'électeur, La rubrique des photos insolites, La rubrique du lecteur, Le Poste Médical de Garde, Le recyparc, Le top 3 des articles les plus vus de la semaine, Le week-end sur Nandrin, les animaux à Nandrin, Les Balades, Les cérémonies patriotiques, Les chemins de la mémoire sur le Blog, Les Chorales sur le Condroz, les comités ou collectifs sur Nandrin, Les commerces, Les communales 2018 chez nos voisins, Les divers, Les fêtes ...., Les grèves, Les intercommunales, Les journées de ......, Les Marches à Nandrin, les milieux d'accueil enfants à Nandrin, Les noces d'or, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, Les rendez-vous de la semaine, Les rendez-vous du week-end, les restaurants, Les stages, Les toutes boîtes sur Nandrin, les trucs et astuces, Les trucs et astuces Jardin, Les utiles, Location, Location de salle, logement, Logements sociaux, Loris Demarteau, lotto, Manifestation patriotique, Marché, Médecins, Médecins de garde, Météo, N63 à Nandrin, Nandrin dans l'histoire, Nandrin et le Black Out, Nandrin la mobilité, Nature, Neige à Nandrin, Nouveau sur le Condroz, Nucléaire, Nuisances, Offre d'emploi, On nous demande de vous informer de, Organisations festives, Organisations festives Nature, Paroisses catholiques, Patrimoine, Patrimoine immobilier, PCS de Condroz, Perdu, Pharmacies, Police, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, PPNa, Projet éolien, RESA, Rétrospective sur le Blog de Nandrin, Rubrique culinaire, Rubrique Lecture, Rubrique Mode, Santé, Social, Sondage, Spectacles à Nandrin, Sportifs Nandrinois, Stage enfant, Télé Service du Condroz, Test d’alerte Seveso, Travaux, TSC, Unité pastorale du Condroz, Urbanisme, Vandale, Villages-Solidaires.be, Vu à la TV, Zone Police Imprimer
  • L’ASBL marchinoise, qui compte 600 élèves, s’est installée dans ses nouveaux locaux ce week-end

    Lien permanent

    Crise sanitaire oblige, l’emménagement de l’école du cirque s’est fait dans la discrétion ce week-end. Pas de fanfare, ni de flonflon. Pas de spectacle d’inauguration non plus, du moins pour le moment.

    Cela n’empêche pas Véronique Swennen, directrice de l’école du cirque depuis 20 ans, d’avoir des étoiles dans les yeux lorsqu’elle évoque sa nouvelle salle. « Elle culmine à 6 mètres de hauteur. Cela nous permettra de développer nos numéros de technique aérienne. Avoir une salle à notre unique disposition nous permettra aussi d’affiner et d’améliorer notre offre. »

     

    E.Ci.

     

    Jusqu’à présent, l’école du cirque de Marchin occupait l’ancienne salle de gym de l’école du Fourneau, mais l’espace était un peu exigu (surtout côté hauteur de plafond) et l’obligation de partager l’espace avec d’autres ASBL limitait les plages horaires.

    L’ASBL a donc décidé de se lancer dans le projet de construction de sa propre école, à côté du chapiteau en dur : « Regrouper les deux structures sur un même site, va booster la dynamique circassienne du lieu et accroître les collaborations » souligne la directrice. Elle insiste cependant : pour menre à bien ce projet l’association n’a pas reçu de subside direct : « Il s’agit d’une ASBL privée et nous avons réalisé notre propre puzzle financier en pariant sur l’avenir : à savoir un emprunt de 150.000 euros, un crowdfunding qui nous a permis de récolter 15.000 euros et un soutien, suite à un appel à projets de l’opération Cap 48 qui nous a permis de récolter 20.000 euros. » Véronique Swennen salue cependant « le coup de pouce de la commune de Marchin, qui a mis le terrain à disposition de l’école du cirque. »

    Edifée en ossature bois et recouverte d’un bardage noir, l’école du cirque est reliée au chapiteau en dur par une porte. Ces derniers jours, des spécialistes sont venus placer les points d’accroche qui permettront notamment de hisser les trapèzes.

     

    En temps normal, 600 personnes fréquentent l’école du cirque chaque semaine : des enfants et des ados, dans le cadre scolaire ou lors d’activités extra-scolaires, mais aussi des adultes et des personnes handicapées. Outre la directrice, elles sont encadrées par huit moniteurs.

    Pour l’instant, compte tenu du contexte sanitaire, seuls les moins de 13 ans sont autorisés à fréquenter l’école du cirque « Cela représente environ la moitié de nos inscrits. » Comme tout le monde, Véronique Swennen espère un retour rapide à la vie normale : « C’est un peu particulier d’ouvrir l’école dans ces conditions. On aurait voulu pouvoir la montrer à tout le monde. Pour l’instant, même les parents qui accompagnent les enfants doivent rester à l’extérieur. Nous avions prévu un spectacle avec les anciens, qui comme nous, ont rêvé cette nouvelle école, il n’aura pas lieu tout de suite… Peut-être en mai, lors de notre fête de clôture de saison, voire plus tôt, en fonction de la situation sanitaire. »

    Ce lundi 4 janvier, ce sont les élèves d’une classe de maternelle de Marchin qui seront les premiers à tester officiellement la nouvelle école de cirque. Un début d’activité en douceur qui laisse présager des années hautes en couleur.

    Le dévoilement du projet en septembre dernier.
    Le dévoilement du projet en septembre dernier. - Latitude 50

    L’impressionnant cirque en dur de Marchin, d’une hauteur libre de 10 mètres, a été dévoilé en septembre dernier, en présence de la ministre Bénédicte Linard. Il n’est cependant pas encore terminé. « En septembre, il s’agissait du dévoilement du projet architectural. L’inauguration, elle, est prévue pour le mois de novembre 2021. Le gradin de 320 places doit notamment encore être installé » précise Olivier Minet, directeur de Latitude 50.

    Financé avec un subside de plus de 1 million d’euros octroyé dans le cadre de Liège-Europe Métropole, le cirque en bois doit remplace l’ancien chapiteau Decrollier, trop exigu, difficile à chauffer et pas assez haut pour les spectacles aériens.

    Si les spectacles n’ont donc pas lieu tout de suite, les artistes viendront bientôt y répéter. « Nous accueillerons les premiers artistes en résidence dans le nouveau chapiteau à la mi-janvier. Cette activité est compatible avec le protocole sanitaire en vigueur dans le secteur de la culture. Les artistes répètent avec leur bulle. »

    140 compagnies ont déjà rentré une demande de travail en résidence : « Nous ne savons pas répondre positivement à tous, nous pourrons en accueillir seulement la moitié » note Olivier Minet. Côté logement, cela coince aussi un peu. Une convention d’hébergement à l’année a été signée avec un gîte et un projet est lancé : « Nous avons rentré une demande d’aménagement pour construire deux modules de logement sur l’espace de lagunage. » En dépit du désert culturel actuel, le projet marchinois continue donc d’avancer : « Cela fait du bien au moral de l’équipe de constater que l’infrastructure de grandir. Nous espérons que ce fichu virus sera derrière nous, lorsqu’elle sera terminée » conclut Olivier Minet.

     

     

    Article de par A B T 

    Article complet Clic ici 

  • Prise d’assaut, la piscine de Rotheux doit restreindre son accès

    Lien permanent

    La Régie communale autonome de Neupré l’a annoncé ce lundi : dès ce mardi, l’accès à la piscine de Neupré est limité.

    « En raison d’une trop forte fréquentation de la piscine suite à la fermeture des piscines avoisinantes, nous sommes contraintes de restreindre l’accès à la piscine de Rotheux », indique-t-elle.

    « Dès ce mardi 29 décembre, la piscine ne sera accessible qu’aux Neurpéens. »

    Article complet clic ici 

  • Annulation Marché hebdomadaire du 2 janvier 2021 à Amay

    Lien permanent

    Nous vous informons que ce samedi 2 janvier 2021, le marché hebdomadaire n'aura pas lieu vu le nombre peu élevé de marchands présents. Il se pourrait que 2-3 ambulants soient présents devant les garages de la Maison des Moments de la vie.
    Les Amaytois retrouveront leurs commerçants ambulants et leurs étals bien achalandées la semaine suivante.
    Nous vous remercions pour votre compréhension annonce  la Commune d'Amay

     
     
     
     
     

    Lire la suite

  • La brasserie-musée de Flône ouvre en 2021

    Lien permanent

    L’octroi du permis est imminent. Elle accueillera une zone de dégustation pour les touristes 

    L’année 2021 sera cruciale dans l’histoire de la coopérative des Bières de l’Abbaye de Flône. Après avoir développé une nouvelle identité en 2020, la brasserie s’offrira un bâtiment flambant neuf en 2021, qui mêlera production et tourisme.  

     

    Non seulement l’année 2021 marquera le 100e anniversaire de l’arrivée des religieuses de l’Instruction Chrétienne à Flône, mais elle sera également une année historique pour le développement de la coopérative des Bières de l’Abbaye de Flône, dont un des objectifs est justement de préserver le patrimoine et l’histoire de ce site remarquable.
    « On attend d’un jour à l’autre la réponse du permis de bâtir pour la brasserie », annonce avec enthousiasme son président, Emmanuel Radoux. L’ambition des porteurs du projet est d’avoir une brasserie opérationnelle en novembre 2021.
    Ce bâtiment d’un peu moins de 500m² comprendra un entrepôt pour le stockage, une zone de fabrication de la bière, quelques bureaux partagés, un accueil pour les visiteurs et un mini-musée sur l’histoire de l’abbaye. L’idée étant de pouvoir développer parallèlement l’attrait touristique du site et l’identité propre des Bières de l’Abbaye de Flône à travers ce QG flambant neuf. Il sera construit sur le terrain situé dans la « pointe » après le centre sportif, direction Liège. « Les plans ont été réalisés par un membre de la communauté des parents, l’architecte Vincent Jacobs », explique Emmanuel Radoux.
    500 hectolitres par an
    Même si l’objectif est d’y produire 500 hectolitres par an, une partie des bières continuera d’être fabriquée à la brasserie La Binchoise. « Elle continuera de produire les petits volumes (33cl) en grande quantité. À Flône, l’objectif est de faire les formats 75cl et les fûts ».
    En plus de ce nouveau bâtiment, la coopérative vient d’engager son tout premier employé, un étudiant d’HEC actuellement en stage au sein de la brasserie. Ca ne s’invente pas, son nom est Martin De Brouwer, « le brasseur » en néerlandais. « L’objectif est qu’il devienne employé tout court », insiste le président. « En 2020, nous avons aussi changé notre branding, pour qu’il soit plus en phase avec le produit « bière d’abbaye », puisque notre objectif est d’obtenir ce label. Nous serons la seule bière à être brassée dans une abbaye toujours active en région francophone ».
    À l’heure actuelle, il n’existe que deux types de bières à Flône : la blonde et la triple. Mais l’objectif sera de développer la gamme dans les années à venir. Avant cela, le chantier de la brasserie ne sera pas une mince affaire, et 2021 sera aussi une année de démarchage. « On a signé un partenariat avec des merchandisers qui vont démarcher chaque magasin en Belgique. La première pierre à l’édifice était d’avoir une marque qui tienne la route. Le deuxième élément est d’avoir un outil de travail multifonction, tourné vers la production et le tourisme. L’année 2021 sera la concrétisation de cette aventure humaine », conclut Emmanuel Radoux.
     
    Par P Tar 
     
  • La cohabitation entre les promeneurs, riverains et propriétaires d’un chemin de servitude reste très compliquée

    Lien permanent

    Tensions sur le chemin de Ben-Ahin 

     

    La cohabitation entre les promeneurs, riverains et propriétaires d’un chemin de servitude à Ben-Ahin reste très compliquée. Ces derniers jours, l’accès a, à nouveau, été partiellement barré par un des riverains du sentier, ce qui a relancé le débat.
    Le chemin communal hutois n°60, à Ben-Ahin (Huy) est un chemin qui a été créé à l’époque par le charbonnage de Gives. Les mineurs empruntaient ce chemin pour se rendre au charbonnage qui a finalement fermé ses portes. La situation a évolué, ainsi que les habitations.
    « Ce chemin aboutit à la rue Emile Vandervelde. Il n’appartient pas à la Ville de Huy qui a un contrat avec le SPW pour son entretien et qui n’a qu’un droit de servitude. Seuls les piétons peuvent emprunter ce chemin. Mais il a aussi été emprunté par des motos, des vélos, des chevaux, ce qui est interdit. Conséquence, un riverain a obstrué il y a quelques mois le chemin avec des morceaux de bois pour empêcher le passage d’engins motorisés ou non. La police est allée les enlever. Il a aussi installé une signalisation inappropriée qui a également été enlevée par la police. Une nouvelle signalisation a déjà été commandée », précise Eric Dosogne, bourgmestre faisant fonction de Huy.
    Ces derniers jours, il semble qu’un riverain du sentier ait posé des clôtures, barrant ainsi partiellement l’accès au sentier, au grand dam d’autres riverains.
    « La Ville fera bien respecter la loi et la police se rendra sur place au début de la semaine prochaine pour constater la situation », a fait savoir Eric Dosogne.
     
    Article de  
    MARC GÉRARDY
     
     

    Des pieux ont été plantés au milieu du passage. FB

  • La commune de Ferrières compte désormais 5.015 habitants, c’est un cap symbolique

    Lien permanent

    Ferrières passe le cap de 5.000 habitants… et cela a des répercussions !

    C’est un cap symbolique qui vient d’être passé. La commune de Ferrières a dépassé la barre des 5.000 habitants, et compte précisément cette année 5.015 âmes selon les informations communiquées aux autorités locales.

    Cette augmentation n’est d’ailleurs pas sans conséquence au niveau politique. Comme le prévoit le « Code de la démocratie locale », deux nouveaux sièges seront installés au conseil communal, qui comptera dès lors 17 conseillers dès les prochaines élections. Si la situation n’évolue pas et que le nombre d’habitants reste stable, le collège échevinal aura également un échevin supplémentaire dès 2024 et passera de cinq à six membres.

    « Il y aura d’autres conséquences concernant les subventions et les dotations qui suivent également », précise le bourgmestre ferrusien Frédéric Léonard (PS). Selon les estimations de l’institut de statistique wallon WalStat, la commune condrusienne devrait d’ailleurs atteindre les 5.361 habitants en 2034.

    Par Ro.Ma.

    Article complet Sudinfo Clic ici 

     

  • Le budget 2021 présente toutefois un boni à l’exercice propre à Clavier, les échos du budget 2021 !

    Lien permanent

    La construction du hall sportif polyvalent à Clavier pourrait débuter en 2021

    Comme dans beaucoup de communes wallonnes, la crise que nous traversons incite les mandataires claviérois à la prudence pour les exercices à venir. Le budget 2021 présente toutefois un boni à l’exercice propre de 142.978,46€ (+85.000€ par rapport à 2020) et un boni cumulé de 825.538,12€ (+107.500€ par rapport à 2020).

    Le résultat positif à l’exercice propre permet à la commune de dégager 100.000€ pour le service extraordinaire.

     

    2021 sera l’année de la concrétisation pour plusieurs projets inscrits aux budgets antérieurs. En plus des 17 projets différents inscrits au budget extraordinaire 2021, on va ainsi retrouver une dizaine de travaux qui ne sont pas terminés (ou qui n’ont pas débuté) comme la restauration de la Chapelle Saint-Fontaine (+ mise en valeur du cimetière), l’agrandissement de l’école de Borsu, le hall sportif polyvalent et la rénovation profonde de la piscine en plein air d’Ocquier.

     

     

    « On espère passer le cahier des charges du hall sportif aux entrepreneurs dans le premier trimestre 2021 », annonce le bourgmestre Philippe Dubois. « On arrive au bout du dossier, mais la crise a ralenti les choses. On espère que les travaux pourront débuter l’année prochaine ».

    Pour rappel, ce projet à 5 millions d’euros prévoit la construction d’un complexe avec un vestiaire pour le club de foot, un hall sportif et une salle communale, à proximité des terrains de foot de la Clavinoise. Le dossier est supracommunal puisqu’il inclut la commune d’Ouffet. La part communale de Clavier s’élèvera autour d’un million d’euros.

    Patience pour la piscine d’Ocquier

    En 2021, le dossier administratif de la restauration de la Chapelle Saint-Fontaine (415.000€) devrait être clôturé et les travaux pourraient débuter fin 2021-début 2022. L’agrandissement de l’école de Bois-et-Borsu devrait quant à lui toucher à sa fin. « Le projet comprend un nouveau réfectoire, des sanitaires, un préau et des classes supplémentaires », rappelle le bourgmestre. « On espère une rentrée en septembre ».

    Concernant la rénovation de la piscine en plein air d’Ocquier (1.560.000€), le dossier en est à ses débuts mais Philippe Dubois assure qu’une attention particulière lui sera accordée en 2021. Les travaux ne devraient cependant pas débuter l’année prochaine.

    Au niveau de l’entretien des voiries, les grands projets sont la réfection des rues de la Gendarmerie, du Vicinal et Vieille Chaussée à Clavier-Station, et de la rue Fontenoy à Fontenoy.

    Par P.Tar.

    Article complet Clic ici 

     

    Un projet avec la commune voisine d’Ouffet.

    Un projet avec la commune voisine d’Ouffet. - Aadd (Chora-Delgoffe)
  • La maison de Marcel Corman brille de mille feux et est ornée de dizaine de décorations de Noël toutes les photos ici

    Lien permanent

    La maison illuminée de Marcel attire tous les regards 

     

    Les Hamoiriennes et les Hamoiriens l’ont sûrement remarquée. La maison de Marcel Corman située sur le quai de Wenigumstadt, le long de l’Ourthe, brille de mille feux et est ornée de dizaine de décorations de Noël.
    « C’est la première année que j’éclaire autant », nous confie le Hamoirien, qui a tenu l’hôtel de la Poste pendant plus de 40 ans avant de transmettre l’établissement à son fils Nicolas. « Des tas de personnes viennent voir ma maison, s’arrêtent, prennent des photos… », se réjouit Marcel.
    Un Père Noël de plus de deux mètres trône fièrement sur le seuil de la porte, des biches illuminées se baladent sur le toit à côté de sapins resplendissants… Un aménagement en grande pompe que le pensionné de 82 ans a réalisé seul ! « Ce n’est pas parce qu’on a 82 ans qu’on ne sait plus rien faire », rit l’ancien gérant d’hôtel.
     
    Les voisins de Marcel ont également décoré leur maison avec zèle cette année. « Le coronavirus, c’est vraiment malheureux. Il faut mettre un peu de joie aux gens. Avec quelques voisins, on a eu l’idée de mettre des guirlandes et de mettre un peu d’animation, et les passants nous disent qu’ils aiment beaucoup… donc c’est réussi ». 
    De quoi donner envie aux riverains de réitérer l’expérience l’année prochaine.
     
    Par Ro Ma 
     
     

    IMG_1498.JPG

    IMG_1500.JPG

    IMG_1503.JPG

     

    Quai de Wenigumstadt.

    D.R.

  • Les échos du budget pour son année 2021 à la commune de Ferrières

    Lien permanent

    La commune de Ferrières forcée de se serrer la ceinture

    Pour faire face aux investissements considérables liés à la construction de la nouvelle école de Bosson, les autorités de Ferrières ont décidé de jouer la carte de la frugalité budgétaire pour l’année 2021. Il faut dire que ce projet de près de 4 millions (géré par l’intercommunale Ecetia, qui mettra en location les espaces à la commune) va impacter fortement les finances ferrusiennes.

    « La stagnation de nos recettes force notre commune à limiter ses dépenses », indique l’échevin des Finances Yvon Rollin (cdH). En effet, l’« effondrement » des ventes de bois ne rapporte actuellement que 1.000€ à la place des 235.000 de l’année 2019 ! Une première solution a été trouvée en augmentant l’impôt des personnes physiques, qui passe de 8 à 8,5%... mais cette hausse ne rapporterait au final que 40.000€.

    Outre les travaux habituels, la commune se limite donc pour 2021 à quelques projets déjà sur les rails et a élaboré un budget extraordinaire de 1.636.982€.

    Il y aura notamment l’aboutissement du plan PIC (720.339€) avec la réfection des rues de Mont Forêt, Mont Legrand et Source de Harre, et la réfection du mur du cimetière de Ferrières. 2021 sera aussi l’année du réaménagement du parking rue Pré du Fa (230.000€), de l’installation de panneaux photovoltaïques sur les écoles de Xhoris et de Bosson (36.000€)

    Clocher de My rénové

    Le dossier de l’espace récréatif rue Es Spita devrait se concrétiser avec l’achat de terrains (110.173€). L’aménagement de la place de Chablis poursuivra également son cours.

    Petite nouveauté de ce budget : une somme de 40.000€ est prévue pour la réfection du clocher de l’église de My.

    « Une étude a été commandée : il est important d’éviter une réfection complète comme ce fut le cas pour l’église de Ferrières, et de prendre en compte la sécurité des personnes et notamment des enfants de l’école de My (qui se situe à côté) », explique l’échevin des Finances. Sceptique quant à plusieurs dépenses et au bien-être du personnel, l’opposition Envie Commune s’est abstenue lors du vote budgétaire.

    Par Ro.Ma.

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • D’ici 2024, la commune d’Ouffet ambitionne de connecter ses 3 villages par des liaisons « mode doux ».

    Lien permanent

    Ouffet veut développer un maillage de liaisons de mobilité douce sur son territoire

    En août 2019, le conseil communal d’Ouffet approuvait le programme stratégique transversal, qui reprenait l’ensemble des objectifs que les autorités souhaitaient mener à bien avant la fin de la législature en 2024.

    Un des volets concerne la promotion de la mobilité douce, avec pour projet la création de liaisons « mode doux » entre les 3 villages de la commune.

    Ce mardi, les conseillers communaux ont voté le budget 2021. Parmi les dossiers qui devraient se réaliser en 2021, on retrouve justement la voie lente entre Ouffet et Warzée. Les deux villages sont reliés par la N66, qui est de plus en plus empruntée par les cyclistes.

    C’est la première étape d’un processus global visant à développer le maillage de mobilité douce entre Ouffet, Warzée et Ellemelle. En annexe du budget, les élus ont voté en faveur du dossier de candidature au projet « Communes pilotes Wallonie cyclable », introduit en vue de réaliser un tronçon de 970m constituant une partie de la liaison en site propre entre Ellemelle et Warzée.

    Avoir une vue d’ensemble

    « Les modes doux, c’est un objectif futur pour essayer de limiter les déplacements en véhicule », rappelle la bourgmestre Caroline Cassart. « J’ai toujours dit qu’on devrait avoir une attention particulière à cette problématique sous cette législature et sous la prochaine. Si on veut modifier notre comportement, il faut nous donner les moyens ».

    Plutôt que de développer des tronçons à droite et à gauche sans ligne conductrice, la commune veut avoir une vue d’ensemble qui prend en compte la présence des arrêts de bus et des écoles sur l’itinéraire, mais aussi l’aspect transcommunal. « Plus notre projet a du maillage et des avantages, plus il a de chance d’être repris ».

    Caroline Cassart en a profité pour faire le point sur l’ensemble des dossiers « mode doux » qui seraient susceptibles d’être retenus. « Il y a d’abord le dossier à Warzée, qui va de chez Demarcin jusqu’au carrefour Au Chêne. C’est une promesse de subside de 100.000€, 75% du coût total. Après, c’est le dossier du carrefour Au Chêne jusqu’à Ellemelle. Il pourrait être subsidié jusqu’à 150.000€. Le dernier dossier va du Tige d’Oneux vers la rue du Moulin. Il y a un sentier qui n’est pas matérialisé à l’heure actuelle. C’est une liaison qui permettra de se rendre à Ouffet ».

    En 2019, l’opposition « Agir ensemble » s’inquiétait du manque de vision globale du projet. « Ceci m’a l’air beaucoup plus cohérent que le projet de ligne autonome le long de la grand route. On soutient pleinement le projet », déclare Benoît Jadin.

    «Il faut veiller à faire des économies»

    La commune d’Ouffet a présenté un budget volontairement prudent, avec un boni à l’exercice propre de 103.414€. « Il est temps de veiller à faire des économies car nous avons pas mal investi ces dernières années avec la Salle aux Oies et la Maison de Village à Ellemelle », a prévenu la bourgmestre Caroline Cassart. « Nous avons à l’heure actuelle des finances relativement saines mais nous devons être attentifs ».

    Peu de dossiers sont prévus à l’extraordinaire. Les réfections des rues Halbadet, Tige Pirette et des Fossés sont prévues au budget. 74.500€ sont prévus pour le remplacement de l’éclairage public par du LED à Ellemelle et Béemont, qui se fera sur deux années. 8.500 € sont mis au budget pour la réhabilitation de la statue de la Grand Place.

    par P.Tar.

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • Des kilos et des kilos de tendresse, 1.064 cartes de vœux récoltées pour les personnes isolées de la commune de Neupré

    Lien permanent

    Ce joli courrier sera destiné aux aînés qui résident dans l’une des deux maisons de repos de la commune : celle du Doux Repos et du Berny. « Parce que la solitude en cette période de fin d’année pèse encore plus sur nos seniors et que certains ne pourront pas voir leur famille, nous souhaitions leur apporter un peu de baume au cœur », indique Virginie Defrang-Firket.

    La bourgmestre, qui n’en revient pas, est ravie de voir l’ampleur qu’a pris ce projet. « Nombreux sont ceux à avoir adhéré au projet : écoles, mouvements de jeunesse, garderies, conseils communaux des enfants et des aînés, etc. J’étais très émue en lisant certaines cartes. Ils ont vraiment mis du cœur à l’ouvrage. »

    Au vu du succès de l’opération, chaque résident des maisons de repos recevra plusieurs cartes ce 24 décembre. Le surplus sera distribué aux personnes isolées relayées par le CPAS ainsi qu’au service de gériatrie du Centre Hospitalier du Bois de l’Abbaye, comme souhaité par les jeunes du conseil communal des enfants

    Par Charlotte Hutin
  • Ouffet offre une prime pour encourager la rénovation énergétique

    Lien permanent

    Depuis juin 2019, un citoyen qui décide de rénover son habitation pour en améliorer l’efficacité énergétique peut accéder à des primes wallonnes. Ces primes sont 4 fois plus élevées que sous l’ancien système, mais il est impératif de réaliser un audit de son logement avant de pouvoir en bénéficier. Cette étape préliminaire permet de cibler les faiblesses de l’habitation et de savoir ce qu’il faut rénover prioritairement.

    Malheureusement, cet audit obligatoire coûte cher (environ 1.000€) et peut être un frein pour les familles avec des plus petits revenus. Dans l’optique de briser ce barrage, la commune d’Ouffet a décidé d’alléger la facture de ses citoyens via un subside communal complémentaire pour le financement d’audits-logement PAE3.

    « C’était dans notre programme, il y a une vraie volonté de prendre une mesure environnementale », souligne la bourgmestre Caroline Cassart. « Les primes pour les rénovation énergétique ont fortement augmenté depuis 2019, mais l’audit payant reste parfois un frein, même si une partie est remboursée par la Région wallonne de 110 à 660€, selon les niveaux de revenus. On donne donc le même montant que la Région wallonne, le même subside, mais on plafonne l’intervention communale de sorte que le total des primes et des remboursements s’élève à maximum 90% de la facture totale ».

    Un subside de plusieurs centaines d’euros

    Concrètement, cela signifie que si votre audit vous coûte 1.000€ et que la Région vous donne un subside de 500€, la commune vous donnera 400€ pour ne pas dépasser le plafond de 90% de la facture totale. Il ne vous restera plus qu’à payer les 10% restants du montant total. Par contre, si votre audit vous coûte 1.000€ et que la Région vous octroie par exemple un subside de 350€, la commune vous donnera une somme équivalente de 350€.

    « C’est une mission qui se veut proactive, on se veut précurseurs en matière d’économie d’énergie », déclare avec ambition la bourgmestre. « Une énergie qui n’est pas consommée est une énergie qu’on ne doit pas produire. C’est très important pour le futur de nos habitants ».

    Une somme de 2.000€ est prévue au budget 2021 pour ce subside, mais Caroline Cassart assure que si le projet rencontre un certain engouement, la somme pourra être augmentée via des modifications budgétaires.

    Pour rappel, le secteur du logement est responsable de plus de 20% des émissions de gaz à effet de serre en Wallonie

     

    Article de P TAR 

     

    Article complet Ici 

  • Les échos du Conseil Communal de Modave

    Lien permanent

    La sécurisation de la traversée de Vierset parmi les priorités de 2021 à Modave

    Pour la seconde fois, les conseillers communaux se sont réunis ce mardi soir en vidéo-conférence.

    Longuement et de manière pédagogique, le bourgmestre Eric Thomas (OSE) a détaillé pendant plus de 2 heures le budget de l’année 2021. En dépit de la crise sanitaire, celui-ci est en équilibre. À l’ordinaire, il affiche un boni de 106.479 euros, soit des dépenses pour 4, 9 millions et des recettes de 5,069 millions.

    À l’extraordinaire, 3.5 millions seront investis en 2021. « Sur ces 3,7 millions, 2.7 millions sont des reports de 2020. Les nouveaux investissements s’élèvent à 846.635 euros qui seront consacrés à 25 nouveaux projets axés sur la sécurité et la transition énergétique », a commenté le bourgmestre.

    « Cela devient intenable »

    Une grande partie de ce montant sera consacrée à la sécurisation de la traversée de Vierset pour laquelle 200.000 euros seront consacrés à des aménagements routiers : plots de croisement, plateau, marquage au sol, élargissement de la zone 30 à tout le centre de Vierset. La volonté de la majorité est de ralentir à tout prix la vitesse.

    « Cela devient intenable, il faut réagir », a lancé le mayeur tout en en précisant qu’il s’agissait d’un investissement sur fonds propre. La volonté est d’aboutir pour la fin 2021. L’avant-projet sera prochainement présenté à la CCATM et au fonctionnaire-délégué de la Région.

    Autres investissements conséquents qui seront consentis en 2021 : l’achat de deux nouveaux radars (72.000 euros), la poursuite du renouvellement de l’éclairage public (120.000 €), l’achat de 2 nouvelles bulles à verre enterrées (17.000 €), elles seront placées dans le hameau de Rausa, des travaux d’isolation à l’école des Gottes (50.000 euros) et l’achat d’un module street work out pour le complexe sportif (12.000 €)

    Des primes à gogo

    De nouvelles primes seront aussi octroyées en 2021 : une prime vélo pour laquelle un montant de 6.000 euros a été inscrit au budget, les conditions et modalités d’octroi doivent encore être définies. À cela s’ajoute une prime de 10 euros sur l’affiliation à l’hélicoptère de secours. Laquelle, rappelons-le, s’élève à 40 euros/famille. « C’est une façon pour la commune de soutenir l’hélicoptère de Bra-sur-Lienne », a appuyé l’échevin Dal Molin.

    Enfin, une prime sur les langes de 20 €/an sera octroyé par enfant de 0 à 3 ans. À Modave, cela représente actuellement 365 enfants.

    Dans le cadre de la crise covid, un nouveau chèque de 15 euros sera offert aux citoyens, peu importe l’âge. Il sera distribué en février « dès que la tutelle aura approuvé notre budget », il sera valable jusqu’au 31 août, a précisé Eric Thomas qui a aussi annoncé, que compte tenu des mesures sanitaires, il n’y aurait pas de fête du personnel en janvier prochain. Celle-ci sera remplacée par 2 chèques cadeau de 40 euros qui seront offerts à l’ensemble du personnel, cela représente un peu plus de 80 personnes. Ils seront distribués en janvier.

    Dans l’opposition, Pierre Crochet (POM) s’est notamment réjoui que l’amélioration des bâtiments fasse partie du budget et que la majorité poursuive le placement des bulles enterrées. Serge Robert (Union Citoyenne) s’est inquiété de ne voir aucun projet inscrit concernant la salle « Les Echos du Hoyoux » et la maison voisine. Ces deux bâtiments font partie d’un projet PCDR « qui n’est pas la priorité en 2021 mais on espère une signature le plus vite possible pour le cœur de Modave Village », a reconnu le bourgmestre.

    Le budget a été approuvé à l’unanimité.

    Par M-Cl.G.

    Articler Complet Clic ici Sudinfo 

  • Des repas offerts aux personnes isolées de Hamoir en ce jour de réveillon

    Lien permanent

    Thierry Vincent, président du club de football de Hamoir, alias Tatam, a le coeur sur la main. Il a décidé cette année d’organiser une distribution de repas aux personnes isolées de Hamoir et de Durbuy.

    « Au départ, nous voulions organiser un souper au hall omnisports de Hamoir pour tous les isolés avec une animation mais le coronavirus en a décidé autrement. Finalement, nous allons distribuer ces repas en ce jour de réveillon de Noël. Ce n’est peut-être pas plus mal car nous allons rencontrer directement les personnes isolées, tout en respectant les mesures sanitaires. Le côté humain est important. Je connais de nombreuses personnes âgées isolées à qui je vais apporter ce repas. J’aurais voulu faire plus mais les conditions actuelles ne l’ont pas permis. C’est une année test et on recommencera en 2021 », promet Thierry Vincent.

    Au total, ce sont 115 repas qui sont distribués ce jeudi. Les préparatifs ont eu lieu ce mercredi au hall omnisports de Hamoir avec son gérant, Rony, aidé par le traiteur Xavier Colson (Il Saverio à Comblain) et de quelques bénévoles. « Dès que Tatam est venu me proposer l’idée, j’ai foncé. Je ne fais rien à la Noël alors autant m’occuper pour faire plaisir. Et vu que le souper ne peut pas être organisé, je prépare les repas ce mercredi. Il s’agit d’un filet de dinde avec de la purée et une poire aux airelles avec une sauce fine champagne puis comme dessert, une petite bûche en pâtisserie », détaille Rony, le gérant du hall et cuisinier.

    Le CPAS de Durbuy est intervenu financièrement. « Et pour Hamoir, on a trouvé du sponsoring. Ils nous ont donné une liste de personnes âgées isolées mais j’en connais aussi beaucoup depuis plusieurs années. On doit se montrer solidaire avec les personnes âgées. L’objectif de l’opération est de montrer que ces personnes âgées, parfois qui ont plus de 90 ans, ne sont pas seules. Je vais devoir me discipliner pour ne pas trop djoser (parler) avec elles. Ma femme m’a proposé de prendre un sablier mais je ne sais pas si je saurai le respecter. Je distribuerai les repas avec mon bonnet de Père Noël. Je l’avais déjà fait il y a environ 20 ans avec le bourgmestre et un échevin de Hamoir aux côtés du Père Noël dans un quartier de Hamoir.

    Par Marc Gérardy

    Journaliste à La Meuse

    Le menu: filet de dinde, purée, poire aux airelles et sauce fine champagne avec une bûche en dessert.

    Le menu: filet de dinde, purée, poire aux airelles et sauce fine champagne avec une bûche en dessert. - D.R.

  • La commune d’Ouffet a mené une action de solidarité, les élus ouffetois ont livré des roses de Noël et des douceurs locales aux aînés

    Lien permanent

    « Ça s’est très bien déroulé », se réjouit la bourgmestre Caroline Cassart. « On était avec les conseillers communaux, les conseillers CPAS et les membres du conseil des aînés.

    244 adresses étaient concernées par la distribution. Cette année, il n’y a pas eu d’activités organisées pour préserver les aînés, pas de goûters, pas de barbecues, pas d’excursions… On a voulu avoir une attention particulière en cette fin d’année avec les sous qui n’ont pas été dépensés ».

     

    Article ici 

  • Le dernier grand projet du PCDR d’Anthisnes devrait avancer en 2021.

    Lien permanent

    Le dossier des travaux d’aménagement à l’Avouerie d’Anthisnes sera finalisé en 2021

    C’est un dossier vieux d’une quinzaine d’années à Anthisnes. Les travaux d’aménagement du château de l’Avouerie et la transformation de la Maison de la Brassine (qui jouxte l’édifice médiéval) en Maison des Associations, pourraient prochainement devenir une réalité.

    Le budget 2021 de la commune, voté lundi soir, prévoit une somme de 1.360.000€ à cet effet, dont 435.294€ de part communale. « C’est un projet qui a été initié dans le cadre du plan communal de développement rural », se souvient le bourgmestre Marc Tarabella. « J’avoue qu’on a fait traîner ce dossier car il y avait d’autres priorités, comme Omalius (les nouveaux bâtiments de la commune depuis 2018). Quinze ans après, on a dû revoir le projet initial car il prévoyait des réparations de moindre importance. Aujourd’hui, la toiture montre des signes de souffrance et sa réparation coûte 300.000€. Le projet prévoit aussi de refaire le plancher, l’accès à la Maison des Associations et l'ascenseur dans la tour ».

    La grande salle située à l’étage est souvent louée pour des mariages, mais l’escalier rebute les personnes plus âgées et les PMR. « On est encore loin de l’adjudication. Mais il est vraisemblable que le dossier soit bouclé en 2021 ».

    Phase 2 de la réfection rue Arthur Piroton

    Le deuxième grand investissement inscrit au budget 2021 est la phase 2 de la réfection de la rue Arthur Piroton, pour 780.000€. Après avoir refait la petite partie de la voirie comprenant des habitations en 2020, c’est une section plus longue, allant jusqu’à la limite avec Poulseur, qui sera refaite.

    On notera aussi le montant de 370.000€ prévu pour la réfection de la rue des Stepennes, en tant que voirie agricole. « C’est une rue qui fait 1,8km, liant Anthisnes au bois des Stepennes », explique Marc Tarabella. « Elle est pleine de trous ».

    Le conseiller de l’opposition Blaise Agnello (Cim) a opté pour l’abstention, regrettant le manque d’investissement en faveur de la mobilité douce. « Notre idée serait de prévoir un audit au budget 2022 », a-t-il annoncé. Les conseillères de la liste MR-CDH-IC Françoise Keysers et Nathalie Klee ont voté contre le budget. « Le budget est un choix politique. Naturellement, nous n’y sommes pas associés et je ne pourrai donc pas l’approuver », a précisé Françoise Keysers.

     

    Article de P.Tar.

    Article complet Clic ici 

  • Les 2 terrains de padel couverts sont ouverts !

    Lien permanent

    La Ville de Seraing vient d’annoncer une excellente nouvelle pour les amateurs de sports : les deux premiers terrains de padel du territoire ont officiellement été inaugurés ce vendredi 18 décembre en toute intimité, au vu de la crise sanitaire actuelle, en compagnie du bourgmestre, Francis Bekaert, de l’échevin des Sports, Philippe Grosjean et de quelques représentants du Tennis Club.
     
    « Ces infrastructures, inédites jusqu’alors à Seraing, ont commencé à être aménagées en août dernier sur le site du Tennis Club de Seraing, situé au n°10 du square des Primevères », rappelle le communiqué.
     
    « Après près de cinq mois de travaux, il dispose dorénavant de six terrains de tennis, dont deux synthétiques éclairés, ainsi que de deux terrains de padel, également couverts et pouvant s’ouvrir sur tout son périmètre à 2,50 mètres. Une première en Belgique qui permettra à leurs usagers de pratiquer ce sport par tous les temps et ce, durant chaque période de l’année. »
     
    « Le padel est un sport en pleine expansion. Il séduit de plus en plus de personnes qui sont évidemment très demandeuses quant à la création d’un établissement qui lui est 100 % dédié », a souligné Philippe Grosjean.
     
    « Je suis donc très heureux que la Ville de Seraing puisse enfin proposer une structure aussi rare. De plus, cette concrétisation était une véritable volonté de ma part lorsque j’étais président du club. À cette époque, j’avais réussi à obtenir le budget nécessaire pour débuter le chantier et c’est finalement avec plaisir et fierté que j’ai pu le développer en tant qu’échevin des Sports. »
     
    Toujours d’après le communiqué, la Ville de Seraing informe avoir ainsi octroyé un subside exceptionnel au Tennis Club de Seraing pour lancer et surtout finaliser les travaux. Des membres et sympathisants se sont également chargés de réaliser le cahier des charges, de lancer le marché et d’obtenir les divers permis.
     
    « Les deux nouvelles infrastructures du club sérésien sont donc fin prêtes à accueillir leurs premiers usagers, en toute sécurité mais aussi et surtout en évitant tout désagrément sonore pour les riverains.
     
    En effet, celles-ci ont volontairement été « encastrées » dans un talus pour permettre aux citoyens de ne rien entendre des entraînements sportifs et ne sont accessibles que grâce à un système d’accès sécurisé par badges. »
     
    Pour l’heure, les terrains seront disponibles dès 21 décembre à la population par location ou par abonnement.
    Infos complémentaires et réservations à l’adresse mail : tcseraing.padel@gmail.com
     
     

  • Le nouveau McDonald’s de Boncelles ouvre ses portes ce mardi 22 décembre 2020

    Lien permanent

    Quatre ans plus tard, c’est un Mac Donald’s, érigé en lieu et place en quelques semaines à peine, qui ouvrira officiellement ses portes ce mardi. Situé sur le site du magasin Delhaize avec qui il partage le parking, ce nouveau Mac Donald’s installé sur deux étages sera inauguré en pleine crise sanitaire.

    Un paradoxe au final quand on sait que cette dernière touche de plein fouet un secteur Horeca actuellement à l’arrêt. La bonne nouvelle étant la création de 50 nouveaux emplois générés par l’ouverture de la nouvelle enseigne et annoncés à l’époque par la ville de Seraing.

     

    Par Vincent Arena

    Journaliste culture à La Meuse
     

     

  • Ouverture salle d'étude du 22 décembre 2020 au 29 janvier 2021

    Lien permanent

    Le Coude à coude est mis gratuitement à la disposition des jeunes de l’enseignement supérieur qui habitent Neupré pour étudier et ainsi mettre toutes les chances de réussite de leur côté à leurs examens.

     

    15 places sont disponibles dès demain et ce, jusque fin janvier sur simple inscription par mail à psc@neupre.be. Inscription à la journée.

    Accès et wifi gratuit.

    Port du masque obligatoire

     

  • L’incroyable transformation du château de Vyle-et-Tharoul va se concrétiser

    Lien permanent

    En mars 2017, nous vous emmenions dans les ruines du château de Vyle-et-Tharoul (Marchin), à la découverte d’un projet fou, né de l’ambition du promoteur Louis Cop (Cop & Portier), nouveau propriétaire de cette bâtisse néo-classique du 19e siècle où tout est à refaire.

    « Cet endroit était un coup de cœur dès le départ », rappelle-t-il aujourd’hui avec une détermination intacte. « J’ai toujours été fasciné par ce château. Mon idée, dès le départ, était d’aménager des appartements. Les plans ont été terminés fin 2018 ».

    Ce projet fastidieux consistant à transformer un vieux château abandonné et squatté en un ensemble immobilier moderne et luxueux avait tout d’une chimère, et pourtant, il est désormais sur le point de se concrétiser.

    « Le chantier va débuter fin avril ou début mai 2021 », annonce Louis Cop. « On n’a plus rien fait depuis 2017, au moment où on a vidé le château. Maintenant, on a un peu plus de disponibilité donc on va pouvoir commencer ».

    17 mois de travaux

    Au total, les colossaux travaux devraient durer 340 jours ouvrables et s’étaler sur une période d’environ 17 mois, laissant entrevoir un aboutissement vers la fin 2022. « Disponible le 1er janvier 2023 », peut-on lire sur le site Immoweb où les différents biens sont déjà affichés par l’agence hutoise Trevi Rasquain.

    Une fois construit, l’ensemble immobilier de l’ancien château de Vyle-et-Tharoul comprendra 14 appartements et 5 maisons de standing de 1 à 3 chambres. Les maisons vont de 94 à 142m² pour un prix allant de 185.000€ à 220.000€. Elles seront situées à la place des anciennes granges, de l’autre côté de la cour.

     

    14 appartements et 5 maisons.
    14 appartements et 5 maisons. - Cop

     

    Les appartements, quant à eux, seront situés en partie dans la belle partie en pierre et dans une nouvelle annexe de 3 étages comprenant 4 appartements par niveau. Les appartements vont de 63 à 129m², pour un prix allant de 143.500€ à 253.500€.

     

    « Ça sera moderne à l’intérieur, mais on garde à peu près la même chose à l’extérieur. Les façades ne bougent pas », assure Louis Cop. « La cour sera aménagée en parking.

    La tour sera refaite à l’identique et contiendra une partie des appartements. On gardera le caractère actuel des lieux. Vyle-et-Tharoul est un petit village qu’on ne veut pas dénaturer ».

    Dès le mois de mai 2021, il faudra commencer par détruire une partie du château avant de pouvoir reconstruire les parties neuves. Ce bout de patrimoine longtemps resté abandonné (des arbres poussaient sur les façades), pillé et squatté, s’apprête à trouver un second souffle.

    D’après le promoteur, il y a déjà des personnes qui ont manifesté un intérêt pour les futurs biens immobiliers du château de Vyle-et-Tharoul.

    Par Pierre Targnion

    Article Sudinfo clic ici 

  • Une idée cadeau pour les fêtes ?

    Lien permanent

    Une idée cadeau pour les fêtes ?

    Trio de bières de chez nous  : brune, blanche et blonde 

    Brassées expressément pour le Syndicat d'Initiative par la Cabane des Brasseurs et vendues à 3€/bouteille

      

    Syndicat d'Initiative "Entre Eaux & Châteaux"

    Vallée du Hoyoux, 6b - 4577 Modave (Pont de Bonne)

    085/41 29 69 - www.eauxetchateaux.be

     

    Suivez-nous sur: 

    fr.facebook.com/TourismeModaveMarchinClavier/

  • À Neupré, l’IPP passe sous la moyenne liégeoise, une première en 25 ans!

    Lien permanent

    Cette mesure impactera directement les habitants, puisqu’ils verront ainsi leur revenu augmenter de quelques dizaines d’euros par an. « Cela peut paraître anecdotique, mais il faut voir les choses dans la longueur.

    Pour la commune, il s’agit tout de même d’un manque à gagner de 45.00 euros », souligne l’échevin des Finances, Charles-André Verschueren.

    « Mais avec cette mesure, nous voulons rendre aux citoyens une partie du fruit de leurs efforts quotidiens tout en continuant à améliorer le niveau de services qui leur est offert. »

    Si le collège communal a pu approuver cette réduction d’impôt, c’est avant tout grâce à l’adoption de plusieurs mesures économiques : coût des assurances divisé par deux, baisse de la consommation d’énergie, etc.

    « Un travail budgétaire rigoureux a permis de dégager les marges nécessaires à cette modération fiscale tout en préservant l’équilibre des finances communales. Les marges dégagées seront affectées à la diminution de l’IPP, mais couvrent aussi la volonté de combler le retard en termes d’investissements, de renforcer les services communaux et d’assurer le financement des pensions des agents statutaires », ajoute l’échevin.

    « Soutenable à long terme »

    Par le passé, la commune avait déjà fait l’objet d’une baisse de la fiscalité. En 2012 et 2013, celle-ci était passée de 8,5 % à 8,3 %, pour rapidement revenir à son taux de départ en 2014. Mais la majorité MR-PS en place depuis 2018 compte bien maintenir ses efforts. « Contrairement à ce que nous avons pu connaître par le passé avec des diminutions d’impôts à la veille des élections rapidement suivie par une augmentation une fois l’électeur ayant fait son choix, nous avons voulu inscrire cette diminution dans le temps. Elle est soutenable à long terme. Nous avons modélisé l’évolution de la situation financière communale jusqu’à 2025 pour nous en assurer. »

    En 2019, soit au lendemain des élections, la commune avait déjà diminué une première fois l’IPP, le faisant passer de 8,5 à 8,3 %. Sur les cinq dernières années, seules trois communes de l’arrondissement ont vu leur fiscalité locale à la baisse. Il s’agit d’Aywaille, Soumagne, et Neupré. À l’avenir, le collège neupréen réévaluera chaque année le niveau de la pression fiscale et envisagera la possibilité de nouvelles diminutions. À l’unique condition qu’elles s’avèrent soutenables pour faire face aux enjeux budgétaires.

    Par Charlotte Hutin

    Article Complet Sudinfo Clic ici 

  • Une prime de 50 € pour les plastiques agricoles

    Lien permanent

    La récolte des plastiques agricoles est payante depuis le 1er janvier 2020, une nouveauté difficile à accepter pour certains éleveurs, comme à Clavier, où cela concerne 50 personnes. La tonne de plastique collectée sera facturée autour de 75€ (TVAC) pour l’année 2020.
    Ce changement de politique d’Intradel est la conséquence de deux événements : la baisse des subsides régionaux et la fermeture en 2017 du dernier centre de recyclage des plastiques agricoles en Wallonie.
    « On va bientôt recevoir la facture d’Intradel pour 2020. Libre aux communes de refacturer aux agriculteurs ou pas », explique le bourgmestre de Clavier Philippe Dubois, lui-même agriculteur. « Le Collège vient de décider de refacturer quand même les plastiques aux agriculteurs en fonction du nombre de tonnes déposées. Mais une prime de 50€ sera octroyée à chaque agriculteur, déduite de sa facture individuelle ».
    Concrètement, cela signifie que l’agriculteur qui a amené une quantité qui équivaut à une somme inférieure ou égale à 50€, ne devra rien payer. Si un agriculteur est venu se débarrasser d’une quantité qui équivaut à 100€, il ne paiera que 50€. Précisons néanmoins que l’agriculteur qui a apporté pour moins de 50€ de plastiques ne touchera pas la différence. La prime fonctionne uniquement comme une déduction sur la facture initiale.
    Évidemment, la situation ne fait pas l’unanimité chez les éleveurs. « Il y a ceux qui disent que le public n’a qu’à prendre en charge ces plastiques car ils en ont marre de payer, et il y a ceux qui comprennent que c’est un déchet spécifique », explique Philippe Dubois. « La collectivité ne doit pas payer pour tous les déchets produits dans le cadre des professions privées. Il y a quelques rebelles qui disent qu’ils vont brûler ou enfouir, c’est aussi pour ça que la commune a voulu prendre en charge une partie. Mais tous les enfouissements ou incinérations sauvages seront sévèrement réprimés par une sanction », averti le bourgmestre.
    Pour la campagne 2021, une augmentation du coût de la collecte des plastiques agricoles est prévue. La tonne sera facturée autour de 85€ (TVAC). La prochaine collecte à Clavier sera organisée du 11 au 15 janvier à côté du Recyparc.
     
    Article de PTar 
     

  • À 17 ans, l’Anthisnois Lenny Osborne fait tout doucement son trou dans le VTT enduro

    Lien permanent

    Après Pierre De Froidmont, Patrick Maes, Arnaud Dubois et bien d’autres, un jeune Anthisnois pointe son nez dans le monde du cyclisme et plus précisément du VTT enduro. Un talent pur, ralenti cette année par les blessures et le Covid, mais qui a de belles ambitions pour 2021.  
    « Je m'appelle Lenny Osborne, j’ai 17 ans, je suis fan de vélo et je roule en enduro depuis 2016. Je suis à la recherche de sponsors pour accomplir mon rêve : participer à la Coupe du monde 2021 et y faire des podiums », annonce le jeune vététiste en accompagnement de son CV sportif déjà bien fourni. Lenny, comme son nom et son prénom l’indiquent, a des origines anglo-saxonnes, mais c’est un pur Anthisnois qui connaît ses merveilleux bois comme sa poche et qui termine ses secondaires à l’Athénée Royal d’Esneux, en immersion off course…et même course de vélo car le garçon a une passion et surtout du talent à revendre dans sa spécialité, l’enduro.
    « Devenir un des meilleurs »
    « C’est suite à une blessure au foot que mes parents (son papa est Anglais, sa maman Liégeoise) m’ont acheté mon premier vélo et j’ai débuté mon apprentissage chez un maître, Patrick Maes à Neupré en septembre 2016. J'ai entamé ce sport sans vraiment savoir dans quoi je me lançais et sans imaginer que j'allais être passionné à ce point. J'ai participé à ma première course « superplastic » en mars 2017, je m’en souviens comme d’hier, et je n’ai pas terminé premier… J'ai de suite compris que ce sport était exigeant mais j'étais déterminé à remonter les rangs et devenir un des meilleurs. J'ai vite progressé et ai fait un premier podium en aout 2018 à Hamoir où j'ai fini troisième en catégorie cadet », nous dit le rhétoricien qui a de belles ambitions pour 2021. « Oui, d’abord je voudrais que cette horreur sanitaire s’arrête très vite et que tout recommence vraiment. Je prépare actuellement les examens d’entrée en ingénieur et la Coupe du monde, un peu en chambre actuellement. Vivement 2021 », nous dit-il en riant car 2020 fut franchement pourrie malgré un premier podium en or à Hamoir en août.
    Grosse chute en Allemagne
    Ensuite, une désillusion. « En effet, je me suis blessé à la main…L'enduro est un sport parfois dangereux », reconnaît-il avant d’égrener les petits pépins. « En septembre 2019, à Winterberg (Allemagne) je me suis déboité l'épaule, me suis cassé l'humérus et l'omoplate, bilan, j'ai dû rester trois mois sans pouvoir remonter sur un vélo. En janvier 2020, je suis passé en catégorie junior et j’ai repris l'entrainement avec l'objectif de participer à différentes courses de coupe de France et à la coupe du monde à Val Di Fassa, Zermatt notamment. Malheureusement, la crise sanitaire et le confinement n'ont pas permis à toutes les courses d'avoir lieu. En mai 2020, je me casse le poignet droit. Je connais ma première victoire à Hamoir en août 2020. Je fais mes premières courses à l'étranger; à Bussang et à Sainte Marie aux Mines ou je termine 6 e et 2 e . Cette deuxième place me donnait confiance pour la coupe du monde à Finale Ligure en Italie, une semaine plus tard, fin septembre Malheureusement, une chute à l'entraînement, cette fois les 3 es et 4 es métacarpes ont morflé, m’a ramené sur mon vélo d’appartement et devant mes cours. En même temps je travaille avec un psychologue du sport pour retrouver ma pleine confiance car en descente on ne peut pas douter une seconde. Je serai au top pour le début de la saison mondiale, ce sera certainement à Amay en mars. »
     
    Article de PHILIPPE HALLEUX

  • Neupré a mis ses beaux habits de lumière, à l’approche des fêtes de fin d’année 2020

    Lien permanent

    Quand les illuminations offrent un peu de magie de Noël  !!!

    Les luminaires font leur apparition à divers endroits  à Neupré, pour l'émerveillement de tous .

     

    Album photos clic ici 

  • Les échos du Conseil Communal de Hamoir et budget communal 2021

    Lien permanent

    Le passage du budget sur la table d’un conseil communal n’est pas toujours une partie de plaisir, et le jargon consacré n’est pas nécessairement accessible au commun des mortels. Pour éviter cela, l’échevin des finances Michel Legros a réalisé une présentation pédagogique s’appuyant sur des éléments d’actualité.

    « Il y a une situation générale aujourd’hui au niveau des finances communales dont il ne faut pas minimiser l’impact », annonce-t-il d'emblée. « Forcément, il y a tout le volet Covid-19 qui va aggraver la situation. Il faudra attendre le compte 2020 pour en voir l’impact réel ».

    En plus de la crise sanitaire, les défis pour l’avenir de Hamoir sont nombreux : augmentation de la cotisation de responsabilisation (+24.000€ depuis 2015), réforme APE (12% des recettes de transfert), pression sociale sur le CPAS, multiplication des missions obligatoires non subsidiées, et bien sûr l’introduction de la régie communale autonome en avril 2021 (58.000€ sur fonds propres pour le financement d’un gestionnaire avant de bénéficier des subsides).

    Une commune « pauvre »

    « On a tendance à répéter depuis plusieurs années que Hamoir est une commune relativement pauvre lorsqu’on se compare à l’arrondissement Huy-Waremme », rappelle Michel Legros. « Hamoir possède le quatrième revenu moyen par habitant le plus bas avec 17.897€. Ça a forcément un impact sur le revenu que l’on tire des impôts ».

    Une autre difficulté propre à Hamoir est l'incapacité de générer des recettes supplémentaires à travers la vente de bois ou toute activité liée à l’industrie.

    Des dépenses cadenassées

    L’exercice propre du service ordinaire 2021 est à l’équilibre avec un boni de 14.850€. Il n’y a donc pas de nécessité de présenter un plan de convergence à ce stade, mais ce sera le cas dans quelques années. « Ce boni cache certaines difficultés de la commune. On y est arrivé en cadenassant les dépenses de tous les départements. Si on retire le crédit spécial de recette et qu’on ajoute la cotisation de responsabilisation des exercices antérieurs, la commune de Hamoir a en réalité un déficit structurel de -80.495€ ».

    Au service ordinaire, les recettes de l’exercice propre sont de 4.904.436,31€, dont 93,1% de recettes de transfert (taxes et impôts). Au niveau des dépenses, le budget prévoit 4.889.586€, dont 42,4% de dépenses de personnel.

    Le boni global baisse chaque année, pour être de 253.853€ en 2021. Il devrait être épuisé d’ici 2 à 3 ans et la question de l’équilibre du budget devra se poser. Malgré les défis à venir, Hamoir présente un programme ambitieux au service extraordinaire.

    « Nous devrons être prudents dans les 2 années à venir. Il faudra privilégier les projets fortement subsidiés et reporter les investissements non urgents au-delà de 2023 », conclut l’échevin des finances.

    Tous les projets prévus en 2021

    Le budget 2021 prévoit de concrétiser le PIC 2019-2021 avec deux gros projets : la réfection partielle de la toiture de l’administration communale (155.000€) et la réfection de la rue du Chirmont (310.000€) avec 276.735€ de subsides. Pour les réparations voiries et maçonnerie, 25.000€. Même chose pour les petites réparations dans les bâtiments communaux.

    La réfection de la maison Gaston Chauffé, subsidiée à 80.000€ dans le cadre d’un projet Eco-bâtis, représente une dépense de 55.000 à 60.000€. Le parking de covoiturage à la gare SNCB de Hamoir, subsidié par la Province jusqu’à 90.000€, devrait enfin voir le jour moyennant une participation de 45.000€ de la commune. Enfin, la phase 3 du remplacement de l’éclairage public par du LED coûtera 54.853€.

    Au niveau des subsides communaux, le TC Hamoir bénéficiera de 32.000€ pour la réfection de 2 terrains et de l’éclairage. Pour le club de foot des jeunes, l’achat de robots-tondeuses et la réfection de l’éclairage du terrain de Comblain-la-Tour seront subsidiés à 15.000€.

    Le montant total des investissements au service extraordinaire est donc de 1.321.156€, dont 594.118€ en financement par emprunt et 316.000€ de subsides.

     

    Article par P Tar

    Article Complet Sudinfo Clic ici 

  • Un distributeur bpost arrive sur le parking en face de l’Office du Tourisme, Place Del Cour.

    Lien permanent

    Le distributeur bpost à Hamoir sera opérationnel début 2021 sur la place Del Cour

    Le 30 juin dernier, le tout dernier distributeur automatique de billets présent sur le territoire communal de Hamoir disparaissait définitivement, en parallèle à la fermeture de la dernière banque en activité. ING invitait alors les Hamoiriens (3870 habitants) à se rendre dorénavant dans l’agence de Barvaux, située à 15 minutes en voiture de Hamoir.

    Dès le mois de février 2020, le conseil communal a pris la décision de solliciter bpost pour l’installation d’un distributeur dans la commune. Une sollicitation à laquelle l’entreprise a répondu positivement, laissant entrevoir la possibilité d’installer un guichet automatique début 2021.

    Un container Place Del Cour début 2021

    Suite aux rencontres entre la commune et bpost, il a été décidé d’opter pour l’installation d’un appareil extérieur, sur le parking en face de l’Office du Tourisme, Place Del Cour.

    La convention de bail commercial avec bpost passe au conseil communal de ce mardi 15 décembre.

    « On signe un papier avec bpost pour dire qu’on met à disposition le terrain du parking», précise le bourgmestre Patrick Lecerf.

    « La demande de permis est en cours. Il sera sûrement délivré fin décembre ou début janvier. J’espère qu’on aura le distributeur dans les prochains mois».

    Sous la forme d’un container du même modèle que celui installé à Modave, en face de l’hôtel de police de Strée, ce nouveau distributeur sera opérationnel dans le premier trimestre 2021.

    par P.Tar.

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • Un peu de magie de Noël dans le village, Mélanie et Quentin Michel circuleront dans les rues de Modave en calèche

    Lien permanent

    Ces Modaviens passeront en calèche à Noël devant les maisons des personnes isolées

     

    Comment réintroduire un peu de magie de Noël et de lien social en cette période de confinement ? C’est la question que se sont posés Mélanie et Quentin Michel, deux habitants de Modave passionnés d’attelage et d’équitation.

    D’habitude, le couple propose à ses voisins de se retrouver autour d’un verre de Noël, ce qui permet aux gens du quartier de se rencontrer dans la convivialité. Vu que cela n’est pas possible cette année, ils ont décidé de souhaiter de joyeuses fêtes aux personnes isolées du village en circulant dans les rues à bord de leur calèche tilbury de 1910, entièrement remise à neuf l’année dernière.

    « Ça amuse les gens de voir passer la calèche, car c’est un bel attelage. On s’est dit que ça serait un moyen de mettre un peu de sociabilité dans le village », explique Quentin Michel. « On ne peut pas entrer chez les gens. L’avantage de la calèche est qu’on la voit depuis la fenêtre. On fera coucou et on souhaitera un joyeux Noël sans qu’il y ait de contact physique. On s’arrêtera devant chez les gens, simplement dans l’idée qu’il se passe quelque chose le jour de Noël. On déposera nos spéculoos sur le pas de la porte ».

    Professeur à l’université, Quentin (51 ans) a toujours été passionné par l’équitation. Depuis une dizaine d’années, avec sa compagne Mélanie, il a commencé à faire de l’attelage. « On a acheté un traineau il y a 8 ou 9 ans. Malheureusement, on peut toujours rêver pour l’utiliser à Noël, car il faut un sol gelé et de la neige », explique-t-il. « L’essentiel du temps, on sort la calèche. On en a plusieurs, mais celle qu’on utilisera est la plus ancienne, qui a un côté un peu glamour, dans l’esprit de Noël ».

    Le couple a lancé un appel sur les réseaux sociaux ce dimanche pour que les personnes intéressées par le passage de la calèche se manifestent. « La commune ne peut pas nous donner la liste des personnes âgées isolées de la commune, donc on fait un appel. Ça peut-être la personne qui nous contacte directement, ou un voisin par exemple ».

    La démarche de Mélanie et Quentin est totalement gratuite, dans l’objectif de réintroduire l’esprit de Noël dans cette période compliquée. Si vous êtes intéressé ou connaissez quelqu’un à qui cela pourrait faire plaisir, contactez directement Quentin Michel au 0477/50.11.75.

     

    article de P.Tar.

    Article complet Sudinfo clic ici 

    Mélanie et Quentin Michel sont tous deux passionnés d’attelage et d’équitation.

    Mélanie et Quentin Michel sont tous deux passionnés d’attelage et d’équitation. - DR

     

  • Une chose est certaine, les Hamoiriens ont le sens de l’humour, le bourgmestre de Hamoir réagit à la banderole

    Lien permanent

    Une chose est certaine, les Hamoiriens ont le sens de l’humour.

    Une banderole annonçant une « grande soirée le 24 chez le mayeur » a été accrochée sur les barrières d’un chantier en cours, boulevard Pieret à Hamoir.

    Cette plaisanterie est un clin d'œil aux récentes déclarations « polémiques » du bourgmestre Patrick Lecerf sur la limitation du nombre d’invités lors du réveillon de Noël.

    Régulièrement décrit comme le rebelle de Noël dans les médias ces dernières semaines, le bourgmestre a lui-même été amusé par la banderole.

    « C’est un ami qui aime bien faire des blagues, il n’y a pas de problème.

    Il m’avait prévenu », explique Patrick Lecerf.

    « Il faut garder le sens de l’humour dans toutes les circonstances.

    On n’a plus trop la liberté de s’exprimer et de penser, alors j’espère qu’on ne va pas nous enlever le droit de faire de l’humour ».

    De l’espoir

    Pour faire taire toute rumeur, le bourgmestre tient tout de même à assurer qu’il n’y aura évidemment pas de soirée chez lui le soir du 24 décembre.

    Il en profite pour rappeler le côté positif qui est ressorti de cette polémique.

    « Ce qui a changé en deux semaines, c’est qu’on parle beaucoup plus des personnes qui souffrent d’isolement, et le message est redevenu humain, contrairement aux trois chiffres de Frank Vandenbroucke.

    Beaucoup de gens m’ont dit merci ».

    Selon le mayeur, le message de base a été mal interprété car beaucoup se sont arrêtés à un titre, sans voir plus loin.

    « Ce que je réclamais, c’est qu’il y ait une analyse de la situation avant Noël, et il y en aura une le 18.

    Elle débouchera plus que probablement sur des changements.

    Dans une crise, on ne doit oublier personne », conclut-il.

     

    Par P.Tar.

     

    Article Complet Sudinfo Clic ici