Actu des communes voisines

  • Neupré double la prime liée à l’audit logement

    Lien permanent

    Aujourd’hui, on entend ces deux mots un peu partout : économies d’énergie.

    En Wallonie, il existe des primes à la rénovation qui permettent de réaliser des travaux afin d’économiser de l’énergie.

    Depuis juin 2019, l’audit logement constitue la première étape obligatoire pour avoir accès à ce type de primes. Sauf que avec un prix moyen de 900€, la démarche peut décourager certains candidats rénovateurs.

    C’est pourquoi la commune de Neupré a mis en place une prime communale visant à diminuer les coûts liés à l’audit.

    Une prime qui varie entre 110€ et 660€ selon les revenus et qui vient en complément de la prime régionale du même montant, « ce qui permet à l’audit de ne pas presque rien coûter, du coup on est clairement incitatif », pointe l’échevin en charge des Finances Charles-André Verschueren.

    « Jusqu’ici, on avait essentiellement une prime qui était basée sur la prime régionale et qui s’apparentait plus à un cadeau à ceux qui ont décidé de faire des travaux d’économiseur d’énergie », continue l’échevin , « il y a très peu d’effet incitatif, c’est un effet d’aubaine, en comparaison avec les investissements consentis».

    L’ancienne prime n’était en fait pas beaucoup utilisée et les budgets de la commune n’étaient pas totalement consommés.

    Du coup, seules quelques personnes, parfois après des investissements importants, allaient chercher ces montants, relativement faibles, alors qu’il y a tout un travail administratif derrière à effectuer.

    Cette prime, par ailleurs, tombait en bout de course, une fois les travaux effectués.

    Inciter les gens

    « On a donc voulu réfléchir, il faut que l’argent que l’on utilise change le choix que font les gens pour les inciter à aller vers des investissements, des travaux en matière d’économiseur d’énergie.

    Et comme l’audit est obligatoire pour obtenir la plupart des primes, on est s’est dit ‘positionnons-nous’ sur l’audit ».

    La démarche est de toute façon importante puisqu’elle permet de se rendre compte comment on peut investir dans son habitation afin de diminuer sa consommation énergétique.

    Cela permettra aussi à la population de la conduire vers des primes pour de futurs travaux ou de l’éveiller sur le fait qu’il y a des travaux, très simples, qui peuvent être faits sans réels investissements et qui permettent de diminuer sa consommation énergétique.

    Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet communal, section prime énergie ou prenez contact avec le service énergie au 04/239.76.71.

    Article et rédaction par L.C.

    Source

  • Cinq concerts cet été dans différents sites patrimoniaux à Huy

    Lien permanent

    Dans le cadre de son plan de relance touristique, la Ville de Huy a souhaité mettre en valeur ses sites patrimoniaux d’une façon originale, en y apportant des rendez-vous musicaux uniques. Pour cela, elle s’est associée à l’Atelier Rock qui, riche d’un large carnet d’adresses et fort d’une grande expérience en matière d’organisation de concerts, s’est chargé de préparer une programmation de 5 dates dans différents monuments emblématiques de la cité mosane.

    « On a lancé un appel dans notre cercle d’amis et on a rapidement trouvé cinq artistes intéressés, » explique Patrice Saint Remy, coordinateur de l’Atelier Rock. « Ils sont super contents de pouvoir rejouer et nous ont remercié chaleureusement. On voulait donner une couleur différente à chaque événement donc il y en aura pour tous les styles musicaux. »

    Cloître, fort et téléphérique

    Le 17 juillet, ce seront les sonorités sud-américaines de Los Cubanistas qui feront vibrer la Place Verte. Le 31 juillet, c’est la pop synthétique type années 80 de Elia Rose qui s’emparera du Cloître des Frères Mineurs (musée communal). Le 7 août, ça sera au tour de la pop contemporaine de résonner sur la Place Verte avec Alex Lucas. En avant dernier, Pierre Lizée proposera son pop rock mélancolique le 28 août au public qui montera dans la cour du fort de Huy pour assister au live. Enfin, c’est Bini qui fermera la programmation le 4 septembre dans la station basse du téléphérique avec sa chanson française.

     

    « On est habitué d’organiser des concerts sur la Place Verte. En revanche, on ne l’a jamais fait dans le fort de Huy ! », détaille Patrice Saint Remy. C’est très compliqué d’y acheminer le matériel, on utilisera peut être un quad. Le Cloître des Frères Mineurs sera une première aussi. Mais, de façon générale, ce seront des prestations sur un mode très léger, guitare-voix ou clavier-voix. »

    Un sens giratoire sera mis sur place lors des événements et le public sera répartis par bulle de contact sur différentes tables. Il n’y aura pas de service au bar, mais bien la possibilité de se faire servir à boire et à manger. Chaque concert s’accompagnera d’un DJ set.

    Les préventes coûtent entre 8 et 11€ et il est obligatoire de réserver à l’avance via le site web www.atelierrock.be.

    Article et rédaction par P.TAR.

    Source

  • De la soupe de légumes cultivés à Anthisnes pour les supporters du Standard de Liège

    Lien permanent

    Pendant 15 ans, Pierre Legros a vécu en Espagne où il a pratiqué différents métiers (dans une banque, dans le tourisme, sur un bateau de croisière...) et où il a surtout rencontré l’amour, Lia.

    Il y a quatre ans, l’Anthisnois est revenu en Belgique avec son épouse espagnole dans l’intention de se lancer dans le maraîchage.

    « Ma soeur a une asbl de maraîchage dans la commune d’Anthisnes, Rouliberwète.

    Notre idée était de développer un projet avec elle mais, finalement, elle préfère lever le pied et m’aider à me lancer », nous confie Pierre Legros, 46 ans.

    L’Anthisnois a alors récupéré son outillage, sa serre et même le terrain mis à disposition par des amis, tout en profitant de l’expérience sororale pour devenir un bon maraîcher.

    Mais ce n’est pas tout : l’idée de transformer ses légumes 100 % non traités a vite germé.

    « Vivre du maraîchage est compliqué, nous avons donc décidé de transformer notre production de légumes nous-mêmes en plats simples comme des tortillas, références à l’Espagne et qui ont l’avantage de contenir beaucoup de légumes, mais aussi des soupes ainsi que des plats simples à emporter », explique-t-il.

     

    En partenariat avec l’asbl Rouliberwète en attendant d’être officiellement en couveuse d’entreprise via Job’In avec « Sou’Pierre et Torti’Lia » (« ce qui devrait être le cas en août »), Pierre Legros cuisine déjà ses préparations à l’Avouerie d’Anthisnes chaque mardi, ses plats à emporter sont à commander via le GAC d’Anthisnes ou par mail ou Facebook.

    D’ici une semaine ou deux, il tiendra également une échoppe aux marchés de Huy et d’Esneux pour y vendre de la soupe dans des contenants d’un litre, ainsi que des tortillas et quiches à emporter.

    Et dès la reprise des matches avec spectateurs, en septembre espère-t-il, il vendra de la soupe et des morceaux de tortilla aux supporters du Standard de Liège, dans l’enceinte du stade de Sclessin.

    « C’est le Standard qui est à l’origine de la démarche, dévoile Pierre Legros.

    Il a contacté la Ville de Liège car il souhaitait offrir un choix de nourriture plus sain et local aux supporters du stade et une amie qui travaille à l’administration nous a mis en contact.

    J’ai présenté mon projet qui leur a plu », retrace-t-il.

    Le Standard confirme: « Nos fans sont vraiment demandeurs de ce type de nourriture.

    Un contrat nous lie avec M. Legros », abonde Charles Caillot, chargé de projets RSE pour le Standard.

    En réalité, l’Anthisnois a déjà eu l’occasion de faire goûter ses préparations aux footeux puisqu’il s’y est déjà rendu à quatre reprises en fin d’année 2019, avec l’asbl de sa soeur.

    « Je voulais voir si la sauce allait prendre avant de vraiment me lancer et ça fonctionnait déjà bien.

    Nous étions alors sous une tonnelle, bientôt le Standard va probablement bientôt m’installer dans un chalet en bois », se réjouit-il.

    A la mi-temps ou après la rencontre, il sera donc possible de déguster un demi-litre de soupe à 3 euros ou un huitième de tortilla pour 3 euros la part.

    « Les récipients des soupes sont en bagasse, des résidus de canne à sucre, biodégradables donc », relève-t-il encore.

    De quoi célébrer la victoire ou digérer la défaite, l’estomac léger.

    Un crowdfunding de 6.500 euros

    Pour soutenir l’investissement consenti par Pierre Legros, ce dernier a lancé une campagne de financement participatif, elle sera en ligne sur le site www.crowdin.be d’ici quelques jours, pour une durée d’un mois.

    Le premier palier est fixé à 4.000 euros et couvre l’achat de matériel de cuisine : soupières électriques, grosses casseroles à soupe, mixer professionnel, bacs de transports aux normes AFSCA, mais aussi une tonnelle.

    Le second palier de 2.500 euros concerne l’achat d’une Citroën Berlingo d’occasion pour faire les marchés.

    Différentes contreparties sont prévues, sous forme de nourriture ou d’ateliers de cuisine bolivienne/espagnole ou même de promenades dans les bois à la découverte des champignons sauvages.

    Si vous souhaitez soutenir le projet de Pierre et sa femme Lia, suivez l’actualité de la page Facebook de Sou’Pierre et Torti’Lia.

    Article et rédaction par Annick Govaers 

    Source

  • Annulation des quatre fêtes de village cet été à Ferrières

    Lien permanent

    C’est le cœur lourd que la nouvelle est arrivée. Mais comme dit la sagesse populaire, « prudence est mère de sûreté ». Les quatre fêtes de villages prévues sur la commune de Ferrières ne pourront pas se tenir. Il s’agit des fêtes de Burnontige fin juillet, de Werbomont, de Rouge-Minière de mi-août, et de Xhoris (premier week-end d’août). « Les organisateurs n’ont pas voulu les organiser à l’heure actuelle », nous indique le bourgmestre ferrusien, Frédéric Léonard (PS).

    La fête de Xhoris attire toujours beaucoup de monde, avec notamment plusieurs installations foraines.

    Un coup dur supplémentaire pour ce secteur déjà en difficulté. Le mayeur espère revoir les fêtes en septembre, mais tout dépendra des conditions sanitaires.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Les bords de l’Ourthe seront animés cet été à Hamoir

    Lien permanent

    Malgré le covid-19, les bords de l’Ourthe seront animés cet été à Hamoir

    La récente annonce de l’annulation de la brocante des berges de l’Ourthe, victime de son succès en cette année marquée par les restrictions liées à la pandémie, a été un coup dur pour les habitants de Hamoir.

    Ce grand rendez-vous du premier week-end d’août attire habituellement 10.000 visiteurs et insuffle une ambiance de fête dans toute l’entité.

    Qu’importe, l’Office du Tourisme a mis les bouchées doubles afin que la commune vive pleinement cet été à travers les loisirs, les sports mais aussi le vivre-ensemble et la convivialité.

    Ce lundi, les 4 grands événements de l’été post-Covid ont été officiellement présentés au public, et il y en aura pour tous les goûts.

    1) Un parcours d’énigme de 5km inspiré de l’univers Harry Potter sera organisé du 11 juillet au 31 août, au départ de l’Office du Tourisme, place Del’Cour.

    À l’aide d’une carte (gratuite), vous partez à la recherche d’indices disséminés dans 8 lieux du village.

    Le but ?

    Résoudre les énigmes pour avancer dans le parcours et recomposer une formule magique secrète.

    Cette activité en plein air vise un public familial et permet de découvrir Hamoir de façon ludique.

    Départs de 9h à 16h (horaire de l’Office du Tourisme). Une journée spéciale aura lieu le 11 juillet avec la possibilité de remporter 150€ de merchandising Harry Potter (inscription requise).

     

    2) Avec Hamoir Plage, il sera possible de se détendre dans un transat au bord de l’Ourthe du 11 au 26 juillet, dans la mesure où le temps le permet.

    De 10h à 18h, la berge quai du Batty se transformera en espace de jeux et de prélassement.

    Il sera possible d’y jouer à la pétanque, au badminton, aux fléchettes et à différents jeux en bois.

    Ça sera aussi l’occasion de venir se rafraîchir lors des fortes chaleurs et de déguster une bonne glace.

    L’Office du Tourisme y prendra ses quartiers le temps de l’événement.

    3) Deux apéros concerts dans une ambiance décontractée seront organisés sur le quai du Batty en juillet.

    Le dimanche 19, le groupe de rock festif Belles et Brutes viendra répandre sa bonne humeur tandis que le dimanche 26 juillet, le groupe Coverman viendra reprendre les classiques du rock, de Guns’n’Roses à Pink Floyd.

    Cela fait 6 ans que l’Office du Tourisme organise cet événement, mais c’est la première fois que la distanciation sera de mise entre les spectateurs.

    4) La 7e édition du Festival Sport Nature aura bien lieu du 15 au 23 août.

     Étalé sur 8 jours, l’événement proposera ses traditionnels trail, raid et jogging. Mais il sera également possible de pratiquer de la randonnée VTT, des circuits E-bike, du geocaching, de la marche nordique … et même du yoga!

    Contrairement aux années précédentes, il n’y aura pas de départs de masse mais bien des départs par petits groupes étalés dans le temps.

     

    www.hamoirtourisme.be

    086 38 94 43 – info@othamoir.be

     

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source

  • Gin bio Rebel One le dernier-né de la marque Principauté de Liège est déjà en rupture de stock !!! Disponible au car drink de clavier

    Lien permanent

    Le «Gin bio Rebel One» en rupture de stock trois semaines à peine après sa sortie

     

    Disponible au car drink de clavier Car Drink Clavier 

    Nous avions annoncé le 10 juin dernier la sortie du dernier-né de la marque « Principauté de Liège » : le « Gin bio Rebel One ». Aujourd’hui, trois semaines à peine après son lancement, le spiritueux est en rupture de stock.

    « Le succès a largement dépassé les espérances de ventes, et ce malgré un contexte économique difficile. Plusieurs facteurs ont certainement contribué à cet engouement rapide: le déconfinement et le plaisir retrouvé d’être ensemble et de partager; le gin qui reste une valeur sûre; enfin, la notoriété grandissante de la marque ‘Principauté de Liège’ avec sa gamme de produits de qualité, reconnue par les professionnels du secteur », explique la marque.

    Que les amateurs se rassurent, une nouvelle production a été lancée en urgence et d’autres sont déjà planifiées jusqu’à la fin de l’année. « Rebel One n’est encore qu’un nouveau-né mais ses premiers pas sont déjà assurés et laissent entrevoir des perspectives très prometteuses », se félicite la marque.

    Produit régional et bio

    Ce spiritueux est produit par un distillateur de la région. Il est habillé par l’entreprise liégeoise Doppio. Et le choix de ses arômes répond à une volonté forte de mettre en lumière notre terroir et en particulier la cerise, cultivée dans les terres limoneuses du Condroz et de la Hesbaye. « Le choix du bio n’est pas dû au hasard non plus car il répond à une demande grandissante », précise Philippe Jacquemin, administrateur.

    « Rebel One » est disponible sur le site internet mis en ligne à l’occasion de son lancement, mais aussi sur la nouvelle plateforme d’e-commerce www.principautedeliege.com créée par la société liégeoise « Impulse Now ». Infos aussi sur la page Facebook et sur Instagram.

     

    Cuvées Champagne et partenariats

    La société propose déjà cinq cuvées Grand Cru de champagne avec l’appellation reconnue « Cuvée Principauté de Liège » en partenariat avec la société vinicole française d’Ambonnay. Grâce au succès rencontré avec ses champagnes qui se retrouvent à la carte de nombreux restaurants, la société a noué trois partenariats avec le chocolatier verviétois jean-Philippe Darcis pour les coffrets « Collection Fruit » et « Collection Liquors » de 16 pralines, avec la créatrice liégeoise de bijoux Chris Alexxa pour deux parures complètes exclusives et enfin avec la société Discar, concessionnaire BMW-Mini qui vend une série spéciale « Principauté de Liège ».

    Sans oublier les partenariats avec l’Opéra Royal de Wallonie, le Forum, le RFC Liège, Panthers basket et de nombreux événements tels le Jumping international de Liège, le Spa Rallye et bien d’autres.

    Article et rédaction par M.G.

    Source

  • Environ 150 clients par jour au Kihuy depuis la réouverture

    Lien permanent

    Environ 150 clients par jour au Kihuy depuis la réouverture: le patron est satisfait

    Après une longue pause liée à l’épidémie de coronavirus, les cinémas peuvent depuis mercredi passé de nouveau accueillir les spectateurs… et c’est notamment le cas du Kihuy, qui a enregistré une belle rentrée. « On a eu environ 150 visiteurs la première journée. C’est vraiment une réussite. Et c’est assez stable de jour en jour. On a vraiment une bonne moyenne », nous indique Jan Staelens, CEO du groupe Imagix.

    Le cinéma hutois a été en grande partie rénové, et toutes les salles ne sont pas encore disponibles. « À ce jour, il a quatre salles déjà rénovées et accessibles. Trois salles sont toujours bloquées, car on n’a pas terminé les aménagements, et on attend toujours les sièges. Pour le début du mois de septembre, toutes les salles seront disponibles », assure le patron.

    Cette réouverture a été soumise à de nombreuses conditions. « On applique des mesures assez sévères, et on suit la législation. On bloque une rangée sur deux », indique le gérant.

     

    Programmation alternative

    Les familles peuvent s’asseoir en groupe. Mais les différentes « bulles » sont espacées de deux sièges. Avec ces nouvelles mesures, le cinéma ne peut pas être rentable. Mais la direction espère un assouplissement prochain des mesures.

    La question de la programmation est également une grande problématique dans cette reprise post-confinement. Si la sortie de « Pinocchio » la semaine prochaine permettra sans doute d’attirer un large public dans les salles obscures de Huy, d’autres films ont quant à eux été retardés… et cela aura incontestablement un impact sur les rentrées de l’établissement.

    Pour faire face à ce problème de programmation, le cinéma hutois propose d’ailleurs des cycles thématiques avec des films déjà parus : l’œuvre de Christopher Nolan, un « cycle actualité » avec des films sur la lutte contre le racisme, des films anciens jamais vus en numérique (comme Titanic), « les films à voir avant 12 ans »… Reste à voir si le public hutois sera au rendez-vous cet été !

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • 50 milliards de vers de farine dans une ferme à insectes au zoning de Hermalle-sous-Huy en bord de Meuse

    Lien permanent

    La société « Beetle Genius » (coléoptère en anglais) aimerait installer une usine de farine d’insectes à Engis, dans le zoning de Hermalle-sous-Huy, en bord de Meuse. On évoque une production de 25.000 tonnes de farine par an. Des négociations sont en cours avec la SPI, la SRIW et l’ULiège pour ce projet totalement innovant.

    C’est le journal « L’Écho » qui apportait samedi l’information. L’usine permettrait de fournir « 25.000 tonnes de farine sèche protéinée par an et 11.000 tonnes d’huile », grâce à une ferme d’insectes générant 75.000 tonnes de larves. Le projet est porté par l’homme d’affaires français Yasid Sabeg et son fils Karim Sabeg.

    L’insecte utilisé est le « ténébrion meunier », de la famille des coléoptères. Il se nourrit de déchets de céréales et de légumes et il produit des larves en quantités. Si le projet est poussé jusqu’au bout, il pourrait y en avoir… 50 milliards à Engis !

     

    Mais que les riverains se rassurent puisque ce sont des larves dans leur immense majorité et que les coléoptères volent très peu et ont peur de la lumière. Donc, ils ne sortiront pas de l’usine.

    Le projet est de taille : on parle en effet de 100 millions d’euros d’investissement. Des contacts ont été pris avec la Région wallonne pour d’éventuels financements.

    Concernant le terrain, des négociations sont en cours avec la SPI. « Ils demandent beaucoup de place. Le terrain envisagé actuellement est de sept hectares. C’est le dernier terrain du zoning de la SPI à Hermalle-sous-Huy, en direction de Huy quand on vient de Liège. Il y aurait ainsi la création de 100 à 120 emplois, et de 450 emplois indirects ».

    Article et rédaction par R.M.

    Source

  • Le hameau d’enfance de Michel Preud’homme l’histoire du petit hameau de Strivay !!! voter N° 52 dans leplusbeauvillage.be

    Lien permanent

    L’histoire du petit hameau de Strivay, situé à Plainevaux dans la commune de Neupré, aux portes du Condroz, a de quoi combler les amateurs d’histoire, et surtout ceux qui s’intéressent aux deux guerres mondiales.

    Au Thier de Strivay, vous trouverez ainsi un mémorial en l’honneur du premier officier belge à être tombé sur le champ de bataille en 14-18. Il s’agissait du capitaine-commandant de Menten de Horne.

    Il avait presque 44 ans quand il trouva la mort au combat le 5 août 1914, lors de la défense du fort de Boncelles. L’endroit précis est appelé « Le Chêne à la Vierge ».

    Dans ce petit hameau, vous trouverez aussi les bâtiments de l’ancienne station radio de Plainevaux de Marcel Henrion.

    L’homme avait commencé à émettre à Seraing durant l’entre deux-guerres avant de déménager, suite à une modification de la loi en 1933.

    Marcel Henrion est le créateur des disques dédicacés.

    Sa station sera réquisitionnée par les Allemands pendant la guerre 40-45.

    Le matériel servira à brouiller les émissions de Radio-Londres avant d’être démonté et emporté.

    L’antenne restera et servira alors à la résistance.

     

    Coté architectural, vous y trouverez aussi un château-ferme.

    Aujourd’hui, cela fait plus de 120 ans qu’il est aux mains de la famille Braconier.

    En 1830, M. Libert, alors propriétaire, fit construire la chapelle dédiée à Saint-Donat.

    Ces deux édifices seront classés en 1989. Quelques messes sont encore célébrées dans la chapelle, principalement au mois d’août.

    Pour terminer, sachez aussi que c’est à Strivay que l’ancien Diable Rouge Michel Preud’homme a passé une partie de sa vie, ainsi que sa maman Ginette.

     

    https://leplusbeauvillage.be/

    Article et rédaction par L.C.

    Source

    52 strivay .jpg

  • Le Rucher du Petit Gris à Modave propose des parrainages d’abeilles pour les particuliers et les entreprises.

    Lien permanent

    Modave: le Rucher du Petit Gris propose de parrainer ses abeilles

    Avoir ses propres abeilles, son propre miel… sans les soucis (et les dangers) liés à l’apiculture.

    C’est ce que propose l’ASBL modavienne « le Rucher du Petit Gris », avec son parrainage.

    « On propose ce système, pour les particuliers et les entreprises.

    Pour les sociétés, on apporte la ruche sur place, on aménage les abords et on s’occupe de l’entretien.

    La société peut alors obtenir son propre miel, et s’inscrire dans une démarche écoresponsable », explique le Modavien Axel Nokin (24 ans), fondateur de l’ASBL et passionné par les abeilles depuis de nombreuses années.

    Pour les privés, le parrainage (minimum 20€) est un peu différent.

    « On associe une de nos ruches à la personne : on lui donne régulièrement des informations sur la ruche, on organise des visites, et le parrain reçoit le miel de cette ruche chaque année, avec une étiquette personnalisée », continue le Modavien, qui espère un jour réunir une cinquantaine de parrains dans son association.

     

    Pour rappel, le Rucher du Petit Gris regroupe des apiculteurs de tout le pays, mais la plupart des ruches sont situées à Modave, chez le fondateur Axel Nokin.

    Cette ASBL d’apiculture écologique ne reçoit aucun subside et fonctionne uniquement grâce aux dons, aux ventes de miel sur les marchés, aux cotisations et à l’organisation de différents événements.

    Le 5 septembre, l’ASBL organise d’ailleurs une journée porte ouverte à Modave (10, rue Pont de Bonne), pour présenter les ruches et le projet.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Facebook Rucher du petit gris ASBL

    Source

  • la commune de Modave s'est équipée d'un nouveau tracteur

    Lien permanent
    Commune de Modave

    L'annonce

     

    Pour parfaire l'équipement de son service travaux, la commune de Modave s'est équipée d'un nouveau tracteur et d'un fléau de fauchage.

    Ce matériel sera utilisé pour l'entretien des bords de route et pour l'entretien du Ravel.


    A Modave, nous appliquons le fauchage tardif, les abords de route sont donc fauchés deux fois par an, par contre les endroits dangereux ou les carrefours sont entretenus régulièrement.

    Cet investissement tombe à point.

    En effet, nous avions avec la commune de Marchin et de Clavier des ouvriers appelés Wallon'net.

    Un changement de réglementation dans les emplois PTP, ne nous a pas permis de prolonger les contrats de ces deux ouvriers.

    Il a donc été convenu que chaque commune prenait en charge par son équipe travaux le Ravel sur son territoire. Nous espérons un changement de réglementation qui nous permettrait soit de réengager avec nos partenaires de Marchin et Clavier soit une aide pour renforcer notre équipe d'ouvriers.

    L'achat du nouveau tracteur, vu son gabarit et son équipement (bras faucheur et souffleur) va nous permettre d'assumer aisément notre partie de Ravel.

    Source

    Commune de Modave

  • Nouveau Boutique & Brocante à Ouffet concept innovant louer une étagère !!!!

    Lien permanent

    107535764_1535626089952812_6682544212940460154_o.jpg

     

    Ouvert du mercredi au dimanche de 10h 30 à 18 h 

    Offre de lancement la location d'étagère est gratuite du 15 juillet 2020 au 15 août 2020 

    35a rue d'Hody 4530 Ouffet 

    086370775

  • La commune de Marchin suspend la taxe sur la force motrice, et la taxe sur les débits de boissons.

    Lien permanent

    Crise du Covid-19, la commune de Marchin suspend deux taxes

    Comme beaucoup d’autres communes de l’arrondissement, Marchin a décidé de faire un geste financier envers ceux qui ont été touchés par le coronavirus. Les autorités vont donc suspendre deux taxes pour cet exercice annuel : la taxe sur la force motrice, et la taxe sur les débits de boissons. Une mesure proposée et en partie compensée par la Région.

    « On fait volontiers ce geste. La situation n’est pas facile pour tout le monde », explique Éric Lomba (PS), bourgmestre de Marchin.

    Provision de 100.000 €

    Les autorités viennent aussi de débloquer une somme pour des aides liées à la crise du coronavirus, mais préfèrent prendre le temps avant d’attribuer les montants.

     

    « On a fait une provision de 100.000€ dans le budget. On attend que tout se calme pour voir comment les utiliser. On va attendre de voir les autres aides, pour, à notre tour, aider les secteurs vraiment en difficulté », continue le mayeur. La répartition devrait être définie à la rentrée.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Suppression des festivités liées à la Fête nationale française le 14 juillet à Liège

    Lien permanent

    C’est l’asbl Les « Amitiés Françaises de Liège» qui organise depuis1945 ces célébrations du 14 juillet.

    Suite à l’épidémie, l’association trouve déraisonnable de les organiser cette année.

    Il n’y aura donc cette année pas de Village gaulois, prémisse de ces festivités, ni de cérémonies officielles au cimetière de Robermont, devoir de mémoire pour les Français tués sur le sol belge. Pas danses endiablées non plus sur l’Esplanade du Palais des Congrès de Liège ni de soirée de gala « Les Agapes de Marianne ». Pareil pour le feu d’artifice.

    «Nous ne voulons pas prendre de risque lié au rassemblement de foule, 30 à 35.000 personnes se déplacent pour admirer ce feu d’artifice et le rassemblement de milliers de personnes pour assister aux concerts et animations musicales», commente l’asbl.

    «Plutôt que d’organiser un mini 14 juillet avec des contraintes souvent difficiles à respecter, nous avons choisi de ne rien organiser. Nous donnons donc rendez-vous à tous les Français et les Liégeois en 2021.

    Que le feu d’artifice 2020 soit dans nos cœurs.»

    Photo prétexte 

    Article et rédaction par Par L.C.

    Source

  • Unique dans la région, la très convoitée piscine en plein air d’Ocquier sera accessible dès ce lundi 6 juillet 2020

    Lien permanent

    La piscine en plein air d’Ocquier rouvre ce lundi sur réservation à la demi-journée

    Unique bassin public en plein air dans la région de Huy-Waremme, la piscine du village d’Ocquier (Clavier) s’est taillée une réputation de lieu de détente et de rafraîchissement incontournable au fil des décennies.

    Inaugurée en 1958, elle accueille chaque été entre 3000 et 3500 visiteurs dans son bassin long de 25m dont la profondeur atteint les 2m par endroits.

    Les lieux revêtent d’un caractère d’autant plus unique qu’ils sont entièrement gérés par la douzaine de bénévoles du Comité d’initiative d’Ocquier.

    Déterminés et préparés, les gestionnaires de la piscine seront sur le qui-vive ce lundi 6 juillet pour la tant attendue réouverture.

    « Vu la superficie des lieux, le protocole nous impose une capacité d’accueil de 100 personnes en même temps au lieu de 500, » précise Jérôme Remacle, président du comité.

    « Il faudra réserver son entrée via le portail internet TicketWeb. Les gens pourront réserver 3 jours à l’avance, ce qui leur permettra de voir si la météo annoncée pour le jour de leur venue est assez intéressante ou non. »

     

    Un bassin de 25m de long.
    Un bassin de 25m de long. - FB

     

     

    Pour rappel, la piscine en plein air se réserve le droit de fermer ses portes en cas de météo maussade, une mesure qui a toujours été d’application.

    3€ la demi-journée sur place

    Plutôt qu’un système complexe de tranches horaires régulières, la piscine d’Ocquier a opté pour un accès à la demi-journée. Il vous en coûtera 3€ pour accéder à l’infrastructure.

    Ce prix vous permet de rester aussi longtemps que vous le souhaitez, dans la limite de la tranche horaire du matin et de celle de l’après-midi.

    Même si le Comité d’Initiative ne s’attend pas à ce que la limite de 100 personnes pose un important préjudice pour les jours d’affluence « normale », il craint en revanche un gros manque à gagner lorsque la température sera caniculaire. En juillet 2019, lors du pic de chaleur, la piscine a déjà accueilli 470 personnes sur une journée.

    En plus de la limitation et de la réservation obligatoire, un plexiglas sera installé à l’accueil, les bénévoles porteront un masque et un circuit sera installé pour gérer le flux de personnes.

     

    Une piscine qui attire énormément de monde lors des fortes chaleurs.
    Une piscine qui attire énormément de monde lors des fortes chaleurs. - FB

     

    Un succès au-delà de Clavier

    La piscine d’Ocquier n’ouvre traditionnellement qu’en juillet et août, donc le confinement n’a pas représenté de pertes financières.

    L’affluence de l’été est si forte que ces 2 mois suffisent à assumer les frais d’entretien.

    « La piscine d’Ocquier est un outil qu’on veut pérenniser, » déclare le bourgmestre de Clavier Philippe Dubois.

    « Elle n’attire pas que des Claviérois mais aussi des vacanciers de Durbuy, Barvaux et de la vallée du Néblon.

    On a également un projet ambitieux de rénovation dans les 2-3 ans. »

    Les détails concernant les réservations seront communiqués ce week-end sur la page Facebook « Piscine en plein air d'Ocquier »

     

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source

  • Un appartement saccagé par les locataire à Ouffet

    Lien permanent

    Des locataires vivaient avec 13 chiens à Ouffet: l’appartement est saccagé!

    Ce mercredi, Kevin Rossius a retrouvé son bien… dans un état déplorable à Ouffet.

    « Comment les gens peuvent-ils faire cela ?

    Je n’ai pas les mots… ». L’explication de la colère du propriétaire est visible en photos et en vidéos : c’est l’état du logement qu’il a loué à un couple depuis quelques mois.

    Après avoir entamé des démarches d’expulsion, il a pu retrouver son appartement mais il le découvre complètement saccagé.

    Des excréments d’animaux jonchent le sol, le plafond et les murs, le mobilier est démoli, la cuisine est à changer, la baignoire est arrachée… Des photos qui donnent des hauts le cœur.

     

    La salle de bain a été saccagée.
    La salle de bain a été saccagée. - D.R.

     

     

     

    « En octobre dernier, j’ai loué mon bien à un couple de personnes qui m’avait demandé pour accueillir un animal.

    J’avais donné mon accord…mais uniquement pour un chien », lance Kevin Rossius, qui est mille lieues de s’imaginer ce qu’il se trame dans son appartement durant des mois.

    « J’ai été averti il y a un mois qu’il y avait 13 chiens, des chats, des lapins, des poules et des oiseaux dans l’appartement de 140m² », continue le propriétaire, écœuré par ce qu’il a vu.

    « J’avais déjà entamé les procédures d’expulsion car ils ne payaient plus leur loyer depuis cinq mois.

    Ils devaient partir pour le 6 juin ».

     

     

    Des déchets jonchent le sol.
    Des déchets jonchent le sol. - D.R.

     

     

     

    Les locataires ont pris la poudre d’escampette quelques jours après la date butoir.

    « Ils sont partis vivre ailleurs dans une maison mais entre-temps, ils avaient laissé les animaux dans l’appartement durant trois semaines… sans rien avant de venir les rechercher.

    Les dégâts ont certainement été amplifiés avec la présence des animaux sans les locataires », s’indigne Kevin Rossius.

    En arrivant sur place ce mercredi, ce dernier a découvert avec stupeur son bien, avec la porte ouverte.

    « La police est arrivée et a constaté les dégâts. Une plainte a été déposée. Ces gens-là doivent aller vivre sur un terrain vague, sans qu’il n’y ait personne autour.

    C’est scandaleux ! Et en plus des dégâts, ils ont volé la machine à laver et le séchoir ».

     

    Des lapins, des oiseaux et des poules y vivaient aussi.
    Des lapins, des oiseaux et des poules y vivaient aussi. - D.R.

     

     

     

    Pour cette première expérience en tant que propriétaire, Kevin Rossius espère un durcissement de la loi pour les locataires. « Il faut vraiment que l’état mette des choses en place pour protéger davantage les propriétaires car la loi actuelle est faite pour les locataires ».

    Le coût des réparations est estimé à plusieurs milliers d’euros, comprenant notamment les loyers impayés pour cet appartement construit en 2015 : 5.000 euros de loyers impayés et 3.000 euros de réparations.

    Article et rédaction Par Amélie Dubois

    Source

     

  • Les moments musicaux de l’été au kiosque de Grand-Marchin dès aujourd'hui 3 juillet 2020

    Lien permanent

    Dès aujourd'hui  3 juillet, le kiosque de Grand-Marchin retrouvera son utilité première en accueillant durant tout l’été des moments musicaux.

    Tous les vendredis de 18h à 19h, des concerts aux styles éclectiques y seront organisés dans le cadre du Drive-in Culture du Centre culturel de Marchin.

    « Nous avions envie d’offrir aux citoyens une petite proposition récurrente où se retrouver à l’air libre durant l’été et oublier un peu le confinement », confie Christophe Danthinne, animateur et chargé de communication du Centre culturel.

    En offrant ces concerts aux Marchinois, le Centre Culturel souhaite favoriser les rencontres, même à distance, et susciter des échanges autour de la place aménagée pour l’occasion.

     
    Le quatuor à cordes ELLES ouvrira les festivités le 3 juillet.
    Hutoises d’origine, les musiciennes se sont rencontrées au Conservatoire de Liège et n’ont cessé de jouer ensemble depuis.

    Ne tombant pas toujours d’accord sur le choix d’un style bien défini, après de nombreuses heures de débats et de discussions entrecoupés de pauses apéritives, ELLES ont décidé de faire partager au public leur éclectisme musical.

    Revisite des grands classiques

    De Fauré à Bowie en passant par Stevie Wonder, le quatuor à cordes se plaît à revisiter à sa sauce de grands classiques du monde musical.

    Au cours du mois de juillet, le kiosque accueillera également le musicien de blues acoustique Thomas Andrien, The morning call jazz band et Rockin’chair.

    Article et rédaction par F.S.

    Source

  • Attention vététiste !!! prudence !!! Un vététiste percute une fillette et prend la fuite à Huy !!!

    Lien permanent

    Dans la rue Malhavez, à Huy, les voisins sont excédés !

    Didier Houbotte y habite depuis plus de quarante ans et il pousse un cri de colère.

    Sa fille, âgée de 8 ans a été renversée ce lundi en fin d’après-midi, par un cycliste.
    « Elle jouait avec son vélo sur le devant de la maison quand un cycliste est arrivé et l’a percutée.
    Ils sont entrés en collision et ils sont tombés.

    Le jeune homme (un ado aux cheveux châtain) sur son VTT l’a quand même aidée à se relever et a ensuite pris
    la fuite », nous confie Didier qui a entendu crier.

    « Ma fille était ouverte à la jambe.

    Nous l’avons conduite à l’hôpital et elle a eu entre 15 et 20 points de suture.
    C’est la fois de trop ! », continue le Hutois.
    Ce n’est pas le premier accident dans cette rue, autrefois peu fréquentée.

    Didier est agacé et aimerait que cela change.
    « On nous insulte quand on a le malheur de demander de rouler moins vite, j’aimerais que cela cesse ! ».

    Le Hutois a déposé plainte. 

    Article de A.D

    Source 

  • Des voiries dégradées où les quads et les motos posent problème à Ouffet, réservées uniquement aux chevaux, piétons et vélos, en plus des tracteurs

    Lien permanent

    De retour à l’administration communale après un déménagement temporaire à la Salle aux Oies en raison de la crise sanitaire, le conseil communal d’Ouffet s’est tenu ce mardi soir afin d’évoquer les nombreux projets de réfections et adaptations de voiries en cours.

    Premièrement, la commune a décidé d’initier un travail sur l’ensemble de son territoire afin de limiter la circulation des quads, motos et autres engins motorisés sur les voiries essentiellement agricoles adaptées aux modes de circulation doux. Les panneaux F99C et F101C (carré sur fond bleu où l’on voit un tracteur, un piéton, un vélo et un cheval) vont d’abord être installés au Tige de Parfondvaux (sentier à Ellemelle menant au bois Thier Renson). Ensuite, le village d’Ouffet sera concerné avec le chemin reliant la rue de Hamoir au Fond Bûzé, le Sentier des Ecureuils, le Chemin de la Drève de Xhenceval et le sentier 40 reliant la N623 à la Drève de Xhenceval. Warzée sera concernée avec le chemin reliant la rue du Baty au Tige de Pair et les chemins reliant la rue de Bende, la route de Bende et la Grand’Route.

    Une signalisation qui permettra de sanctionner

     

    « On tenait à mettre la signalisation adéquate afin de sensibiliser les citoyens et de pouvoir sanctionner par le biais de la police locale, » explique la bourgmestre Caroline Cassart.

    « Ce sont des voiries dégradées où les quads et les motos posent problème.

    On souhaite qu’elles soient réservées uniquement aux chevaux, piétons et vélos, en plus des tracteurs. On veut régler le problème sur l’ensemble de la commune. »

    Les mandataires ont également voté en faveur de la réfection de diverses voiries dans le cadre du Plan d’Investissement Communal 2019-2021 pour un investissement total évalué à 620.922€ TVAC (dont) : Tige Pirette, rue Mognée, rue Halbadet, et ruelle des Fossés.

     

    Article et rédaction par Pierre TAR 

    Source

  • Rénover les tiges et installer des haies à Ouffet

    Lien permanent

    Rénover les tiges et installer des haies

    La commune vient d’initier un dossier avec la Région Wallonne afin d’obtenir un subside pour refaire ses voiries agricoles. La condition ?

    Il faudra installer des haies le long de ces chemins. « On doit encore finaliser le dossier, mais s’il est accepté on aura entre 60 et 80% de subside pour refaire ces voiries, ce qui serait une bonne chose.

    On commencera par le Tige de Parfondvaux, » conclut la bourgmestre. La voirie pourrait bénéficier de 100.000 € de la région.

    Enfin, Ouffet a rejoint l’association de projet « Promotion Sociale Ourthe-Vesdre-Amblève » afin de donner la possibilité à ses habitants en recherche d’emploi de suivre des formations liées aux métiers en pénurie dans la région.

    Pour l’instant, peu de formations de ce type sont accessibles près de Ouffet.

    Article et rédaction par Pierre TAR 

    Source

  • Les instances hutoises ont marqué leur volonté d’aider financièrement les forains, en difficulté à la suite de la crise.

    Lien permanent

    Exonération et aide directe pour les forains

    Ce lundi soir à Huy, sans surprise, la question de la foire et des forains était au cœur des débats du conseil communal (même si le tumultueux dossier du survol de la centrale de Tihange a également fait l’objet de vifs échanges au Centre Nobel).

    On peut dire (avec beaucoup d’euphémisme) que l’épidémie du coronavirus a quelque peu perturbé l’organisation des festivités annuelles hutoises… Le collège s’est montré clair sur la question : les festivités du 15 août seront maintenues si la législation le permet.

    « On est favorable à l’organisation de la foire du 15 août.

    Mais on aimerait obtenir des précisions, et on est en attente d’un arrêté ministériel.

    On réagira en fonction des arrêtés », explique le bourgmestre hutois Christophe Collignon (PS).

    Deux mesures de soutien

    Pour aider les forains en difficulté, les autorités hutoises ont décidé d’exonérer à hauteur de 50% le droit de place des forains pour la foire d’août.

    Une mesure votée à l’unanimité, et qui représente 24.000 € pour les finances communales.

    Mais pourtant, du côté de Défi et d’Ecolo, on aurait voulu aller au-delà des 50%. La majorité a rappelé que Huy fait déjà plus que certaines communes à ce sujet, et que cette mesure représente déjà une aide considérable.

    Les autorités ont également exprimé leur volonté de faire un geste supplémentaire pour les forains hutois.
    « Le collège est en train de réfléchir à une aide directe pour les forains habitant sur le territoire de la Ville.
    Mais on n’a pas encore fixé le montant. Il y a 13 familles de forains sur le territoire de la ville », a indiqué Jacques Mouton (MR), échevin hutois des Marchés et de la Foire.

    Pas de foire de Statte de deux mois

    Écolo-Huy a déposé une proposition sur la table du conseil : étendre la foire de Statte du 1er septembre au 1er novembre, en cas d’annulation des festivités du 15 août. Une proposition recalée par la majorité, car, selon le mayeur, il ne sert à rien de « tirer des plans sur la comète ».

    « Les mesures actuelles me laissent penser qu’on pourra organiser la foire du 15 août. De plus, la « foire à 1€ » occasionne quand même des nuisances. Une foire de 2 mois ?

    Pour les riverains, ce ne sera pas possible », explique Jacques Mouton.

    En résumé, malgré la volonté de la majorité et de l’opposition de maintenir les festivités, il reste encore beaucoup d’interrogations pour cet été de déconfinement.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Un loup aurait été aperçu chez nos voisins de Hesbaye

    Lien permanent

    Un loup aurait été aperçu à proximité de l’autoroute à Villers-le-Bouillet

    La semaine dernière, un automobiliste circulait à proximité de la sortie d’autoroute à Villers-le-Bouillet lorsqu’il aurait aperçu un loup.

    Il a alors alerté le « réseau loup de Wallonie », spécialisé pour documenter le plus objectivement possible l’éventuelle réapparition du loup, qui s’est rendu sur place.

    « Lorsqu’on nous contacte, on ne sait jamais conclure la présence d’un loup par rapport à un témoignage », explique Alain Licoppe, coordinateur du réseau loup de Wallonie.

    L’automobiliste en question n’a pas eu le réflexe de dégainer son appareil photo.

    Et sans image, le membre du réseau loup rencontre plus de difficultés pour tirer une conclusion.

    « En fonction des critères que l’on a reçus, nous n’écartons pas la piste de la présence d’un loup.

    On a déjà vu des loups présents dans des endroits improbables. Cela peut être des individus de passage, à la recherche d’un territoire », ajoute le coordinateur.

    Pas une conclusion à 100 % !

    Régulièrement, le Réseau Loup reçoit des témoignages via leur site.

    « À partir du moment où on n’a pas de photo ou de vidéo, on essaie de prendre le descriptif et de comparer avec les critères qui font penser au loup.

    Cela permet de mettre le curseur, davantage vers le loup ou le chien.

    Mais on n’arrive pas toujours à une conclusion à 100 % !

    En fonction des critères, on peut soit exclure directement le loup et enregistrer l’animal comme un canidé indéterminé. Et à l’avenir, si on reçoit de nouveaux témoignages avec des images, on peut effectuer un recoupement et dire qu’il s’agissait bien d’un loup ou non.

    L’information n’est pas perdue mais elle est dans l’attente d’une confirmation », poursuit Alain Licoppe.

    Depuis trois ans, le réseau recense les traces de passage de loups en Wallonie. « Nous avons déjà reçu 550 alertes pour toute la Wallonie depuis le mois de mai 2017.

    On tourne entre trois et quatre appels par semaine. Si les gens nous contactent rapidement et envoient rapidement leur observation, on essaie d’aller voir sur le terrain.

    Avec un indice ADN, cela nous permet de mettre en évidence la présence d’un loup…

    Pour le loup dans les Hautes-Fagnes, nous sommes sûrs qu’il s’agit du même individu à chaque fois.

    Nous avons une quarantaine d’indices… », conclut le coordinateur.

    Article et rédaction Par Amélie Dubois

    Source

  • À partir du 10 juillet 14 h, grimpez le Mur de Huy et prenez-vous en photo au sommet

    Lien permanent

    A partir du 10 juillet 14 h, grimpez le Mur et prenez-vous en photo au sommet, avec votre vélo, devant le panneau What’s your chrono ? et publiez ensuite votre photo et votre chrono sur la page Facebook Huy le Mur Chrono où le temps référence de Christophe Brandt sera indiqué. Fin septembre, un tirage au sort permettra aux plus chanceux de remporter un cadeau « Made in Huy ». Et toutes les photos seront compilées sur un grand panneau exposé au sommet du Mur à l’occasion de la prochaine Flèche Wallonne
    #huylemurchrono

    Huy le Mur chrono

  • Un reportage photo dans la campagne condruzienne

    Lien permanent

    Habitué à photographier les événements sportifs, le mouvement et la vie, le photographe tihangeois Sébastien Roquet a décidé de consacrer un reportage au thème d’une journée en famille dans la campagne condruzienne, le 5 juillet à Vierset (Modave).

    « J’ai toujours habité la région du Condroz et souhaitais promouvoir nos campagnes dans une mise en scène de pique-nique familial », explique le Tihangeois.

    « Les participants pourront demander à être photographié avec leur voiture, moto, vélo, ou encore cheval », ajoute Sébastien Roquet. « Je m’adapterai aux souhaits de chacun. »

    Capturer les émotions

    Le photographe précise qu’il prendra le temps de réaliser ce shooting calmement.

    « Mon but est d’écouter les envies des participants, les mettre à l’aise pour capturer leurs émotions et essayer qu’ils se retrouvent dans la photo », révèle le photographe.

    « J’aime l’image de la grand-mère qui dit « Ça, c’est bien mon gamin », en découvrant le cliché de son petit-fils. »

     

    Une fois cette expérience photographique réalisée, les participants seront invités à se retrouver au pub Deux ours (2 Place Georges Hubin – 4577 Vierset-Barse) où ils pourront découvrir l’atypique tanière de Fred Macquet, tout en dégustant des mets locaux.

    Réservez votre shooting sur www.rszoom.org ou la page Facebook RS Zoom.

    Article et rédaction de FIONA SORCE

    Source

  • La brocante des berges à Hamoir n’aura finalement pas lieu !!!

    Lien permanent

    Retournement de situation à Hamoir: la brocante des berges n’aura finalement pas lieu

    Début juin, le comité de gestion de l’office du tourisme a examiné la faisabilité de l’événement et a décidé de la maintenir dans un premier temps, en limitant le nombre d’exposants à 50 par jour, en invitant un total de 100 exposants différents sur l’ensemble du week-end.

    Un circuit devait être mis en place et le nombre de visiteurs limité à 1.000 à l’intérieur de la brocante.

    Après avoir analysé de plus près les répercussions négatives que pourraient avoir l’organisation d’un tel événement de masse (10.000 visiteurs en moyenne), le comité a finalement été contraint d’opter pour la solution la plus sûre, soit l’annulation pure et simple de la grande brocante.

    Peur d’une trop grande affluence

    « Vu l’affluence habituelle en termes de public, on aura beau mettre tout ce qu’on veut en place, on risque de se retrouver avec 10.000 personnes et ça serait ingérable, » explique le bourgmestre Patrick Lecerf.

    « Ce n’est pas l’organisation de la brocante qui pose problème, mais le risque d’avoir un public disproportionné par rapport à l’espace dont on disposera.

    On ne peut pas accueillir 1.000 personnes et dire aux 9.000 autres de retourner chez elles. Ça ne satisfera personne. »

    Par contre, l’expérience Hamoir Plage aura quant à elle bien lieu du 11 au 26 juillet sur le quai du Batty.

    Il sera possible de venir se prélasser au bord de l’Ourthe dans un transat, pour lire un livre ou prendre un pique-nique dans un cadre qui rappelle les vacances à la mer.

    Le festival Sport Nature pourra lui aussi se dérouler du 16 au 23 août avec quelques adaptations.

    Une conférence de presse aura lieu en début de semaine prochaine pour apporter les détails concernant les raisons de cette annulation et pour présenter les autres grands projets de l’été de l’office du tourisme.

     

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source

  • La piscine de Rotheux réouvre ses portes, aux Neupréens uniquement dans un premier temps !!!

    Lien permanent

    Commune de Neupré

    Vous informe 

     

    La piscine de Rotheux réouvre ses portes, aux Neupréens uniquement dans un premier temps pour éviter une trop forte affluence et ce, à partir du 1er juillet avec toute une série de précautions pour votre sécurité

  • Madame Lyly, traiteuse aussi !!!

    Lien permanent

    Les salades de Lyly

    Préparer une salade dans un bocal, c’est le concept atypique lancé par Lydia Meunier, propriétaire de « Madame Lyly, traiteuse aussi », à Tavier.

    « J’avais comme projet de réaliser des conserves stérilisées de sauces tomates et de boulets dans des bocaux.

    J’ai ensuite réitérer l’expérience en tentant de conserver des salades composées », raconte cette passionnée de cuisine.

    Pour pallier l’absence de cuisiner de « L’Atelier du Théâtre du Pain », Lydia Meunier leur a proposé ses salades.

    Les particuliers peuvent transporter leur salade aisément.

    Les salades de Lydia Meunier comportent près de dix aliments positionnés du plus lourd au plus léger tels que du chou chinois, des carottes, de la mangue, des cacahuètes, du poulet, du thon, des légumineuses de saison... « Certains aliments sont proscrits comme les graines de germes ou les poissons crus qui ne se conservent pas. », souligne-t-elle.

    « Le fil conducteur de mes salades est une vinaigrette que je réalise moi-même », ajoute-t-elle.

     
    Les salades sont vendues entre 8,50€ et 10 au pub « Deux ours » (2 Place Georges Hubin, à Modave) et « L’Atelier du Théâtre du Pain » (18 rue de l'Aérodrome, à Dolembreux).
     
    Commandes possibles via la page FB « Madame Lyly, traiteuse aussi».

    Article et rédaction par FIONA SORCE

    Source

  • Suite à l’accident mortel à Hamoir, le bourgmestre de Hamoir a pris l’initiative de mettre sur pied un moment d’échanges de paroles ouvert à tous demain mardi 30 juin 2020

    Lien permanent

    Après l’accident mortel à Hamoir, un moment d’échange organisé ce mardi

    « Le drame qui touche nos villages cette semaine marque terriblement les esprits de nombreux jeunes mais aussi de parents, » explique Patrick Lecerf.

    « À l’aide des services qui collaborent avec notre commune, comme le Planning familial, le service d’aide aux victimes de la zone de police ou encore l’ASBL La Teignouse, une prise de parole sera organisée.

    On ressent une douleur terrible dans la jeunesse et on prend une initiative pour les aider. »

    Sur les réseaux sociaux, les messages d’empathie, de soutien et de souvenirs d’amitié se sont multipliés. Benjamin était connu dans la commune comme le fils des propriétaires du camping du Rocher de la Vierge, à Comblain-la-Tour.

    De son côté Tom était investi dans le football régional comme membre du club RSC Anthisnois, qui a également tenu à lui rendre hommage sur les réseaux sociaux.

    Organisée en collaboration avec plusieurs services spécialisés dans le soutien psychologique, la prise de parole libre de ce mardi sera l’occasion pour chacun de venir exprimer son ressenti et/ou de rendre hommage à leur ami, frère, ou enfant.

    Ce moment d’échange de paroles aura lieu au hall omnisports, rue du Moulin 11B, à partir de 17h.

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source