Accident de la route

  • Déconfinement: retour du trafic et des accidents

    Lien permanent

    Qui dit déconfinement dit reprise du trafic sur les routes belges. Pendant le confinement, les infractions routières et accidents ont baissé de manière significative.


    VITESSE EXCESSIVE


    « Pendant le confinement, il y a eu 4.000 accidents de moins en Belgique », présente Benoît Godart, porte-parole de Vias. « Mais ces accidents ont été... deux fois plus graves ! »


    Principale cause, la vitesse excessive de certains automobilistes.

    Les routes, moins encombrées qu’en temps normal, ont apparemment procuré un sentiment de liberté et de toute-puissance auprès de certains automobilistes.

    Il faut voir si cela se vérifiera à l’analyse des statistiques du 2e trimestre (avril-mai-juin) de cette année 2020.

    « Le trafic a repris petit à petit.

    On verra, au cours de l’été, quels seront les chiffres de ce 2e trimestre », conclut Benoît Godart.

    « Mais avec la reprise du trafic, il faudra probablement constater une hausse des accidents. »


    Dans ce contexte de déconfinement, on ne peut qu’inviter les usagers de la route à être très attentifs les uns aux autres.

     

    Article et rédaction J.M.

    Source

  • Danny Wathelet d’Anthisnes, est décédé dans un accident de moto, il n'avait que 53 ans

    Lien permanent

    Anthisnes: Danny, 53 ans, perd la vie dans un accident de moto !!!

    C’est un dramatique accident de la route qui est survenu ce week-end à Tenneville. Danny Wathelet, né à Arlon mais résidant du côté d’Anthisnes, est décédé dans un accident de moto. Il avait 53 ans.
    Terrible accident de la route, ce samedi, à Tenneville. Danny Wathelet, 53 ans, marié et père de famille, est décédé dans un accident de moto. L’accident s’est produit samedi après-midi sur la route de Nassogne, vers Champlon. Une route qui passe au milieu des bois, assez fréquentée par les motards. Le drame s’est produit à cause d’une sortie de route.
    Danny Wathelet est né à Arlon en 1966. Il était marié et père de deux enfants. Il habitait dans la région d’Anthisnes. Les funérailles auront lieu à Robermont, à Liège.
    Un véritable choc
    Son décès suscite une vive émotion tant dans sa région d’origine qu’en région liégeoise. Et les témoignages d’affection abondent sur les réseaux sociaux. « Je suis tellement triste », écrit notamment Frédéric, un de ses amis proches. « Danny était mon ami, mais aussi un vrai gentil, un vrai courageux », écrit un autre.


    « C’était un super garçon un super neveu, un bon mari et un bon père.

    Un garçon travailleur et courageux. Il va nous manquer », indique quant à elle Marie-Rose.


    Beaucoup soulignent le caractère jovial de Danny Wathelet, qui va terriblement manquer à énormément de monde : « Tu as toujours été un rayon de soleil ».

    « Ta bonne humeur et ton sourire resteront à tout jamais dans nos coeurs ».

    Danny est la huitième personne qui perd la vie cette année sur les routes de la province de Luxembourg. Un chiffre en baisse, dû à la période de confinement, qui a vu le trafic se réduire de manière drastique.

    Les chiffres pour le 1er trimestre 2020 viennent d’ailleurs d’être publiés par la police fédérale et analysés par l’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière.

    En ce qui concerne la province de Luxembourg, les chiffres pour le 1er trimestre 2020 (source : AWSR / Police fédérale – Direction de l’information policière et ICT – Service Politique et Gestion (BIPOL) sont bons, même encourageants. On déplore 161 accidents corporels, pour 199 à la même période.

    Soit une diminution de 19,1 %. Le nombre de tués sur place passe de 10 à 7, pour la période allant du 1er janvier au 31 mars. Mais ce sont des résultats à considérer avec prudence, cette diminution étant imputée à la période de confinement. On ne comptabilise en effet que 9 accidents sur nos routes entre le 14 et le 31 mars (pour 35 durant la même période en 2019, soit une diminution de 74,3 %).


    Compte tenu de l’impact du confinement sur les indicateurs de sécurité routière, l’AWSR ne souhaite commenter que les chiffres de la période de 1er janvier au 13 mars.

    Et ceux-ci sont particulièrement bons, alors que la province de Luxembourg avait connu une année noire en 2019 au niveau de la sécurité routière.

    « La province de Luxembourg voit quasi tous ses indicateurs au vert. De toutes les provinces wallonnes, elle enregistre la plus forte baisse du nombre d’accidents (-7 %) et de très bons résultats pour le nombre de victimes, tués et blessés. (-12 %).

    Seul le nombre de tués reste stable par rapport à 2019 », souligne-t-on à l’AWSR, où on appelle à poursuivre aussi sur la route les efforts de prudence et de vigilance entrepris durant le confinement.

     

    Source

     

    Avis de décès de la région Monsieur Danny WATHELET Epoux de Madame Virginie BRENNENRAEDTS d'Anthisnes clic ici

     

     

     

  • Accident grave aujourd'hui dimanche 17 mai 2020 route des Fagnes Ferrières

    Lien permanent

    Fin de matinée et début d'après midi, dimanche 17 mai 2020 ,accident de la route à Ferrières, pompiers, police, ambulance et hélicoptère médicalisé CMH de Bra-sur-Lienne.

    Il semblerait que l'accident était entre une voiture et une moto !!! la moto a glissé sur plusieurs mètre !!!  

    Moto au sol !!! 

    Photos et infos Richard B 

    Un accident entre une voiture et une moto s’est produit dimanche matin au croisement de la route de la Famenne et la route des Ardennes. Le motard, blessé à un pied, a été emmené à l’hôpital.

    Article complet 

    99091361_540262353333213_150726366810079232_n.jpg

    98056116_965899760552640_4182604719539093504_n.jpg

     

  • La police lance un avis de recherche suite l' Accident et délit de fuite à Nandrin N 63 un cycliste a été grièvement

    Lien permanent

    Diffusé à la demande du Parquet de Liège.


    Diffusé à la demande du Parquet de Liège – division Huy
    08.05.2020

    Toutes les infos clic ici 

    Le samedi 2 mai 2020 vers 09h50, un accident et délit de fuite a été commis sur la N63 à Nandrin en direction de Marche-en-Famenne.

    Un cycliste a été grièvement percuté par un camion de type chantier avec une benne rouge.

    Dans le cadre de ce délit de fuite, les enquêteurs demandent à toute personne qui aurait des informations sur ce fait de prendre contact avec les services de police. Il est aussi demandé à ce conducteur de se manifester.

     
  • Attention accident N66 Circulation alternative sur une bande aujourd'hui 24 avril 2020 09h07

    Lien permanent


    Accident sur la N66 à hauteur de Tinlot en direction de dans les deux sens/. Circulation alternative sur une bande, Situation dangereuse.

    BK 11.5
    passage difficile

    2020-04-24 09:07:55

    Source

    https://www.inforoutes.be/

    24 acc.jpg

  • Attention à la ligne blanche sur la N 63 route du Condroz à Nandrin

    Lien permanent

    Une lectrice nous fait remarquer que bien trop souvent des véhicules coupent la route à 4 bandes N 63 route du Condroz à Nandrin,  afin de faire demi-tour.

    Depuis un moment cette route est muni d'une ligne blanche.

    Donc il suffit de faire demi-tour aux ronds-points; tous le long de cette N 63 route du Condroz Nandrin .

     

    Au moins grave :

    Franchir une ligne blanche continue est considérée en Belgique comme une infraction du 3ème degré.

    Un type d’infraction qui met en danger directement la sécurité des personnes.

    Que risquez-vous si vous franchissez une ligne blanche continue ?


    Au même titre que brûler un feu rouge, ne pas obtempérer aux injonctions des agents qualifiés ou ne pas respecter une interdiction de dépasser, franchir une ligne blanche continue conduit à une sanction de minimum 174€

    Au plus grave : l'accident avec ou sans blessés voir mortel !!!

     

     

  • Accident mortel sur la N63 Modave - Clavier, embarras de circulation

    Lien permanent
    Un accident s’est produit, vers 08h 00, sur la Nationale 63 qui vient de Liège vers Marche-en-Famenne à hauteur de Clavier.
    Un seul véhicule est impliqué, il a percuté un poteau à hauteur de la borne kilométrique 30.3. La chaussée est fermée. Un déviation est mise en place via la sortie « Terwagne ».
    Une dame est décédée.
     
     
    Plus d'infos dans les éditions Sudinfo 
     
  • Accident sur la N 63 Clavier direction de Marche

    Lien permanent

    Aujourd'hui matin 21 février 2020, 8h 00 plus ou moins ,  la circulation est difficile sur la N 63 à la hauteur de la sortie Bois et Borsu commune de Clavier, en raison d'un accident .

    Il semblerait qu'un voiture serait dans un poteau 

    Source 

     

    Police contrôle 4500 Huy & alentours ( Belgium )

    21 fev acc.JPG

     

    21 acci .jpg

  • Guy Parmentier perd la vie dans un grave accident, il était connu à Nandrin où son épouse Yvette était institutrice à l’école communale de Villers-le-Temple jusqu’il y a peu

    Lien permanent

    Un homme a perdu la vie, ce samedi soir, dans la vallée du Hoyoux, avant le pont de Bonne. Une collision s’est produite entre deux voitures et l’une d’elles a ensuite percuté un poteau d’éclairage. Le conducteur n’a pas survécu.


    Les secours ont été appelés vers 20h, ce samedi, dans la vallée du Hoyoux, à hauteur de Modave. Un grave accident venait de se produire.


    Selon les premières observations, il semble qu’un automobiliste ait perdu le contrôle de son véhicule, pour une raison encore inexpliquée. Une première collision avec une voiture circulant en sens inverse s’est produite, puis la voiture a fini sa course contre un poteau électrique le long de la chaussée. Celui-ci s’est en partie couché sur la route.


    Malheureusement, le conducteur seul à bord est décédé sur place. Les pompiers de la zone Hemeco n’ont rien pu faire à leur arrivée. Un expert automobile du Parquet a été mandaté pour déterminer les circonstances exactes de ce drame.


    La police du Condroz est elle descendue sur place pour sécuriser les lieux. La chaussée a été longtemps bloquée à la circulation. Resa est également intervenue.


    La victime s’appelle Guy Parmentier, un Marchinois de 60 ans. Contremaître à l’usine Ombret Plastics, il avait été pensionné en mars de l’année passée. « C’était un bon chef. Il tenait à ce que le travail soit bien fait, il fallait être droit et ça, c’est très bien », souligne Eric Siquet (56), un des plus anciens ouvriers de l’usine engissoise qui fabrique du polyester et des boîtes d’éclairage, notamment.

    « J’ai appris son décès sur internet, je suis très choqué, comme mes collègues.

    J’ai fréquenté M. Parmentier pendant une quinzaine d’années au travail, je sais qu’il venait d’acheter une maison en Espagne avec son épouse, il est bien malheureux qu’il n’ait pas pu en profiter davantage. »


    Le bourgmestre de Marchin, Eric Lomba, se souvient du Guy Parmentier de son enfance: « Nous avons grandi à Grand-Marchin mais je l’ai perdu de vue ensuite. C’était un homme très discret, on le voyait peu souvent aux festivités publiques. »


    Guy Parmentier était connu à Nandrin où sa femme Yvette était institutrice à l’école communale de Villers-le-Temple jusqu’il y a peu. Elle aussi venait d’être pensionnée, il y a six mois.

    Le couple a eu deux garçons. Guy Parmentier était également l’heureux grand-père de deux petits-enfants. « Mon papa, mon pilier, mon protecteur... Nous avions encore tant de belles choses à vivre ensemble.

    La vie t’a arraché à nous cette nuit, je ne lui pardonnerai jamais! Tu seras à jamais en moi, à jamais au fond de nos cœurs. Repose en paix. Je t’aime, nous t’aimons », a écrit son fils aîné sur les réseaux sociaux, en hommage à son père trop tôt disparu.


    Par A.G.

    Source

     

    Avis décès Monsieur Guy PARMENTIER Epoux de Madame Yvette LISIN Institutrice à Villers le Temple Nandrin clic ici 

  • Nandrin 4 malfrats prennent la fuite à pied après une course-poursuite, voici les fais !!!

    Lien permanent

    Un peu avant 19h ce jeudi, une Seat avec quatre hommes à bord a percuté une Mini dans le rond-point des Vaches à Nandrin.

    Les quatre occupants qui fuyaient la police depuis Marche, après avoir commis un délit (dont la nature n’a pas été dévoilée ce jeudi), n’ont pas demandé leur reste, ils sont partis à pied, poursuivis par les agents de police.

    Leur voiture, immobilisée sur place, est signalée volée à Liège.

    D’après certaines sources, des coups de feu ont été entendus, probablement tirés par la police.

    Une arme aurait été retrouvée dans le véhicule des fuyards.

    L’un des malfrats a été rapidement intercepté, a indiqué le commissaire sur place.

    Un deuxième individu a été interpellé rue Tige Paquette dans la soirée.

    A l’heure de clôturer ce journal jeudi soir, les deux autres fuyards étaient toujours introuvables.

    De gros moyens de recherches ont été déployés.

    Un hélicoptère survolait la zone, un chien pisteur était sur place ainsi qu’un déploiement de policiers du Condroz, de Meuse Hesbaye et de Famenne-Ardenne.

    Les recherches ont duré jusque tard.

    Pendant ce temps, la population était appelée à rester confinée chez elle .

    Par .A.D., L.D.

     

    Complément d'info 

    Pas de braquage, mais des agissements suspects à proximité de magasins à Marche peut-être en repérage.
    La police aurait voulu contrôler voiture Seat  police a pris le véhicule en chasse jusqu'à l' accident au rond-point des vaches sur la N 63 de Nandrin .

    Les coups de feu qui ont été entendus sont des coups de semonce de la police.

    Le dossier est à l'instruction auprès du parquet du Luxembourg

     

     

    Source

  • Soirée mouvementée hier jeudi 6 février 2020 à Nandrin des malfrats en fuite, photos de la situation sur place

    Lien permanent

    1.jpg

     

    Une course-poursuite entre 4 hommes à bord d’une Seat et la police, engagée depuis Marche, a terminé en accident.

    Les fuyards ont percuté une Mini dans le rond-point des Vaches et ont pris la poudre d’escampette à pied. La police les recherche activement.

    De gros moyens de recherches sont actuellement déployés. Un hélicoptère survole la zone, un chien pisteur est sur place ainsi qu’un déploiement de policiers

    Plus d'infos dans les prochaines minutes Sudinfo H-W Clic ici 

     

    De nombreux véhicules de police ainsi que des policiers 

     

    La police les recherche activement !!!

    Deux d'arrêtés sur les 4 !!! 21 h 15 

    L hélicoptère a interrompu  les recherches à  21h  faute de carburant 

    Toutes les infos dans les rédactions Sudinfo H-W clic ici 

    84275090_1416329698526331_1011557217314275328_n.jpg

    Reportage photos Loris Demarteau en direct 

     

    3.jpg blog.jpg

  • Accident en cours sur la N 63 Nandrin au rond-point des vaches

    Lien permanent

    Attention jeudi 6 février 2020 18h 15 soyez prudents il semblerait avoir un accident sur la N 63 vers Liège au Rond-point des vaches la police est sur place 

    plus d'info dans les éditions Sudinfo Huy-Waremme

    https://huy-waremme.lameuse.be/

     

  • Accident en cours route du Condroz N 63 Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Il semblerait qu'un accident serait en cours à la hauteur du magasin la Différence de Nandrin 

    Aujourd'hui mercredi 29 janvier 2020 fin d'après midi 

    Info 16h 35

    Route du Condroz N 63 Saint-Séverin Nandrin

    Mise à jour 17h 25Les secours sont sur place

    Mise à Jour 18h 08 Deux blessés transporté dans les hôpitaux de la région 

     

    Les infos dans les éditions Sudinfo La Meuse H-W Clic ici 

     

    29 3 nan.jpg

    29 bis acci.jpg

     

     

    29 accident.JPG

  • Un véhicule sur le toit à Clavier

    Lien permanent

    Jeudi vers 16 heures, un véhicule s’est retrouvé sur le toit, rue de Brève à Clavier.

    A l’heure actuelle, on ignore les causes de l’accident. L’automobiliste, seul en cause, a été transporté au CHR de Huy par les pompiers de la zone Hemeco. Ses jours ne sont pas en danger.

    Source

  • Accident entre deux camions N 63 route du Condroz passage difficile

    Lien permanent

    Un accident entre deux camions s’est produit sur la Nationale 63 qui relie Marche-en-Famenne à Liège, à hauteur de la borne kilométrique 24.6.


    Le passage est difficile, ce qui ralentit la circulation.

     

    Source

     

    Plus d'infos dans les éditions Sudinfo H-W 

     

  • Freddy Falla d'Ouffet, 60 ans, n’a pas survécu à la collision entre deux voitures

    Lien permanent

    Cette Freddy, un automobiliste de 60 ans originaire d’Ouffet, a perdu la vie ce mercredi midi dans un accident de la circulation, rue de Bastogne à Marche.


    Les faits se sont produits aux alentours de 12h30 ce mercredi rue de Bastogne à Marche. La victime, 60 ans, quittait le parking à hauteur du Trusquin quand son véhicule est entré en collision avec une voiture qui remontait la chaussée en direction de Hollogne.

    Malgré l’intervention rapide des secours qui ont tenté de le réanimer pendant plus d’une demi-heure, le sexagénaire est décédé sur place. Il était originaire de la commune d’Ouffet.


    Le conducteur de l'autre véhicule a été légèrement blessé. Il a perdu le contrôle de sa Mini qui a foncé dans une autre voiture qui était en stationnement. Il a été transporté en ambulance à l’hôpital de Marche.


    Non respect d’une priorité de droite


    Les pompiers de Marche sont intervenus sur les lieux, ainsi que le SMUR et la police de la zone Famenne-Ardenne. La route est restée bloquée à la circulation pendant une bonne partie de l’après-midi.


    Selon le Parquet du Luxembourg, un non-respect de priorité de droite semble être à l'origine de l'accident. Vu les circonstances paraissant claires, aucun expert n'a été désigné.

    Son fils s’est tué à moto
    Freddy Falla avait trois enfants:
    Aurélien Falla qui, malheureusement, avait été tué à moto route de Hamoir à Huy le 28 juin 2005 à l’âge de 20 ans.

    Justine et Simon Falla


    La route avait déjà endeuillé aussi par deux fois la belle-famille de Freddy Falla, la famille Demoitié. On se souvient malheureusement de l’accident mortel survenu au coureur cycliste professionnel Antoine Demoitié qui avait été percuté par une moto lors de la classique Gand-Wevelgem le 25 mars 2016 .

    Un Mémorial est organisé depuis lors dans sa commune de Nandrin pour les jeunes cyclistes, cadets et juniors.

    Par ailleurs, le motard tinlotois Gérard Demoitié avait également été victime d’un accident de la route à Strée-Modave le 13 janvier 2008 route de Hamoir, percuté lui aussi par une voiture à l’âge de 50 ans alors qu’il était entrepreneur en menuiserie à Tinlot.

    L’automobiliste marchinois de 33 ans, responsable de l’accident, avait été condamné à 200 heures de travail, à une amende de 550€ et à une interdiction de conduire durant un an.


    Il reste à espérer que la loi des séries s’arrête au plus vite dans cette famille déjà trop durement touchée avec ces quatre décès suite à des accidents de la route.


    Par MARC GéRARDY et N.P.

    Source

  • Accident hier samedi 14 décembre 2019 au matin chaussée de Dinant à Nandrin

    Lien permanent

    Un accident s’est produit ce samedi matin vers 11h25 chaussée de Dinant à Nandrin.

    Les pompiers de la zone Hemeco ont été dépêchés sur place.

    Deux automobilistes sont entrés en collision.

    L’un d’eux a dû être désincarcéré.

     

    Article complet clic ici 

     

     

  • LE DÉPANNAGE EN 25 MINUTES, DÈS CE 13 DÉCEMBRE 2019

    Lien permanent

    Dépannage sur autoroute: le 101 s’occupe de tout

    La plate-forme fonctionne, les dépanneurs sont prêts, il n’y a plus que les automobilistes à informer pour entrer dans l’ère de Siabis+, le nouveau système de dépannage sur autoroute en Wallonie qui démarre officiellement le 13 décembre. S’il ne faut retenir qu’une chose : en cas de panne, formez le 101.


    Siabis+ se prépare déjà depuis un an et, à ce jour, le centre Perex nous affirme que tout est en place. « Quelque 87 sociétés de dépannage veilleront aux 860 km d’autoroutes et de routes à 4 bandes wallonnes », nous dit la directrice de Perex, Caroline Pourtois. « Je précise qu’une seule société peut avoir plusieurs centres d’exploitation et plusieurs dépanneuses et qu’elles sont toutes formées et agréées pour assurer des dépannages en toute sécurité, avec le matériel conforme et tout le balisage requis. Ces dépanneurs agréés effectueront tous les dépannages sur autoroute, que l’automobiliste ait une assistance ou pas ».


    Si vous n’avez pas souscrit à une assistance, fini d’appeler le dépanneur de votre choix. « Vous devez appeler le 101 (ou utiliser les bornes orange). Même chose d’ailleurs si vous avez une assistance : n’appelez plus votre assistance, formez le 101. Sur base de votre numéro de plaque, le téléphoniste saura (grâce à une plate-forme avec les assurances) si vous avez une assistance ou pas, et c’est lui qui appellera le dépanneur agréé le plus proche et disponible. Il arrivera dans un délai maximal de 25 minutes ».


    Tarif fixé : 181,50 € le jour


    Si vous avez une assistance, c’est votre assurance qui paiera. Dans le cas contraire, c’est vous qui paierez. Mais fini les mauvaises surprises… Le dépanneur devra appliquer un tarif forfaitaire fixé par le gouvernement wallon. Pour vous mettre hors de danger et tirer votre véhicule hors de l’autoroute, ça coûtera 181,50 € (entre 7 et 19 h) ou 272,25 € (entre 19 h et 7 h). Des suppléments sont prévus si le dépannage dure plus d’1 heure (24,20 € par quart d’heure supplémentaire le jour ou 36,30 € la nuit), s’il faut baliser la route (151,25 € le jour ou 181,50 € la nuit), s’il faut vous ramener jusqu’à votre domicile, etc.


    « L’objectif de Siabis+ est de vous mettre le plus vite possible en sécurité, grâce à des dépanneurs spécialement formés qui disposent de l’équipement adéquat. Fini de poireauter durant des heures ». Et fini aussi de gêner la circulation indéfiniment.


    Sur les autoroutes flamandes, le système de dépannage FAST fonctionne déjà un peu comme ça, avec quelques mauvaises surprises (les usagers assurés doivent parfois payer le dépannage car Fast n’a pas appelé le bon dépanneur). « Cela n’arrivera pas côté wallon, des accords ont été signés entre tous les partenaires », assure Caroline Pourtois.


    Par Françoise De Halleux

     

    Source

  • Spectaculaire accident à Malmedy, un Nandrinois termine dans la Warche

    Lien permanent

    Un spectaculaire accident s’est produit ce lundi, aux alentours de 3 heures du matin, dans l’avenue du Pont de Warche, à Malmedy.

    Un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule et a fini dans la Warche.

    Un conducteur a fait un impressionnant vol plané ce lundi, à 2 h 53 du matin, dans l’avenue du Pont de Warche, à Malmedy. L’homme de 50 ans, originaire de Nandrin, a perdu le contrôle de son véhicule et s’est retrouvé, au volant de sa Peugeot Partner, dans la Warche à hauteur du carrefour vers le zoning de Malmedy.

    « Quand la police est arrivée sur place, il n’y avait plus personne dans le véhicule. Des témoins expliquent que le conducteur a été transporté à la clinique Reine Astrid de Malmedy », indique la police de la zone Stavelot-Malmedy qui précise que le monsieur est légèrement blessé.

    On a procédé au dépannage du véhicule utilitaire ce lundi matin.

    Par V.M.

    Source

    Un impressionnant vol plané dans la Warche.

    Un impressionnant vol plané dans la Warche. - Benjamin Decerf
  • Comment être affilié ou soutenir Lʼasbl Centre Médical Héliporté CMH

    Lien permanent
    La carte de sauvetage ou carte d'affiliation offre à ses membres affiliés la gratuité du transport médicalisé lors de toute intervention héliportée urgente.
     
    Lʼasbl Centre Médical Héliporté prend à sa charge les frais de transports non couverts par une mutuelle, par une assurance ou tout autre tiers prestataire.
     
    La carte d'affiliation répond aussi à une démarche de citoyenneté et de solidarité.
    Elle participe à l'organisation et le développement d'un service médicalisé héliporté de qualité, accessible à tous les patients en situation d'urgence ou en détresse vitale.
    Elle fournit des garanties permettant au Centre Médical Héliporté d'assurer un service héliporté moderne et performant, dans l'intérêt unique de chaque patient.
    La carte d'affiliation a été créée en 1999 sur le même principe que la carte de sauvetage développée par la REGA (Secours héliporté actif en Suisse).
     

    En souscrivant une carte d’affiliation au CMH, via une cotisation annuelle de 30 € pour une personne seule ou 47 € pour une famille. Pour s’affilier au CMH, il suffit de demander un formulaire.


    En promettant un don au CMH, avec le bénéfice d’une attestation fiscale pour tout don de 40 €.
    soit en acquérant le #BuffduCMH, un tour de cou imprimé aux couleurs du CMH dont les bénéfices permettent à l’équipe de financer du matériel médical.

    JE M’AFFILIE AU CENTRE MÉDICAL HÉLIPORTÉ CLIC ICI

    JE SUIS FAN DU CMH SUR FACEBOOK CLIC ICI

    Article de 2018 Sudinfo clic ici

     

    La nuit, sur les terrains de foot!

    De jour, l’hélicoptère peut se poser « quasi partout ». Le pilote est formé pour atterrir dans un endroit sécurisé, tant pour l’équipe présente à bord, que pour la machine et, bien sûr, les personnes au sol. « Dans 85 % des cas, il va se poser à moins de 100m du lieu de l’intervention », précise Olivier Lambert. Le véhicule peut donc atterrir, un jour, dans votre jardin ou dans la propriété d’un agriculteur, souvent un champ.

    « Effectivement, il n’y a pas vraiment le choix. C’est un peu pareil pour une ambulance finalement, si ce n’est que c’est un peu plus surprenant. C’est une question d’urgence et de bon sens : 95 % des gens comprennent bien. »

    De nuit, l’hélico se pose uniquement sur des terrains de football balisés et équipés (de min. 30m/30) pour lesquels le pilote est équipé d’un appareil qui va allumer les lampes. Le 112 détermine toujours à l’avance le terrain le plus proche du lieu d’intervention. S’il est trop éloigné, priorité peut plutôt être donnée à un Smur… -

    E.D.

     

    Beaucoup s’inquiètent rapidement à la vue de l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne. Ce dernier, en 2017, est intervenu près de 320 fois en région de Huy-Waremme, autant qu’à Liège ou Verviers. Mais comment fait-on appel à lui, au final ? Explications

    C’est un constat : dès que l’hélicoptère médicalisé de Bra-surLienne est aperçu au cœur d’un village, les réseaux sociaux s’affolent. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent de la raison de sa présence. Et le pire est souvent imaginé.

    « On comprend que cela suscite des questions », introduit Olivier Lambert, porte-parole du Centre Médical Héliporté (CMH).

    « Ce n’est pas forcément tous les jours qu’on voit atterrir un hélicoptère dans le jardin de son voisin, par exemple. Et, effectivement, il y a souvent un contexte, au départ, annoncé comme suffisamment grave, qui nécessite son déplacement », poursuit-il. Mais, comment fonctionne-t-il, finalement, cet appel à l’hélicoptère ?

    Déjà, ce dernier ne peut qu’être uniquement réquisitionné par le 112, dans le cadre de l’Aide Médicale Urgente. « C’est un peu une sorte de mix entre une ambulance et un Smur.

    À savoir que la première est un moyen de transport utilisé par les secours d’urgences, comme les pompiers par exemple, et que le second est un véhicule d’intervention dans lequel on retrouve un médecin spécialisé mais qu’il ne transporte pas de patient.

    Avec l’hélico, qui fonctionne 24h/24, il y a la présence d’un médecin mais le véhicule peut aussi accompagner le patient en milieu hospitalier », résume le porte-parole. La première nécessité d’un appel à l’hé- licoptère résulte donc d’abord du besoin de médicaliser le transport de la victime.

    NIVEAU DE GRAVITÉ

    « C’est le préposé à la centrale d’appels 112 qui doit catégoriser rapidement la situation pour laquelle la personne appelle. C’est-à-dire, qu’en posant des questions et obtenant un maximum de réponses, il doit définir le plus précisément possible le niveau de gravité de l’intervention. En fonction de cela, via un logiciel, il disposera des diffé- rents moyens nécessaires les plus adaptés à la situation, et les plus rapides. Et en fonction de leurs disponibilités aussi, puisqu’ils peuvent déjà être utilisés dans d’autres missions. »

    Dans des cas spécifiques, c’est donc l’hélicoptère de Brasur-Lienne qui peut être appelé à intervenir, plutôt qu’un Smur « terrestre ». « Imaginons qu’une personne soit fortement brûlée. Même si le Smur risque d’arriver trois minutes plus tôt que l’hélico, on sait déjà que la victime devra être emmenée dans un hôpital spécialisé pour grands brûlés, à Bruxelles ou Charleroi par exemple.

    Et le choix de ce transport sera donc à la fois le plus rapide, au final, et le plus adapté. » A savoir, détail non-négligeable, que la victime sera forcément transférée dans un hôpital où se trouve un héliport : au CHU de Liège, à la Citadelles et la clinique de l’Espérance à Montegnée, notamment.

    DEUX APPAREILS

    Chaque contexte est donc à analyser au cas par cas : « Deux situations d’apparence identiques vont parfois nécessiter une intervention du vecteur héliporté. Et au-delà du facteur temps, le critère géographique peut aussi jouer.

    Mais, dans 99 % des cas, les délais du CMH sont inférieurs à 15 minutes. »

    Le CMH dispose aujourd’hui de deux hélicoptères. Il n’y en a toutefois qu’un qui part en intervention, le second étant présent pour le remplacer en cas de maintenance ou de panne. -

    E.D

    Source clic ici 

  • Un label pour moins arroser la 3e mi-temps .....

    Lien permanent
    «Un enfant ne voit pas si un adulte a un peu trop bu»
     
    Le foot, c’est la fête autour du terrain, mais aussi à la buvette avec parfois trop d’alcool.

     L’Agence wallonne pour la sécurité routière et l’Association des
    clubs francophones de football ont signés mercredi 6 novembre une convention pour favoriser les retours à la maison en toute sécurité.
     
    « Un accident est vite arrivé.
    C’est important de sensibiliser les gens au risque de l’alcool.
    J’ai déjà interpellé des parents à la buvette pour leur dire de ne pas repartir.
    Cela dit, il y a tellement de monde. Ce n’est pas facile de tout voir.
    Si on peut faire réfléchir les gens avec nos actions, ce sera déjà cela », se félicite André Richard, directeur sportif du RDC Cointe-Liège, l’un des 23 clubs de football labellisé Backsafe.
    Il accueille 575 jeunes répartis dans 35 équipes, « sans compter les filles et les premières.
    Nous avons des dizaines de matches chaque week-end », notre interlocuteur.
    « Un adulte voit si quelqu’un a trop bu.
    Un enfant ne détecte pas ces signes, d’autant qu’il a continué à taper dans le ballon, tandis que les grands étaient à la buvette.
    Il monte donc dans la voiture en toute confiance », analyse André Richard.
    « Les débordements arrivent parfois et nous voulons conscientiser les parents.
    Si on parvient à le faire, ce sera déjà une petite victoire étant donné que notre pouvoir est forcément limité », commente de son côté Arnaud Dewinter de l’Olympic Charleroi Farciennes qui a également rallié la cause.
    Il reconnaît que c’est un sujet très sensible: « Qui sommes-nous pour refuser un verre à quelqu’un au comptoir ? ».
     
    Article complet clic ici 
     

    Par Yannick Hallet avec P.N.

    |
     
     
  • Aujourd'hui vendredi 8 novembre 2019 à 19 h 45 sur RTL TVI 112 helico d'urgence ASBL Centre Médical Héliporté

    Lien permanent

    Chaque vendredi de novembre à 19h45, la série #112helicodurgence vous emmène dans les pas de l'équipe du CMH...
    c'est #112helicodurgence ce vendredi 8 novembre à 19h45 sur RTL TVI
    N'OUBLIONS PAS que le service de secours par hélicoptère du CMH
     EXISTE deplus plus de 20 ans
     MAINTIENT son action quotidienne
     grâce au soutien des affiliés et des citoyens qui ont décidé de souscrire une carte de sauvetage

    Comment s'affilier ?... En demandant des infos et un formulaire
    http://www.lurgencecestvous.be/recevoirunformulairedaffili…/

    hlicoptère.jpg

     

    ASBL Centre Médical Héliporté

     

  • Le label Backsafe va inciter les parents de 7.200 jeunes footballeurs à moins boire lors des matches

    Lien permanent

    Un label pour moins arroser la 3e mi-temps

    Le foot, c’est la fête autour du terrain, mais aussi à la buvette avec parfois trop d’alcool.
     
    L’Agence wallonne pour la sécurité routière et l’Association des clubs francophones de football signent ce mercredi une convention pour favoriser les retours à la maison en toute sécurité.
    « Les clubs de football drainent énormément de monde.
     
    Ce sont des endroits où il y a de l’alcool lors des matches du week-end, mais aussi en semaine après les entraînements.
     
    Pour nous, c’était très important d’y étendre le label Backsafe déjà présent dans d’autres événements festifs », souligne Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de l’Agence wallonne pour la sécurité routière.
     
    Ce mercredi, l’AWSR signe avec l’ACFF, l’Association des clubs francophones de football, une convention pour labelliser une première série de 23 clubs en Wallonie.
     
    « Nous avons pris des clubs disposant d’écoles de jeunes assez importantes », précise notre interlocuteur. Toutes les régions de Wallonie sont représentées.
     
    « En tout, ce projet va concerner 7.216 jeunes formés dans nos clubs, et leurs familles », chiffre Antoine Rustin, responsable des projets sociaux au sein de l’ACFF.
     
    Et de constater : « La troisième mi-temps fait partie du folklore. En matière d’alcool, c’est l’un des lieux de sortie les plus complexes à gérer.
     
    L’objectif est d’enrayer la consommation excessive.
     
    Nous visons particulièrement les parents qui viennent assister au match ».
     

    Une bière à la mi-temps, une autre après le coup de sifflet final et une troisième pour fêter la victoire et encore une autre…
     
    Certains dépassent bien le taux légal d’alcoolémie au moment de reprendre le volant pour rentrer à la maison, voire de reconduire chez eux les copains pris en covoiturage.
     
    « Au-delà de l’entourage des jeunes qui évoluent dans nos clubs, nous comptons bien dans la foulée sensibiliser les joueurs des équipes premières », assure Antoine Rustin.

    D’autres sports

    Même si l’AWSR ne dispose pas de statistiques d’accidents lors de rentrée du foot, l’Agence rappelle qu’entre 2014 et 2018, 17 % des jeunes de 18 à 34 ans impliqués dans un accident corporel en tant que conducteur avaient trop bu.
    « Ce taux grimpe à 43 % les nuits de semaine et à 55 % les nuits de week-end.
     
    Pour la tranche des 35-54 ans, ces taux sont de 41,9 % les nuits de semaine et de 51,6 les nuits de week-end », détaille Pierre-Laurent Fassin.
     

    Le message délivré par l’Agence et la fédération est limpide : « Vos enfants ont géré leur match alors gérez le retour ».
     
    « Le label backsafe prévoit diverses mesures à mettre en œuvre par les clubs. L’une d’elles permettra d'organiser un système de Bob.
     
    Des adultes s’engagent à tour de rôle s’engagent à ne pas boire et à ramener plusieurs enfants », explique Antoine Rustin.

    « D’ici quelques mois, on devrait doubler ou tripler le nombre de clubs de football labellisés Backsafe.
    Ce n’est qu’un début.
     
    D’autres fédérations sportives pourraient emboîter le pas. Je pense notamment au basket, au hockey ou encore au tennis.
     
    J’en oublie bien évidemment. En étant présent dans les buvettes avec nos banderoles, on suscite la discussion parmi les personnes présentes », conclut Pierre-Laurent Fassin de l’AWSR.
    Mettre en place une politique de boissons n/a à la buvette
     
    En devenant labellisé Backsafe, le club de foot s’engage à prendre plusieurs initiatives.
    « Il faut notamment prévoir des tarifs attractifs pour les boissons non-alcoolisées. Dans la mesure du possible, l’idéal sera de proposer de l’eau gratuite », explique Pierre-Laurent Fassin de l’ASWR.
     
    « La solution serait une pompe à eau, mais ce n’est pas toujours possible », reconnaît Antoine Rustin de l’ACFF. D’autres mesures sont plus faciles à mettre en œuvre, comme des réglettes pour calculer le taux d’alcool dans le sang ainsi que la mise à disposition de gobelets pour doser les quantités d’alcool servies.

    « L’Agence peut aussi dispenser à un membre du club une formation sur l’alcool, son impact sur les différentes morphologies et son influence sur la conduite d’une voiture.
     
    Cette sensibilisation sera ensuite répercutée à d’autres personnes du club », détaille Antoine Rustin.
    « Il faut aussi afficher des messages de prévention dans le club et la buvette, comme des brochures informatives, des fanions ou des badges. On peut également promouvoir des transports alternatifs en indiquant les bus à proximité ou les numéros des sociétés de taxis des environs », complète Pierre-Laurent Fassin de l’AWSR.


    «Un enfant ne voit pas si  un adulte a un peu trop bu»

    « Un accident est vite arrivé. C’est important de sensibiliser les gens au risque de l’alcool. J’ai déjà interpellé des parents à la buvette pour leur dire de ne pas repartir.
     
    Cela dit, il y a tellement de monde. Ce n’est pas facile de tout voir.
    Si on peut faire réfléchir les gens avec nos actions, ce sera déjà cela », se félicite André Richard, directeur sportif du RDC Cointe-Liège, l’un des 23 clubs de football labellisé Backsafe.
    Il accueille 575 jeunes répartis dans 35 équipes, « sans compter les filles et les premières.
    Nous avons des dizaines de matches chaque week-end », notre interlocuteur.
    « Un adulte voit si quelqu’un a trop bu.
     
    Un enfant ne détecte pas ces signes, d’autant qu’il a continué à taper dans le ballon, tandis que les grands étaient à la buvette. Il monte donc dans la voiture en toute confiance », analyse André Richard. « Les débordements arrivent parfois et nous voulons conscientiser les parents.
    Si on parvient à le faire, ce sera déjà une petite victoire étant donné que notre pouvoir est forcément limité », commente de son côté Arnaud Dewinter de l’Olympic Charleroi Farciennes qui a également rallié la cause.
     
    Il reconnaît que c’est un sujet très sensible: « Qui sommes-nous pour refuser un verre à quelqu’un au comptoir ? ».

    André Richard de Cointe pointe, lui, les rentrées financières que la buvette représente pour certains clubs. La décision ne sera pas toujours facile à prendre.
     
    A l’Olympic, on a une solution.
     
    « Nous avons décidé de développer le covoiturage. Nous allons demander aux parents de le privilégier un maximum et que de faire en sorte que la personne désignée ne boive pas. Un parent qui met la vie de son enfant en danger, c’est déjà inacceptable, mais s’il le fait également avec ceux des autres, c’est encore plus inadmissible », martèle Arnaud Dewinter, Référent Vivons sport au sein du club carolo.
    Lors du prochain grand tournoi de jeunes, il compte bien faire venir des spécialistes de la sécurité routière pour faire de la prévention.

    « De notre côté, on va voir si on ne peut pas financer un badge ou un pin’s que les gens pourraient mettre. Nous allons aussi essayer de sensibiliser les premières », s’engage André Richard du RDC Cointe. 

    56 événements disposent du label Backsafe en Wallonie

    Depuis le mois de juin 2015, le label Backsafe est octroyé, en Wallonie, aux événements festifs qui prennent des initiatives pour favoriser le retour à domicile de leurs participants en toute sécurité. Les 23 clubs de football rejoignent 56 événements labellisés.
    Parmi ceux-ci figure des festivals comme les Francofolies, les Ardentes, le Verdur Rock ou encore le Nandrin Festival, des centres culturels ou des lieux de concert comme l’Eden à Charleroi, l’Entrepôt à Arlon ou le Belvédère à Namur.
    Il y a aussi des guindailles estudiantines comme le Bal des Moflés et la Saint Toré à Liège. 
     
    Par Y.H. et C.C.
     
  • Toutes les photos du Rallye du Condroz 2019 par Jack Guisset de Automag.Be

    Lien permanent

    Superbe reportage par

    Jack Guisset a partagé un album Rallye du Condroz 2019 (Samedi) clic ici , tous les participants .

     

    Toutes les photos clic ici 

     

    Rallye du Condroz 2019 (Samedi) clic ici  , tous les participants .Automag.be

     

    Rallye du Condroz 2019 (Dimanche) , tous les participants
    Automag.be

     

    Superbe réalisation de Automag.be

     

    Automag.be clic ici

     

    www.automag.be/spip

  • Elles ont été renversées par une voiture alors qu’elles circulaient sur la route Huy-Hamoir

    Lien permanent

    Jeudi, à 18 heures, une maman et sa fille, âgée d’une vingtaine d’années, ont été renversées par une voiture alors qu’elles circulaient sur la route Huy-Hamoir.

    Sérieusement touchée à la jambe et au bassin, la maman a été transportée à l’hôpital par l’hélicoptère de Bra-surLienne.

    La jeune fille a été prise en charge par une ambulance. L’accident s’est produit sur la N641, à hauteur du restaurant «Le Binôme Gourmand».

    Les deux cyclistes roulaient en direction de Clavier.

    Une voiture, qui circulait dans le même sens, les a percutées. Le choc a été violent. Les deux femmes ont été projetées dans le fossé.

    Le restaurateur est intervenu pour leur porter secours.

    Elles souffraient de blessures aux jambes et au bassin.

    À l’arrivée de l’hélicoptère et de l’ambulance, elles étaient conscientes.

    par A.BT

    Source

  • Le nombre de tués sur les routess a augmenté ces six derniers mois

    Lien permanent

    35 tués sur les routes liégeoises

    Durant ces six premiers mois de l’année 2019, on dénombre 35 tués sur les routes de la province de Liège, contre 31 en 2018.

    « Cette hausse s’explique par une brusque augmentation du nombre de tués dans les accidents avec une camionnette : de 1...à 9 victimes ! De toutes les provinces belges, c’est de loin celle où ce nombre est le plus élevé. Nous constatons aussi une hausse préoccupante du nombre de tués dans les accidents avec un camion (de 3 à 8 tués) et avec un cycliste (de 0 à 4 tués). », commente l’Institut Vias, à l’origine de cette étude statistique, dans son communiqué.

    « Le nombre d’accidents tous usagers confondus, lui, n’a quasiment pas évolué : de 1.587 à 1.591, soit +0,3%). Assez bizarrement, cette stagnation est due à une augmentation du nombre d’accidents avec un cyclomoteur. Liège est la seule province à connaître une hausse pour cette catégorie d’usager. »

    Au niveau national, une forte hausse aussi

    Et d’ajouter : « Au niveau national, le nombre de tués est en forte hausse (+27 % par rapport à 2018, soit 306 tués sur place contre 241), tandis que le nombre d’accidents a légèrement baissé. Cette hausse survient après 7 années de baisse consécutives. On retombe quasiment au niveau du 1er semestre de l’année 2016 (313 tués). »

    Vias précise également que, à contrario, « le nombre de blessés recule légèrement (de 23.524 à 22.756, soit -3%), tout comme le nombre d’accidents avec tués ou blessés (de 18.767 à 18.116, soit -3%).

    Et la Wallonie dans tout ça?

    « Si le nombre de tués n’a quasi pas évolué à Bruxelles (de 9 à 8 tués), il a par contre connu une hausse importante en Wallonie (de 108 à 146 tués, soit + 35%). Il faut remonter à 2013 pour avoir un nombre plus élevé de tués sur les routes wallonnes (151). » Et l’Institut d’également commenter, qu’en Flandre aussi, le nombre de tués est en hausse pour ce premier semestre : de 124 à 152, soit une augmentation de +23%.

    E.D. (AVEC VIAS) source

  • Accident dans le bois d'Ombret sur la route de Yernée Nandrin N 696 aujourd'hui samedi 21 septembre 2019 en soirée

    Lien permanent

    Il semblerait avoir un grave accident sur la route entre Ombret et le bois Aujourd'hui samedi 21 septembre 2019 en soirée .

    Il semblerait également avoir police, pompiers , ambulance et SMUR  sur place .

    Et il y aurait une info de blessé (e) (s)   !!! 

     

    Plus d'infos dans nos éditions Sudinfo  https://www.lameuse.be/

     

  • Rappel de la zone 30 km/H pour les enfants au centre de Strée Modave sur la N 66

    Lien permanent

    De chaque côté de la route, sur la N 66 à Strée Modave, à la hauteur de l'école Libre Saint-Louis de Strée , des panneaux avec les dessins d'enfant qui appellent au respect de la zone 30 km/H 

     

    Petit rappel sur le Blog d'Ethias 

    https://www.ethias.be/pro/fr/blog/securite-routiere-ecole.html

    Sécurité routière

    Prévenir les accidents de la circulation aux abords des écoles


    Septembre coïncidant avec le retour des enfants à l’école, il nous a semblé opportun d’axer notre réflexion sur les comportements adéquats à adopter en tant que conducteur de véhicule lorsque nous approchons d’un établissement scolaire. Une étude de l’IBSR montre que 78% des accidents impliquant des enfants et se produisant pendant les heures d’école surviennent à moins de 300 m de l’école et 5% dans la zone 30 spécifique à l’école.

    La vitesse, un facteur d’insécurité majeur

    Les statistiques sont sans équivoque, chaque fois qu’un usager faible est heurté par un véhicule, ses chances de survie diminuent de façon pratiquement exponentielle avec la vitesse. La vitesse est le facteur de risque qui pèse le plus sur la gravité des lésions. Les chances de survie d’un piéton sont de 95 % en cas de collision à 30 km/h avec un véhicule contre seulement 55 % à 50 Km/h. La mise en place de zones 30 est donc un bon moyen de prévention. La distance de freinage dépend principalement du temps de réaction et de la vitesse du véhicule ; auxquels il faut ajouter, en fonction, d’autres facteurs comme l’état des pneus et des amortisseurs, le revêtement de la chaussée et les conditions atmosphériques.

    Les temps de réaction dont on tient compte dans l’exemple ci-dessous sont des temps minimum pour un conducteur en parfaite santé. La moindre distraction augmente ce temps de réaction et, par conséquent, la distance de freinage.

    Par exemple, l’usage du GSM au volant augmente le temps de réaction de 30 à 70%. 

    Lien entre la vitesse et la distance de freinage 

    De plus, la vitesse influence de façon très sensible notre visibilité et donc notre faculté à détecter un danger ou à percevoir à temps un enfant qui s’apprête à traverser.

    Les enfants sont plus vulnérables que les adultes

    Aux abords des écoles, on croisera des jeunes qui auront des comportements différents en fonction de l’âge :

    • les jeunes enfants, piétons ou cyclistes, perçoivent le trafic différemment des adultes. Ils ne peuvent anticiper les risques au-delà des véhicules en approche et ont tendance à confondre « voir » et « être vu ». De par leur spontanéité, ils peuvent en surprendre plus d’un en bondissant subitement du trottoir vers la chaussée. Ils surestiment également leur sécurité en accordant une confiance absolue aux dispositifs de signalisation tels que les feux piétons ou les passages cloutés. Ainsi, ils considèrent que traverser au « vert » garantit qu’il ne peut rien leur arriver. Ceci explique en partie qu’en situation d’urgence, leur temps de réaction sera plus long.
    • les adolescents, qui font également usage du vélo ou du cyclomoteur, sont en recherche d’identité et plus enclins à enfreindre les règles établies. Ils se forgent leur propre réalité de la sécurité. On assiste ainsi à une augmentation de prises de risques.
    • C’est donc à nous, adultes qu’il appartient d’adapter nos comportements.

     

    Aménagement des zones 30 et adaptation de la vitesse

    L’aménagement des zones 30 est du ressort des gestionnaires de voirie, sous l’égide des dispositions légales en vigueur.

     

    Seule une bonne et adéquate signalisation permet d’avertir les conducteurs qu’ils doivent adapter leur vitesse et traverser ensuite ces zones avec toute l’attention requise. En fonction de la situation concrète sur le terrain, différents types de signalisation s’imposent

    https://www.ethias.be/pro/fr/blog/securite-routiere-ecole.html

    30 km h.jpg

  • Attention !!! Toujours plus d’accidents dans les zones 30 en Wallonie !!!

    Lien permanent

    Selon une étude de l’Agence pour la période 2014-2018, on constate un pic des accidents corporels dans les zones 30 en septembre, mais surtout en octobre. « Nous observons aussi une hausse – moins prononcée – en mai et juin. Il recommence à faire beau à ce moment et des parents laissent leur enfant aller seul à l’école », indique le porte-parole de l’AWSR.

    Au niveau des heures de la journée, les sinistres corporels surviennent surtout le matin entre 8h et 9, et le soir entre 16h et 17h. Logique, les zones 30 sont surtout implantées auprès des écoles et il y a davantage d’usagers dans les rues à ce moment-là. « Nous constatons aussi un pic les mercredis et les vendredis vers midi », souligne notre interlocuteur.

    Les statistiques de l’Agence montrent aussi que 2018 a été, avec 334 accidents corporels, la pire année depuis 2014 (303). « Depuis 2015, les chiffres augmentent de manière régulière dans la même proportion. C’est la conséquence du nombre croissant de zones 30 », note Pierre-Laurent Fassin. Le phénomène est identique en Flandre où l’on est passé de 1.729 en 2014 à 2.050 en 2018 et à Bruxelles (156/431).

    En cinq ans, 25 personnes ont perdu la vie dans une zone 30 au sud du pays, contre 44 au nord et 9 à Bruxelles.

    31 % de piétons

    Les piétons ne représentent que 31 % des victimes (blessés et tués) dans une zone 30 en Wallonie. Les usagers des voitures sont plus nombreux (45 % du total). Les cyclistes et les cyclomotoristes arrivent à égalité (8 %), devant les motards (5 %). « L’écart de vitesse entre les voitures peut jouer. Plus on roule vite, plus l’impact est important. À 30 km/h, la distance d’arrêt d’un véhicule sur sol sec est de 13,5 mètres. À 50 km/h, elle double (26 m). Si le conducteur doit s’arrêter, cela peut faire toute la différence », relève Pierre-Laurent Fassin.

    Et de rappeler que les conséquences d’une vitesse inappropriée peuvent être dramatiques pour ceux qui ne sont pas protégés par la carrosserie d’une voiture : « Sachant qu’un piéton à 95 % de chance de survie à 30 km/h mais uniquement 53 % à 50 km/h, on comprend bien toute l’importance de respecter la limitation ». Et pour ceux qui l’oublieraient : « un excès de vitesse jusqu’à 10 km/h est passible d’une amende de 53 euros. Au-delà de cette limite, c’est 11 euros par km/h supplémentaire en plus des 53 euros. Au-dessus d’un excès de 30 km/h, la personne est renvoyée devant le tribunal ».

    Par Y.H.

    Source 

  • Un week-end meurtrier sur le Condroz toutes les infos ici

    Lien permanent

    Il perd la vie en quad devant sa petite amie

    Un dramatique accident s’est produit à Marchin dimanche peu avant 20h30 à Marchin. Dans une ligne droite, Anthony Ligot, 29 ans, s’est encastré avec son quad dans une voiture stationnée dans la rue. Une sortie de route qui a été fatale au jeune chef d’entreprise.

    Dans les minutes qui ont suivi, les pompiers de la zone Hemeco sont arrivés sur place. Mais malgré leur intervention, le jeune Marchinois de 29 ans est décédé sur place des suites de ses blessures.

    Sa petite amie le suivait

    Anthony Ligot revenait de la fête de Grand-Marchin quand le drame s’est produit. « Sa petite amie le suivait en voiture et a assisté à l’accident. Elle criait et elle a appelé les amis du jeune homme qui sont venus sur place rapidement », explique Giuseppe Ragusa, le gérant de la pizzeria voisine.

    Pour une raison encore indéterminée, le Marchinois a dévié de sa trajectoire pour s’encastrer dans la voiture de l’employé de Giuseppe Ragusa.

    Ce lundi, pendant toute la journée, hommages et marques de soutien à la famille se sont multipliés sur les réseaux sociaux.

    A.D.

    Source

    En 2008, elle avait été sacrée championne d’Europe de développé-couché-pectoraux.Sophie (54), une bodybuildeuse de Huy, victime d’un grave accident de moto

    L’accident tragique dont a été victime Sophie est survenu le vendredi 30 août, à Modave. La Modavienne circulait à moto lorsque, pour une raison indéterminée, elle a perdu le contrôle de son engin qui a glissé sur 20 mètres avant de s’immobiliser sur le côté de la chaussée.

    Emmenée dans un état critique au CHU de Liège, Sophie luttait depuis contre la mort.

     Malheureusement, ses blessures se sont aggravées ces derniers jours.

    ► Selon sa fille, Jessica, les médecins l’ont déclarée en état de «mort cérébrale»  : explications.

     Il percute deux poteaux puis il prend la fuite à pied

    Un conducteur a perdu le contrôle de sa voiture qui a heurté deux poteaux électriques avant de verser dans un fossé rue du Fond d’Oxhe. Suite à cet accident, un poteau électrique est tombé sur la chaussée et un autre menaçait de chuter également. Le conducteur de la voiture, qui semblait sous influence, a pris la fuite.

    C'est la police de la Zone du Condroz qui est intervenue sur place.

    MARC GÉRARDY

    Source

    Une camionnette verse dans le fossé

    Ce dimanche à 16h42, un accident impressionnant s’est produit sur la route qui mène au Domaine de Palogne, rue de Saint-Cergue à Vieuxville (Ferrières). Venant de la nationale, une camionnette de couleur noire, conduite par un monsieur accompagné d’une dame passagère, a, pour une raison inexpliquée, percuté la rambarde de sécurité et effectué plusieurs tonneaux dans le ravin avant de s’immobiliser en équilibre instable sur le flanc, parmi les branchages.

    Plusieurs témoins de l’accident ont porté secours aux victimes, heureusement uniquement blessées légèrement.

    Un hélicoptère, la police, les pompiers de Hamoir et d’Erezée et deux ambulances ont été envoyés sur place.

    A.G. AVEC M.G.

    Venant de la nationale, une camionnette de couleur noire, conduite par un monsieur accompagné d’une dame passagère, a, pour une raison inexpliquée, percuté la rambarde de sécurité et effectué plusieurs tonneaux dans le ravin avant de s’immobiliser en équilibre instable sur le flanc, parmi les branchages.

    Plusieurs témoins de l’accident ont porté secours aux victimes, heureusement uniquement blessées légèrement.

    Un hélicoptère, la police, les pompiers de Hamoir et d’Erezée et deux ambulances ont été envoyés sur place.

    A.G. AVEC M.G.

    Source