Accident de la route

  • Attention Accident soyez prudents et prévoyants Alertes Radars accidents annonce accident Condroz

    Lien permanent

    Attention soyez prudents et prévoyants Alertes Radars accidents annonce accident Condroz !!!

    15 oct alerte .jpg

  • Bon à savoir si vous êtes victime de délit de fuite !!

    Lien permanent

    Qui indemnise les dommages occasionnés à ma voiture accidentée ? 

    Comment l’auteur du délit de fuite n’est pas connu, il est impossible d’identifier l’assureur de son RC auto qui en principe doit couvrir les frais.

    Votre propre assurance RC auto ne pourra pas non plus intervenir car elle n’indemnise que les victimes des accidents que vous provoquez.

    Si vous avez souscrit une omnium, vous pouvez vous adresser à votre assureur, qui indemnisera les dommages matériels de votre voiture.

    Si vous avez été blessé, vous pouvez vous tourner vers votre assurance conducteur, si vous en possédez une.

    Le Fonds Commun de Garantie Belge peut-il me dédommager ?

     Si vous avez subi des lésions corporelles à la suite d’un accident dont l’auteur a commis un délit de fuite, le Fonds Commun de Garantie Belge vous indemnisera.

    Il ne couvre toutefois que les lésions corporelles.

    Article par Y.H.

     

    Source Sudinfo 

     

  • Mobilité +34 % d’accidents du travail à vélo en 4 ans

    Lien permanent

    Ces sinistres sont plus fréquents mais aussi plus graves, comme le révèle une étude d’AXA 

    De plus en plus de Belges prennent le vélo pour se rendre à leur travail, y compris en Wallonie. Un phénomène renforcé encore par la crise sanitaire et qui se traduit dans les statistiques des accidents couverts par les assureurs.  

    « Entre 2016 et 2019, nous sommes passés de 1.726 à 2.351 dossiers, soit une hausse de 35 % en quatre ans », pointe Brigitte Bert, conseillère en prévention chez AXA.

    Ces chiffres concernent les accidents à vélo et moyens de locomotion associés (trottinette, monoroue, hoverboard) sur le chemin du travail ou lors de déplacements professionnels pendant la journée.

    « Par rapport à l’ensemble des accidents sur le chemin du travail, nous constatons que la part des sinistres à vélo a doublé depuis 2016, tout comme le nombre de jours d’absence qu’ils occasionnent.
     
    Les accidents sont plus fréquents, mais aussi plus graves », complète Ellen Vermeyen, co-auteure avec Brigitte Bert de l’étude d’AXA.
     
    Pour les deux conseillères, cette aggravation des accidents s’explique par un nombre d’usagers accru alors que les infrastructures ne sont pas encore optimales.
     
     
    Depuis lors, des villes notamment Bruxelles ont instauré des aménagements pour les cyclistes dans le cadre du Covid-19. Est-ce à dire que le risque sera moindre ?
     
    « La sensibilisation demeure importante, à commencer par le port du casque.
     
    Beaucoup de personnes ont repris le vélo à l’occasion de la crise sanitaire.
     
    Mais c’est très différent de rouler aux heures de pointe qu’un dimanche en famille à la campagne », prévient Brigitte Bert.
     
    Plus risqué le matin
     
    Avec la rentrée, le trafic routier n’est plus aussi léger que durant les vacances d’été.
     
    Et ce n’est pas le seul risque. Les statistiques de l’assureur montrent que 43,6 % des accidents à vélo se produisent pendant les heures de pointe du matin, contre seulement 20,9 % pour les heures de pointe du soir.
     
    En cause, la luminosité. À l’échelle d’une année, elle est en moyenne plus faible le matin (6h-10) que le soir (16-20h). « La majorité des accidents survient durant les mois les plus sombres, et non au printemps lorsque de nombreux cyclistes débutants débarquent sur les routes », souligne Ellen Vermeyen.
     
    Au fil des années, la part des accidents impliquant un vélo ordinaire recule, passant de 97 % en 2016 à 91 % en 2019. Un recul qui s’explique par la progression des trottinettes (électriques ou non), des vélos électriques et des speed pedelecs.
     
    Deux tiers des accidents à vélo se soldent par un traumatisme entraînant une absence de moins d’une semaine. Dans un cas sur cinq, la gravité des lésions est à l’origine d’une absence de plus d’un mois. Pour 7 % des accidents, cette absence excède douze semaines.
     
    À elle seule, cette dernière catégorie représente 54 % du total des jours d’absence comptabilisés. En moyenne, AXA déplore aussi une moyenne de deux tués par an.
     
    « Les blessures à la tête représentent 10 % des cas, d’où l’importance de porter un casque de bonne qualité, même lorsque ce dernier n’est pas obligatoire », rappelle Brigitte Bert, qui insiste aussi sur la nécessité de vêtements de protection et fluorescents.
     
    Il est aussi recommandé d’opter pour un itinéraire sûr jusqu’à son lieu de travail, même s’il est légèrement plus long qu’un tracé direct.
     
    Yannick Hallet 
     
  • Accident Nandrin N 63 route du Condroz au rond-point du Monastère

    Lien permanent

    Aujourd'hui mercredi 5 août 2020 à plus ou moins 17 h 10 un accident à la hauteur du rond-point du Monastère .

    Entre la rue petit-Fraineux et la N 63 route du Condroz .

    Deux véhicules , ambulance sur place, police prévenue .

    Plus d'infos dans nos éditions Sudinfo La Meuse Huy-Waremme https://huy-waremme.lameuse.be/

     

     

    116265684_327283385114773_2517508268931837668_n.jpg

     

    n63.jpg

     

  • Monsieur Pol Romain L’ancien boucher de la place de Comblain est décédé sur les lieux de l’accident vendredi, Sincères condoléances à la Famille

    Lien permanent

    L’ancien boucher de la place de Comblain est décédé au pont de Sçay

    La victime circulait sur un scooter de type Vespa rouge.

    Elle venait de Comblain-au-Pont et se dirigeait vers Esneux, le long de la RN 654 qui borde l’Ourthe.

    À hauteur du carrefour entre le quai du Vignoble et la rue du Pont (la RN 633 qui va vers Aywaille), une camionnette immatriculée aux Pays-Bas qui venait d’Esneux et voulait tourner vers le pont de Sçay pour se diriger vers Aywaille aurait coupé la route du deux roues.

     

     

     

     

    Le scooter, conduit par Pol Romain, âgé de 81 ans et figure emblématique de Comblain puisqu’il était le boucher du village, a ainsi heurté, de plein fouet, la camionnette.

     

    L’octogénaire a été projeté et est retombé, lourdement, sur le pare-brise de la camionnette.

    Sous la violence du choc, le corps du malheureux a une nouvelle fois été projeté avant d’atterrir sur une voiture qui était arrêtée au carrefour du pont de Sçay.

    Malgré l’intervention rapide des secours et du médecin du SMUR, l’octogénaire est décédé sur le coup.

    Les policiers de la zone du Condroz ont été requis sur les lieux afin de constater les faits.

    Le parquet de Liège a été averti et a désigné un expert automobile sur les lieux de l’accident.

    Son rapport devrait permettre d’y voir plus clair sur les circonstances exactes de l’accident qui a coûté la vie à Pol Romain.

    Ce dernier était le boucher de Comblain-au-Pont. Il tenait la boucherie qui porte son nom et qui est installée au nº 29 de la place Leblanc.

    À l’heure de la retraite, à la fin des années nonante, il avait cédé la boucherie à son fils, Jean-Marc et à son épouse Johanna.

    Depuis lors, Jean-Marc a cessé ses activités.

    Une institution

    La Boucherie Romain est une véritable institution à Comblain-au-Pont.

    Les locaux en parlent toujours aujourd’hui alors que la famille Romain a remis ses affaires.

    La boucherie a été ouverte, en 1935, par Henri Romain.

    Elle a ensuite été exploitée par Pol puis par son fils, Jean-Marc, qui a tenu la boucherie durant près de 20 ans avant de remettre ses affaires, il y a quelques années.

    L’établissement était connu pour la qualité de sa viande de bœuf et de porc en faisant confiance, notamment, aux mêmes fournisseurs depuis deux générations.

    Selon certains locaux, la réputation de la boucherie Romain avait dépassé les frontières de Comblain-au-Pont depuis longtemps puisqu’on venait parfois de loin pour s’approvisionner en viandes chez les Romains.

    Article et rédaction par A.B. et G.W.

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Le jeune homme qui était au volant de la voiture dans l'accident de Hamoir a comparu devant la chambre du conseil

    Lien permanent

    Le conducteur à l’origine du crash de Hamoir maintenu sous bracelet électronique

    Il y a un mois, Benjamin (20) et Tom (17) perdaient la vie dans un terrible accident, quai de l’Ourthe à Comblain-la-Tour. Le crash a eu lieu dans un tournant, vraisemblablement pris trop rapidement.

    Le véhicule, dans lequel se trouvaient six personnes, a percuté la façade d’une maison en revenant d’une soirée qui s’était déroulée dans un restaurant. Deux autres personnes ont été grièvement blessées. Le conducteur, un mineur d’âge de 17 ans, conduisait sans permis de conduire. Les premières analyses toxicologiques effectuées après l’accident avaient démontré qu’il n’avait pas bu d’alcool. Selon les premiers p.-v., il aurait fui, à pied, les lieux de l’accident. Après le drame, le jeune homme avait été privé de liberté et placé en détention à domicile, sous bracelet électronique.

    « Très dur à vivre »

    Le jeune homme a comparu ce lundi devant la chambre du conseil de Liège. Mardi matin, la juge a décidé de prolonger son maintien sous bracelet électronique pour un mois. Une décision à laquelle sa maman s’attendait : « On s’en doutait, les devoirs d’enquête ne sont pas terminés… Avec les vacances judiciaires rien n’avance rapidement. L’enquête s’annonce longue et fastidieuse. C’est très compliqué et dur à vivre pour nous, mais je ne lâcherai rien. Pour mon fils, je veux que toute la vérité soit faite. »

    Outre le conducteur, les regards s’étaient tournés vers le restaurateur de Hamoir où les jeunes avaient terminé la soirée. La maman de Tom, l’un des jeunes décédés, qui est également la soeur de ce restaurateur, le mettait en cause. « Il est en partie responsable de la mort de mon fils » affirmait-elle dans nos pages le 4 juillet dernier.

    Le restaurateur entendu par la police

    Le groupe d’amis était resté au restaurant jusqu’à 3 heures du matin. En cette période de confinement de Covid, où la limite est fixée à 1 heure du matin, cette heure d’ouverture tardive posait question. Tout comme le fait que le restaurateur ait servi à boire aux jeunes. Le restaurateur, dont le beau-fils Guillaume a également été grièvement blessé, se défendait en expliquant que Guillaume avait pris un verre avec ses amis en dehors de tout contexte professionnel et, que, durant ce temps, il était occupé à nettoyer le restaurant.

    Me Jammaer, l’avocat du restaurateur, nous a précisé que, dans le cadre des devoirs d’enquêtes complémentaires, son client avait été interrogé par un commissaire de Hamoir. Ce n’est pas encore le cas de Guillaume qui doit faire l’objet d’une prochaine audition.

     

    Article et rédaction Par A.BT

    Source

  • Un motard blessé à Ouffet

    Lien permanent

    Les pompiers de la zone Hemeco sont intervenus pour un accident entre une voiture et une moto à Ouffet, devant le recyparc.

    Le motard blessé a été transporté à l’hôpital. 

    Source

  • Le motard, un jeune papa, est décédé des suites de ses blessures de l'accident entre Hamoir et Ouffet

    Lien permanent

    triste accident.jpg

    Jonathan tué sur sa moto à Ouffet: «c’était un mec en or!»

    Dans un virage à droite, en direction de Comblain-la-Tour, une moto Kawasaki Ninja est entrée en collision frontale avec une Volvo XC40 circulant en sens inverse (vers Hamoir). Le motard, un jeune papa, est décédé des suites de ses blessures.

    Le choc, a été d’une très grande violence. En témoignent les débris retrouvés dans le pré voisin. Un véhicule de désincarcération et une ambulance des pompiers de Hamoir se sont rendus sur place, mais c’est finalement l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne qui a emporté Jonathan Polus, la victime, vers le CHU de Liège.

    On a appris ce lundi que ce jeune papa était décédé des suites de ses blessures.

     

    Chauffeur-livreur pour plusieurs sociétés

    Cette annonce a attristé bon nombre de ses proches, en témoignent les nombreux hommages laissés sur les réseaux sociaux.

    « Je travaillais avec lui depuis 3 ans », confie David, un de ses collègues.

    « Il était chauffeur-livreur pour plusieurs sociétés.

    Avant, il a travaillé à l’armée.

    Il était aux chasseurs ardennais, et il avait gardé cet esprit de corps.

    Jonathan était un gars positif, souriant, droit et généreux.

    Il ne se plaignait jamais, même en cas de coup dur.

    Il aimait aussi beaucoup les animaux, il avait des chevaux et des chiens.

    Je l’adorais, c’était un mec en or ! »

    Jonathan Polus était papa d’une petite Julia, et était fiancé à Mélissa, avec qui il vivait à Boncelles.

    « Il était originaire de Boncelles », poursuit David.

    « Il venait travailler à moto tous les jours, c’était sa passion.

    Ce dimanche, il avait rendez-vous avec un collègue et l’a suivi à moto pour rentrer chez lui.

    Un moment, le collègue ne l’a plus vu dans son rétro, il a fait demi-tour.

    L’accident venait d’avoir lieu. »

    La suite, malheureusement, on la connaît.

    Jonathan Polus est décédé à l’hôpital.

    La conductrice de la Volvo, une habitante de Hamoir, légèrement blessée, s’est quant à elle rendue par ses propres moyens à l’hôpital.

    Le parquet de Liège a désigné un expert automobile qui est descendu sur place pour déterminer les causes exactes du tragique accident.

    Les devoirs d’alcoolémie menés auprès de la conductrice se sont révélés négatifs.

    Les bourgmestres d’Ouffet et de Hamoir ont été avertis des faits.

    Le temps de l’intervention des secours, la nationale a été complètement fermée à la circulation, des déviations vers Ouffet et vers Comblain-la-Tour ont été mises en place par la police du Condroz.

    Article et rédaction par A.G et A.MA

    Source

  • Un motard grièvement blessé à Ouffet hier dimanche 12 juillet 2020

    Lien permanent

     

    1accident.jpg

    Un motard grièvement blessé à Ouffet ce dimanche 12 juillet 2020 au soir

    Peu après 18h30, entre Fairon et Hamoir, sur la N664, rue de Liège, à Ouffet, une collision frontale entre une moto et une voiture s’est produite. Grièvement blessé, le motard a été emmené à l’hôpital dans un état critique.

    Le bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf, actuellement en vacances, a été informé de la collision frontale. Le parquet de Liège a été avisé. Un expert automobile a été envoyé sur place.

     

    Le motard blessé lors de l’accident de circulation sur la N654 à Ouffet (province de Liège) dimanche soir est décédé, a confirmé lundi le parquet de Liège, division Huy.

    Source

  • La maman du conducteur, mineur, impliqué dans le drame de Hamoir sort du silence

    Lien permanent

    Le 22 juin dernier, un terrible accident à Comblain-la-Tour a coûté la vie à deux Hamoiriens, et blessé deux autres jeunes.

    Le véhicule qui contenait à son bord six jeunes a percuté une façade de plein fouet, quai de l’Ourthe.

    Les quatre passagers à l’arrière ont été touchés : deux ont été tués sur le coup (Benjamin et Tom) et deux autres ont été grièvement blessés.

    Le mineur (17) indemne qui conduisait le véhicule a été déféré devant le juge d’instruction.

    Une procédure de déferrement exceptionnel pour un mineur.

    Le parquet de Liège a ouvert une enquête et a rapidement transmis les analyses d’alcoolémie : le mineur n’avait pas bu d’alcool.

    Aujourd’hui, sa maman, Isabelle souhaite s’exprimer.

    Depuis quelques jours, son fils fait l’objet de menaces de mort.

    « Mon fils a reçu des menaces de mort.

    Je peux comprendre le désarroi des familles…

    Si seulement je pouvais revenir en arrière mais malheureusement je ne saurais pas.

    Je suis aussi une maman… », commence Isabelle, effondrée face à ce terrible drame.

    « Mon fils a repris le volant car tous les autres avaient bu de l’alcool.
    Le seul qui avait son permis était aussi alcoolisé.
    Il ne voulait pas prendre de risque en le laissant conduire.
    Il est très touché par l’accident et très mal, tant pour les victimes et les blessés que pour les menaces de mort.
    Je ne minimise pas sa responsabilité et lui non plus ne la minimise pas.
    Il est actuellement sous bracelet électronique et il ne veut pas qu’on lui enlève.
    Il est vraiment très affecté !
     
    Il a été arrêté vers 7h30 du matin et on lui a appris qu’il y avait deux décès le jour de l’accident.
     
    Je comprends la douleur des familles, mon fils va vivre avec ça toute sa vie.
     
    On oubliera jamais une chose pareille.
    Je ne dis pas que la responsabilité, du papa, de mon fils et moi n’est pas engagée.
     
    Il assumera, comme j’assumerai », ajoute Isabelle.

    « J’attends que la justice fasse son boulot ! »

    Son fils, mineur n’avait pas de permis pratique au moment des faits.

    « Il avait passé son permis théorique en novembre dernier ainsi que le test de perception. Il allait bientôt passer son permis pratique », poursuit Isabelle qui précise, « je suis la première affectée et mon fils aussi.

    Il les connaissait bien les jeunes sauf les deux jeunes qui ont été tués, qu’il ramenait chez eux ! ».

    Les jeunes qui revenaient d’un restaurant à Comblain-au-Point en pleine nuit avaient terminé la soirée sur la terrasse d’un restaurateur.

    Dans notre édition de ce 7 juillet, le restaurateur avait aussi témoigné pour raconter comment s’était déroulée la soirée avant l’accident.

    Des propos auxquels la maman du conducteur n’adhère pas.

    « Il explique avoir fermé avant 1h du matin alors qu’il y avait encore des clients dans le restaurant.

    Il a aussi servi de l’alcool aux jeunes jusque 3h du matin.

    Il y avait des témoins… J’attends que la justice fasse son boulot car je n’aime pas qu’on ne dise pas la vérité », conclut-elle.

    Article et rédaction par Amélie D 

    Source

     

    Le restaurateur, incriminé tient à prendre la parole et à clarifier la situation

    La maman de Tom, effondrée s’exprime pour la première fois, Je veux que justice soit faite ! Le restaurateur a servi à boire à des mineurs et il les a laissés repartir

     

    Des devoirs sont en cours pour l'accident d'Hamoir pour comprendre comment ces jeunes, dont certains mineurs, ont pu consommer de l’alcool avec excès

    Suite à l’accident mortel à Hamoir, le bourgmestre de Hamoir a pris l’initiative de mettre sur pied un moment d’échanges de paroles ouvert à tous demain mardi 30 juin 2020

     

    Le conducteur de l'accident mortel d'Hamoir Comblain placé sous bracelet électronique

     

    Le conducteur mineur de l'accident à Comblain (Hamoir)déféré devant le juge

     

    Les Hamoiriens de 17 et 20 ans sont décédés ils se trouvaient à six dans le véhicule conduit par un mineur

     

    Soyez prévoyants aujourd'hui matin accident sur la N654 la route de Hamoir/ Comblain-Fairon deux personnes seraient décédées

     
  • Le restaurateur, incriminé tient à prendre la parole et à clarifier la situation

    Lien permanent

    Drame de Hamoir: «On me fait un mauvais procès», se défend le restaurateur

    Dans la nuit du 22 juin dernier, un véhicule, avec à son bord six jeunes a percuté une façade quai de l’Ourthe à Comblain-la-Tour.

    Ce dramatique accident a coûté la vie à deux jeunes Hamoiriens, Tom (17) et Benjamin (20).

    Deux autres jeunes sont aussi grièvement blessés.

    Quant au conducteur mineur, qui circulait sans permis et son passager, ils s’en sont sortis indemnes.

    Les six jeunes ont terminé la soirée sur la terrasse d’un restaurant à Comblain-au-Pont.

    Dans notre édition de samedi, la maman de Tom, décédé dans l’accident sortait du silence et accusait son frère, le patron du restaurant d’être en partie responsable de la mort son fils, « d’avoir servi de l’alcool à des mineurs et d’être resté ouvert jusque trois heures du matin ».

    « En dehors du contexte professionnel »

    Face à ces accusations, c’est au tour du restaurateur, dont le neveu est décédé et le fils Guillaume est dans le coma, de clarifier la situation.

    Il tient aujourd’hui à prendre la parole.

    « Nous avons travaillé toute la soirée du lundi avec mon fils, Guillaume et le commis de cuisine, Benjamin (la deuxième victime décédée lors de l’accident) dans le restaurant.

    À minuit, des amis de Guillaume sont arrivés au restaurant.

    Ensemble, ils ont pris un verre.

    Moi de mon côté, j’étais occupé à nettoyer le restaurant de fond en comble étant donné que je ferme le mardi.

    À minuit 45, tous les clients étaient partis et le restaurant était fermé.

    Toutes les règles relatives au Covid dont l’heure de fermeture ont été respectées.

    Guillaume souhaitait prendre un verre avec ses amis en dehors du contexte professionnel.

    Mais il n’y avait aucun excès », nous confie-t-il, effondré aussi par le drame.

    « Un mauvais procès ! »

    « Vers trois heures du matin, ils ont quitté le restaurant mais ils étaient calmes.

    Je n’aurais pas su dire s’ils retournaient à une, deux ou trois voitures.

    Si j’avais su qu’ils montaient à six dans une voiture, je n’aurais jamais laissé mon neveu et mon fils monter dans le véhicule !

    J’ai fait mon boulot de restaurateur, comme mon boulot de papa.

    Je n’ai aucune responsabilité », ajoute le restaurateur, meurtri, tout comme sa compagne, par ce drame.

    Rappelons que le conducteur mineur est actuellement sous bracelet électronique.

    Des analyses réalisées par le parquet de Liège indiquent que le jeune n’avait pas consommé d’alcool.

    Article et rédaction Par A.D.

    Source

  • La maman de Tom, effondrée s’exprime pour la première fois, Je veux que justice soit faite ! Le restaurateur a servi à boire à des mineurs et il les a laissés repartir

    Lien permanent

    Drame de Hamoir: «Mon frère est en partie responsable de la mort de mon fils»

    Il y a presque deux semaines, la vie d’Anne et de sa famille a complètement basculé. Son fils Tom Lamer, âgé de 17 ans fait partie des deux victimes de l’accident mortel survenu à Hamoir dans la nuit du 22 juin.

    Le crash a eu lieu dans un tournant, vraisemblablement pris trop rapidement : le véhicule dans lequel se trouvaient six personnes, a percuté la façade d’une maison en revenant d’une soirée dans un restaurant.

    Deux autres personnes ont été grièvement blessées.

    Le chauffard, un mineur d’âge et sans permis de conduire, qui s’en sort indemne a été déféré devant le juge d’instruction et il est actuellement placé sous bracelet électronique.

    Mais une question se pose : comment le restaurateur a-t-il pu laisser les jeunes dans son établissement jusqu’à trois heures du matin et les laisser repartir à six dans une voiture ?

    Depuis le décès de son fils, Anne pointe du doigt la responsabilité du restaurateur basé à Comblain-au-Pont, qui n’est autre que son frère.

    « J’ai appelé mon fils vers minuit cette nuit-là pour lui dire qu’il rentre.

    Il m’a dit : ne t’inquiète pas, je suis avec tonton. Je lui ai dit d’être prudent !

    Comment est-ce que mon frère n’a pas eu la conscience de dire, ne montez pas dans la voiture, je vais vous ramener, surtout après leur avoir servi à boire ! À la place, on me ramène mon fils entre six planches.

    Il devait leur dire qu’après s’être bien amusé, il allait les reconduire chez eux mais il n’a aucune morale », nous confie-t-elle, à peine quelques jours après avoir perdu la prunelle de ses yeux, son seul fils.

    Une deuxième question intervient dans ce terrible drame et met Anne, hors d’elle.

    « Comment se fait-il qu’il a servi de l’alcool à des mineurs ? Il n’avait pas à servir de l’alcool à mon fils.

    Il avait une responsabilité en tant qu’adulte. Il faut que justice soit faite », continue cette maman, qui souhaite porter plainte contre son frère, patron du restaurant.

    « Je n’aurai aucun remords à déposer plainte.

    J’ai perdu la moitié de mon corps quand on m’a annoncé le décès de mon fils. Ma vie va redémarrer mais je ne serais plus jamais la même.

    J’ai une petite fille de 9 ans qui me dit qu’elle est triste de voir ses parents malheureux », ajoute Anne qui n’avait plus aucun contact avec son frère depuis des années.

    « Il n’est même pas venu à l’enterrement ! Je n’ai reçu aucun message de condoléances.

    Si mon frère avait pris ses responsabilités, mon fils serait certainement toujours là.

    C’était quand même son neveu devant lui ! Il y avait aussi le fils de sa compagne, qui est actuellement dans le coma », poursuit la Hamoirienne.

    « Le gamin n’est pas fautif ! »

    Le chauffard mineur qui a fui à pied après s’être extirpé du véhicule n’avait rien bu, selon les analyses réalisées par le parquet de Liège.

    « Je ne vais pas lancer des fleurs au chauffeur mais à la base de tout cela, ce n’est pas le gamin qui est fautif ».

    Anne veut que justice soit faite, même si cela ne lui ramènera jamais son enfant.

    Rappelons que des devoirs sont en cours pour tenter de comprendre comment il est possible, en ces temps de Covid, que cet établissement soit resté ouvert si tard (les établissements doivent fermer à 1h du matin) et pourquoi ces jeunes, dont certains mineurs d’âge, ont pu ainsi consommer de l’alcool.

    Article et rédaction par Amélie D 

    Source

  • Attention vététiste !!! prudence !!! Un vététiste percute une fillette et prend la fuite à Huy !!!

    Lien permanent

    Dans la rue Malhavez, à Huy, les voisins sont excédés !

    Didier Houbotte y habite depuis plus de quarante ans et il pousse un cri de colère.

    Sa fille, âgée de 8 ans a été renversée ce lundi en fin d’après-midi, par un cycliste.
    « Elle jouait avec son vélo sur le devant de la maison quand un cycliste est arrivé et l’a percutée.
    Ils sont entrés en collision et ils sont tombés.

    Le jeune homme (un ado aux cheveux châtain) sur son VTT l’a quand même aidée à se relever et a ensuite pris
    la fuite », nous confie Didier qui a entendu crier.

    « Ma fille était ouverte à la jambe.

    Nous l’avons conduite à l’hôpital et elle a eu entre 15 et 20 points de suture.
    C’est la fois de trop ! », continue le Hutois.
    Ce n’est pas le premier accident dans cette rue, autrefois peu fréquentée.

    Didier est agacé et aimerait que cela change.
    « On nous insulte quand on a le malheur de demander de rouler moins vite, j’aimerais que cela cesse ! ».

    Le Hutois a déposé plainte. 

    Article de A.D

    Source 

  • Des devoirs sont en cours pour l'accident d'Hamoir pour comprendre comment ces jeunes, dont certains mineurs, ont pu consommer de l’alcool avec excès

    Lien permanent

    Accident mortel à Hamoir: les regards se tournent vers le restaurateur

    L’accident a eu lieu dans un tournant, vraisemblablement pris trop rapidement : le véhicule, qui contenait six personnes, a percuté la façade d’une maison. Benjamin (20) et Tom (17), qui étaient passagers arrière, ont été tués sur le coup.

    Deux autres jeunes ont été grièvement blessés.

    Le chauffard n’avait pas de permis de conduire, et il a fui à pied après s’être extirpé du véhicule…

    Il est sous bracelet électronique et sa détention sous bracelet a été confirmée ce lundi.

    Le jeune homme, confie Me Philippe Zevenne qui le défend, est menacé par des proches des victimes et il a d’ailleurs quitté Hamoir : « Il y a énormément de rumeurs qui circulent, et il est nécessaire d’y mettre fin », explique l’avocat.

    « Le seul à n’avoir rien bu »

    « D’abord, il faut savoir que ce groupe d’amis est resté au restaurant jusqu’à trois heures du matin.

    Des devoirs sont en cours pour tenter de comprendre comment il est possible, en ces temps de Covid, que cet établissement soit resté ouvert si tard et pourquoi ces jeunes, dont certains mineurs d’âge, ont ainsi pu consommer de l’alcool avec excès.

    Sans parler du fait que le restaurateur les a laissés repartir en voiture… »

    « Ensuite, reprend l’avocat, il faut savoir que mon client est le seul du groupe qui n’avait rien bu du tout, c’est pourquoi ils ont décidé que c’est lui qui allait prendre le volant.

    On a raconté beaucoup de choses, certains ont parlé de drogue : les résultats de la toxicologie ont montré de légers résidus de cannabis (NDLR : une barrette sur un test rapide de 5 barrettes) qui remontaient à la soirée du samedi.

    Si le cannabis reste détectable dans le corps pendant plusieurs jours, les effets avaient évidemment complètement disparu puisque cela faisait plus que 48 heures ! ».

    Le jeune homme n’était pas connu des services de la jeunesse ; il avait cependant déjà connu un problème en roulage avec son vélomoteur.

    Le jeune reconnaît le délit de fuite, mais quand il est parti il y avait déjà des témoins au chevet des victimes, « qu’il n’a donc pas abandonnées-là sans aucune aide », poursuit Me Zevenne.

    Quant à l’état d’esprit de son client, l’avocat confie que l’adolescent « s’en veut énormément » des conséquences de cet accident : « tout en ayant le sentiment d’être traité pour ce qu’il n’est pas. »

    Prochaine chambre du conseil dans un mois.

    Article et rédaction Par LWs

    Source

  • Suite à l’accident mortel à Hamoir, le bourgmestre de Hamoir a pris l’initiative de mettre sur pied un moment d’échanges de paroles ouvert à tous demain mardi 30 juin 2020

    Lien permanent

    Après l’accident mortel à Hamoir, un moment d’échange organisé ce mardi

    « Le drame qui touche nos villages cette semaine marque terriblement les esprits de nombreux jeunes mais aussi de parents, » explique Patrick Lecerf.

    « À l’aide des services qui collaborent avec notre commune, comme le Planning familial, le service d’aide aux victimes de la zone de police ou encore l’ASBL La Teignouse, une prise de parole sera organisée.

    On ressent une douleur terrible dans la jeunesse et on prend une initiative pour les aider. »

    Sur les réseaux sociaux, les messages d’empathie, de soutien et de souvenirs d’amitié se sont multipliés. Benjamin était connu dans la commune comme le fils des propriétaires du camping du Rocher de la Vierge, à Comblain-la-Tour.

    De son côté Tom était investi dans le football régional comme membre du club RSC Anthisnois, qui a également tenu à lui rendre hommage sur les réseaux sociaux.

    Organisée en collaboration avec plusieurs services spécialisés dans le soutien psychologique, la prise de parole libre de ce mardi sera l’occasion pour chacun de venir exprimer son ressenti et/ou de rendre hommage à leur ami, frère, ou enfant.

    Ce moment d’échange de paroles aura lieu au hall omnisports, rue du Moulin 11B, à partir de 17h.

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source

     

  • Accident sur la N 63 route du Condroz cette nuit dimanche 28 juin 2020 entre Nandrin et Neupré

    Lien permanent
    Le Depannage-Du-Condroz.be annonce 

    Accident N63 Neupré balisage en cours en attente de l'évacuation d'un poteau

    Accident route du Condroz N 63 sens Marche Liège juste après le virage de la pêcherie dimanche 28 juin 2020 + ou - 1h du Mat 

    Source

    Depannage-Du-Condroz.be
    Rue de Hody 31 
    4590 Ouffet
    086 36 69 39

     

  • Le conducteur de l'accident mortel d'Hamoir Comblain placé sous bracelet électronique

    Lien permanent

    A Hamoir, ce mardi à l’aube,un véhicule avec à son bord, six personnes a percuté la façade d’une habitation, quai
    de l’Ourthe à Hamoir. Ce terrible accident a coûté la vie à deux personnes, Tom (17) et Benjamin (20) et blessé gravement deux autres occupants.


    Le conducteur, un mineur a pris la fuite au moment des faits.

    Intercepté rapidement par la police, il a été déféré ce mercredi devant le juge d’instruction.

    Une procédure exceptionnelle pour un mineur.


    Le jeune homme, originaire également d’Hamoir a été placé sous bracelet électronique.

    Le mineur serait bien connu de la justice.


    Selon les informations du parquet, il passera ce lundi en chambre du conseil pour confirmer ou non son mandat d’arrêt.


    DES FAMILLES ENDEUILLÉES


    Les funérailles de Tom L, victime de l’accident auront lieu ce samedi 27 juin à 14h à Hamoir. 

     

    Article et rédaction de A.D

    Source

  • Accident en cours sur N 63 Nandrin aujourd'hui 26 juin 2020

    Lien permanent

    Un  accident sur la N 63 à Nandrin Fraineux non loin du rond point pharmacie Baeken de Fraineux Yernée 

    Il semblerait entre une moto et une voiture 

    Plus d'info  dans nos éditions 

  • Le conducteur mineur de l'accident à Comblain (Hamoir)déféré devant le juge

    Lien permanent

    Dans la nuit de lundi à mardi aux alentours de 3h30 du matin, un terrible accident survenu quai de l’Ourthe à Comblain-la-Tour (province de Liège) coûtait la vie à deux jeunes Hamoiriens : Benjamin (20) et Tom (17) ont été tués sur le coup.

    Le véhicule, qui circulait en direction de Fairon, avait à son bord six personnes.

    À l’arrivée des services de secours, deux des occupants étaient morts, deux autres dans un état grave et les deux derniers, dont le conducteur, blessé légèrement.


    Ce mercredi, la famille de l’un des deux blessés graves a donné des nouvelles sur les réseaux sociaux.

    « Guillaume est aux soins intensifs et stable ! », peut-on lire.


    On ignore l’état de santé du second blessé grave.


    LE MINEUR AU VOLANT


    Le conducteur, qui est un mineur d’âge avait pris la fuite après l’accident.

    Il a rapidement été intercepté par les policiers et mis à disposition de la justice.

    La vitesse excessive pourrait être la cause du drame.

    D’après les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme n’avait pas consommé d’alcool.

    Une enquête est en cours pour déterminer s’il était sou l’influence de stupéfiants.

    Le dossier a été mis à l’instruction. 


    Le jeune conducteur a été déféré devant le juge d’instruction ce mercredi, une procédure exceptionnelle pour un mineur. 


    Article et rédaction par A.D

    Source

  • Les Hamoiriens de 17 et 20 ans sont décédés ils se trouvaient à six dans le véhicule conduit par un mineur

    Lien permanent

    Un terrible accident s’est produit, quai de l’Ourthe à Comblain-la-Tour (Hamoir) dans la nuit de lundi à mardi, aux alentours de 3h30. Un véhicule avec six personnes à bord a percuté la façade d’une maison. Deux des occupants n’ont malheureusement pas survécu au choc.

    D’après nos premières informations, le véhicule qui arrivait à vivre allure a perdu le contrôle et s’est encastré dans la façade d’une maison, non habitée. « Le véhicule a dérapé et l’arrière de la voiture a tapé contre le coin de l’habitation  », explique Patrick Lecerf, le bourgmestre de Hamoir.

    Deux jeunes sont décédés

    Deux jeunes âgés de 17 et 20 ans, qui étaient passagers ont été tués sur le coup, deux autres sont dans un état grave et les deux derniers, dont le conducteur sont blessés légèrement.

    Les pompiers de Hamoir ont rapidement été alertés et sont intervenus sur les lieux de l’accident.

    Les occupants du véhicule seraient tous originaires de la commune de Hamoir.

    L’une des premières victimes, Benjamin était âgé de 20 ans et son ami, Tom avait lui 17 ans.

    « Ce sont deux jeunes bien connus dans la région. C’est un drame pour les familles concernées !

    Les deux jeunes qui ont perdu la vie se trouvaient à l’arrière de la voiture. L’un d’eux venait de Comblain-la-Tour et l’autre de Hamoir », explique Patrick Lecerf qui s’est rendu sur les lieux du drame ce mardi matin.

    Benjamin est le fils de la conseillère CPAS, Aline Quoilin qui tient notamment le camping du Rocher de la Vierge à Comblain-la-Tour

    . La maman du défunt d’ailleurs publié un message sur les réseaux sociaux en hommage à son fils.

    « Je n'ai pas de mots, juste de la douleur.

    Notre fils est décédé cette nuit dans un accident de voiture.

    Il repose à notre domicile. Les visites se font à partir de 16h.

    Les funérailles auront lieu le samedi 27 juin à 10h30 en l’église de Comblain-la-Tour », peut-on lire.

    La maman de Tom a elle aussi publié un message pour son fils. « Ta maman qui t’aime à tout jamais.

    Tu vas me manquer mon chéri ».

    Depuis plusieurs heures, les hommages se multiplient sur les réseaux sociaux.

    « Les parents de chacun des défunts sont bien connus et investis dans le milieu associatif ou politique de la commune.

    Je connaissais un petit peu Benjamin, c’était un garçon très discret, qui menait sa vie sans faire de bruit », nous confie-t-on.

    Selon le parquet de Liège, le conducteur du véhicule est un mineur d’âge.

    L’individu qui avait pris la fuite a finalement été intercepté.

    Il est actuellement entendu par les services de police.

    La vitesse excessive pourrait être la cause de ce terrible accident.

    D’après les premiers éléments, le jeune homme n’avait pas consommé d’alcool.

    Le parquet enquête actuellement sur les circonstances du drame.

     

    Article et rédaction par AD 

    Source

  • Soyez prévoyants aujourd'hui matin accident sur la N654 la route de Hamoir/ Comblain-Fairon deux personnes seraient décédées

    Lien permanent

    Drame à Comblain-la-Tour: deux personnes perdent la vie dans un accident toutes les infos ici 

    Accident sur la N654 à Comblain-Fairon

    Un accident mortel s’est produit durant la nuit sur la Nationale 654 qui relie Hamoir à Comblain-au-Pont, au niveau de la borne kilométrique 4.4 à Comblain-Fairon.

    Source

     

  • La N 63 route du Condroz sur la carte des zones accidentogènes publiées par l’AWSR

    Lien permanent

    Depuis ce 19 juin 2020, Coyote et l’AWSR s’associent afin de faire baisser la mortalité sur les routes.

    Les messages de l’AWSR seront  relayés aux 1.650.000 membres de la Communauté Coyote de Belgique.

    Coyote collecte et génère en permanence un grand nombre de données de comportement au volant anonymisées et met à ce jour à disposition de l’AWSR les données spécifiques relatives aux zones accidentogènes en Région wallonne, c’est-à-dire les endroits précis où les membres de la Communauté Coyote signalent le plus régulièrement et le plus souvent des accidents.

    Découvrez ici la carte des zones accidentogènes publiées par l’AWSR.

    http://www.tousconcernes.be/carte-des-zones-accidentogenes/

    Source

    accid1.jpg

     

  • Accident sortie de route spectaculaire à Nandrin

    Lien permanent

    Un conducteur a perdu le contrôle de sa voiture durant la nuit de vendredi à samedi sur la route de Berleur à Nandrin.

    Le véhicule a dévalé sur 8 mètres.

    Le malheureux et sa voiture ont continué leur route dans un virage et se sont donc retrouvés environ 8 mètres plus bas, immobilisés près d’un ruisseau. Suite à cette sortie de route spectaculaire, le conducteur a été légèrement blessé et emmené à l’hôpital.

    La société « Dépannage du Condroz » s’est rendue sur place samedi matin pour extraire le véhicule du ravin. Un accident qui en rappelle un autre. Le 5 juin 2016, une jeune fille de 23 ans avait perdu la vie dans une tragique sortie de route pratiquement au même endroit. La voiture avait dévalé une pente, puis percuté une grosse pierre avant de terminer sa course sur le toit. Cinq passagers, soit deux de plus que ce qui était autorisé, se trouvaient alors dans ce véhicule

     

    Article complet clic ici Une voiture tombe dans un ravin à Nandrin: le véhicule a dévalé sur 8 mètres

    La société « Dépannage du Condroz » s’est rendue sur place samedi matin pour extraire le véhicule du ravin.

     

    Depannage-Du-Condroz.be

    Rue de Hody 31 (19,68 km)
    4590 Ouffet
     
    086 36 69 39

     

     

     

     

  • Déconfinement: retour du trafic et des accidents

    Lien permanent

    Qui dit déconfinement dit reprise du trafic sur les routes belges. Pendant le confinement, les infractions routières et accidents ont baissé de manière significative.


    VITESSE EXCESSIVE


    « Pendant le confinement, il y a eu 4.000 accidents de moins en Belgique », présente Benoît Godart, porte-parole de Vias. « Mais ces accidents ont été... deux fois plus graves ! »


    Principale cause, la vitesse excessive de certains automobilistes.

    Les routes, moins encombrées qu’en temps normal, ont apparemment procuré un sentiment de liberté et de toute-puissance auprès de certains automobilistes.

    Il faut voir si cela se vérifiera à l’analyse des statistiques du 2e trimestre (avril-mai-juin) de cette année 2020.

    « Le trafic a repris petit à petit.

    On verra, au cours de l’été, quels seront les chiffres de ce 2e trimestre », conclut Benoît Godart.

    « Mais avec la reprise du trafic, il faudra probablement constater une hausse des accidents. »


    Dans ce contexte de déconfinement, on ne peut qu’inviter les usagers de la route à être très attentifs les uns aux autres.

     

    Article et rédaction J.M.

    Source

  • Danny Wathelet d’Anthisnes, est décédé dans un accident de moto, il n'avait que 53 ans

    Lien permanent

    Anthisnes: Danny, 53 ans, perd la vie dans un accident de moto !!!

    C’est un dramatique accident de la route qui est survenu ce week-end à Tenneville. Danny Wathelet, né à Arlon mais résidant du côté d’Anthisnes, est décédé dans un accident de moto. Il avait 53 ans.
    Terrible accident de la route, ce samedi, à Tenneville. Danny Wathelet, 53 ans, marié et père de famille, est décédé dans un accident de moto. L’accident s’est produit samedi après-midi sur la route de Nassogne, vers Champlon. Une route qui passe au milieu des bois, assez fréquentée par les motards. Le drame s’est produit à cause d’une sortie de route.
    Danny Wathelet est né à Arlon en 1966. Il était marié et père de deux enfants. Il habitait dans la région d’Anthisnes. Les funérailles auront lieu à Robermont, à Liège.
    Un véritable choc
    Son décès suscite une vive émotion tant dans sa région d’origine qu’en région liégeoise. Et les témoignages d’affection abondent sur les réseaux sociaux. « Je suis tellement triste », écrit notamment Frédéric, un de ses amis proches. « Danny était mon ami, mais aussi un vrai gentil, un vrai courageux », écrit un autre.


    « C’était un super garçon un super neveu, un bon mari et un bon père.

    Un garçon travailleur et courageux. Il va nous manquer », indique quant à elle Marie-Rose.


    Beaucoup soulignent le caractère jovial de Danny Wathelet, qui va terriblement manquer à énormément de monde : « Tu as toujours été un rayon de soleil ».

    « Ta bonne humeur et ton sourire resteront à tout jamais dans nos coeurs ».

    Danny est la huitième personne qui perd la vie cette année sur les routes de la province de Luxembourg. Un chiffre en baisse, dû à la période de confinement, qui a vu le trafic se réduire de manière drastique.

    Les chiffres pour le 1er trimestre 2020 viennent d’ailleurs d’être publiés par la police fédérale et analysés par l’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière.

    En ce qui concerne la province de Luxembourg, les chiffres pour le 1er trimestre 2020 (source : AWSR / Police fédérale – Direction de l’information policière et ICT – Service Politique et Gestion (BIPOL) sont bons, même encourageants. On déplore 161 accidents corporels, pour 199 à la même période.

    Soit une diminution de 19,1 %. Le nombre de tués sur place passe de 10 à 7, pour la période allant du 1er janvier au 31 mars. Mais ce sont des résultats à considérer avec prudence, cette diminution étant imputée à la période de confinement. On ne comptabilise en effet que 9 accidents sur nos routes entre le 14 et le 31 mars (pour 35 durant la même période en 2019, soit une diminution de 74,3 %).


    Compte tenu de l’impact du confinement sur les indicateurs de sécurité routière, l’AWSR ne souhaite commenter que les chiffres de la période de 1er janvier au 13 mars.

    Et ceux-ci sont particulièrement bons, alors que la province de Luxembourg avait connu une année noire en 2019 au niveau de la sécurité routière.

    « La province de Luxembourg voit quasi tous ses indicateurs au vert. De toutes les provinces wallonnes, elle enregistre la plus forte baisse du nombre d’accidents (-7 %) et de très bons résultats pour le nombre de victimes, tués et blessés. (-12 %).

    Seul le nombre de tués reste stable par rapport à 2019 », souligne-t-on à l’AWSR, où on appelle à poursuivre aussi sur la route les efforts de prudence et de vigilance entrepris durant le confinement.

     

    Source

     

    Avis de décès de la région Monsieur Danny WATHELET Epoux de Madame Virginie BRENNENRAEDTS d'Anthisnes clic ici

     

     

     

  • Accident grave aujourd'hui dimanche 17 mai 2020 route des Fagnes Ferrières

    Lien permanent

    Fin de matinée et début d'après midi, dimanche 17 mai 2020 ,accident de la route à Ferrières, pompiers, police, ambulance et hélicoptère médicalisé CMH de Bra-sur-Lienne.

    Il semblerait que l'accident était entre une voiture et une moto !!! la moto a glissé sur plusieurs mètre !!!  

    Moto au sol !!! 

    Photos et infos Richard B 

    Un accident entre une voiture et une moto s’est produit dimanche matin au croisement de la route de la Famenne et la route des Ardennes. Le motard, blessé à un pied, a été emmené à l’hôpital.

    Article complet 

    99091361_540262353333213_150726366810079232_n.jpg

    98056116_965899760552640_4182604719539093504_n.jpg

     

  • La police lance un avis de recherche suite l' Accident et délit de fuite à Nandrin N 63 un cycliste a été grièvement

    Lien permanent

    Diffusé à la demande du Parquet de Liège.


    Diffusé à la demande du Parquet de Liège – division Huy
    08.05.2020

    Toutes les infos clic ici 

    Le samedi 2 mai 2020 vers 09h50, un accident et délit de fuite a été commis sur la N63 à Nandrin en direction de Marche-en-Famenne.

    Un cycliste a été grièvement percuté par un camion de type chantier avec une benne rouge.

    Dans le cadre de ce délit de fuite, les enquêteurs demandent à toute personne qui aurait des informations sur ce fait de prendre contact avec les services de police. Il est aussi demandé à ce conducteur de se manifester.

     
  • Attention accident N66 Circulation alternative sur une bande aujourd'hui 24 avril 2020 09h07

    Lien permanent


    Accident sur la N66 à hauteur de Tinlot en direction de dans les deux sens/. Circulation alternative sur une bande, Situation dangereuse.

    BK 11.5
    passage difficile

    2020-04-24 09:07:55

    Source

    https://www.inforoutes.be/

    24 acc.jpg

  • Attention à la ligne blanche sur la N 63 route du Condroz à Nandrin

    Lien permanent

    Une lectrice nous fait remarquer que bien trop souvent des véhicules coupent la route à 4 bandes N 63 route du Condroz à Nandrin,  afin de faire demi-tour.

    Depuis un moment cette route est muni d'une ligne blanche.

    Donc il suffit de faire demi-tour aux ronds-points; tous le long de cette N 63 route du Condroz Nandrin .

     

    Au moins grave :

    Franchir une ligne blanche continue est considérée en Belgique comme une infraction du 3ème degré.

    Un type d’infraction qui met en danger directement la sécurité des personnes.

    Que risquez-vous si vous franchissez une ligne blanche continue ?


    Au même titre que brûler un feu rouge, ne pas obtempérer aux injonctions des agents qualifiés ou ne pas respecter une interdiction de dépasser, franchir une ligne blanche continue conduit à une sanction de minimum 174€

    Au plus grave : l'accident avec ou sans blessés voir mortel !!!

     

     

  • Accident mortel sur la N63 Modave - Clavier, embarras de circulation

    Lien permanent
    Un accident s’est produit, vers 08h 00, sur la Nationale 63 qui vient de Liège vers Marche-en-Famenne à hauteur de Clavier.
    Un seul véhicule est impliqué, il a percuté un poteau à hauteur de la borne kilométrique 30.3. La chaussée est fermée. Un déviation est mise en place via la sortie « Terwagne ».
    Une dame est décédée.
     
     
    Plus d'infos dans les éditions Sudinfo