1 page Soutenons nos indépendants

  • Fin

    Lien permanent

    Merci 2020.jpg

    0 commentaire Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, Destination Voyage sur le Blog Villageois, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Enquête publique, Eolien, Euro 2020, Evolution à Nandrin, Fermeture, Festivals de musique, Finances, Foot, GAL, HEMECO, Hôpitaux, Humour sur le Blog, Idées sorties, IDEN Nandrin, Incendie, Incivilités, Intradel, Jeux ou Concours, Jogging à Nandrin, Jumelage, Ki Cé Cé Où, Kicécékoi, l'art et la culture, La poste à Nandrin, La Rubrique de L'électeur, La rubrique des photos insolites, La rubrique du lecteur, Le Poste Médical de Garde, Le recyparc, Le top 3 des articles les plus vus de la semaine, Le week-end sur Nandrin, les animaux à Nandrin, Les Balades, Les cérémonies patriotiques, Les chemins de la mémoire sur le Blog, Les Chorales sur le Condroz, les comités ou collectifs sur Nandrin, Les commerces, Les communales 2018 chez nos voisins, Les divers, Les fêtes ...., Les grèves, Les intercommunales, Les journées de ......, Les Marches à Nandrin, les milieux d'accueil enfants à Nandrin, Les noces d'or, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, Les rendez-vous de la semaine, Les rendez-vous du week-end, les restaurants, Les stages, Les toutes boîtes sur Nandrin, les trucs et astuces, Les trucs et astuces Jardin, Les utiles, Location, Location de salle, logement, Logements sociaux, Loris Demarteau, lotto, Manifestation patriotique, Marché, Médecins, Médecins de garde, Météo, N63 à Nandrin, Nandrin dans l'histoire, Nandrin et le Black Out, Nandrin la mobilité, Nature, Neige à Nandrin, Nouveau sur le Condroz, Nucléaire, Nuisances, Offre d'emploi, On nous demande de vous informer de, Organisations festives, Organisations festives Nature, Paroisses catholiques, Patrimoine, Patrimoine immobilier, PCS de Condroz, Perdu, Pharmacies, Police, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, PPNa, Projet éolien, RESA, Rétrospective sur le Blog de Nandrin, Rubrique culinaire, Rubrique Lecture, Rubrique Mode, Santé, Social, Sondage, Spectacles à Nandrin, Sportifs Nandrinois, Stage enfant, Télé Service du Condroz, Test d’alerte Seveso, Travaux, TSC, Unité pastorale du Condroz, Urbanisme, Vandale, Villages-Solidaires.be, Vu à la TV, Zone Police Imprimer
  • A vos commande La jardinière Nandrin les menus des fêtes

    Lien permanent

    20 jardi.png

     

    Route du Condroz 204 4550 Nandrin, Belgique

    085 51 33 36
     
     
     
  • Menu pour Noël chez Saveurs & Traditions à Nandrin, Soutenons nos indépendants locaux

    Lien permanent

    131373514_10225586990608741_5030540955322538898_n.jpg

    Route du Condroz 129/2 - 4550 Nandrin

    Magasin : Tél / Fax 085 23 24 64

    http://saveursettraditions.be/

  • Note importante à lire : l'aventure des blogs Sudinfo se termine le 1er janvier 2021

    Lien permanent

    L'année 2020 aura été une année noire pour beaucoup de personnes .

    Annus horribilis utilisée par la Reine Élisabeth II pour qualifier l'année 1992, dans un discours prononcé le 24 novembre 1992.


    J'ai eu la chance pendant 10 ans d'être à la tête d'un blog Villageois de Sudinfo bénévolement  ! 


    Je remercie l'enseigne Sudinfo  de la confiance qu'ils m'ont accordée pendant les 10 dernières années, ainsi que le soutien et la reconnaissance .


    Aujourd'hui nous avons reçu l'information Sudinfo :

    sic" Nous avons dû prendre la décision d'arrêter les blogs pour diverses raisons"

    Plusieurs solutions nous sont proposées 

    Je fais mon possible pour faire le meilleur choix 

     

    La page Facebook La Meuse "Blog villageois " .  Elle va normalement rester et devenir Blog Villageois 

    Ainsi Chaîne infos du Condroz Blog Villageois

    Ou  les 15 prochains jours je vais essayer de rapatrier les 550 albums photos 

    Le Blog en chiffres :


    1 523 742  Nouveaux utilisateurs


    3 954 359 Pages vues   3 389 838 Vues uniques


    2 847 586 Sessions

    202 pays 

    312 langages différentes 


    18870 Articles 550 albums photos 


    2798 commentaires

    Plus ou moins 3650 news letters 

    J'ai vécu une belle aventure, je ne regrette rien, j'ai aidé au mieux que j'en avais la possibilité.

     Mon père me disait quand j'étais toute jeune, quand tu fais quelque chose, fais le bien, Depuis cette époque, j'ai toujours essayé de m'appliquer dans chaque chose que j'entreprends, je n'y arrive peut-être pas toujours, mais je fais de mon mieux .

    Avec le Blog Sudinfo Nandrin la boucle est bouclée.

    10 ans de rendez-vous sur le blog, pages Facebook, réseaux sociaux et dans vos boîtes mails via les News letters.

    Donc pour ceux qui veulent récupérer des photos ou articles profiter des 15 prochains jours.

    Je vous souhaiterais mes vœux, jusqu'à la dernière minutes, le 31 décembre 2020, j'essayerais de soutenir les indépendants locaux par des articles, qui resterons visibles jusqu'ai 1 février 2021.

    Je remercie les personnes anonymes, ou pas, de l'aide pendant les 10 ans : Emilie, Anaïs, Loris, Jean-Claude, Joseph 1, Joseph2 +, Marc, Guy, Myriam, Julien, Christophe, Claude, Eric, Jean-Pol , Brigitte etc etc ....  beaucoup trop nombreux j'en oublie certainement beaucoup .

    Puis Nos journalistes , Annick, Christophe, Amélie, Sonia, Eric , Pierre, Romain, Michel, Pierre2, Didier, Alison, Aurélie, Marie-Claire, Joël, Laura Fiona ,Etc ....... de nouveau pareil j'en oublie beaucoup désolée. 

    11 commentaires Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Idées sorties, La Rubrique de L'électeur, Les élections en politique, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, On nous demande de vous informer de, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, Santé, Social, Zone Police Imprimer
  • Pour bien préparer les fêtes !!! Les Filles aux fourneaux !!! toutes les infos et menus ici

    Lien permanent

    127888520_649733495721196_2186874049463405174_n.jpg

    Clic sur l'image pour agrandir 

    128577891_727816751447986_7445248311557820446_n.jpg

    128349397_1594168360771407_3466078806789987180_n.jpg

    128320033_3982455855099311_4908317207071125733_n.jpg

  • Cri de détresse du gérant de l’Etincelle magasin hutois spécialisé dans le déguisement et les feux d’artifice

    Lien permanent

    Cri de détresse du gérant de l’Etincelle à Huy: «J’ai pensé à me pendre»

     

    Il y a des discours qui font frissonner… et froid dans le dos. Celui de Terence Renier en fait partie. Le jeune homme qui tient le magasin à Huy, « L’étincelle », spécialisé dans les feux d’artifice et les déguisements aimerait crier sa détresse. Au mois de novembre, le gouvernement a pris un arrêté ministériel relatif aux mesures contre la pandémie du Covid-19 : l’interdiction de faire usage de feux d’artifice à son domicile jusqu’au 19 janvier, sous peine d’une amende.

    Cependant, à ce stade, les ventes de feu d’artifice ne sont pas interdites. Paradoxe puisque les artificiers peuvent vendre mais les tirs sont interdits. Terence Renier, qui a repris ce célèbre magasin hutois il y a sept ans ne voit pas le bout du tunnel. « Je pensais qu’avec l’arrivée des fêtes de fin d’année, j’allais renflouer les caisses. Au moment d’Halloween, je n’ai quasiment rien vendu. Et à cette période-ci, qui est censée être la meilleure pour moi, je n’ai quasiment aucun client et pourtant les frais continuent d’affluer », nous confie le Hutois.

    Financièrement, Terence Renier rencontre d’importantes difficultés. Chaque jour, il doit trouver des alternatives pour s’en sortir. « Je me suis arrangée pour éviter de payer mon loyer en entièreté. J’ai fait un abandon des bureaux à l’étage et j’ai réussi à m’arranger avec mon propriétaire pour qu’il me coupe le loyer en deux. J’essaie de trouver des techniques comme un fou, j’ai vendu une camionnette également pour tenir ouvert mon magasin jusqu’aux fêtes. Et maintenant, on nous dit que les gens ne pourront pas tirer de feux d’artifice… », regrette Terence.

    « Je me suis donné à 100 % pour ce job »

    Cet indépendant et commerçant se bat depuis plusieurs mois pour que son commerce ne ferme pas la porte. Mais il sait que si la situation ne s’améliore pas, il ne pourra pas tenir encore comme cela. Cette situation a évidemment des conséquences sur le moral du Hutois. « J’ai pensé à me pendre dans mon magasin. Je me suis tellement battu pendant des années pour mon magasin. Si demain je dois fermer, je ne saurais pas me reconvertir, je suis artificier… pas électricien, ni chauffagiste… Je me suis donné à 100 % pour mon job. Mais je suis en détresse. N’oublions d’ailleurs pas Alysson à Liège qui a mis fin à ses jours le mois dernier », souligne Terence.

    Terence Renier ouvre son magasin à perte. Les rares clients qui viennent au magasin ne permettront pas de garantir son commerce à terme. « Je fais chauffer le magasin, ce qui me coûte 400 euros tous les deux mois. De 10h à 18h, je suis ouvert mais je n’ai quasiment aucune rentrée. Je ne sais pas si je vais atteindre 10 % de mon chiffre d’affaires. J’ai perdu environ 150.000 euros depuis le début de la crise. Et j’ai touché 8.000 euros de l’état. Cette aide n’a même pas payé mon assurance annuelle qui est de 10.000 euros », poursuit-il.

    Le magasin qui fêtera son 36e anniversaire cette année est ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h. Outre les feux d’artifices, Terence vend également des costumes, accessoires. « J’ai décidé de faire une remise de 30 % sur tous les costumes et les masques. Ce mois est décisif, si vous ne venez pas, il est certain que l’étincelle disparaîtra définitivement », conclut-il.

  • Commander vos bûches glacées dès à présent et jusqu’au 15/12 au Chat Lait à Nandrin

    Lien permanent

     

     

    Annonce sur la page Facenook du  Le Chat Lait

     
    Cela fait déjà quelques semaines qu’on « bûche » pour vous proposer un délicieux dessert pour vos fêtes de fin d’année !
    Voici donc nos trois bûches glacées que vous pouvez commander dès à présent et jusqu’au 15/12 pour les 23 et 24/12 et jusqu’au 22/12 pour les 30 et 31/12 
    Cette année, Noel et Nouvel An auront un goût quelque peu particulier... alors, raison de plus pour se régaler avec ces bûches ! 
    Des plateaux fromages et paniers garnis seront également disponibles sur commande.
     

    buches cl.jpg

     
     
     
  • Préparer les fêtes, vos commandes à la Boulangerie Michaux Villers le Temple

    Lien permanent

    mic1.jpg

    mich2.jpg

    Afin de vous aider à préparer les fêtes 
    Pour les commandes soit à la boulangerie, soit par téléphone 085/51.25.65
     
  • Le Glacier Yves & Fils Carte des fêtes  2020

    Lien permanent

    D’ores et déjà, nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d’année.
    A cette occasion, nous vous proposons nos desserts  maison, de fabrication 100 % artisanale.
    Le prix est de 2,60€ par personne avec un minimum de 4 personnes.


    Les bûches traditionnelles : Vanille Chocolat / Vanille Moka / Vanille Fraise / Vanille Praliné


    Nos coups de coeur :Spéculoos Caramel beurre salé / Moka Caramel beurre salé Chocolat Framboise / Chocolat Amarena / Moka Spéculoos


    En fait, les combinaisons possibles sont limitées par votre seule imagination, que ce soit pour le glaçage (chantilly, meringue italienne, chocolat croquant, caramel) ou pour le fourrage (coulis fraise, coulis framboise, chocolat croquant, caramel, marena,…) c’est selon votre envie.
    Il est aussi possible d’avoir des bacs d’un litre de glace ou de sorbet au prix habituel.


    La livraison est réalisée par nos soins les 21, 22 et 23 décembre 2020.


    Les commandes doivent impérativement être passées pour le 17 décembre 2020 au plus tard.


    NB : il s’agit de fabrication artisanale et donc limitée en quantité, n’attendez donc pas le dernier moment pour passer votre commande.

    Le Glacier Yves & Fils Carte des fêtes  2020 


    0474 53 04 49

    gla2.jpg

     

  • Vanessa va ouvrir une épicerie locale à Vierset-Barse Modave

    Lien permanent

    La vie professionnelle de Vanessa Todesco, Modavienne de 37 ans, s’apprête à prendre un tournant. Lassée de son ancien emploi et souffrant d’un burn-out, cette maman de 3 enfants a décidé de se lancer corps et âme dans un projet qui lui tient réellement à cœur.
    Séduite par le village de Vierset-Barse, où elle habite, et promotrice du « consommer local », Vanessa se dit qu’un nouveau commerce pourrait faire du bien à la localité. « Il y a déjà un boulanger et un boucher. Je me suis dit plusieurs fois qu’il ne manquait plus qu’une épicerie ! », explique-t-elle avec enthousiasme. « Il y en avait une avant, mais elle s’est arrêtée. Quand j’ai reçu mon C4 médical en septembre, je me suis décidé à lancer mon projet en deux heures. Ça a été une évidence ».
    Un lieu de convivialité
    Située au 42 de la rue Tige de Strée, dans une extension de maison actuellement occupée par un acupuncteur qui termine son activité le 31 décembre, la future épicerie sera baptisée « Au Coin de Barse ». Plus qu’un simple magasin, Vanessa Todesco ambitionne d’en faire un véritable lieu de rencontre pour tous les habitants du village. « Il y aura un espace intégré au magasin où il sera possible de consommer sur place, avec deux petites tables et une bibliothèque. On pourra se servir une boisson fraîche du frigo ou boire un café. J’aimerais que les gens prennent l’habitude de se retrouver à l’épicerie ».
    Cet espace de convivialité sera mis à disposition des producteurs qui souhaitent venir faire la promotion de leur produit et organiser des dégustations.
    Ouverture fin du 1er trimestre 2021
    Au Coin de Barse, on trouvera des marchandises d’usage quotidien comme du dentifrice, du papier toilette et des produits de nettoyage. Mais surtout, on pourra acheter des viandes, charcuteries, fromages, miels, produits de boulangerie, fruits et légumes locaux. « Le but est de centraliser les différents produits locaux dans un même point de vente et de proposer un service de livraison à domicile ».
    Le magasin sera ouvert jusqu'à 19h30 et il sera possible de passer commande par Facebook et par téléphone dans un premier temps, mais l’objectif de Vanessa est de créer un site où les gens pourront passer commande et payer directement.
    Afin de recevoir un petit coup de pouce pour l’achat du matériel qui permettra d’aménager les lieux, la gérante vient de lancer un crowdfunding avec contrepartie. Objectif : ouverture pour la fin du premier trimestre 2021.
     
    Facebook : 
    Au Coin de Barse./ Crowdfunding : cutt.ly/barse / Contact : 0497/20.06.65
     
    Article de PTar 
     
     
     

  • Les gérants du Pavillon du Vieux Château de Modave ont développé les « packs gueulard »

    Lien permanent

    On a testé les «Packs Gueulard» de Modave: 13 petits plats surprenants et décalés

    Des mets subtils dans un gros sac de pique-nique, le tout emballé dans une communication décalée et rock and roll : les « packs Gueulard » de Stéphanie Goffart et Benjamin Custine apparaissent comme un ovni dans le milieu de l’Horeca de Huy-Waremme.

    Obligés de fermer leur établissement modavien Le Pavillon du Vieux Château à cause du confinement, les deux restaurateurs ont décidé de « ne pas se plaindre » et de proposer une alternative originale : des lunch-packs à consommer directement sans aucune préparation.

    « On ne voulait pas faire de chichi et proposer quelque chose de convivial et directement consommable. C’est facile : on reçoit le pack et il ne faut rien cuisiner... il faut juste gueularder », s’amuse la gérante.

    Loin des traditionnelles ambiances sobres des restaurants, la communication des deux Modaviens est assez… déjantée : photos masquées assez explicites, ambiances glauques et loufoques… « On a envie de casser les codes et on adore le second degré ».

    13 portions dans un pack

    Chaque semaine, une nouvelle « playlist » est élaborée. Le pack est prévu pour deux personnes et revient à 75€. Il contient tout un repas de l’entrée au dessert.

    Ainsi, la « playlist 10 » comprenait 13 petites portions colorées et diversifiées avec des aliments très sophistiqués : foie gras, pintade fermière, « pithiviers d’agneau », « pulled beef à la liégeoise », « pain suédois », poulpe, écrevisse, crumble poire-caramel… Le tout emballé dans des petits récipients de carton. « Il suffit de prendre une fourchette », nous glisse « Steph ».

    Le menu hebdomadaire est publié le mardi et les enlèvements se font à Modave (Vallée du Hoyoux, n°9) les vendredi, samedi et dimanche. Notons qu’un menu spécial Noël et Nouvel An sera proposé avec des produits encore plus « haut de gamme ». Une idée originale pour égayer l’apéritif des fêtes de fin d’année, en compagnie de sa bulle… et quelques bulles !

    Article de par Ro.Ma.

    Article complet et photos Sudinfo Clic ici 

     

    www.gueulard.be

  • La coiffeuse amaytoise Cynthia Dal Cason a sorti son salon sur le trottoir ce samedi pour protester contre la fermeture.

    Lien permanent

    Cynthia a coiffé devant son salon à Amay: «C’est honteux, on nous abandonne» 

    C’est une action symbolique. Un « cri du cœur ». La coiffeuse amaytoise Cynthia Dal Cason a coiffé ce samedi midi une cliente… sur son trottoir ! Il s’agit d’un geste de contestation pour s’opposer à la fermeture des salons de coiffure maintenue par le gouvernement fédéral.

    « Je ne m’imagine pas ne pas ouvrir le 24 décembre ! J’appelle les indépendants fermés à tous ouvrir le 24 décembre ! C’est honteux. On nous abandonne », confie l’indépendante les larmes aux yeux devant son salon de coiffure.

    Initiée par la fédération professionnelle Coiffure.org, l’action a d’ailleurs été répétée un peu partout dans le pays, comme notamment à Antheit au salon Reflet Intense. Les coiffeurs avaient reçu des recommandations pour éviter tout problème. « On a mis un masque et j’ai choisi de coiffer quelqu’un de ma bulle, à savoir ma nièce », rassure la coiffeuse d’Amay, qui aurait dû fêter cette année le vingtième anniversaire de son salon.

     

    Incompréhension

    Cynthia n’a toujours pas digéré les mesures du dernier comité de concertation. Selon elle, les conditions sanitaires peuvent être respectées dans les salons, comme c’était le cas lors du premier déconfinement (limitation du nombre de clients, port du masque, matériel jetable…). « Je fais hyperattention. J’ai fait le maximum pour mes clients. Depuis le 18 mai, personne n’a été malade. Je ne comprends pas ».

    L’Amaytoise pointe aussi le facteur psychologique de cette fermeture forcée : pour elle, les soins capillaires sont plus qu’un « luxe » et constituent un véritable besoin notamment pour la santé morale. « Nos clients aussi en ont besoin. Tout le monde est dans la détresse, tout le monde est mal, tout le monde est fatigué ».

    Les aides se font attendre

    Au niveau des aides financières, la coiffeuse dénonce également un manque de réactivité de la part des autorités. « Depuis le 31 octobre, je n’ai encore rien touché ».

    Le mari de l’indépendante est lui aussi coiffeur (Coiffure Pascal à Saint-Georges-sur-Meuse), et a lui aussi coiffé de manière symbolique un client devant son salon ce samedi matin. « On est tous dans le même sac. Il faut que ça s’arrête », espère l’Amaytoise.

     

    Article de par RO MA 

    Article complet et photos Sudinfo Clic ici 

     

     

  • Le renouveau de la boulangerie locale !!!Le secteur voit arriver une jeune génération de boulangers attirée par le « bien manger »

    Lien permanent

    Si le secteur de la boulangerie-pâtisserie connaît, depuis plusieurs années, une érosion de son nombre de représentants, les signes encourageants d’une reprise, davantage axée sur le local, sont là.  
     
     
    « Le secteur représente, en Wallonie, environ 1.400 boulangeries et quelque 10.000 emplois, ce qui n’est pas rien. Il y a un maillage extraordinaire sur toute la région, même si les boulangers-pâtissiers sont de moins en moins nombreux à exercer leur profession et cela, en raison de plusieurs facteurs », explique Albert Denoncin, président de la Fédération francophone de la Boulangerie.
     
    « Le premier facteur, c’est que, pendant de nombreuses années, il n’y a pas eu de formation suffisante.
     
    Il y a 10 ans, les études techniques en boulangerie-pâtisserie ont été supprimées. L’année dernière, un enseignement technique a été recréé, à titre expérimental, durant 3 ans ».
     
     
    Le second facteur, ce sont les conditions de travail.
     
    Même si elles ont évolué ces dernières années, un boulanger-pâtissier travaille durant les week-ends et les fêtes. « C’est dès lors plus compliqué de trouver à la fois des jeunes qui ont envie de se lancer et des parents qui encouragent leurs enfants à aller vers cette filière. Ajoutons le problème des banques.
     
    C’est devenu très compliqué pour un jeune de 22-23 ans, qui voudrait se lancer avec un certain volume de fabrication et de vente, d’emprunter des sommes d’argent importantes.
     
    Sans compter qu’à cause du bruit et des odeurs, les ateliers de boulangerie ont bien souvent dû quitter les villes pour les zonings. De plus, la rentabilité dans la boulangerie-pâtisserie n’est pas la même que dans d’autres secteurs. Ce sont probablement des facteurs qui jouent sur la question de la reprise ou de la création d’une boulangerie », note le président.
     
     
    Gestion et production
     
     
    L’avenir de la profession, il le voit pourtant de manière positive.
     
    « Je suis confiant si les nouveaux venus maîtrisent à la fois la gestion et la production.
     
    On est actuellement dans l’émulation et l’excellence.
     
    Peut-être qu’on verra, à l’avenir, davantage de petites boulangeries que de moyennes.
     
     
    On constate une modernisation de l’outil et, s’il y a encore des gens courageux pour se lancer dans le métier, je crois qu’ils préféreront le faire sans sacrifier leur vie personnelle comme c’était souvent le cas auparavant ».
     
    Quant au fait qu’on voit fleurir çà et là de nouveaux boulangers qui ont eu une autre vie professionnelle avant et qui se reconvertissent, Albert Denoncin y voit, lui, une « génération qui fait davantage cela par plaisir que pour réellement gagner sa vie ».
     
     
    Le secteur a aussi connu un renouveau dès 2005. En cause ?
     
    La libéralisation du prix du pain qui, pendant 60 ans et jusqu’à cette année-là, avait été bloqué.
     
    « Cela a permis un renouveau de la boulangerie, un retour des céréales anciennes et de la fermentation lente… On constate aussi un retour du consommateur vers la qualité.
     
    Il cherche de plus en plus des pains de qualité, fabriqués par des artisans ».
     
    Et la crise du Covid a encore amplifié cela, puisqu’elle a entraîné une hausse des volumes de production d’environ 15 %.
     
     
    Ambassadeur de l’agriculture
     
     
    « Je suis très heureux de cette prise de conscience du consommateur.
     
    Nous nous battons, depuis des années, pour mettre en valeur les produits locaux et nous avons des résultats. On oublie trop souvent que la boulangerie est un des premiers ambassadeurs de l’agriculture dont elle utilise de nombreux produits comme les céréales et les œufs ».
     
    Rappelons que le secteur travaille aussi avec une charte des Maîtres Boulangers-Pâtissiers qui s’engagent notamment à assurer une fabrication quotidienne dans le respect des règles de l’art mais aussi à mettre en œuvre des recettes traditionnelles du terroir.
     
    « Pour moi, c’est important de fabriquer son produit soi-même, tous les jours.
     
    Je préfère un véritable maître boulanger à l’ancienne qui respecte bien les directives de la charte qu’un jeune moderne qui achète tous ses produits congelés.
     
    J’ai travaillé 43 ans en tant qu’indépendant et je n’ai jamais fait des bûches 8 jours avant Noël.
     
    On faisait les nuits et tout était consommable, décor compris », conclut-il, heureux que son secteur vive un renouveau qui semble bien amorcé.
     
    Article de par LB
     

  • Privée de marché, elle a trouvé un moyen d’exposer sa marchandise l’ancienne boucherie d'Ouffet

    Lien permanent

    Elle crée une vitrine de Noël dans l’ancienne boucherie 

    Privée de marché, elle a trouvé un moyen d’exposer sa marchandise 

     
    À défaut de pouvoir participer au Village de Noël de Liège, Danielle Demarche a eu l’idée d’exposer sa marchandise dans une cellule commerciale inutilisée du centre d’Ouffet. Chaque soir, la Vitrine de Noël s’illumine.  

    Pour pallier l’absence des marchés de Noël cette année, Danielle Demarche et son compagnon Pierre Terwagne ont eu une idée originale, qui leur permet d’exposer leur marchandise tout en égayant une cellule commerciale inoccupée du centre d’Ouffet.
    En réalité, l’activité principale de Danielle est la brocante. Elle vend des objets vintage des années 50 à 80 via la page Facebook « Allo Vintage ». Cet hiver, elle devait normalement tenir un stand au Village de Noël de Liège pour vendre différentes petites décorations, comme des maisons en céramique de fabrication artisanale, des boules de Noël et des personnages de crèche.
    « Ne pouvant participer au Village de Noël comme prévu, nous avons eu l’idée d’exposer un échantillon de la marchandise que nous aurions présentée à Liège, dans un emplacement commercial à Ouffet, inutilisé depuis des années », explique Danielle Demarche. « C’était la boucherie des parents de mon compagnon. La maison est inoccupée et est d’ailleurs en passe d’être vendue prochainement. Nous avons eu un accord verbal de la commune ».
    Pas un magasin
    Depuis fin novembre, les Ouffetois qui passent devant le numéro 26 de la rue du Village ne peuvent pas l’avoir loupé. L’ancienne boucherie s’est métamorphosée en vitrine de Noël, remplie de petites décorations festives et illuminées avec des guirlandes.
    Mais ne vous y méprenez pas, cette vitrine n’est qu’un lieu d’exposition et non un magasin. Il n’y a pas de porte d’entrée. « Il s’agit simplement d’une vitrine à laquelle nous avons adjoint une page Facebook », précise Danielle. « Les acheteurs éventuels peuvent nous contacter pour nous faire part de leur commande, et nous convenons avec eux de la méthode d’enlèvement qui leur convient le mieux : click and collect sur place, ou livraison ou envoi ».
    Jusqu’à présent, les habitants d’Ouffet ont réagi très positivement à l’idée. Cette vitrine crée une ambiance festive qui rappelle à certains le Village des Crèches d’Ouffet, une activité disparue il y a une dizaine d’années.
    Si vous n’avez pas l’occasion de passer devant la vitrine de Noël, il est possible de retrouver et de commander les articles exposés sur la boutique de la page Facebook « Vitrine de Noël ».
    Contact : 0476/94.82.83
     
    article par P.TAR.
     

  • Surprise !!! Message de Saint-Nicolas une petite vidéo destinée aux petits et grands enfants sages

    Lien permanent
     
    Surprise !!! Message de Saint-Nicolas
    Cette année, le grand Saint nous a demandé de diffuser une petite vidéo destinée aux petits et grands enfants sages d'Amay !
     
     
    Campagne sur le commerce de proximité amaytois lors des fêtes de fin d’année 2020 : « Réussir de belles fêtes en consommant local ! »
     A ceux et celles qui pensent que ce n’est pas possible de faire ses achats de Noël dans notre belle commune, nous les invitons à jeter un œil au photo-reportage que nous avons réalisé entièrement à Amay.
     
    Chaque jour, vous découvrirez une photo du reportage !
     
     Episode 1 : Et si l’on devenait acteur de son cadre de vie en CONSOMMANT LOCAL ?
     
    Près de chez soi, on peut trouver presque tout et pas plus cher qu'ailleurs !
     
    Choisir les petits commerces, c’est faire le choix de maintenir la convivialité et l’attractivité de nos cœurs de ville et de villages : les commerces de proximité assurent la continuité du lien social bien mis à mal ces derniers temps, ils nous livrent des conseils avisés et personnalisés, nous dépannent, nous font vivre une expérience unique.
     
      Alors, si vous souhaitez passer de belles fêtes loin de la cohue des centres commerciaux, rendez-vous dans les commerces amaytois !
     
    3, 2, 1... Top départ pour un marathon de Noël réussi !

     

     
     
     

    Lire la suite

  • Une idée pour la Saint Nicolas ? Un livre de contes et un roman dont l’intrigue se déroule à Amay, disponibles à la Librairie Noël à Nandrin

    Lien permanent

    Nicolas Nys, un jeune  auteur, publie deux livres 

    Un livre de contes et un roman dont l’intrigue se déroule à Amay 

     

    Disponible à la librairie Noël à Nandrin 

    Retrouve la librairie Noël de Nandrin 

    Source info Librairie Noël

    Sur une page Facebook 

    • Rue de Dinant, 6, 4550 Nandrin
    • lun-ven:
      07:00 - 18:30
      sam:
      07:30 - 18:00
      dim:
      10:00 - 13:00
       
      Téléphone 0476 24 70 87
    Nicolas Nys, jeune Amaytois de 30 ans, s’est lancé dans une grande aventure, celle des romans et des contes.
     
    Il vient de publier deux livres en quelques semaines.
     
    Deux ouvrages aux univers complètement différents : des contes, mais aussi un roman dont l’intrigue se déroule à Amay.  
    Les contes de la sorcière rose et Sky Girl, voici donc les deux livres écrits par Nicolas Nys.
     
    Deux livres aux univers totalement différents.
     
    Les contes de la Sorcière Rose, est le premier d’une trilogie qui comportera 13 contes au total.
     
    Ce premier recueil nous narre des moments de vie d’une sorcière Rose mal aimée et sous-estimée mais qui cache une véritable puissance.
    On y retrouve le monde de Tadorannia, monde inventé et riche en histoires.
     
    Dans le tome suivant, prévu pour les fêtes de fin d’année, le village d’Amay en fera partie.
     
    « Amay m’inspire clairement. Je n’en fais pas allusion dans ce premier tome mais il y aura un petit passage dans le suivant.
     
    Si les personnages peuvent voyager d’un monde à l’autre, il n’est pas exclu qu’une histoire se passe à Amay ! »
    Parallèlement à ce premier livre de conte, Nicolas vient de sortir un roman où l’intrigue se déroule dans son village natal.
     
    Ce livre s’intitule « Sky Girl : les premiers pas d’une héroïne.
     
    « Cela parle d’une demoiselle aux pouvoirs surhumains.
     
    Et cette histoire se déroule en partie à Amay.
     
    Certaines rues sont citées. Il y a même une action qui se déroule durant le carnaval d’Amay.
     
    Mais je parle également de Huy, Liège, Namur, même si j’aime rester régional » nous dit-il encore.
     
    En fonction du succès de ce roman, un second est déjà dans son imaginaire où l’intrigue se déroulera exclusivement à Amay.
     
    Assistant social de formation, Nicolas est donc un grand passionné d’écriture, qu’elle soit scénarisée ou romancée. « J’aime beaucoup le terme « auteur ».
     
    Ainsi, je ne suis pas catégorisé dans un domaine bien précis.
     
    Je peux m’employer à tout essayer en fonction de mon ressenti ou du projet. Je peux partir sur un scénario, un conte, un roman, une chronique ».
     
    Cette passion, il la cultive depuis qu’il a fréquenté l’école de l’Abbaye de Flône.
     
    « Tout a commencé en 2003 lorsqu’un professeur nous a donné un cahier pour y tenir une sorte de journal intime. Comme je n’avais rien à dire sur moi-même, je me suis exprimé d’une autre façon.
     
    Etant fan de la saga X-Files, j’ai commencé à écrire l’histoire d’un duo policier travaillant sur les Ovnis.
     
    Aujourd’hui, j’écris toujours leurs aventures ». Au final, l’inspiration lui vient de divers milieux.
     
    « L’Histoire m’inspire mais aussi la musique. Dernièrement, j’ai été inspiré par l’album 13 d’Indochine.
     
    Mes premiers lecteurs me disent lire ça avec leur âme d’enfant alors qu’ils sont adultes, mes histoires restent avant tout bienveillantes ».
     
     
    Ces livres se destinent donc à un public large, de 7 à 77 ans.
     
    Vous pouvez dès lors retrouver « Les contes de la Sorcière Rose – Recueil 1 » au prix de 10 euros ou encore « Sky Girl » au prix de 14 euros chez Press Shop à Amay et la Dérive à Huy.
     
    Vous pouvez également les commander sur le site www.publier-un-livre.com ou encore suivre les pages facebook de Nicolas : Les Contes de la Sorcière Rose et Sky Girl : les premiers pas d’une héroïne.
     
    L’Amaytois accueillera ses lecteurs au village du livre de Beaumont le 3 et 4 octobre.
     
     
    Article par CEDRIC MONTULET
     
  • La Saint-Nicolas, c'est déjà dimanche ! Rendez-vous dans les commerces locaux !!!

    Lien permanent

    La Saint-Nicolas, c'est déjà dimanche !
    Rendez-vous dans les commerces locaux pour gâter les petits comme les grands : jouets, livres, chocolats, confiseries, bons pour des activités,… 
     
     

  • José Brumenil a repris la discothèque « Le Monastère » à Nandrin, Je ne peux pas encore tenir six mois!»

    Lien permanent

    La discothèque «Zone 51» à Nandrin: «Je ne peux pas encore tenir six mois!»

    En mars dernier, José Brumenil, ancien conducteur de chantier reprenait la discothèque bien connue, « Le Monastère ». Après avoir effectué quelques modifications, le Nandrinois inauguration son établissement devenu « la Zone 51 » le 12 mars. Seule soirée autorisée puisque le lendemain de celle-ci, le gouvernement fédéral a imposé la fermeture de tous les commerces. Depuis, Jose Brumenil n’a pas pu rouvrir et ne voulait pas rester les bras croisés. Il avait en tête d’ouvrir une brasserie attenante à la discothèque. Et pour compenser les pertes financières, il avait décidé d’accélérer le chantier de la brasserie pour ouvrir dès que possible.

    Vendredi dernier, le comité de concertation a annoncé que l’horeca resterait portes closes jusqu’au 15 janvier minimum. Une décision difficile à encaisser. « Cela devient difficile à gérer et financièrement aussi. J’ai pu ouvrir seulement une soirée, avec quelques rentrées. Mais depuis, je n’ai plus rien. C’est un véritable cauchemar », nous confie-t-il.

    « Repartir sur une vraie bonne base »

    Le souhait de José, comme de nombreux indépendants dans l’horeca était évidemment que ces mesures ne soient pas prolongées. « J’espérais combler tout doucement à gauche et à droite les dépenses que j’ai eues. Dès que le gouvernement donnera le feu vert pour les restaurants, je suis prêt à ouvrir la brasserie. Mais en prenant du recul, je me dis qu’il vaut mieux tenir quinze jours de plus et de repartir sur une vraie bonne base ».

     

    La « brasserie 51 » sera ouverte sept jours sur sept, toute l’année. José Brumenil proposera une carte restreinte. L’objectif étant de travailler avec des produits frais. « Je me réjouis d’ouvrir mais la situation est décourageante. Cela devient désespérant. Est-ce que je vais avoir l’occasion d’ouvrir un jour ? Je ne peux pas tenir encore le coup six mois. Si rien ne rentre, cela va coincer quelque part un moment donné », s’interroge le Nandrinois.

    Ce dernier ne bénéficie pas du droit passerelle. « À part 5.000 euros au début, je n’ai eu droit à rien », regrette-t-il mais il reste optimiste malgré la situation compliquée.

     

     

    Article de Par Amélie Dubois

     

    Article complet Sudinfo  Clic ici 

  • Une idée cadeau ? Cidrerie du Condroz !!!

    Lien permanent

     
    Du cidre à table ou sous le sapin? 
    Cette année, nous organisons une vente directe de notre cidrerie à votre salon. Une livraison, sur le pas de votre porte, par un de vos cidriers préférés. 
    En offrant nos produits, vous soutenez un projet durable, écologique et citoyen tout en dégustant de bonnes choses... 
    Un bulle locale, gourmande et naturelle à l'apéro? Un verre de Condrine avec le dessert ou un petit Condreau pour finir le repas?
     
    Ou mieux, un coffret découverte de nos trois produits, dans un bel emballage (recyclé) avec leurs descriptions à poser sous le sapin? 
     Une seule adresse (avec toutes les infos) : http://www.cidrerieducondroz.be/commande
    Ps : C'est la blogueuse culinaire qui est derrière la photo de notre Condrine.
    Une fantastique source d'inspiration pour vos menus de fêtes!
     

    Lire la suite

  • Urgence sociale : deux outils mis en place par la Wallonie

    Lien permanent

    La crise du coronavirus est difficile à gérer pour tout un chacun mais elle fragilise également d'autant plus les personnes qui en temps « normal » devaient déjà affronter de nombreuses difficultés. En effet, les personnes précarisées, porteuses de handicap, en détresse psychologique ou en situation de difficulté sociale importante sont souvent plus démunies face à la crise sanitaire.

    Pour aider ces personnes en difficulté, la Wallonie met en place un service d'aides aux urgences sociales, et ce via deux canaux : le renforcement du numéro vert 1718 et la mise à disposition de FAQ spécifiques sur le site luttepauvrete.wallonie.be

    Renforcement du 1718 (numéro gratuit de l'administration wallonne)

    L'équipe du 1718 a été renforcée. Les agents ont été formés dans un temps record à répondre à des questions relatives aux aides existantes en matière d'alimentation, de crédit, de logement, de situation professionnelle ou de chômage. Ils se font également le relais entre une personne en difficulté et l'interlocuteur adéquat pour l'aider (aides psychologiques, aides aux assuétudes, détresses familiales, etc.).

    Le numéro est gratuit et accessible de 8h30 à 17h tous les jours ouvrables. Pour les germanophones, composer le 1719.

    Mise à disposition de questions spécifiques sur le site luttepauvrete.wallonie.be

    Ce site a été enrichi d'une soixantaine de questions répondant aux besoins spécifiques des personnes en difficultés et envoie également vers les aides adéquates pour chacune des questions évoquées

    luttecontrelapauvrete.wallonie.be - Pour plus de facilité dans la recherche d'informations, taper des mots-clés dans la barre de recherche

     

    https://youtu.be/TWx9vpqgwEo

     

    Toutes les infos clic ici 

    Urgence sociale (wallonie.be)

  • La choucroute garnie de L'An Neuf pour le 31 décembre et 1 er janvier uniquement sur réservations par Les filles aux fourneaux

    Lien permanent

    129057742_366006188030940_6143433334590729099_n.jpg

    128320033_3982455855099311_4908317207071125733_n.jpg

  • On évite la cohue Les magasins rouvrent le 1er décembre à Huy-Waremme

    Lien permanent

    C’était une décision attendue de ce comité de concertation de vendredi. Les commerces dits « non essentiels » pourront rouvrir leurs portes le 1er décembre prochain, après une fermeture forcée décrétée début novembre au moment où l’épidémie de coronavirus reprenait une tournure inquiétante.

    « Pour les commerçants de détail, cette réouverture une excellente nouvelle », se réjouit Michel Hardenne, président de l’Union des commerçants de Waremme.

    « C’est une décision très sage. Cela va permettre aux gens d’avoir du temps de faire leurs achats de fin d’année. Rouvrir le 13 décembre comme prévu initialement aurait été terrible. Car cela n’aurait laissé que 10 jours pour réaliser l’ensemble des achats de Noël, et ça allait être la cohue », explique le Waremmien, qui appelle les citoyens à consommer local et à étaler leurs achats sur l’ensemble du mois de décembre pour ne pas se précipiter tous dans les magasins au même moment.

     

    Fin du click-and-collect

    Contrairement au premier confinement, les autorités nationales avaient autorisé et même encouragé le système de « click-and-collect » lors de la fermeture commerciale de novembre. Un dispositif « qui a ses limites » et qui n’a visiblement pas suffi à compenser les pertes économiques en cette période de fêtes. Joachim Dehaye, président de la Fédération des commerçants hutois, nous l’affirme : « Le manque à gagner est conséquent pour les commerçants, malgré le click-and-collect ».

    Gérante du magasin de jouets « Pont des Arts » à Huy, Angélique Demoulin a adopté ce système, qui lui a fort « compliqué la vie ». « Je n’étais pas prête. On n’avait pas la structure pour cette logistique, et ça prenait du temps. Je suis épuisée et je travaille jusqu’à minuit ».

    La commerçante se réjouit dès lors de rouvrir la semaine prochaine… même s’il va falloir réorganiser toute la boutique. « Mon magasin ressemble maintenant à un entrepôt. Ça va prendre du temps, mais cette réouverture est très importante. Décembre, c’est une partie énorme du chiffre d’affaires. On a déjà perdu Pâques ».

    Hannut garde les livraisons

    Le Premier ministre Alexander De Croo (Open-VLD) l’a martelé : le shopping doit se faire de manière « responsable et sécurisée ». Ainsi, le client devra être seul, porter un masque, se désinfecter les mains et fuir les foules.

    Gestionnaire du centre-ville de Hannut, Martine Noël ne craint cependant pas les foules dans les commerces de Hesbaye et croit au bon comportement des citoyens. « On l’a vu au dernier confinement : certains clients prennent du temps avant de reprendre leurs habitudes et de ressortir de chez eux ».

    La Ville de Hannut a d’ailleurs décidé de maintenir le système de livraisons gratuites mis en place pour les commerces hannutois, malgré la réouverture des commerces. « Pour ceux qui ne veulent pas prendre de risque et qui préfèrent ne pas se déplacer, on compte laisser en place les livraisons à domicile ». Le tout est désormais de voir si les clients répondront à l’appel de reprise de leurs commerces locaux, déjà fort impactés par cette crise sanitaire et économique qui dure depuis le mois de mars.

    Ro.Ma.

    Une coiffeuse hutoise: «Je suis complètement dégoûtée»

     

     

    Si les commerces peuvent rouvrir leurs portes, les salons de coiffure ainsi que les autres établissements de métiers de contact (comme les salons d’esthétique) doivent rester fermés. Une décision que n’accepte pas Flora, coiffeuse et gérante du salon LookéFlo situé à Huy.

    « Je suis complètement dégoûtée. C’est du grand n’importe quoi. C’est illogique : on ouvre les commerces… Mais les gens dans les commerces touchent à tout. Chez nous dans le salon, les clientes restent assises et ne touchent rien. Les gens sont loin les uns des autres, on désinfecte tout, on met des masques, on limite fortement le nombre de clients présents dans le salon au même moment. On fait absolument tout ce qu’il faut. Bref, ça n’a aucun sens ».

    Indépendante depuis maintenant huit ans, la coiffeuse a déjà fait d’importants investissements pour rouvrir après le premier confinement… Et elle n’a pas peur de le dire : les aides accordées ne sont pas suffisantes. «Heureusement, j’ai beaucoup de contacts avec mes clientes, qui écrivent pour me soutenir », soupire la gérante, pour qui les soins de la personne sont une véritable nécessité. « Les gens ont besoin de venir chez leur coiffeur. Les fêtes sont un moment super important sur le plan psychologique. Tout le monde veut se faire coiffer en décembre ».

    Notons que le secteur de l’Horeca reste également fermé. De même, les activités de l’événementiel et les cinémas ne rouvrent pas la semaine prochaine, contrairement aux musées qui pourront dès lundi accueillir à nouveau les visiteurs.

     

    Article de par RO MA 

     

    Article Complet Sudinfo Clic ici 

  • Les savoureux Baisers des Templiers à la Boulangerie Michaux Villers le Temple !!!

    Lien permanent

    Dégustez nos savoureux Baisers des Templiers
     
     
     

    Lire la suite

  • Pour bien préparer les fêtes !!! Les Filles aux fourneaux !!! toutes les infos et menus ici

    Lien permanent

    127888520_649733495721196_2186874049463405174_n.jpg

    Clic sur l'image pour agrandir 

    128577891_727816751447986_7445248311557820446_n.jpg

    128349397_1594168360771407_3466078806789987180_n.jpg

    128320033_3982455855099311_4908317207071125733_n.jpg

  • Une commerçante modavienne contrainte de rembourser son droit passerelle !!!

    Lien permanent

    Située au 6 Route de Modave, Li P’tite Botic existe depuis 2007 grâce à la passion de Catherine pour la décoration. Cette ancienne coiffeuse, ayant divers problèmes de santé, avait été contrainte de stopper son activité et s’était lancée en mi-temps médical.

    Ainsi, quand le premier confinement a été annoncé, Catherine, comme tout indépendant, a rempli les papiers pour bénéficier du droit passerelle auprès d’Acerta. « Ils demandaient des papiers précis et j’ai tout indiqué au centime près, avec les spécificités de mon dossier. J’ai obtenu le droit passerelle peu après, ça a été assez rapide », précise la commerçante.

    Manque de rigueur

    De ce fait, lors de ce second confinement, la Modavienne réitère sa demande, sans nouvelles. Interloquée, elle décide de prendre contact avec le groupe de services RH qui lui annonce qu’elle ne percevra pas le droit passerelle et qu’elle va devoir rembourser les sommes perçues lors du précédent confinement. « J’ai été scandalisée. En plus, au téléphone, la personne a reconnu qu’il y avait eu une erreur et qu’ils allaient regarder pour un geste commercial… En attendant, j’ai trois mois de « salaire » à rembourser pour une erreur dont je ne suis pas responsable ! Cela devrait normalement être trois fois 1.291 euros, soit près de 4.000 € », renchérit Catherine indignée.

    « C’est injuste »

    « De plus, je ne suis certainement pas la seule dans le cas car on m’a certifié que lors du premier confinement les paiements avaient été faits dans la précipitation mais c’est leur travail de le faire. C’est injuste de devoir payer le prix de leur manque de rigueur ! »

    Catherine précise également que si elle avait su dès le départ qu’elle ne pouvait pas être éligible au droit passerelle, elle aurait fait des choix différents. « Comme beaucoup, cette aide nous a permis de tenir mais si j’avais su que cet argent me serait réclamé, j’aurais fait d’autres choix, moins risqués ». Une annonce qui ébranle le moral de la commerçante à l’approche des fêtes. « Honnêtement, on va avoir difficile mais mon but ici est surtout d’informer les personnes dans la même situation pour qu’elles puissent avoir le temps de se retourner ou de trouver une solution ».

    De notre côté, nous avons tenté de joindre Acerta, sans succès. Catherine n’a toujours pas reçu de courrier officiel l’invitant à rembourser mais ce jeudi, l’INASTI lui a confirmé qu’un mi-temps médical n’est pas éligible au droit passerelle.

    4.000 euros à rembourser : Acerta réagit  

    Dans notre édition de jeudi, nous évoquions la situation de Catherine Lefèvre (51), la gérante du magasin de décoration, Li P’tite Botic, à Modave. Alors qu’elle a perçu le droit passerelle durant le premier confinement, une somme s’élevant au total à 4.000 euros, elle vient d’apprendre qu’elle allait devoir tout rembourser suite à une erreur… Elle précisait que cette erreur était due à la gestion d ’Acerta. Le fonds d’assurance (que nous avions tenté de contacter au préalable sans succès NDRL) a tenu à réagir par l’entremise de Nadine Morren, directeur Starters & Indépendants Acerta : « Nous comprenons et regrettons la situation de madame Lefèvre, mais en tant que fonds d'assurance, nous sommes l'intermédiaire entre le gouvernement et les indépendants. Nous facilitons le plus rapidement possible le versement des montants, mais nous devons -avant tout- appliquer la loi. Madame Lefèvre touchait déjà des indemnités de la mutuelle et malheureusement le droit passerelle ne peut pas être cumulé avec les indemnités de la mutuelle. Nous prendrons contact avec Madame Lefèvre pour expliquer la situation. En tant que caisse d'assurance sociale, nous avons toujours eu comme objectif de payer nos indépendants le plus rapidement possible. Nous sommes dans une situation exceptionnelle, sachez que jusqu'à présent, nous avons traité 180.000 dossiers de droit passerelle, et ce sur une période de 6 mois. Si on veut aider les indépendants le plus rapidement possible avec les mesures de soutien prévues par le gouvernement, nous n'avons pas les moyens de faire des contrôles immédiats sur les déclarations sur l'honneur que les indépendants doivent remplir. Nous préférons jouer notre rôle de facilitateur le plus strictement et rapidement possible. »
     
    Par La.Ma.
     
     
  • Endetté, Paulus ne compte pas «lâcher» le château de Modave

    Lien permanent

    Depuis mars, les salles de réception et le gîte du château de Modave, propriété de Vivaqua mais gérée par la SRL Event Catering, qui dépend de la SA Paulus, sont à l’arrêt forcé. En cause, le coronavirus évidemment. L’impact financier est énorme. La société est d’ailleurs en procédure de réorganisation judiciaire. La demande, adressée au tribunal de l’entreprise, vise à obtenir un sursis de six mois (dans un premier temps), pendant lesquels les créances sont suspendues, et ainsi éviter la faillite. En espérant que les mariages reportés à l’année prochaine pourront bien se tenir cette fois. « La requête a été acceptée par le tribunal, en mai nous devrons présenter un plan d’apurement de nos dettes en étalant les remboursements sur plusieurs années sur la globalité de la dette », nous précise Patrick Celeghin, le nouveau directeur général qui succède à Bruno Demoulin, démissionnaire.

    Perte de 90 % du chiffre d’affaires

    Dans nos pages, il y a un mois et demi, ce dernier avait rapporté les grosses difficultés financières rencontrées par le groupe depuis le coronavirus et l’annulation de quasiment toutes les unions, événements et journées d’entreprise. « Même si l’activité ne tourne pas, nous avons tout de même nos charges fixes à payer. Nous devons aussi payer les différentes assurances et débourser pour la logistique comme les camions. On doit payer cela tous les mois alors que nous n’avons pas de rentrées. Depuis mars, nous avons perdu plus de 90 % de notre chiffre d’affaires annuel, cela représente une perte de 5 millions d’euros », calculait le patron.

    Dans le rouge

    Depuis plusieurs années, le traiteur Paulus enregistre des comptes négatifs : en 2016-2017, la perte était d’1,2 million d’euros, en 2017-2018 d’1,3 million d’euros, cela se résorbait en 2018-2019 avec un compte à -1 million d’euros. Event Catering enregistrait une perte de 1,185 million d’euros en 2018-2019 même si les perspectives s’annonçaient meilleures avec l’arrêt de l’hôtel au château de Modave (transformé en gîte) et la réduction du personnel à une seule personne. La situation était donc déjà difficile, mais le Covid n’a rien arrangé. Précisons néanmoins que la SA Paulus, propriété de Pairi Daiza, présentait elle un compte positif au compte de mars 2019.

     

    15 licenciements sur toutes les entités

    Des licenciements ont été décidés : 15 collaborateurs sur 60, sur toutes les entités. Un nouveau gestionnaire sera dédié au château de Modave. « Event Catering continuera à s’occuper du château de Modave dont l’avenir n’est pas compromis, cela reste une valeur sûre du groupe, il y a beaucoup de demandes pour 2021, 2022, nous ne demandons qu’à retravailler », assure Patrick Celeghin.

     

    Article de par AG 

     

    Article Complet Sudinfo Clic ici  

  • Ca y est, c'est officiel ! le magasin Extra ouvre dès mardi 1er décembre 2020 !!!

    Lien permanent

    L'annonce de la page Facebook Extra

     

     

    Ca y est, c'est officiel ! Nous rouvrons nos magasins ce mardi 1er décembre ,

     On est tellement content de pouvoir vous revoir, toutes nos équipes sont sur les chapeaux de roue pour que tout soit prêts ce mardi  À très très vite ! 

     

     

     

  • BLACK FRIDAY chez FAUNE ET FLORE !!! soutenons nos indépendants !!!!

    Lien permanent

     

     

     BLACK FRIDAY chez FAUNE ET FLORE 
    **Remise sur la gamme des Barbecues valable uniquement ces vendredi 27, samedi 28 et lundi 30 novembre**
    Vous retrouverez en image l'album photos de toutes nos offres avec les remises spéciales Black Friday dont voici le descriptif:
     
    -10% sur l’ensemble de la gamme OFYR de stock* (liste disponible sur demande en MP), offre valable pour une commande d'un ensemble Ofyr + une grille et/ou un couvercle et/ou une paire de gants.
    -15% sur l’ensemble de la gamme des barbecues à gaz neufs, emballés, non montés des marques Napoleon* et Broil King* de stock.
    -20% et plus sur certains modèles d’exposition au charbon et gaz.
     
    Pour des informations complémentaires sur ces produits et d'autres, vous pourrez nous joindre par téléphone au 085512314, par MP ou par mail sur info@fauneetflore.be.
     
    Etant en effectif réduit, nous privilégions le "click and collect" cependant, les livraisons restent toujours possible dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg.
     
    *Attention, le stock est limité sur certains modèles !
     
     
    Rue de Dinant, 11 4550 Nandrin, Belgique
     
     

  • BLACK FRIDAY -50% sur toutes les montures chez Pierric Optic Scry-Nandrin

    Lien permanent

     

    BLACK FRIDAY -50% sur toutes les montures 
    Contactez nous pour un RDV :
    Pierric Optic Ste Walburge :04/226.68.51
    Pierric Optic Citadelle : 04/253.24.33
    Pierric Optic St Nicolas : 04/226.57.86
    Pierric Optic Scry : 0470/62.43.13

     

  • Un marché de noël se prépare sur Moncondroz.be !

    Lien permanent

    En soutien aux artisans, indépendants, restaurateurs et créateurs du territoire, les partenaires de MonCondroz.be se sont mobilisés pour mettre en place un marché de Noël virtuel dédié aux artisans, indépendants, créateurs et restaurateurs de notre belle région. Il sera ouvert du 1er décembre au 31 janvier.


    L’objectif est double :
    D’une part, mettre en avant le travail passionné et le savoir-faire de nos artisans, restaurateurs et indépendants. Une vitrine et une e-boutique proposeront de nombreux produits et créations uniques : artisanat d’art et décoration, bijoux et mode, épicerie, alimentation et plats à emporter
    D’autre part, offrir aux condrusiens la possibilité de déambuler, depuis leur ordinateur, dans les allées d’un marché de Noël, de découvrir le chalet de chaque artisan ou indépendant de notre région et soutenir l’économie locale en choisissant des cadeaux et des menus de fêtes made in Condroz.
    Flocons, guirlandes, cadeaux, gourmandises … L’ambiance de Noël est garantie.
    Nous serons ravis de vous en dire plus sur ce très beau projet de fin d’année, n’hésitez pas à nous contacter.
    Les partenaires de MonCondroz :

     

    Infos et contact :
    Audrey Melotte
    Chargée Mission Economie
    audrey@condroz-famenne.be
    0486.52.74.55 Kathleen Vanhandenhoven
    Chargée Mission Economie
    kathleen@galcondruses.be
    0477.79.50.04
    https://moncondroz.be/le-marche-de-noel-virtuel-du-condroz/
    https://www.facebook.com/MonCondrozBE