ramelot benoit

  • Après les tensions, les libéraux font front à Nandrin

    Lien permanent

    MRNandrin source Sudinfo.JPG

    Ce week-end, les affiliés en ordre de cotisation au MR étaient appelés à élire leur président de section locale. A Nandrin, c’est Guy Mottet (Tous Ensemble) qui a remporté l’unanimité des suffrages (9 voix).

    Ses vice-présidents sont Benoît Ramelot (TE aussi) et Marc Evrard (chef de file d’Union Pour Nandrin).

    Les tensions au sein de la locale libérale semblent oubliées, tous les regards sont à présent braqués sur les élections communales de 2018. Avant de créer une liste unique ?

     

    À deux ans de l’échéance des élections communales, les libéraux nandrinois misent sur le rassemblement. Leur unité avait en effet volé en éclats lorsqu’en 2009, Marc Evrard avait quitté la majorité PS-MR pour siéger comme indépendant, avant de rejoindre la liste citoyenne de Jeannick Piron en 2012, créant de la sorte deux groupes distincts composés de membres libéraux (TE et PN).

    Une scission qui n’avait pas payé pour le parti puisque les deux groupes se sont retrouvés dans l’opposition, après 18 ans de majorité.

    Le renouvellement de la locale MR nandrinoise n’avait pas arrangé les choses : Marianne Delrée avait emporté la présidence face à Marc Evrard qui n’avait obtenu aucun poste-clé et se sentait exclu, lui et ses colistiers Pour Nandrin.

    Les volontés d’apaisement n’avaient pas suffi à calmer les tensions internes.

    Depuis ce week-end, la locale connaît un nouveau président : Guy Mottet (Tous Ensemble), actuel conseiller communal MR avec le plus d’expérience (22 ans au conseil communal, plus 2 ans au conseil de l’action sociale, mais aussi deux fois échevin de l’enseignement et une fois président du CPAS).

    Il a été élu à l’unanimité des neuf voix émises. «  A cet instant de ma carrière politique, j’avais envie de m’impliquer à ce niveau au sein de la locale  », confie Guy Mottet.

    Sa volonté n’est autre que de rassembler les troupes. La nomination des vice-présidents Benoît Ramelot (TE) et Marc Evrard (uPN) en est la preuve. «  Notre trio me semble légitime. Nous avons actuellement à Nandrin deux listes différentes comprenant des membres MR.

    L’objectif est de retrouver une place au sein de la prochaine majorité. Comment ? Ce sera à la locale de le décider mais nous inviterons tous les membres MR, sans discrimination.

    Je souhaite le soutien de tous, qu’importe la liste sur laquelle il se trouve, et retrouver un dynamisme collectif  », assure le nouveau président de la section locale. Un premier pas avant de créer une unique liste libérale en 2018 ?

    «  Ce n’est pas à moi de le décider seul. Il faut en tout cas aller de l’avant et mon souhait personnel est de ne laisser personne, et surtout pas les personnes actives, sur le carreau.

    Il faudra trouver la meilleure solution pour rentrer dans la majorité. Mais les élections ne représentent pas le seul objectif, il faut que le groupe MR continue à vivre longtemps. Et je suis optimiste  », conclut-il.

     

    Source 

    PAR Annick .Govaers 

    L'ACTU DE HUY WAREMME

  • « Pour Nandrin » quitte le conseil communal

    Lien permanent

     

    pour nandrin la meuse.JPG

    Le groupe d’opposition rejette le budget

    Le Conseil de Nandrin a fini dans la stupeur, ce mardi soir.
    Après la présentation du budget 2015 par le bourgmestre, le groupe d’opposition « Pour Nandrin » a lu une lettre fustigeant le manque de perspectives et de projets de la majorité et a quitté la séance. 
    Michel Lemmens assume quant à lui le budget à l’équilibre et la dette maîtrisée de sa commune.
     
    PowerPoint à l’appui, le bourgmestre PS de Nandrin,Michel Lemmens, a présenté un budget communal 2015 à l’équilibre.
     A l’ordinaire, les recettes à l’exercice propre s’élèvent à 6,372 millions et les dépenses à 6,363 millions,soit un boni de 9.400 euros. Le résultat général se monte à 400.500 euros.
     On enregistre 297.000 euros au fonds de réserve.
    «75 % des recettes de la commune proviennent de la fiscalité.
     Les Nandrinois sont riches mais Nandrin n’est pas une commune riche, elle dispose de peu de recettes propres.
     Au niveau des dépenses, il n’y a pas eu de nouveaux engagements au sein du personnel communal (qui représente 44 % des dépenses) depuis 10 ans.
    Les transferts (à des tiers comme le CPAS qui reçoit 10.000 euros supplémentaires de dotation, le SRI etc.)
    sont en évolution constante. 
    Et la dette communale est stable (3,165 millions) et va continuer à baisser.
    Fin 2015, elle tombera à 2,791 millions d’euros car aucun nouvel emprunt ne devrait être souscrit en 2015 (comme depuis 2011). 
    La fiscalité de base est inchangée depuis 2011 et nous avons prévu le coût du Service régional d’incendie de Huy pour 2015 », détaille Michel Lemmens.
    A l’extraordinaire, les recettes sont de 122.000 euros et les dépenses de 540.900 euros, soit un mali de 418.900 euros compensé par un prélèvement sur le fonds de réserve et le budget ordinaire de sorte que le résultat général est nul. 
    Le fonds de réserve extraordinaire se chiffre désormais à 66.800 euros.
     Parmi les projets, deux études sont budgétisées à 250.000 euros : la rénovation de la maison de village de Villers-le-Temple (la priorité) et la nouvelle administration communale regroupant le CPAS. 
    «Le budget ne comprend certes pas de grands projets mais ceux-ci viendront au moment de l’injection du compte 2014 », précisent le mayeur et échevin des finances.
    Et de conclure sur une nécessaire prudence pour les budgets futurs.
    Marc Evrard, de l’opposition « Pour Nandrin » s’est inquiété de l’évolution de la dette.
     «Avec la nouvelle maison communale, la dette va grimper à 3,5 millions. 
    Ce n’est pas prudent. » Il a ensuite lu une lettre dénonçant la vacuité du budget «fade et sans matière pour la 3e année consécutive », le comparant au Beaujolais nouveau.
     «La majorité n’applique pas son programme.
    Le rapport d’activités 2014 est criant, il ne s’agit que d’un catalogue de bonnes intentions.
     La dette diminue, la preuve que vous ne faites plus rien », assène-t-il. 
    Les trois conseillers se sont levés et ont quitté le Conseil en guise de contestation. 
    «S’il n’aime pas le Beaujolais, qu’il boive de la limonade.
    Ce budget n’a rien de gênant.
    Quant aux projets futurs, nous aurons une réserve de 1,5 million en 2015 avec l’espoir d’un investissement de 2 millions en 2016.
     La dette ne sera pas impactée », a commenté le mayeur.
     
    Article de ANNICK GOVAERS Pour La Meuse .
     
    L’AUTRE OPPOSITION « TOUS ENSEMBLE »
     
    Alain Henry : « Partir de la sorte était exagéré »
     
    Le geste fort de « Pour Nandrin » a choqué le Conseil. 
    Après son départ, Eric Cop de l’opposition « Tous Ensemble » a glissé à l’adresse de Michel Lemmens : «On peut vous critiquer comme bourgmestre, mais pour les finances,vous êtes l’un des plus aptes à les réaliser ».
     «Les joutes verbales entre Marc Evrard et Michel Lemmens, c’est de pire en pire. 
    Je ne tiens ni pour l’un ni pour l’autre. 
    Ce que Pour Nandrin a fait me semble exagéré. 
    Je ne suis pas d’accord avec le fait que la commune soit mal gérée,c’est vrai que la majorité ne fait pas grand-chose mais tout le personnel communal est payé en temps et en heure et on rembourse la dette.
    En plus, avec tous les transferts (pompiers, police) qui augmentent,il faut faire attention. 
    Perso, je m’oppose au projet d’une nouvelle maison communale », déclare le conseiller Alain Henry. 
    Les trois représentants de TE (Guy Mottet et Benoît Ramelot étant absents) se sont abstenus au moment du vote du budget.