prery

  • le Grand Feu aura bien lieu les 8 et 9 mars 2019, au Péry Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    Comme vous l’annoncions la semaine passée, l’ACAN, l’association des commerçants et artisans de Nandrin, a cessé ses activités.

    Organisatrice du Grand Feu de Nandrin depuis des dizaines d’années, elle ne va donc plus s’en charger et les craintes étaient vives concernant l’avenir de cette fête populaire nandrinoise.

    Finalement, le Grand Feu aura bien lieu les 8 et 9 mars prochains, au Péry.

    C’est le comité culturel local et HDB Production (qui s’occupe déjà du Festival de Nandrin) qui ont repris l’organisation.

    « Quand on a appris que l’ACAN arrêtait, on a voulu que le Grand Feu continue. Si on stoppe une année, après c’est plus dur à relancer. On ne voulait pas que cette activité nandrinoise se perde », confie Jean François Dethier, de HDB Production.

    L’événement se déroulera sur le même site que d’habitude (le parking du foot). Il se déroule sur deux jours, en partie à l’extérieur et en partie sous chapiteau. Le vendredi 8 mars est consacré à la soirée électro des jeunes ( avec DJ Tawfik et DJ Charles-X). « Elle s’arrêtera vers 1h30 du matin.

    L’entrée est fixée à 7 euros », précise-t-il.

    Les préventes sont disponibles sur le site internet www.livecafe.be.

    Le samedi est plus familial avec la présence de clowns, magiciens, cracheurs et jongleurs de feu, du grimage etc. Il y aura évidemment le grand feu en lui-même, de la petite restauration ainsi qu’une soirée dansante autour des années 1980.

    PAS DE FEU D’ARTIFICE

    « Toute la journée de samedi, l’entrée sera gratuite. La soirée s’achèvera vers 1 heures. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour déranger le moins possible le voisinage », souligne Jean François Dethier, faisant allusion aux problèmes du passé.

    Cette année, il n’y aura d’ailleurs pas de feu d’artifice. « On a décidé de commun accord avec la commune de ne pas en organiser un cette année, en tout cas pour cette édition, pour éviter le bruit, les éventuelles retombées chez les voisins, et les nuisances envers les animaux. »

    Du côté du bourgmestre, on supporte cette organisation à 100%. « On soutient toutes les organisations qui stimulent la vie communale, d’autant plus que le Grand Feu a un certain passé.

    Il existe depuis au moins 1977, même si c’était à l’époque sous une autre forme », se souvient Michel Lemmens. Quant à la fin de l’ACAN, le mayeur la regrette mais espère avoir un nouvel interlocuteur représentatif qui serve de relais avec les commerçants tout prochainement.

    « J’ai eu des contacts en ce sens. »

    Article de - A.G

    Source