politique

  • Les travaux visibles sont prévus pour Pâques sur la N63 à Nandrin

    Le permis pour le rond-point du Monastère n’a pas expiré.

    En avril dernier, le Collège nandrinois avait annoncé des nouvelles rassurantes au sujet du futur rond-point du Monastère, sur la route du Condroz.

    « Il nous a été promis par la Région que le rond-point du Monastère serait réalisé dans un délai relativement bref », avait déclaré l’échevine Charlotte Tilman.

    Les travaux devaient commencer rapidement pour que le permis accordé il y a belle lurette ne tombe pas à l’eau, ce qui aurait eu pour conséquence désastreuse de reprendre le dossier à zéro.

    Concrètement, ils devaient être suffisamment avancés avant la péremption du permis, fin juillet. Or, à ce jour, aucun chantier visible n’apparaît à cet endroit précis.

    Cela signifie-t-il que le permis a expiré ? « Non, rassure l’échevine Charlotte Tilman.

    Avec l’entrée en vigueur du CoDT, le permis est accordé pour cinq ans (avec possibilité de prorogation de deux ans), au lieu de deux ans précédemment (avec prorogation d’un an). La loi étant directement applicable, cela s’applique à notre permis depuis sa date de délivrance. Il est donc toujours valable. »

    Elle espère toutefois que cette marge ne justifiera pas de la part du SPW un report des travaux. Le bourgmestre, Michel Lemmens, se veut confiant.

    « Les travaux visibles sont prévus pour Pâques, avec 220 jours ouvrables pour la réalisation du giratoire mais aussi des aménagements centraux (dont nous n’avons toujours pas vu les plans).

    Les choses sont engagées, il est pratiquement impossible de faire machine arrière.

    Avec le contexte politique actuel, je ne suis toutefois sûr de rien… », glisse le mayeur PS.

    « Cela dit, de petites choses non visibles ont été ou sont sur le point d’être faites, comme le déplacement des impétrants », ajoute-t-il. -

    ANNICK GOVAERS

     

    Clic ici Un parking d’une 40aine de places sera créé au niveau du Monastère

     

    1147395687.25.JPG

  • Cérémonie du 21 juillet 2017 le 30 juillet 2017 à Villers le Temple Nandrin en photos

    les associations patriotiques, les Porte-Drapeau  étaient réuni pour un 21 juillet 2017 légèrement différé au dimanche 30 juillet , certainement en raison de la date et des vacances , peu d'Elus présent, une cérémonie patriotique avec  messe en l'Eglise de Villers-le-Temple, ensuite cérémonie patriotique au monument avec le dépôt des fleurs , les discours de Tony Evelette et du bourgmestre faisant fonction Daniel Pollain .

    Et le verre de l'amitié sur la place de Villers le Temple au café des sports de chez Sandrine .

    F.N.C. Fraiture et Environs" toujours présent et bien représenté sur le Condroz .

    "Le devoir de mémoire est une expression qui désigne une obligation morale de se souvenir d'un événement historique "

    Voir l'album photos clic ici 

  • Conseil Communal de Nandrin le 26 juin 2017 points complémentaires de uPN "Pour Nandrin"

    Point Complémentaires uPN Pour Nandrin Conseil Communal 26 juin 2017 clic ici p1.JPG

    Point Complémentaire 1 

    Concerne : ordre du jour du prochain conseil communal.

    Monsieur le Bourgmestre,
    En vertu de l’article L1122-24 §3 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation, nous souhaiterions introduire le point complémentaire suivant à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil communal.
    OBJET : Enseignement fondamental – Organisation de l’année scolaire 2017-2018.
    Note explicative.
    Le premier point du huis clos de l’ordre du jour du conseil communal du 26 juin 2017 concerne une décision relative à l’organisation de l’année scolaire 20172018 de l’enseignement fondamental communal.
    La proposition d’organisation qui est présentée résulte de choix politiques retenus par le collège communal, et qui ont notamment été débattus au sein de la commission paritaire locale lors des réunions des 7 et 15 juin.
    Ces choix n’ayant pas abouti à une unanimité des positions, il nous semble nécessaire dans l’intérêt des enfants scolarisés dans ces établissements, que le débat relatif à l’organisation des écoles de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple pendant l’année scolaire 2017-2018 et celui relatif à la part de prise en charge du capital-périodes par le pouvoir organisateur soit effectué séparément et de façon préliminaire aux décisions devant découler de ces choix et se rapportant aux membres du personnel.
    Pour ces raisons, la présente proposition vise à scinder en deux le projet de délibération qui nous a été transmis, ce qui pour le surplus permettra de rendre publiques les différentes options qui se présentent en la matière, ainsi que la motivation des choix retenus.

    Nandrin, le 19 juin 2017
    (Dénomination électorale : ‘Pour Nandrin’) - a.s.b.l. - Parc de la Gotte, 6 4550 Nandrin
    Commune de Nandrin Michel Lemmens, Bourgmestre Place Ovide Musin, 1 4550 NANDRIN




    Point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil communal
    LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique,
    Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment les articles L1122-20, L1122-21 et L1122-30 ; Vu les lois sur l’enseignement primaire, coordonnées par l’Arrêté Royal du 20 Août 1957 ; Vu la loi du 29 mai 1959 modifiant certaines dispositions de la législation sur l’enseignement ; Vu l’arrêté Royal du 02 Août 1984, portant rationalisation et programmation de l’enseignement maternel et primaire ordinaire ; Vu le décret du 13 juillet 1998, portant sur l’organisation de l’enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la règlementation de l’enseignement ; Vu qu’à la lecture des procès-verbaux de la commission paritaire locale des 7 et 15 juin 2017 il apparaît qu’aucun consensus relatif à l’organisation scolaire et à l’utilisation du capital-périodes n’a pu être établi au terme de ces réunions ; Vu qu’il appartient à présent au conseil communal de se prononcer sur cette question ; Vu que la prise en compte des intérêts des élèves doit être prioritaire par rapport à la prise en compte de ceux des enseignants et qu’il découle de ce fait que les décisions concernant ces derniers doivent être subordonnées à celles relatives à l’organisation scolaire ; Vu que pour ce faire, il apparait nécessaire de scinder en deux le projet de délibération proposé ; Sur proposition du groupe « union Pour Nandrin » (dénomination électorale « Pour Nandrin ») ; Après en avoir délibéré, par … voix « pour », … voix « contre », et … absentions
    DECIDE : Article 1er – Les décisions relatives à l’organisation scolaire et à l’utilisation du capital-périodes (partie 1) sont séparées des décisions relatives aux membres du personnel (partie 2) et feront l’objet d’un vote séparé.
    Article 2 – Les débats et le vote relatifs à la partie 1, qui comporte l’ensemble du projet de délibération à l’exception de la dernière ligne se déroulent en séance publique conformément à l’article L1122-20 du code de la démocratie locale et de la décentralisation.
    Article 3 - Les débats et le vote relatifs à la partie 2 qui se compose de la dernière ligne du projet de délibération (mise en disponibilité par défaut d’emploi et réaffectation de membres de personnel – néant) sont maintenus à huis-clos conformément à l’article L1122-21 du code de la démocratie locale et de la décentralisation.



    Marc EVRARD, Didier MAKA, Bogdan PIOTROWSKI

     

    Point complémentaire 2 

    Concerne : ordre du jour du prochain conseil communal.

    Monsieur le Bourgmestre,
    En vertu de l’article L1122-24 §3 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation, nous souhaiterions introduire le point complémentaire suivant à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil communal.
    OBJET : Subsides aux associations – HDB production.
    Note explicative.
    Le 19 décembre 2016, le conseil communal de Nandrin a accordé un subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production.
    Le groupe « union Pour nandrin » a émis un vote défavorable en raison d’un manque de clarté et en l’absence de toute information relative à l’utilisation de ce subside.
    Quelques semaines plus tard, le collège communal a pris la décision d’accorder cette subvention en exonérant son bénéficiaire de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation.
    A présent, il apparait que cette subvention sert à soutenir de façon inconditionnelle le nouveau « Nandrin Festival » qui se déroulera très prochainement sur la place de Nandrin.
    Cependant, bien qu’il en soutien l’initiative, le groupe « union Pour Nandrin » ne se range pas derrière l’idée qu’un tel soutien doit être fourni inconditionnellement. S’agissant d’argent public et plus particulièrement de l’argent issu des impôts des nandrinois, une telle démarche doit être envisagée dans une perspective de poursuite d’un but d’intérêt général et d’intérêt pour les habitants de l’entité. Cependant il s’avère que le public ciblé s’étend bien au-delà des limites communales, et qu’au regard du prix d’entrée, l’accès à ces festivités n’est plus à la portée de toutes les familles nandrinoises.
    Ainsi, plutôt que d’accorder inconditionnellement de telles aides, le groupe « union Pour Nandrin » souhaite que les subventions octroyées à ces organisateurs soient conditionnées au droit de chaque citoyen nandrinois à pouvoir accéder librement à ces festivités, quitte à procéder à une réévaluation et à un réajustement ultérieur de l’aide apportée à cette association.
    Nandrin, le 19 juin 2017
    (Dénomination électorale : ‘Pour Nandrin’) a.s.b.l. - Parc de la Gotte, 6 4550 Nandrin
    Commune de Nandrin Michel Lemmens, Bourgmestre Place Ovide Musin, 1 4550 NANDRIN




    Point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil communal
    LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique, Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment l’article L1122-30 et L1122-37 ainsi que les articles L3331-1 à 8 traitant de l’octroi et de l’utilisation de certaines subventions ; Vu le subside de 3000 euros inscrit dans le budget communal à l’attention de l’a.s.b.l. HDB production, et adopté par celui-ci en date du 19 décembre 2016 ; Vu la délibération du conseil communal du 22 octobre 2013 délégant au collège communal la compétence d’octroyer certaines subventions ; Vu que le collège communal a accordé en début d’année 2017 ce subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production en exonérant cette association de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation ; Vu que les subventions accordées par le collège dans le cadre de la délégation de pouvoir reçue par le conseil sont in fine soumises à la ratification du conseil via le rapport du collège au moment de l’approbation des comptes communaux ; Vu que cette association bénéficie également d’une participation en nature importante de la part de la commune de Nandrin telles que la mise à disposition gratuite de terrains et d’infrastructures, de matériel, de véhicules et de main d’œuvre notamment ; Vu que la plupart des Nandrinois participent également à l’établissement de cette manifestation par l’acceptation de nuisances importantes qu’elle produit ; Vu les finances communales ; Sur proposition du groupe « union Pour Nandrin » (dénomination électorale « Pour Nandrin ») ; Après en avoir délibéré, par … voix « pour », … voix « contre », et … absentions
    DECIDE : Article 1er – d’aligner le prix de mise à disposition de l’espace public communal en vue de la réalisation de la manifestation dite « Nandrin Festival » prévue ces 30 juin, 1er et 2 Juillet 2017 sur la place Botty à Nandrin à celui fixé pour les manifestations foraines ;
    Article 2 – de conditionner l’octroi d’une subvention en nature couvrant les coûts engendrés par la participation des services communaux et ceux résultant de la mise à disposition des terrains communaux, à l’entrée gratuite des citoyens nandrinois sur le site, toute la durée de ladite manifestation ;
    Article 3 – Sur base de la présentation d’une comptabilité précise, complète et détaillée couvrant l’ensemble des coûts relatifs à l’organisation de l’évènement, une évaluation de l’impact financier de cette mesure sera établie par le conseil communal qui pourra le cas échéant décider de compenser en tout ou en partie les pertes éventuelles induites par cette décision.




    Marc EVRARD, Didier MAKA, Bogdan PIOTROWSKI 

     

  • Nandrinois L’accès à Cumuleo.be est gratuit

    Un nouvel outil informatique pour aller chercher le dernier carat…

     Le concepteur de Cumuleo a dû ajouter 700 mandats à nos élus qui avaient « oublié » de les déclarer (entre 2004 et aujourd’hui).

     L’accès à Cumuleo.be clic ici est gratuit « et le restera » mais si vous voulez connaître le montant des mandats rémunérés, vous devez devenir « ami » de Cumuleo et payer 1 euro par mois (ou plus si vous voulez).

     Projet : pour gagner en transparence (« et éviter les abus »), Christophe Van Gheluwe a un nouveau projet.

    Ainsi, pour vraiment découvrir tous les mandats des hommes politiques, il tente de développer un outil informatique qui lui permettrait d’aller chercher le dernier carat des mandats non déclarés dans le Moniteur belge, sa principale source d’information.

    « Quand on lance une recherche dans le Moniteur, elle ne s’effectue pas de manière automatique dans les actes constitutifs des sociétés et des ASBL.

    Or, pas mal de mandataires ne déclarent pas leur appartenance dans des associations. Cela permettrait peut-être de comprendre pourquoi telle ASBL a décroché tel subside public ».

     Le même Van Gheluwe a aussi lancé transparencia.be clic ici , pour rendre les documents administratifs accessibles au public « comme le veut notre Constitution ».

    Un exemple ?

    « Les bourgmestres bruxellois rechignent à rendre public le registre de sécurité sur l’amiante dans les écoles et les logements sociaux ».

     F. DE H

    https://www.cumuleo.be/

     

    https://transparencia.be/

     

    1147395687.25.JPG

     

  • Il lancé officiellement sa chaîne YouTube

    Patrick Lecerf lance sa chaîne YouTube clic ici

    Le député wallon MR (par ailleurs bourgmestre en titre de la commune de Hamoir) compte publier régulièrement, en fonction des circonstances, des vidéos qui interpellent les citoyens. «  L’idée est venue de mes trois collaboratrices au parlement qui trouvaient sympa de se servir de ce nouveau canal pour rendre compte de considérations, de visites et de rencontres, plutôt que d’utiliser un support écrit. Cela permet de disposer d’un créneau de communication supplémentaire. Elles vont alimenter, filmer, monter, à un niveau modeste bien sûr  », explique l’intéressé.

    « Faire réagir »

    L’objectif est double: rendre compte de l’activité parlementaire de Patrick Lecerf «  ce qui n’est pas facile de faire sur Facebook  » et faire réagir les internautes.

    « Je souhaite aborder des sujets suscitant une question à la fin de la vidéo, pour que les gens réagissent dans les commentaires. Pas sur tous les sujets d’actualité, mais ceux présentés dans les commissions parlementaires où je suis actif, cela peut toucher à l’enseignement, l’environnement... J’aimerais notamment évoquer le glyphosate, demander l’avis des citoyens.

    Je ne suis pas un acharné des nouvelles technologies, mais je trouve que ce canal peut amener les gens qui n’osent pas donner leur avis à s’exprimer. Ce qui compte, c’est de rendre la parole aux gens  », évoque le député. La chaîne, qui ne compte pour l’heure que 7 abonnés, comprend une autre vidéo mettant en scène Patrick Lecerf et Georges-Louis Bouchez.

    «  Je lui ai demandé de résumer en 1 minute 30 de l’allocation universelle. En espérant que les gens réagissent en commentant la vidéo, sinon cette chaîne n’a pas d’intérêt  », souligne Patrick Lecerf.

    1147395687.25.JPG

     

    Lire la suite

  • Dédoublement des classes à Villers et Saint-Séverin école communale de Nandrin

    «  Le PO de Nandrin va intervenir pour 35 périodes (ce qui équivaut à un peu moins d’1,5 temps plein) afin de renforcer l’encadrement scolaire.

    Cela va permettre d’organiser 6 classes primaires à Villers-Le-Temple au lieu de 5 si le PO s’était contenté des périodes octroyées par la Fédération Wallonie-Bruxelles et 6 classes primaires également à Saint-Séverin au lieu de 4  », annonce Daniel Pollain, échevin de l’enseignement de Nandrin.

    Conséquence, les classes visées seront moins peuplées.

    «  C’est la première année que le PO intervient pour autant de périodes. La Fédération Wallonie-Bruxelles paie les enseignants en fonction du nombre d’élèves (212 en tout à Nandrin) et cela évolue d’année en année.

    Face au constat de certaines classes surpeuplées, soit on ne fait rien, soit on intervient pour soulager les classes et assurer un meilleur encadrement. On a choisi la deuxième option  », poursuit-il.

    Le nombre de périodes octroyé à l’enseignement primaire à Nandrin par la Fédération Wallonie-Bruxelles est de 258 pour la rentrée 2017-2018.

    En équivalent temps plein, 258 périodes plus 35 périodes représentent une quinzaine d’emplois.

    AG

     

    1147395687.25.JPG

     

  • Une liste citoyenne la campagne est lancée à Nandrin

    À 500 jours des élections communales, uPN lance officiellement sa campagne.

    Le groupe tient à constituer une liste citoyenne (l’idée de départ en 2012), ouverte donc à la société civile : « 50 % de civils et 50 % de politiques ».

    « UPN veut rassembler de multiples sensibilités, tant que les préoccupations des citoyens priment. La venue de Daniel Giltay en est l’illustration », souligne Marc Evrard.

    Un brassage multi-tendances signifie-t-il un rapprochement avec des membres de la majorité ou de l’autre groupe d’opposition?

    « Il n’y a pas d’exclusive. »

    A.G

     


    1147395687.25.JPG

  • Les comptes au conseil communal de Nandrin

    Le conseil communal a aussi examiné les comptes 2016 du CPAS.

    Murielle Brandt, nouvelle présidente de l’action sociale, a lu le rapport d’activité.

    Le compte budgétaire ordinaire se clôture avec un boni de 33.505 euros.

    8 élus ont voté pour, 5 se sont abstenus (l’opposition).

    Michel Lemmens a enchaîné avec les comptes communaux 2016. Le compte budgétaire ordinaire s’élève à 940.249 euros, « grâce à la récupération d’une partie du retard d’enrôlement », précise-t-il.

    « La situation est saine puisque notre ré- serve est supérieure à notre dette (dont la moitié est à taux négatif), que nous avons encore 832.000€ de créances qu’on nous doit et de l’argent en réserve pour les pensions », résume-t-il. La durée (7,5 ans) de la dette a augmenté puisque la commune a contracté un emprunt de 950.000 euros en 2016, « ce qui est faible pour une dette publique ».

    Le bourgmestre craint les effets du tax shift sur les finances locales, et la nouvelle clé de répartition pour les pompiers. Marc Evrard a regretté que les comptes ne soient pas plus proches des prévisions budgétaires et a épinglé l’effort demandé aux fabriques, associations, police et pompiers etc.

    « alors que la commune ne montre pas l’exemple avec la nouvelle administration communale. »

    Le point s’est soldé par 9 oui et 6 abstentions. 

    AG 

    1147395687.25.JPG

  • Une nouvelle liste communale chez nos voisins "Agir Ensemble" a eu 150 réponses à leur référendum

    Le groupe politique Agir Ensemble a récemment procédé au dépouillement du référendum lancé dans les foyers ouffetois au début du mois. Pour rappel, le groupe a interrogé via un courrier distribué auprès des citoyens de la commune leurs idées, leurs inquiétudes ou encore leurs besoins. Agir Ensemble a ainsi récolté plus de 150 réponses. « On est agréablement surpris de cette participation », sourit Arnaud Stiepen, du groupe.

    « On est ravi d’avoir obtenu des réponses aussi diversifiées. Parfois, elles évoquent un micro-problème très précis, comme devant une maison, et parfois il s’agit d’idées plus globales à l’échelle d’une rue ou d’un village. Dans les deux cas, il n’y pas de pondération. »

    Il ajoute que ce référendum a permis au groupe, composé de 25 personnes, de se rendre compte de certains mal-êtres. « On n’imagine pas toujours les difficultés des gens.

    Certains aînés faisaient part de leurs difficulté à se déplacer sans voiture. La réponse à ce genre de problème peut apporter du bien-être à beaucoup de personnes. » Le groupe songe d’ores et déjà à réitérer l’expérience. « Les retours que nous avons obtenu sont fantastiques », s’enthousiasme l’Ouffetois.

    « On autant souvent que les gens ont du mal à se mobiliser, et je ne suis pas d’accord avec ça. Les citoyens peuvent se mettre ensemble et agir sur notre commune.

    Je suis très content de voir cette mobilisation importante et de qualité: nous n’avons eu aucune insulte, mais des remarques constructive et pertinentes. »

    Grâce à celles-ci, Agir Ensemble va à construire ses propositions.

    « Nous devons désormais les budgétiser et mettre en place certaines priorités. Ce n’est pas notre objectif de mettre la commune en faillite ! » 

    J.G

    Une nouvelle liste communale chez nos voisins clic ici

    1147395687.25.JPG

  • Convocation du conseil communal à Nandrin le lundi 29 mai 2017

    Ordre du jour au conseil communal de Nandrin du lundi 29 mai 2017 à 20 h 

    Ordre du jour Conseil Communal de Nandrin le 29 mai 2017 Clic ici .pdf

  • Une liste citoyenne pour le scrutin 2018 chez nos voisins

    Les élections communales 2018 d’Engis accueilleront, pour la première fois depuis le scrutin de 2000, une nouvelle liste citoyenne. Le Mouvement Citoyen Engissois Réunis (MCER) espère ainsi se démarquer et séduire de nombreux électeurs au travers de 3 valeurs qui lui sont chères : la mobilité, le social et la transparence.

    Explications.

    C’est un vent nouveau qui souffle sur la scène politique engissoise.

    Et pour cause, Engis accueillera pour les élections communales de 2018, une nouvelle liste citoyenne répondant au nom de MCER, comprenez Mouvement Citoyen Engissois Réunis. Ce groupe se présentera donc face au PS du bourgmestre Serge Manzato. « Composée en majorité de citoyens issus de différentes entités aux profils variés n’étant pas affiliés à un parti actuel, cette liste se voudra diversifiée dans les idéaux représentés par les tendances existantes », explique le cdH Raphaël Grégoire, à la tête de la liste. « De plus, la quasi-totalité des membres du mouvement se présentera pour la première fois à Engis.»

    La couleur politique du MCER ? « Nous ne sommes pas aux extrêmes. » En réalité, différentes tendances (cdH et Ecolo) inspireront le MCER tout en ne revendiquant aucune de ces couleurs. Le mouvement espère ainsi clairement incarner le renouveau. «Le MCER s’est créé suite à la mise sous tutelle d’Engis, il y a plus ou moins un an, par le CRAC (centre régional d’aide aux communes) suite à une mauvaise gestion financière. » Ce qui explique notamment que ce mouvement prône la transparence.

    A la recherche de candidats

    Mais la mobilité et le social font également partie de ses valeurs. Un cheval de bataille que le MCER pourra défendre lors, notamment, des Conseil communaux devenus un peu monotones.

    « Il y a un réel manque de débat pour construire et mettre en place des dispositifs notamment pour une gestion financière correcte, saine et responsable. Il faut un requestionnement. »

    Mais concrètement, comment le MCER va-t-il traduire ses valeurs ? « Nous n’allons pas dévoiler notre programme mais les lignes de conduites sont tracées. D’ailleurs, la composition définitive de la liste n’est pas connue et nous invitons tous les Engissois désireux de s’inscrire dans un projet à nous contacter via mail à mcerengis@gmail.com ». Pour l’instant, seules 5 personnes forment ce mouvement éclectique composé, en grande majorité, de jeunes adultes.

     

    politique ,engis ,liste citoyenne

  • Nandrinois "À vous la parole"

    a vous la parole Nandrin.jpgVous voulez agir ou réagir ? Écrivez à nandrin.blog@gmail.com

     Ne seront publiées que les lettres portant les noms, prénoms, adresses mails valides .

    Vous avez la parole !!!! 

     

    L'actualité locale, communale, nature, festive, gastronomique, touristique, venez partager vos idées, proposer vos solutions, vos questions, vos organisations, vos découvertes, vos passions, etc.

    Devenez l'acteur d'un poste sur le Blog de Nandrin.

    Tous les sujets sont intéressants pour ouvrir un débat constructif.

    Les règles du Blog restent en vigueur également pour l'auteur d'un poste.

     nandrin.blog@gmail.com et comme objet pour la rubrique:

     "À vous la parole"

     

  • Développer la mobilité autour de la route du Condroz

    i2.JPGLors du Conseil communal de ce lundi, il a été discuté du Pacte pour la régénération du territoire provincial. L’adhésion de la commune d’Ouffet à celui-ci a été approuvée à l’unanimité par le Collège.

    Pour rappel, ce pacte lancé par Liège Europe Métropole consiste à soutenir un ensemble de projets supra-communaux grâce, entre autres, à des subsides.

    C’est sur le volet de la mobilité que la commune a insisté.

    « Il faut vraiment être attentif à cela », indique Caroline Cassart, bourgmestre d’Ouffet.

    « Nous souhaitons le maintien d’une ligne SNCB entre Hamoir et Liège et des réseaux TEC. Il est nécessaire d’avoir une vision à plus long terme avec la route Liège-Marche, tout en ayant une offre plus importante. »

    Elle explique ainsi que ses axes peuvent être accessibles via la route du Condroz.

    « On peut imaginer que la commune desservirait jusqu’à cette route rapide. Des groupes de travail se sont notamment déjà réunis à ce sujet », continue la bourgmestre.

    « Il ne faut pas non plus oublier le développement de la mobilité douce. »

    Autre point abordé lors de ce Conseil: le rapport d’activité du Plan de Cohésion Sociale.

    « Ce rapport, approuvé à l’unanimité, démontre une certaine reconduction des actions et ainsi que quelques innovations », note Caroline Cassart.

    « On voit des activités transcommunales bien organisées, comme les petits-déjeuners santé ou les cours de permis de conduire théoriques pour les demandeurs d’emploi. »

    La commune va également doter son service travaux d’une fourgonnette supplémentaire. « Il était nécessaire d’offrir la complémentarité dont ce service avait besoin », indique la bourgmestre.

    «On a profité du salon de l’auto pour s’en procurer une neuve. »

    Enfin sur le plan administratif, la commune a décidé d’opter pour un contrat de location de copieurs et d’imprimantes sur cinq ans. « Nous avions des machines obsolètes.

    Par rapport aux dépenses des machines, nous avons remarqué qu’il est préférable de louer », conclut Caroline Cassart.

    Article de JG source Sudinfo 

     

  • Interview et avis d'un historien local sur le patrimoine et l'ancien cimetière de la place de Nandrin

    DSC_0295.JPG

     

    Interview de Monsieur Evrard,aujourd'hui 24 février 2017 à 14h 10, place de Nandrin par la blogueuse JP.

    Photos JP 

     

    Monsieur Marc Evrard, c’est autant le conseiller communal du groupe  politique "union Pour Nandrin " que l’historien de formation que vous êtes que je souhaite interviewer.

     

    Aussi, ma première question est relative à la démolition de ce qu’on peut qualifier maintenant d’ancien bâtiment de l’administration communale de Nandrin de la place Ovide Musin puisque, à ce jour, vendredi 24 février 2017, il est complètement rasé et que le trou des caves est visible.

    Que vous inspire cette destruction et donc ce grand vide ?

    M.Evrard. : Vous le dites très bien : un grand vide, au propre comme au figuré !

    Cette démolition est une erreur et j’irai jusqu’à la qualifier de faute politique.

    Par les temps de crise économique, de crise du logement et de crise des finances publiques, sans parler de la crise de confiance dans le " management politique ", détruire un bâtiment public qui datait d’à peine 60 ans, relève assurément d’un manque évident de sens des réalités et ce, d’autant plus qu’aucune autorité, en ce compris issue des services de sécurité, ne mettait en cause sa viabilité.

    Je crains donc que cet acte ne s’inscrive dans une certaine forme de volonté mégalomane de laisser une "marque de fabrique " en qualité de responsable politique, durant cette législature " post Joseph Nandrin ".

    Engager quasi 2 millions d’euros pour des bâtiments modernes pour héberger quelques fonctionnaires et politiques, quand on sait que des enfants de l’école communale de Villers-le-Temple sont maintenus dans des classes " containers clic ici  ", montre assurément où se trouvent les priorités en matière de construction pour quelques mandataires au pouvoir.

    Certes, une rénovation dudit bâtiment s’imposait à terme mais l’urgence n’existait pas quand on sait qu’en 2013 et encore jusque en 2015, ce projet était lié à l’obtention du subside de 310.000 euros à octroyer à Nandrin pour 2013-2016, subside qui aurait pu être dévolu au plan P.A.S.H. (plan d’assainissement par sous-bassin hydrographique = épuration des eaux usées), si ce projet était sorti avant celui de l’infrastructure de la nouvelle administration/CPAS.

    C’est tout dire de l’urgence qui fut, en fait, la prise en compte par l’autorité publique d’une opportunité plutôt qu’une autre, le P.A.S.H., laquelle eut été certainement plus utile pour les citoyens et pour l’environnement !

     Lors de sa démolition, le jeudi 16 février 2017, vous avez déclaré, à la presse locale clic ici , votre inquiétude quant aux travaux de creusement pour les fondations de la nouvelle infrastructure et son extension le long du ruisseau du Bois de Soheit.

    Quelle est-elle réellement car vous l’avez réitérée en séance du conseil communal de ce mardi 21 février ?

    Si on sait que le bâtiment de 1954, achevé en 1957, a été construit sur l’emplacement du vieux cimetière de Nandrin (désaffecté et déplacé à la fin de l’année 1887) qui entourait l’ancienne église Saint-Martin et sur son extension qui longeait la rue du presbytère jusqu’à hauteur du mur, encore existant, du vieux tribunal et de l’accès à la maison communale, si on sait qu’en 1928 lors du creusement des fondations de la nouvelle église et en 1954, lors de la construction dudit bâtiment, des tombereaux d’ossements humains ont été retirés et conduits dans l’ossuaire du nouveau cimetière et qu’en 2010, lors de l’aménagement de la rampe pour personnes à mobilité réduite, des restes humains ont encore été trouvés, je m’étonne et m’offusque comme citoyen mais aussi comme historien que cette problématique n’ait pas fait l’objet d’une attention particulière dans ce dossier.

    Car, on devait savoir, des écrits comme le texte contenu en page 49 dans le livre retraçant les 150 ans de l’école Saint-Martin de Nandrin paru en 1983 et relatif aux cimetières de Nandrin l’attestent clairement, qu’en reconstruisant à cet emplacement et aussi à l’arrière du bâtiment alors existant, vers le parking de l’église et le long de la maison natale d’Ovide Musin, on se retrouverait sur l’emplacement de ce cimetière et donc d’anciennes tombes.

     Mais, Monsieur Evrard, ce n’est parce qu’on construit près d’un cimetière qu’on doit inévitablement " tomber" sur des ossements, d’autant plus que ledit cimetière a été déplacé, il y a maintenant 130 ans.

    Votre inquiétude est-elle donc bien fondée et n’y aurait-il pas de votre part une volonté ultime de bloquer un chantier déjà bien engagé ?

    M.Evrard.: Je m’attendais à ce genre de réflexion que j’aurais imaginé davantage dans la bouche de l’un ou l’autre responsable de la majorité au pouvoir plutôt que dans la vôtre.

    Votre remarque n’en est pas moins pertinente, Madame, car, la seule manière de connaître exactement la nature du sol et du sous-sol à cet endroit et donc d’apprécier s’il pouvait ou peut encore contenir des restes humains eut été, précisément, d’entreprendre avant le début des travaux, des fouilles préventives sur les zones libres de toute construction, comme par exemple à l’arrière de l’ancien bâtiment aussi bien vers la tour de l’église que vers le chevet (chœur), le long du ruisseau du Bois de Soheit, dans la pelouse toujours existante.

    Et cela n’aurait en rien retardé le début des travaux, voire les travaux eux-mêmes, ce qui risque d’être le cas si, demain, on retrouvait des ossements et/ou des objets d’intérêt archéologique et historique.

    Je regrette donc qu’une campagne de fouilles préventives n’ait pas été diligentée, à l’initiative de l’autorité communale, auprès des services habilités de la Région wallonne.

    Ceci est une lacune grave que j’apparente à un manque de respect vis-à-vis du passé mais surtout vis-à-vis de nos défunts.

    Pourquoi l’échevin de la Culture mais aussi celui des Travaux ou encore l’échevine de l’Aménagement du territoire, comme celle de l’Environnement n’ont-ils pas tiré la sonnette d’alarme face à l’ampleur et à la complexité d’un tel chantier au cœur même du centre historique de Nandrin ? Pourquoi ?

    Car, comme il a été rappelé, à juste titre, il y a peu, l’ensemble formé par les places Botty et Musin n’est-il pas la " place Saint-Lambert " de Nandrin (qui proportionnellement à la superficie de la commune est, de loin, d’une superficie supérieure à ladite place et à celle Tien An Men de Pékin) ?

    Cela ne méritait-il pas un peu plus d’attention et de considération ?

    Donc, vouloir maintenant bloquer les travaux d’avancement par un tel subterfuge serait non seulement indélicat (le mot est faible) vis-à-vis de nos disparus mais surtout inutile vu les règles en matière de découverte de type archéologique.

     

    Monsieur Evrard, après votre visite du site de ce jour qui vous a fait constater que celui-ci est déjà bien " mis à nu ", qu’attendez, dans les jours à venir, des autorités communales dans la gestion de cet important chantier ?

    M.Evrard . : J’attends d’abord qu’elles respectent la législation en matière de fouilles et de découvertes archéologiques, ce dont je ne veux pas douter a priori mais je crains néanmoins que dans l’"exaltation des travaux", on risque d’en oublier les règles (ce ne serait pas la première fois en matière de chantier d’envergure !)

    Je voudrais ensuite que cela serve de leçon pour le futur et que de tel projet fasse, dorénavant, l’objet d’une consultation populaire car on ne détruit pas un tel patrimoine communal et engager une dépense de près de 2 millions, sans " faire retour " vers le citoyen qui vous a confié un mandat de 6 ans (10 fois moins que l’âge du bâtiment détruit !).

    C’est une question de bon sens autant que de respect à son égard car qui suis-je, moi (petit) élu nandrinois pour prendre de telle décision à l’impact aussi IRREVERSIBLE !

    Et enfin, je constate et déplore, une nouvelle fois, que la majorité actuelle dont je lis dans la presse, sous la plume de la nouvelle présidente du CPAS qu’elle n’a plus ni de président ni de projet décidé collectivement et de manière concertée, qu’elle considère qu’elle est, au sein du conseil communal, la seule (parce qu’elle a été élue par 50,30 % de nos concitoyens ?) à détenir la vérité et la capacité de bien agir dans l’intérêt de tous nos concitoyens, l’opposition n’ayant été élue que pour se taire et ne pas participer à la construction de la "chose publique ".

    L’évolution de ce dossier nous démontre encore que cette majorité vient encore de commettre une faute politique et une erreur de gestion : on est loin ici d’une gestion " en bon père de famille ".

     En conclusion, Monsieur Evrard, votre déception et votre amertume sont donc grandes face à la maîtrise de ce dossier ?

    M.Evrard . : Pour être déçu et amer, il faut avoir perdu confiance dans l’avenir, ce qui n’est pas mon cas car j’espère et je le réaffirme, aux élections communales d’octobre 2018 (législature 2018-2024), notre groupe " union Pour Nandrin ", liste citoyenne traitée de " populiste " par le bourgmestre M. Lemmens, le lendemain même des élections, le 15/10/2012, sera bien PRESENTE et se posera en alternative à ce type de politique "poly-particratique " dont le citoyen nandrinois se sent exclu à chaque échéance importante ou enjeu d’importance.

    C’est pourquoi, je suis davantage indigné et lucide face à cette situation inquiétante et je veux rester combatif avec mes colistiers, B. Piotrowski et D. Maka afin de rallier autour de nous, tous ceux et celles qui, à Nandrin, font partie des nombreux vrais déçus et tout autant indignés que nous.

    Car, je le dis : je ne veux plus JAMAIS voir tomber, sous les " coups ravageurs " d’une pelleteuse, un bâtiment aussi symbolique que la " maison du peuple ", celle qui abrite l’Institution Communale qui prit naissance pour la première fois, dans notre arrondissement à Huy, dès l’An 1066.

     Plus jamais ça, plus JAMAIS !

    Les pelleteuses ont entamé leur ballet destructeur sur la place Musin de Nandrin

    Nandrin Sur RTC Liège

    Nandrin Picasso en plein Rubens

    Un moment d’histoire à Nandrin

    L’opposition "Pour Nandrin" inquiète

     

    DSC_0298.JPG

    DSC_0308.JPG

     

  • La majorité dresse son bilan législatif actu des communes voisines

    clavier JG source SI.JPG

    Des travaux de voirie sont encore prévus

    La salle Le Repair accueillait ce dimanche le groupe Intérêts Communaux de Clavier. Bourgmestre et échevins présentaient un bilan des quatre années de législature écoulées. 

    Ce dimanche, le groupe Intérêts Communaux de Clavier dressait son bilan de ses quatre années de législature dans la salle le Repair. L’un des points amenés sur la table par le groupe était les travaux.

    Marc Olivier, échevin des travaux, est ainsi revenu sur la réfection des rues du Cul-de-sac à Ochain, Saint-Donat, ou encore de Pair.

    Il a également évoqué la démolition des hangars de Clavier Station, l’aménagement de six plaines de jeu, ou encore l’isolation et le chauffage dans les classes des écoles de Clavier Station et Terwagne.

    « Les rues du Dessous, Amas, Vieille Chaussée, sur Fosse, de l’école ou encore la seconde partie de la rue Forville connaîtront également des travaux prochainement », indique l’échevin.

    « Nous allons investir entre 250.000 et 300.000 euros cette année puis l’année suivante dans les travaux de voirie », souligne le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois. Ce dernier est par ailleurs revenu sur la construction du hall sportif. « Pour autant que les instances supérieures respectent leurs promesses de subsides, nous pourrons tout à fait supporter la charge financière de ce projet », a ainsi répété le bourgmestre.

    Il a également appelé à la vigilance en matière de sécurité. « Il y a beaucoup de vol dans les habitations.

    Soyez très observateur et n’ayez pas peur de donner des informations ».

    De son côté, l’échevine de l’enseignement, Émilie Pirnay, est revenue sur l’installation de quatre tableaux numériques dans les écoles.

    Damien Wathelet a quant à lui évoqué la mise en place du Repair Café, l’aménagement de la sortie du RAVeL et la diminution de l’usage des pesticides.

    « Outre la page Facebook déjà opérationnelle,nous avons l’intention d’améliorer le site internet », déclare-t-il. Enfin, la présidente du CPAS, Marie-Agnès Collinge-Lange est notamment revenue sur la mise en place d’activités bien-être pour les bénéficiaires du CPAS et la convention avec la Croix-Rouge qui permet d’offrir des colis alimentaires à ces derniers.


    JEANNE MAGIS À L’HONNEUR

    La conseillère communale Jeanne Magis (72) a été mise à l’honneur àl’issue de ce bilan. « Je suis entrée en 2000 comme conseillère communale, moi qui n’avais jamais fait de politique », dit-elle. « J’ai pu découvrir le fonctionnement d’une commune », conclut-elle.

    Article de J.G Source Sudinfo H-W

    La présidente du CPAS va quitter son poste cet été.

    Marie-Agnès Collinge-Lange va quitter son poste de présidente du CPAS de Clavier le 1er août 2017. « En politique, il y a toujours trois temps: un pour y entrer, un autre pour agir, et
    enfin un pour partir », a-t-elle déclaré ce dimanche, lors du bilan communal après 4 ans de législature du groupe Intérêts Communaux de Clavier.

    Elle était entrée au sein de l’action sociale en mars 1995. Elle est devenue présidente du CPAS il y a près de dix ans. « Ce n’est pas une décision soudaine, et elle a eu le temps d’écoler Frédérique Remacle qui va la remplacer », précise Jean Wathelet, président du groupe Intérêts Communaux. Frédérique Remacle (35) est présidente du Tennis club d’Ocquier, village où elle réside. Ce sport est, avec sa famille, sa grande passion.

    « Enfant, je faisais déjà du tennis, et ça fait autour de six ans que j’occupe cette fonction », dit-elle. La Claviéroise est également conseillère au CPAS de Clavier depuis le début de cette législature.

    « Depuis 2003, je suis également assistante sociale à Ouffet et Tinlot. Je baigne donc dans ce milieu depuis longtemps », sourit-elle.

    Article de J.G. Source Sudinfo 

  • Les pelleteuses ont entamé leur ballet destructeur sur la place Musin de Nandrin

    Ce jeudi dès 8h30, les engins de démolition sont entrés en action place Ovide Musin à Nandrin.

    L’entreprise Legros, de Seraing, est chargée de désosser l’administration communale (celle située entre l’ancien tribunal et Musin).

    Un bâtiment moderne, regroupant les services communaux et du CPAS, va y être construit à la place.

    Le personnel communal, une partie du Collège, quelques Nandrinois dont l’ancien bourgmestre Joseph Nandrin, et les opposants au projet se sont regroupés, jeudi matin, place Ovide Musin pour assister au début des travaux de démolition du bâtiment de l’administration communale de Nandrin. Geste symbolique, Monique Dizier, petite-fille d’Armand Dizier, ancien mayeur de Nandrin qui avait initié en 1954 la construction du bâtiment qu’elle-même avait inauguré enfant, a porté le premier coup de pelleteuse.

    «Je me rappelle avoir coupé le cordon d’inauguration à l’âge de 5 ou 6 ans. Cela me rend forcément un peu triste de voir tomber le bâtiment car je m’y suis aussi mariée mais j’en comprends les raisons. Ce qui va être bâti sera super beau.

    demolition batiment ,administration communale ,nandrin ,expressions communes ,lemmens michel ,john wery ,nandrin ,politique ,

    Je suis très contente d’avoir été invitée aujourd’hui», confie Monique Dizier, à présent âgée de 65 ans. La Nandrinoise s’est déplacée avec son mari, sa fille et deux petits-enfants, pour assister à l’événement. Les engins de chantier de la société Legros, à Seraing, ont méticuleusement désossé le bâtiment qui abritait jusqu’il y a peu encore le bureau du bourgmestre/salle du Collège et le secrétariat, notamment.

    Les travaux de démolition ont duré toute la journée, et se poursuivent ce vendredi. «Tout devrait être par terre vendredi. Cela va assez vite.

    Si les pelleteuses travaillent avec précaution, c’est parce que l’entreprise qui démolit devient propriétaire de tous les matériaux qu’elle peut revendre, comme les encadrements de fenêtres en pierre bleue», éclaire John Wery, architecte du nouveau projet d’administration communale. Pour rappel, le bâtiment actuel est rasé en prévision d’une nouvelle construction, plus moderne et moins énergivore.

    C’est le choix de la majorité nandrinoise (Expressions Commune(s) qui a prévalu, malgré les derniers rebondissements (les deux groupes d’opposition avaient inscrit in extremis un point à l’ordre du jour au conseil communal visant à suspendre les travaux.

    Le point n’avait finalement pas été approuvé NDLR).

    «En réalité, cela fait plus de deux semaines que les travaux de désamiantage sont en cours.

    Maintenant qu’ils sont terminés, la phase la plus spectaculaire (la destruction) a lieu. C’est parti pour 200 jours ouvrables de travaux.

    Fin juin, la structure sera visible et fin août le bâtiment devrait être fermé», commente Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin qui assume l’option choisie (destruction/reconstruction et non rénovation).

    « Je reste persuadé que nous avons choisi la solution la plus pérenne pour la commune. À l’heure où il n’y a plus de tabou sur l’avenir des intercommunales voire peut-être des communes, avoir une administration communale neuve et moderne consolide un pôle d’activité à Nandrin et pérennise l’emploi sur la place .»

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudinfo H-W


    Démolition de la maison communale de Nandrin... par sudpresse

     


    Nandrin: la destruction de la maison communale... par sudpresse

     

     

     

  • «Un moment d’histoire» à Nandrin


    JN.JPGL’ancien mayeur de Nandrin, Joseph Nandrin, faisait lui aussi partie des spectateurs de la démolition.

    « Je suis venu en tant que simple citoyen, et comme voisin.

    C’est un moment d’histoire de Nandrin », déclare celui qui s’était aussi déplacé au moment du vote au Conseil.

    L’ex-bourgmestre ne semble pas convaincu par le choix de son successeur.

    « Le nouveau bâtiment sera fonctionnel mais le cadre patrimonial, c’est autre chose. Je regrette que d’autres options n’aient pas été envisagées, ailleurs ou ici sur la place.

    Le bâtiment aurait pu être conservé pour les associations.

    Ce n’est pas la 1 re fois que Nandrin rate une opportunité, commune et CPAS auraient pu être regroupés au château de Fraineux dans les années 80 si le point n’avait pas capoté », se rappelle-t-il.

    Article de AG source Sudinfo 

  • «Oubliez le revenu cadastral!»

    revenu cadastral ,politique ,finance Pour C. Lacroix, une habitation modeste, ça ne veut plus rien dire.

    Le ministre du Budget veut rendre plus juste la fiscalité sur l’acquisition d’une maison. En fonction de sa localisation de l’habitation et de la composition du ménage.

    Réforme fiscale globale, c’est (notamment) le dada du ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS) qui bosse sur divers dossiers. Nous avons fait le point avec lui et il nous confie à quoi il voudrait arriver. Parce qu’il espère que ça bouge.

    Et rapidement.

    Voici comment Christophe Lacroix commente ses combats personnels. Qu’il compte faire approuver.


    Propriété.

    Ne plus tenir compte du revenu cadastral. «Vous habitez une maison 4 façades dans un superbe coin à la campagne et votre revenu cadastral n’est que de quelques centaines d’euros alors que le revenu cadastral du petit studio de votre cousin à Seraing est le double.

    Vous comprenez ça?

    Moi non plus!», nous dit-il. Certes, aucun propriétaire ne demande à payer plus mais le ministre estime que les droits d’enregistrement ne doivent plus être liés au cadastre.

    Clairement, il faut supprimer le taux réduit de 6% au niveau des droits d’enregistrement. «Ils doivent être liés à la pression fiscale, à vraie valeur et à la localisation de l’habitation et à la composition du ménage».

    Ça change quoi?

    «Cela permet à chacun d’avoir accès à la propriété. La valeur des maisons sera reconnue. Actuellement, avec le revenu cadastral, on arrive à qualifier de «maisons modestes», des maisons qui sont estimées à 300.000 euros».

    La télé-redevance à 50 euros dès 2018.

    Un sujet que nous avons déjà longuement évoqué. Un cheval de bataille pour Lacroix. Il veut que la télé-redevance soit supprimée en 2019 (si elle rapporte 100 millions de recettes au trésor wallon, Lacroix annonce que la réforme fiscale va combler une partie de ce manque à gagner).

    Et en 2018? Le ministre veut des avancées.

    Pas de suppression totale mais… «Je suis confiant pour dire que, dès l’année prochaine, on pourrait passer à une redevance de 50 euros plutôt que 100 euros.»

    En attendant, continuez à la payer. des centaines de contribuables ont reçu depuis le début de l’année, une régularisation parce qu’ils n’ont pas déclaré leur télévision.

    Et ça peut coûter très cher. Notons qu’en matière de recettes, nous avons obtenu les derniers chiffres de l’administration.

    Au 31 décembre 2016, 106 millions d’euros n’avaient pas encore été enrôlés (30 millions notamment réclamés par contraintes ou huissiers, 24,5 millions qui restent impayés mais encore dans les délais, 22,5 millions qui font l’objet de dossiers en litige, 15 millions qui concernent des plans d’apurement…)

    IPP, un effort pour les personnes qui gagnent 120.000 euros brut (et plus par an).


    «C’est mon cas», souligne d’abord Christophe Lacroix. Il suggère de relever les additionnels de l’impôt des personnes physiques pour les revenus qu’il estime supérieurs (entre 120.000 et 150.000 euros brut par an): «Une augmentation entre 0,65% et 0,70% est tout à fait acceptable.

    C’est très clair, les plus riches doivent payer plus».

    Article de M.SP Source Sudinfo 

  • R. Demeuse et G. Blavier réélus coprésidents Ecolo Huy-Waremme

    Politique Si.jpgMardi soir, les militants d’Ecolo Huy-Waremme se sont réunis à Amay pour élire leur équipe de coprésidence régionale pour les deux prochaines années.

    Ils ont élu à l’unanimité Géraldine Blavier (31 ans, Remicourt) et Rodrigue Demeuse (24 ans, Huy), comme coprésidents, et Yves Collin (61 ans, Crisnée), comme trésorier.

    Géraldine Blavier et Rodrigue Demeuse faisaient déjà partie de l’équipe sortante, avec Catherine Delhez (Amay) et Roland Vanseveren (Berloz).

    Ces deux derniers ont décidé de s’investir à d’autres niveaux (Catherine comme échevine à Amay et Roland comme coprésident de la locale de Berloz).

    « Le choix d’une équipe restreinte se justifie par la volonté d’efficacité dans la communication, la prise de décision et la coordination », justifient ils.

    Source Sudinfo 

  • Le courrier qui fâche Muriel Brandt à Nandrin

    Murielle brandt ,cravn ,cpas ,courrier ,politique ,nandrin ,comité de quartier ,pery ,nandrin ,cdh ,Les échanges entre citoyens et élus communaux lors du conseil sont strictement interdits.

    Pourtant Muriel Brandt n’a pas hésité à s’adresser aux citoyens et ce à deux reprises, malgré la désapprobation du bourgmestre.

    Elle a d’abord réagi à un courrier qu’un citoyen lui a envoyé*.

    « Je tiens à dire que je n’ai pas apprécié qu’on me mette la pression en m’envoyant ce mail.

    C’était clairement pour mettre la pression. Je n’y ai pas encore répondu mais je le ferai», réagit Muriel Brandt.

    Des propos qui ont outré l’auteur du courrier, un citoyen concerné par la réalisation de ce projet de logements sociaux.

    « Mme Brandt s'est laissée aller jusqu'à citer mon nom durant le conseil communal.

    Elle s'est insurgée de la pression que je lui aurais mise par l'entremise d'un mail que je lui ai adressé comme aux huit élus de l'opposition.

    Il n'était nullement dans mes intentions de nuire à quiconque

    Des situations qui créent visiblement des petites tensions.

    Article de CY.C. Source Sudinfo 

    * Le Courrier du CRAVN aux conseillers ,en exclusivité sur le Nandrin Blog Sudinfo 

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN aux conseillers Clic ici

    CRAVN.JPG

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN  aux conseillers Clic ici

  • L'actualité des communes voisines :Éric Lomba démissionne du centre culturel

    Hsprumont source SI.JPG«Pour donner plus d’autonomie»

    Il l’a annoncé ce mercredi lors du conseil communal. Éric Lomba, bourgmestre PS de Marchin, démissionne de son poste d’administrateur du centre culturel de Marchin.

    Est-ce en réaction au scandale auquel doit faire face l’intercommunale Publifin ainsi qu’au cumul des mandats? Explications. 

    Le bourgmestre et échevin de la culture, Éric Lomba (PS), a démissionné de son poste d’administrateur du centre culturel de Marchin. Une nouvelle inattendue annoncée lors du conseil communal qui s’est déroulé ce mercredi soir.

    Ce poste qu’il occupait depuis 1989 ajouté à celui d’échevin de la culture qu’il avait en charge depuis 2012 devenait pour lui trop compliqué à gérer, affirme-til.

    « J’ai du mal à me dégager de la casquette de bourgmestre », explique-t-il. « Depuis 30 ans que je fais cela, je n’arrive pas à prendre la parole sans que l’on imagine que ce soit la commune qui parle .» De plus, le choix du bourgmestre aégalement été motivé par, selon lui, une volonté des centres culturels de s’émanciper. « Autrefois, c’était naturel qu’on soit échevin de la culture, bourgmestre et membre du conseil d’administration.

    C’était une liaison naturelle. Mais aujourd’hui, la volonté des centres culturels, en général, est sans cesse grandissante de gagner en autonomie. Les pouvoirs institutionnels sont justement de plus en plus décriés. Mais à Marchin, on a toujours laissé plus de liberté au centre culturel.

    L’initiative du centre culturel est un super projet », souligne le bourgmestre qui ajoute avoir toujours été un « enfant de la culture. Mon implication pour mon village et ma commune m’est venue du centre culturel pour lequel je me suis investi très jeune .»

    C’est un autre socialiste, Jean Michel, président du CPAS, qui reprendra le flambeau. « Il a été directeur du centre culturel de 1981 jusque dans les années 90 . Comme il est président du CPAS, son côté politique ressortira moins. »

    D’après le site Cumuleo http://www.cumuleo.be/, Éric Lomba cumulait 15 mandats en 2015 (dont six rémunérés).

    Cette démission du centre culturel est elle en lien avec le scandale qui lie l’intercommunale Publifin et le cumul des mandats?

    « Cela n’a rien à voir. Cela fera juste une ligne en moins sur Cumuleo, ce qui fera sans doute plaisir à certains mais ce n’était pas ma motivation première.

    Sur 15 de mes mandats, seuls 6 sont rémunérés.

    De plus, depuis 2012, mon poste de conseiller provincial m’amène à m’occuper de différentes matières. », assure-til.

    http://www.cumuleo.be/

    Article de C.L Source Sudinfo 

  • Une maison de village pour 875.000€ à Nandrin

    photo J Wery Source Sudinfo article AG. 2017.JPG

    Elle abritera notamment une salle de concert, un espace agora, une garderie, des cours de musique.

    D’ici une grosse année, une maison de village flambant neuve se dressera au cœur de Villers-le-Temple.

    Pas question de raser la Maison Fouarge, le projet retenu par la commune prévoit une rénovation complète du bâtiment ainsi que la construction d’une annexe au style contemporain. Le coût des travaux est estimé à 875.000€ dont 699.864€ de subsides. 

    C’est le projet de l’architecte John Wery qui a séduit les autorités nandrinoises et ainsi remporté l’appel d’offres de la commune.

    C’était déjà lui qui avait modernisé le bâtiment Musin et dessiné les plans de la nouvelle administration communale sur la place de Nandrin.

    Là encore, le Tinlotois (de Ramelot précisément) a imaginé un mix d’ancien et de moderne pour la maison de village de Villers-le-Temple.

    « Le positionnement central du bâtiment par rapport au village et à l’école communale devrait garantir à la maison de quartier une belle visibilité et une grande facilité d’accès. Elle pourrait devenir un bâtiment incontournable du village.

    Pour ce faire, il faut une réponse architecturale appropriée.

    L’idée est de conserver tout le caractère de la Maison Fouarge, en touchant très peu à sa façade, et d’y adjoindre une extension plus contemporaine qui ne dénature pas le volume principal. Le volume d’entrée se dégage clairement avec sa grande surface vitrée », décrit John Wery.

    Une annexe était nécessaire pour couvrir les besoins de la nouvelle maison de village. Le projet, de quelque 400 m2, articule ainsi, autour du hall d’entrée central, un espace agora flexible avec trois gradins, une salle de concert pour 50 à 80 personnes, un bar au rez-dechaussée ainsi que deux espaces pour des associations/comités/…, un atelier céramique et une terrasse à l’étage.

    L’école voisine pourra encore disposer de locaux, notamment pour la garderie et des spectacles scolaires.

    Un accès a d’ailleurs été prévu par la cour de l’école.

    L’entrée principale, elle, sera déplacée dans la partie vitrée. En s’aidant des projections 3D, vous visualisez l’agora tout à gauche (avec le parement en béton lissé).

    Un espace tout-en-un. « Des cloisons amovibles permettront d’isoler l’amphithéâtre ou, au contraire, de l’ouvrir sur le hall d’entrée.

    On peut imaginer y organiser une exposition de peinture, un stand-up, des cours de musique etc. 50 personnes peuvent prendre place sur les gradins.

    J’ai suivi la déclivité du terrain naturel pour aménager ces gradins », précise-t-il. Un (dé)cloisonnement général voulu pour « créer des relations intergénérationnelles puisque les espaces sont regroupés au même endroit.

    Chaque local est indépendant des autres et en même temps, il peut être en contact direct .»

    Le bâtiment existant connaîtra,quant à lui, un lifting intérieur et sera remis aux normes. Les planchers et le chauffage seront notamment changés et une isolation sera installée. L’étude sera prochainement présentée aux Villersois, avant le dépôt de permis.

    « Les travaux devraient débuter en fin d’année », estime l’architecte. Le projet, englobé dans le budget extraordinaire, est passé au dernier conseil communal par neuf voix pour et sept abstentions.

    Il coûte 875.000€, avec subsides wallon et FEADER (acquis) de 699.864€, et 175.136€ de part communale.

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo 

  • Serge Manzato quitte la présidence du PS de Huy-Waremme

     

    i2.JPGLa  nouvelle est tombée ce vendredi matin. Le président de la Fédération du Parti socialiste de Huy-Waremme, le bourgmestre d’Engis Serge Manzato, a démissionné de cette présidence. L’intéressé est remplacé par Marc Foccroulle, qui en était le vice-président. Il était impliqué dans les rémunérations de 25 élus liégeois au sein des comités de secteurs de l’intercommunale.
     

    Impliqué dans le scandale des rémunérations astronomiques au sein des comités de secteurs de l’intercommunale liégeoise Publifin, Serge Manzato a quitté officiellement ce vendredi matin son poste de président du Parti socialiste de l’arrondissement de Huy-Waremme. Bourgmestre de la commune d’Engis, l’intéressé fait partie des élus qui ont le plus touché, avec 516 € la minute de réunion. Rappelons ainsi que sur la période examinée de près de trois ans, il a participé à deux réunions sur les huit tenues par le comité de secteur « Télécoms » dont il faisait partie. Serge Manzato a touché 67.200 euros brut en tout sur ce laps de temps. Par rapport à la durée des deux réunions auxquelles il a participé, on arrive effectivement au ratio de 516 €/minute de réunion…

    Serge Manzato avait déclaré à l’époque : «  J’ai été désigné par mon parti (le PS) pour y siéger. Ce sont des comités où l’information est linéaire, sans pouvoir décisionnel. Pour ma part, je me tiens au courant de tout, je m’informe. Après, je n’ai rien à cacher. On peut aller sur Cumuleo https://www.cumuleo.be/mandataire/3958-sergio-manzato.php  : j’ai deux mandats rémunérés. Après, ici, c’est exact, je ne suis pas des plus assidu. Je ne suis pas un professionnel de la politique, j’ai un métier dont je vis et qui m’amène à souvent être à l’étranger. Par ailleurs, il y a eu des éléments d’ordre privé qui m’ont touché durant ces derniers mois qui m’ont empêché d’avoir toute activité.  » Certains, au sein même de sa formation, avaient toutefois souligné qu’il aurait pu tout bonnement démissionner s’il jugeait être dans l’incapacité de remplir ce mandat…

    Toujours est-il que la Fédération du PS de Huy-Waremme a pris acte et accepté ce 13 janvier la démission de Serge Manzato comme Président de la Fédération.

    C’est l’actuel vice-Président, Marc Foccroulle, qui remplacera le bourgmestre d’Engis. Il est originaire de Braives, où il est chef de groupe de l’opposition au conseil communal. « Marc Foccroulle assume dès à présent les fonctions de président », détaille l’exécutif de la fédération huy-waremmienne, qui déclare souhaiter « qu’après s’être soumis au suffrage de l’ensemble des membres du PS de Huy-Waremme, il assume cette fonction jusqu’à son terme soit jusque septembre 2019 ». Dans ce contexte, une élection sera organisée le plus rapidement possible.

    Serge Manzato était président de la Fédération socialiste de Huy-Waremme depuis 2007.

    Plus de détails sur notre nouvelle édition digitale

    ttps://twitter.com/cumuleo

    https://www.facebook.com/cumuleo

     

  • Nandrin dans l'histoire édito politique CDH (IC) à Nandrin

    Les archives politiques à Nandrin Edito CDH clic ici.JPG

    Les archives politiques à Nandrin Edito CDH (IC)en 10 pages clic ici.pdf

     

  • Nandrin dans L'histoire édito politique NDM à Nandrin

    Les archives politiques à Nandrin Edito NDM Clic ici.JPG

    Les archives politiques à Nandrin Edito NDM 4 pages clic ici.pdf

     

  • Nandrin dans l'histoire édito politique Ecolo à Nandrin

    Les archives politiques à Nandrin Edito  ecolo clic ici.JPG

    Les archives politiques à Nandrin Edito Ecolo 6 pages clic ici.pdf

    Les archives politiques à Nandrin Edito  ecolo clic ici page 4.JPG

  • Fin du blocage à Nandrin: la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

    Brandt  présidente source sudinfo.JPG

     

     

    Fin du suspense et épilogue d’un blocage politique à Nandrin.

    Murielle Brandt, actuelle conseillère communale cdH, accédera en janvier prochain à la présidence du CPAS de Nandrin.

    Pour ce faire, Béatrice Zucca (PS) démissionnera de cette fonction et redeviendra simple conseillère communale, tout en prenant la présidence de Intercommunale de Distribution d'eau de Nandrin.

    Pour rappel, il était prévu dans l’accord électoral entre PS et cdH qu’un humaniste accède à mi-législature au Collège.

    Problème, l’Ecolo Charlotte Tilman est devenue rouge, ce qui portait le nombre d’échevinats PS à 4, contre 1 pour Ecolo et 1 pour le cdH (au lieu de 2).

    L’un des élus PS devait donc faire un pas de côté pour que la parole socialiste soit tenue. Mais les négociations n’avaient pas porté leurs fruits et, faute d’un accord, le statu quo était de mise depuis un an.

    Agacée, Murielle Brandt n’avait pas toujours voté à l’image de son groupe, y compris sur des dossiers sensibles.

    L’affaire avait fini par remonter aux oreilles des fédérations de parti PS et cdH de Huy-Waremme qui sont intervenues.


    «L’ACCORD EST RESPECTÉ»

    Une solution vient de se dégager.

    Béatrice Zucca a accepté de renoncer à ses responsabilités au CPAS au profit de Murielle Brandt.

    L’information a été confirmée par Serge Manzato, président de la fédération PS Huy-Waremme.

    « Nous avons respecté l’accord. Cela a pris plus de temps que prévu mais tout le monde s’y retrouve », commente-til.

    Le médiateur cdH Damien Wathelet confirme lui aussi que Murielle Brandt monte au Collège. La principale intéressée se dit soulagée.

    « Ce qui m’importait, c’était que le PS respecte son engagement.

    Mme Zucca est une dame de très grande classe.

    Je pense pouvoir compter sur son soutien pour passer le relais.

    La matière sociale m’intéresse de par ma profession (infirmière), je vais m’investir à fond .»

    Le bourgmestre PS, Michel Lemmens, affirme lui réserver bon accueil.

    « Mme Brandt a eu des comportements inacceptables à mes yeux mais je ne suis pas inflexible, je sais pardonner.

    Je suis sûr qu’elle travaillera dans l’intérêt du citoyen.

    Certes, ce n’était pas le plan prévu (Mme Zucca pensait démissionner avant 2018 au profit d’Axel Pire, aussi PS) mais Mme Brandt a la fibre sociale et arrive à un moment charnière .»

    Source info Sudinfo article de ANNICK GOVAERS

     

     

    Une recomposition du Collège à la mi-juillet clic ici à Nandrin

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH : clic ici « On ne peut plus attendre »

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin clic ici

     

    Nouveau blocage  clic ici au Conseil communal nandrinois

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici  passe à la trappe à Nandrin

    La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue clic ici à Nandrin

  • Conseil Communal à Nandrin ordre du jour pour le 19 décembre 2016 à 20h 30

    Conseil Communal le 19 décembre 2016 à 20h 30 clic ici.JPG

    Convocation Conseil Communal 19 décembre 2016 clic ici.pdf

  • La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue à Nandrin

     

    les agents communaux ,petition,signature ,csc photo AG source Sudinfo.JPG

    Coup dur pour l’opposition nandrinoise (Union Pour Nandrin et Tous Ensemble) ce mardi soir. Le Conseil communal, convoqué en urgence par les deux partis, n’a pas approuvé l’unique point à l’ordre du jour, à savoir la préservation du bâtiment de l’administration communale dont les travaux de démolition étaient sur le point de débuter. Le chantier va bien avoir lieu, pour construire une nouvelle maison communale regroupant les services communaux et du CPAS.

    C’est dans une salle comble, une fois n’est pas coutume, que le Conseil communal de Nandrin s’est réuni ce mardi soir, dans une ambiance électrique.

    Une quarantaine d’agents communaux et du CPAS ont assisté à la séance, pour la plupart debout, pour manifester leur mécontentement face à l’ordre du jour inscrit par les deux groupes d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous Ensemble. Ceux-ci souhaitaient suspendre les travaux de démolition du bâtiment de l’administration prévus dans les jours prochains.

     

    Ils ont distribué à l’ensemble des élus une lettre ouverte dans laquelle on peut lire : «  La construction d’un bâtiment administratif n’est pas le projet électoraliste du bourgmestre, c’est la concrétisation des besoins de l’administration et du CPAS afin d’accueillir et d’offrir le meilleur service à la population.

    C’est la centralisation de l’ensemble des services au sein d’un seul immeuble facilement identifiable, formant un ensemble administratif entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

    C’est enfin l’amélioration des conditions de travail d’une vingtaine de personnes et de la sécurité des travailleurs et des usagers de l’administration.

    Depuis le début de la législature, des manoeuvres incessantes visent à saboter les projets communaux, au mépris du travail préparatoire des services administratifs régionaux et communaux.

    Le personnel ne comprend pas comment le Conseil communal pourrait décider, à la veille du début des travaux, de stopper une procédure parfaitement démocratique, légale et non entachée d’un quelconque vice. (...) Nous n’acceptons plus d’être pris en otage de ces pratiques. »

    L’architecte qui a dessiné les plans de la nouvelle administration communale, John Wery, et l’ancien bourgmestre de Nandrin, Joseph Nandrin, étaient également présents dans l’assemblée.

     

    Marc Evrard, chef de file uPN, a pris la parole pour expliquer les raisons et les arguments de l’opposition pour convoquer ce conseil communal extraordinaire visant la préservation du bâtiment de l’administration communale, celui abritant le secrétariat communal, le bureau du bourgmestre, la salle du Collège, le service des finances et les archives. Visuellement, il s’agit de la bâtisse avec la tour, datant de 1954.

    «  Parmi les 17 élus, au moins 3 dans les deux groupes d’opposition (Benoît Ramelot, Guy Mottet et moi-même), comptent une dizaine d’années d’ancienneté au conseil communal et se sont préoccupés des concitoyens et du personnel communal.

    J’en veux pour preuve que fin des années 2000, nous avons dégagé 400.000 euros pour la rénovation de la Maison Musin et l’aménagement de la place de Nandrin.

    Cela dit, le patrimoine d’une commune est avant tout ses finances. Nous devons veiller à ce que cette richesse soit préservée et utilisée le mieux possible.

    Or, le bâtiment de l’administration, le plus récent des trois de la place, n’est pas insalubre, un terme qui signifie au dictionnaire malsain et dangereux.

    Le bourgmestre n’aurait pas laissé travailler les agents dans de telles conditions pendant 3,5 ans si cela était réellement le cas », a-t-il lancé.

     

    Il a ensuite abordé le coût comparatif entre une rénovation et une destruction-reconstruction, la première option étant, selon lui, à coup sûr moins chère.

    «  Quel bâtiment datant des années 50 ne présente pas d’énormes faiblesses énergétiques et défectuosités ? Faut-il pour autant les abattre ?

    Beaucoup de Nandrinois vivent très bien dans de telles habitations.

    Il faut rénover, cela va de soi, voire agrandir, mais pas d’office détruire et s’engager dans une dépense démesurée. »

    Le conseiller d’opposition a conclu en pointant les conteneurs à l’école de Villers-le-Temple, qui, «  eux, sont insalubres, dangereux et malsains.

    Pourquoi deux poids deux mesures  ? »

    Et de regretter qu’aucune autre option que la démolition n’ait été proposée au Conseil.

     

    Le groupe Tous Ensemble, par la voix de Benoît Ramelot, a tenu à rappeler son opposition régulière au projet.

    «  Lors du Conseil communal de septembre 2013, le Plan d’investissement communal 2013-2016 a recueilli 9 oui et 7 non, cela aurait dû être un signal d’alarme mais vous n’en avez pas tenu compte.

    Vous avez lancé le train à la vitesse TGV.

    Nous n’avons jamais émis de vote positif, il est donc erroné de prétendre que notre réaction est tardive et irresponsable.

    La campagne de désinformation et la pression de ces derniers jours ( « attention, il y aura des conséquences... ») ne sont pas dignes d’une démocratie et nous déplaisent fortement. »

    Michel Lemmens, bourgmestre Expressions Commune(s), a précisé que le montant exact du chantier de démolition-reconstruction de la nouvelle administration communale s’élève à 1,778 million d’euros, dont 302.000 euros de subsides wallons.

    «  La part communale s’élève donc à 1,476 million d’euros. »

    Le mayeur a ensuite comparé les investissements des autres communes (Villers-le-Bouillet, Anthisnes, Wanze) pour leur administration communale, tous plus élevés qu’à Nandrin.

    Il est ensuite revenu sur la chronologie du dossier «  pour montrer que les conseillers ont eu l’occasion de se prononcer en défaveur de la démolition à huit reprises depuis 2013 et ne l’ont pas fait.   »

    Il a en outre insisté sur la vétusté des lieux qui ne garantissent plus la sécurité et la santé du personnel.

    «  Le bâtiment est bien devenu insalubre aujourd’hui  ».

    Et le directeur général, Pierre Jamaigne, d’évoquer les conséquences d’une suspension des travaux adjugés : 302.000 euros de subsides perdus, l’entrepreneur Cop & Portier à dédommager («  minimum 150.000 euros »), ainsi que l’auteur de projet plus les frais d’étude déjà engagés à ce stade («  80.000 € »).

    La suspension des travaux de démolition a recueilli 7 oui (les deux oppositions moins une voix), 1 absentation (Vincent Licata de Tous Ensemble) contre 9 non (Expressions Commune(s)). La majorité a fait bloc pour rejeter le point : la présence de Guy Brassels a facilité la chose et Muriel Brandt a suivi le vote de son groupe.

    Voir l'album Photos clic ici 

     

    Article et photos de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo en ligne sur le nouveau site Sudinfo voir l'article complet ici 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

    Articles dés 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

    Lire la suite

  • Permanence du groupe uPN aujourd'hui 24 novembre 2016 de 19 à 20 h à "Histoire de Temps" Nandrin

    upn-web-bord.pngCe jeudi 24 novembre, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 21 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 28 novembre 2016.

    GSM 0477/833369