piotrowski

  • Les échevins Daniel Pollain et Charlotte Tilman créent une alliance avec Benoît Ramelot, la majorité explose à Nandrin ?

    L es dés sont redistribués à Nandrin. L’annonce n’est pas encore officielle mais les échevins Daniel Pollain (PS), Charlotte Tilman (Ecolo devenue PS) et Benoît Ramelot (MR, leader du groupe d’opposition Tous Ensemble) s’allieront en vue des élections communales 2018. Faisant de la sorte éclater le groupe PS majoritaire et donc, de facto, le Collège tripartite d’Expressions Communes (PScdH-Ecolo).

    Le groupe Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo), aux manettes de la commune de Nandrin, a vécu.

    Il n’y a plus de réunion depuis belle lurette. La plus grosse crise de la lé- gislature a sans conteste été entre PS et cdH à qui on avait promis une place au sein du Collège à mi-mandat, sans prévoir que Charlotte Tilman quitterait Ecolo pour rejoindre les rangs du PS.

    Le statu-quo explosif, maintenu pendant de longs mois, avait été finalement dénoncé par Murielle Brandt (conseillère cdH) qui avait voté contre son groupe pour marquer son impatience, avant de finalement accéder à la présidence du CPAS.

    Au-delà des divergences entre partis de cartel, c’est au PS même que la scission se dessine aujourd’hui.

    Les élus socialistes, pourtant majoritaires dans l’alliance actuelle, ne seront pas sur la même liste en 2018.

    L’échevin de l’enseignement, Daniel Pollain, et l’échevine de l’aménagement du territoire, Charlotte Tilman, se désolidarisent et vont créer leur propre liste, en s’associant avec le leader d’opposition Tous Ensemble et ex-échevin, Benoît Ramelot.

    Une divergence de vue avec le bourgmestre sortant est évoquée. La position des autres socialistes ?

    Aucun commentaire de la conseillère et ex-présidente de CPAS Béatrice Zucca et le conseiller Axel Pire ne se représentera pas en 2018 (pour raisons familiales).

    La nouvelle liste, ouverte à toutes les couleurs politiques mais aussi aux citoyens, ne comprendra pas Guy Mottet, conseiller TE et ex- échevin et ex-président de CPAS, qui a décidé de ne pas se représenter, « dégoûté par le manque de respect et de dialogue constructif montré au Conseil, qui ne correspond pas à ce que j’ai vécu lors des précédentes législatures » (sic).

    Guy Mottet a déjà démissionné de la présidence du MR local mais assure assumer jusqu’au bout son mandat de conseiller communal.

    « Ce n’est pas le MR qui rejoint Daniel Pollain, juste Benoît Ramelot », tient à souligner Marc Evrard (UPN) qui compte deux libéraux sur sa propre liste (lui-même et Bogdan Piotrowski).

    Le bourgmestre, esseulé dans son propre camp, compte bien rempiler à la même fonction.

    « Je serai candidat-bourgmestre, et tête de liste », nous confirme-t-il. Mais de quelle liste ?

    À voir… Le mayeur semble pouvoir compter sur le soutien du cdH, en tout ou en partie, Henri Dehareng annonçant se retrouver dans la politique menée par Michel Lemmens. Et d’Ecolo, estime-t-il.

    Ecolo qui ne se positionne pas encore, tout en reconnaissant la bonne gestion de la commune. On imagine mal la Fédération Huy-Waremme du PS ne pas soutenir le bourgmestre sortant.

    Dans l’impossibilité de créer une liste purement rouge, bleue, orange ou verte, chaque parti devra s’accommoder d’une alliance, pré ou post-électorale.

    « La grosse erreur commise dans cette tripartite, a été de garder nos couleurs respectives, avec des exigences partisanes », analyse l’ex-président de la section locale Ecolo, Guy Brassel, qui souhaite désormais un brassage multipolitique pour éviter tout blocage futur.

    Reste maintenant à trouver des candidats (hommes et femmes) pour compléter chaque liste, un pari loin d’être gagné.

    Le trio Eric Cop, Alain Henry et Vincent Licata, conseillers Tous Ensemble très unis (616 voix à eux trois), élus du premier coup en 2012, risque d’être courtisé.

    Les trois hommes ont annoncé ne pas avoir d’exclusive. 

     

    Article de ANNICK GOVAERS Article complet clic ici 

    1147395687.25.JPG

    Lire la suite

  • Les tas de terres au Pery à Nandrin «De mauvaises habitudes»

    Comme prévu, UPN a abordé au Conseil les tas de terres contenant du raclage de route stockés au Pery, jugés irréguliers par la police de l’environnement qui a adressé un avertissement à la commune.

    Cette dernière doit se mettre en ordre pour le 30/09.

    Marc Evrard a assuré avoir interpellé l’échevin des travaux à ce sujet à 6 reprises depuis 2013 et juge le site «  immonde  », tout en fustigeant la passivité des Ecolos.

    Il a plaidé pour un lieu de stockage adapté et s’il reste au Pery, qu’il soit fermé et protégé. Henri Dehareng a d’abord contrattaqué en mettant en avant l’acharnement d’UPN à son égard depuis cinq ans. Sur le fond, il a évoqué de «  mauvaises habitudes  » prises depuis des années, engendrant le débordement constaté.

     

    «  Il y a toujours eu des mouvements de produits de raclage  », a-t-il dit. Michel Lemmens a ajouté que les premiers tas sont apparus entre 1994 et 2003, déposés par la Région avec la N63.

    «  Depuis ,des tas ont été systématiquement faits et qui arrangeaient tout le monde  », reconnaît-il.

    Soulignant que les analyses ne démontrent pas de danger pour la santé, le mayeur a toutefois indiqué que l’administration avait fait le nécessaire pour régulariser la situation (en demandant un permis à la Région), nettoiera le site et réalisera les aménagements complémentaires demandés.

    A.G. Article complet clic ici 

     

    Voir les photos 2017 Clic ici 

     

    Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

     

    1147395687.25.JPG

  • Permanence du groupe uPN aujourd'hui 24 novembre 2016 de 19 à 20 h à "Histoire de Temps" Nandrin

    upn-web-bord.pngCe jeudi 24 novembre, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 21 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 28 novembre 2016.

    GSM 0477/833369

     

  • Nouveau blocage au Conseil communal nandrinois

    CC 3 octobre source sidinfo.JPG

    La majorité Expressions commune(s) s’est trouvée dans une position délicate, lundi soir au conseil communal, lorsqu’un des points phares de l’ordre du jour a été rejeté par un « non » à la fois des deux groupes d’opposition (2 uPN en l’absence de Marc Evrard et 5 TE) et de la conseillère Murielle Brandt (cdH) appartenant pourtant à la majorité.

    Un basculement rendu possible par l’absence du conseiller EC Guy Brassel, retenu professionnellement à l’étranger.

    Le climat délétère suite à un accord électoral non respecté entre PS et cdH (un échevinat supplémentaire pour un humaniste, a priori Murielle Brandt, à mi-législature) est devenu explosif. Fin septembre, le Conseil était levé, faute d’élus présents en suffisance.

    Le point sur le potentiel Schéma d’orientation local (SOL) avait donc été reporté à lundi… Après les logements publics à Yernée-Fraineux, c’est le second projet de la commune qui passe à la trappe, du moins provisoirement puisque le Collège compte bien les remettre bientôt à l’ordre du jour.

    Le SOL, porté par l’échevine de l’aménagement du territoire Charlotte Tilman, est un outil d’aide à la décision que la majorité souhaitait ajouter à son Plan stratégique transversal, pour réglementer l’urbanisation à Fraineux et Villers-leTemple.

    « Cet outil est prévu et encadré par la Région wallonne, dans le cadre du Code du développement territorial.

    Il n’est pas encore possible de le mettre en œuvre mais à Nandrin, on souhaitait prendre de l’avance », indique Charlotte Tilman.

    Plus concrètement, dans l’objectif de conserver la ruralité, Nandrin voulait développer deux stratégies de développement pour deux quartiers dits « sensibles ».

    « Le cœur de Villers est soumis à une pression foncière : d’urbanisation de certains terrains d’une part, de réhabilitation de certains bâtiments d’autre part.

    Or, il s’agit d’un cœur historique, il faut préserver le patrimoine, étudier la mobilité, l’écoulement des eaux…

    Il faut diminuer la densité prévue dans le règlement communal d’urbanisme à cet endroit.

    Quant à Fraineux, il y a une étendue très importante de terrains à encore urbaniser.

    Il vaut mieux réfléchir globalement au phasage des projets et au développement des voiries en amont, plutôt que se pencher sur une parcelle plic ploc.

    Le tout en consultant la population », soutient l’échevine.

    Mais pour l’opposition, le projet n’est pas assez détaillé.

    « On regrette que les périmètres ne soient pas mieux définis, qu’on ne cible que deux quartiers, et le manque de concertation.

    Quelles sont les intentions de la majorité ?

    Augmenter ou diminuer la densité ?

    L’échevine a répondu au Conseil mais le document comporte beaucoup de flous. On aurait eu l’impression de signer un chèque en blanc.

    D’autant que le Collège pourrait statuer sans avis du fonctionnaire délégué », s’inquiète Benoît Ramelot (TE).

    Union Pour Nandrin reproche aussi que ce qui a été assuré par l’échevine au Conseil n’ait pas été écrit clairement dans le texte.

    « La population devrait pouvoir s’exprimer dès le début de la procédure, à savoir quand toutes les options sont encore possibles », enchérit Bodgan Piotrowski.

    Les deux groupes se disent prêts à revoir leur position si le dossier comporte de nouveaux éléments probants.

    Murielle Brandt aussi, qui se défend d’une quelconque « vengeance » à l’égard du Collège. « Je trouvais que le point n’était pas assez fourni et détaillé.

    Fraineux, c’est mon quartier et je m’étais engagée à le défendre contre l’urbanisation en 2012.

    Je reste cohérente avec mes idées. Si j’avais voulu être vicieuse, j’aurais bloqué la modification budgétaire », lance-t-elle.

     

    Article de Annick Govaers source Sudinfo 

    2 ème convocation du conseil communal de Nandrin le 3 octobre 2016 à 20 h

     20 septembre 2016

    Pas assez d’élus pour le conseil communal à Nandrin

     

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin clic ici , Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre »

     

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin

    Le projet de logements publics refusé  clic ici lors du Conseil Communal de Nandrin

    21 JUIN 2016

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici aujourd'hui 21 juin 2016

    19 JUIN 2016

    La date du Conseil clic ici  provoquée par l’opposition

    15 JUIN 2016

    L’opposition boycotte  le Conseil Communal  clic ici de Nandrin

  • Les premiers logements sociaux à Nandrin

    logement sociaux JPG.JPG

    Situés place Baudouin, à Villers-le-Temple, ils ont été inaugurés ce vendredi.

    L ‘aménagement des quatre premiers logements sociaux de Nandrin est enfin terminé. Un premier pas pour cette commune qui, dans ce domaine, a l’un des plus faibles taux de Wallonie.

     

    Quatre logements sociaux viennent d’être créés place Baudouin, à Villers-le-Temple (Nandrin). L’ancienne maison de maître accueille désormais deux studios et deux autres appartements, une chambre, pour couples.

    La superficie tourne respectivement autour de 45m2 et 65m2 . Ils sont équipés d’une salle de bain et d’une cuisine. Daniel Pollain, échevin du logement, est satisfait. Il faut dire que la construction de ces logements n’a pas été de tout repos. La société en charge des travaux, lancés en 2012, a fait faillite.

    « Il a fallu relancer un marché. Les travaux ont repris il y a un an et demi », indique l’échevin.

    « Le budget pour cette rénovation avoisine les 590.000 euros. » Le loyer est adapté selon les revenus des locataires. Les logements seront accessibles à partir du 1er novembre.

    UN TRÈS FAIBLE POURCENTAGE

    Pour Daniel Pollain, le bâtiment à l’avantage de bien s’intégrer visuellement par rapport aux bâtisses annexes. « Il s’agit des premiers de la commune, si on omet le logement d’insertion près de la poste de Nandrin mis en place en 2010 », indique Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

    « Nous sommes vraiment à la traîne à ce niveau-là. Considé- rant que la commune compte 2.200 logements, le taux de logement social atteint à peine 0,22 %, ce qui en fait un des taux les plus faibles de Wallonie. ».

    Daniel Pollain justifie ce retard par le fait que l’imposition régionale de créer des logements publics « n’a pas dix ans. La plupart des communes rurales n’ont pas encore embrayé », précise-til.

    « Nandrin a rentré quatre plans de développement public dont celui de Yernée-Fraineux qui a été recalé au conseil communal en juin dernier. La Région wallonne demande simplement à ce qu’ils soient réalisés dans un délai raisonnable. »

    CASSER L’ÉLITISME NANDRINOIS

    Quand ces plans seront mis en chantier, Nandrin devrait alors compter 27 logements sociaux. Pour Michel Lemmens, la commune doit essayer de casser la forme d’élitisme dans laquelle elle s’est enfermée. « Pour 2019, nous devrions déjà compter sur 20 logements. », conclut-il.

    Article de  J.G Source Sudpresse Sudinfo 

    L’opposition présente

    Yernée-Fraineux : Pour Nandrin maintient sa position

    Outre les riverains présents lors de l’inauguration de ces logements ce vendredi se trouvait le conseiller communal Bodgan Piotrowski (Pour Nandrin).

    Celui-ci a expliqué être favorable aux logements sociaux, mais il a maintenu sa position concernant ceux qui sont prévus à Yernée-Fraineux.

    Il explique qu’en 2011, ces logements étaient prévus sur la parcelle qui jouxte le parc de Nandrin, et non sur celui-ci.

    « Je ne comprends pas pourquoi ils se sont obstinés à vouloir le mettre à cet endroit », dit-il.

    Article de J.G. Source info Sudpresse Sudinfo