mr

  • Les échevins Daniel Pollain et Charlotte Tilman créent une alliance avec Benoît Ramelot, la majorité explose à Nandrin ?

    L es dés sont redistribués à Nandrin. L’annonce n’est pas encore officielle mais les échevins Daniel Pollain (PS), Charlotte Tilman (Ecolo devenue PS) et Benoît Ramelot (MR, leader du groupe d’opposition Tous Ensemble) s’allieront en vue des élections communales 2018. Faisant de la sorte éclater le groupe PS majoritaire et donc, de facto, le Collège tripartite d’Expressions Communes (PScdH-Ecolo).

    Le groupe Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo), aux manettes de la commune de Nandrin, a vécu.

    Il n’y a plus de réunion depuis belle lurette. La plus grosse crise de la lé- gislature a sans conteste été entre PS et cdH à qui on avait promis une place au sein du Collège à mi-mandat, sans prévoir que Charlotte Tilman quitterait Ecolo pour rejoindre les rangs du PS.

    Le statu-quo explosif, maintenu pendant de longs mois, avait été finalement dénoncé par Murielle Brandt (conseillère cdH) qui avait voté contre son groupe pour marquer son impatience, avant de finalement accéder à la présidence du CPAS.

    Au-delà des divergences entre partis de cartel, c’est au PS même que la scission se dessine aujourd’hui.

    Les élus socialistes, pourtant majoritaires dans l’alliance actuelle, ne seront pas sur la même liste en 2018.

    L’échevin de l’enseignement, Daniel Pollain, et l’échevine de l’aménagement du territoire, Charlotte Tilman, se désolidarisent et vont créer leur propre liste, en s’associant avec le leader d’opposition Tous Ensemble et ex-échevin, Benoît Ramelot.

    Une divergence de vue avec le bourgmestre sortant est évoquée. La position des autres socialistes ?

    Aucun commentaire de la conseillère et ex-présidente de CPAS Béatrice Zucca et le conseiller Axel Pire ne se représentera pas en 2018 (pour raisons familiales).

    La nouvelle liste, ouverte à toutes les couleurs politiques mais aussi aux citoyens, ne comprendra pas Guy Mottet, conseiller TE et ex- échevin et ex-président de CPAS, qui a décidé de ne pas se représenter, « dégoûté par le manque de respect et de dialogue constructif montré au Conseil, qui ne correspond pas à ce que j’ai vécu lors des précédentes législatures » (sic).

    Guy Mottet a déjà démissionné de la présidence du MR local mais assure assumer jusqu’au bout son mandat de conseiller communal.

    « Ce n’est pas le MR qui rejoint Daniel Pollain, juste Benoît Ramelot », tient à souligner Marc Evrard (UPN) qui compte deux libéraux sur sa propre liste (lui-même et Bogdan Piotrowski).

    Le bourgmestre, esseulé dans son propre camp, compte bien rempiler à la même fonction.

    « Je serai candidat-bourgmestre, et tête de liste », nous confirme-t-il. Mais de quelle liste ?

    À voir… Le mayeur semble pouvoir compter sur le soutien du cdH, en tout ou en partie, Henri Dehareng annonçant se retrouver dans la politique menée par Michel Lemmens. Et d’Ecolo, estime-t-il.

    Ecolo qui ne se positionne pas encore, tout en reconnaissant la bonne gestion de la commune. On imagine mal la Fédération Huy-Waremme du PS ne pas soutenir le bourgmestre sortant.

    Dans l’impossibilité de créer une liste purement rouge, bleue, orange ou verte, chaque parti devra s’accommoder d’une alliance, pré ou post-électorale.

    « La grosse erreur commise dans cette tripartite, a été de garder nos couleurs respectives, avec des exigences partisanes », analyse l’ex-président de la section locale Ecolo, Guy Brassel, qui souhaite désormais un brassage multipolitique pour éviter tout blocage futur.

    Reste maintenant à trouver des candidats (hommes et femmes) pour compléter chaque liste, un pari loin d’être gagné.

    Le trio Eric Cop, Alain Henry et Vincent Licata, conseillers Tous Ensemble très unis (616 voix à eux trois), élus du premier coup en 2012, risque d’être courtisé.

    Les trois hommes ont annoncé ne pas avoir d’exclusive. 

     

    Article de ANNICK GOVAERS Article complet clic ici 

    1147395687.25.JPG

    Lire la suite

  • Le remplacement des containers à Villers le Temple Nandrin , réclamé par l’opposition, sera l’investissement prioritaire en 2018

    À l’issue de son premier mandat de bourgmestre, Michel Lemmens, élu depuis 23 ans à Nandrin, aura mené à terme deux projets d’envergure : le dossier du foot, entamé lors de la précédente législature par Benoît Ramelot, et la nouvelle administration communale, dossier très polémique.

    La personnalité de Michel Lemmens, bourgmestre, divise.

    Soit on apprécie sa franchise (« Il dit les choses comme elles sont et tant pis si ça ne plaît pas »), son intelligence (même reconnue par Marc Evrard), ses relais et sa force et sa qualité de travail, soit on dénonce son ton tranchant, son manque de communication personnelle et communale (il n’y a pas eu d’inauguration des terrains synthétiques, par exemple) et son caractère de division.

    Un bourgmestre étant censé rassembler les forces vives autour de lui, Michel Lemmens n’aura pas réussi à garder un PS nandrinois uni, en vue des élections.

    « Que voulez-vous faire ?

    Quand votre femme vous trompe, vous ne pouvez pas la forcer à rester…», réagit-il. Certes, mais les torts ne sont-ils pas souvent partagés ?

    « Rien n’est jamais tout noir, ou tout blanc », consent-il.

    SÉCURITÉ ROUTIÈRE

    Malgré ses bagarres avec Marc Evrard (« Nous sommes les Lucky Luke et Joe Dalton de Nandrin ») qu’il décrit comme « une guerre permanente », Michel Lemmens dit prendre encore du plaisir à monter des dossiers.

    Des dossiers souvent polémiques mais qui avancent.

    Citons le bouclage du foot, la construction de la nouvelle maison communale regroupée avec le CPAS contestée par les deux oppositions, les zones d’immersion temporaire, les rénovations de voiries (« presque 1,5 million investi »), une nouvelle maison de village à Villers (finie au printemps 2019), la création d’un hall relais, et le parking multimodal.

    Échevin des finances et du budget depuis 1994, Michel Lemmens se targue par ailleurs d’avoir amélioré des finances déjà saines.

    Les gros enjeux de la prochaine législature sont avant tout la construction d’un bâtiment en dur à l’école de Villers-le-Temple pour abriter les deux classes actuellement dans des containers, la prise en charge de la population vieillissante de Nandrin (via la construction d’une résidence-services notamment), l’augmentation du nombre de logements sociaux (à l’ancienne Gendarmerie, au Péry) et la sécurité routière.

    La route du Condroz est du ressort de la Région, mais l’histoire a montré que la commune a un rôle à jouer.

    Des thèmes de travail (sécurité routière, vieillissement de la population, enseignement primaire, création de logements pour tous) cités dans les résultats de notre sondage, non exhaustif.

    Les sondés réclament aussi une dynamisation de la vie communale, une relation avec le citoyen, une meilleure information et des routes rénovées. 

    Article de ANNICK GOVAERS

    Article Complet clic ici 

     

  • Clash au PS de Nandrin, la majorité explose info en Exclusif

    Les dés sont redistribués à Nandrin.

    L’annonce n’est pas encore officielle mais les échevins Daniel Pollain (PS), Charlotte Tilman (Ecolo devenue PS) et Benoît Ramelot (MR, leader du groupe d’opposition Tous Ensemble) s’allieront en vue des élections communales 2018.

    Faisant de la sorte éclater le groupe PS majoritaire et donc, de facto, le Collège tripartite d’Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo).

     

     

    Article de AG 

     

     

    Article complet 

     

    Découvrez pourquoi dans La Meuse Huy-Waremme de ce samedi ou sur notre nouvelle édition digitale

     

     

  • Les tas de terres au Pery à Nandrin «De mauvaises habitudes»

    Comme prévu, UPN a abordé au Conseil les tas de terres contenant du raclage de route stockés au Pery, jugés irréguliers par la police de l’environnement qui a adressé un avertissement à la commune.

    Cette dernière doit se mettre en ordre pour le 30/09.

    Marc Evrard a assuré avoir interpellé l’échevin des travaux à ce sujet à 6 reprises depuis 2013 et juge le site «  immonde  », tout en fustigeant la passivité des Ecolos.

    Il a plaidé pour un lieu de stockage adapté et s’il reste au Pery, qu’il soit fermé et protégé. Henri Dehareng a d’abord contrattaqué en mettant en avant l’acharnement d’UPN à son égard depuis cinq ans. Sur le fond, il a évoqué de «  mauvaises habitudes  » prises depuis des années, engendrant le débordement constaté.

     

    «  Il y a toujours eu des mouvements de produits de raclage  », a-t-il dit. Michel Lemmens a ajouté que les premiers tas sont apparus entre 1994 et 2003, déposés par la Région avec la N63.

    «  Depuis ,des tas ont été systématiquement faits et qui arrangeaient tout le monde  », reconnaît-il.

    Soulignant que les analyses ne démontrent pas de danger pour la santé, le mayeur a toutefois indiqué que l’administration avait fait le nécessaire pour régulariser la situation (en demandant un permis à la Région), nettoiera le site et réalisera les aménagements complémentaires demandés.

    A.G. Article complet clic ici 

     

    Voir les photos 2017 Clic ici 

     

    Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

     

    1147395687.25.JPG

  • La police de l’environnement adresse un avertissement à Nandrin

    Les terres pas dangereuses, mais pas autorisées.

    Alertée par l’opposition UPN, la police de l’environnement est descendue à Nandrin le 21 août pour observer et analyser les terres transportées du Pery au chantier de la nouvelle administration communale pour remblayage. Après prélèvements, ces monticules de fraisâts hydrocarbonés ne sont pas dangereux mais ne peuvent être stockés sans autorisation.

     

    Les tas de terres contenant du raclage de route stockés au Pery, derrière le hangar des travaux, et auparavant devant l’ancienne crèche communale, faisaient partie du paysage.

    Une grosse partie d’entre eux a été transportée par camions en août dernier vers le chantier de construction de la nouvelle administration communale, pour servir de remblaiement.

    Ce dont s’est inquiétée l’opposition Union Pour Nandrin qui a contacté la police de l’environnement de la Région wallonne, descendue sur place le 21 août dernier.

    Les deux agents ont pris des prélèvements à la maison communale et ont demandé que le remblaiement cesse en attendant les résultats.

    Ils se sont aussi rendus sur le site du Pery. Contrairement aux craintes de l’opposition, les terres s’avèrent non dangereuses, ont révélé les analyses de l’ISSeP, l’Institut scientifique de service public. La norme HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) n’est effectivement pas dépassée.

    Pas de crainte à avoir, donc. Ces terres peuvent continuer à être enfouies. Par contre, la police de l’environnement a relevé que les tas de matières premières et de divers déchets étaient stockés sans autorisation au Pery.

    En effet, le stockage de déchets inertes ou non dangereux nécessite soit une déclaration de classe 3 soit un permis d’environnement, en fonction du tonnage.

    Ce qui n’était pas le cas. Par conséquent, la police de l’environnement a envoyé un avertissement unique à la commune, lui rappelant ses obligations et l’appelant à se mettre en ordre pour le 30 septembre au plus tard.

    Wallonie environnement attire particulièrement l’attention sur le stockage de fraisâts hydrocarbonés de route, considérés comme potentiellement dangereux : elle demande de ne plus les stocker sans autorisation et sans une protection du sol adéquate. Le service régional épingle aussi le stockage de boue de curage d’avaloirs et/ou d’étangs.

    À défaut de démarches, un P.-V. sera rédigé et transmis au fonctionnaire sanctionnateur régional ainsi qu’au Parquet. Le bourgmestre, Michel Lemmens, en déplacement à l’étranger ce vendredi, et l’échevin des travaux, Henri Dehareng, injoignable, n’ont pas été en mesure de commenter les faits.

    Il nous revient toutefois que le Collège a depuis engagé une demande de permis auprès de la Région wallonne.

    Du côté d’Union Pour Nandrin, on se dit soulagé de la non-dangerosité des terres mais le parti condamne l’amateurisme de la majorité qui n’était pas en ordre, malgré les interpellations.

    Le sujet sera abordé en point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil, lundi : « Nous demandons la régularisation de la situation et la recherche d’un terrain mieux adapté à l’entreposage de telles matières », indique Marc Evrard.

    ANNICK GOVAERS

     

    Voir les photos 2017 Clic ici 

     

    Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

    Point complémentaire au conseil communal Nandrin du lundi 25 septembre 2017 Clic ici .pdf4

     

    1147395687.25.JPG

     

     

     

     

  • Des Nandrinois à la journée des militants dimanche 10 septembre 2017 à Walibi

    Pour sa rentrée politique, le parti des réformateurs avait invité ses membres à une journée gratuite dans le célèbre parc d’attractions.

    « Nous ne l’avons pas privatisé, nuance Christophe Cordier, porteparole du MR.

    Mais dès l’instant où nous avons annoncé à Walibi qu’on avait 13.000 inscrits, le parc a préféré nous le réserver, histoire de ne pas devoir refuser d’autres clients. La capacité du parc est limitée à 15.000 personnes par jour.

    Il a quand même pu finalement accueillir des clients extérieurs, qui se sont présentés ce dimanche, ne connaissant pas notre organisation ».

    Le MR offrait à chaque membre inscrit deux entrées adultes et deux entrées enfants« C’est une façon de remercier tous nos membres et de les réunir, poursuit M. Cordier.

    Nous leur offrons cette journée grâce notamment à l’argent de leur cotisation.

    Nous avons 35.000 membres et la cotisation annuelle s’élève à 15 euros ».

    Les partis politiques aiment rassembler leurs militants dans un cadre familial.

    Début juillet, on se souvient que le PS avait invité ses membres aux lacs de l’Eau d’Heure à faire du VTT, du golf aquatique et d’autres activités nautiques.

    La météo n’avait pas été de la partie et 2.000 personnes seulement s’y étaient retrouvées. L’année précédente, c’est au Domaine provincial de Wégimont qu’Elio Di Rupo avait emmené ses amis. Concert de Saule au CDH .

    Au cdH, la journée des militants avait lieu aussi ce week-end.

    Baptisée « Festvila des projets », elle a réuni 600 personnes environ au Cinquantenaire à Bruxelles où le parti avait loué un emplacement pour y monter chapiteau, podium et ateliers.

    « Notre fête était aussi ouverte aux non-membres, indique Marie-Adélaïde Defourny, porteparole du cdH.

    Et cela pour montrer que l’on veut s’ouvrir à toutes les bonnes idées ».

    La soirée s’est terminée avec un concert de Saule, suivi du DJ Mademoiselle Luna.

    Le même cdH avait choisi les Grottes de Han en 2012 et Pairi Daiza en 2013.

    Il paraît que ces animations, qui finissent toujours autour d’un barbecue, boostent les équipes avant la rentrée.

     F. DE H.

    Photos clic ici 

     

    Article complet ici 

    1147395687.25.JPG

  • Des Nandrinois et les sections locales du Condroz étaient réunis samedi à Hamoir

     

    Mrmars.JPG

    C'était autour d'un copieux petit déjeuner que les sections locales du Condroz avaient décidé de se réunir samedi 10 mars 2017.

    En présence du ministre des pensions Daniel Bacquelaine et d'un grand nombre de député(e)s .

    Patrick lecerf , Caroline Cassart et Daniel Bacquelaine ont pris la parole .

     

    Nombreux Nandrinois était présent à cette rencontre printanière, en fin de matinée ils ont immortalisé le moment par une photo de représentent présent de chacune des locales.

     

  • Nandrin M. Evrard: «Pas responsable»

    540108062.JPGLe conseiller et chef de file d’Union Pour Nandrin, Marc Evrard, a tenu à réagir à notre article «Après les tensions, les libéraux nandrinois font front» suite à l’élection de Guy Mottet comme président de la locale, accompagné des vice-présidents Benoît Ramelot et Marc Evrard.

    S’il reconnaît, à l’époque, avoir pris ses distances par rapport à la majorité et l’existence de tensions dans le groupe libéral, il rappelle qu’il n’a jamais siégé comme indépendant et est resté porte-parole d’ «Union pour Nandrin» jusqu'aux élections communales de 2012.

    « Et je n'ai rejoint la liste de J. Piron qu'à la fin du mois d'août 2012, après avoir constaté que je n'avais été sollicité sur aucune autre liste. Je ne peux donc être tenu responsable de la rupture de l'unité de la locale MR », déclare-t-il.

    Article de A.G Source Sudinfo 

  • Après les tensions, les libéraux font front à Nandrin

    MRNandrin source Sudinfo.JPG

    Ce week-end, les affiliés en ordre de cotisation au MR étaient appelés à élire leur président de section locale. A Nandrin, c’est Guy Mottet (Tous Ensemble) qui a remporté l’unanimité des suffrages (9 voix).

    Ses vice-présidents sont Benoît Ramelot (TE aussi) et Marc Evrard (chef de file d’Union Pour Nandrin).

    Les tensions au sein de la locale libérale semblent oubliées, tous les regards sont à présent braqués sur les élections communales de 2018. Avant de créer une liste unique ?

     

    À deux ans de l’échéance des élections communales, les libéraux nandrinois misent sur le rassemblement. Leur unité avait en effet volé en éclats lorsqu’en 2009, Marc Evrard avait quitté la majorité PS-MR pour siéger comme indépendant, avant de rejoindre la liste citoyenne de Jeannick Piron en 2012, créant de la sorte deux groupes distincts composés de membres libéraux (TE et PN).

    Une scission qui n’avait pas payé pour le parti puisque les deux groupes se sont retrouvés dans l’opposition, après 18 ans de majorité.

    Le renouvellement de la locale MR nandrinoise n’avait pas arrangé les choses : Marianne Delrée avait emporté la présidence face à Marc Evrard qui n’avait obtenu aucun poste-clé et se sentait exclu, lui et ses colistiers Pour Nandrin.

    Les volontés d’apaisement n’avaient pas suffi à calmer les tensions internes.

    Depuis ce week-end, la locale connaît un nouveau président : Guy Mottet (Tous Ensemble), actuel conseiller communal MR avec le plus d’expérience (22 ans au conseil communal, plus 2 ans au conseil de l’action sociale, mais aussi deux fois échevin de l’enseignement et une fois président du CPAS).

    Il a été élu à l’unanimité des neuf voix émises. «  A cet instant de ma carrière politique, j’avais envie de m’impliquer à ce niveau au sein de la locale  », confie Guy Mottet.

    Sa volonté n’est autre que de rassembler les troupes. La nomination des vice-présidents Benoît Ramelot (TE) et Marc Evrard (uPN) en est la preuve. «  Notre trio me semble légitime. Nous avons actuellement à Nandrin deux listes différentes comprenant des membres MR.

    L’objectif est de retrouver une place au sein de la prochaine majorité. Comment ? Ce sera à la locale de le décider mais nous inviterons tous les membres MR, sans discrimination.

    Je souhaite le soutien de tous, qu’importe la liste sur laquelle il se trouve, et retrouver un dynamisme collectif  », assure le nouveau président de la section locale. Un premier pas avant de créer une unique liste libérale en 2018 ?

    «  Ce n’est pas à moi de le décider seul. Il faut en tout cas aller de l’avant et mon souhait personnel est de ne laisser personne, et surtout pas les personnes actives, sur le carreau.

    Il faudra trouver la meilleure solution pour rentrer dans la majorité. Mais les élections ne représentent pas le seul objectif, il faut que le groupe MR continue à vivre longtemps. Et je suis optimiste  », conclut-il.

     

    Source 

    PAR Annick .Govaers 

    L'ACTU DE HUY WAREMME

  • Monsieur Guy Mottet devient le président du Mouvement Réformateur de Nandrin

    DSC_0815.JPG

     

    C'était hier samedi 10 décembre 2016 au Musin sur la place de Nandrin .

    Monsieur Guy Mottet devient Président du Mouvement Réformateur Nandrin .
    Il a été élu à l'unanimité des votants en cette journée des élections internes du MR 

    Photo du nouveau président Guy Mottet , et les deux vices présidents Benoit Ramelot et Marc Evrard .

    Source info 

    Mouvement Réformateur de Nandrin

  • La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue à Nandrin

     

    les agents communaux ,petition,signature ,csc photo AG source Sudinfo.JPG

    Coup dur pour l’opposition nandrinoise (Union Pour Nandrin et Tous Ensemble) ce mardi soir. Le Conseil communal, convoqué en urgence par les deux partis, n’a pas approuvé l’unique point à l’ordre du jour, à savoir la préservation du bâtiment de l’administration communale dont les travaux de démolition étaient sur le point de débuter. Le chantier va bien avoir lieu, pour construire une nouvelle maison communale regroupant les services communaux et du CPAS.

    C’est dans une salle comble, une fois n’est pas coutume, que le Conseil communal de Nandrin s’est réuni ce mardi soir, dans une ambiance électrique.

    Une quarantaine d’agents communaux et du CPAS ont assisté à la séance, pour la plupart debout, pour manifester leur mécontentement face à l’ordre du jour inscrit par les deux groupes d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous Ensemble. Ceux-ci souhaitaient suspendre les travaux de démolition du bâtiment de l’administration prévus dans les jours prochains.

     

    Ils ont distribué à l’ensemble des élus une lettre ouverte dans laquelle on peut lire : «  La construction d’un bâtiment administratif n’est pas le projet électoraliste du bourgmestre, c’est la concrétisation des besoins de l’administration et du CPAS afin d’accueillir et d’offrir le meilleur service à la population.

    C’est la centralisation de l’ensemble des services au sein d’un seul immeuble facilement identifiable, formant un ensemble administratif entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

    C’est enfin l’amélioration des conditions de travail d’une vingtaine de personnes et de la sécurité des travailleurs et des usagers de l’administration.

    Depuis le début de la législature, des manoeuvres incessantes visent à saboter les projets communaux, au mépris du travail préparatoire des services administratifs régionaux et communaux.

    Le personnel ne comprend pas comment le Conseil communal pourrait décider, à la veille du début des travaux, de stopper une procédure parfaitement démocratique, légale et non entachée d’un quelconque vice. (...) Nous n’acceptons plus d’être pris en otage de ces pratiques. »

    L’architecte qui a dessiné les plans de la nouvelle administration communale, John Wery, et l’ancien bourgmestre de Nandrin, Joseph Nandrin, étaient également présents dans l’assemblée.

     

    Marc Evrard, chef de file uPN, a pris la parole pour expliquer les raisons et les arguments de l’opposition pour convoquer ce conseil communal extraordinaire visant la préservation du bâtiment de l’administration communale, celui abritant le secrétariat communal, le bureau du bourgmestre, la salle du Collège, le service des finances et les archives. Visuellement, il s’agit de la bâtisse avec la tour, datant de 1954.

    «  Parmi les 17 élus, au moins 3 dans les deux groupes d’opposition (Benoît Ramelot, Guy Mottet et moi-même), comptent une dizaine d’années d’ancienneté au conseil communal et se sont préoccupés des concitoyens et du personnel communal.

    J’en veux pour preuve que fin des années 2000, nous avons dégagé 400.000 euros pour la rénovation de la Maison Musin et l’aménagement de la place de Nandrin.

    Cela dit, le patrimoine d’une commune est avant tout ses finances. Nous devons veiller à ce que cette richesse soit préservée et utilisée le mieux possible.

    Or, le bâtiment de l’administration, le plus récent des trois de la place, n’est pas insalubre, un terme qui signifie au dictionnaire malsain et dangereux.

    Le bourgmestre n’aurait pas laissé travailler les agents dans de telles conditions pendant 3,5 ans si cela était réellement le cas », a-t-il lancé.

     

    Il a ensuite abordé le coût comparatif entre une rénovation et une destruction-reconstruction, la première option étant, selon lui, à coup sûr moins chère.

    «  Quel bâtiment datant des années 50 ne présente pas d’énormes faiblesses énergétiques et défectuosités ? Faut-il pour autant les abattre ?

    Beaucoup de Nandrinois vivent très bien dans de telles habitations.

    Il faut rénover, cela va de soi, voire agrandir, mais pas d’office détruire et s’engager dans une dépense démesurée. »

    Le conseiller d’opposition a conclu en pointant les conteneurs à l’école de Villers-le-Temple, qui, «  eux, sont insalubres, dangereux et malsains.

    Pourquoi deux poids deux mesures  ? »

    Et de regretter qu’aucune autre option que la démolition n’ait été proposée au Conseil.

     

    Le groupe Tous Ensemble, par la voix de Benoît Ramelot, a tenu à rappeler son opposition régulière au projet.

    «  Lors du Conseil communal de septembre 2013, le Plan d’investissement communal 2013-2016 a recueilli 9 oui et 7 non, cela aurait dû être un signal d’alarme mais vous n’en avez pas tenu compte.

    Vous avez lancé le train à la vitesse TGV.

    Nous n’avons jamais émis de vote positif, il est donc erroné de prétendre que notre réaction est tardive et irresponsable.

    La campagne de désinformation et la pression de ces derniers jours ( « attention, il y aura des conséquences... ») ne sont pas dignes d’une démocratie et nous déplaisent fortement. »

    Michel Lemmens, bourgmestre Expressions Commune(s), a précisé que le montant exact du chantier de démolition-reconstruction de la nouvelle administration communale s’élève à 1,778 million d’euros, dont 302.000 euros de subsides wallons.

    «  La part communale s’élève donc à 1,476 million d’euros. »

    Le mayeur a ensuite comparé les investissements des autres communes (Villers-le-Bouillet, Anthisnes, Wanze) pour leur administration communale, tous plus élevés qu’à Nandrin.

    Il est ensuite revenu sur la chronologie du dossier «  pour montrer que les conseillers ont eu l’occasion de se prononcer en défaveur de la démolition à huit reprises depuis 2013 et ne l’ont pas fait.   »

    Il a en outre insisté sur la vétusté des lieux qui ne garantissent plus la sécurité et la santé du personnel.

    «  Le bâtiment est bien devenu insalubre aujourd’hui  ».

    Et le directeur général, Pierre Jamaigne, d’évoquer les conséquences d’une suspension des travaux adjugés : 302.000 euros de subsides perdus, l’entrepreneur Cop & Portier à dédommager («  minimum 150.000 euros »), ainsi que l’auteur de projet plus les frais d’étude déjà engagés à ce stade («  80.000 € »).

    La suspension des travaux de démolition a recueilli 7 oui (les deux oppositions moins une voix), 1 absentation (Vincent Licata de Tous Ensemble) contre 9 non (Expressions Commune(s)). La majorité a fait bloc pour rejeter le point : la présence de Guy Brassels a facilité la chose et Muriel Brandt a suivi le vote de son groupe.

    Voir l'album Photos clic ici 

     

    Article et photos de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo en ligne sur le nouveau site Sudinfo voir l'article complet ici 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

    Articles dés 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

    Lire la suite

  • Quel avenir pour vos pensions ? conférence le 19 avril 2016 à 20h

    12998770_10208840622954446_2316658234764629479_n.jpg

    Mardi prochain, le 19 avril, les sections locales MR du Condroz  "Nandrin" et les autres se réuniront pour la conférence de Daniel Bacquelaine sur le thème "Pensions Avenir". 

  • Nandrin « Je n’ai pas l’intention de changer de groupe politique »

    politique.JPG

    La sortie de Guy Mottet (Tous Ensemble) en compagnie de Marc Evrard (Pour Nandrin) vendredi dernier dans la
    presse, a fait tiqué les membres de son groupe.

    L’ex-président du CPAS annonçait apporter son aide à Marc Evrard qui entamera son mandat de conseiller de l’action sociale en mai, laissant présager un rapprochement entre les deux hommes.

    Benoît Ramelot, chef de file TE, s’est fendu d’un communiqué pour rappeler que « les propos de M. Mottet
    sont à prendre en son nom propre (ce que l’intéressé soulignait par ailleurs NDLR) et en aucun cas au nom du groupe Tous Ensemble. »

    «Nous n’avons pas été avertis de cette « aide », nous en avons pris connaissance en lisant le journal.

    Quant aux supputations d’alliance entre les deux groupes d’opposition, aucune prise de contact n'a eu lieu avec un quelconque groupe politique,et surtout pas Pour Nandrin dont nous ne cautionnons pas l’attitude au conseil communal », déclare Benoît Ramelot qui s’étonne au passage que Marc Evrard ait besoin d’un coaching.

    «Après 22 ans de carrière au conseil communal et pour quelqu’un qui s’autoproclame candidat bourgmestre, c’est étrange.

    Je n’ai pas vu le même élan de solidarité de la part de Guy Mottet envers la conseillère TE Carmela Nesca,pourtant plus inexpérimentée que M.Evrard », pointe-t-il.

    De quoi se poser des questions sur le positionnement politique de Guy Mottet?

    «Peut-être nous repoche-t-il une opposition trop passive?

    Nous devrons nous réunir pour connaître la raison de cette sortie.

    Je ne le sens pas moins actif dans le groupe mais j’ai besoin de savoir où il se situe.
    Je n’ai pas envie que l’autre opposition soit au courant des dossiers que nous préparons. »


    guy.JPGDu côté du principal intéressé, «il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

    J’ai juste accepté d’épauler Marc Evrard au CPAS, fort de mon expérience de président.
    C’est le premier à m’en faire la demande.

    Ça n’engage que moi,je n’oriente pas le groupe », insiste Guy Mottet.

    Un rapprochement personnel alors ?

    « Je ne vois pas la différence avec un conseiller qui dit « M. le bourgmestre,tout ce que vous faites est bien », on pourrait aussi y voir un rapprochement avec la majorité...

    Je n’ai pas l’intention de changer de groupe politique.


    Nous n’avons pas désaccord, sans doute en partie parce qu’on évite les sujets « touchy » au nom de la cohésion. »-

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudpresse du 24 mars 2016 

     

    Nandrin CPAS : clic ici Guy Mottet va assister Marc Evrard

  • Petit déjeuner des sections locales du Condroz le 5 mars 2016

    Déjeuner MR condroz.jpg

    Petit déjeuner des sections locales du Condroz 

    Il s'étend aux locales du Condroz: Anthisnes, Clavier, Ferrières, Hamoir, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot.

    Les mandataires fédéraux, régionaux, provinciaux et locaux (communaux et CPAS)  feront le plaisir de leur présence.

    Le petit déjeuner, sous forme de buffet, sera préparé par nos soins (croissants, café, jus, pain, confiture, charcuterie et fromages, lard, oeufs, fruits, ...) et servi de 8h30 à 10h30.

    Pour ceux qui le souhaitent, les discussions se prolongeront autour d'un verre en fin de matinée.

    Petit déjeuner: 8 €/personne - gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

    Dans un souci de bonne organisation, pourriez-vous, s'il vous plait, confirmer votre participation auprès de Laurence Marneffe, soit par téléphone (0496/93.71.14), soit par mail à l'adresse laurence.marneffe@hotmail.com pour le jeudi 3 mars au plus tard?

    "Petit déjeuner MR des sections locales du Condroz" le samedi 5 mars 2016 à partir de 8h30 à la Salle annexe du Hall omnisports de Hamoir, rue du Moulin 11b - 4180 HAMOIR.

  • Les libéraux s’affichent enfin à Nandrin le MRC est né

    2012_Nandrin-MRC annonce 2012 05 07 003.jpgLe libéral, Marc Evrard (60ans), conseiller communal et président de la locale MR, ne peut que se réjouir. 

    Six élus libéraux siégeant actuellement(NDLR:sur la liste 2006 UPN, soit PS et MR réunis)l’ont rejoint pour former le MRC,qui se présentera aux suffrages du 14 octobre prochain.

    Il faut en effet se souvenir que l’échevine Sophie Vaessen a annoncé, depuis des mois, qu’elle ne sera pas candidate pour ces élections communales (par choix professionnel).

    En mars dernier,Marc Evrard rappelait que c’en était fini du partenariat(de18ans à la majorité)entre le PS et le MR (Nandrin 2000 puis Union Pour Nandrin).

    Voici deux mois donc, il laissait entendre que la section locale du MR, appelée Mouvement Réformateur Nandrinois (MRN), aurait sa propre liste mais avec quels libéraux?

    Aujourd’hui,les choses sont enfin claires.

    “Notre groupe s’appeller a MRC,pour Mobiliser,Réagir et Communiquer. 

    Des verbes qui privilégient l’action. 

    Certes,il s’agit d’une émanation du Mouvement Réformateur, lequel ne va pas soutenir une liste qui ne porte pas son nom mais... nous soutient de manière individuelle”, expliquent

    Marc Evrard, Guy Mottet, Benoît Ramelot,Marianne Delrée et Isabelle Cornelis.

    Mais alors cette liste ne sera pas uniquement libérale?

    “À ce jour, la liste n’est pas complète.

    Pas plus que l’ordre des candidats ni le programme ne sont arrêtés.

    Tout reste à faire, à construire,à élaborer avec ceux qui souhaitent nous rejoindre. 

    Nous voulons d’un vrai débat, d’un esprit ouvert à tous où tous ont le droit d’émettre un avis et des avoir.

    Le critère pour nous rejoindre n’est pas d’avoir une carte dans un parti. 

    Un indépendant est aussi le bienvenu.

    On lance l’appel.

    ”Pourtant dans les grandes lignes,ces candidats rappellent leur longue expérience en matière de politique communale (de 6 à 18 ans).

    Quand ils parlent de changement, ils indiquent que la population veut être associée aux décisions du politique.

    UN OISEAU POUR LOGO

    “On ne va cracher dans la soupe!

    Mais j’aimerais voir aboutir des projets pour la jeunesse ”, avance Guy Mottet. 

    “On veut un vrai débat démocratique comme ce la se passe au CPAS où s’il le faut on discute longtemps,tous s’expriment pour aboutir à une unanimité”,confie Isabelle

    Cornélis.

    Dès lors, ces grandes idées se répercutent au travers du logo du groupe,logo qui sera dévoilé d’ici quelques jours. “Il est de toutes les couleurs pour son esprit d’ouverture.

    L’oiseau symbolise autant l’envol que la légèreté pour en finir avec les lourdeurs.

    Il s’envole pour porter un message.

    Son aile forme une boucle pour en revenir à la façon de construire l’avenir de la commune comme à l’origine de notre implication dans la politique communale

    au début. 

    La pâquerette symbolise la ruralité que nous défendons... ”

    À ce jour, outre les cinq personnes citées ci-dessus, Jacques Daubenton et Dany Poncelet

  • Marc Evrard (MR) “libre”

    me.JPGCe mardi soir, c’est Conseil communal à Nandrin. 

    Une séance à laquelle le conseiller MR Marc Evrard ne participera pas.

    Celui-ci a décidé d’agir désormais et donc de voter en tant qu’indépendant,se désolidarisant ainsi de la “tendance USC de l’UpN”.

    Pourquoi? Éléments d’explication:“Je manifeste de la sorte ma désapprobation vis-à-vis de récentes déclarations et affirmations(non démenties)dans la presse locale

    émanant, entre autres, de partenaires politiques de tendance PS.

    En conséquence, comme la tendance USC (socialiste) de l’UpN a déjà annoncé son alliance future avec l’opposition ECOLO/CDH, je ne me sens plus lié par un quelconque accord de majorité d’ici au 14 octobre 2012.

    Pour les derniers conseils auxquels je participerai (NDLR:M.Evrard sera absent ce mardi mais pour raisons personnelles),je voterai,non plus dans le contexte

    d’une discipline de groupe,mais de manière “ libre”.

    Je regrette aussi que mon bourgmestre(dont je peux comprendre volontiers qu’il prenne, après tous les mauvais coups reçus, du recul avec la vie politique locale)

    ait déclaré son intention de soutenir la nouvelle formation.

    Je m’attendais de sa part à plus de “distance”,voire de retenue, peut être au nom d’un certain devoir de mémoire.

    Mais bon, il devait certainement être inscrit que cette “législature du possible” (NDLR: 12 élus UpN sur 17!) serait vraiment “celle de trop”.

    À Nandrin, il est décidément temps de redistribuer les cartes.