logement

  • infos logement Projet "puzzle" pour tous les citoyens le 21 septembre de 10h à 12h30

    Ces ateliers visent à répondre aux questions des participants sur les problèmes qu'ils peuvent rencontrer dans leur logement (humidité, isolation, choix d'un fournisseur,...) mais aussi les sensibiliser au coût des énergies et les informer sur les aides existantes (tarifs social, Plan Mebar, éco-conseil,...) .

    Les ateliers se dérouleront de 10h à 12h30 à Clavier-Station un jeudi par mois à partir du 21 septembre (voir publicité). 

     

    La Teignouse dispose d'une camionnette et peut donc passer chercher les personnes qui rencontrent des problèmes de mobilité. 

     

    Pour tous renseignements ou inscriptions, vous pouvez joindre Jean-Marie Jacobs au 0472/241.372 ou moi même 

     Inès Mooren Educatrice au PCS Condroz

    Nandrin et Modave  0474.77.46.42

     

     

    Infos logement

    Numéros téléphone utile :

    • Infos conseil logement liège (infos sur les loyers) : 04/250.93.40 ouvert le mardi et jeudi de 9h à 13 sans rdv
    • Sociétés de logements sociaux

    Achat d’un bien :

    (Crédit social)

    Infos utiles :

    • Contrat de bail et insalubrité: s’il y a un problème de contrat de bail ou d’insalubrité, il faut contacter la région wallonne. C’est le service logement de la commune qui fait le relais
    • Nos 6 communes dépendent de la juste de paix de Huy et l’antenne se trouve à Hamoir
    • Compétence des cpas en matière de logement (cautions,…)

    Formations :

    • Droit au quotidien : formation sur les contrats de bail
  • Les mauvais payeurs sont rarement délogés

    justice.jpgMalgré des jugements favorables, les sociétés de logement public recourent de moins en moins à l’expulsion de locataires qui ne payent pas leur loyer.

    Notamment parce qu’il est plus utile de garder un locataire et de l’inciter à payer que de le renvoyer dans la nature.

    Les loyers impayés sont une vraie plaie pour les sociétés de logement public : ce manque à gagner les empêche d’investir dans la rénovation de logements et dans la construction de nouveaux.

    Ou cela met tout simplement en péril leur équilibre budgétaire. Ces impayés représentent environ 12 millions d’euros, soit 7,4 % du chiffre d’affaires des sociétés de logement public, comme le rappellent Paul Furlan, ministre PS du logement, et le député MR Olivier Destrebecq, qui l’a interpellé au Parlement.

    Et même si le phénomène a tendance à diminuer, ou au moins à se stabiliser depuis 2010, il n’en reste pas moins important. Et pourtant, alors que les sociétés pourraient expulser les mauvais payeurs assez facilement, le nombre de ces expulsions reste relativement faible.

    Les derniers chiffres disponibles datent de 2014 mais ils montrent une évolution dans le temps. Et les chiffres de 2015 devraient rester dans les mêmes ordres de grandeur. Entre 2009 et 2014, le nombre de jugements d’expulsion prononcés par un tribunal a explosé, surtout à partir de 2010 mais on constate aussi qu’un nombre assez faible de ces jugements dé- bouche sur une expulsion effective.

    Autrement dit, alors que les sociétés de logement public ont obtenu la possibilité d’expulser un locataire indélicat à 1.255 reprises en 2014, « seuls » 352 d’entre eux ont réellement été mis dehors.

    CLÉMENCE Cette « clémence » peut s’expliquer de différentes manières, ré- pond le ministre Furlan. « L’expulsion effective d’un plus grand nombre de locataires en retard de paiement ne constitue pas nécessairement une solution satisfaisante à la problématique », dit-il au député Destrebecq.

    « Le recours systématique à ce moyen serait contraire à l’objectif social visé par les sociétés de logement public, mais aussi peu efficient en termes de recouvrement. Il est bien plus difficile de récupérer une créance auprès d’un ex-locataire avec qui tous les contacts sont rompus que d’assurer la bonne exécution d’un bon plan d’apurement par un locataire motivé par le souhait de conserver son logement. »

    Voilà qui explique donc qu’un nombre important de jugements favorables aux sociétés de logement n’est pas exécuté. Soit le locataire a payé entre-temps sa dette, soit il a entamé le remboursement, dans le cadre d’un plan d’apurement, précise M. Furlan.

    Depuis 2010, les sociétés de logement public ont mis en place une gestion plus dynamique des impayés. Lesquels avaient explosé entre 2005 et 2009, avant de se stabiliser.

    Et même de diminuer concernant les locataires en place (ceux qui sont toujours dans leur appartement ou leur maison). Par contre, la somme totale des impayés a légèrement augmenté chez les locataires partis. On le voit, le problème reste épineux et les expulsions, en effet, ne règlent pas tout.

    Article de BENOÎT JACQUEMART source Sudinfo article du 29 septembre 2016 La Meuse 

  • Nandrin Le permis pour les logements sociaux est accordé

    i2.JPGLe fonctionnaire délégué de la Région wallonne vient d’octroyer le permis d’urbanisme sollicité par Meuse Condroz Logement en vue de construire, rue Tige des Saules à Yernée-Fraineux, sept appartements sociaux et un logement de transit. Trois des quatre logements du rez-de-chaussée sont adaptés aux PMR.

    Un projet remanié qui, on s’en rappelle, avait suscité pas mal de contestation. 55 réclamations écrites avaient été introduites lors de l’enquête publique.

    Elles portaient notamment sur la densité jugée excessive, l’accès compromis au parc communal, un nombre de places de parking insuffisant, la crainte d’une dévaluation des habitations existantes.

    Le fonctionnaire délégué a suivi les avis favorables du Collège communal, du Département Nature et Forêts et des pompiers de la zone Hemeco.

    Il estime que la densité n’est en rien excessive, que l’ensemble s’intègre harmonieusement à son environnement, note qu’un cheminement de type doux pourra par la suite être prévu vers les infrastructures sportives du Péry et que le système de drainage pourra être adapté si nécessaire. Le Conseil de Nandrin avait donné son accord sur la modification de voirie pour la création d’un trottoir, décision contestée par certains riverains qui avaient été en recours auprès du ministre. Ce dernier n’ayant pas répondu dans le délai imparti, la décision du Conseil a été confirmée.

    « TRAVAUX EN 2017 »

    Son permis en poche, Meuse Condroz Logement compte lancer les travaux l’an prochain. « Ils devraient débuter début 2017, pour se terminer à la mi-2018 », projette Lorraine Jacques, architecte chez MCL.

    Les sous suiventils ?

    « Nous avons les subsides régionaux pour (100.000 € pour le logement de transit et 572.000 € pour le reste).

    Le projet fait partie du plan d’ancrage 2012.

    Les subsides couvrent la moitié du financement. » Le mayeur de Nandrin se réjouit de cet octroi de permis à MCL.

    « Nous avons conclu une emphytéose avec elle, c’est elle qui gère tout le reste.

    J’espère que le bâtiment sera vite construit car il y a une pression de la population pour trouver un logement au loyer raisonnable.

    Ces appartements seront rapidement loués », commente Michel Lemmens. Quid de la résidence-services à laquelle seraient rattachés certains logements sociaux précités ? « Elle est toujours d’actualité mais pas avant 2019-2020.

    Notre priorité est l’administration communale et la maison de village de Villers-le-Temple. » Du côté de Daniel Giltay, secrétaire du CRAVN.

    on s’interroge.

    « Je ne sais pas encore si nous irons en recours au Conseil d’État », indique-t-il.

    Article de  ANNICK GOVAERS source sudpresse http://journal.sudinfo.be/