inquiétude autour des terrains synthétiques

  • Nandrinois :Inquiétude autour des terrains synthétiques ?

    Les billes de caoutchouc, présentes sur les terrains synthétiques, pourraient être cancérigènes. Ces pelouses artificielles sont pourtant nombreuses chez nous.

    Certains dirigeants sont donc inquiets. 

    Le 22 février dernier, le magazine « Envoyé Spécial » sur France 2 a consacré une enquête sur les pelouses synthétiques contenant des billes noires de caoutchouc recyclées à partir de pneus usagés. Ces granulés bon marché comporteraient toutes sortes de produits toxiques et seraient à l’origine de certains cancers.

    Les journalistes ont recueilli le témoignage de plusieurs personnes, dont celui d’une entraîneuse de foot à Seattle, qui a comptabilisé plus de 250 cas de cancers chez des joueurs, qui ont tous évolué sur terrain synthétique. Par précaution, certaines villes, comme Amsterdam ou New York, ont banni l’utilisation des granulats sur les terrains de foot.

    Chez nous, pourtant, le nombre de pelouses synthétiques ne cesse d’augmenter. Ces dernières années, plusieurs clubs de la région se sont dotés de ces nouveaux terrains.

    il est évidemment hors de question que cette formation se fasse au détriment de la santé des utilisateurs, qui sont majoritairement des jeunes.

    La ville de Liège a décidé de geler les demandes à introduire à la Région wallonne en vue d’obtenir des subsides pour l’aménagement de terrains synthétiques. Une décision prise selon le principe de précaution en attendant un positionnement scientifique sur le caractère potentiellement cancérigène de ce type de revêtement, a-t-on indiqué vendredi au cabinet de Roland Léonard, échevin liégeois en charge des infrastructures et bâtiments communaux.

    Le risque proviendrait de la présence de granules de caoutchouc noires, destinées à améliorer l’absorption des chocs et augmenter la durée de vie des terrains, et qui sont constituées au départ de pneus recyclés. Sur le territoire de la ville de Liège, trois clubs de football disposent de gazon synthétique (Jupille, Pierreuse et Cointe).

    « Dès que nous avons eu écho de cette suspicion, nous avons gelé les demandes de subsides à la Région wallonne pour des terrains synthétiques et ce, malgré les demandes de clubs qui, pour diverses raisons, notamment d’entretien, souhaitent pouvoir disposer d’un tel revêtement. Il n’y a donc aucun dossier de terrain synthétique en cours auprès d’Infrasports », précise-t-on au cabinet de Roland Léonard, en réponse à une interpellation du conseiller communal Vega, François Schreuer, qui souhaitait savoir si la ville de Liège est concernée par cette problématique.

    « Par prudence, nous attendons un positionnement scientifique sur la question avant d’introduire toute nouvelle demande. Nous savons qu’une demande a été formulée au niveau de la Région wallonne vers le fédéral afin qu’une étude soit réalisée à ce sujet. Nous espérons avoir une réponse rapidement afin de savoir comment agir. Soit il s’avérera que c’est réel et donc nous prendrons les mesures qui s’imposeront ; soit on pourra réintroduire des dossiers s’il s’avère que le risque est modéré ».

    Liège: gel des dossiers relatifs à des terrains synthétiques

     

    source info 

    inquiétude autour des terrains synthétiques