hemeco

  • La zone de secours Hesbaye Meuse-Condroz se dote de nouveaux moyens.

    Lien permanent

    Deux nouvelles ambulances pour les pompiers de la zone

    Un investissement de plus de 300.000 euros pour Hemeco

    L e poste de Huy et le poste de Hamoir des pompiers de la zone de secours Hesbaye-Meuse Condroz (Hemeco) sont désormais dotés chacun d’une nouvelle ambulance. Plus de 300.000 euros ont en effet été investis par la zone dans l’achat de deux ambulances dernier cri. Explications.

    La zone de secours HesbayeMeuse-Condroz se dote de nouveaux moyens. Elle vient tout juste d’acquérir deux ambulances flambant neuves dont l’une sera destinée au poste de Huy tandis que l’autre servira au poste des pompiers de Hamoir. Un investissement sur fonds propres de pas moins de 303.175 euros.

    Une fierté pour les 15 communes couvertes par la zone Hemeco qui, depuis la fusion des zones, doivent travailler de concert à la sécurité de leurs habitants. « Le programme d’acquisition budgétisé à l’extraordinaire en 2017 lisse les dépenses sur 6 ans et permet d’avoir des équipements aux normes », explique le commandant chef de corps Stéphane Bouquette avant d’ajouter que les vé- hicules sont remplacés soit tous les deux ans, soit une fois les 200.000 kilomètres dépassés.

    Deux ans seulement ?

    Sachez que la zone Hemeco comptabilise par an pas moins de 6.000 sorties en ambulance. Le nombre d’ambulances de la zone (actuellement 5) ne change donc pas puisque ces deux nouveaux véhicules d’intervention remplacent les autres devenus obsolètes.

    « Fin 2016, deux véhicules étaient en effet en fin de parcours, du coup nous avons anticipé cette dépense en la budgétisant à l’extraordinaire pour 2017.

    Il y a donc aujourd’hui toujours deux ambulances pour Hamoir, deux pour Huy et un véhicule de réserve. Comptez qu’un tiers du budget 2017 est alloué à l’aide médicalisée d’urgence. Et 90 % du budget est consacré à l’ordinaire et 10 % à l’extraordinaire. »

    UNE REMISE À NIVEAU

    Spacieuses et munies de technologies modernes, ces deux ambulances améliorent la sécurité des patients mais également les conditions de travail des 130 pompiers de la zone (composés à 80 % de professionnels) qui sont amenés à travailler avec ces véhicules.

    « Les pompiers ont tous été formés au permis C afin de pouvoir utiliser l’ensemble des véhicules. » Caméra de recul et d’angle mort, suspension pneumatique, système permettant à la centrale 100 d’encoder l’itinéraire directement dans le véhicule, statut du véhicule… une « belle remise à niveau », souligné par Caroline Cassart, bourgmestre d’Ouffet.

    D’autres investissements tels que des véhicules d’officiers, de commandement, de désincarcération, véhicules plongeurs et camions-citernes neufs intégreront bientôt la caserne de la zone de secours. -

    Article de C.L Article Complet clic ici 

    1147395687.25.JPG

     

  • Intempéries pas mal d’interventions, aussi à Nandrin

    Lien permanent

    Archive nandrin blog vent.JPG«  Nous avons eu une grosse dizaine d’interventions  », nous dit-on du côté de la zone Hemeco, «  principalement pour des branchages tombés sur les routes et des tuiles qui se sont envolées de toitures, tant du côté d’Anthisnes que de Marchin, Huy, Wanze ou encore Nandrin.  »

     

    Source info Sudinfo clic ici 

  • Envie d’être pompier? C’est le moment de vous inscrire!

    Lien permanent

    alerte.jpgSi votre rêve a toujours été de devenir pompier, c’est le moment de le concrétiser! La zone de secours Hemeco (tout comme d’autres de leurs collègues), a besoin d’hommes et s’apprête prochainement à lancer un nouvel appel à candidatures.

    Une vingtaine de personnes sont recherchées. Mais, afin de pouvoir y répondre, vous devez avoir en poche le «CAF», pour «Certificat d’Aptitude Fédéral». Il s’agit là d’une obligation depuis le rapprochement en zone.

    Et les inscriptions pour ce dernier se clôturent le 31 janvier. Il est donc temps de s’y mettre! De quoi s’agit-il?

    D’un brevet à obtenir au bout de 3 épreuves: un texte écrit (QCM) sur la base de diverses réflexions de tous types (lecture, problème, connaissances, etc.), un test cognitif via une épreuve plus manuelle (sorte de bricolage où l’esprit pratique est mis en avant) et, enfin, un test physique.

    « L’ensemble de la procédure doit s’étaler sur deux mois environ.

    Le tout est relativement accessible à tout un chacun. Le test physique est vraiment abordable mais il est quand même nécessaire d’avoir déjà une petite condition physique », précise le capitaine Fierens, de la zone Hemeco.

    Ce n’est, qu’une fois le certificat entre vos mains, que vouspourrez postuler lors de l’appel de la zone ou, au préalable, en candidature spontanée. Vous hésitez encore? Le capitaine Fierens, vous convainc: « Le métier de pompier donne un vrai sens à la vie. Si on veut s’investir civiquement, pour aider la société et les gens.

    Mais aussi si on veut un travail d’action, connaître quelque chose qui bouge où un jour ne ressemble jamais à un autre… C’est un métier passionnant, technique, dans lequel on apprend tous les jours et où il y a beaucoup de contacts humains, une grande fraternité.

    C’est le plus beau métier du monde! » Pourquoi attendre?

    Les femmes sont bien évidemment admises également. Et, pour information, les mineurs, à partir de 16 ans, peuvent aussi déjà se lancer dans l’école des cadets.

    Article de E.D. source Sudinfo

    à noter

    Tous les renseignements sur www.provincedeliege.be/fr/ecoledufeu/caf

  • Les pompiers sont à bout et le font savoir

    Lien permanent

    hemeco CYC.JPG

    Leur intervention a mis fin au conseil de la zone.

    Les pompiers de la zone Hemeco se sont réunis jeudi soir à la caserne de Huy, où se tenait un conseil de zone. Une soixantaine de pompiers et leurs représentants syndicaux étaient présents pour exprimer leurs revendications à travers une lettre. La réaction du conseil, leur interdisant la parole, a fait dégénérer les choses.

     

    Ce jeudi soir, les sapeurs-pompiers de la zone Hemeco (Hesbaye-Meuse-Condroz) se sont réunis en front commun syndical, à la caserne de Huy, où se tenait le conseil de la zone de secours. Leur but?

    Attirer l’attention des conseillers sur le malaise qui gagne de plus en plus le service en raison « non seulement du manque de personnel pour assurer leur mission et protéger la population mais également la façon dont ils sont traités par leurs officiers ». «L’ambiance avec eux est bien plus usante que le travail en lui-même.

    C’est dire. On a des véhicules, c’est très bien, mais encore faut-il avoir le personnel pour l’utiliser. Le colonel et les officiers nous prennent pour des moins que rien, ils nous écrasent, alors qu’ils ont été à notre place.

    Ils n’ont aucune reconnaissance pour le travail qu’on fait et aucun respect vis-à-vis de nous» , exprime avec douleur un pompier affilié à la SLFP.

    Une soixantaine de sapeurs étaient présents au conseil de zone pour la lecture d’une lettre avant que ne commence la réunion. «On s’est fait mettre à la porte comme des malpropres, on souhaitait simplement lire une lettre. Ils nous ont interdit de nous exprimer. Nous avions un accord informel avec des membres du conseil et avons envoyé mails et courriers» , confie Pierre Simonet, délégué CGSP.

    Lors de la séance publique, après que le colonel ait pris la parole, tous ont finalement entamé sa lecture, à l’unisson. Conséquence?

    Les bourgmestres ont mis fin au conseil et Claude Parmentier, mayeur de Wanze, s’est empressé de quitter les lieux, ne souhaitant pas entendre ces mécontentements. Les représentations syndicales ont finalement obtenu une réunion dans les 15 jours.

    «Ils sont en situation illégale et ils le savent» , ont-ils conclu.

    Article de CYNTHIA CHAROT Source Sudinfo