haute tension : alain henry a gagné

  • Nandrin Haute tension : Alain Henry a gagné !

    Lien permanent


    alain.jpg

    La justice lui donne raison

     

    Le fermier nandrinois (par ailleurs conseiller communal Tous Ensemble) Alain Henry a remporté son bras de fer avec la société Elia. 

     

    Son recours a porté ses fruits : le Conseil d’État annule le permis d’urbanisme  délivré par la Région pour remettre en service la ligne haute tension Tihange-Neupré.


    L’agriculteur Alain Henry est aux anges, lui qui vient de remporter une victoire judiciaire. 
    Le Conseil d’État a en effet annulé le permis d’urbanisme accordé par la Région à Elia en décembre 2010 pour remettre en activité une ancienne ligne à haute tension (70.000 volts), coupée depuis 1980. 
    Cette ligne, qui date des années 30, passe au-dessus de la ferme familiale, rue Baimont à Nandrin. 
    «Je l’ai connue quand elle fonctionnait toujours, du temps de mon papa. 
    Quand ils l’ont arrêtée, on a vraiment senti une amélioration : les bêtes (il élève 40 vaches laitières NDLR) avaient moins de maladies, donc on avait moins de pertes et on trayait beaucoup plus. 
    La ferme a alors commencé à rapporter », se souvient Alain Henry.
     Alors quand le Nandrinois a vu débarquer Elia trente ans plus tard pour réaliser des travaux sur l’ancienne liaison Rimière-Gramme, il a vu rouge.
     «Personne ne nous a prévenus de la réfection !
    Cette ligne traverse Modave, Tinlot, Nandrin et Neupré.
    J’ai deux poteaux chez moi.
     Mais je ne suis pas le seul incommodé.
    Un riverain a un câble de 70.000 volts à 6 mètres de son toit…
    Il fallait faire quelque chose. 
    Si Elia remettait le courant, j’arrêtais les vaches, c’est simple.
    Elles sont trop sensibles. » Le Nandrinois a introduit un recours en suspension et en annulation au Conseil d’État en novembre 2011.
     «Je n’ai pas envie que mes vaches ou mes pigeons voyageurs (lui et son père ont été champions de Belgique sur plus de 800 km en 2011 NDLR) connaissent des problèmes. 
    De plus, il est prouvé que le magnétisme du courant a des effets néfastes sur la santé humaine. »
     Alain Henry n’a pas été suivi par l’auditorat en ce qui concerne la suspension du permis (qui stoppe les travaux en attendant la décision). Par contre, le Nandrinois a été entendu pour l’annulation du permis.
     Le Conseil d’État estime, dans son arrêt, que les connaissances scientifiques et techniques ont évolué depuis les années 80’, que l’environnement a été modifié par de nouvelles constructions et que, dès lors, un document joint à la demande de permis devait
    indiquer les effets possibles des rayonnements électriques et électromagnétiques sur la santé.
    «J’ai appris lundi que j’avais gagné.
    Elia ne pourra pas remettre le courant sans nouveau permis. 
    Ils doivent recommencer la procédure à zéro. 
    Je suis super heureux même si j’ai dû consacrer 10.000 euros à cette affaire. » 
    Article de ANNICK GOVAERS pour le Journal La Meuse H-W du 27 novembre 2013