héron du gazon

  • Le Nandrinois Didier De Smedt, "Héros du Gazon" sur la RTBF, vit un véritable drame

    Lien permanent

    Didier N source Sudinfo.JPG

    Il vit un véritable drame depuis l'arrêt de l'émission.

    L’après « Héros du Gazon » est douloureux pour Didier : sans emploi, il connaît des soucis de santé

    Rendu célèbre par le programme « Les Héros du gazon », l’habitant de Nandrin a raccroché définitivement les crampons.

    Mais le retour à la réalité n’est pas simple : il a perdu son emploi, doit être opéré d’une tumeur et est en froid avec certains ex-équipiers.

    Éclaircie malgré tout, il va entraîner une équipe de foot féminine.

    Il a fait les beaux jours de l’émission « Les Héros du Gazon » par son tempérament fougueux.

    Didier De Smedt a définitivement raccroché les crampons après la très belle aventure proposée par la RTBF.

    Des soucis de santé sont à l’origine de cette retraite pour le sympathique Nandrinois évoluant à Yvoir B.

    « Je dois subir une grosse opération des sinus pour une tumeur non cancéreuse », explique le trentenaire.

    « En plus, j’ai eu de nombreuses blessures qui font que le corps dit stop. » C’est sans regret qu’il arrête de jouer.

    « Ce qu’on a vécu est extraordinaire. J’ai réalisé un rêve grâce à cette émission », raconte l’ancien numéro 23.

    Didier note, avec une pointe d’amertume, le manque de suivi de la part de la chaîne publique.

    « Nous n’avons pas été préparés à l’après.

    Certains n’ont pas un entourage comme moi pour garder les pieds sur terre. Il faut se rendre compte qu’on n’a rien fait si ce n’est une émission télévisée. » Et celle-ci lui a coûté son job.

    « J’ai en effet perdu mon magasin de spiritueux à Ciney avec l’émission. Je me retrouve sans emploi à l’heure actuelle. Je suis preneur de tout ce que je peux trouver », lance l’ancien Héros.

    IL VA COACHER DES FILLES

    Néanmoins, il n’est nullement question pour l’intéressé de quitter le monde du ballon rond.

    Le père des deux enfants reprendra le rôle de coach qu’il avait tenu durant dix ans dans diverses équipes de jeunes .

    « J’avais envie d’entraîner une équipe seniors et non des jeunes », narre-t-il.

    « Mais je me voyais mal aller coacher une équipe d’hommes après l’émission. »

    Dès lors, le Nandrinois s’est tourné vers une section féminine dans le Namurois

    .« J’ai reçu de nombreuses propositions alléchantes financièrement et proche de chez moi mais j’ai décidé de m’engager avec l’équipe féminine de Moustier-sur-Sambre », ajoute Didier.

    C’est au détour d’un tournoi de cécifoot que l’ancien joueur a rencontré les dirigeants de Moustier.

    Le club lui a proposé un projet sur le long terme qui lui a directement plu. « Je vais coacher l’équipe de deuxième provinciale mais pas seulement », déclare De Smedt.

    « Le projet est de créer une section féminine avec des équipes d’âge. On va permettre à des filles de découvrir le football avec une structure autour. »

    Si les installations ne sont pas proches de chez lui, Didier affirme ne pas avoir peur de faire des kilomètres tant que le projet en vaut la peine.

    Article de  MICHAEL SCHOLZE Source sudpresse Sudinfo du 10 mai 2016 page 4 http://journal.sudinfo.be/

     

    « Profiter de la bonne cause pour attirer des sponsors »

    Après la diffusion de l’émission, les « Héros du Gazon » ont participé à une série de matchs caritatifs pour Viva For Life.

    Dans la foulée, les joueurs ont profité de l’occasion pour mettre sur pied leur propre ASBL. « Le cœur d’un héros veut avant tout aider les enfants défavorisés en leur donnant accès au sport », rappelle l’instigateur du projet.

    « On a déjà pu aider une petite fille qui avait besoin d’une attelle pour marcher.

    On l’a financée et maintenant la gamine va suivre un cours de danse.

    On est aussi intervenu en faveur de l’équipe nationale de cécifoot et encore d’autres associations. »

    Si l’idée est indépendante de la RTBF, Didier regrette que certains joueurs d’Yvoir se soient servis du concept caritatif pour payer les joueurs.

    « C’est aussi une des raisons qui m’ont décidé à arrêter l’aventure avec Yvoir B », enchérit le Nandrinois.

    « Certains voulaient profiter de la bonne cause pour attirer des sponsors. C’est à mon sens contraire aux valeurs.

    Maintenant, il faut être honnête sans les « Héros du Gazon », 99 % des recettes n’existent pas. » M.SC