grand prix

  • Thibaut Dely entamera sa cueillette samedi à Villers-le-Temple Nandrin pour l’ouverture de la saison

    Lien permanent

    cycliste.gifChampion des Clubs, Thibault Dely s’élancera pour la victoire ce samedi à Villers-leTemple. Saison liégeoise qu’il déflorera vêtu de sa nouvelle combinaison rouge et noire des Blancs Gilets.

    En levant les bras d’entrée à Vivegnis, il a gommé la frustration d’une année longue comme un jour sans pain, vierge de succès. Mine rassérénée et barrée par un sourire jovial malgré quelques gouttes de sueur, Thibault Dely ne masquait pas son enthousiasme en bord de Meuse. « Même s’il faut relativiser l’ampleur d’un Championnat des Clubs », admet le coursier d’Hognoul.

    « J’espère pourtant ramener d’autres bouquets.

    De vainqueur, pas de dauphin. Mais je m’attendais à douze mois de transition pour mes balbutiements en Débutants. En seconde année, je me sens plus mature.

    Même s’il faut relativiser l’ampleur du Championnat des clubs. » Sa migration hivernale des Hesbignons du TCH vers le Brabant Wallon et les Blancs Gilets semble lui avoir apporté sérénité. « Encadrement plus fourni, nouvel entraîneur… Sans la moindre volonté de dénigrer le TCH, je sens que j’ai franchi un pas vers la cour des grands », observe celui qui revient de deux stages.

    D’abord en Espagne puis à Fréjus (France) avec ses équipiers. « Mes préparatifs furent excellents », expose celui qui a surtout coché les manches de la Top Compétition.

    « Pour en ramener le maillot à pois. Un véritable objectif, même si j’espère également me montrer sur les grandes courses en général. Et sur les épreuves usantes, comme Jemeppe en particulier. » Insatiable appétit de succès, qu’il pourrait commencer à combler dès ce samedi, pour l’ouverture officielle du printemps liégeois, sur un tracé de Villers-le-Temple relifté. « Même si je n’ai nullement placé mes attentes pour le début de campagne », modère l’Awansois. « Je préfère m’ôter la pression. Ma victoire me démontre que je suis engagé sur la bonne voie.

    Même si la concurrence de ce samedi sera probablement plus relevée. Un top dix me comblerait. Et, sans vouloir tomber dans l’excès de confiance, je sens la gagne assez proche. »

    Réponse sur le coup de 14 heures, après 55,8 kilomètres d’efforts dans les vallons condruziens. Départ à 12h15.

    Article de  MAXIME SEGERS source info Sudpresse 

    http://journal.sudinfo.be/