grève des bus

  • Grève des bus toutes les écoles de la région touchées

    Lien permanent

    480240499_ID6316249_tec_214717_H33AW9_0.JPG

    Les chauffeurs de bus de la TEC ont annoncé hier matin une grève sauvage, elle devait se poursuivre ce vendredi.
     Hier aucun préavis n’avait été déposé, mais des piquets empêchaient les bus de sortir des différents dépôts.
    Ceux d’Omal, Oreye, Ouffet, Verlaine et Wanze étaient bloqués.
    «Des chauffeurs ont positionné leurs bus devant les dépôts, de sorte que personne ne puisse entrer ou sortir du dépôt. 
    Nous avons été avisés de cette action mercredi soir,d’autres ont été prévenus en arrivant hier matin. 
    Dans la journée, nous attendions des nouvelles de Namur où une réunion s’est déroulée.
    Comme aucune solution n’a été trouvée, la grève se prolongera ce vendredi », explique un employé du TEC Liège-Verviers qui revient sur les raisons de cette action sauvage : «Les syndicats déviaient les lignes ou les arrêts pour éviter le passage des bus aux points problématiques du réseau. 
    Ils ont été sanctionnés par la direction. » La FGTB et la CGSLB ont alors décidé de débrayer.
    DES ÉLÈVES RENVOYÉS CHEZ EUX
    Hier matin dans l’arrondissement, aucune cour d’école ne s’est retrouvée déserte, malgré la grève. 
    L’abbaye de Flone a enregistré de très nombreux retards, «mais la plupart des étudiants sont finalement bien arrivés, même s’il a parfois fallu deux heures à certains pour rallier l’établissement »,
    précise-t-on. La situation était similaire au Collège Saint-Louis de Waremme où peu d’absences étaient à déplorer, au contraire des arrivées tardives qui étaient, elles, importantes. 
    Dans une autre école secondaire de Waremme, l’Athénée, le taux de présences apparaissait sensiblement plus faible qu’à l’accoutumée : «Les parents sont parvenus à conduire leurs enfants, ou se sont arrangés pour qu’ils puissent suivre les cours normalement » ajoute la préfète. 
    Du côté de l’Institut Libre du Condroz, situé à Ouffet, on dénombre tout de même 20 % d’absents.
    À l’Athénée de Huy, seuls 5% des élèves ont été touchés. 
    À Saint-Quirin, cette grève a touché une trentaine d’étudiants, contre une quarantaine à l’Athénée de Hannut.
     Enfin, l’école des Orchidées n’a pas été épargnée puisque plusieurs étudiants ont dû venir à pied.
     En début d’après-midi, la directrice a décidé de prévenir les parents et de renvoyer les élèves chez eux : «Nous les avons fait renvoyer chez eux vers 13 heures, car nous n’étions pas sûrs de voir passer un bus. » 

    Article de JULIEN MARIQUE dans le journal La Meuse H-W du 29 novembre 2013
     
    Une attestation de grève pour la journée de jeudi  28 novembre est disponible au format PDF en cliquant ici