fusion communes-cpas : menace sur l’emploi

  • Fusion communes-CPAS : menace sur l’emploi

    Lien permanent

    furlan.JPGC’est une petite révolution pour la vie des communes, de leur personnel et des électeurs qui se cache dans la déclaration de politique régionale du nouveau gouvernement wallon.
    De retour d’une brève période de vacances dans les Alpes, le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Paul Furlan (PS), nous a confirmé qu’il préparait de grandes réformes.
    La plus importante concerne la possibilité pour les communes de fusionner avec les CPAS. 
    Le gouvernement encourage carrément les communes et les CPAS à fusionner sur une base volontaire avec maintien d’un comité spécial de l’action sociale pour l’attribution des aides individuelles.
    « C’est une nouveauté absolue, qui peut-être très utile pour les villes et communes de moins de 100.000 habitants », confirme Paul Furlan.
     Potentiellement, cela concerne les 262 communes wallonnes, sauf Liège, Namur et Charleroi.
    Pour le ministre, cette mesure présente un intérêt pratique.
    « Elle va permettre de fusionner le personnel en une seule administration, ce qui sera plus efficace,notamment dans les plus petites communes ».
    Mais, en cette période de grandes difficultés budgétaires pour les communes de Wallonie, cette nouveauté peut aussi être un moyen pour les administrations de rationaliser les effectifs et se séparer d’une partie de son personnel.
     « Ce n’est pas l’objectif », insiste Paul Furlan. 
    Par contre, il faudra du courage aux majorités pour déshabiller de la sorte les CPAS et les organes politiques.
    FUSION DES COMMUNES
    Autre nouveauté : le gouvernement va déposer un décret cadre pour rendre plus facile la fusion entre communes voisines, sur base volontaire et après consultation des habitants.
    Il s’agit d’une demande du cdH, notamment pour le Luxembourg.
    Enfin, le gouvernement a décidé de supprimer l’effet dévolutif de la case de tête pour les élections communales et provinciales.
    Une belle avancée vers une élection plus directe des élus. Désormais,seul le nombre de voix de chaque candidat comptera. 
     
    Article de D.SCA dans le journal La Meuse du 14 aout 2014