food trucks

  • Nandrinois Le « boom » des food trucks !

    Les food trucks se battent pour leur reconnaissance

    Le « boom » des food trucks !

    L’an dernier, 1.817 personnes ont demandé une autorisation pour mener des activités de marchand ambulant.

    Et les compteurs indiquent déjà plus de 1.000 demandes à la moitié de cette année.

    Ce qui amène nos confrères du « Belang van Limburg » à évoquer l’irrésistible ascension de ces « restaurants sur roues » que l’on croise régulièrement dans nos villes.

     

    Sauf que l’absence de reconnaissance légale des food trucks ne facilite pas leur évaluation et l’impossibilité de trier ceux qui ont demandé une carte pour un food truck ou pour vendre des vêtements ou des fruits, rend donc très compliquée la comparaison.

    Alors, oui, on ne compte plus les « food trucks festival » aux quatre coins du pays, mais… « on compte environ 350 food trucks chez nous, un chiffre stable depuis l’année passée », explique Fabrice Willot.

    Dans le milieu, Fabrice n’est pas n’importe qui : carrément, et depuis 2013, le président de la Belgian Food Truck Association… Et il ne veut pas que l’on compare les food trucks avec « n’importe quoi ».

    « Je les distingue des « camions bouffe ».

    La différence ?

    Si un boulanger cuit des tartelettes dans sa boutique, puis les vend dans un camion, cela n’a rien à voir avec un food truck.

    On cuisine dans ce dernier ce qui y est vendu.

    On y parle de produits artisanaux et de qualité.

    Les food trucks proposent une cuisine qualitative, parfois inventive redonnant au consommateur l’envie de manger sain et savoureux, le goût des produits locaux et de saison ! »

    S’il y a une stabilité dans le nombre de food trucks, « c’est aussi parce qu’un candidat sur deux abandonne les douze premiers mois », reprend M. Willot.

    « Certains ne voient que la partie émergée de l’iceberg : les deux heures où l’on vend 300 burgers, par exemple.

    Mais il y a tout le reste, tout un travail en amont et aussi du boulot administratif.

    Il y en également beaucoup qui imaginent que l’on se met n’importe où en ville ! »

    ENCORE 5 DATES EN WALLONIE

    C’est la raison d’être de la « Food Truck Academy » que Fabrice Willot a lancée pour informer les futurs entrepreneurs du secteur.

    « Nous recevons une centaine de demandes chaque année.

    Notre objectif est de les… décourager ! »

    Lisez : de bousculer les candidats pour que seuls les plus déterminés s’accrochent.

    « Le problème, c’est que l’on n’a toujours pas de reconnaissance légale », explique-t-il encore.

    « On nous associe au commerce ambulant… Ce que nous demandons ?

    Par exemple, une formation à l’hygiène obligatoire.

    Cela existe partout en Europe sauf chez nous et au Luxembourg !

     

    On souhaite aussi des contrôles de l’Afsca plus adaptés.

    Aujourd’hui, on a les mêmes contrôles que les maraîchers…

    Nous travaillons avec différents ministères pour que cela bouge, mais c’est compliqué. »

    En attendant, si vous voulez vous plonger dans l’ambiance food truck, le « Wallonie Food truck festival » continue cet été.

    Il reste cinq rendez-vous : Gembloux, du 11 au 13 août ; Tournai, du 18 au 20 ; Mouscron, du 25 au 27 ; Arlon, du 8 au 10 septembre ; Fléron, du 15 au 17/9.

    Bon appétit !

     D.SW.

    1147395687.25.JPG