finance

  • Rencontre autour de la monnaie citoyenne

    Lien permanent

    Le GAL Pays des Condruses invite toutes personnes intéressées par la thématique de la monnaie locale, à nous rejoindre pour une soirée,  

    le 13 juin à 20h00 au GAL Pays des Condruses.

     

    Cette rencontre sera l’occasion d’en apprendre plus sur la monnaie citoyenne, de poser vos questions, de donner votre avis et de décider ensemble si nous avons l’envie, l’énergie, la disponibilité de passer à une

    phase plus concrète c’est-à-dire, en parler aux commerçants

     

    Dans le bassin de vie liégeois, les idées bourgeonnent et les initiatives autour du Valeureux, la monnaie citoyenne, se multiplient.

    Le Valeureux initialement créé à Liège va se muer en Val'Heureux et sera décliné à Verviers, à Herve, en Ourthe – Amblève, à Huy-Waremme et pourquoi pas sur le territoire des Condruses aussi ?

    Nous aurons le plaisir d’en parler ensemble mardi prochain.

    N’hésitez pas à partager l’information autour de vous.

     

    Pour mieux vous accueillir, merci de nous confirmer votre présence .

    kathleen@galcondruses.be

     

  • «Oubliez le revenu cadastral!»

    Lien permanent

    revenu cadastral ,politique ,finance Pour C. Lacroix, une habitation modeste, ça ne veut plus rien dire.

    Le ministre du Budget veut rendre plus juste la fiscalité sur l’acquisition d’une maison. En fonction de sa localisation de l’habitation et de la composition du ménage.

    Réforme fiscale globale, c’est (notamment) le dada du ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS) qui bosse sur divers dossiers. Nous avons fait le point avec lui et il nous confie à quoi il voudrait arriver. Parce qu’il espère que ça bouge.

    Et rapidement.

    Voici comment Christophe Lacroix commente ses combats personnels. Qu’il compte faire approuver.


    Propriété.

    Ne plus tenir compte du revenu cadastral. «Vous habitez une maison 4 façades dans un superbe coin à la campagne et votre revenu cadastral n’est que de quelques centaines d’euros alors que le revenu cadastral du petit studio de votre cousin à Seraing est le double.

    Vous comprenez ça?

    Moi non plus!», nous dit-il. Certes, aucun propriétaire ne demande à payer plus mais le ministre estime que les droits d’enregistrement ne doivent plus être liés au cadastre.

    Clairement, il faut supprimer le taux réduit de 6% au niveau des droits d’enregistrement. «Ils doivent être liés à la pression fiscale, à vraie valeur et à la localisation de l’habitation et à la composition du ménage».

    Ça change quoi?

    «Cela permet à chacun d’avoir accès à la propriété. La valeur des maisons sera reconnue. Actuellement, avec le revenu cadastral, on arrive à qualifier de «maisons modestes», des maisons qui sont estimées à 300.000 euros».

    La télé-redevance à 50 euros dès 2018.

    Un sujet que nous avons déjà longuement évoqué. Un cheval de bataille pour Lacroix. Il veut que la télé-redevance soit supprimée en 2019 (si elle rapporte 100 millions de recettes au trésor wallon, Lacroix annonce que la réforme fiscale va combler une partie de ce manque à gagner).

    Et en 2018? Le ministre veut des avancées.

    Pas de suppression totale mais… «Je suis confiant pour dire que, dès l’année prochaine, on pourrait passer à une redevance de 50 euros plutôt que 100 euros.»

    En attendant, continuez à la payer. des centaines de contribuables ont reçu depuis le début de l’année, une régularisation parce qu’ils n’ont pas déclaré leur télévision.

    Et ça peut coûter très cher. Notons qu’en matière de recettes, nous avons obtenu les derniers chiffres de l’administration.

    Au 31 décembre 2016, 106 millions d’euros n’avaient pas encore été enrôlés (30 millions notamment réclamés par contraintes ou huissiers, 24,5 millions qui restent impayés mais encore dans les délais, 22,5 millions qui font l’objet de dossiers en litige, 15 millions qui concernent des plans d’apurement…)

    IPP, un effort pour les personnes qui gagnent 120.000 euros brut (et plus par an).


    «C’est mon cas», souligne d’abord Christophe Lacroix. Il suggère de relever les additionnels de l’impôt des personnes physiques pour les revenus qu’il estime supérieurs (entre 120.000 et 150.000 euros brut par an): «Une augmentation entre 0,65% et 0,70% est tout à fait acceptable.

    C’est très clair, les plus riches doivent payer plus».

    Article de M.SP Source Sudinfo 

  • Les salaires vont un peu gonfler

    Lien permanent

    CLIN-D-OEIL.jpgUne bonne nouvelle pour les travailleurs, il y aura une indexation des salaires en 2017.

    Pour cela, il faut que l’indice pivot fixé à 103,04 points soit dépassé. Hier, le SPF Économie nous apprenait que l’indice santé lissé était passé de 101,81 points en décembre 2016 à 102,05 points en janvier 2017. Selon les prévisions du Bureau du Plan, l’indice pivot devrait être dépassé au mois de mai 2017.

    «Cela voudrait dire que les allocations sociales et les salaires dans la fonction publique seraient adaptés au coût de la vie, et donc augmentés de 2%, respectivement en juin et en juillet».

    Pour les salaires dans le privé, la date est fixée par la commission paritaire. Rappelons qu’un accord est intervenu entre les syndicats et les patrons.

    Le salaire pourra être augmenté de 1,1% durant la période 2017-2018. Avec l’indexation des salaires en plus, cela fait deux bonnes nouvelles pour votre portefeuille!

    Article de P. N. Source sudinfo 

  • Un Belge sur cinq n’y arrive pas

    Lien permanent

    m.jpgEn 2016, 6% de la population belge était confrontée à une situation de privation matérielle sévère, la moyenne européenne étant estimée à 8%, nous apprend une enquête EU-SILC organisée par la Direction générale Statistique. 22% des Belges déclarent éprouver des difficultés à joindre les deux bouts.

    Une personne est en situation de privation matérielle sévère quand au moins quatre éléments de privation sur les neuf suivants s’appliquent:

    1. Le ménage ne peut pas payer des factures à temps,comme le loyer, l’eau, l’électricité… (7% des Belges ont répondu qu’ils étaient dans le cas), 2. On ne sait pas se payer chaque année une semaine de vacances, hors de son domicile (26% des Belges), 3. On ne sait pas s’offrir un repas composé de viande, de poulet ou de poisson tous les deux jours au moins (6%), 4. On ne peut pas faire face à une dépense imprévue (26%), 5. On ne possède pas de téléphone (0,1%), 6. On n’a pas de TV couleur (0,7%), 7. On n’a pas de lave-linge (1%), 8. On n’a pas de voiture personnelle (7%), 9. On ne peut pas chauffer convenablement son domicile (5%).


    PAS DE VÊTEMENTS NEUFS

    On apprend encore que 9% des Belges avouent ne pas pouvoir remplacer des vêtements usés ou démodés par des vêtements neufs, 12% ne peuvent pas retrouver des amis ou leur famille autour d’un verre ou d’un repas au moins une fois par mois, 14% ne peuvent pas participer de manière régulière à une activité de loisirs telle que sport, cinéma, concert… 12% disent ne pas pouvoir dépenser une petite somme d’argent chaque semaine pour eux mêmes. 3% des sondés affirment ne pas pouvoir posséder deux paires de chaussures.

    «Il existe un net déséquilibre entre les différents éléments composant la privation matérielle. Ainsi, l’achat d’une télévision ou d’un téléphone ne pose pas vraiment de problème, alors que faire face à des dépenses imprévues, d’un montant de 1.100€, reste un obstacle majeur pour plus d’un quart de la population».

    Article de PIERRE NIZET Source Sudinfo 

  • Des intérêts toujours plus riquiqui sur les comptes d'épargne ?

    Lien permanent

    Livret banque source SI.JPG

    Les perspectives 2017 d’intérêts sur les comptes d’épargne sont pires que celles de 2016 et pourtant, les Belges n’abandonnent pas ces comptes. Le site guide-épargne.be a sorti son traditionnel top des intérêts perçus sur les comptes classiques proposés par les banques. Mais aussi les perspectives pour 2017. Et là, c’est la soupe à la grimace.

     

    En 2016, pour un versement de 10.000 euros au 1 er  janvier, les trois meilleurs comptes ont rapporté respectivement 137, 73 ; 115 et 109,72 euros. Les grandes banques belges, elles, se situaient pour la plupart de leurs formules d’épargne classique (compte d’épargne) sous les 30 euros. Et même sous les 15 euros.

    Article de Benoît Jacquemart source Sudinfo 

    le classement sur notre nouveau site premium (gratuit).

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

    Finance source SI 2.JPG

    finance source SI le guide epargne.JPG

     

  • La proposition du groupe uPN de diminution de l'IPP et centimes additionnels n'a pas été retenue à Nandrin .

    Lien permanent

    540108062.JPGUne info de Vers l'avenir sous la plume de la journaliste Sarah Janssens voir ici .

    Il semblerait que le point mis à l'ordre du jour par le groupe union Pour Nandrin, en raison des bonnes finances de la commune, une diminution de 'Impot personne physique IPP (8%50) et les centimes additionnels (2650 centimes)n'a pas été retenu par 12 voix Non 1 abstention et 3 voix Oui.


    Il semblerait que le Bourgmestre ai rappelé que la source de revenus de la commune est l'impôt  70 % par les taxes IPP et centime.

     
    La journaliste relate dans ses écris ,cette phrase " Mais disons-le elangage bête et méchant" Si Nandrin va bien ce n'est pas parce que Nandrin est une commune riche, mais parce que Nandrin est une commune de riche"(Sic), suite à aux déclarations et explications du Bourgmestre Michel Lemmens sur les finances.


    Le chef de file et porte-parole du groupe uPN(Marc Evrard ) argumente en disant ,que la diminution des centimes additionnels de 2650 à 2600 en 2017 n'aurait qu'un effort de 26000 € pour la commune , de descendre l'IPP de 8%50 à 8 % en 2018 qui fera 169000 € de moins dans les finances communales.

    Il fait remarquer que cela serait un beau geste envers les citoyens Nandrinois toujours en raison de la bonne santé financière annoncée.

    Ils ont conclu sur un Non de la majorité, également pour des élus du groupe Tous Ensemble Un Non de Benoît Ramelot,Alain Henri ,Eric Cop et une abstention de Vincent Licat ,Guy Mottet étant absent et excusé !!!
    Trois Oui pour uPN Marc Evrard , Bogdan Piotrowski et Didier Maka.

    Le budget 2017 lui a été voter à 9 voix Oui Exp C  et 7 abstentions TE et uPN .

    Le Budget CPAS passera lui en Janvier 2017 annoncé par le bourgmestre Michel Lemmens .

    Source info vers l'avenir , et Facebook Politique .

    Le Conseil Communal  par la blogueuse   

    Point complémentaire Conseil Communal de Nandrin du groupe uPN 19 décembre 2016 proposition de diminution IPP et centimes additionnels

  • Nandrin en 5 ème positions dans le Top 10 des communes les plus riches avec 22.383 € en moyenne de revenu net par habitant

    Lien permanent

    Statbel publie le revenu net imposable moyen des Belges pour l’année 2014. Il concerne l’exercice fi scal 2015 et montre, on s’y attendait, de belles disparités en fonction des régions et même des provinces. Dans le top 100 des communes les plus riches, on retrouve 18 Wallonnes et… zéro Bruxelloise.

    À l’instar de l’année dernière, c’est dans la commune de LaethemSaint-Martin, dans la banlieue cossue de Gand, que le revenu moyen est le plus élevé. Les données livrées par Statbel concernent l’année de revenus 2014, soit l’exercice fiscal 2015.

    Quand on parle de revenu, il s’agit du revenu net imposable. Ces montants sont calculés au départ des déclarations à l’impôt des personnes physiques.

    Sont compris : les revenus imposables au titre d’une profession, les revenus de remplacement, les pensions, les dividendes, le revenu cadastral et les rentes alimentaires. Les revenus non imposables, comme les allocations familiales et le revenu d’intégration, ne font pas partie des revenus fiscaux.

    En 2014, le revenu moyen pour un habitant de LaethemSaint-Martin était de 27.679 €, soit 56,6 % de plus que la moyenne nationale qui est de 17.684 euros. Suivent Keerbergen dans le Brabant fl amand (25.779 €) et Lasne dans le Brabant wallon (25.040 €). Dans le top 10 des plus riches, il n’y a que cette commune pour la Wallonie. Dans le top 100, on retrouve… 82 communes fl amandes, 18 wallonnes et… zéro bruxelloise.
    TRÈS PAUVRE SAINT-JOSSE Un Wallon moyen affiche un revenu de 16.671 €. C’est 12 % de moins que le Flamand moyen (18.949 €). Le Bruxellois est encore moins gâté avec une moyenne de 13.839 €. C’est 27 % de moins que le Flamand !

    Il n’est donc pas étonnant de voir 7 communes bruxelloises sur 10 dans le « fl op 10 » national. Les moins bien nantis sont Saint-Josse-ten-Noode (8.824 €), Molenbeek (10.350 €) et Anderlecht (11.618 €).

    Par rapport à l’exercice fiscal 2014, on constate une hausse du revenu pour chaque région. « Elle est en partie artifi cielle », explique Statbel dans un communiqué.

    « Depuis 2014, la déduction des prêts hypothécaires a été considérée comme une réduction d’impôt et non plus une dépense déductible, ce qui a nettement augmenté le revenu net imposable ». Avant 2012, certaines dépenses déductibles, comme les dons et les dépenses pour la garde d’enfants, étaient également déduites du revenu net.

    Depuis la réforme de 2012, elles ne sont déduites des impôts à payer que lors du calcul des impôts. Au niveau des provinces, les différences de revenu moyen sont importantes.

    On retrouve le Brabant flamand (20.749 €) et le Brabant wallon (20.167 €) dans le haut du tableau. De l’autre côté, le Hainaut (15.517 €), Liège (16.487 €) et le Luxembourg (17.075 €) font figure de parents pauvres de la Belgique.

    Seule la région bruxelloise est moins bien lotie que ces trois provinces wallonnes.

    Article de PIERRE NIZET source Sudinfo

     

     

    revenu source sudinfo.JPG

    Bien sûr, ces statistiques ne tiennent compte que de ce qui a été déclaré au fi sc. L’argent gagné par exemple en effectuant du travail au noir n’est pas comptabilisé. La Belgique compte désormais huit communes où le revenu moyen par habitant se situe au moins 30 % en deçà de la moyenne nationale. C’est deux de plus que l’année précédente.

    Ces communes sont Saint-Josse-tenNoode, Molenbeek, Anderlecht, Schaerbeek, Farciennes, Dison, Bruxelles et Saint-Gilles. La commune à facilités de Messines, en Flandre occidentale, est celle où le revenu moyen est le plus bas de Flandre.

    Au niveau des dix villes ou communes les plus peuplées de Belgique, Bruges est celle qui s’en sort le mieux avec 19.727 euros en moyenne de revenu net par habitant.

    Suivent Gand (18.013 €), Namur (17.604 €), Mons (15.724 €), Anvers (15.615 €), Liège (14.624 €), Charleroi (13.170 €), Bruxelles (12.254 €), Schaerbeek (11.663 €) et Anderlecht (11.618 €). Les « championnes » par province wallonne sont Lasne (Brabant wallon, 25.040 €), Attert (Luxembourg, 22.841 €), Neupré (Liège (22.574 €), Ham-surHeure-Nalinnes (Hainaut, 21.002 €) et La Bruyère (Namur, 20.593 €).

    La commune de la Côte où le revenu est le plus élevé est, ce n’est pas une surprise, Knokke-Heist avec 24.542 €. Elle précède Coxyde de 354 euros.- P.N.

     

  • La CSC défend la nouvelle administration communale de Nandrin,réaction de l'opposition

    Lien permanent

    ADN Source Sudinfo.JPGCe mardi soir, les édiles nandrinois se rendront à un conseil communal extraordinaire convoqué par les deux partis d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous ensemble.

    Unique point à l’ordre du jour: la préservation du bâtiment de l’administration communale, qui devait être rasé incessamment pour construire à la place un bâtiment neuf.

    Un point qui pourrait passer, compte tenu de l’étroite majorité et du vote inconnu de la conseillère Muriel Brandt, la potentielle nouvelle échevine (cdH) qui ne l’est toujours pas.

    La Confédération des Syndicats Chrétiens a décidé de monter au créneau pour soutenir ses affiliés(environ un tiers du personnel communal).

    Elle a envoyé un communiqué pour dénoncer l’attitude de l’opposition qu’elle juge «incompréhensible» et « irrespectueuse envers le personnel communal .»

    « Pourquoi une réaction si tardive?

    La dépense a été budgétisée, l’accord de subsides a été reçu, le marché a été attribué. On s’insurge contre ce manque de respect envers le personnel.

    Il a droit à de bonnes conditions de travail dans des bâtiments qui répondent aux normes de sécurité et de bien-être, ce qui n’était plus le cas (pas de sortie de secours au 2e étage, problème de chauffage, d’électricité, pas d’accès PMR etc.).

    Tout remettre en question aussi près du but aura de lourdes conséquences, notamment financières, qui se répercuteront sur l’administration », dénonce Gaston Merkelbach, secrétaire régional CSC Services Publics.

    « En outre, l’entreprise de construction Cop & Portier (de Flémalle) perdrait un chantier qui représente l’équivalent de 8 à 10 emplois pendant un an, ce n’est pas rien », abonde Pol Gilles, secrétaire régional CSC bâtiment, industrie et énergie.

    La CGSP, elle, n’entre pas dans le débat.

    « Il y a beaucoup de manipulation politique dans ce dossier, nous ne prenons pas parti.

    Ce qui importe pour nous, c’est que le personnel bénéficie de conditions de travail satisfaisantes.

    Nous restons vigilants », assure Philippe Lizin, secrétaire régional intersectoriel pour la CGSP de Huy.

    Si la CSC ne se déplacera pas au Conseil, plusieurs membres du personnel devraient y mener une action.

    Le directeur général, chef du personnel, Pierre Jamaigne, n’a pas souhaité faire de commentaire.

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

     

    Réaction de l’opposition

    «Au détriment des Nandrinois»

     

     

    Marc Evrard, chef de file d’uPN, s’est indigné à la lecture du communiqué de la CSC et surtout de la signature de Gaston Merkelbach, ancien co-organisateur du Nandrin Rock Festival et fils de du président de la section nandrinoise du cdH.


     « Il est lié à Michel Lemmens par le festival et son papa est le meilleur soutien du bourgmestre...


    Cette intervention est cousue de fil blanc », accuse-t-il.


    En dehors de la personne du secrétaire régional CSC, qui n’habite pas Nandrin, des membres du personnel communal prévoient de manifester leur désaccord au Conseil.

    Entend-il ce mécontentement?

    « Quand on vous propose le top, forcément ça donne envie.

    Mais pas au détriment des Nandrinois.

    La commune n’a pas les moyens de se payer un tel luxe, assène-t-il.


    Le bâtiment visé par la destruction n’accueillait que 8 personnes
    ,dont , le bourgmestre et le directeur général.


    S’il avait été insalubre, Michel Lemmens l’aurait déclaré comme tel depuis longtemps.
    Certes, il n’est plus aux normes et énergivore mais on pourrait le rénover et investir dans les écoles.

    Cette pression sur l’opposition est scandaleuse ».

    Le groupe Tous Ensemble se réunissait lundi soir pour adopter une position concertée.

    « Le personnel a toute notre attention mais il faut envisager le dossier dans sa globalité.

    Une administration publique vise à accueillir le public...


    L’objet du point n’a rien à voir avec le personnel.»

    Article du 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     

     

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

  • Que se passe-t-il place O Musin à Nandrin ?????

    Lien permanent

    Que se passe t'il sur la place Ovide Musin de Nandrin ?

    Un espace fumeur , pour le personnel administratif être à l'abri du froid ?????

    Bientôt le marché de Noël ????

    Un garage Vélo ?????

    Une permanence De ou de ??????

    Un chauffoir en prévision de l'hiver, pour les moins nantis  ????

    Début des travaux de l'Administration ?????

    Avec ou Sans ????

     

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

  • «On peut regrouper des communes!» Trois autres sources d’économies la dernière étude de l'économiste Jean Hindriks

    Lien permanent

    i2.JPG«On peut regrouper des communes!»

    »La Wallonie héberge un tiers de la population belge, mais 44% des communes sont wallonnes, ce qui signifie que les communes wallonnes sont globalement moins peuplées qu’en Flandre», avance Jean Hindriks.

    « Pourquoi ne pas fusionner ou faire des regroupements par zone entre celles qui font moins de 20.000 habitants (près de 80% des communes) ?

    Les services à la population n'en pâtiraient pas et j’estime l’économie annuelle à 40 millions d’euros. »

    Avec la disparition des provinces et l’harmonisation des pensions des parlementaires (« C’est en Wallonie que ça bloque », dit Jean Hindriks), cela ferait deux autres sources d’économies.

    « Et là, je ne touche pas à un centime des investissements prévus. Au contraire, je dégage des moyens financiers pour les consolider », conclut Jean Hindriks.

    « Il y a moyen de rationaliser le service public en Wallonie, ce qui permettrait d’éviter un jour qu’on le rationne, c’est-à-dire que l’on décide arbitrairement 10% de coupes sombres dans tous les secteurs, ce qui serait une politique dramatique!»

    Article de  D.SW source info Sudinfo

    Le professeur de l’UCL compare le poids du secteur public sur l’économie de la Wallonie et de la Flandre: les écarts sont saisissants.

    Lire la suite

  • Nandrinois Pas de nouvelle taxe sur les citoyens wallons

    Lien permanent

    i2.JPGLe gouvernement wallon a bouclé plus vite que prévu son budget pour 2017, alors que l’exercice était plutôt délicat.

    Il sera en déficit de 300 millions d’euros, même si, selon le ministre-président Magnette et le ministre du Budget, Christophe Lacroix, il s’agit d’un déficit tout à fait gérable.

    Et dû, pour une grande partie, à des raisons extérieures, notamment le fameux « tax shift » fédéral qui prive les Régions d’importantes recettes (117 millions pour la Wallonie, selon les chiffres de M. Lacroix).

    La bonne nouvelle de ce budget 2017, selon le gouvernement PS-cdH, c’est qu’il n’y aura pas de nouvelle taxe pesant sur les citoyens wallons.

    Une annonce qui fait réagir l’Ecolo Stéphane Hazée : « C’est assez bizarre de dire ça aujourd’hui alors que le gouvernement a décidé en juillet d’instaurer une taxe forfaitaire pour financer l’assurance autonomie.

    Et cela pour le courant de l’année 2017 », nous a-t-il dit ce dimanche.

    « Pour un ménage moyen, ça reviendra à 100 euros par an… soit la même chose que ce que coûte la téléredevance ! »

    ÉCONOMIES

    Pas de taxes nouvelles et pourtant, le gouvernement a dû faire de sérieuses économies, puisque, alors que certaines recettes diminuaient, il a décidé de maintenir un certain nombre d’investissements pour préserver l’avenir de la Région. Ces économies « visant à réduire le déficit », comme dit M. Lacroix, se monteront à 244 millions.

    Comment ?

    Par une « meilleure gestion de la dette », par exemple.

    Mais aussi en demandant aux administrations régionales et aux Organismes d’intérêt public de se serrer la ceinture.

    Notons que des investissements comme ceux pour les routes ou les aéroports ne sont pas remis en cause. Le gouvernement annonce aussi un plan d’investissement sur plusieurs années (plus de 1 milliard) pour le logement, la petite enfance, le tourisme, l’économie, le secteur hospitalier…

    Mais voilà qui ne convainc pas vraiment l’opposition. Alors que l’Ecolo Hazée parle de « boniments » de la part de la majorité PS-cdH, le MR Pierre-Yves Jeholet se dit très déçu. « Trois cents millions, c’est le double de la trajectoire budgétaire annoncée.

    Pour 2017, la Wallonie devait diminuer son déficit à 150 millions », rappelle-t-il. « Où est le souffle, où sont les réformes structurelles ?

    La Région wallonne doit absolument diminuer son train de vie. Au niveau du personnel, des frais de fonctionnement, de certains subsides. » Les discussions au Parlement sur ce budget régional s’annoncent chaudes.

    Article de B.J. source info Sudinfo 

  • Nandrinois Une indexation des salaires devrait intervenir

    Lien permanent

    i2.JPGLe prochain dépassement de l'indice pivot pourrait intervenir en mai plutôt qu'en juillet... et les salaires augmenteraient alors en juin

    Le prochain dépassement de l’indice pivot devrait se produire en mai, ressort-il des dernières prévisions d’inflation publiées mardi par le Bureau fédéral du Plan. Auparavant, le Bureau du Plan prévoyait un tel dépassement en juillet.

    Si ces nouvelles prévisions se confirment, les allocations sociales et les salaires dans la fonction publique seront augmentés de 2% respectivement en juin 2016 et en juillet 2016. Le dépassement suivant n’interviendrait pas en 2017 alors que le dernier franchissement de l’indice pivot remonte à novembre 2012.

    Les dernières prévisions du Bureau du Plan anticipent une inflation annuelle de 1,5% en 2016 et 1,5% en 2017, contre 0,56% en 2015 et 0,34% en 2014.

    L’augmentation de «l’indice santé», qui sert entre autres au calcul de l’indexation des salaires, allocations sociales et loyers, serait de 1,7% en 2016 et 1,3% en 2017, contre 1,05% en 2015 et 0,40% en 2014.

    Les prochaines prévisions d’inflation seront publiées le 3 mai.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Le Nandrinois gagne en moyenne plus de 20.000€ par an

    Lien permanent

    commune la plus riche.JPG

    Les revenus des habitants de l’arrondissement augmentent

    Un habitant de Nandrin gagne en moyenne 6.000 euros par an de plus qu’un Engissois. Le SPF Économie a publié les chiffres de 2012 relatifs aux revenus des Belges. 
    Si la population du Condroz et de la Hesbaye a des revenus supérieurs à celle de la vallée mosanne, elle le doit notamment à ses axes routiers. 
    Mais pas seulement.
     
     
    Alors que le SPF Économie publie ses chiffres de l’année 2012, le revenu net imposable moyen par habitant de l’arrondissement augmente pour atteindre 17.699 euros par an, soit plus que les moyennes belge, wallonne et provinciale.
    Au sommet, on retrouve Nandrin, la seule de nos trente-et une communes à figurer dans les cinquante plus riches de Belgique. 
    Depuis 1995, le revenu d’un Nandrinois a augmenté de plus de 5 %, proportionnellement aux conjonctures et coût de la vie différents à un intervalle de près de vingt ans.
     Hormis à Tinlot,on n’observe aucune croissance de cette mesure sur les dix-sept dernières années.
    Virginie Libert, de la conférence des élus, a travaillé sur le schéma de développement territorial pour l’arrondissement Huy-Waremme.
    Elle nous éclaire sur les tendances et notamment le fait que le Condroz connaisse une évolution significative : «La N63 a un impact au niveau économique.
    Grâce à la route du Condroz, il y a par exemple des professeurs de l’Université de Liège qui viennent habiter à Nandrin.
     Des personnes avec des revenus plus élevés quittent le centre des villes et s’installent dans la région. 
    Le prix du terrain reste moins élevé dans cette deuxième couronne autour de Liège que dans la première où on retrouve des communes comme Neupré, Esneux ou Chaudfontaine.
    Les axes routiers rendent Nandrin ou Tinlot attractifs. »
    Même si plusieurs facteurs influencent les revenus des habitants, les liaisons routières gardent une importance non-négligeable.
    À l’instar du Condroz, la Hesbaye se trouve dans cette deuxième couronne autour de la cité ardente.
     La région hannutoise fait, elle, partie de la dernière couronne pour Bruxelles : «Les communes hesbignonnes sont situées entre les autoroutes E40 et E42 qui relient respectivement Liège à Bruxelles et Namur.
     Le prix du foncier est élevé à Bruxelles et le Brabant wallon est cher.
     La périphérie bruxelloise descend donc jusqu’à Hannut, ce qui peut expliquer les revenus plus élevés.
     Une commune comme Berloz va connaître un boom démographique », précise Virginie Libert.
    Toutefois, même si cette croissance devrait se poursuivre, des facteurs comme le prix des carburants ou celui des terrains peuvent l’altérer.
    À l’inverse, l’indice socio-économique de la vallée mosane semble inférieur à la moyenne : Amay, Saint-Georges, Engis et Huy sont en dessous des 17.699 euros annuels.
     Enfin, la typologie du logement connaît aussi des disparités : «Les revenus des habitants sont moins importants dans les villes, car les logements sont plus petits et les transports en commun plus présents.
     L’âge de cette population citadine peut également avoir une influence sur la moyenne des revenus », précise la directrice de cette ASBL qui regroupe les élus de l’arrondissement. 
     
    Article de Julin Marique pour le journal La Meuse 
     
     
    TOP:
    1. Nandrin figure dans le top 50 belge avec 20.384 euros comme revenu net imposable par habitant en 2012.
     La commune condrusienne est au top de l’arrondissement.
     2. Donceel arrive deuxième à Huy-Waremme avec un revenu moyen de 19.171 euros par habitant.
     3. Faimes est la troisième commune en 2012 avec 19.092 euros. 
     
    FLOP:
     
    1. Engis : là où les habitants ont le moins de revenus avec, en moyenne, 14.246 euros en 2012.
     2. Huy est la Ville la plus pauvre de l’arrondissement. 
    Un Hutois moyen a eu un revenu net imposable de 15.306 euros.
     3. Amay, avec un revenu moyen de 15.523 euros par habitant à la même enseigne que ses voisins. 
     
     

    nandrin 20000.JPG

     

    Le Nandrinois gagne.JPG