festival

  • Le week-end des 25 et 26 août se déroulera le Bucolique Festival toujours gratuit le vendredi

    Le week-end des 25 et 26 août se déroulera le Bucolique Festival sur la place du village de Ferrières.

    Durant toute l’année, une dizaine de bénévoles travaillent pour préparer ce week-end musical. En ce moment, ils sont en pleine phase de promotion ; faire connaître le festival en plaçant des affiches, des bâches etc.

    Le montage du site, lui, commence une semaine avant le festival. Une vingtaine de bénévoles sont attendus pour travailler durant le montage et le démontage, une centaine durant le reste du festival.

    Préparer un tel événement, cela prend du temps. « La taille de l’événement a diminué mais il faut compter une année de préparation pour le festival car il y a notamment les diverses demandes de subsides et la réservation du matériel. Le gros du travail commence fin mai. A partir de ce moment-là, on a des réunions hebdomadaires » explique Jérôme Grosjean, coordinateur du Bucolique. Comme depuis deux ans, le festival est gratuit le vendredi et payant le samedi (15€ en prévente, 20€ sur place ; plus d’infos sur le site internet www.bucolique.be).

    En 2015, Pure FM, un des partenaires du festival, faisait une émission radio en direct le vendredi afin de mettre en lumière les groupes découvertes. C’est à partir de ce moment-là que l’accès est devenu gratuit le vendredi.

    « Cela attire un public différent, le but est de faire perdurer un festival en zone rurale. Le vendredi, c’est plutôt un public qui vient boire un verre et découvre de la nouvelle musique ».

    Cette année, la tête d’affiche du festival est le groupe liégeois Piano Club qui montera sur scène le samedi. L’organisation souhaite diversifier le style musical afin de ne plus faire uniquement de la musique pop et ainsi toucher un maximum de monde.

    9 ARTISTES À VOIR

    Entre 500 et 600 personnes sont attendues chaque jour sur la place de Chablis.

    Notons qu’il s’agit de la douzième édition du festival mais son ancêtre, appelé à l’époque Autoroute Ferrières Festival, a vu le jour il y a une vingtaine d’années. Durant tout le week-end, neuf artistes seront à (re)découvrir sur la scène du Bucolique Festival.

    Le vendredi : Rive, Jacle Bow, Glass Museum.

    Le samedi : Pale Grey, Piano Club, No Money Kids, Lubiana, Le Manou, Dario Mars.

    MARIE LARDINOIS

    Le groupe « Piano Club », qui existe sous ce nom depuis 2007, se produira le 27 août au Bucolique festival.

    Ce groupe de musique pop à base de clavier vintage met l’accent sur les mélodies. Rejoints par une chorale, treize artistes seront sur scène afin de chanter, jouer d’un instrument.

    Une vraie histoire s’est créée entre le groupe et les Bucoliques.

    « C’est un festival qui nous a fait confiance dès le début. On y était d’ailleurs en 2007.

    Les organisateurs nous connaissent bien. C’est une relation d’amitié » confie Anthony Sinatra, chanteur du groupe.

    1147395687.25.JPG

  • Cette année pas de festival de jazz à Nandrin

    Le Nandrin Jazz Festival était devenu, en quatre années consécutives, le rendez-vous des amoureux du jazz mais aussi des curieux qui profitaient de la gratuité de l’événement pour assister aux prestations de grands noms du jazz.

    L’édition 2017 ne verra finalement pas le jour. « Nous tenions à ce que le festival de jazz reste gratuit. Imposer une entrée payante, même minime, aurait sans doute attiré moins de monde alors que la logique du festival gratuit est de faire venir des gens qui ne sont pas spécialement fans de jazz mais qui se déplacent pour passer un moment convivial sans devoir s’acquitter d’une entrée », explique Daniel Pollain, co-organisateur, par ailleurs échevin à Nandrin. Dans ces conditions, les organisateurs, l’asbl Arts Nandrin où figurent Daniel Pollain, Franck Pirotte, Grégory Houben et Claude Laffineuse, avaient besoin de subsides et sponsors privés pour boucler le budget du festival « qui tourne autour de 20-25.000 euros ».

    Or, rien n’était sûr.

    « Il y a trop d’incertitudes pour que nous prenions le risque d’organiser le festival. Nous voulions certes conserver un beau plateau d’artistes mais ce n’est pas ce qui coûte le plus cher. Le chapiteau, l’éclairage, la sonorisation, la promotion, les assurances... : tout cela représente 75% du budget.

    Nous étions sûrs des subsides de la Province et de la commune mais ce n’était pas assez. Bizaremment, la Fédération Wallonie-Bruxelles ne donne pas de subvention à des manifestations gratuites », note Daniel Pollain. Résultat, les organisateurs préfèrent passer une année. « On ne désespère pas de pouvoir relancer le festival l’an prochain », souligne-t-il toutefois.

    L’événement, qui se déroulait pour l’essentiel dans l’enceinte du château de Villers-le-Temple puis chez Pol pour l’after, rassemblait chaque année entre 700 et 800 personnes.

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

  • Nandrin Festival 2017 sur la place Arthur Botty de Nandrin

    Nandrin Festival 2017 sur la place Arthur Botty de Nandrin du 29 juin au 2 juillet 2017

    Vendredi 30 juin : 10€ 
    * Samedi 01 juillet : 13€ 
    * Dimanche 02 juillet : 13€
    * Pass 3 jours : 25€
    * Gratuit pour les moins de 12 ans.

     

    Nandrin Festival 2017

     

    http://www.nandrinfestival.be/

     

  • Jacques Stotzem Concert d'ouverture du Nandrin Festival aujourd'hui 29 juin 2017 au "& Café" à Nandrin

    Préventes : 15,00€/place par versement sur le compte BE46 3631 2364 5536 de Hdb Productions Asbl et au "& Café" à Nandrin.

    Ouverture des portes à 20h00, concert à 21h00.

    Jacques Stotzem : "ACOUSTIC GUITAR MUSIC"
    Guitariste inclassable, Jacques Stotzem rayonne de par le monde. Il bouscule les règles de la musique avec un
    naturel désarmant et redessine avec son âme les frontières du "fingerpicking". Au hasard de ses humeurs, de ses
    envies, de ses rencontres, il flirte avec le blues, le folk, le jazz, le rock ou encore des sonorités qui invitent aux
    voyages. La musique de Jacques Stotzem respire, transpire son créateur. Elle n’appartient qu’à lui, et pourtant, parle
    à tout le monde !
    Avec plus d'une centaine de concerts par année, Jacques Stotzem est devenu un invité régulier des plus importants
    festivals de guitare européens et ses tournées le mènent jusqu'au Japon, en Chine, à Taiwan ou en Corée du sud.
    Depuis 2006, la légendaire firme de guitare américaine "Martin Guitar" produit un modèle "OMC Jacques Stotzem
    Custom Signature", un rêve pour tout guitariste, une consécration pour Jacques.
    Les deux CD « Catch The Spirit » (avec des reprises de Jimi Hendrix, U2, Rolling Stones, etc...) récoltèrent un grand
    succès sur la scène médiatique belge en restant respectivement 41 et 23 semaines dans les pop charts belges. Ils
    furent suivis par « To Rory », un album d’hommage au légendaire guitariste irlandais Rory Gallagher, album salué par
    la presse internationale spécialisée au travers d'excellentes critiques. 2017 signe le retour de Jacques Stotzem à la
    composition avec la sortie de « The Way To Go », un album de ballades mélodiques et lyriques, des morceaux ancrés
    dans ce style unique de Jacques, des airs forgés par sa signature.
    Le programme du concert de Jacques mélange à la fois ses compositions et ses arrangements "Classic Rock".
    www.stotzem.com
    www.youtube.com/JStotzem
    www.facebook.com/Stotzem

    Photo événement Facebook

     Stotzem

    Info événement Facebook 

    Jacques Stotzem - Concert d'ouverture du Nandrin Festival clic ici

  • L'entrée gratuite pour tous les Nandrinois au Nandrin Festival 2017 ? une proposition de uPN "Pour Nandrin"

    L'entrée gratuite pour tous les Nandrinois, une proposition du groupe uPN "Pour Nandrin" qui sera débattue lundi soir au conseil communal de Nandrin .  

     

    La réponse lundi au conseil Communal!!! 

     

    Conseil Communal de Nandrin le 26 juin 2017 points complémentaires de uPN "Pour Nandrin"clic ici

     

     

    Point complémentaire

    Concerne : ordre du jour du prochain conseil communal.

    Monsieur le Bourgmestre,
    En vertu de l’article L1122-24 §3 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation, nous souhaiterions introduire le point complémentaire suivant à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil communal.
    OBJET : Subsides aux associations – HDB production.
    Note explicative.
    Le 19 décembre 2016, le conseil communal de Nandrin a accordé un subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production.
    Le groupe « union Pour nandrin » a émis un vote défavorable en raison d’un manque de clarté et en l’absence de toute information relative à l’utilisation de ce subside.
    Quelques semaines plus tard, le collège communal a pris la décision d’accorder cette subvention en exonérant son bénéficiaire de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation.
    A présent, il apparait que cette subvention sert à soutenir de façon inconditionnelle le nouveau « Nandrin Festival » qui se déroulera très prochainement sur la place de Nandrin.
    Cependant, bien qu’il en soutien l’initiative, le groupe « union Pour Nandrin » ne se range pas derrière l’idée qu’un tel soutien doit être fourni inconditionnellement. S’agissant d’argent public et plus particulièrement de l’argent issu des impôts des nandrinois, une telle démarche doit être envisagée dans une perspective de poursuite d’un but d’intérêt général et d’intérêt pour les habitants de l’entité. Cependant il s’avère que le public ciblé s’étend bien au-delà des limites communales, et qu’au regard du prix d’entrée, l’accès à ces festivités n’est plus à la portée de toutes les familles nandrinoises.
    Ainsi, plutôt que d’accorder inconditionnellement de telles aides, le groupe « union Pour Nandrin » souhaite que les subventions octroyées à ces organisateurs soient conditionnées au droit de chaque citoyen nandrinois à pouvoir accéder librement à ces festivités, quitte à procéder à une réévaluation et à un réajustement ultérieur de l’aide apportée à cette association.
    Nandrin, le 19 juin 2017
    (Dénomination électorale : ‘Pour Nandrin’) a.s.b.l. - Parc de la Gotte, 6 4550 Nandrin
    Commune de Nandrin Michel Lemmens, Bourgmestre Place Ovide Musin, 1 4550 NANDRIN




    Point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil communal
    LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique, Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment l’article L1122-30 et L1122-37 ainsi que les articles L3331-1 à 8 traitant de l’octroi et de l’utilisation de certaines subventions ; Vu le subside de 3000 euros inscrit dans le budget communal à l’attention de l’a.s.b.l. HDB production, et adopté par celui-ci en date du 19 décembre 2016 ; Vu la délibération du conseil communal du 22 octobre 2013 délégant au collège communal la compétence d’octroyer certaines subventions ; Vu que le collège communal a accordé en début d’année 2017 ce subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production en exonérant cette association de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation ; Vu que les subventions accordées par le collège dans le cadre de la délégation de pouvoir reçue par le conseil sont in fine soumises à la ratification du conseil via le rapport du collège au moment de l’approbation des comptes communaux ; Vu que cette association bénéficie également d’une participation en nature importante de la part de la commune de Nandrin telles que la mise à disposition gratuite de terrains et d’infrastructures, de matériel, de véhicules et de main d’œuvre notamment ; Vu que la plupart des Nandrinois participent également à l’établissement de cette manifestation par l’acceptation de nuisances importantes qu’elle produit ; Vu les finances communales ; Sur proposition du groupe « union Pour Nandrin » (dénomination électorale « Pour Nandrin ») ; Après en avoir délibéré, par … voix « pour », … voix « contre », et … absentions
    DECIDE : Article 1er – d’aligner le prix de mise à disposition de l’espace public communal en vue de la réalisation de la manifestation dite « Nandrin Festival » prévue ces 30 juin, 1er et 2 Juillet 2017 sur la place Botty à Nandrin à celui fixé pour les manifestations foraines ;
    Article 2 – de conditionner l’octroi d’une subvention en nature couvrant les coûts engendrés par la participation des services communaux et ceux résultant de la mise à disposition des terrains communaux, à l’entrée gratuite des citoyens nandrinois sur le site, toute la durée de ladite manifestation ;
    Article 3 – Sur base de la présentation d’une comptabilité précise, complète et détaillée couvrant l’ensemble des coûts relatifs à l’organisation de l’évènement, une évaluation de l’impact financier de cette mesure sera établie par le conseil communal qui pourra le cas échéant décider de compenser en tout ou en partie les pertes éventuelles induites par cette décision.




    Marc EVRARD, Didier MAKA, Bogdan PIOTROWSKI 

     

  • Idées sorties les festivals de l’été sur le Nandrin Blog

    Bucolique Ferrière Festival

     

    Article complet clic ici 

     

    Jéronimo

    Le programmateur du Bucolique Festival, Éric Vanguestaine, dévoile pour nous quelques noms de ce festival qui se déroulera à Ferrières les 25 et 26 août. «Le vendredi 25 août, vous pourrez découvrir Rive, un groupe bruxellois annoncé comme l’une des grosses sensations électro pop des mois à venir», s’enthousiasme-t-il. «Jacle Bow sera également de la partie. C’est une formation qui joue du rockabilly années 60 mis au goût du jour et qui fonctionne très bien en Flandres.» Enfin, un autre nom se profile: celui de Glass Museum, groupe wallon aux morceaux électro-jazz. Si ces noms ne vous parlent pas vraiment, c’est normal: le vendredi du Bucolique est dédié à la découverte. «Ce sera la troisième année que nous proposons cela gratuitement», continue le programmateur. «Cela permet à des curieux de dénicher les groupes de demain. Faon Faon et Konoba, qui ont joué il y a quelques années cheznous, font depuis leur bonhomme de chemin.»

    Jeronimo en quasi exclusivité

    Pour le samedi 26 août, des groupes de plus grande ampleur joueront. Éric Vanguestaine, qui ne peut pour le moment dévoiler les têtes d’affiche, révèle cependant une partie du programme. «On retrouvera les No Money Kids, groupe français blues rock, ainsi que Jeronimo qui revient chez nous», énumère-t-il. «Nous sommes d’ailleurs un des seuls festivals qu’il fera cet été». Le groupe liégeois Piano club sera également de la partie. Sur tout le week-end, une quinzaine de formations se produiront en concert. «On a une base de fidèles dans notre public», indique le programmateur. «Après, ça évolue en fonction de l’affiche et des découvertes que les gens sont prêts à faire ou pas.» Près de 2.000 personnes ont participé à la dernière édition du festival. Le point fort du Bucolique: son ambiance. «C’est un festival qui nous ressemble: simple et convivial», sourit Éric Vanguestaine. «Le Bucolique permet de faire découvrir des groupes en milieu rural où il se passe peu de choses au niveau artistique. Ça change des fêtes de village!» L’entrée au festival le samedi 26 août revient à 15 euros en prévente et 20 euros sur place. «Nous sommes encore à la recherche de quelques bénévoles», conclut-il.

    Infos sur le Facebook Bucolique ASBL

    Les Ardentes : un petit Wechter... mais en mieux !

    Coronmeuse vibrera ces 6, 7, 8 et 9 juillet au son des Ardentes. Festival qui pour sa 12e édition a réussi à concocter une bien belle affiche. Qui une nouvelle fois mélangera les styles puisque l’on passera allègrement de Julien Doré à Liam Gallagher, de Booba à Placebo en passant par DJ Snake, La Femme ou le Taxiwars de Tom Barman. Bref, que du bon. Et nul doute que la barre des 90.000 festivaliers sera passée. Ce qui fait des Ardentes un petit Werchter mais en mieux car débarrassé de presque toutes ces choses qui rendent souvent la plaine flamande un rien invivable. Surtout, les Ardentes continuent à se positionner comme le festival leader dans les domaines du hip-hop et des musiques urbaines. Comme c’est le cas depuis 2015. «Cette année-là, en effet, on voulait réaliser un gros coup à ce moment où nous voulions nous réorienter vers les musiques «urbaines». Ce qui fut fait avec la venue de Kendrick Lamar (qui est désormais l’une des plus grandes stars internationales du genre). Ce fut une grosse claque, et cela nous a confortés dans notre idée de devenir la référence, en Belgique, du hip-hop et des musiques urbaines», explique Gaëtan Servais, co-organisateur des Ardentes.

    Aujourd’hui, les Ardentes se sont clairement positionnées nº1 en la matière. «Et on le sent quand nous sommes en contact avec les agents des rappeurs US qui savent désormais que là où devront se produire leurs artistes en Belgique, ce sera chez nous.» Les organisateurs ont donc investi encore plus dans l’affiche du festival avec les venues de stars des deux genres, dont Booba et Sean Paul. On notera cette année un changement de taille : les trois scènes seront toutes outdoor. Ce qui rendra le site plus aéré, assurera plus de confort et un meilleur son.

    www.lesardentes.be

    Michel Sardou, Loïc Nottet, Renaud : du lourd et de l’exclusif aux Francofolies de Spa

    C ’est déjà la 24e édition des Francofolies de Spa, mais Michel Sardou n’était jamais venu dans la Perle des Ardennes. Ce sera chose faite le jeudi 20 juillet prochain, il se produira avec 31 musiciens lors du premier jour du festival. Du côté des grands noms, on aura aussi Renaud, qui fait un retour remarqué avec son Phénix Tour. Mais également le véritable phénomène belge du moment, Loïc Nottet. Ces trois concerts sont des exclusivités pour les festivals d’été en Belgique. Mais les Francofolies, ce sont aussi de nombreux autres artistes, plus ou moins connus, qui se produisent dans toute la ville. Au village francofou, dans le parc de 7 Heures, on pourra ainsi applaudir Claudio Capéo, Kid Noize, De Palmas, Big Flo et Oli, Patricia Kaas, Julian Perretta… Ou assister au retour d’ «Allez, Allez», le groupe d’un certain Marka. En tout, plus de 70 groupes ou artistes se produiront à Spa du 20 au 23 juillet. Au sein de concerts payants sur les espaces du festival, ou gratuits dans la ville. Car la particularité des Francos, c’est bien que c’est toute une ville qui vibre au son de la musique quatre jours durant. Un festival citadin, à l’ambiance forcément diff érente des pieds dans l’herbe (ou la boue) des festivals classiques, mais néanmoins chaleureuse, notamment pour ses «after» mémorables. Si les Francofolies de Spa existent depuis 1994, elles le doivent notamment à Pierre Rapsat. Le chanteur verviétois a fait beaucoup pour permettre la création du festival. Comme en 2017 ça fait 15 ans que «Pierrot» nous a déjà quittés, les Francos lui rendront un hommage le samedi 23 juillet, dans le village francofou : un spectacle inédit du groupe Brasero avec plusieurs artistes comme Jean-François Maljean, BJ Scott…La chorale Solaris chantera également les plus beaux titres de Rapsat sur la grande scène de l’hôtel de ville le 21 juillet, après le concert de Renaud.

    FiestaCity a failli ne pas voir le jour, mais sera bien là

    Organisé chaque année à la fin des vacances estivales, le festival Fiesta-City a bien failli ne pas être organisé cette année à Verviers. En cause des divergences avec l’administration fiscale, qui avait des exigences supplémentaires. Finalement un accord a pu être trouvé. Le festival, gratuit, aura lieu les 25, 26 et 27 août au centre de l’ex-Cité lainière. La programmation n’a pas encore été dévoilée au moment de mettre sous presse

    1147395687.25.JPG

  • L'affiche du Nandrin Festival 2017 sur la place Arthur Botty de Nandrin du 29 juin au 2 juillet 2017

    Nandrin Festival 2017 sur la place Arthur Botty de Nandrin du 29 juin au 2 juillet 2017

     

    Nandrin Festival 2017

     

    http://www.nandrinfestival.be/

     

  • Grandgeorge sera présent au Nandrin Deux Ours festival !

    2 ours.jpg

    La seconde édition du Nandrin Deux Ours Festival aura lieu les vendredis 26, samedi 27 et dimanche 28 août prochains. Et cette édition 2016 vous ré- serve bien des surprises puisque l’organisation a concocté une affiche des plus excellentes avec notamment la présence de Grandgeorge le dimanche ou encore Perry Rose et Hugo le samedi.

    « Notre but est surtout de mettre en avant des groupes belges sans pour autant privilégier l’un ou l’autre artiste. Nous donnons la même importance à chaque artiste et réservons le même accueil à tous.

    C’est pourquoi l’affiche reste neutre », explique Thérèse Alba, responsable communication pour le Nandrin Deux Ours Festival. Et si le nombre de jours diminue par rapport à l’année dernière, les scènes, elles, s’agrandissent. « L’affiche est étoffée pour cette seconde édition l’intention de dé- couverte étant recherchée. De plus, nous voulions en faire un gros événement et offrir un son et une infrastructure de qualité. » Vous avez dit festival ? Cette année, l’équipe a souhaité ajouter un élément tout à fait original qui n’a pas pour habitude d’être jumelé avec l’esprit des concerts.

    « Un trail « Rock and Trail des Deux Ours » sera organisé le 26 août avec deux distances : 17 et 27 kilomètres. L’arrivée se fera au cœur du festival. »

    Les fonds seront reversés à l’association Lets go running qui offre des prothèses aux personnes amputées.

    Des groupes francophones, italiens et anglais se retrouvent également parmi les musiciens belges. Préventes à 12 euros par jour, prix sur place 15 euros. Pass 3 jours à 30 euros. Infos au 0471/ 05.08.40.

    Article de  C.L. source Sudinfo 

  • Edition 2016 du Nandrin Jazz Festival le samedi 17 septembre 2016

    13901544_1113742405371838_3373768234529288175_n.jpg

     

    Edition 2016 du Nandrin Jazz Festival le samedi 17 septembre 2016

    C'est gratuit

    Chez Pol 

    au parc Laurant de Villers le Temple 

  • Sauver les oreilles de nos jeunes !!!

    festival source sudpresse.JPGLe bruit cause des lésions irréversibles : il faut intervenir et vite !

    Cela sent le mauvais jeu de mots, mais c’est bien un cri d’alarme que pousse la députée cdH Catherine Fonck à propos des nuisances sonores auxquelles nous sommes confrontés, surtout les jeunes.

    Son but : renforcer les mesures pour éviter des lésions irréversibles dont les victimes prennent conscience trop tardivement

    « Les nuisances sonores, ce sont des règles imprécises éparpillées entre les niveaux de pouvoir, ni respectées, ni contrôlées, sans vraies mesures de protection.

    Il y a de nombreuses failles dans ce dossier, alors que c’est un enjeu de santé publique largement sous-estimé. Je pense qu’il faudrait revoir à la baisse le niveau sonore autorisé (90dB) et surtout mieux contrôler les normes. » Catherine Fonck sort des piles d’études « qui prouvent que de plus en plus de jeunes souffrent de troubles de l’audition après avoir subi des niveaux sonores excessifs. Cela ne se manifeste parfois que dix à quinze ans plus tard, mais ces lésions sont irréversibles.

    Je n’évoque pas que la surdité, aussi d’autres troubles comme les acouphènes, des problèmes qui entraînent des traitements complexes… s’ils existent !

    Pourtant, la moitié de ces lésions sont évitables ».

    L’Organisation mondiale de la Santé estime que 1,1 milliard de jeunes à travers le monde pourraient courir un risque de perte auditive due à des habitudes d’écoute dangereuses.

    Au premier rang sur le « banc des accusés », les événements festifs : concerts, soirées en discothèque.

    « Les professionnels de ces milieux (DJ, musiciens…) sont souvent les premières victimes », explique-telle.

    « Une récente étude portant sur des disc-jockeys de 26 ans, travaillant trois nuits par semaine depuis six ans, montre que 75 % souffrent d’acouphènes.

    Selon Daniel Léon, professeur à l’INSAS et ingénieur du son, les moyens techniques ont augmenté les « performances » sonores : en 40 ans, le son des festivals a été augmenté de 40dB.

    La capacité technique (utilisée) d’un festival comme Werchter est de 130dB sur l’ensemble du public : 40dB de plus que ce que le corps médical recommande ! »

    FESTIVAL : JUSQUE 128 DB La loi en Belgique prévoit un maximum de 90dB, mais il n’y a pas de sonomètre, regrette-t-elle.

    « Des relevés ont été réalisés dans des festivals : les groupes jouent régulièrement jusque 120-128dB. »

    Pour lutter efficacement contre les troubles auditifs en Belgique, la collaboration entre les niveaux de pouvoir est nécessaire, du fédéral à la commune. « Je veux forcer ce débat, mettre tout le monde autour de la table et contrer cette impression qu’aurait chaque niveau de penser que sa petite participation ne change rien.

    Je veux une réévaluation des normes actuelles de bruit (passer des 90dB autorisés aux 85 dB référencés dans les études).

    Je veux un renforcement des contrôles, y compris dans les lieux festifs. »

    Catherine Fonck souhaite des zones inaccessibles à proximité des sources sonores, des sonomètres dans les lieux bruyants avec l’affichage continu du niveau sonore sur les dix dernières minutes, « avec des infos et conseils clairs », l’obligation d’une zone de récupération auditive à moins de 85dB, la mise à disposition de bouchons d’oreilles lors de tous les événements (même si peu de jeunes s’en servent et si des contrôles ont montré que peu d’entre eux sont conformes), l’organisation de campagnes d’information à destination des jeunes, etc.

    « L’important est de travailler ensemble, aussi avec les responsables de ces événements et lieux festifs. »

    À bon entendeur… 

    Article de DIDIER SWYSEN Source sudpresse du 6 mai 2016 Journal La Meuse Page 18  http://journal.sudinfo.be/

  • Bon Humeur Festival à Nandrin 29 et 30 avril 2016

    rire.JPG

    Envie de rire et de fous rires?

    Les réservations sont ouvertes !!!

    Par sms ou message vocal au 0492/402.210 ou par mail benoit.ramelot@gmail.com

    Prix des places :

    25€par personne par soirée.

  • Festimix de Nandrin : la norme de 90 dB respectée

    Festimix source sudpresse.JPG

    Nous avons pu consulter le rapport de l’expert acousticien.

    « Il aurait fallu mesurer le bruit à l’intérieur des maisons ! » Daniel Giltay

    Présenté en version allégée au dernier conseil communal de Nandrin, le rapport du bureau d’études acoustiques agréé ICA détaille les mesures du bruit enregistrées en continu durant le dernier Festimix sur le site du Péry.

    La norme légale extérieure de 90 dB n’a pas été dépassée à proximité des habitations les plus directes. Le collectif de riverains CRAVN regrette que le niveau sonore n’ait pas été mesuré à l’intérieur des maisons.

    Le torchon continue de brûler entre la commune et le Collectif pour la Ruralité et l’Art de Vivre à Nandrin (CRAVN).

    Ce dernier se bat pour retrouver une quiétude qu’il affirme troublée par les événements festifs organisés sur le site du Pery, tels que le Festimix ou le Grand Feu.

    Deux de ses membres ont d’ailleurs introduit un recours au Conseil d’Etat pour tenter d’empêcher la tenue du Festimix deux années de suite.

    En 2015, le Conseil d’Etat avait suspendu le Festimix, qui avait quand même eu lieu suite à une nouvelle autorisation du bourgmestre ff Daniel Pollain et la mise en place de mesures de l’intensité sonore durant le déroulement du festival.

    Le bureau d’études ICA agréé par la Région wallonne, mandaté par la commune, est donc venu placer quatre sonomètres scellés, deux à la source et deux autres à proximité des voisins les plus directs, soit l’un au bout du terrain de football côté route du Condroz et l’autre dans la rue du Péry.

    Ce bureau spécialisé en acoustique des bâtiments, environnementale et de cartographie à grande échelle a notamment réalisé la carte du bruit des villes de Liège et Charleroi.

    Le ré- sumé de l’analyse des niveaux sonores enregistrés au Festimix en continu et en permanence, seconde par seconde, du samedi 4 juillet 2015 après-midi jusqu’au matin du lundi 6 juillet 2015, a été présenté publiquement lors du dernier conseil communal nandrinois. Nous avons eu accès au rapport complet d’ICA.

    Il y est montré, avec graphiques, que le niveau sonore maximum émis par la musique (soit 90 dB), prescrit dans l’arrêté royal du 24 février 1977 fixant les normes acoustiques pour la musique dans les établissements publics et privés, n’a pas été dépassé à proximité des habitations les plus directes.

    « Le bruit de la musique du festival respecte la législation à ces endroits (rue du Péry : 70-75 dB, au bout du terrain : 75-80 dB) pour toute la durée de l’événement.

    Les horaires ont également été respectés », conclut Vincent Tréfois, expert acousticien et gérant d’ICA. Seul le feu d’artifice, non visé par l’arrêté- royal, dépasse les 90 dB.

    Les mesures ont été faites à l’extérieur, ce que regrette précisément Daniel Giltay, secrétaire du CRAVN.

    « Ce que nous voulions, c’est qu’on vienne mesurer l’intensité du bruit à l’intérieur des habitations qui, légalement, ne peut dépasser 35 dB.

    Or, avec notre matériel, nous avons mesuré 50 dB ! », lance-t-il. Pourquoi ne pas s’être rendu chez les riverains ?

    « Cela peut se faire mais le niveau sonore est difficilement contrôlable à l’intérieur car l’isolement au bruit de la bâtisse est différent d’un immeuble à l’autre, même d’une pièce à l’autre.

    Par exemple, un séjour avec baie vitrée sera moins isolé qu’une petite chambre.

    Les mesures auraient été trop aléatoires et contestables.

    On a donc décidé avec la commune de faire un contrôle extérieur, comme on le fait pour les aéroports ou les éoliennes par exemple, en sachant que la différence entre l’extérieur et l’intérieur est de 30 dB auquel il faut ajouter l’atténuation due à la distance entre les points de mesure et les habitations », indique Vincent Tréfois.

    Le CRAVN a demandé à recevoir une copie de ce rapport, ce que le Collège vient d’accorder. Le collectif compte faire entendre sa voix.

    « La présentation du rapport allégé au Conseil n’avait pas été annoncée et nous n’avons pas eu l’occasion de débattre puisque le public ne peut intervenir pendant la séance.

    Notre recours au Conseil d’Etat est toujours pendant en ce qui concerne l’annulation du dernier Festimix, rappelle Daniel Giltay.

    La commune est toujours passée en force et nous ne nous laisserons pas faire.

    Nous allons nous adresser au Gouverneur et au ministre de l’Intérieur pour qu’ils nous garantissent que les décisions de justice soient désormais respectées. »

    Du côté du bourgmestre, la volonté est claire : il y aura un Festimix 2016.

    Article de  ANNICK GOVAERS source info Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

     

  • Nandrinois Chaque jour, 68 concerts sont organisés en Belgique!

    festival.JPGEn 2015, on a assisté à une explosion des festivals : +79 %

    L ’année dernière, la Belgique a enregistré une forte hausse du nombre de festivals musicaux : on est en effet passé de 428 en 2014 à… 765 en 2015.

    Une augmentation de 79 %. 24.658 concerts ont été organisés sur notre territoire en 2015.

    C’est 5,44 % de plus que l’année d’avant.

    Mais peut-on affirmer que la Belgique est LE pays des concerts ?

    Nous avons comparé avec la France et les Pays-Bas.

     

    68 concerts organisés en moyenne par jour en Belgique l’an dernier. Un chiffre impressionnant qui nous conduit à ces 24.658 concerts ayant animé notre pays en 2015. On a du mal à croire qu’il est vrai.

    Et pourtant, il provient de la Sabam qui se frotte les mains car cela lui rapporte de l’argent. Chaque organisateur de concert en Belgique paie au minimum 8 % de sa recette brute à la société.

    MUSIQUE « LÉGÈRE » « Par rapport à l’année 2014, on a enregistré une hausse de 5,44 % du nombre de concerts organisés en Belgique », nous apprend Serge Vloeberghs, le directeur des ventes à la Sabam.

    « Par contre, nous n’avons aucune vue sur le nombre d’entrées vendues car nous ne gardons pas ces statistiques ».

    En 2014, 23.385 concerts avaient été organisés sur notre territoire. On ne parle pas ici des concerts de musique classique mais bien de la musique que la Sabam appelle « légère ». Soit du rock, du folk ou encore du jazz.

    L’explosion du nombre de festivals est encore plus impressionnante. De 428 en 2014, on est passé à… 765 en 2015. Ce qui correspond à une hausse vertigineuse de 79 %.

    « On a en effet enregistré une forte augmentation du nombre de petits festivals », poursuit Serge Vloeberghs.

    « En Belgique, pour être considéré comme un festival, il faut attendre la 2e édition ». C’est un dé- tail important car, pour les festivals, la Sabam ne prélève plus un minimum de 8 % de la recette brute mais bien de 6 % ! Une précision : les 765 festivals sont compris dans les 24.658 concerts. Un festival comme celui de Werchter compte pour un seul concert. LE CARTON DOUROIS L’an passé, le festival qui a attiré le plus de personnes en Belgique était celui de Dour (et ses 270 artistes) avec 228.000 festivaliers ! C’était bien plus que les 180.000 de Tomorrowland ou les 170.000 des Francofolies spadoises.

    Ces chiffres nous donnent l’impression que la Belgique est la reine des concerts. Pour vérifier si elle était fondée, nous avons regardé chez nos voisins. En 2014, 55.436 représentations payantes ont été enregistrées en France, avec une moyenne de 419 entrées payantes par spectacle. C’est bien plus du double qu’en Belgique mais notre pays est 21 fois plus petit. Et nous sommes 6 fois moins nombreux.

    Cela donne 1 concert pour 446 habitants en Belgique contre 1 pour 1.190 habitants en France. Aux Pays-Bas, 9.443 spectacles ont été organisés dans les 49 salles de concert du royaume batave. Auxquels il faut ajouter les 34 festivals. En moyenne, chaque concert a fait 287 entrées payantes, c’est moins qu’en France.

    Article de  PIERRE NIZET Source Sudinfo 15/02/2016

    http://journal.sudinfo.be/

     

  • Des sonomètres installés au Festimix de Nandrin ce week-end

    Festimix article.JPG

    Pour trouver une solution aux nuisances

    Le Festimix a bien failli ne pas se dérouler ce week-end sur le site du Péry à Nandrin.

    Deux riverains ont en effet introduit un recours devant le conseil d’État en début de semaine.

    Cette juridiction a décidé de suivre l’avis défavorable de l’auditeur et de casser l’arrêté pris par le bourgmestre le 18 juin dernier.

    « Dans son avis, il signifie que l’autorisation est identique à celle donnée l’année passée. Pourtant, il y avait des différences significatives.

    Ce festival se déroule sur deux jours et non plus sur trois et les scènes ne sont plus orientées de la même manière.

    En cela, il ne s’agit pas de la même manifestation. Le conseil d’État soulève aussi le fait que la commune n’a pas mis en œuvre tous les moyens pour assurer le contrôle sérieux du son diffusé pendant l’événement», explique Daniel Pollain, le bourgmestre ff. de Nandrin.

    Un nouvel arrêté a dès lors été pris ce vendredi afin que l’événement puisse se dérouler.

    «J’ai voulu anticiper la décision du conseil d’État.

    De plus, au vu de la canicule, cela se justifiait.

    Mais il est également hors de question pour moi d’ignorer l’avis de cette juridiction.»

    Différentes mesures sont, dès lors, prises afin de limiter les nuisances auprès des riverains.

    « La musique sera coupée plus tôt les deux jours. Dans la nuit de samedi à dimanche, le concert des Gauff’ se termine à 23h15 sur la grande scène.

    À partir de cet instant, la musique sera uniquement diffusée par une sonorisation six fois moins puissante installée à même le sol, sous une tonnelle. La soirée se clôturera à 0h15 au lieu de 1h.»

    Des dispositions similaires sont prises le dimanche, où il y a cette fois quatre scènes en fonction. « La sono des trois plus petites scènes est trois fois moins puissante que celle de la grande.

    Là, nous avons décidé de clôturer le festival à minuit au lieu de 0h30.»

    Daniel Pollain a aussi décidé de mettre en place des mesures de l’intensité sonore durant tout le déroulement du festival.

    «Je prends mes responsabilités. Je veux sortir de cette discussion sans fin.

    Nous avons donc fait appel à une société privée agréée. Elle positionnera des sonomètres à différents endroits, aussi bien sur le site qu’en dehors. Nous saurons, une fois pour toutes, ce qu’il en est.

    Cette étude nous permettra de réorienter les scènes et les chapiteaux l’année prochaine, mais aussi de mettre en place un dispositif permettant de diminuer l’intensité sonore lorsque le seuil est dépassé », conclut le bourgmestre ff. de la commune de Nandrin.

    Source info Sudpresse article de CÉDRIC WILLEMS

     

    De l’eau gratuite

    Le bourgmestre faisant fonction, Daniel Pollain, a également tenu à pendre quelques mesures concernant la canicule dans son nouvel arrêté, le tout bien entendu en concertation avec Michel Lemmens, le bourgmestre qui profite de ses vacances.

    « L’organisateur mettra de l’eau à disposition des festivaliers, et cela gratuitement.

    Il a également prévu un système d’arrosage de temps à autre afin de les rafraîchir.

    Enfin, nous avons imposé la présence d’un poste avancé des secours à proximité du site », explique le bourgmestre ff.

    Par ailleurs, l’organisateur avait lui même déjà pris quelques dispositions en vue des températures élevées et du grand soleil attendus ce week-end.

    « Il distribuera 2.000 casquettes ainsi que des éventails aux festivaliers », déclare Daniel Pollain, très satisfait de la coopération de l’organisateur. article de  C.W

     

  • Ça swingue cet été en Wallonie !

    festival.JPG

    festival Wallonie clic ici.JPG

    Un agenda festif et bien chargé : voilà ce qui vous attend cet été en Wallonie. Jusqu’au mois de septembre, notre belle région accueille en effet de nombreux événements, et la part belle est faite au monde de la musique.
     Amateurs de son rock, classique ou contemporain, chacun y trouvera son compte. 
    Voyez plutôt notre sélection 100% coups de coeur .
     
     
  • La bonne nouvelle du jour? à Nandrin

    festimix.JPG

     

    Clic sur l'image pour agrandir 

    La bonne nouvelle du jour?

    Le Festimix s'installe à Nandrin pour les trois prochaines années (au moins)! #FSTMX214

     

    Source info https://www.facebook.com/Festimix