faux pv

  • Nandrinois attention,des Hutois ont reçu des faux p.-v. de roulage

    Lien permanent

    atten.jpg

    La police de Huy appelle les citoyens à la plus grande vigilance.

    Récemment, des Hutois se sont plaints d’avoir reçu des faux de p.-v. de roulage.

    Ils leur avaient été envoyés par internet et présentaient plusieurs anomalies qui leur ont mis la puce à l’oreille.

    « Ils étaient fort incomplets, confirme le commissaire Yernaux.

    Il manquait par exemple le lieu d’infraction, la plaque d’immatriculation. Et globalement, je dirais qu’il ne ressemblait pas à un p.-v. de police. » Une invitation à payer figurait également sur le document. « Ce qui, dans la réalité n’arrive jamais », reprend le commissaire.

    Le bulletin de virement arrive toujours quelques semaines après l’envoi du p.-v., rappelle Yernaux qui attire également l’attention des citoyens sur le type d’envoi. : « nous n’envoyons jamais de P.-V. de roulage par internet. Il s’agit toujours de courrier postal ».

    APPELEZ LA POLICE >

    Comment reconnaître un faux p.-v. ?

    «Un p.-v.. en bonne et due forme, résume le commissaire Dradin, doit toujours présenter le logo de la police, l’adresse de l’unité de police ainsi que le nom et le grade du policier qui a verbalisé. Le lieu, l’heure de l’infraction doivent également apparaître.

    De même que l’immatriculation du véhicule. Enfin, la description complète de l’infraction, avec les articles de loi de référence, doivent également figurer sur le document. » >

    Que faire si vous êtes confronté à ce type d’arnaque ?

    « Dans le moindre doute, il faut contacter la police », invite le commissaire Dradin.

    D’ABORD EN FLANDRE

    À Huy, c’est une des premières fois où la zone de police est touchée par cette arnaque.

    « Contrairement à d’autres zones du pays, nous y sommes rarement confrontés », confirme le commissaire Dradin. Relativement récente, elle est apparue sur la toile il y a quelques mois.

    « Les premiers faux nous ont été signalés en avril dernier », indique Olivier Bogaert, le commissaire de la Computer Crime Unit, l’unité de lutte contre la criminalité informatique de la police fédérale.

    « Cela a commencé en Flandre avant de s’étendre à la partie francophone du pays. Ils étaient généralement envoyés dès qu’il y avait eu des longs week-ends de congé ou de vacances.

    Ce qui pouvait les rendre plus crédibles, la victime pensant qu’elle avait été flashée sur le chemin du retour.

    Les arnaqueurs jouaient là-dessus pour faire paniquer les gens et les amener à payer ».

    En général, les montants réclamés tournent autour de 100 euros. Les premiers faux p.-v.. ont été envoyés en flamand. Même côté francophone. À Huy, ils étaient rédigés en français. Vigilance, donc.

     

    Source info sud presse article de l MARIE-CLAIRE GILLET

    Plus d'info 

    Journal en PDF

    Mercredi 17 Juin 2015

    Mercredi 17 Juin 2015