fauché devant le monastère

  • Fauché devant le Monastère,le chauffard bientôt libéré ?

    Lien permanent

    10 avril 2013.JPGLe joueur de foot, MichelOjéa, se remet tout doucement de l’accident survenu le 2 mars devant le Monastère, à Nandrin. 
    Toujours très choqué, il suit sa revalidation au centre de Fraiture. 
    Le chauffard qui l’a fauché, un Sprimontois, est toujours en détention à Huy.
    Mardi prochain, son avocat demandera sa libération devant la chambre du conseil.
    «Michel est toujours très traumatisé par l’accident. Il ne se rappelle pas de cette nuit-là, mais il se rend compte des conséquences. 
    Il n’a pas du tout le moral. 
    On sent vraiment qu’il est vide à l’intérieur.
    Lorsqu’on lui parle, on a l’impression qu’il est absent », nous confie Adrien Carlozzi l’avocat de Michel Ojéa, le Braivois fauché devant la discothèque le Monastère,
    à Nandrin, le 2 mars.
    Physiquement, le joueur de foot va mieux. Il arrive à marcher, doucement, sans béquilles, grâce à ses séances de revalidation, à Fraiture.
    «Il peut bouger son bras gauche, ce qui posait le plus de problème au début. Mais il n’a presque pas de force. Il est rentré chez lui, mais il va tous les jours, pendant 2h 30 à
    3 heures, au centre de Fraiture, il se remet vraiment doucement.
    C’est au niveau de son moral que c’est plus compliqué », poursuit le papa du jeune homme de 28 ans, José Ojéa. Difficile, pour l’instant,de déterminer
    quelles seront les séquelles physiques pour ce sportif.
    Concernant l’homme qui avait foncé sur Michel Ojéa, lors de cette terrible nuit, il se trouve toujours en détention à la prison de Huy. Nous ignorons encore
    son identité. Nous savons qu’il s’agit d’un Sprimontois d’une vingtaine d’années.
    Le dossier est toujours placé à l’instruction, néanmoins, nous savons que le Sprimontois passera,pour la seconde fois, devant la chambre du conseil de Huy, la semaine
    prochaine.
    Il est défendu par l’avocat, Paul Delbouille. « Je vais demander sa libération devant la chambre du conseil, mardi prochain », confie son avocat. Une perspective qui
    effraie le papa «Ce serait un terrible choc pour nous s’il était libéré » glisse-t-il.
    Pour rappel, le jeune homme était parti fêter son anniversaire au Monastère. Le Sprimontois,avait foncé sur Michel et ses amis. Des amis qui avaient réussi
    à échapper au véhicule, tandis que Michel s’était fait renverser.article de DÉBORAH TOUSSAINT dans le journal La Meuse de H-W du 10 avril 2013