epsylon

  • Le T.C. Templier Villers le Temple Nandrin fait appel à Epsylon

    Lien permanent

    12067126_10208606544551314_896112101_n.jpgDepuis plusieurs années maintenant, le T.C. Templier (créé il y a 42 ans) tente tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau. « La société Epsylon et notre club possèdent la même politique. Nous voulons ouvrir le tennis à un maximum de personnes et surtout miser sur la jeunesse », explique le président du club, Pierre Delvaux.

    Avec six terrains et plus de 250 membres inscrits, le club situé sur la commune de Villers-le-Temple possède les bases pour développer une infrastructure compétitive.

    « Nous allons le faire avec l’aide d’Epsylon et de son directeur Eric Marquet, quelqu’un de très compétent qui connaît très bien notre institution », poursuit le président.

    EPSYLON C’EST QUOI ?

    Créée il y a une trentaine d’années par Eric Marquet, cette entreprise vise à apporter une structure aux clubs de tennis désireux de se professionnaliser.

    Epsylon collabore déjà avec plusieurs clubs en Province de Liège, dont deux sont situés dans la région hutoise : Le TC Smash 2000 de Hannut et le Royal T.C. mosa d’Engis.

    «Avec Templier, nous sommes partis sur une collaboration de quatre ans. Nous allons apporter une structure avec la mise à disposition d’entraîneurs professionnels, des cours spécifiques comme de la psychomotricité pour les plus jeunes, des événements seront également organisés.

    Nous offrons aussi la possibilité d’avoir des synergies entre les clubs, un exemple : en hiver, les membres de Templier pourront aller s’entraîner dans une des installations disposant de terrains couverts et le club n’aura pas peur de perdre des affiliés », explique Eric Marquet.

    « C’est un club que je connais très bien, j’y ai donné des cours dans ma jeunesse, je sais qu’il possède du potentiel. Notre objectif est d’arriver à 100 jeunes le plus rapidement.

    Je veux aussi conserver l’esprit familial de ce club, les personnes qui le gèrent sont très compétentes. Je suis fier qu’elles aient fait appel à moi. »

    Article de MAXIME DEBRA source Sud presse http://journal.sudinfo.be/ article du 31 mars 2016

    12324870_10208606544511313_298812134_n.jpg