en larmes

  • En larmes, il explique ses vols au Monastère

    Lien permanent

    voleur.gifMaximilien est arrivé au tribunal correctionnel de Huy entre deux policiers, menotté. 
    Ce jeune Serésien de 23 ans avait les larmes aux yeux en expliquant qu’il avait été incarcéré suite à un jugement par défaut. 
    Il a été reconnu coupable, en juin dernier, d’une quinzaine de vols dans les voitures des clients du Monastère garés sur le parking.
    Il fracturait les autos et repartait avec les vêtements, les portefeuilles, les GPS et tout ce qui avait de la valeur.
    En larmes et visiblement désespéré, Maximilien n’est pourtant pas un enfant de chœur. Il est loin de se retrouver sous les verrous pour la première fois.
     Il a déjà été condamné à une peine lourde de 4 ans de prison, dont deux avec sursis, pour un vol avec violence, notamment.
    « À cette période, je vivais des moments difficiles. J’avais de mauvaises fréquentations. J’ai fait
    beaucoup d’erreurs et je veux m’en sortir. J’ai été condamné par défaut, mais ce n’était pas volontaire. Je n’ai tout simplement pas eu mon courrier, donc je ne savais pas que j’avais été convoqué.
     Sinon je serais venu me défendre moi-même ».
    Et si Maximilien pleure, c’est qu’aujourd’hui, il se rend compte de ce qu’il pourrait perdre. Depuis sa dernière condamnation, il a trouvé l’amour, et un travail. 
    Sa compagne est enceinte et il souhaiterait pouvoir élever son enfant, mais avec une condamnation de 18 mois, il risque fort de ne pas le voir naître.
    Il a donc demandé une peine de travail ou un sursis afin de pouvoir retrouver sa famille. Il sera jugé le 8 août prochain. 
    Article de N.B. dans le journal La Meuse H-W du 26 juillet 2013