emploi

  • Vous recherchez un emploi? permanences le 20 octobre 2017 à Nandrin

    Lien permanent


    Ou vous recherchez à recruter pour votre entreprise?

    La Mission Régionale Huy-Waremme (MIRHW) organise des PERMANENCES dans le Condroz tous les 3èmes vendredis du mois en matinée dans la salle du Conseil de la Commune Nandrin

    La MIRHW propose des solutions aussi bien pour les entreprises (aide au recrutement) que pour les demandeurs d'emploi (formations, jobcoaching, recherche d'emploi, mise en relation)

    Ouvert à tous les habitants du Condroz. Veuillez donner un petit coup de fil avant de venir.

    Les prochaines dates : 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre

  • Formation avec possibilité d'emploi

    Lien permanent

     

  • 100 patrons vous donnent rendez-vous le 18 février 2017

    Lien permanent

    100 patrons, seraing ,emploi,L’ édition 2017 de l’opération 100 patrons, se tiendra le samedi 18 février prochain au Val Saint-Lambert à Seraing.

    Organisé depuis 2008 dans des lieux de qualité comme le Cercle Chapel ou le Cercle de Wallonie, l’événement est notamment soutenu par des acteurs du monde de l’emploi tels Securex et Trace, mais aussi Sudpresse via son média emploi JobsRégions.

    Pour évoquer le concept et son utilité, nous avons interviewé Manuel Pallage, Directeur Général de NSI, et habitué de l‘événement.

    Cette 10e édition ne renie pas les fondamentaux qui ont fait le succès de l’opération depuis ses débuts: un panel de décideurs qualitatif et varié, dans un cadre dynamique favorisant des interactions multiples et constructives.

    Celle-ci a pourtant volontairement délaissé une partie de son nom - anciennement 100 patrons - 100 jobs - pour accentuer le caractère d’orientation et de conseil de l’opération, la différenciant d’un salon de l’emploi.


    Speedcoaching Car il s’agit bel et bien d’un salon de speedcoaching, où, situation inédite dans la vie quotidienne, des décideurs d’horizons variés mettent leur temps et leur expertise à disposition de tous. M. Pallage, Directeur de NSI, société de services et conseil en informatique (430 personnes) précise:

    Un format original et étudié « L e f o r m a t d e l’o p é r a ti o n, q u i prévoit 10 minutes par entretien, revêt déjà un intérêt particulier dans la mesure où il oblige les «visiteurs» à se préparer, et à être clairs et concis dans leur communication. Mon premier et principal conseil sera d’ailleurs de vous préparer le mieux possible: connaître l’entreprise, et anticiper ces 10 minutes afin de les exploiter au mieux.

    Le dirigeant sera d’autant plus enclin à vous aider s’il perçoit vos qualités et votre motivation au travers de votre degré de préparation.

    Cela peut paraître basique mais celle-ci est trop souvent insuffisante. Moi-même quand j’ai un rendez-vous professionnel, je le prépare assidûment. Tous les décideurs se rendent disponibles, partagent leur expérience, leur expertise et même leur réseau professionnel, alors donnez-leur envie de vous aider!

    Les personnes doivent également pouvoir expliquer pourquoi ils veulent nous voir nous spécifiquement, et expliciter leur démarche, au vu de leur parcours et de leurs objectifs. Le format constitue donc déjà un excellent exercice.»

    Outre le fait de bénéficier de conseils d’orientation et d’un coaching sur la manière de se présenter, peut-on espérer plus de cet événement ?

    Une vraie opportunité «En tant que patrons et décideurs participant volontairement, nous sommes déjà dans un état d’esprit extrêmement positif. Si nous rencontrons la perle rare, rien n’est donc exclu, et l’année dernière, nous avons recruté quelqu’un directement sur l’opération.

    L’ambiance est excellente, tant entre décideurs qu’avec les visiteurs, et tout le monde est très accessible. C’est donc un événement très positif pour l’image et le dynamisme de la Wallonie.»

    Un exemple concret ? Si cela ne suffit pas à vous convaincre, voici un exemple supplémentaire des opportunités potentielles pouvant découler de votre participation à un tel rendez-vous. Et celui-ci est particulièrement concret.

    Je fus en effet moi même recruté par Sudpresse, et plus particulièrement par Jobs Régions, il y a un an exactement à l’édition liégeoise de l’opération.

    À l’époque en recherche d’un nouveau challenge professionnel, j’avais décidé d’y participer sur les conseils de plusieurs amis.

    De l’extérieur, sans le connaître, j’avais considéré l’événement avec curiosité et un certain intérêt, mais je n’en avais pas d’attentes précises. Je m’étais néanmoins préparé, principalement pour faire bonne impression à tous ces décideurs que j’étais susceptible de recroiser ultérieurement dans ma vie professionnelle.

    Et sans doute aussi pour ne pas leur donner l’impression de «leur faire perdre leur temps».

    L’événement fut tout d’abord très instructif, au vu de la variété des personnes rencontrées et des domaines qu’ils représentent.

    Puis quelques semaines plus tard, quand Vincent Jacques, le Directeur de JobsRégions, m’a appelé pour me proposer un entretien, les conséquences de ma participation sont devenues beaucoup plus concrètes. Et comme vous pouvez le constater à la lecture de cet article, elles perdurent toujours aujourd’hui ! l

    Article de Y.D. source info Sudinfo

     Infos et inscriptions: www.100patrons100jobs.be/

     

  • Plus de 25.000 remises à l’emploi via les CPAS

    Lien permanent

    CPAS source PHN Sudinfo.JPGOn appelle ça les articles 60 et 61. Ce sont des dispositions qui permettent aux CPAS de remettre directement à l’emploi une série de minimexés. Et cela marche de mieux en mieux.

    Selon des chiffres dévoilés à Sudpresse par le ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus (MR), on en est désormais à plus de 25.000 personnes qui ont ainsi pu trouver du travail en 2015, tendance qui s’est poursuivie au premier semestre 2016.

    Cela se fait soit via le recrutement de la personne au sein du CPAS ou sa mise à la disposition d’un employeur tiers, mais toujours rémunéré par le Centre public d’aide sociale.

    Soit encore via son embauche dans une société privée en échange d’une baisse des cotisations sociales. Le procédé existe depuis 2002. Cette année-là, 13.056 minimexés avaient ainsi pu renouer avec le marché du travail. Treize ans plus tard – soit en 2015, dernière année statistique complète disponible – on en est à 25.239 personnes, soit une hausse de 93%! Et les trois régions du pays en profitent. La hausse la plus spectaculaire – 150% – est décrochée par Bruxelles, avec un passage de 2.234 à 5.535 personnes remises à l’embauche.
    La Flandre se hisse sur la deuxième marche du podium. Ici, l’augmentation est de 97% (de 5.162 à 10.141 minimexés aidés). Vient enfin la Wallonie avec une hausse de 69% (de 5.660 à 9.563 personnes).


    TRÈS BONS SCORES

    Ce succès ne s’est jamais démenti au fil des ans. De 2014 à 2015, le nombre de minimexés ainsi aidés a augmenté de 10% pour la seule Wallonie, contre 3% en Flandre et 0,1% à Bruxelles. Quand on regarde au niveau des entités, certaines déploient manifestement de gros efforts.

    Le record wallon est détenu par Doische avec 85% de ses minimexés remis au travail, même si la base est faible (sept personnes dont six qui ont un job).

    Dans les communes un peu plus grosses, c’est Estaimpuis qui détient la palme avec 63% de ses 22 minimexés ainsi aidés. Mais Chapelle-lez-Herlaimont (38% de 162 personnes), Braine-l’Alleud (33% de 193 personnes) ou Peruwelz (28% de 222 personnes) affichent également de très bons résultats.

    «Cette augmentation de recours à ce système est positive» , note Willy Borsus qui exerce la tutelle sur les CPAS même s’il s’agit ici d’impulsions régionales.

    «L’extension des projets individualisés d’intégration sociale à tous les bénéficiaires d’un minimex participe au même objectif. On attend ainsi 38.910 nouveaux dossiers pour 2017» .

    Article de CHRISTIAN CARPENTIER source Sudinfo 

  • Emploi: SudPresse vous donne la possibilité de réaliser votre rêve

    Lien permanent

    emploi.JPG

    Vous avez toujours eu envie d’avoir votre propre commerce mais vous n’avez jamais osé vous lancer ?

    SUDPRESSE VOUS DONNE LA POSSIBILITÉ DE RÉALISER VOTRE RÊVE.

    Nous recherchons un(e) GERANT/E POUR NOTRE MAGASIN DE PROXIMITÉ

    (librairie, dépôt boulangerie, loterie, etc…) situé en région liégeoise.

    VOTRE PROFIL

    Avoir un statut d’indépendant (si vous n’êtes pas encore indépendant mais que vous souhaitez le devenir, nous pouvons vous accompagner dans les démarches). Très courageux, car gérer un commerce demande beaucoup d’heures de travail. Sens commercial.

    Bon gestionnaire.

    Sachant faire preuve d’initiative.

    Possède son propre véhicule. QConnaissances pratiques d’un photocopieur, ordinateur…

    Sachant utiliser les réseaux sociaux.

    Connaissances Word, Excel, et messageries est un plus. QExpérience du petit commerce est un plus. NOUS OFFRONS Un magasin clé sur porte avec une clientèle existante. INTÉRESSÉ(E) PAR CE CHALLENGE?

    Vous pensez être la personne que nous recherchons, envoyez-nous votre lettre de motivation accompagnée de votre CV.

    Soit par mail à: rosselventes@rossel.be en indiquant dans l’objet: candidature gérant magasin Soit par courrier à: S.A. Sudpresse – Rossel Solutions – rue de coquelet, 134 – 5000 Namur.