electrique

  • Pas d’électricité le 3 janvier 2018 en matinée à Nandrin

    er.jpgNandrin a connu une panne d’électricité dans la matinée de mercredi. Conséquence, les commerces de la rue de Dinant notamment, comme la pompe Texaco, ont été impactés. La bijouterie Hacour et le magasin Faune et Flore n’ont pas pu ouvrir leurs portes avant 11h - 11h30.

    « Sans électricité, la porte automatique, les caisses et le Bancontact ne fonctionnent pas, pas le choix », commente le patron Gérard Coudron.

    D’autres ont ouvert vaille que vaille.

    « Moi j’ouvrais et je fermais la porte pendant que l’équipe servait les quelques clients dans les rayons avec des lampes de poche », rapporte Jean Pivot de la droguerie Pivot-Badoux.

    « Dès 5h, j’ai servi les clients à la bougie et à la lampe de poche.

    Il vaut mieux en rire », conclut Pascale Noël, de la librairie Noël. 

    Article de A.G.

    Source clic ici 

  • Mise en conformité de l’installation électrique des écoles communales de Nandrin


    ecole,electrique,conseil communal,exp c,pn,evrard,lemmens,pollain133.589 euros pour refaire l’électricité des deux écoles.

    Mardi soir, les élus nandrinois ont approuvé, à l’unanimité, la mise en conformité de l’installation électrique des écoles communales de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple.

    « Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’un programme d’aide aux établissements scolaires. Nous avons mis en avant des problèmes urgents liés aux risques d’incendie et à la sécurité des bâtiments scolaires, l’un des 5 critères de recevabilité» , a retracé Daniel Pollain, échevin de l’enseignement qui rappelle que les installations électriques ont entre 40 et 50 ans.

    Les travaux sont estimés à 133.589 euros TVAC, avec un taux de subsidiation de 80%. À Saint-Séverin, l’essentiel des travaux sera réalisé dans la Maison Léonard et sur le tableau général.

    Montant estimé: 54.780 € TVAC.

    À Villers-le-Temple, les travaux concerneront tous les bâtiments, sauf les préfabriqués qui sont conformes.

    Montant estimé: 78.808€.

    Les travaux seront réalisés pendant les congés scolaires. « Nous les espérons en juillet et août », a précisé l’échevin.

    « En 10 ans, ce sont près de 2 millions d’euros qui ont été injectés dans des travaux d’amélioration de nos infrastructures scolaires, ainsi que des investissements de type «car scolaire» ou «achat de matériel et équipement informatique» », a-t-il encore souligné.

    villers le temple.JPG« N’en profiterait-on pas pour installer la climatisation dans les préfabriqués? », a suggéré Marc Evrard, d’uPN.

    « Seuls les containers sont conformes, quoi que vous en pensiez, ils ne sont pas si effrayants!

    Ma fille y est et s’en porte très bien.

    Il n’y a pas de plainte », a lancé Michel Lem
    mens, le bourgmestre EC.


    «Courant 2018, les locaux de la nouvelle Maison du village seront mis à disposition de l’école communale et de l’Accueil temps libre.

    Le temps des travaux (4 ou 5 ans), il faudra sûrement louer d’autres containers. Mais la volonté est bien de remplacer les préfabriqués par un bâtiment en dur qui abritera l’ensemble des classes maternelles. La climatisation existe dans l’un des containers de Villers mais n’est pas utilisée… », a ajouté Daniel Pollain.

    « Pourquoi voulez-vous remplacer les containers s’ils sont si satisfaisants, comme le prétend le bourgmestre? Cela ne s’apparenterait-il pas à une dépense inutile ?», a rétorqué Marc Evrard.

    Article de A.G. Source Sudinfo 

  • La semaine de tous les dangers pour le réseau électrique

    attention.pngUne vague de froid venue de l’est s’abat sur l’Europe. Du coup, la consommation électrique des ménages va partir à la hausse. Si le risque d’un black-out général ou d’un délestage localisé est limité, le réseau sera soumis à rude épreuve… Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, envisage d’ailleurs l’activation des réserves stratégiques. Et pour Damien Ernst, professeur d’électromécanique à l’Université de Liège, il s’agit carrément d’une semaine « de tous les dangers ».

    1)

    Pourquoi la situation est-elle problématique? Toute l’Europe est frappée par le froid, dont la France, pays d’où on importe de l’électricité. Or, nos chers voisins se chauffent massivement avec des convecteurs électriques. Un choix effectué à une époque où l’Hexagone développait son parc nucléaire et prônait son indépendance énergétique. À cela, il faut ajouter que les centrales françaises n’ont plus vraiment la forme et que certaines d’entre elles sont actuellement à l’arrêt. Bref, la France risque de devoir importer de l’électricité pour satisfaire sa demande.

    2)

    Les mesures prises en Belgique pour éviter le pire Avec la vague de froid, la Belgique pourrait devoir importer de 1.000 à 1.400 MW cette semaine. Face à une possible pénurie, Elia prévoit d’activer les réserves stratégiques. « Pour ce mardi, il est peu probable qu’on les active », relativisait toutefois Kathleen Iwens, porte-parole d’Elia. « Mais pour les jours suivants, nous suivons la situation de près et on ne peut exclure ce scénario. » Selon Damien Ernst, de l’ULg, la réserve stratégique, est une sorte «d’airbag» que l’on utilise lorsqu’il y a un problème d’équilibre entre la production et la consommation: « C’est la dernière ligne de défense du réseau qu’on active lorsqu’on est vraiment à l’os. » Ces réserves stratégiques représentent 750 MW et sont notamment garanties par le démarrage des centrales au gaz de Seraing et de Vilvorde, actuellement à l’arrêt. Mais ce lundi soir, si le discours était plus optimiste, c’est parce que les prévisions météo sont désormais moins alarmistes. « Selon les dernières estimations de RTE, le gestionnaire du réseau électrique français, le pic de consommation annoncé pour ce jeudi n’est plus que de 96.200 MW contre 101.100MW lors de la précédente estimation », nous lance Damien Ernst ce lundi, en fin d’après-midi. « Pour ce mercredi, qui risque d’être une journée noire, les prévisions prévoient une consommation de 93.051 MW. On est sous le cap des 100.000 MW, qui correspond à la production de 100 réacteurs nucléaires. Un seuil critique. »

    3)

    Le plan de délestage: la solution extrême pour éviter un black-out Ce lundi, Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, l’affirmait: « Aucune activation du plan de délestage n’est prévue pour cette semaine ». Par contre, pour le reste de l’hiver, il ne faut pas exclure cette possibilité. Un simple incident dans une centrale ou sur le réseau pourrait rebattre les cartes. Pour rappel, le délestage a pour but d’éviter qu’un déséquilibre important du réseau n’entraîne une coupure généralisée de l’alimentation électrique, qu’on appelle le black-out. Concrètement, on coupe l’alimenta
    tion électrique durant une période de pic dans une zone déterminée, appelée tranche. Il existe huit tranches sur l’ensemble du territoire, et elles représentent chacune entre 500 et 750 MW. Pour savoir si votre habitation est située dans l’une des huit tranches, il suffit de vous rendre sur le site de votre gestionnaire de réseau de distribution (Ores, Resa…).

    4)

    Comment éviter ce genre de problème àmoyen terme? En 2017, dans l’un des continents les plus développés, il semble dingue qu’on puisse avoir affaire à des coupures massives de courant. « Ce phénomène montre l’immense vulnérabilité de nos systèmes électriques européens par rapport aux vagues de froid », estime Damien Ernst. « Non seulement, la vague de froid pousse la consommation vers le haut, mais elle peut faire chuter la production d’énergie éolienne sur le centre de l’Europe durant une longue période de temps. Or, l’Europe s’oriente de plus en plus vers un mix photovoltaïque et éolien. Et stocker de l’énergie éolienne durant cinq ou dix jours, c’est illusoire. » Pour le professeur Ernst, il n’y a pas 10.000 solutions. « Il faut collecter les énergies renouvelables sur une surface plus grande. C’est une illusion de penser que juste de la gestion de la demande pourra faire l’affaire. Il faut prendre des orientations au niveau européen.

    Article de GUILLAUME  source Sudinfo 

  • Les riverains privés d’électricité et d’eau mercredi 25 mai 2016 après midi à Nandrin

    accident source sudpresse.JPG

    Un terrible accident est survenu rue de la Gendarmerie à Nandrin, ce mercredi après 15h.

    La grue de chantier de l’entreprise de toiture Peeters&fils a touché un câble à haute tension de 15.000 volts

    Cet accident a privé tout Nandrin d’électricité. Selon les riverains, l’opérateur Resa a coupé le courant aux alentours de 15 heures, après l’accident.

    « Les grosses cabines de distribution d’électricité ont toutes sauté suite à l’accident. Les agents de Resa sont intervenus rapidement sur place et vers 16h15, le courant était rétabli pour tous les Nandrinois », explique le capitaine Jadot de la zone de secours Hemeco.

    Les riverains ont également été privés d’eau.

    « La Société wallonne des eaux a dû intervenir car les pompes du château d’eau étaient à l’arrêt », indique encore le capitaine.

    Article de C.L. source Sudinfo http://journal.lameuse.be/

     

  • Deux ouvriers ont été électrocutés à Nandrin

    1870546041_B978760636Z.1_20160525184101_000_GLO6SBOIT.2-0.jpg

    Deux ouvriers ont été électrocutés mercredi à 15h25, alors qu’ils travaillaient  à Nandrin.

    Les deux hommes ont été grièvement blessés alors qu’ils étaient occupés sur une ligne à haute tension de 15.000 volts.

    Deux SMUR et l’hélico médicalisé de Bra-sur-Lienne sont intervenus. Les deux hommes ont été transportés à l’hôpital. L’un au CHU de Liège, l’autre au CHR de Huy.

    L’accident a provoqué une panne d’électricité dans la commune.

    Resa a rétabli le réseau vers 16h15.

    Article et photos clic ici 

  • Nandrinois des coupures d’électricité qui ont dépassé les 24 voire les 60 heures info pour les clients lésés ont droit à des indemnisations

    i2.JPGLe week-end des 15, 16 et 17 janvier dernier avait été un calvaire pour des milliers de foyers des provinces de Liège, de Namur et du Luxembourg principalement.

    En cause : des coupures d’électricité qui ont dépassé les 24 voire les 60 heures pour les plus malchanceux.

    Privés d’eau chaude, de chauffage, beaucoup ont dû jeter le contenu de leurs frigos et congélateurs.

    La CWAPE (Commission wallonne pour l’Énergie) a réalisé une enquête auprès des gestionnaires de réseau (GRD) actifs en Wallonie sur ce week-end catastrophe.

    Et les résultats vont faire plaisir aux particuliers lésés : l’indemnisation devra bien leur être accordée, sauf cas exceptionnel.

    100 € POUR 6 H DE PANNE

    Un décret prévoit en effet une indemnisation forfaitaire de 100 € par coupure de six heures.

    Sauf s’il s’agit « d’un cas de force majeure », permettant alors au gestionnaire de réseau d’éviter d’intervenir financièrement.

    Chaque tranche supplémentaire de 6h est comptabilisée.

    Les clients privés de courant durant 60 heures seraient donc en droit de réclamer… 1.000 € à leur gestionnaire de réseau !

    Selon l’enquête de la CWAPE, les conditions climatiques étaient très difficiles, mais pas « exceptionnelles » pour l’IRM.

    On a enregistré 147 incidents, dont 130 interruptions de fourniture d’électricité.

    En tout, ce sont plus de 38.000 clients qui ont connu une coupure.

    Ceux-ci peuvent solliciter l’indemnisation pour la coupure d’électricité (100 €/6h sans électricité), mais aussi une indemnisation pour le dommage matériel subi, par exemple pour le contenu des congélateurs à jeter, si leur compagnie d’assurances n’est pas intervenue.

    « Il n’y a pas eu de mot d’ordre général et chaque compagnie a pu prendre une position distincte », souligne Wauthier Robeyns, porte-parole d’Assuralia.

    Ainsi, chez Axa, on a décidé d’adapter les conditions générales de tous les contrats « Habitation » avec effet rétroactif au 14 janvier 2016.

    Les denrées devenues impropres à la consommation suite à la décongélation seront donc indemnisées soit de manière illimitée, soit à hauteur de 500 € maximum selon les contrats des particuliers.

    « Les demandes d’indemnisations doivent être rentrées par les particuliers auprès de leur GRD », explique Stéphanie Grevesse, de la CWAPE.

    Si la réponse du GRD ne leur convient pas, ils peuvent introduire une réclamation à la CWAPE.

    Des contestations ont ainsi déjà été reçues au service « Médiation ».

    « Celles-ci seront examinées au cas par cas car on ne peut pas définitivement exclure la force majeure pour tous les dossiers », ajoute la porte-parole.

    Mais pour les coupures très longues, où l’état des routes par exemple ne justifie plus la non-intervention du GRD sur la panne, l’indemnisation ne fait quasiment aucun doute.

     Article de L.P. Source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/ du 14 avril 2016

    coupure Janvier 2016.JPG

  • Nandrinois RESA a organisé ce 22 février 2016 une réunion à destination des communes

    flash info nandrin 2016.jpg

    Indemnisation RESA aux riverains

    Retour sur les pannes électriques du 15 au 17 janvier

    Suite à la réunion,nous revenons vers vous concernant les indemnisations éventuelles de RESA.

    Outre les éventuels dédommagements des pertes des denrées alimentaires ou autre dégâts subis lors de cette panne sans précédent via votre propre assurance, la législation (et la CWAPE) prévoit également une indemnisation de 100 € par tranche de 6 heures consécutives sans électricité à moins que la panne ne soit reconnue comme découlant d’un cas de force majeure avérée. (Les procédures sont en cours pour évaluer la force majeure...ou pas).

    Pour éventuellement prétendre à ce dédommagement, nous vous conseillons d’envoyer PAR RECOMMANDE le formulaire de demande d’indemnisation à RESA dans les 60 jours calendrier de la survenance de l’interruption de fourniture. Soit, AVANT LE 15 MARS 2016.

    Vous pouvez télécharger le formulaire via le lien suivant :http://www.indemnisations-energie.be/fil…/formulaireelec.pdf

     http://indemnisations-energie.be/,

     

    Source  info http://www.nandrin.be/ Commune Nandrin

    Et également  via facebook  Jean-Michel Javaux  et Commune d'Amay

  • Nandrin Sept groupes électrogènes

    DSC_0498.jpg

    La commune de Nandrin a levé la cellule de crise à 16h, lundi.

    Le réseau électrique n’est pas totalement réparé, 7 groupes électrogènes aliment les quartiers Bois de la Croix claire, rue des Hausseurs, rues de la Basse, de la Bouhaie et de la Rolée, ainsi que Villers-le Temple, particulièrement impacté par les coupures de courant.

    Les habitants de ces quartiers sont invités à modérer leur consommation d’énergie.

    «À notre connaissance, plus personne n’est privé d’électricité.

    Ce week-end, c’est parfois revenu puis reparti.

    Toute la commune a été touchée, sauf Yernée-Fraineux, donc 2.200 ménages.

    Par contre, nous n’avons pas connu de coupure d’eau », souligne le bourgmestre.

    Dimanche matin, 300 maisons étaient toujours sans électricité.

    Pourquoi la situation a t-elle été rétablie tardivement par rapport aux autres communes ?

    « Car dès 10h vendredi, nous avons commandé un groupe électrogène privé pour assurer l’alimentation en eau.

    On est donc passés au 2e plan. »

    Numéro d’appel communal : 085/ 51.94.95.

     Article de  A.G. pour Sudpresse

  • Le point sur la situation neige sur Nandrin dimanche 17 janvier 2016 à 22h

    Bonne et heureuse année 2016.jpg

    La crise est maintenant derrière nous.

    La situation semble rétablie sur notre commune de Nandrin 

    Plusieurs groupes électrogènes ont été placés en dépannage dans certains quartiers par RESA.

    Cette situation est temporaire et fragile.

    Merci aux personnes de terrain de chez RESA qui ont travaillé sans relâche pendant deux jours et demi  dans une météo difficile .

    Ainsi que tous les intervenants !!!

    Service Administratif ,Service voirie etc .......



    Nous vous rappelons qu’il est important d’établir votre préjudice et de contacter votre compagnie d’assurance afin de vérifier si une intervention est possible.

    N’oubliez pas de réaliser un dossier photographique.

    Pour la suite Des infos via le site de Nandrin.be 

    Et le facebook Commune de Nandrin 

    Le blog de Nandrin ,vous remercie de vos informations depuis 3 jours !!!

  • Une Nandrinoise témoigne sur RTL Plusieurs foyers de Wallonie privés d'électricité

    alerte.jpgCécile, une habitante de Nandrin, a contacté la rédaction de RTL via le bouton orange Alertez-nous afin d'expliquer les problèmes qu'elle rencontre à cause de la météo.

    Ce vendredi matin, la mère de 39 ans n'a pas pu accompagner son fils de 10 ans à l'école à cause de l'épaisse couche de neige qui entoure sa maison.

    La trentenaire a donc décidé de rentrer chez elle avec son enfant. "Je n'ai pas pu quitter mon domicile ce matin pour emmener mon fils à l'école.

    Ma voiture a patiné, on est obligé de rester chez nous. A vue d'œil, il y a 25 cm de neige dehors.

    Ça tombe non-stop", a détaillé Cécile.

    La situation s'est aggravée depuis 9h30.

    Il n'y a plus d'électricité dans la rue de Cécile et dans les villages voisins.

    Par conséquent, le chauffage, la radio et la télévision sont coupés.

    "On ne sait pas jusqu'à quand ça va durer. On n'a plus de radio, plus de chauffage, plus rien! J'économise la batterie de mon GSM au cas où il y aurait un souci.

    Il n'y a plus d'électricité dans toute la rue et dans le village.

     

    Source info RTL

    http://www.rtl.be/info/belgique/meteo/plusieurs-foyers-de-wallonie-prives-d-electricite-a-cause-de-la-neige-on-n-a-plus-de-radio-plus-de-chauffage-plus-rien-photos--786434.aspx