ecolo

  • Les échevins Daniel Pollain et Charlotte Tilman créent une alliance avec Benoît Ramelot, la majorité explose à Nandrin ?

    L es dés sont redistribués à Nandrin. L’annonce n’est pas encore officielle mais les échevins Daniel Pollain (PS), Charlotte Tilman (Ecolo devenue PS) et Benoît Ramelot (MR, leader du groupe d’opposition Tous Ensemble) s’allieront en vue des élections communales 2018. Faisant de la sorte éclater le groupe PS majoritaire et donc, de facto, le Collège tripartite d’Expressions Communes (PScdH-Ecolo).

    Le groupe Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo), aux manettes de la commune de Nandrin, a vécu.

    Il n’y a plus de réunion depuis belle lurette. La plus grosse crise de la lé- gislature a sans conteste été entre PS et cdH à qui on avait promis une place au sein du Collège à mi-mandat, sans prévoir que Charlotte Tilman quitterait Ecolo pour rejoindre les rangs du PS.

    Le statu-quo explosif, maintenu pendant de longs mois, avait été finalement dénoncé par Murielle Brandt (conseillère cdH) qui avait voté contre son groupe pour marquer son impatience, avant de finalement accéder à la présidence du CPAS.

    Au-delà des divergences entre partis de cartel, c’est au PS même que la scission se dessine aujourd’hui.

    Les élus socialistes, pourtant majoritaires dans l’alliance actuelle, ne seront pas sur la même liste en 2018.

    L’échevin de l’enseignement, Daniel Pollain, et l’échevine de l’aménagement du territoire, Charlotte Tilman, se désolidarisent et vont créer leur propre liste, en s’associant avec le leader d’opposition Tous Ensemble et ex-échevin, Benoît Ramelot.

    Une divergence de vue avec le bourgmestre sortant est évoquée. La position des autres socialistes ?

    Aucun commentaire de la conseillère et ex-présidente de CPAS Béatrice Zucca et le conseiller Axel Pire ne se représentera pas en 2018 (pour raisons familiales).

    La nouvelle liste, ouverte à toutes les couleurs politiques mais aussi aux citoyens, ne comprendra pas Guy Mottet, conseiller TE et ex- échevin et ex-président de CPAS, qui a décidé de ne pas se représenter, « dégoûté par le manque de respect et de dialogue constructif montré au Conseil, qui ne correspond pas à ce que j’ai vécu lors des précédentes législatures » (sic).

    Guy Mottet a déjà démissionné de la présidence du MR local mais assure assumer jusqu’au bout son mandat de conseiller communal.

    « Ce n’est pas le MR qui rejoint Daniel Pollain, juste Benoît Ramelot », tient à souligner Marc Evrard (UPN) qui compte deux libéraux sur sa propre liste (lui-même et Bogdan Piotrowski).

    Le bourgmestre, esseulé dans son propre camp, compte bien rempiler à la même fonction.

    « Je serai candidat-bourgmestre, et tête de liste », nous confirme-t-il. Mais de quelle liste ?

    À voir… Le mayeur semble pouvoir compter sur le soutien du cdH, en tout ou en partie, Henri Dehareng annonçant se retrouver dans la politique menée par Michel Lemmens. Et d’Ecolo, estime-t-il.

    Ecolo qui ne se positionne pas encore, tout en reconnaissant la bonne gestion de la commune. On imagine mal la Fédération Huy-Waremme du PS ne pas soutenir le bourgmestre sortant.

    Dans l’impossibilité de créer une liste purement rouge, bleue, orange ou verte, chaque parti devra s’accommoder d’une alliance, pré ou post-électorale.

    « La grosse erreur commise dans cette tripartite, a été de garder nos couleurs respectives, avec des exigences partisanes », analyse l’ex-président de la section locale Ecolo, Guy Brassel, qui souhaite désormais un brassage multipolitique pour éviter tout blocage futur.

    Reste maintenant à trouver des candidats (hommes et femmes) pour compléter chaque liste, un pari loin d’être gagné.

    Le trio Eric Cop, Alain Henry et Vincent Licata, conseillers Tous Ensemble très unis (616 voix à eux trois), élus du premier coup en 2012, risque d’être courtisé.

    Les trois hommes ont annoncé ne pas avoir d’exclusive. 

     

    Article de ANNICK GOVAERS Article complet clic ici 

    1147395687.25.JPG

    Lire la suite

  • Le remplacement des containers à Villers le Temple Nandrin , réclamé par l’opposition, sera l’investissement prioritaire en 2018

    À l’issue de son premier mandat de bourgmestre, Michel Lemmens, élu depuis 23 ans à Nandrin, aura mené à terme deux projets d’envergure : le dossier du foot, entamé lors de la précédente législature par Benoît Ramelot, et la nouvelle administration communale, dossier très polémique.

    La personnalité de Michel Lemmens, bourgmestre, divise.

    Soit on apprécie sa franchise (« Il dit les choses comme elles sont et tant pis si ça ne plaît pas »), son intelligence (même reconnue par Marc Evrard), ses relais et sa force et sa qualité de travail, soit on dénonce son ton tranchant, son manque de communication personnelle et communale (il n’y a pas eu d’inauguration des terrains synthétiques, par exemple) et son caractère de division.

    Un bourgmestre étant censé rassembler les forces vives autour de lui, Michel Lemmens n’aura pas réussi à garder un PS nandrinois uni, en vue des élections.

    « Que voulez-vous faire ?

    Quand votre femme vous trompe, vous ne pouvez pas la forcer à rester…», réagit-il. Certes, mais les torts ne sont-ils pas souvent partagés ?

    « Rien n’est jamais tout noir, ou tout blanc », consent-il.

    SÉCURITÉ ROUTIÈRE

    Malgré ses bagarres avec Marc Evrard (« Nous sommes les Lucky Luke et Joe Dalton de Nandrin ») qu’il décrit comme « une guerre permanente », Michel Lemmens dit prendre encore du plaisir à monter des dossiers.

    Des dossiers souvent polémiques mais qui avancent.

    Citons le bouclage du foot, la construction de la nouvelle maison communale regroupée avec le CPAS contestée par les deux oppositions, les zones d’immersion temporaire, les rénovations de voiries (« presque 1,5 million investi »), une nouvelle maison de village à Villers (finie au printemps 2019), la création d’un hall relais, et le parking multimodal.

    Échevin des finances et du budget depuis 1994, Michel Lemmens se targue par ailleurs d’avoir amélioré des finances déjà saines.

    Les gros enjeux de la prochaine législature sont avant tout la construction d’un bâtiment en dur à l’école de Villers-le-Temple pour abriter les deux classes actuellement dans des containers, la prise en charge de la population vieillissante de Nandrin (via la construction d’une résidence-services notamment), l’augmentation du nombre de logements sociaux (à l’ancienne Gendarmerie, au Péry) et la sécurité routière.

    La route du Condroz est du ressort de la Région, mais l’histoire a montré que la commune a un rôle à jouer.

    Des thèmes de travail (sécurité routière, vieillissement de la population, enseignement primaire, création de logements pour tous) cités dans les résultats de notre sondage, non exhaustif.

    Les sondés réclament aussi une dynamisation de la vie communale, une relation avec le citoyen, une meilleure information et des routes rénovées. 

    Article de ANNICK GOVAERS

    Article Complet clic ici 

     

  • Les tas de terres au Pery à Nandrin «De mauvaises habitudes»

    Comme prévu, UPN a abordé au Conseil les tas de terres contenant du raclage de route stockés au Pery, jugés irréguliers par la police de l’environnement qui a adressé un avertissement à la commune.

    Cette dernière doit se mettre en ordre pour le 30/09.

    Marc Evrard a assuré avoir interpellé l’échevin des travaux à ce sujet à 6 reprises depuis 2013 et juge le site «  immonde  », tout en fustigeant la passivité des Ecolos.

    Il a plaidé pour un lieu de stockage adapté et s’il reste au Pery, qu’il soit fermé et protégé. Henri Dehareng a d’abord contrattaqué en mettant en avant l’acharnement d’UPN à son égard depuis cinq ans. Sur le fond, il a évoqué de «  mauvaises habitudes  » prises depuis des années, engendrant le débordement constaté.

     

    «  Il y a toujours eu des mouvements de produits de raclage  », a-t-il dit. Michel Lemmens a ajouté que les premiers tas sont apparus entre 1994 et 2003, déposés par la Région avec la N63.

    «  Depuis ,des tas ont été systématiquement faits et qui arrangeaient tout le monde  », reconnaît-il.

    Soulignant que les analyses ne démontrent pas de danger pour la santé, le mayeur a toutefois indiqué que l’administration avait fait le nécessaire pour régulariser la situation (en demandant un permis à la Région), nettoiera le site et réalisera les aménagements complémentaires demandés.

    A.G. Article complet clic ici 

     

    Voir les photos 2017 Clic ici 

     

    Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

     

    1147395687.25.JPG

  • La police de l’environnement adresse un avertissement à Nandrin

    Les terres pas dangereuses, mais pas autorisées.

    Alertée par l’opposition UPN, la police de l’environnement est descendue à Nandrin le 21 août pour observer et analyser les terres transportées du Pery au chantier de la nouvelle administration communale pour remblayage. Après prélèvements, ces monticules de fraisâts hydrocarbonés ne sont pas dangereux mais ne peuvent être stockés sans autorisation.

     

    Les tas de terres contenant du raclage de route stockés au Pery, derrière le hangar des travaux, et auparavant devant l’ancienne crèche communale, faisaient partie du paysage.

    Une grosse partie d’entre eux a été transportée par camions en août dernier vers le chantier de construction de la nouvelle administration communale, pour servir de remblaiement.

    Ce dont s’est inquiétée l’opposition Union Pour Nandrin qui a contacté la police de l’environnement de la Région wallonne, descendue sur place le 21 août dernier.

    Les deux agents ont pris des prélèvements à la maison communale et ont demandé que le remblaiement cesse en attendant les résultats.

    Ils se sont aussi rendus sur le site du Pery. Contrairement aux craintes de l’opposition, les terres s’avèrent non dangereuses, ont révélé les analyses de l’ISSeP, l’Institut scientifique de service public. La norme HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) n’est effectivement pas dépassée.

    Pas de crainte à avoir, donc. Ces terres peuvent continuer à être enfouies. Par contre, la police de l’environnement a relevé que les tas de matières premières et de divers déchets étaient stockés sans autorisation au Pery.

    En effet, le stockage de déchets inertes ou non dangereux nécessite soit une déclaration de classe 3 soit un permis d’environnement, en fonction du tonnage.

    Ce qui n’était pas le cas. Par conséquent, la police de l’environnement a envoyé un avertissement unique à la commune, lui rappelant ses obligations et l’appelant à se mettre en ordre pour le 30 septembre au plus tard.

    Wallonie environnement attire particulièrement l’attention sur le stockage de fraisâts hydrocarbonés de route, considérés comme potentiellement dangereux : elle demande de ne plus les stocker sans autorisation et sans une protection du sol adéquate. Le service régional épingle aussi le stockage de boue de curage d’avaloirs et/ou d’étangs.

    À défaut de démarches, un P.-V. sera rédigé et transmis au fonctionnaire sanctionnateur régional ainsi qu’au Parquet. Le bourgmestre, Michel Lemmens, en déplacement à l’étranger ce vendredi, et l’échevin des travaux, Henri Dehareng, injoignable, n’ont pas été en mesure de commenter les faits.

    Il nous revient toutefois que le Collège a depuis engagé une demande de permis auprès de la Région wallonne.

    Du côté d’Union Pour Nandrin, on se dit soulagé de la non-dangerosité des terres mais le parti condamne l’amateurisme de la majorité qui n’était pas en ordre, malgré les interpellations.

    Le sujet sera abordé en point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil, lundi : « Nous demandons la régularisation de la situation et la recherche d’un terrain mieux adapté à l’entreposage de telles matières », indique Marc Evrard.

    ANNICK GOVAERS

     

    Voir les photos 2017 Clic ici 

     

    Archives du Blog 2014 photos Clic  ici 

    Point complémentaire au conseil communal Nandrin du lundi 25 septembre 2017 Clic ici .pdf4

     

    1147395687.25.JPG

     

     

     

     

  • Les comptes au conseil communal de Nandrin

    Le conseil communal a aussi examiné les comptes 2016 du CPAS.

    Murielle Brandt, nouvelle présidente de l’action sociale, a lu le rapport d’activité.

    Le compte budgétaire ordinaire se clôture avec un boni de 33.505 euros.

    8 élus ont voté pour, 5 se sont abstenus (l’opposition).

    Michel Lemmens a enchaîné avec les comptes communaux 2016. Le compte budgétaire ordinaire s’élève à 940.249 euros, « grâce à la récupération d’une partie du retard d’enrôlement », précise-t-il.

    « La situation est saine puisque notre ré- serve est supérieure à notre dette (dont la moitié est à taux négatif), que nous avons encore 832.000€ de créances qu’on nous doit et de l’argent en réserve pour les pensions », résume-t-il. La durée (7,5 ans) de la dette a augmenté puisque la commune a contracté un emprunt de 950.000 euros en 2016, « ce qui est faible pour une dette publique ».

    Le bourgmestre craint les effets du tax shift sur les finances locales, et la nouvelle clé de répartition pour les pompiers. Marc Evrard a regretté que les comptes ne soient pas plus proches des prévisions budgétaires et a épinglé l’effort demandé aux fabriques, associations, police et pompiers etc.

    « alors que la commune ne montre pas l’exemple avec la nouvelle administration communale. »

    Le point s’est soldé par 9 oui et 6 abstentions. 

    AG 

    1147395687.25.JPG

  • R. Demeuse et G. Blavier réélus coprésidents Ecolo Huy-Waremme

    Politique Si.jpgMardi soir, les militants d’Ecolo Huy-Waremme se sont réunis à Amay pour élire leur équipe de coprésidence régionale pour les deux prochaines années.

    Ils ont élu à l’unanimité Géraldine Blavier (31 ans, Remicourt) et Rodrigue Demeuse (24 ans, Huy), comme coprésidents, et Yves Collin (61 ans, Crisnée), comme trésorier.

    Géraldine Blavier et Rodrigue Demeuse faisaient déjà partie de l’équipe sortante, avec Catherine Delhez (Amay) et Roland Vanseveren (Berloz).

    Ces deux derniers ont décidé de s’investir à d’autres niveaux (Catherine comme échevine à Amay et Roland comme coprésident de la locale de Berloz).

    « Le choix d’une équipe restreinte se justifie par la volonté d’efficacité dans la communication, la prise de décision et la coordination », justifient ils.

    Source Sudinfo 

  • Nandrin dans l'histoire édito politique Ecolo à Nandrin

    Les archives politiques à Nandrin Edito  ecolo clic ici.JPG

    Les archives politiques à Nandrin Edito Ecolo 6 pages clic ici.pdf

    Les archives politiques à Nandrin Edito  ecolo clic ici page 4.JPG

  • Fin du blocage à Nandrin: la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

    Brandt  présidente source sudinfo.JPG

     

     

    Fin du suspense et épilogue d’un blocage politique à Nandrin.

    Murielle Brandt, actuelle conseillère communale cdH, accédera en janvier prochain à la présidence du CPAS de Nandrin.

    Pour ce faire, Béatrice Zucca (PS) démissionnera de cette fonction et redeviendra simple conseillère communale, tout en prenant la présidence de Intercommunale de Distribution d'eau de Nandrin.

    Pour rappel, il était prévu dans l’accord électoral entre PS et cdH qu’un humaniste accède à mi-législature au Collège.

    Problème, l’Ecolo Charlotte Tilman est devenue rouge, ce qui portait le nombre d’échevinats PS à 4, contre 1 pour Ecolo et 1 pour le cdH (au lieu de 2).

    L’un des élus PS devait donc faire un pas de côté pour que la parole socialiste soit tenue. Mais les négociations n’avaient pas porté leurs fruits et, faute d’un accord, le statu quo était de mise depuis un an.

    Agacée, Murielle Brandt n’avait pas toujours voté à l’image de son groupe, y compris sur des dossiers sensibles.

    L’affaire avait fini par remonter aux oreilles des fédérations de parti PS et cdH de Huy-Waremme qui sont intervenues.


    «L’ACCORD EST RESPECTÉ»

    Une solution vient de se dégager.

    Béatrice Zucca a accepté de renoncer à ses responsabilités au CPAS au profit de Murielle Brandt.

    L’information a été confirmée par Serge Manzato, président de la fédération PS Huy-Waremme.

    « Nous avons respecté l’accord. Cela a pris plus de temps que prévu mais tout le monde s’y retrouve », commente-til.

    Le médiateur cdH Damien Wathelet confirme lui aussi que Murielle Brandt monte au Collège. La principale intéressée se dit soulagée.

    « Ce qui m’importait, c’était que le PS respecte son engagement.

    Mme Zucca est une dame de très grande classe.

    Je pense pouvoir compter sur son soutien pour passer le relais.

    La matière sociale m’intéresse de par ma profession (infirmière), je vais m’investir à fond .»

    Le bourgmestre PS, Michel Lemmens, affirme lui réserver bon accueil.

    « Mme Brandt a eu des comportements inacceptables à mes yeux mais je ne suis pas inflexible, je sais pardonner.

    Je suis sûr qu’elle travaillera dans l’intérêt du citoyen.

    Certes, ce n’était pas le plan prévu (Mme Zucca pensait démissionner avant 2018 au profit d’Axel Pire, aussi PS) mais Mme Brandt a la fibre sociale et arrive à un moment charnière .»

    Source info Sudinfo article de ANNICK GOVAERS

     

     

    Une recomposition du Collège à la mi-juillet clic ici à Nandrin

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH : clic ici « On ne peut plus attendre »

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin clic ici

     

    Nouveau blocage  clic ici au Conseil communal nandrinois

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici  passe à la trappe à Nandrin

    La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue clic ici à Nandrin

  • La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue à Nandrin

     

    les agents communaux ,petition,signature ,csc photo AG source Sudinfo.JPG

    Coup dur pour l’opposition nandrinoise (Union Pour Nandrin et Tous Ensemble) ce mardi soir. Le Conseil communal, convoqué en urgence par les deux partis, n’a pas approuvé l’unique point à l’ordre du jour, à savoir la préservation du bâtiment de l’administration communale dont les travaux de démolition étaient sur le point de débuter. Le chantier va bien avoir lieu, pour construire une nouvelle maison communale regroupant les services communaux et du CPAS.

    C’est dans une salle comble, une fois n’est pas coutume, que le Conseil communal de Nandrin s’est réuni ce mardi soir, dans une ambiance électrique.

    Une quarantaine d’agents communaux et du CPAS ont assisté à la séance, pour la plupart debout, pour manifester leur mécontentement face à l’ordre du jour inscrit par les deux groupes d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous Ensemble. Ceux-ci souhaitaient suspendre les travaux de démolition du bâtiment de l’administration prévus dans les jours prochains.

     

    Ils ont distribué à l’ensemble des élus une lettre ouverte dans laquelle on peut lire : «  La construction d’un bâtiment administratif n’est pas le projet électoraliste du bourgmestre, c’est la concrétisation des besoins de l’administration et du CPAS afin d’accueillir et d’offrir le meilleur service à la population.

    C’est la centralisation de l’ensemble des services au sein d’un seul immeuble facilement identifiable, formant un ensemble administratif entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

    C’est enfin l’amélioration des conditions de travail d’une vingtaine de personnes et de la sécurité des travailleurs et des usagers de l’administration.

    Depuis le début de la législature, des manoeuvres incessantes visent à saboter les projets communaux, au mépris du travail préparatoire des services administratifs régionaux et communaux.

    Le personnel ne comprend pas comment le Conseil communal pourrait décider, à la veille du début des travaux, de stopper une procédure parfaitement démocratique, légale et non entachée d’un quelconque vice. (...) Nous n’acceptons plus d’être pris en otage de ces pratiques. »

    L’architecte qui a dessiné les plans de la nouvelle administration communale, John Wery, et l’ancien bourgmestre de Nandrin, Joseph Nandrin, étaient également présents dans l’assemblée.

     

    Marc Evrard, chef de file uPN, a pris la parole pour expliquer les raisons et les arguments de l’opposition pour convoquer ce conseil communal extraordinaire visant la préservation du bâtiment de l’administration communale, celui abritant le secrétariat communal, le bureau du bourgmestre, la salle du Collège, le service des finances et les archives. Visuellement, il s’agit de la bâtisse avec la tour, datant de 1954.

    «  Parmi les 17 élus, au moins 3 dans les deux groupes d’opposition (Benoît Ramelot, Guy Mottet et moi-même), comptent une dizaine d’années d’ancienneté au conseil communal et se sont préoccupés des concitoyens et du personnel communal.

    J’en veux pour preuve que fin des années 2000, nous avons dégagé 400.000 euros pour la rénovation de la Maison Musin et l’aménagement de la place de Nandrin.

    Cela dit, le patrimoine d’une commune est avant tout ses finances. Nous devons veiller à ce que cette richesse soit préservée et utilisée le mieux possible.

    Or, le bâtiment de l’administration, le plus récent des trois de la place, n’est pas insalubre, un terme qui signifie au dictionnaire malsain et dangereux.

    Le bourgmestre n’aurait pas laissé travailler les agents dans de telles conditions pendant 3,5 ans si cela était réellement le cas », a-t-il lancé.

     

    Il a ensuite abordé le coût comparatif entre une rénovation et une destruction-reconstruction, la première option étant, selon lui, à coup sûr moins chère.

    «  Quel bâtiment datant des années 50 ne présente pas d’énormes faiblesses énergétiques et défectuosités ? Faut-il pour autant les abattre ?

    Beaucoup de Nandrinois vivent très bien dans de telles habitations.

    Il faut rénover, cela va de soi, voire agrandir, mais pas d’office détruire et s’engager dans une dépense démesurée. »

    Le conseiller d’opposition a conclu en pointant les conteneurs à l’école de Villers-le-Temple, qui, «  eux, sont insalubres, dangereux et malsains.

    Pourquoi deux poids deux mesures  ? »

    Et de regretter qu’aucune autre option que la démolition n’ait été proposée au Conseil.

     

    Le groupe Tous Ensemble, par la voix de Benoît Ramelot, a tenu à rappeler son opposition régulière au projet.

    «  Lors du Conseil communal de septembre 2013, le Plan d’investissement communal 2013-2016 a recueilli 9 oui et 7 non, cela aurait dû être un signal d’alarme mais vous n’en avez pas tenu compte.

    Vous avez lancé le train à la vitesse TGV.

    Nous n’avons jamais émis de vote positif, il est donc erroné de prétendre que notre réaction est tardive et irresponsable.

    La campagne de désinformation et la pression de ces derniers jours ( « attention, il y aura des conséquences... ») ne sont pas dignes d’une démocratie et nous déplaisent fortement. »

    Michel Lemmens, bourgmestre Expressions Commune(s), a précisé que le montant exact du chantier de démolition-reconstruction de la nouvelle administration communale s’élève à 1,778 million d’euros, dont 302.000 euros de subsides wallons.

    «  La part communale s’élève donc à 1,476 million d’euros. »

    Le mayeur a ensuite comparé les investissements des autres communes (Villers-le-Bouillet, Anthisnes, Wanze) pour leur administration communale, tous plus élevés qu’à Nandrin.

    Il est ensuite revenu sur la chronologie du dossier «  pour montrer que les conseillers ont eu l’occasion de se prononcer en défaveur de la démolition à huit reprises depuis 2013 et ne l’ont pas fait.   »

    Il a en outre insisté sur la vétusté des lieux qui ne garantissent plus la sécurité et la santé du personnel.

    «  Le bâtiment est bien devenu insalubre aujourd’hui  ».

    Et le directeur général, Pierre Jamaigne, d’évoquer les conséquences d’une suspension des travaux adjugés : 302.000 euros de subsides perdus, l’entrepreneur Cop & Portier à dédommager («  minimum 150.000 euros »), ainsi que l’auteur de projet plus les frais d’étude déjà engagés à ce stade («  80.000 € »).

    La suspension des travaux de démolition a recueilli 7 oui (les deux oppositions moins une voix), 1 absentation (Vincent Licata de Tous Ensemble) contre 9 non (Expressions Commune(s)). La majorité a fait bloc pour rejeter le point : la présence de Guy Brassels a facilité la chose et Muriel Brandt a suivi le vote de son groupe.

    Voir l'album Photos clic ici 

     

    Article et photos de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo en ligne sur le nouveau site Sudinfo voir l'article complet ici 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

    Articles dés 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

    Lire la suite

  • Politique de la chaise vide à Nandrin

    14569768_10210285023272233_2143333091_n.jpg

    Hier soir lundi 3 octobre 2016 c'était conseil communal à Nandrin .

    Une deuxième séance en raison d'un quorum pas réuni la fois passée .

    La politique de la chaise vide devient un effet de mode dans notre petit village !!!

    Cette fois les chaises de la presse sont restées vides du début jusque-là fin !!!!

    Devrions-nous y voir un signe ?????

    Photo de la table de la presse !!!!

     

    2 ème convocation du conseil communal de Nandrin le 3 octobre 2016 à 20 h

     

    Pas assez d’élus pour le conseil communal à Nandrin

     

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin clic ici , Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre »

     

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin

    Le projet de logements publics refusé  clic ici lors du Conseil Communal de Nandrin

    21 JUIN 2016

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici aujourd'hui 21 juin 2016

    19 JUIN 2016

    La date du Conseil clic ici  provoquée par l’opposition

    15 JUIN 2016

    L’opposition boycotte  le Conseil Communal  clic ici de Nandrin

  • Pas assez d’élus pour le conseil communal à Nandrin

    CC juin AG Source SI.JPG

    C’est la deuxième fois.

    L’opposition n’est pas venue et la majorité n’était pas assez nombreuse. 

    Faute de quorum, le conseil communal de Nandrin n’a pas pu se tenir ce mardi soir. Il manquait deux élus au sein de la majorité et les deux groupes d’opposition ne sont pas venus, pour des raisons différentes. Cette situation s’était déjà produite en juin dernier.

    Un conseil communal à Nandrin n’est jamais exempt de joutes verbales, de tensions ou de points polémiques. Depuis le mois de juin, il devient pourtant étrangement silencieux puisqu’il ne peut pas avoir lieu, faute d’élus présents en suffisance. La séance avait déjà dû être annulée le 13 juin dernier, lorsque l’opposition Tous Ensemble et Union Pour Nandrin avait décidé de boycotter le Conseil, pour « dénoncer la tenue de ce dernier un lundi au lieu du mardi ».

    En l’absence des conseillers de majorité Guy Brassel et Murielle Brandt, les membres d’Expressions commune(s) n’étaient pas assez nombreux pour ouvrir la séance.

    Le point sur la constitution d’un droit d’emphytéose pour la construction de 8 logements publics à Yernée-Fraineux avait donc été reporté, puis recalé comme on le sait par le « non » de Murielle Brandt contre son groupe.

    Bis repetita ce mardi soir, en matière de quorum : l’opposition ne s’est pas déplacée, Guy Brassel était absent car à l’étranger pour son travail, et Murielle Brandt n’est pas venue.

    Une nouvelle marque de son impatience quant à l’accord pour l’heure non tenu entre le PS et le cdH (voir encadré)? 

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin clic ici , Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre »

    Cette dernière n’a pas répondu à notre appel, mais en août, elle espérait qu’une solution serait dégagée pour la rentrée.

    UNE MOTIVATION POLITIQUE

    Pourquoi Tous Ensemble a-t-il boycotté le Conseil?

    Selon Vincent Licata, à cause de l’indisponibilité de ses membres.

    « Il n’y aurait eu qu’un ou deux élus de notre groupe au Conseil, Benoît Ramelot est à l’étranger, on préfère voter les points tous ensemble », commentet-il.

    Le chef de file d’Union Pour Nandrin, Marc Evrard, était lui aussi à l’étranger.

    Mais pour le groupe, la motivation est politique.

    « Comme en juin, on veut montrer que la majorité à Nandrin n’a plus la... majorité. Ils ont des problèmes internes qu’ils n’arrivent pas à résoudre.

    Rien n’a changé depuis trois mois.

    Et puis, repousser le point sur la modification du Programme Stratégique Transversal que nous n’approuvons pas nous permettra peut- être de le bloquer la prochaine fois », glisse Bodgan Piotrowski.

    Le bourgmestre, Michel Lemmens, regrette cette attitude « pitoyable à l’égard du travail effectué par le personnel communal. »

    Il ajoute : «Guy Brassel est en mission de 6 mois pour Arcelor en Pologne jusqu’au 7 octobre, il est sur le point de revenir en Belgique.

    S’il ne pouvait plus assurer ses fonctions, il aurait démissionné. »

    Article de  ANNICK GOVAERS source Sudinfo 

     

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin

    Le projet de logements publics refusé  clic ici lors du Conseil Communal de Nandrin

    21 JUIN 2016

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici aujourd'hui 21 juin 2016

    19 JUIN 2016

    La date du Conseil clic ici  provoquée par l’opposition

    15 JUIN 2016

    L’opposition boycotte  le Conseil Communal  clic ici de Nandrin

    couac à Nandrin 210 sept 2016.JPG

     

  • Une recomposition du Collège à la mi-juillet à Nandrin

    collège 15juillet 2016.JPG

    L’accord électoral voulait qu’un cdH monte à mi-législature, on saura qui et à quel poste le 15/7

    L a non-application de l’accord électoral conclu entre les partis de la majorité (PS, cdH et Ecolo) devient difficilement gérable à Nandrin.

    La répartition des couleurs a changé, le standby agace, une donne explosive qui a renvoyé le dossier des logements sociaux aux calendes grecques. Pour démêler la situation, les fédérations PS et cdH ont été appelées en renfort. Une solution devrait être avancée pour le 15 juillet.

    Le conseil communal de Nandrin n’a pas connu de coup de théâtre, mercredi soir. Contrairement à la semaine précédente, la conseillère communale cdH Murielle Brandt a suivi les votes des membres de son groupe Expressions commune(s).

    Tous s’interrogeaient sur son attitude future, allait elle mettre des bâtons dans les roues de la courte majorité (9-8 pour rappel) ou rentrer dans le rang ?

    L’humaniste a opté pour la seconde option, du moins pour l’instant. Pour rappel, la conseillère s’est retournée contre son groupe le 21 juin dernier, en refusant de voter le droit d’emphytéose pour la construction de huit logements publics dans la rue Tige des Saules, à Yernée-Fraineux. Conséquence : le projet a pris l’eau.

    La Nandrinoise s’était déjà abstenue lors du vote concernant la nouvelle administration communale, cette fois sans changer l’issue du vote.

    Nous avons tenté de joindre la principale intéressée à de multiples reprises et malgré la promesse de nous répondre plus tard, la Nandrinoise n’a plus décroché son téléphone.

    La situation est de fait devenue très tendue au sein de la majorité tripartite (PS, Ecolo, cdH). En cause, l’accord électoral qui prévoyait une répartition des échevinats entre PS (3), Ecolo (2) et cdH (1) et puis, à mi-législature, la montée au Collège d’un deuxième cdH.

    Logiquement, un des deux échevins verts aurait dû laisser sa place à un humaniste. Mais, bouleversement des plans : l’échevine Charlotte Tilman a décidé de quitter Ecolo pour rejoindre le PS, faisant passer le nombre de socialistes à quatre, soit un de trop.

    « J’aurais dû devenir échevine en décembre 2015, comme convenu. Depuis, j’attends. Tout ce que je veux, c’est que le PS respecte l’accord pris avec le cdH », nous avait dé- claré Murielle Brandt, en mai dernier.

    « Il n’est pas écrit que la conseillère Brandt devienne échevine, mais bien un cdH. L’accord a été conclu entre des formations politiques.

    Un humaniste non élu pourrait par exemple accéder à la présidence du CPAS », glisse le bourgmestre PS Michel Lemmens, en colère contre la conseillère.

    Bref, c’est compliqué. À tel point que les fédérations de parti PS et cdH de HuyWaremme entrent désormais dans le débat.

    « À partir du moment où le problème est externalisé, il est entre les mains des fédérations, en tant que médiateurs », indique le mayeur nandrinois. « J’ai vu le président de la fédération cdH Huy-Waremme, Benoît Cartilier, pour confirmer le respect de l’accord conclu à l’issue des élections communales.

    Il faut désormais trouver les meilleures modalités avec les locales », commente Serge Manzato, président de la fédération socialiste Huy-Waremme.

    Quel socialiste fera un pas de côté ?

    « Je souhaite que l’accord soit respecté. Je suis un homme de parole et le fait que l’accord signé soit inapplicable dans les faits me dérange.

    Le cdH a été très patient dans l’application de cet accord, le PS devra faire un effort pour que chacun ait sa part du gâteau », temporise Michel Lemmens.

    La nouvelle composition du Collège devrait être connue pour le 15 juillet. - article de A.G. source http://journal.lameuse.be/

  • Le projet de logements publics refusé lors du Conseil Communal de Nandrin

    source sudpresse JG CC.JPG

    Logements sociaux rejetés à Nandrin: la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Article de J.G. édition en ligne 

    Le projet de logements publics à Yernée-Fraineux est tombé à l’eau ce mardi suite au vote de l’opposition contre ce projet. Surprise : Murielle Brandt (cdH), conseillère communale de la majorité, a également voté non.

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin ce mardi. Un des points abordé était la constitution d’un droit d’emphythéose pour la construction de huit logements publics dans la rue Tige des Saules, à Yernée-Fraineux. «  Ces logements découlent d’un plan global qui a pris source il y a huit ans  », déclare Daniel Pollain, échevin du logement. «  Le pourcentage de logements publics à Nandrin est très faible : 0,13 %, alors que le taux moyen de Wallonie est à 6,5 %.  »

    L’échevin ajoute que si la commune ne répondait pas à ces plans d’ancrage, la commune s’exposait à des sanctions. «  Avec moins de 5 %, Nandrin va déjà être sanctionnée au niveau des subventions qui nous sont accordées, étant donné que nous avons moins de 5 % de logements  », dit-il.

    Mais voilà : l’opposition a voté contre ce projet, ce qu’a également fait Murielle Brandt (cdH), conseillère communale de la majorité. Ce qui a provoqué des applaudissements parmi le public.

    Retrouvez l’article complet dans la Meuse Huy-Waremme de ce jeudi.

  • La majorité à Nandrin comptera-t-elle un deuxième échevin cdH ?

    MB Surce Sudpresse.JPGDes tensions sont apparues au sein de la tripartite Expressions Commune(s) (PS, Ecolo, cdH) lors du dernier conseil communal.

    La conseillère humaniste Murielle Brandt s’est en effet abstenue lors du vote concernant la nouvelle administration communale.

    Une abstention qui n’a pas changé l’issue du vote mais qui a fait jaser.

    La Nandrinoise, infirmière en polyclinique, a voulu marquer son mécontentement quant au stand-by politique.

    L’accord préélectoral de la majorité prévoyait une répartition des échevinats entre PS (3 avec la présidence du CPAS), Ecolo (2) et cdH (1) puis, à la mi-législature, un échevin en moins chez Ecolo (qui retombe à 1) au profit du cdH (qui monte à 2 échevins).

    Logiquement, la conseillère communale cdH Murielle Brandt devait monter.

    CHARLOTTE TILMAN DEVENUE PS

    Sauf qu’une nouvelle donnée chamboule les cartes.

    Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire, a quitté Ecolo et est devenue indépendante.

    Elle a depuis rejoint discrètement les rangs du parti socialiste.

    « Je considère qu’on ne fait pas de la politique pour soi.

    Le groupe Expressions Commune(s) n’ayant pas de pôle de réflexion commun, réfléchir toute seule n’avait pas d’intérêt, raison pour laquelle j’ai voulu intégrer un parti.

    Les socialistes nandrinois sont les personnes dont je suis la plus proche.

    Je suis fort attachée aux valeurs sociales mais je resterai toujours convaincue par l’écologie », insiste Charlotte Tilman.

    La jeune femme ne veut pas s’étendre sur « la popote interne » en cours, mais souhaite conserver son échevinat.

    « Je pense, j’espère, faire du bon travail et être soutenue par pas mal de monde.

    J’aimerais continuer à travailler dans ce sens », confie-t-elle.

    L’équation semble compliquée à résoudre, au grand dam de Murielle Brandt.

    « J’aurais dû devenir échevine en décembre 2015, comme convenu.

    Depuis, j’attends.

    Tout ce que je veux, c’est que le PS respecte l’accord pris avec le cdH.

    J’en ai parlé au nouveau président du cdH de Huy-Waremme. L’ambiance dans la majorité nandrinoise devient tendue, il y a presque de la méchanceté à mon égard alors que je reste dans mon coin.

    Normalement, en devenant échevine, je démissionnais de la présidence de l’IDEN et laissais ma place à Axel Pire (PS) mais je ne vais pas y renoncer si rien ne bouge », affirme l’intéressée.

    L’USC de Nandrin s’est réunie lundi soir mais le point n’est pas encore tranché.

    « L’accord concerne des partis, pas des personnes.

    Murielle Brandt s’arroge des droits.

    Je souhaite que l’accord électoral soit respecté et que chacun puisse s’épanouir.

    Chaque membre du Collège fait du bon travail.

    On pourrait aussi envisager de rester dans la configuration actuelle, car la présidence de l’IDEN équivaut presque à un échevinat.

    Des discussions sont en cours », commente Michel Lemmens, le bourgmestre PS.

    Article de ANNICK GOVAERS Pour Sudpresse Sudinfo page 4 http://journal.sudinfo.be/

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici » 

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin ?

    Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Conseil Communal et réunion conjointe de Nandrin aujourd’hui lundi 2 mai 2016 à 19 h 30

  • L’échevine Charlotte Tilman quitte Ecolo à Nandrin

    Chalotte Tilman.JPGLa Nandrinoise n’a pas apprécié que ses colistiers ne soutiennent pas son projet
     
    Le 30 décembre dernier, Charlotte Tilman, l’échevine nandrinoise de l’aménagement du territoire, défendait le Schéma de développement territorial au conseil communal. 
    Un point qui avait été rejeté, faute d’une majorité de voix positives.
     « Mes colistiers écologistes ne m’ont pas soutenue : l’un était absent, l’autre s’est abstenu. 
    Au niveau local, je ne me retrouvais plus dans le parti », confie-t-elle.
     
    Le départ de Charlotte Tilman de chez Ecolo est passé relativement inaperçu à Nandrin. 
    L’échevine de l’aménagement du territoire ne tenait pas à faire grand bruit de ce qu’elle considère comme un échec. 
    Rappelez-vous, le 30 décembre dernier, le conseil communal devait se pencher sur le Schéma de développement territorial de la Conférence des élus.
     Un dossier sur lequel l’échevine Ecolo, Charlotte Tilman, a investi du temps et de l’énergie. 
    Sauf que ses deux colistiers au sein de la majorité Expressions Commune(s) (composée du PS, d’Ecolo et du cdH) ne l’ont, à ses yeux, pas soutenue.
    Ce soir-là, l’échevine Anne de Potter était absente et le conseiller Guy Brassel s’était abstenu, un vote qui avait pesé dans la balance puisque le point avait été rejeté.
    Depuis, le SDT est revenu sur la table fin février et les deux Ecolos ont finalement approuvé le Schéma de développement territorial, Guy Brassel estimant avoir mieux compris les enjeux du document.
    Mais le mal était fait, Charlotte Tilman a quitté Ecolo début janvier, quelques jours après conseil communal de décembre. 
    «Sur le fond,nous sommes d’accord, mais sur la forme, je n’ai pas apprécié.
     Faire revenir un dossier tel que celui-là, c’est doubler le travail.
     Au niveau local, je ne me retrouvais plus dans le parti.
    J’ai donc décidé de devenir indépendante.
    C’était risqué mais la majorité souhaite continuer à travailler avec moi. 
    Je me sens beaucoup mieux ainsi », nous confie-t-elle.
    L’échevine ne se dit pas dégoûtée de la politique. 
    «Si je l’étais, j’aurais tout plaqué.
     Je suis passionnée par l’aménagement du territoire. 
    La politique, ce n’est pas facile tous les jours, surtout quand les gens pensent que nous sommes tous pourris… Mais je me sens utile. »
    Charlotte Tilman renonce à son implication au sein du parti, de manière globale. 
    Pour rappel, la Nandrinoise s’était présentée à la Chambre aux dernières élections.
    «De coeur, je reste Ecolo mais je n’arrive pas à me projeter sur un retour éventuel. » 
     
    Article ANNICK GOVAERS La Meuse 
     
    RÉACTION D’ÉCOLO
     
    l’échevine,ecolo,charlotte tilman,quitte ecolo,nandrinRodrigue Demeuse : « Nous regrettons sa décision »
     
    Rodrigue Demeuse, secrétaire régional d’Ecolo Huy-Waremme, regrette le départ de Charlotte Tilman. 
    «C’est dommage car c’est une personne de qualité, agréable et qui fournit un excellent boulot. Le parti n’a jamais eu de problème avec elle. 
    Simplement,je pense qu’au niveau local, il y avait un problème de rapports humains.
    Ce n’est jamais évident dans une nouvelle majorité, qui plus est en cartel. 
    Le SDT a été l’élément déclencheur mais on était au courant des soucis à la locale Ecolo de Nandrin, on a d’ailleurs essayé d’arranger les choses. 
    Le fait est que les deux échevines sont absorbées par leur travail,aspirées par leur participation à la majorité, et la locale, sur le côté, a du mal à exister », déclare-t-il. 
    Ecolo compte donc relancer une nouvelle dynamique verte à Nandrin.
     «C’est notre objectif d’ici 2018. »
    Rodrigue Demeuse reste optimiste quant à l’avenir. 
    «Je suis rassuré car Charlotte Tilman ne ferme pas définitivement la porte. » 
     
    Article de 
    A.G.

  • La choucroute de l'an Neuf à Nandrin du groupe politique Expressions Commune(s)en photos

    Choucroute Exp C  PS CDH ECOLO.JPG

    Aujourd'hui dimanche 4 janvier 2015, c'était la choucroute de l'an neuf une organisation du groupe politique Expressions Commune(s) Alliance PS- Ecolo- CDH .
     
    Comme chaque année les amateurs de choucroute avaient répondu présents au rendez-vous .
     
    Le président Claude laffineuse, a déjà fixé rendez-vous pour l'an prochain, en la date du 3 janvier 2016 
     
    Clic sur la photo pour agrandir 

     

  • Aujourd'hui 4 janvier 2015 La traditionnelle choucroute de l'An Neuf de Expressions Commune(s)

    Expressions Communes.JPG

     

     

    Expressions Communes organise 

    La traditionnelle choucroute de l'An Neuf dimanche 4 janvier 2015 dès 11h30

    à Saint-Séverin Nandrin

    PAF Adultes 20 € Enfants 7 €

    Réservation au plus tard le 31 décembre 2014

    Apéritif offert 

    Clic sur l'image pour agrandir 

  • Politique!!!“Expression(s) Commune”

    politique.JPGMichel Lemmens tête de liste et pour pousser celle-ci,Daniel Pollain:deux certitudes sur la liste

    “Expression(s) Commune”

    à Nandrin.

    Elle regroupera le PS(parti dominant),le cdH et Ecolo, “sur des bases équilibrées et acceptées sereinement par toutes les composantes de notre groupe ”, précise Michel Lemmens (PS), favori à la succession dans le fauteuil mayoral de Joseph Nandrin, bourgmestre qui ne se représentera pas.

    Expression(s) Commune devrait officiellement entrer en campagne la semaine prochaine. 

    Article de Eric C la Meuse du vendredi 29 juin 2012