directeur

  • Paul Eloy : nouveau directeur pour Saint-Martin de Nandrin

    Lien permanent


    paul eloy,directeur,saint martin,nandrinNous vous l’annoncions dans nos pages de la semaine dernière, Jean-Claude Wilmes, actuel directeur de l’école SaintMartin de Nandrin et de l’école Sainte-Reine à Tinlot démissionne.

    Nous connaissons désormais le nom de celui qui, à partir de la rentrée prochaine reprendra la direction des deux implantations en question situées dans le Condroz.

    En effet, il s’agit de Paul Eloy, actuellement instituteur dans les deux implantations.

    Article de  C.L Source Sudinfo http://journal.sudinfo.be/

  • Le directeur de l’école St-Martin Nandrin s’en va !

    Lien permanent

    JC W.JPG

    À 58 ans, Jean-Claude Wilmes va devenir inspecteur épiscopal de l’enseignement libre.

    Toute bonne chose à une fin ! Après 15 ans à la tête de la direction de l’école Saint-Martin de Nandrin, Jean-Claude Wilmes va démissionner.

    À 58 ans, il donne un nouveau souffle à sa carrière en devenant inspecteur épiscopal pour l’enseignement libre de la province de Liège. Il quittera ses fonctions à la fin de l’année scolaire.

    C’est désormais officiel, Jean-Claude Wilmes, actuel directeur de l’école Saint-Martin de Nandrin, va quitter son poste. Il tourne ainsi une page à 15 ans de direction.

    « Il me semble que j’ai fait le tour de ma fonction. De plus, à mon âge, on aspire à quelque chose d’un peu plus serein. Être directeur est un métier fort épuisant, où l’on est responsable de tout et tout le monde.

    Aujourd’hui, j’aspire à une vie plus calme », explique Jean-Claude Wilmes. En arrêtant ses fonctions en tant que directeur, il espère ainsi écrire une nouvelle page de sa vie professionnelle.

    « L’on m’a proposé de devenir inspecteur épiscopal pour l’enseignement libre de la province de Liège. Il n’y en a que 4 sur tout le diocèse de Liège.

    » Le futur ex-directeur endossera le titre d’inspecteur dès la rentrée prochaine. « Je termine cette année scolaire et puis je m’en irai aider d’autres écoles sur base de mon expérience.

    Mon rôle consistera à apporter une aide administrative pour les pouvoirs organisateurs de toutes les directions et écoles ou encore de régler d’autres soucis dans les établissements. »

    Un métier qui va comme un gant à celui qui se définit comme fervent défenseur de l’enseignement catholique. Si l’on ne sait pas encore qui reprendra le flambeau de la direction, il n’y a pas de doute, Jean-Claude Wilmes s’en va non pas le cœur lourd mais emprunt d’un peu de nostalgie.

    « Il y a des choses que je n’oublierai pas. Tout d’abord, j’ai essayé en tant que directeur de maintenir dans mon école un souci de l’humain en intégrant les valeurs de bien-être en récréation, de protection de l’environnement, de la santé et du respect des différences et de la tolérance.

    C’est vraiment ce qui m’a tenu à cœur. » En effet, parmi les nombreuses actions menées par l’école et ses élèves qui représentent ces valeurs, il y a notamment la collecte de fonds qui, par exemple, a permis à une école située au Congo de bénéficier d’une somme de près de 4.000 euros ! Mais une chose pour laquelle le directeur s’est aussi beaucoup investi, c’est bien la musique.

    « Je me suis occupé entre autres, de la chorale des enfants qui s’est créée en 1983.

    Concerts, représentations, participations sont tant de choses que l’on faisait avec la chorale.

    Et il faut dire que celle-ci fonctionnait puisque cette année encore, 50 élèves se sont inscrits et ont décidé sur base volontaire de passer leur temps de midi avec moi.

    La musique c’est mon hobby, je continuerai à m’occuper de la chorale jusqu’à la fin. »

    Jean-Claude Wilmes regrettera ses collègues et le comité des parents.

    « Ils vont me manquer, leur travail est admirable », conclut le directeur.

    Article de  C.L source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/