difficile

  • La Fédération des auto-écoles conseille de passer l’examen avant la fin de l’année

    Lien permanent

    Conséquence de la régionalisation, la Wallonie réforme les conditions d’accès au permis de conduire B. Le principe de la faute grave réintègre l’examen théorique... et est nettement élargi par rapport aux quatorze infractions précises en considération par le passé.

    « Cela va être la catastrophe ! », prédit David Barattucci, vice-président de la FAA.

    La Flandre a réformé l’accès au permis de conduire au printemps.

    En janvier prochain, ce sera au tour de la Région wallonne.

    Plusieurs changements sont prévus .

    L’un des principaux concerne l’examen théorique et le retour de la faute grave.

    «Actuellement, il faut obtenir au minimum 42 sur 50 et chaque erreur coûte 1 point.

    À partir du 1er janvier 2018, une faute grave entraînera la perte de cinq points.

    Et donc, le candidat échouera s’il se trompe deux fois pour ces catégories d’infractions », explique Marie De Backer, porte-parole du Goca, la Fédération des centres d’examens au permis.

    « Le principe de la faute grave, qui a été supprimé par la suite, était en vigueur dans les années 1980.

    À l’époque, il ne portait que sur 14 types d’infractions. Maintenant, nous sommes à près d’une cinquantaine puisque cela regroupe les infractions de troisième et de quatrième catégories », pointe David Barattucci, vice-président de la Fédération des auto-écoles agréées (FAA).

    « Sont prises aussi en compte les infractions relatives au non-respect des limitations de vitesse », précise Marie De Backer, du Goca. Concrètement, le candidat perdra cinq points d’un coup si, à la photo d’un panneau d’entrée d’agglomération, il répond que l’on peut continuer à 70 km/h.

    Sauf indication contraire, ce panneau suppose de rouler à maximum 50 km/h. Il ne s’agit pas de nouvelles questions. Les anciennes sont toujours d’actualité. C’est simplement le logiciel du calcul des points à adapter.

    MESURER L’IMPACT

    « Le taux d’échec au théorique va exploser.

    Cela sera la catastrophe », prédit David Barattucci de la FAA.

    Marie De Backer de la Fédération des centres d’examen est moins catégorique : « Rien ne dit que ce sera la flambée.

    La Flandre a réintroduit la faute grave depuis le 1er juin.

    Nous avons entamé une étude pour mesurer l’impact sur le taux de réussite. Il est encore trop tôt pour se livrer à des conclusions ».

    David Barattucci persiste : « Pour autant qu’elles soient prêtes, je conseille aux personnes de présenter l’examen selon l’ancienne formule et de ne pas attendre le 2 janvier prochain. Mais il est important de bien connaître son code car on ne peut pas compter sur la chance pour réussir ».

    Selon lui, des auto-écoles proposent des formules à 85 euros, comprenant un livre, un cédérom et une connexion internet pour se tester, avec 12 heures de cours théoriques comprises.

    La formule prévoyant uniquement 12 heures de formation oscille entre 70 et 100 € selon les villes.

    Rappelons que les candidats ont aussi la possibilité de se former par eux-mêmes via la filière libre. 

    Article Y.H

    Source info clic ici