didier de smedt

  • Le Nandrinois Didier De Smedt « Héros du gazon » répond aux critiques

    Lien permanent

    didier de S source Sudinfo.JPG

    Accusé de fraude, le « Héros du gazon » se défend

    « Nos bénéfices servent à la bonne cause »

    Ce sont des critiques anonymes qui nous sont parvenues et qui circulent sur les ré- seaux sociaux. En cause : Didier De Smedt, l’un des « Héros du gazon » de la RTBF, et son association qui a organisé des matches caritatifs. L’homme aurait détourné les fonds, « 15.000 euros » selon ses dé- tracteurs. Il leur répond et dément toute malversation.

    « Je ne me suis pas mis un seul euro en poche ! ». Didier De Smedt est déçu des accusations dont il fait l’objet. Après le succès des « Héros du gazon » sur la RTBF, lui, sa femme et trois amis ont lancé une « association de fait », baptisée « Le cœur d’un héros ».

    Ce n’est pas une ASBL puisque les statuts n’ont pas été déposés au Moniteur, mais tous poursuivent la volonté d’aider les enfants défavorisés. Ils ont organisé plusieurs matches de football, au profit de cette association. Mais aujourd’hui, certains disent donc que Didier De Smedt aurait gardé les fonds récoltés pour lui.

    « 15.000 €, sans reverser un cent à des jeunes défavorisés », peut-on lire. Nous avons donc contacté l’intéressé qui se défend, et nous a même ouvert les comptes. « Je suis sur la mutuelle, je roule en Citroën et je galère au niveau santé : je dois être opéré d’une tumeur aux sinus.

    Si j’avais détourné autant d’argent, je vivrais autrement. J’ai peut-être un peu négligé la paperasse depuis avril et la découverte de ma tumeur, mais je n’ai rien à me reprocher ». Cette association a récolté quelque 10.000 euros grâce aux entrées aux différents matches (Ciney, Waremme, Perwez, Saint-Trond et Schaltin), mais de cette somme doit être retirée la part du club de Saint-Trond (environ 1.000 euros).

    « Certains sponsors n’ont pas non plus encore versé la participation promise ». Et là, ce sont 3.500 euros qui sont en attente.

    « Tout est clair, tout a été payé via virement pour garder une trace et justement éviter ce type d’accusations. Je sais que certains ont besoin de critiquer pour exister mais c’est lamentable ».

    Et pour prouver que leur association « Le cœur d’un héros » a bien aidé des enfants, Didier De Smedt évoque les investissements déjà réalisés. Deux goals de football commandés, en attente de livraison, pour une institution d’accueil de jeunes en difficulté et des équipements sportifs pour le Festifoot.

    « 1.500 euros doivent aussi aller à l’association de Luigi Pieroni, qui nous a bien aidés pour le match de gala de Saint-Trond », ajoute Didier De Smedt.

    UNE ATTELLE POUR MAE-LYNE

    Leur association a aussi acheté une attelle pour Mae-Lyne, une petite fille de la région namuroise. Paralysée du côté gauche suite à un AVC alors qu’elle était encore dans le ventre de sa maman, la petite fille était une vraie fan des « Héros du gazon ».

    « On l’a rencontrée, signé un maillot et, humainement, son histoire nous a touchés. On a eu envie de l’aider ».

    « Grâce à cette attelle, Mae-Lyne a le pied droit mieux maintenu et elle peut donc beaucoup mieux se déplacer », explique Lindsay, la maman de la petite fille.

    « Elle a aussi pu commencer les cours de danse, ce qui doit améliorer sa communication corporelle et sa coordination. Elle qui ne peut pas faire beaucoup de sport est ravie. »

    De quoi faire taire les mauvaises langues donc, puisque Mae-Lyne a déjà vu son quotidien amélioré grâce au « Cœur d’un héros ».

    Et Didier De Smedt de préciser : « On doit se réunir prochainement et voir si on se transforme en ASBL, ou si on arrête tout. Dans les deux cas, cela fera taire les mauvaises langues ».

    Article de  L.PIRET http://journal.lameuse.be/

     

  • Didier De Smedt, joueur d’Yvoir, habite à Nandrin !« On s’identifie aux Héros du gazon »

    Lien permanent

    foot source sud presse.JPG

    Didier De Smedt est la nouvelle star de Nandrin !

    Joueur de foot de l’équipe provinciale d’Yvoir B, il fait partie du casting de l’émission « Les héros du gazon ».

    Avec plus de 350.000 téléspectateurs chaque semaine et des centaines de spectateurs à chaque match, il ne peut plus faire ses courses sans être reconnu.

    Et parce qu’il a connu la pauvreté, il a décidé de mettre sa toute nouvelle notoriété au service de Viva for Lif.

    0 Vous avez quitté la région d’Yvoir pour vous installer à Nandrin récemment… Oui, nous vivons à Saint-Séverin depuis le mois d’août. Nous y sommes très bien, c’est calme et il y a aussi un côté petite ville avec les commerces.

    0 Nandrin ou un autre club de la région a déjà essayé de vous recruter ?

    J’ai déjà des contacts avec le club nandrinois pour entraîner les jeunes.

    Ça me plairait. Quant aux autres clubs, dimanche, après le match contre Havelange, Marchin m’a proposé d’aller jouer chez eux. Pourquoi pas dans quelque temps ? Pour l’instant, je continue à jouer avec Yvoir, mais faire une heure de voiture pour aller à l’entraînement ce ne sera pas possible indéfiniment… 0 Qu’est-ce qui explique pour vous l’engouement suscité par les Héros du gazon ? Je pense que les gens se reconnaissent à travers nous.

    Tous ceux qui ont fait un peu de sport en équipe ont un jour croisé un Philippe qui crie tout le temps, un Robin qui adore le foot mais n’en touche pas une ou un Luc qui râle…

     Vous avez encore des contacts avec Léo Van Der Elst ?

    On se parle via Facebook toutes les semaines, il a promis d’être à Loncin (1). C’est vraiment un gars super ! Une icône du football qui m’a appris beaucoup de choses.

    0 Vous avez perdu 24 kilos lors de l’émission, on vous félicite à ce propos ?

    J’ai beaucoup de messages qui concernent cette perte de poids. Je dis aux gens que si j’ai réussi à le faire en quatre mois, tout le monde peut le faire.

    Ce lundi, vous participez à la Tribune, vous avez tourné dans « Un gars, un chef », vous vivez comment cette popularité ?

    Comme un rêve…

    Petit, j’en rêvais, là on m’apostrophe au restaurant, dans les magasins…

    J’en profite au maximum tout en gardant les pieds sur terre.

    Je sais que dans trois ou quatre mois on nous aura oubliés.

    Vous avez décidé de mettre cette petite notoriété au profit de Viva for life ?

    La pauvreté je sais ce que c’est. J’ai toujours eu envie de faire quelque chose pour les enfants, mais avant, je n’avais pas grandchose à donner… Là, j’ai l’occasion d’en faire un peu plus.

    J’espère bien qu’ensemble nous parviendrons à recueillir 10.000 euros, ce serait génial. 

    PROPOS RECUEILLIS PAR AURÉLIE BOUCHAT

    à noter Le 19 décembre, à 12 h, la bande à Liurno rencontre les Héros du gazon au hall des sports de Loncin.

    http://journal.lameuse.be/