des jeunes sans terrain

  • Templiers-Nandrin : des jeunes sans terrain !!!

    Lien permanent

    templier nandrin.JPGSi Templiers-Nandrin disposera bientôt d’un des plus beaux sites de la région condruzienne avec ses deux synthétiques et son bloc buvette-vestiaires, la situation est pourtant loin d’être idyllique actuellement.
    En raison de terrains en piteux état, les jeunes cherchent à jouer à l’extérieur autant que possible.
     «Vu les conditions climatiques de ces dernières semaines, nos terrains sont complètement détruits.
    On en est au point où on est obligé d’annuler les entraînements car il serait inconvenant de faire jouer les enfants dans des conditions pareilles. 
    Ils n’y apprendraient rien.
     Lorsque vous avez 17 équipes qui s’entraînent plusieurs fois par semaine sur le même terrain, il ne faut pas s’étonner qu’à un moment, il ne soit plus praticable.
    Et comme le club essaye de maintenir le terrain A dans le meilleur état possible, nous n’avons plus 36 solutions », confie Pierre Lecocq, responsable des jeunes de Templiers-Nandrin.
    Afin que les enfants puissent continuer à taper dans le ballon toutes les semaines, les dirigeants condruziens n’ont eu d’autre solution que de s’expatrier. 
    «Nous avons déjà trouvé des arrangements avec Hamoir et Beaufays pour aller jouer respectivement sur son terrain en herbe et sur son synthétique lors des prochaines semaines.
    Ce n’est toutefois pas une solution idéale pour le club puisque il n’y a plus de rentrées financières lors des matches et entraînements des jeunes. »
     
    LE SYNTHÉTIQUE LE 15 MARS ?
     
    Heureusement, cette solution ne devrait pas durer encore très longtemps puisque les nouvelles installations devraient être disponibles à partir du 15 mars prochain.
    «La réception du terrain a lieu ce jeudi.
     Mais la commune et les dirigeants du club doivent encore signer la convention au sujet de ces nouvelles infrastructures. »
    Des installations qui sont prêtes depuis fin décembre. «Nous aurons passé l’hiver dans la gadoue parce que les formalités administratives prennent du temps. 
    C’est regrettable pour les enfants. » Qu’à cela ne tienne, dans quelques jours, Templiers-Nandrin pourra se targuer de posséder de superbes infrastructures. 
     
    Article de OLIVIER JOIE dans le journal La Meuse H-W du 21 février 2014