degrave

  • Natagora va restaurer une pelouse calcicole, rue des Martyrs à Nandrin

    Lien permanent

    Les élus nandrinois ont accepté, lundi soir, de « céder » par emphytéose une parcelle de 35 ares, rue des Martyrs, à Natagora pour qu’elle puisse y développer une pelouse calcicole (calcaire).

    L’association a effectivement épinglé une végétation exceptionnelle sur ce site.

    La commune de Nandrin recèle une richesse cachée : une pelouse calcicole (c’est-à-dire qui se développe sur un sol calcaire), située à la fin de la rue des Martyrs, à côté de la zone Natura 2000. Une zone calcaire unique dans la commune puisque cette dernière se compose surtout de schiste. Le calcaire étant fort drainant, cela donne un terrain très sec, sur lequel une végétation particulière se développe, comme les orchidées indigènes et les hélianthèmes jaunes (rares).

    C’est l’association de protection de la nature Natagora qui a repéré cette parcelle actuellement peuplée d’épicéas et le potentiel de diversité végétale qu’elle représentait. Le projet de restauration porté par Natagora, couplé à la création d’une réserve naturelle, est venu sur la table du conseil communal nandrinois, lundi soir, après une présentation circonstanciée de Frédéric Degrave.

    Les 35 ares en question sont en effet propriété communale. « Il y a deux ans, nous avons été contactés lors de l’élaboration du PCDN (Plan Communal de Développement de la Nature), car nos botanistes avaient fait un inventaire botanique.

    Nous avions repéré ce bord de route rue des Martyrs, une petite carrière avec un coteau calcaire, abritant une végétation intéressante (plus de 50 espèces végétales sur quelques mètres carrés) et, avec le PCDN, avons envisagé une restauration », revient Frédéric Degrave.

    Ce projet s’intègre dans le programme européen « Life » : plusieurs centaines d’hectares sont concernés, les habitats ciblés étant les pelouses calcaires et leurs formes de transition. La mini parcelle de Nandrin en fait donc partie! « C’est une chance que Natagora s’intéresse à notre terrain, malgré sa petitesse », a souligné Anne de Potter, échevine nandrinoise de l’environnement.

    Concrètement, Natagora souhaite faire couper les épicéas vieux d’une trentaine d’années, jamais élagués, et très denses, par le DNF.

    L’argent de la vente du bois reviendra à la commune. Commenceront alors les travaux de restauration à proprement parler : dessouchage, ratissage de la litière, et pose de clôtures à moutons puisqu’une collaboration avec un éleveur ovin local est prévue.

    Le débroussaillage complémentaire sera effectué par Natagora. Par la suite, l’association guidera l’éleveur, organisera des visites guidées et fera l’inventaire de la faune et la flore avec le PCDN.

    Mais pour cela, le conseil communal devait accepter la constitution d’un bail emphytéotique pour une durée de 30 ans (avec un euro symbolique versé par an par l’asbl), histoire de laisser la champ libre à Natagora qui prend en charge tous les frais. Le point a été voté à l’unanimité.

    Natogora gère plus de 200 réserves naturelles, comme à Sy, Vieuxville, Modave et Hamoir. -

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG