de faux sourds et muets repérés

  • De faux sourds et muets repérés

    Lien permanent

    De faux sourds et muets repérésCes derniers jours, un groupe de personnes a été signalé à plusieurs de nos zones de police par des commerçants ou des passants.
    Il s’agit de personnes qui se font passer pour des sourds et muets et qui distribuent des cartes, afin de mendier de l’argent ou de vendre des objets, style briquets et porte-clés. Le souci, c’est que ces gens ne sont pas du tout handicapés.

    « IL S’EST TRAHI EN DISANT AÏE »

    Et Thierry, le nouveau patron de la brasserie sur la Grand’Place de Huy, l’a vérifié.
    « Je me méfie toujours de ces personnes parce que je sais qu’il y a beaucoup d’escrocs parmi elles.
     Je ne sais même pas s’il y a vraiment un seul sourd chez tous les gens qui font ce type de mendicité. 
    J’ai donc voulu vérifier quand l’un d’eux s’est présenté. Je lui ai marché sur le pied, en faisant semblant que c’était accidentel et il a dit « Aïe ». 

    Je leur ai donc demandé de quitter ma terrasse.
    Mes serveurs savent aussi qu’il est interdit de mendier auprès de mes clients ».
    Thierry n’est pas le seul à avoir été ennuyé.
     
    En début de semaine, la police est intervenue au shopping de Ben-Ahin.
     Les escrocs arrêtaient les gens entre deux magasins pour leur donner de petites cartes. « Une équipe est allée sur place et ils ont été priés de partir.
     C’est interdit de faire cela. 
    Mais il n’y a pas eu d’interpellation.
    Nous leur demandons juste de laisser les gens tranquilles et de partir. 
    Ils ne volent personne », commente le commissaire Dradin.
    La police du Condroz aussi a été prévenue que des jeunes, se faisant passer pour des malentendants, étaient en train de mendier, mardi après-midi, sur le parking de certains magasins, route du Condroz.
     « Ils sont repartis aussi vite et nous sommes vigilants », explique le commissaire Durieux.
    Pour l’instant, ils n’ont pas été aperçus dans les zones de la Hesbaye, mais là aussi les policiers ne tarderont pas à intervenir pour empêcher ces petits escrocs, qui se déplacent régulièrement de ville en ville, en bandes organisées, de mendier en se faisant passer pour des malheureux. 

    Article de N.B. dans le journal La Meuse du 25 juillet 2013