cpas

  • Cet appel à la grève concerne les administrations locales (communes, CPAS, intercommunales, etc.)

    Le secrétariat wallon de la CGSP Admi a décidé d’appeler ses affiliés à la mobilisation dès le mois de septembre «pour des actions symboliques» qui déboucheront sur une journée de grève de 24 heures le 10 octobre, date de la rentrée parlementaire fédérale, a annoncé mardi le syndicat socialiste.

    Cet appel à la grève concerne les administrations locales (communes, CPAS, intercommunales, etc.), les zones de police et de secours et les organismes d’intérêt public comme le Forem ou l’Aviq.

    Les administrations régionales wallonnes ne sont par contre pas concernées par l’appel de la CGSP Admi mais la CGSP-Amio devrait vraisemblablement prendre la même décision dans les prochains jours, indique-t-on au syndicat socialiste. 

    La CGSP Admi promet enfin «d’autres actions» si le gouvernement fédéral «poursuit ses réformes innommables».

    Article Complet Clic ici 

    1147395687.25.JPG

  • À Nandrin Daniel Giltay remplace Marc Evrard au CPAS

    Le secrétaire du CRAVN rejoint le groupe Union pour Nandrin

    Après 5 mois de réflexion, Union Pour Nandrin, groupe d’opposition à Nandrin, vient de désigner le remplaçant de Marc Evrard au conseil de l’action sociale.

    Il s’agit de Daniel Giltay, ancien syndicaliste FGTB à Cockerill-Sambre et secrétaire du CRAVN, Collectif pour la ruralité et l'art de vivre à Nandrin, l’ASBL qui avait notamment attaqué la commune au Conseil d’Etat au sujet du Festimix sur le site des Templiers.

     

    L’unique siège de conseiller au CPAS d’Union Pour Nandrin a souvent changé de titulaire depuis les élections de 2012.

    D’abord occupé par Emilie Demeuse, qui a quitté la commune, il est revenu à Didier Maka qui est ensuite monté au conseil communal en remplacement de Jeannick Piron, laissant la place vacante au CPAS.

    C’est Marc Evrard, conseiller communal, qui a alors cumulé les deux casquettes avant de démissionner du conseil de l’action sociale en décembre dernier.

    « J’avais toujours dit que je ne resterai pas conseiller au CPAS trop longtemps », indique l’intéressé. Depuis, le groupe cherchait un(e) Nandrinois(e) motivé(e) pour siéger.

    « La jeune fille que nous pressentions n’étant pas partante, nous nous sommes posés et avons réfléchi. Nous voulions quelqu’un qui reste jusqu’au bout de la législature, qui puisse faire jeu égal avec les mandataires chevronnés déjà en place, quelqu’un de solide qui s’investisse donc et étudie les dossiers.

    Puisque les conseillers CPAS ne doivent pas être élus, nous avons pensé à Daniel Giltay que nous connaissions dans le voisinage et qui avait interpellé notre groupe pour être porte-parole des idéaux du CRAVN.

    Son investissement au sein de cette ASBL de défense de la ruralité et sa faculté d’aller au bout de ses convictions ne sont pas sans rappeler ceux d’uPN », revient Marc Evrard. Qui insiste : « Jusqu’il y a une semaine, uPN et le CRAVN n’avaient aucun lien.

    Il n’y a pas eu d’instrumentalisation de ce groupement. »

    Diplômé électricien industriel, Daniel Giltay (55 ans) a fait toute sa carrière à Cockerill-Sambre, il a notamment été délégué syndical permanent FGTB, secrétaire de la cellule sociale, responsable du comité de gestion et administrateur du Fonds d’entraide des divisions liégeoises.

    « J’ai donc beaucoup touché au social dans ma carrière.

    Aujourd’hui prépensionné, je compte mettre à profit cette expérience au bénéfice du CPAS », déclare Daniel Giltay, qui reste pour le moment secrétaire du CRAVN.

    « Je ne vois pas d’interférence, les deux mouvements sont distincts. »

    ANNICK GOVAERS

    1147395687.25.JPG

     

     

    Lire la suite

  • Le courrier qui fâche Muriel Brandt à Nandrin

    Murielle brandt ,cravn ,cpas ,courrier ,politique ,nandrin ,comité de quartier ,pery ,nandrin ,cdh ,Les échanges entre citoyens et élus communaux lors du conseil sont strictement interdits.

    Pourtant Muriel Brandt n’a pas hésité à s’adresser aux citoyens et ce à deux reprises, malgré la désapprobation du bourgmestre.

    Elle a d’abord réagi à un courrier qu’un citoyen lui a envoyé*.

    « Je tiens à dire que je n’ai pas apprécié qu’on me mette la pression en m’envoyant ce mail.

    C’était clairement pour mettre la pression. Je n’y ai pas encore répondu mais je le ferai», réagit Muriel Brandt.

    Des propos qui ont outré l’auteur du courrier, un citoyen concerné par la réalisation de ce projet de logements sociaux.

    « Mme Brandt s'est laissée aller jusqu'à citer mon nom durant le conseil communal.

    Elle s'est insurgée de la pression que je lui aurais mise par l'entremise d'un mail que je lui ai adressé comme aux huit élus de l'opposition.

    Il n'était nullement dans mes intentions de nuire à quiconque

    Des situations qui créent visiblement des petites tensions.

    Article de CY.C. Source Sudinfo 

    * Le Courrier du CRAVN aux conseillers ,en exclusivité sur le Nandrin Blog Sudinfo 

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN aux conseillers Clic ici

    CRAVN.JPG

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN  aux conseillers Clic ici

  • Une nouvelle présidente du CPAS à Nandrin

    Source SI.JPGCela faisait un an que Muriel Brandt devait obtenir un poste d’échevine, comme convenu lors des accords entre partis au moment de la constitution de la majorité.

    Après discussion, cette dernière a obtenu le poste de Présidente du CPAS.

    Elle remplace Béatrice Zucca, démissionnaire.

    Béatrice Zucca intègre quant à elle, le conseil d’administration de l’IDEN, remplaçant alors Charlotte Tilman.

    Article de CyC Source Sudinfo 

     

    Fin du blocage à Nandrin clic ici : la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

     

    Logements sociaux rejetés à Nandrin:clic ici  la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin Clic ici  ?

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH :clic ici  « On ne peut plus attendre »

     

  • Plus de 25.000 remises à l’emploi via les CPAS

    CPAS source PHN Sudinfo.JPGOn appelle ça les articles 60 et 61. Ce sont des dispositions qui permettent aux CPAS de remettre directement à l’emploi une série de minimexés. Et cela marche de mieux en mieux.

    Selon des chiffres dévoilés à Sudpresse par le ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus (MR), on en est désormais à plus de 25.000 personnes qui ont ainsi pu trouver du travail en 2015, tendance qui s’est poursuivie au premier semestre 2016.

    Cela se fait soit via le recrutement de la personne au sein du CPAS ou sa mise à la disposition d’un employeur tiers, mais toujours rémunéré par le Centre public d’aide sociale.

    Soit encore via son embauche dans une société privée en échange d’une baisse des cotisations sociales. Le procédé existe depuis 2002. Cette année-là, 13.056 minimexés avaient ainsi pu renouer avec le marché du travail. Treize ans plus tard – soit en 2015, dernière année statistique complète disponible – on en est à 25.239 personnes, soit une hausse de 93%! Et les trois régions du pays en profitent. La hausse la plus spectaculaire – 150% – est décrochée par Bruxelles, avec un passage de 2.234 à 5.535 personnes remises à l’embauche.
    La Flandre se hisse sur la deuxième marche du podium. Ici, l’augmentation est de 97% (de 5.162 à 10.141 minimexés aidés). Vient enfin la Wallonie avec une hausse de 69% (de 5.660 à 9.563 personnes).


    TRÈS BONS SCORES

    Ce succès ne s’est jamais démenti au fil des ans. De 2014 à 2015, le nombre de minimexés ainsi aidés a augmenté de 10% pour la seule Wallonie, contre 3% en Flandre et 0,1% à Bruxelles. Quand on regarde au niveau des entités, certaines déploient manifestement de gros efforts.

    Le record wallon est détenu par Doische avec 85% de ses minimexés remis au travail, même si la base est faible (sept personnes dont six qui ont un job).

    Dans les communes un peu plus grosses, c’est Estaimpuis qui détient la palme avec 63% de ses 22 minimexés ainsi aidés. Mais Chapelle-lez-Herlaimont (38% de 162 personnes), Braine-l’Alleud (33% de 193 personnes) ou Peruwelz (28% de 222 personnes) affichent également de très bons résultats.

    «Cette augmentation de recours à ce système est positive» , note Willy Borsus qui exerce la tutelle sur les CPAS même s’il s’agit ici d’impulsions régionales.

    «L’extension des projets individualisés d’intégration sociale à tous les bénéficiaires d’un minimex participe au même objectif. On attend ainsi 38.910 nouveaux dossiers pour 2017» .

    Article de CHRISTIAN CARPENTIER source Sudinfo 

  • Centre public d'action sociale de Nandrin les services et interventions

    cpas ,centre public d'action sociale,nandrin,services ,interventions,nandrinTige des Saules 22 - 4550 Nandrin
    Tél : 085/27.44.60
    Fax : 085/51.26.81

    Un CPAS, ou "centre public d'action sociale", assure la prestation d'un certain nombre de services sociaux et veille au bien-être de chaque citoyen. Chaque commune ou ville a son propre CPAS offrant un large éventail de services.

    Qui peut faire appel aux services d'un CPAS ?

    En Belgique bon nombre de gens disposent de moyens de subsistance insuffisants ou sont parfois sans domicile fixe. Toutes ces personnes peuvent bénéficier de l'assistance sociale du CPAS.

    Chaque personne résidant légalement en Belgique a droit à une assistance sociale. Cette assistance sociale a pour but de garantir un revenu minimum à l'ensemble de la population.

    Pour pouvoir bénéficier de l'aide sociale, certaines conditions doivent être remplies. Avant de l'octroyer, le CPAS effectue, dans chaque cas, une enquête sur les moyens de subsistance de la personne concernée.

    Le CPAS examine quelle aide est la plus adaptée en fonction de la situation personnelle ou familiale de la personne concernée et lui offre les moyens adéquats de subvenir à ces besoins.

    Quelle aide offre le CPAS?

    Voici quelques exemples de services proposés par le CPAS :

    • aide financière 
    • logement 
    • aide médicale 
    • aide et les soins à domicile 
    • mise au travail 
    • médiation de dettes 
    • aide psychosociale 
    • assistance judiciaire 
    • admissions dans des institutions 
    • accueil dans des centres d'aide sociale 
    • accueil de crise 
    • accompagnement et assistance financière concernant l'approvisionnement en énergie 
    • chèques culturels pour favoriser la participation sociale et culturelle

    Si vous désirez faire appel à l'assistance sociale, vous pouvez vous rendre au CPAS de votre commune. Vous trouverez les adresses nécessaires dans l'annuaire téléphonique, reprises sous "CPAS".

    Revenu d'intégration

    Si vos moyens de subsistance sont insuffisants et que vous ne pouvez changer cette situation par vous-même, vous avez droit, en principe, à un revenu d'intégration. Le revenu d'intégration remplace l'ancien minimex et est octroyé par le CPAS.

    Avant que le CPAS ne décide de vous allouer le revenu d'intégration, il enquêtera sur votre situation financière personnelle.

    Pour connaître vos droits et obligations quant au revenu d'intégration, il est préférable de vous adresser au CPAS de la commune où vous habitez.

    Plus d'infos sur l'aide sociale via le portail de la Sécurité Sociale(link is external)

    Fonds Social Chauffage

    Le Fonds Social Chauffage intervient partiellement dans le paiement de la facture de gasoil des personnes qui se trouvent dans des situations financières précaires. Le Fonds Social Chauffage est une collaboration entre les pouvoirs publics, les CPAS et le secteur pétrolier.

    Sont concernées les factures payées pour :

    • le gasoil de chauffage
    • le pétrole lampant
    • le gaz propane

    Pour en savoir plus sur le Fonds Social Chauffage, procédure de demande et qui peut en bénéficier, vous pouvez consulter le sitewww.fondschauffage.be(link is external).

    Source info clic ici 

     

    Clic ici pour plus d'info CPAS de Nandrin 

    Les missions du CPAS de Nandrin Clic ici 

  • Nandrinois 30% des bénéficiaires du RIS sont étudiants en région hutoise

    m.jpgLes CPAS célèbrent leurs 40 ans cette année.

    Pour marquer cet anniversaire, les CPAS d’Amay, Huy, Modave, Villers-leBouillet et Wanze organisent un événement le 11 octobre avec une pièce de théâtre et des tables rondes.

    L’occasion de réfléchir sur l’avenir de cette institution dont les rôles ne cessent d’évoluer et qui accueille de plus en plus de jeunes.

    «Je suis pauvre et alors», ainsi est intitulée la pièce de théâtre qui sera jouée par le collectif «Les grains de sel» le 11 octobre au centre culturel de Huy (1).

    Cet événement gratuit, proposé par les CPAS d’Amay, Huy, Modave, Villers-le-Bouillet et Wanze, est l’occasion de réfléchir sur le rôle du CPAS.

    En 40 ans, l’aide sociale a évolué et couvre à présent un champ très vaste: « La pauvreté n’est pas réservée aux exclus de la société, commente Maritza Ivanovic, la directrice générale du CPAS de Wanze.

    Nous aidons M. et Mme Tout le monde, des femmes et des hommes qui se retrouvent
    subitement dans la précarité suite à une séparation, des couples touchés par le surendettement, des travailleurs à temps partiel et des étudiants.»

    Les jeunes aux études sont de plus en plus nombreux à frapper à la porte des CPAS.

    «À Amay, environ 30% des bénéficiaires du RIS (Revenu d’Intégration Sociale) sont étudiants» commente Luc Mélon, le président du CPAS d’Amay. A Wanze, la proportion est identique: sur les 240 personnes qui bénéficient du RIS, environ 80 sont étudiants.

    À Huy, Geneviève Nizet met aussi l’accent sur la précarité des aînés: «De plus en plus de personnes âgées sont abandonnées par leur famille. Nos équipes doivent effectuer la prise en charge autrefois assumée par les enfants.

    Certaines situations sont catastrophiques…» L’événement du 11 octobre sera l’occasion pour les usagers du CPAS de se rencontrer, mais aussi de mettre à l’honneur le travail des équipes du CPAS: «Un travail difficile qui doit être effectué dans la discrétion» conclut Maritza Ivanovic.

    Article de A.BT Source Sudinfo


    à noter Le 11 octobre au centre culturel de Huy. Accueil à 13 h 45, 14 h pièce de théâtre «Je suis pauvre et alors», verre de l’amitié et tables rondes. Infos et réservations au 085/21.12.06. Entrée gratuite.

  • Kiwanis Liège-Condroz était à Nandrin hier pour « Rendre le sourire aux enfants ».

    DSC_0386.JPG

    Chaque année le Kiwanis Liège-Condroz offre un Noël aux enfants des institutions qu’il a l’habitude d’aider, action qui s’intitule « Noël dans la Cité ».

    Depuis trois ans il ajoute à ces enfants les enfants des bénéficiaires du CPAS de Nandrin, commune ou le Kiwanis Liège-Condroz à ses installations.

    C’est donc en toute convivialité qu’une délégation s’est présentée ce mercredi 23 décembre les bras chargés de jouets et de friandises destinés aux enfants.

    Le 22 décembre, c’était dans une institution de Sprimont qu’avait lieu la distribution et le 29 décembre, ce sera dans une autre institution à Trooz.

    Le président Jacques Daubenton du Kiwanis Liège-Condroz, en profite pour présenter ce service club aux institutions et surtout sur la mission qu’ils se sont donnés de « rendre le sourire aux enfants ».

    Le Kiwanis Liège-Condroz organise plusieurs manifestations sur l’année dont certaines à la salle communale de Saint-Séverin, avec, à chaque organisation une institution bénéficiaire.

    DSC_0376.JPG

    DSC_0380.JPG

  • Voici combien le CPAS de Nandrin va recevoir d'aide financière spéciale

    CPAS.JPG

    Nandrin : 4.418 euros pour 28 minimexés

     

    Le ministre fédéral de l’Intégration sociale a décidé de libérer 27 millions d’euros pour compenser les surcoûts engendrés, dans les CPAS, par l’afflux de demandes émanant de chômeurs exclus depuis le mois de janvier dernier. Voici comment ce sera réparti. Mais aussi combien le CPAS de votre commune va recevoir.

    Le ministre fédéral Willy Borsus (MR) vient de débloquer un budget de 27 millions d’euros pour aider les CPAS. Ces derniers se retrouvent confrontés aux conséquences de la mesure prise par le gouvernement Di Rupo avec l’exclusion des chômeurs depuis janvier. Dans l’arrondissement Huy-Waremme, les 31 CPAS reçoivent 503.603 euros. Entre mai 2014 et avril 2015 inclus, on compte 3.191 nouveaux minimex octroyés dans la région. Luc Vandormael, président de l’action sociale waremmienne, préside aussi la fédération des CPAS wallons : « C’est évidemment mieux que rien, mais cette compensation à l’égard des CPAS reste minime. Cet argent ne correspond pas au nombre total de minimexés, mais uniquement les personnes ayant introduit une demande de minimex depuis janvier dernier. C’est pourquoi, par exemple, le nombre de Waremmiens peut sembler peu élevé par rapport aux Hannutois, car les chiffres ne comprennent que les personnes ayant demandé à bénéficer du Revenu d’Intégration Sociale (RIS)», précise-t-il. Le président du CPAS de Waremme aurait préféré une autre mesure : « Les CPAS souhaiteraient plutôt une augmentation structurelle du taux de remboursement du RIS. Mais il faut relativiser ces chiffres, estime-t-il, car on ne parle pas des chômeurs en fin de droit pour qui des subsides disparaissent. Donc en plus des chômeurs exclus du CPAS, ces 27 millions pour les CPAS semblent aussi s’adresser aux chômeurs en fin droit.»

     

    Source Sudpresse Article J.M.

     

    Retrouvez toutes les explications sur la façon dont cela a été calculé, mais aussi les prochaines aides sur lesquelles Willy Borsus travaille, dans nos journaux de ce jeudi, ainsi que dans nos éditions numériques.

  • Nandrin Commune, CPAS et poste regroupés dans la modernité

    DSC03197.JPG

    La modernisation de l’administration communale a été votée par le Conseil communal de Nandrin. « Tous les services communaux seront regroupés et la Poste est sauvée. L’intégration des services du CPAS et de la poste est prévue grâce à la création d’un nouvel espace moderne, articulé avec le bâtiment de l’administration communale déjà rénové », explique Michel Lemmens, le bourgmestre de Nandrin.

    « Le montant pour ce projet est estimé à deux millions d’euros avec un subside garanti de 310.000 euros.

    Si la commune n’intègre pas le bureau de poste dans ses bâtiments, ce service était amené à disparaître. Rationaliser l’utilisation et l’occupation des bâtiments publics représente l’objectif de ce projet. Le regroupement des services dans un seul et même bâtiment devrait permettre à la commune d’économiser 100.000 euros par an, principalement en raison des charges en moins», poursuit-il.

    Ce projet de modernisation de l’administration nandrinoise s’intègre dans le Programme Stratégique Transversal (PST), un outil de développement visant à planifier et prioriser les politiques communales. Ce PST, approuvé mardi soir, reprend sept grandes thématiques : patrimoine, aménagement du territoire et mobilité, logement, cohésion sociale et culture, sports, environnement, et administration générale.

    « Le PST est une démarche de gouvernance locale, un document stratégique qui aide la commune à mieux programmer ses actions en s’appuyant sur une culture de la planification et de l’évaluation. Le PST reste évolutif, les projets ne sont pas figés. Ce programme a mûri et se veut à la fois ambitieux et réaliste », avance le mayeur.

    Si le regroupement des différents services de l’administration a été voté, un autre projet a été validé : la création d’une maison de quartier à Villers-le-Temple pour 800.000 euros « Nous voulons marier les activités liées à la petite enfance et celles d’une maison de quartier. Ce lieu permettra des rencontres intergénérationnelles entre associations, l’accueil de cours de musique et l’organisation d’événements culturels», précise le bourgmestre de Nandrin. Au niveau des infrastructures scolaires, le remplacement des préfabriqués constitue un projet qualifié de phare par la majorité.

    Le dossier, estimé à 1,7 million d’euros, sera accolé à la nouvelle maison de quartier et à l’espace des Templiers : « La construction d’un bâtiment en dur pour y accueillir l’ensemble des maternelles et le service de garderie apparaît comme l’ambition finale de ce projet. Finalisé, il amènera une nouvelle répartition de l’espace scolaire, dédiant les bâtiments actuels aux classes primaires.

    Une fois finalisé, l’ensemble constituera un pôle scolaire, culturel et associatif au cœur du village », conclut-il.

    Source Sudinfo Article de  J.M

     

    RÉACTION DU GROUPE « POUR NANDRIN »

    « Une parodie de Programme Stratégique »

    Le groupe d’opposition « Pour Nandrin » s’est fendu d’un communiqué au sujet du Programme Stratégique Transversal (PST).

    « Il s’agit d’une parodie de PST pour suppléer à une absence de vision stratégique de la majorité.

    Ce document doit transformer une vision politique en objectifs opérationnels et en actions concrètes. La majorité jette de la poudre aux yeux, d’autant que la Région impose que les projets soient hiérarchisés, budgétisés et planifiées.

    Or, ce PST ne se réfère pas aux règles régionales et la majorité met en péril la stabilité de la commune avec une dette qui va augmenter.

    Pour dénoncer cette situation, notre groupe fait savoir qu’il ne cautionne pas ces agissements par sa présence lors de la séance publique du Conseil communal. » Une situation que Michel Lemmens, bourgmestre, trouve folle : « Sortir et ne pas débattre est criminel de la part de ce groupe politique. L’autre groupe d’opposition a formulé questions et critiques, la majorité s’est ensuite expliquée. » 

    Source Sudinfo article de JM

  • Nandrin, commune pilote pour une fusion

    ML.JPGLa commune de Nandrin s’est portée candidate pour une fusion de CPAS et de l’institution communale auprès de la Région wallonne en cas de développement d’un projet pilote.
     «Nous nous dirigeons en effet vers cette option là », déclare Michel Lemmens,le bourgmestre de Nandrin.
    «Nous sommes dans une situation particulière, où il la paupérisation n’est pas importante.
     Les revenus d’intégration sociale ne sont pas non plus nombreux. 
    Le contexte est donc spécial et le CPAS n’est pas un acteur clé dans le fonctionnement de la commune.
    Il s’agit pour nous d’une évidence de rassembler les moyens des deux institutions. »
    Mais cette fusion n’entraînerait aucune perte d’emploi. 
    «Les services seraient rationalisés et les différents employés seraient intégrés dans les services communaux »,rassure le bourgmestre.
    Il ne sera cependant pas question de discuter des problématiques sociales au sein du conseil communal.
     Le conseil du CPAS sera conservé malgré la fusion. 
    «Notre souhait n’est pas d’avoir un seul conseil pour les deux institutions.
     Nous ne nous inscrivons pas dans une logique à la flamande. 
    Le conseil communal n’est pour moi pas le bon endroit pour parler de la problématique sociale de certaines personnes ou de discuter du fait de
    donner une aide à quelqu’un.
     Il doit rester un lieu de débat politique.»
    Même si la fusion ne sera pas encore opérationnelle, le CPAS et la commune se retrouveront bientôt au sein d’un même bâtiment. 
    «Nous avons passé une décision de principe de rassembler physiquement ces deux pôles. 
    Cela se fera par la construction d’une nouvelle aile à l’administration communale »,conclut Michel Lemmens. 
     
    Article Cédric .W. Pour La Meuse