condoz

  • Le Monastère de Nandrin n’aura plus de DJ résident

    Lien permanent

    mona sudinfo.JPGGrégory Pirotte quitte la co-gérance de la boîte

    C’est désormais officiel, le DJ Grégory Pirotte renonce à la co-gérance du dancing nandrinois. Il se retire par la même occasion des platines : il ne sera plus DJ résident du Monastère.

    Le Dalhemois, par ailleurs directeur de Maximum FM (Mint), continuera néanmoins à mixer une fois par mois au Mona.

    Plus que deux week-ends en tant que DJ résident du Monastère pour DJ Greg, alias Grégory Pirotte. A partir du 28 mai, le Dalhemois ne posera ses platines qu’une fois par mois au Monastère.

    Il cesse également d’être responsable de la communication et de l’événementiel de la boîte de nuit.

    «On ne m’a pas demandé de partir de la co-gérance, j’ai fait ce choix personnel car je ne parvenais pas aux objectifs que je m’étais fixés.

    J’ai pas mal de projets de soirées sur le côté et Maximum FM se développe bien. A partir du moment où je me retirais de la gestion, il me semblait logique d’arrêter d’être DJ résident, pour ne pas semer la confusion dans la tête des gens », nous confie Grégory Pirotte.

    Que son public se rassure, le disc jockey continuera à mixer une fois par mois au Monastère à partir de la rentrée. Le directeur de la radio Maximum FM renonce donc à reprendre la discothèque à moyen terme et laisse les rennes de l’affaire à Antonio Di Sciascio. Celui-ci, proprié- taire du bâtiment, récupère donc la gérance. « J’ai assumé la gérance de 1993 à 2013 avant de prendre un peu de recul et de céder la place à Luc Hoven de 2013 à 2015. Aujourd’hui, je reprends la barre, Luc Hoven restant toutefois associé, mais passif », annonce l’intéressé.

    TOUJOURS PAS DE MINEURS

    A la rentrée, un changement attend les fêtards du Monastère : il n’y aura plus de DJ résident.

    « Suite à la mutation des boîtes de nuit, le métier change. Les gens se lassent vite aujourd’hui. On va tester pendant les vacances puis instaurer en septembre un DJ différent chaque samedi. Chacun apportera sa personnalité, son public, une atmosphère particulière. C’est une des clés du succès », estime Antonio Di Sciascio.

    Quelques travaux de décorations vont également être réalisés pendant les vacances pour relooker la boîte. Quid des règles instaurées par Grégory Pirotte concernant l’interdiction des mineurs et une tenue vestimentaire «classe» ?

    « Elles restent d’application », annonce le « nouveau» gérant.

    En novembre prochain, le Monastère soufflera ses 40 bougies, promesse de soirées endiablées à venir.

    Article de  ANNICK GOVAERS source Sudpresse Sudinfo 18 mai 2016 page 7 http://journal.lameuse.be/