communion

  • L’âge des communiants va augmenter d’1 ou 2 ans

    Lien permanent

    Info SI.jpgLa première communion va disparaître des églises bruxelloises. En Wallonie, une réflexion a été entamée dans les différents diocèses. On parle de la retarder d’un, voire de deux ans, car les enfants, nous dit-on, ont besoin aujourd’hui de plus de formation. 

     

    La petite communion va-t-elle disparaître des églises du royaume? La question mérite d’être posée car elle ne se fera plus dans les églises bruxelloises. L’information a été confirmée hier. «La plupart des diocèses belges ont tendance à vouloir retarder l’âge de la première communion. À Bruxelles, la mesure est plus claire: elle a été déplacée vers les 10-11 ans», nous apprend l’abbé Olivier Windels, de la paroisse de Liège.

    «Au moment où je vous parle, nous sommes justement en rencontre nationale et je suis avec mes confrères bruxellois.» La première communion à Bruxelles se fera donc à l’âge de la communion solennelle. «Mais elle ne sera pas exclue de manière absolue puisqu’elle pourra encore se faire plus tôt dans les familles qui le souhaitent. Le cadre sera plus familial», poursuit l’abbé qui est vicaire épiscopal du vicariat «Annoncer l’évangile» dans le diocèse de Liège. Dans les diocèses de Namur et de Tournai, « on retarde un peu l’âge de la première communion, sans la supprimer ».
    «Avant, elle s’effectuait au moment de la deuxième primaire, à 7 ou 8 ans. Maintenant, elle est repoussée d’1 voire de 2 ans. C’est-à-dire pour les enfants de troisième ou de quatrième primaire». La raison de ce «vieillissement» de la petite communion a une explication. «Les enfants ont besoin d’un parcours un peu plus long qu’avant.

    Autrefois, les enfants évoluaient dans des familles qui priaient, qui allaient à la messe régulièrement. Aujourd’hui, certains enfants n’ont aucune notion religieuse. Ils ne savent pas qui est Jésus, ne savent pas comment prier. Bref, on a besoin d’un peu plus de temps. C’est pour cela que la première communion se fera à l’âge de 8 ou 9 ans.» L’Église belge va donc vers un assouplissement. «On essaie de décoincer les formules. La question est: «Est-on prêt?» La volonté est générale».


    UNE CONSULTATION À LIÈGE

    Elle l’est aussi au diocèse de Liège. «Nous sommes dans une phase de réflexion. Il y a quelques mois, nous avons lancé une grande consultation diocésaine qui aboutira à des assises en septembre. L’une des questions posées aux paroissiens est relative à la première communion. On leur a demandé s’ils trouvent judicieux qu’on retarde l’âge. Nous nous ferons forts de respecter les résultats de la consultation». En Flandre, aussi, la tendance est de retarder la première communion. «C’est le cas aussi en France».


    «Au XIX e siècle, les enfants communiaient pour la première fois vers l’âge de 12 ans», rappelle Éric de Beukelaer, vicaire épiscopal du diocèse de Liège pour les questions temporelles. «Puis, le pape Pie X a estimé que les enfants étaient prêts plus tôt et l’âge de la première communion a été avancé à 7 ans».

    Article de PIERRE NIZET Source Sudinfo