communales

  • Communales, un an après Nandrin sur la RTBf

    Lien permanent

    540108062.JPGCommunales, un an après - Nandrin: associé au cdH et à Ecolo, le PS conserve de justesse la majorité

    Article de  Erik Dagonnier 

    C’est l’ancien premier échevin socialiste, Michel Lemmens, qui succède à Joseph Nandrin comme bourgmestre. Avec neuf sièges, la nouvelle coalition PS-cdH-ECOLO, baptisée « Expressions Communes », détient la majorité d’une seule petite voix.

    Dans l’opposition, les libéraux obtiennent huit sièges mais se retrouvent divisés sur deux listes : " Pour Nandrin " et " Tous Ensemble ". Particularité : la commune présente une parité parfaite hommes-femmes au collège. " Un hasard ", selon le bourgmestre.

    Avec sa longue expérience comme premier échevin, le nouveau bourgmestre doit faire oublier les dérapages de son ancien maïeur Joseph Nandrin qui, après 18 ans, a abandonné la politique. Un contrat de bonne gouvernance lie les trois partis de la majorité. Un passage quasi obligé.

    Entre majorité et opposition, les échanges sont tendus et le climat électrique.

    Au lendemain des élections, la liste d’opposition " Pour Nandrin " introduit un recours pour irrégularités.

    Ensemble, les deux listes de l’opposition ont manqué la majorité à quelques dizaines de voix près.

    Or plus de 600 bulletins de vote n’ont pas été estampillés le jour des élections. Mais le vote a finalement été validé par le Conseil d’Etat.

    Depuis, " Pour Nandrin " multiplie les attaques.

    La liste d’opposition critique la procédure de désignation des élus locaux de la majorité à l’IDEN, l’Intercommunale de Distribution d’Eau de Nandrin.

    Le ministre wallon des pouvoirs locaux, Paul Furlan, donne en partie raison à l’opposition mais dans les faits, les élus choisis par la majorité siègent finalement à l’Intercommunale.

    L’opposition se dit harcelée.

    Le jardin d’un conseiller de la liste " Pour Nandrin " a reçu la visite d’un fonctionnaire communal du service de l’environnement.

    L’élu porte plainte contre le bourgmestre pour harcèlement.

    Ambiance.

    Le bourgmestre qualifie de " délire " les actions intentées par l’opposition.

    Au chapitre budgétaire, en période de crise, les finances restent à l’équilibre.

    Mais comme dans beaucoup d’autres communes, les départs à la pension du personnel communal ne seront pas remplacés. Les taxes, elles, n’augmentent pas.

    Le bourgmestre a dû se résoudre à fermer la seule crèche communale.

    Les travaux de rénovation des " Canailloux " ont été jugés trop chers.

    Une fermeture que lui reproche l’opposition.

    Dans les priorités de la majorité, figure le projet de la nouvelle administration communale.

    150.000 euros ont été prévus pour les frais d’études d’un nouveau bâtiment passif. Budget total estimé : 1,8 million d’euros.

    Un projet qualifié de " mégalomane " par la liste " Pour Nandrin ".

    Le bourgmestre annonce également la rénovation de la maison de village de Villers-le-Temple pour 700.000 euros.

    Dans le dossier des éoliennes, plusieurs projets concernent la commune. La majorité n’est pas favorable à celui introduit par EDF Luminus.

    Par contre, le bourgmestre n’est pas farouchement opposé à celui de Lampiris, situé en pleine campagne à la limite d’Engis.

    Enfin en matière de mobilité, la majorité voudrait aménager un pôle multimodal sur la route du Condroz.

    L’idée, c’est d’y installer un parking de délestage relié à un arrêt de bus rapide. Le bourgmestre souhaiterait aussi une liaison de bus directe entre Nandrin et le Sart-Tilman pour les étudiants qui perdent beaucoup de temps en passant aujourd’hui par Liège pour rejoindre l’université en utilisant les transports en commun.

    Article de  Erik Dagonnier sur la page Nandrin de la RTBf en savoir plus sur Nandrin clic ici 

    Source RTBF