colliers électriques

  • Interdire les colliers électriques à Nandrin aussi ?

    i2.JPGDi Antonio y pense.

    Certains propriétaires et dresseurs ne jurent que par eux. Les colliers électriques, que l’on vend dans les magasins animaliers mais aussi chez Decathlon par exemple, sont dans le collimateur du Conseil wallon du bien-être des animaux.

    Ces colliers dits « de dressage » ou « anti-fugue », permettent d’envoyer des impulsions électrostatiques ou de petites dé- charges électriques à votre animal, soit via télécommande à votre guise, soit lorsque celui-ci dépasse un périmètre défini par un câblage que vous avez installé dans le sol par exemple. Le problème, c’est que, depuis des années, ces systèmes font l’objet de critiques, traumatisant les chiens, leur causant des brûlures parfois très importantes au cou et surtout, n’ayant aucune efficacité sur l’obéissance réelle de l’animal mais sur sa crainte…

    Le Conseil wallon du bien-être animal s’est penché sur la problématique. Pour lui, « vu les risques importants en matière de bien-être animal et compte tenu de l’existence d’alternatives efficaces et moins risquées », il ne soutient pas l’usage de ces colliers et conseille d’en interdire l’utilisation.

    Un avis rendu au ministre wallon du Bien-Être animal, Carlo Di Antonio, qui a évoqué ces conclusions dans une réponse parlementaire. Les représentants des vétérinaires seraient quant à eux d’avis que la balance entre le bien-être animal et la sécurité penche en faveur du recours au collier, et préconisent donc son usage sous certaines conditions.

    TEMPS DE RÉFLEXION

    Un avis que ne partage pas Mortimer Van der Meeren, de la Croix Bleue de Forest et Floriffoux. « Nous ne nous en servons pas et n’en ferons jamais la promotion. Il y a d’autres techniques pour faire obéir un chien que la douleur et la violence.

    Je préfère demander trois fois gentiment, que d’avoir recours à ce type de méthodes ». Le ministre réfléchit actuellement et attend d’autres rapports quant à la problématique pour prendre une décision sur ce dossier.

     L.P.

    Info Sudinfo du 9 mai 2017

    1147395687.25.JPG