charlotte tilmant

  • «La Wallonie n’interdit pas les gabions»

    Lien permanent


    urbanisme,gabions, permis urbanisme ,interdiction gabions ,Qu’en est-il réellement? Le CWATUP interdit-il les clôtures en gabions? Ce code liste les actes et travaux dispensés de permis d’urbanisme.

    Parmi eux, les clôtures de 2 m de hauteur max en haies vives d’essences régionales ou de piquets reliés entre eux par des fils ou treillis avec, éventuellement, à la base, une plaque de béton ou un muret de 0,50 m de hauteur max, ou par une ou deux traverses horizontales, ainsi que les portiques et portillons d’une hauteur maximale de 2 m permettant une large vue sur la propriété».

    Les clôtures autres (dont celles en gabions, donc) sont soumises à une simple déclaration urbanistique, c’est-àdire que vous signalez à la commune, par un petit dossier, les travaux entrepris. Attention, cela n’est valable que s’il n’existe pas un règlement communal d’urbanisme ou un règlement de lotissement qui prévoit le contraire.


    «LES COMMUNES LIBRES»

    « Le CWATUP n’interdit pas les gabions. Les communes sont libres de prendre certaines mesures dans le cadre de leur RCU. Si on habite un lotissement, il faut aussi consulter le règlement propre à ce lotissement », indique Marie Minet, attachée de presse du ministre wallon de l’aménagement du territoire, Carlo Di Antonio. Anne-Valérie Barlet, fonctionnaire déléguée de la Région, confirme. Bref, autoriser ou interdire les gabions est laissé à l’appréciation de chaque commune et lotissement.

    Mais la matière est complexe. « Quand on parle de gabions, cela peut aussi être des murs de soutènement de terre, si on modifie le relief, alors il faut un permis. Si on déroge au plan de secteur (en zone agricole par exemple), la fonctionnaire déléguée de la Région doit se prononcer.

    S’il s’agit d’une dérogation à un RCU, la fonctionnaire déléguée émet un avis et la commune tranche », précise Charlotte Tilman, échevine de l’urbanisme à Nandrin et juriste à l’Urbanisme de la Région wallonne.

    Vu les subtilités, le mieux est donc de vous adresser à votre administration communale! D’autant qu’en juin, le CWATUP va être remplacé par le CoDT, le Code du Développement Territorial wallon. Tout est susceptible d’évoluer…

    Article de A.G. source Sudinfo 

  • La démolition du bâtiment de l’administration n’est pas suspendue à Nandrin

    Lien permanent

     

    les agents communaux ,petition,signature ,csc photo AG source Sudinfo.JPG

    Coup dur pour l’opposition nandrinoise (Union Pour Nandrin et Tous Ensemble) ce mardi soir. Le Conseil communal, convoqué en urgence par les deux partis, n’a pas approuvé l’unique point à l’ordre du jour, à savoir la préservation du bâtiment de l’administration communale dont les travaux de démolition étaient sur le point de débuter. Le chantier va bien avoir lieu, pour construire une nouvelle maison communale regroupant les services communaux et du CPAS.

    C’est dans une salle comble, une fois n’est pas coutume, que le Conseil communal de Nandrin s’est réuni ce mardi soir, dans une ambiance électrique.

    Une quarantaine d’agents communaux et du CPAS ont assisté à la séance, pour la plupart debout, pour manifester leur mécontentement face à l’ordre du jour inscrit par les deux groupes d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous Ensemble. Ceux-ci souhaitaient suspendre les travaux de démolition du bâtiment de l’administration prévus dans les jours prochains.

     

    Ils ont distribué à l’ensemble des élus une lettre ouverte dans laquelle on peut lire : «  La construction d’un bâtiment administratif n’est pas le projet électoraliste du bourgmestre, c’est la concrétisation des besoins de l’administration et du CPAS afin d’accueillir et d’offrir le meilleur service à la population.

    C’est la centralisation de l’ensemble des services au sein d’un seul immeuble facilement identifiable, formant un ensemble administratif entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

    C’est enfin l’amélioration des conditions de travail d’une vingtaine de personnes et de la sécurité des travailleurs et des usagers de l’administration.

    Depuis le début de la législature, des manoeuvres incessantes visent à saboter les projets communaux, au mépris du travail préparatoire des services administratifs régionaux et communaux.

    Le personnel ne comprend pas comment le Conseil communal pourrait décider, à la veille du début des travaux, de stopper une procédure parfaitement démocratique, légale et non entachée d’un quelconque vice. (...) Nous n’acceptons plus d’être pris en otage de ces pratiques. »

    L’architecte qui a dessiné les plans de la nouvelle administration communale, John Wery, et l’ancien bourgmestre de Nandrin, Joseph Nandrin, étaient également présents dans l’assemblée.

     

    Marc Evrard, chef de file uPN, a pris la parole pour expliquer les raisons et les arguments de l’opposition pour convoquer ce conseil communal extraordinaire visant la préservation du bâtiment de l’administration communale, celui abritant le secrétariat communal, le bureau du bourgmestre, la salle du Collège, le service des finances et les archives. Visuellement, il s’agit de la bâtisse avec la tour, datant de 1954.

    «  Parmi les 17 élus, au moins 3 dans les deux groupes d’opposition (Benoît Ramelot, Guy Mottet et moi-même), comptent une dizaine d’années d’ancienneté au conseil communal et se sont préoccupés des concitoyens et du personnel communal.

    J’en veux pour preuve que fin des années 2000, nous avons dégagé 400.000 euros pour la rénovation de la Maison Musin et l’aménagement de la place de Nandrin.

    Cela dit, le patrimoine d’une commune est avant tout ses finances. Nous devons veiller à ce que cette richesse soit préservée et utilisée le mieux possible.

    Or, le bâtiment de l’administration, le plus récent des trois de la place, n’est pas insalubre, un terme qui signifie au dictionnaire malsain et dangereux.

    Le bourgmestre n’aurait pas laissé travailler les agents dans de telles conditions pendant 3,5 ans si cela était réellement le cas », a-t-il lancé.

     

    Il a ensuite abordé le coût comparatif entre une rénovation et une destruction-reconstruction, la première option étant, selon lui, à coup sûr moins chère.

    «  Quel bâtiment datant des années 50 ne présente pas d’énormes faiblesses énergétiques et défectuosités ? Faut-il pour autant les abattre ?

    Beaucoup de Nandrinois vivent très bien dans de telles habitations.

    Il faut rénover, cela va de soi, voire agrandir, mais pas d’office détruire et s’engager dans une dépense démesurée. »

    Le conseiller d’opposition a conclu en pointant les conteneurs à l’école de Villers-le-Temple, qui, «  eux, sont insalubres, dangereux et malsains.

    Pourquoi deux poids deux mesures  ? »

    Et de regretter qu’aucune autre option que la démolition n’ait été proposée au Conseil.

     

    Le groupe Tous Ensemble, par la voix de Benoît Ramelot, a tenu à rappeler son opposition régulière au projet.

    «  Lors du Conseil communal de septembre 2013, le Plan d’investissement communal 2013-2016 a recueilli 9 oui et 7 non, cela aurait dû être un signal d’alarme mais vous n’en avez pas tenu compte.

    Vous avez lancé le train à la vitesse TGV.

    Nous n’avons jamais émis de vote positif, il est donc erroné de prétendre que notre réaction est tardive et irresponsable.

    La campagne de désinformation et la pression de ces derniers jours ( « attention, il y aura des conséquences... ») ne sont pas dignes d’une démocratie et nous déplaisent fortement. »

    Michel Lemmens, bourgmestre Expressions Commune(s), a précisé que le montant exact du chantier de démolition-reconstruction de la nouvelle administration communale s’élève à 1,778 million d’euros, dont 302.000 euros de subsides wallons.

    «  La part communale s’élève donc à 1,476 million d’euros. »

    Le mayeur a ensuite comparé les investissements des autres communes (Villers-le-Bouillet, Anthisnes, Wanze) pour leur administration communale, tous plus élevés qu’à Nandrin.

    Il est ensuite revenu sur la chronologie du dossier «  pour montrer que les conseillers ont eu l’occasion de se prononcer en défaveur de la démolition à huit reprises depuis 2013 et ne l’ont pas fait.   »

    Il a en outre insisté sur la vétusté des lieux qui ne garantissent plus la sécurité et la santé du personnel.

    «  Le bâtiment est bien devenu insalubre aujourd’hui  ».

    Et le directeur général, Pierre Jamaigne, d’évoquer les conséquences d’une suspension des travaux adjugés : 302.000 euros de subsides perdus, l’entrepreneur Cop & Portier à dédommager («  minimum 150.000 euros »), ainsi que l’auteur de projet plus les frais d’étude déjà engagés à ce stade («  80.000 € »).

    La suspension des travaux de démolition a recueilli 7 oui (les deux oppositions moins une voix), 1 absentation (Vincent Licata de Tous Ensemble) contre 9 non (Expressions Commune(s)). La majorité a fait bloc pour rejeter le point : la présence de Guy Brassels a facilité la chose et Muriel Brandt a suivi le vote de son groupe.

    Voir l'album Photos clic ici 

     

    Article et photos de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo en ligne sur le nouveau site Sudinfo voir l'article complet ici 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

     

     

     

     

    Articles dés 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

    Lire la suite

  • La croix calcaire de la rue de la chapelle à Nandrin dans le journal La Meuse Huy-Waremme explication

    Lien permanent

    enquete publique 26 juillet 2016 rue de  la chapelle nandrin.Blog.jpgLa Région wallonne est en train de réévaluer la pertinence des classements comme monuments intervenus dans le passé. Le ministre du patrimoine, Maxime Prévot, a lancé à ce titre une procédure de déclassement concernant la croix en pierre calcaire située rue de la Chapelle, à Nandrin.

    Cette croix, située en face de la chapelle de Yernée-Fraineux, avait été classée par arrêté royal le 17 décembre 1981.

    « La petite chapelle faisait l’objet d’un classement à cette époque, la croix a été intégrée avec », précise Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire. Aujourd’hui, la Région estime que la croix présente « un intérêt historique insuffisant pour répondre aux critères de classement », dans la mesure où « la datation et le commanditaire sont inconnus. Sans inscription, le motif d’édification demeure incertain. »

    Et de s’interroger : serait-ce une croix funéraire? Dans le cadre de la procédure de déclassement, une enquête publique est en cours jusqu’au 30 août. Vous pouvez donc exprimer votre avis, par écrit, au Collège communal. La Région tranchera ensuite. Que changerait concrètement un déclassement?

    « Même déclassée, la croix garde une valeur incontestable de patrimoine religieux nandrinois. Elle restera importante au niveau communal, on ne va pas la démolir ou ne plus y porter une attention.

    On pourrait même y trouver un avantage car classée mais sans assez d’intérêt, elle n’avait aucune chance de décrocher un subside. Or, déclassée, elle pourrait obtenir une subvention comme petit patrimoine populaire », répond Charlotte Tilman.

    Article de  A.G. souce Sudinfo 

  • La majorité à Nandrin comptera-t-elle un deuxième échevin cdH ?

    Lien permanent

    MB Surce Sudpresse.JPGDes tensions sont apparues au sein de la tripartite Expressions Commune(s) (PS, Ecolo, cdH) lors du dernier conseil communal.

    La conseillère humaniste Murielle Brandt s’est en effet abstenue lors du vote concernant la nouvelle administration communale.

    Une abstention qui n’a pas changé l’issue du vote mais qui a fait jaser.

    La Nandrinoise, infirmière en polyclinique, a voulu marquer son mécontentement quant au stand-by politique.

    L’accord préélectoral de la majorité prévoyait une répartition des échevinats entre PS (3 avec la présidence du CPAS), Ecolo (2) et cdH (1) puis, à la mi-législature, un échevin en moins chez Ecolo (qui retombe à 1) au profit du cdH (qui monte à 2 échevins).

    Logiquement, la conseillère communale cdH Murielle Brandt devait monter.

    CHARLOTTE TILMAN DEVENUE PS

    Sauf qu’une nouvelle donnée chamboule les cartes.

    Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire, a quitté Ecolo et est devenue indépendante.

    Elle a depuis rejoint discrètement les rangs du parti socialiste.

    « Je considère qu’on ne fait pas de la politique pour soi.

    Le groupe Expressions Commune(s) n’ayant pas de pôle de réflexion commun, réfléchir toute seule n’avait pas d’intérêt, raison pour laquelle j’ai voulu intégrer un parti.

    Les socialistes nandrinois sont les personnes dont je suis la plus proche.

    Je suis fort attachée aux valeurs sociales mais je resterai toujours convaincue par l’écologie », insiste Charlotte Tilman.

    La jeune femme ne veut pas s’étendre sur « la popote interne » en cours, mais souhaite conserver son échevinat.

    « Je pense, j’espère, faire du bon travail et être soutenue par pas mal de monde.

    J’aimerais continuer à travailler dans ce sens », confie-t-elle.

    L’équation semble compliquée à résoudre, au grand dam de Murielle Brandt.

    « J’aurais dû devenir échevine en décembre 2015, comme convenu.

    Depuis, j’attends.

    Tout ce que je veux, c’est que le PS respecte l’accord pris avec le cdH.

    J’en ai parlé au nouveau président du cdH de Huy-Waremme. L’ambiance dans la majorité nandrinoise devient tendue, il y a presque de la méchanceté à mon égard alors que je reste dans mon coin.

    Normalement, en devenant échevine, je démissionnais de la présidence de l’IDEN et laissais ma place à Axel Pire (PS) mais je ne vais pas y renoncer si rien ne bouge », affirme l’intéressée.

    L’USC de Nandrin s’est réunie lundi soir mais le point n’est pas encore tranché.

    « L’accord concerne des partis, pas des personnes.

    Murielle Brandt s’arroge des droits.

    Je souhaite que l’accord électoral soit respecté et que chacun puisse s’épanouir.

    Chaque membre du Collège fait du bon travail.

    On pourrait aussi envisager de rester dans la configuration actuelle, car la présidence de l’IDEN équivaut presque à un échevinat.

    Des discussions sont en cours », commente Michel Lemmens, le bourgmestre PS.

    Article de ANNICK GOVAERS Pour Sudpresse Sudinfo page 4 http://journal.sudinfo.be/

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici » 

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin ?

    Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Conseil Communal et réunion conjointe de Nandrin aujourd’hui lundi 2 mai 2016 à 19 h 30