certificat

  • Plus Besoin d'aller à la commune

    Dix documents officiels servis à domicile

    Voici toutes les opérations que vous pourrez désormais faire chez vous avec votre carte d’identité

    Avec la toute nouvelle version de l’application en ligne « Mon dossier » (du Registre national), qui est lancée ce vendredi par le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (NVA), ce sont dix attestations officielles que vous pourrez obtenir dans votre salon. Deux fois plus qu’avant et avec un degré de sécurité plutôt remarquable.

    Grâce à « Mon Dossier », vous pouvez consulter votre dossier personnel au Registre national et télé- charger des documents officiels (certificats) sans devoir vous rendre dans votre maison communale. Ce n’est pas tout à fait neuf, mais le site web, qui n’était pas assez connu, a été simplifié et enrichi.

    «Avec cette nouvelle version, un déplacement à la maison communale appartiendra définitivement au passé », explique-t-on à l’Intérieur.

    Il va devenir très simple de télécharger le document dont vous avez besoin et de l’envoyer à l’administration qui vous le demande. Plus de dé- placement, de temps d’attente, de frais qui agacent, etc. Non, ici, ce sera disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept. CINQ NOUVEAUX Quels documents peut-on aller pêcher dans la base de données ? Aux extraits de registres ou aux certificats de résidence, s’en ajoutent cinq nouveaux : le certificat de résidence principale avec historique, le certificat d’un électeur belge, le certificat de cohabitation légale, le certificat de résidence en vue d’un mariage et le certificat du mode de sépulture et/ ou rites Ce qui ne gâte rien, c’est que la sécurité sera maximale : « Mon Dossier » livrera des attestations qui comporteront le cachet digital du Registre national. Elles auront ainsi la même valeur juridique que les documents délivrés par votre commune. Les instances qui vous demanderont ces documents ne pourront plus refuser cette version digitale.

    «Grâce au cachet digital, elles pourront vérifier si le certificat provient bien du registre sans qu’il ait été l’objet d’une quelconque manipulation », confirme un expert. Rassurez-vous, cette version branchée ne vous empêchera pas d’imprimer un document de la manière la plus classique : ce sera toujours possible. Comme aussi le fait d’aller chercher une attestation au guichet communal.

    Et il y a plus. Outre la fourniture de documents, le Registre national offre aussi la possibilité aux citoyens de laisser leurs coordonnées (sur base volontaire) : télé- phone, GSM, fax, e-mail. Un moyen de contact facilité avec les autorités tant fédérales que locales.

    ON VA ALLER PLUS LOIN…

    Ne vous y trompez pas : les améliorations ne représentent qu’une étape. Les autorités réfléchissent déjà à un système où les citoyens ne devraient pas répéter les informations qui les concernent auprès de chaque administration.

    « En poursuivant l’intégration des banques de données, le Registre National jouant un rôle évidemment central, on devrait arriver à ne plus demander d’attestations aux citoyens », explique-t-on à l’Intérieur, « mais à aller chercher directement ces infos en interne sans plus déranger le citoyen ».

    Sachez enfin que le ministre de la Justice œuvre, avec son collègue de l’Intérieur, à la digitalisation d’actes d’état civil (actes de naissance, de mariage, de décès).

    Une collaboration étroite avec le Registre national qui marque des points. L’objectif est, bien sûr, de rendre ces documents-là également accessibles à la population via le web.

     DIDIER SWYSEN

    1.JPG

    1147395687.25.JPG