casting

  • Le casting est ouvert nouvelle édition du festival " Voo Rire "Nandrinois intéressé ?

    Tremplin du Rire !!!! Nandrinois intéressé ?

    Du 17 au 22 octobre aura lieu à Liège une nouvelle édition du festival « Voo Rire ».

    Comme chaque année, ce festival mettra en lumière nos jeunes talents régionaux.

    Emmené par le duo de coaches Patrick Alen et Marc Andreini, « Le Tremplin du Rire » s’adresse aux jeunes entre 12 et 18 ans.

    Le casting est ouvert !

    « Nous sommes présents depuis la première édition », nous explique Patrick Alen. Comédien, réalisateur, mais aussi guitariste des Gauff’, il est secondé par Marc Andreini dans sa tâche. Auteur, metteur en scène et comédien, ce dernier fait également partie du duo des Indésirables.

    « Ce projet s’inscrit dans la continuité du travail que nous réalisons auprès des jeunes depuis 2008 au sein d’ABC Cinéma. »

    Si vous avez entre 12 et 18 ans, que la scène et l’humour vous attirent, vous pouvez dès à présent tenter votre chance. « Les candidats doivent se présenter de façon originale durant 30 secondes et ensuite nous proposer un sketch court de 3 à 5 minutes maximum.

    Nous insistons surtout sur l’originalité. Nous acceptons les groupes et les duos. Au final, nous en garderons deux qui se produiront durant trois soirs en première partie sur une des grandes scènes du festival. »

    Une occasion unique de pouvoir se produire sur la scène du Trocadero ou du Trianon.

    Parmi les anciens lauréats, Félix Radu fait désormais partie de l’équipe de Bruno Taloche.

    Les inscriptions sont à envoyer à l’adresse mail : tremplidurire@firl.be

    VINCENT ARENA

    1147395687.25.JPG

     

  • Le Nandrinois Nikola Lozina au casting des Anges 8 !

    Nikola Lozina, 22 ans, a passé deux mois à Hawaï pour la célèbre émission de téléréalité

    Un jeune Nandrinois est en train de vivre l’ascension vers la célébrité, certes éphémère, grâce à la téléréalité. Nikola Lozina, mannequin, s’est fait repérer grâce à sa participation aux Princes de l’Amour 3.

    Il a intégré le casting des Anges 8, l’émission de NRJ12. Samedi, il est rentré en Belgique après deux mois de tournage à Hawaï.

    C’est à son retour d’Hawaï, après deux mois de tournage, que Nikola Lozina a pris pleinement conscience de son nouveau statut de « célébrité ».

    La diffusion des Anges 8 a en effet commencé sur NRJ12 le 22 février dernier et rassemble, en fonction des épisodes, au moins 500.000 téléspectateurs français (743.000 lors du lancement). «À l’aéroport, mon petit frère, mon père et un collègue m’attendaient. Mais je n’ai pas pu les voir tout de suite à cause de la foule de paparazzis et de fans qui m’ont assailli », confie Nikola Lozina, 22 ans.

    Le Nandrinois s’est retrouvé au casting des Anges après son passage remarqué dans l’émission Les Princes de l’Amour 3 dans lequel il incarnait un ténébreux sé- ducteur. « J’ai été qualifié par les té- léspectatuers et la production comme le meilleur candidat masculin du programme.

    Ce qui a conduit la production des Anges à me proposer une place au casting. » Quand nous l’avions rencontré, le jeune homme disait choisir les émissions avec attention pour ne pas ternir son image. Qu’en est-il aujourd’hui ?

    « Je dois avouer que je regarde les Anges depuis le départ et pour les candidats de téléréalité, y figurer représente le Saint Graal ! C’est une production à plusieurs millions d’euros, avec des destinations de fou et un salaire hyper inté- ressant. Pour vous donner une idée, une semaine représente un salaire mensuel moyen en Belgique.

    J’ai beaucoup postposé le rendez-vous avec la prod car je voulais me poser après les Princes mais au vu de l’opportunité qui se présentait, je ne pouvais pas refuser !

    A 22 ans, gagner autant pour faire la fête tous les soirs dans une immense villa de star (David Beckham, Rihanna…), faire des tas d’activités impayables (avion, hélico, plongée sous marine) et visiter des lieux magnifiques (lieux de tournage de Lost et de Jurassic Park etc), c’est le rêve ! »

    Nikola Lozina s’est donc envolé pour Hawaï début janvier, pour deux mois de tournage. Lauréat de Top Model Belgium et TM mission Caraïbes, son projet professionnel sur place était de percer dans le mannequinat.

    « Chacun avait sa propre mission : dans le chant, la boxe, le cinéma, la photographie, l’organisation de mariages…

    C’est des vrais rendez-vous pros ! Et tout le monde s’est pris des claques…

    Pour ma part, c’était dur au début, j’ai même songé à partir pour ne pas passer pour un gogol et puis c’est monté crescendo.

    Je suis très content du résultat, je ne peux pas en dévoiler plus », lance-t-il, énigmatique. Quant à l’ambiance de la « maison », elle était souvent explosive.

    « Je suis quelqu’un de très calme, si on ne me casse pas les pieds, je ne m’énerve jamais. Au début, les autres avaient des clashs sur clashs, les verres volaient, je me suis demandé où j’étais tombé ! (rires) Finalement, j’étais le fédérateur de la maison, avec qui tout le monde s’entendait bien. »

    Article de  ANNICK GOVAERS source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

     

    Une idylle avec Miss Hawaï 2014

     

    Côté coeur, Nikola Lozina n’a pas autant séduit que dans les Princes, du moins face caméra. « Beaucoup de filles avaient un gros caractère, limite garçon manqué.

    Enfin, je m’entendais avec quasiment tout le monde, sauf Andréane, une bimbo manipulatrice et fausse. J’ai tenté de la séduire mais au montage, ils n’ont gardé que la partie où je me prends un vent… Dans la réalité, cela ne s’est pas tout à fait passé comme ça mais je suppose qu’il fallait montrer le contraste avec les Princes où j’avais qui je voulais. Cela reste de la télé. » Le Nandrinois n’est toutefois pas rentré célibataire.

    « J’ai flashé sur une fille qui est venue donner des cours de maintien à Coralie. J’ai tout fait pour avoir son numéro et la revoir hors caméra. On est sorti ensemble.

    Et elle va bientôt venir en Belgique ou en France. »

    Qui est-ce ?

    « Moani Hara, Miss Hawaï 2014. » -

    « Je suis dépensier mais je mets de côté pour plus tard »

     

    Face à cette notoriété fulgurante, synonyme de rentrées financières (en plus des tournages, le placement de produits via les réseaux sociaux, le sponsoring comme J&Joy, ou les sorties monnayées en boîtes de nuit), Nikola Lozina tente de garder les pieds sur terre.

    « Je suis fort dépensier mais je mets beaucoup de côté aussi, pour plus tard. C’est pour ça que j’accepte beaucoup de collaborations.

    Je sais bien que tous ces bons côtés auront une fin alors j’en profite un maximum tant que je suis jeune ! », assume-t-il.

    Le jeune homme, entre deux tournages, continue aussi de travailler avec son père, courtier en crédits et assureur chez CW Finances, à Huy.

    « Il s’est arrangé pour que je puisse partir pendant deux mois, il me soutient dans mes démarches. Je sais qu’il y aura du travail pour moi dans la finance par après. »

    Quels sont ses prochains projets ?

    « On me dé- marche mais j’hésite… » - A.G.