carte d'identiité

  • Nandrinois,vous pouvez consulter vos propres données dans le Registre national: voici comment faire

    Lien permanent

    CLIN-D-OEIL.jpg12.972.935 personnes figurent au Registre national belge, dont 1.373.184 étrangers vivant en Belgique et 533.258 Belges résidant à l’étranger.

    Pour chacune d’elles, figurent 17 données d’identification obligatoires. Nom, prénoms, sexe, lieu et date de naissance, nationalité, résidence principale, lieu et date de décès, état civil, profession, composition de la famille, cohabitation légale, filiation (ascendants et descendants), incapacité juridique… D’autres infos peuvent s’y trouver, parce que la commune a décidé de les communiquer. Par exemple, sur votre service militaire.

    Avec votre accord, peuvent aussi s’y trouver vos numéros de téléphone, GSM et mail.

    En allant sur le site www.ibz.rrn.fgov.be/fr/registrenational/mon-dossier/, vous pouvez consulter vos propres données. 

    Comment cela fonctionne ?

    Rendez-vous sur le site https://mondossier.rrn.fgov.be

    Il faut insérer sa carte d’identité dans un lecteur et taper son code pin. Vous découvrirez tout sur vous et pourrez même voir les organismes qui ont consulté vos données! Mieux: vous pouvez télécharger gratuitement 5 documents légaux: composition de ménage, certificat de vie, d’inscription, attestation de nationalité, de résidence. L’outil, peu connu, va faire l’objet d’une grande campagne de pub.

    Article de F. DE H. Source Sudinfo

    À partir du 6 décembre prochain, l’heure de votre naissance et celle de votre mort (le plus tard possible…) devront figurer dans le Registre national.

    C’est une information de plus sur vous, qui permettra de vous identifier et qui s’ajoute aux 17 autres données déjà obligatoires.

    Quel intérêt et où s’arrêtera-t-on?

    Allez, on vous dit tout sur vous!

    Forcément, vous ne connaissez pas encore votre date de mort et encore moins l’heure à laquelle vous trépasserez mais vous connaissez peut-être l’heure de votre naissance.

    Si vous l’ignorez, sachez que votre acte de naissance, qui se trouve à la commune, la mentionne. Mais jus
    qu’ici, cette information restait cantonnée au niveau communal, elle n’était pas transmise au Registre national. Cela va donc changer.

    À partir du 6 décembre, les heures de naissance et de décès devront être communiquées au Registre national.

    Les organismes qui y ont accès (les CPAS, le fisc, la sécurité sociale, les notaires, la police, les communes…) auront donc cette information en plus sur vous, permettant de mieux vous identifier.

    Pour mieux lutter contre les fraudes à l’identité?

    Aurait-on peur de confondre deux Alain Dupont, nés le même jour au même endroit?

    Ou est-ce pour mieux lutter contre le terrorisme que cette précision horaire figurera dans le registre?

    «Cette nouvelle obligation vise la cohérence», répond Peter Grouwels, du service communication du SPF Intérieur.

    «L’heure de naissance ou de décès était le dernier élément figurant sur l’acte de l’état civil qui n’était pas encore enregistré au Registre national.

    Ces éléments seront désormais enregistrés au Registre national: les informations seront ainsi exhaustives».
    SIGNE ASTRAL!

    Bravo donc pour l’exhaustivité!

    Mais qui donc peut s’intéresser à cette donnée.

    Nous avons interrogé un policier et un membre de la Sûreté de l’État, ni l’un ni l’autre n’en voient l’intérêt.

    Au Registre national, on ajoute que ces infos pourraient peut-être s’avérer utiles dans des questions très précises d’héritage, dans des familles recomposées avec enfants.

    Qui est mort en premier dans l’accident: le père ou la mère?

    Quant à l’heure de naissance, elle indique qui est l’aîné en cas de jumeaux Et les communes, qui disposent déjà de ces données, sont-elles parfois interrogées sur l’heure de naissance des individus?

    Nous avons posé la question à Bernadette Toussaint, employée au service État Civil à la ville de Huy. «Les heures de naissance et de décès sont toujours certifiées par des médecins et si l’information manque, nous la sollicitons car c’est obligatoire», nous dit-elle.

    «Sur le plan administratif, je ne sais pas à quoi cela peut servir mais je sais que cela intéresse très fort les gens.

    Je reçois régulièrement des appels de personnes qui veulent connaître leur heure de naissance, afin de déterminer leur signe astral, chercher leur ascendant, etc.»

    Les communes devront désormais communiquer ces infos «capitales» au Registre national, pour les prochaines naissances et décès. Ce ne sera donc pas rétroactif.

    Article de F. DE H