bryan verschelde

  • Guy Mottet de Nandrin et le Centre de Réadaptation au Travail sont sous le choc il faut aider Bryan

    Le 8 avril dernier, un terrible accident est survenu au cœur de Tokyo, au Japon. Bryan Verschelde, un Liégeois de 27 ans, a été percuté par un camion alors qu’il réalisait son rêve : visiter cette capitale asiatique emblématique. Malvoyant de naissance, il était accompagné de trois de ses amis quand le drame s’est déroulé, le veille de son retour pour la Belgique (cf. encart ci-dessous).

    «  Aujourd’hui, Bryan est toujours dans le coma artificiel  », indique l’un de ses meilleurs amis, Aurélien Calcavecchia. «  Son frère Anthony est parti le rejoindre sur place mais nous ne l’embêtons pas en permanence pour avoir des nouvelles car il a énormément de choses à faire… On ne veut pas lui mettre la pression. Nous savons juste que les médecins réduisent les doses petit à petit afin qu’il se réveille doucement, dans une petite semaine environ. Pour l’après, on ne sait rien. Il a tout de même été touché à la tête donc on ignore quelles seront les potentielles séquelles.  »

    Autant dire que la nouvelle de l’accident a fait l’effet d’une bombe auprès des proches des deux frères, tous deux malvoyants de naissance. Au sein du Centre de Réadaptation au Travail (CRT) de Tinlot, c’est le choc. «  Je les ai eus tous les deux comme élèves. Je n’y crois pas encore. C’est un rêve de gamin qui tourne au cauchemar  », introduit Guy Mottet, l’un de formateurs, très proche de deux frères et fort ému. «  Il y a quelques mois à peine que Bryan est parti. Il avait trouvé un travail, tout comme Anthony d’ailleurs, au sein d’un poste administratif de la police de Bruxelles  », poursuit-il.

    Et si l’émotion est si forte au sein de ce centre de formation et de réinsertion socioprofessionnelle pour adultes porteurs d’un handicap, c’est que les deux garçons ont marqué les esprits de tous. «  Ils ont appris à surmonter leur handicap de manière autonome, à se prendre en charge individuellement. Ils sont fort proches l’un de l’autre.  »

    Une ténacité et une volonté de vouloir vivre comme tout le monde qui a permis à Bryan de se débrouiller, jour après jour. «  Au départ, il avait une timidité un peu liée à son handicap sans doute mais, quand il s’est libéré, c’est un boute-en-train abominable ! Notre rôle est d’aider les personnes à trouver un travail et développer le meilleur d’eux-mêmes. Bryan a vraiment beaucoup à offrir : de grandes qualités professionnelles, du sérieux, de la ponctualité, de l’intelligence… Une fois qu’on le rencontre, on est marqué à vie !  »

    guyblog.JPGrécolter de l’argent

    Face au drame qui touche la famille, les membres et résidents du CRT ne comptent pas rester les bras croisés. L’accident n’étant pas pris en charge par la mutuelle, les soins et frais médicaux qui lui sont demandés sont abominables. On parle de plus de 100.000 euros. Sans compter le voyage d’Anthony, qui s’est rendu au chevet de son frère, à Tokyo.

    «  Je reçois des appels de toutes parts pour savoir comment on pourrait leur venir en aide. Vendre des gaufres ou des lasagnes, cela ne suffit pas… On va organiser quelque chose autour de cet engouement.   Il n’y a jamais de problèmes, mais plein de solutions, il faut juste savoir choisir la bonne et l’on va très vite trouver ce qu’il faut  », conclut Guy Mottet. Il évoque, pourquoi pas, l’idée de faire appel aux « Héros du gazon », de la RTBF, en clin d’œil aux deux frères, passionnés de football.