braquage

  • Jean-Pierre Witmeur un Nandrinois dans un état grave des suites d'un braquage dans son magasin à Bruxelles

    Lien permanent

    m.jpgVendredi, l’antiquaire Jean-Pierre Witmeur a été victime d’un vol avec violence dans son magasin rue de la Madeleine à Bruxelles. L’antiquaire de 70 ans a été roué de coups, il a été hospitalisé dans un état critique. Le ou les auteurs se seraient emparés de bijoux anciens, la spécialité de Jean-Pierre Witmeur. Ils sont activement recherchés. La police scientifique est descendue sur place pour passer le magasin au peigne fin.

     

    Jean-Pierre Witmeur, un antiquaire du centre de Bruxelles réputé pour ses bijoux anciens, a été victime d’un vol avec violence ce vendredi dans son magasin, rue de la Madeleine à Bruxelles. L’antiquaire âgé de 70 ans se trouvait dans un état critique à l’heure d’écrire ces lignes, indiquait le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman. Les circonstances précises des faits ne sont pas encore connues.

    ATTACHÉ ET BÂILLONNÉ

    Selon les premières informations, les auteurs du braquage auraient attaché et bâillonné la victime. Cette dernière aurait reçu au moins un coup à la tête avant d’être abandonnée dans une pièce à l’arrière du magasin. La police et le laboratoire de la police scientifique se sont rendus sur place. Les images de vidéosurveillance des alentours du magasin d’antiquités seront également analysées. « Je l’ai retrouvé attaché de la tête au pied et bâillonné », nous confie le gérant d’un commerce voisin qui préfère que son nom soit tu.

    « Il avait reçu des coups, il avait le visage gonflé », nous décrit-il, encore abasourdi par ce qu’il vient de se passer. « C’est un monsieur assez âgé, très gentil », nous dit son voisin. Habitant de Nandrin, Jean-Pierre Witmeur est un résident très discret.

    Il tenait auparavant un magasin à Liège avec son ex-épouse avant d’ouvrir son commerce à Bruxelles. Celui-ci est bien connu du centre-ville de Bruxelles. Spécialisée dans la vente et le rachat de bijoux anciens, son échoppe est facilement reconnaissable aux tableaux représentant des hommes avec des têtes de chien visibles depuis sa vitrine. On ignore si les auteurs ont emporté un butin.

    « Il y a des bijoux qui étaient en vitrine et qui ne sont plus là désormais », constate toutefois Liliane, bénévole à l’église de la Madeleine, qui fait face au magasin de Jean-Pierre Witmeur. « Il possédait beaucoup de bijoux anciens de valeur.

    Je me souviens d’un collier avec une croix qui coûtait 3.500 euros. Lui aussi a disparu », indique Liliane. Un membre de la police scientifique est descendu sur les lieux. Il a passé au peigne fin le magasin pour essayer de retrouver le moindre indice qui pourrait conduire jusqu’à ou aux auteurs de ce violent braquage.

     

    Il avait déjà  été attaqué violemment en 2004

     TC AVEC A.G

     

    1147395687.25.JPG