brandt

  • Murielle Brandt rejoint le Collège de Nandrin: «Je vais de l’avant»

     

    L’année passée a été mouvementée pour vous l’an passé. Vous avez mis la pression pour que le PS respecte son engagement.

    J’ai rejoint le cdH local en 2012, Antoine Biémont était venu me chercher car il manquait de femmes sur la liste. J’avais envie de m’impliquer alors j’y suis allée. Tout se passait bien avec Expressions Commune(s) jusqu’à ce que Charlotte Tilman passe d’Ecolo au PS, là j’ai senti les problèmes arriver car l’accord préélectoral écrit prévoyait qu’un échevin écologiste se retire au profit d’un humaniste à mi-mandat. De fait, les mois passaient et la situation ne se débloquait pas, le climat se dégradait. J’ai fini par faire les démarches moi-même en faisant appel à ma Fédération. Cela a été une année difficile, j’ai eu beaucoup de pression de la majorité et l’opposition, aussi. Ce n’était pas facile à vivre. J’ai perdu 6 kg.

    Pourquoi cela vous tenait-il tant à coeur? Vous auriez pu continuer à présider l’Intercommunale de Distribution d'eau de Nandrin, une fonction qui, semble-t-il, vous plaisait beaucoup.

    C’est vrai, j’adorais l’IDEN. L’ambiance au conseil d’administration était très conviviale, je n’ai jamais eu un mot plus haut que l’autre avec personne, on travaillait tous pour le bien de la commune et je me suis beaucoup investie. Mais le fait que le parti socialiste ne respectait pas son engagement me faisait enrager. Un accord est un accord, c’est une question d’honnêteté.

    Vous estimez-vous légitime comme présidente du CPAS?

    Je ne me culpabilise plus. J’ai eu parfois l’impression d’être responsable d’un problème alors qu’en fait, j’en étais victime. Quand j’ai appris que c’était Béatrice Zucca qui se retirait, je me suis sentie mal mais il s’agit de sa décision et de celle de son parti. Je lui dis chapeau car rien ne n’y obligeait.

    Le dindon de la farce n’est-il pas le conseiller communal socialiste Axel Pire ?

    C’était lui qui devait normalement accéder à la présidence de l’IDEN à ma place, si la donne n’avait pas changé entre-temps...

    Pensez-vous que le groupe EC se présentera encore sous cette forme en 2018?

    Je ne saurais dire, je ne crois pas. Il n’y a plus de réunion et plus de président. A titre personnel, j’ai été très déçue de l’attitude des socialistes. Mais je dois toutefois dire que Michel Lemmens, même s’il m’en veut probablement pour mon premier « non » aux logements sociaux, m’a quand même soutenue, il voulait trouver un accord. Je n'en veux à personne. Je ne sais pas encore si je me représenterai en 2018.

     

    Au sujet du droit d’emphytéose pour les logements sociaux à Fraineux, votre village, votre « non » s’est transformé en « oui » au dernier Conseil. Certains vous reprochent de retourner votre veste maintenant que vous avez obtenu gain de cause.

    Je ne vais pas cacher que j’avais voté « non » en partie pour mettre la pression sur mon groupe. Mais je ne suis pas contre les logements sociaux ou la résidence-services. Je demandais que le droit d’emphytéose redescende à 40 ans (mais cela, c’est impossible), que d’autres logements ne viennent pas se greffer à l’arrière et que l’on donne priorité aux Nandrinois dans les critères d’attribution des logements sociaux. Les deux derniers points ont été convenus, raison pour laquelle j’ai cette fois voté oui.

    Comment se passe votre arrivée au CPAS de Nandrin ?

    Bien ! J'ai prêté serment au conseil de l’action sociale en janvier. Cela fait donc un petit mois que je suis en fonction. Je suis très contente d’hériter de la matière sociale, proche de ma profession. J’apprends par moi-même, je potasse, je vais aux réunions, quand je ne sais pas, je demande. La directrice générale m’épaule.

    Quels sont vos projets au CPAS ?

    J’aimerais recréer des consultations ONE dans un endroit fixe, plus convivial, au lieu du car actuel. Qu’il y ait aussi plus d’activités extérieures organisées pour les jeunes de la commune. Et que le rapprochement commune-CPAS se passe au mieux pour toute l’équipe du CPAS. J’ai envie d’aller de l’avant, les tensions sont derrière moi.

    Depuis mardi soir, vous faites partie du Collège nandrinois. Comment allez-vous vous positionner ? Quel est votre caractère ?

    J’aime aller au bout des choses, je suis perfectionniste, parfois trop, demandez à mes collègues (rires). Je pense être quelqu’un d'ouvert d’esprit et qui prône le dialogue. Je ne suis pas du genre à m’énerver facilement mais tout dépend de la façon dont on m’aborde. Si on m’agresse, je peux réagir de façon virulente dans mon propos. En 25 ans au CHU, je n’ai jamais eu aucun souci avec un collègue car je ne tourne pas autour du pot, je mets directement les choses à plat, en interne. L'important est de se respecter. Je ne serai pas un mouton qui suit le troupeau, si je ne suis pas d'accord, je le dirai. Certains me croyaient malléable et ont été surpris. Je n’ai pas d’amis en politique, même dans mon groupe, je les considère comme des collègues de travail

     

    http://huy-waremme.lameuse.be/48010/article/2017-02-22/m-brandt-rejoint-le-college-nandrin-je-vais-de-lav

    Article de AG source Sudinfo clic ici 

     

    Lire la suite

  • L’emprunt d’un million d’euros passe à la trappe à Nandrin

     

    Nouveau blocage au conseil communal de Nandrin, lundi soir.

    Les élus étaient appelés à se prononcer sur la conclusion d’emprunts (approbation des conditions et du mode de passation).

    Il s’agissait de quatre emprunts pour un montant total d’un million d’euros, dont 750.000 euros pour la nouvelle administration communale-CPAS.

    Le reste concernait notamment des réfections de voiries.

    Pour le bourgmestre PS, Michel Lemmens, le contexte économique est plus que favorable, « avec des taux négatifs, on gagne au final de l’argent en empruntant.

    C’est donc le moment d’investir », avance-t-il.

    Les groupes d’opposition ne sont pas convaincus.

    Union Pour Nandrin dénonce le dossier le plus onéreux de la législature.

    « Nous sommes favorables à réunir sous un même toit les services communaux et du CPAS mais ce projet-ci est démesuré.

    Avec près de 2 millions d’euros, on aurait pu construire deux à cinq classes à Villers et ramener la dette à moins de 2 millions d’euros , a déclaré Marc Evrard.

    Vous avez refusé tout débat d’idées.

    Vous avez empêché le conseil communal de proposer ce qui eut été pour nous la meilleure solution, celle d’installer la maison communale route du Condroz.

    Car le parking sur la place de Nandrin est devenu exigu.

    Qu’en sera-t-il demain? »

    uPN a voté contre le point.

    Tous Ensemble aussi, estimant le projet faramineux.

    « On s’est abstenu depuis le début, maintenant on devient plus ferme.

    Ils nous ont fait voter une note d’intentions et en fait, le train était en marche, plus possible de l’arrêter.

    C’est regrettable d’avoir mis un seul emprunt pour 4 choses différentes car nous aurions approuvé les 3 autres. »

    Avec le vote négatif de la conseillère de majorité, Murielle Brandt, qui attend toujours qu’un cdH monte au Collège, le point a donc été recalé.

    Provoquant l’ire du bourgmestre: « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celles de la commune!»

    Que compte faire la majorité ?

    « Ils ne comprennent pas que tout est engagé!

    Les voiries sont déjà faites par exemple.

    Le budget est approuvé et ratifié par le ministre.

    On parlait ici de conditions de marché, pas d’un principe d’emprunt.

    Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on payera sur fonds propres .»

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

  • Nouveau blocage au Conseil communal nandrinois

    CC 3 octobre source sidinfo.JPG

    La majorité Expressions commune(s) s’est trouvée dans une position délicate, lundi soir au conseil communal, lorsqu’un des points phares de l’ordre du jour a été rejeté par un « non » à la fois des deux groupes d’opposition (2 uPN en l’absence de Marc Evrard et 5 TE) et de la conseillère Murielle Brandt (cdH) appartenant pourtant à la majorité.

    Un basculement rendu possible par l’absence du conseiller EC Guy Brassel, retenu professionnellement à l’étranger.

    Le climat délétère suite à un accord électoral non respecté entre PS et cdH (un échevinat supplémentaire pour un humaniste, a priori Murielle Brandt, à mi-législature) est devenu explosif. Fin septembre, le Conseil était levé, faute d’élus présents en suffisance.

    Le point sur le potentiel Schéma d’orientation local (SOL) avait donc été reporté à lundi… Après les logements publics à Yernée-Fraineux, c’est le second projet de la commune qui passe à la trappe, du moins provisoirement puisque le Collège compte bien les remettre bientôt à l’ordre du jour.

    Le SOL, porté par l’échevine de l’aménagement du territoire Charlotte Tilman, est un outil d’aide à la décision que la majorité souhaitait ajouter à son Plan stratégique transversal, pour réglementer l’urbanisation à Fraineux et Villers-leTemple.

    « Cet outil est prévu et encadré par la Région wallonne, dans le cadre du Code du développement territorial.

    Il n’est pas encore possible de le mettre en œuvre mais à Nandrin, on souhaitait prendre de l’avance », indique Charlotte Tilman.

    Plus concrètement, dans l’objectif de conserver la ruralité, Nandrin voulait développer deux stratégies de développement pour deux quartiers dits « sensibles ».

    « Le cœur de Villers est soumis à une pression foncière : d’urbanisation de certains terrains d’une part, de réhabilitation de certains bâtiments d’autre part.

    Or, il s’agit d’un cœur historique, il faut préserver le patrimoine, étudier la mobilité, l’écoulement des eaux…

    Il faut diminuer la densité prévue dans le règlement communal d’urbanisme à cet endroit.

    Quant à Fraineux, il y a une étendue très importante de terrains à encore urbaniser.

    Il vaut mieux réfléchir globalement au phasage des projets et au développement des voiries en amont, plutôt que se pencher sur une parcelle plic ploc.

    Le tout en consultant la population », soutient l’échevine.

    Mais pour l’opposition, le projet n’est pas assez détaillé.

    « On regrette que les périmètres ne soient pas mieux définis, qu’on ne cible que deux quartiers, et le manque de concertation.

    Quelles sont les intentions de la majorité ?

    Augmenter ou diminuer la densité ?

    L’échevine a répondu au Conseil mais le document comporte beaucoup de flous. On aurait eu l’impression de signer un chèque en blanc.

    D’autant que le Collège pourrait statuer sans avis du fonctionnaire délégué », s’inquiète Benoît Ramelot (TE).

    Union Pour Nandrin reproche aussi que ce qui a été assuré par l’échevine au Conseil n’ait pas été écrit clairement dans le texte.

    « La population devrait pouvoir s’exprimer dès le début de la procédure, à savoir quand toutes les options sont encore possibles », enchérit Bodgan Piotrowski.

    Les deux groupes se disent prêts à revoir leur position si le dossier comporte de nouveaux éléments probants.

    Murielle Brandt aussi, qui se défend d’une quelconque « vengeance » à l’égard du Collège. « Je trouvais que le point n’était pas assez fourni et détaillé.

    Fraineux, c’est mon quartier et je m’étais engagée à le défendre contre l’urbanisation en 2012.

    Je reste cohérente avec mes idées. Si j’avais voulu être vicieuse, j’aurais bloqué la modification budgétaire », lance-t-elle.

     

    Article de Annick Govaers source Sudinfo 

    2 ème convocation du conseil communal de Nandrin le 3 octobre 2016 à 20 h

     20 septembre 2016

    Pas assez d’élus pour le conseil communal à Nandrin

     

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin clic ici , Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre »

     

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin

    Le projet de logements publics refusé  clic ici lors du Conseil Communal de Nandrin

    21 JUIN 2016

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici aujourd'hui 21 juin 2016

    19 JUIN 2016

    La date du Conseil clic ici  provoquée par l’opposition

    15 JUIN 2016

    L’opposition boycotte  le Conseil Communal  clic ici de Nandrin

  • Nandrin politique :« IL EST TEMPS D’ATTERRIR »

    politique.JPG

    Quid du statu quo entre PS et cdH dont les hautes instances s’occupent ?

    « Suite aux événements récents, j’ai recontacté le président d’arrondissement PS Serge Manzato pour reprogrammer une réunion commune.

    Le PS doit respecter sa parole.

    Il est temps d’atterrir et de trouver une solution », répond Benoît Cartilier, président d’arrondissement cdH.

    Article de  ANNICK GOVAERS source Sudinfo 

     

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin clic ici , Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre »

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin