black out

  • Nandrinois Alerte SMS : l’arme ultime contre le black-out fonctionne !

    Lien permanent

    images (1).jpgL’hiver 2014 sera celui de tous les dangers électriques. 
    Pour éviter un black-out généralisé ou des délestages, des alertes SMS permettent aux utilisateurs de baisser leur consommation. 
    Et ce système fonctionne : lors d’un test organisé le jeudi 27 novembre,89 % des interrogés ont baissé leur consommation après avoir reçu le SMS. Analyse.
     
    Le jeudi 27 novembre a été le théâtre d’une expérience unique en Belgique. 
    À l’initiative du fournisseur Lampiris, 140.000 personnes inscrites aux SMS Alertes anti-black-out ont reçu, sur le GSM, une invitation à participer à un grand test.
    Concrètement, le message leur demandait de diminuer leur consommation entre 18 heures et 19 heures. 
    Aujourd’hui, les résultats de ce grand test ont été approfondis: «Ce soir-là, les Belges ont consommé entre 150 MW et 200 MW de moins qu’attendu,l’équivalent de 40 % d’une centrale nucléaire type Doel 1 (430 MW) »,précise-t-on du côté du fournisseur d’électricité.
     «Le 27 novembre,jusqu’à 18h15, Elia, le gestionnaire du réseau haute tension,activait des moyens de productions supplémentaires pour subvenir aux besoins en énergie des consommateurs.
    À partir de 18h15, la tendance s’est clairement inversée. 
    Il y avait trop d’électricité sur le réseau par rapport aux besoins du marché belge. »
    SATISFACTION GÉNÉRALE
    Du côté de la direction de Lampiris, on se montre évidemment très satisfait par ce résultat.
     «Le bilan qu’on peut tirer est très positif », lance Grégoire van Cutsem, directeur commercial chez Lampiris.
    «Pour la première fois, on a pu démontrer qu’on pouvait agir sur la demande d’électricité.
     Ce test démontre aussi qu’il y a vraiment un engagement citoyen sur la problématique.
    Et si l’on considère souvent le Belge comme un mouton,on a pu montrer que chacun était capable d’avoir un impact sur ce qui se passe autour de nous. »
    D’après une enquête effectuée auprès des abonnés aux Alertes SMS, 89 % des personnes interrogées ont reconnu avoir diminué leur consommation.
    «Le premier objectif était de pouvoir mesurer l’impact d’une alerte SMS », estime Grégoire van Cutsem. 
    «Ensuite, nous voulions sensibiliser les citoyens. 
    Et je pense qu’un nouveau test pourrait énerver les personnes, et du coup être contre-productif ». Le prochain SMS que vous recevrez, cette fois, ce sera du sérieux ! 
     
    Source La Meuse 

  • Nandrinois,Les bermes centrales des autoroutes seront éteintes

    Lien permanent

    autoroute.JPGEt l’éclairage sur les autoroutes ?
     Sera-t-il également coupé lorsqu’il y aura un risque de black-out cet hiver ?
     C’est la question qu’a posée la députée libérale,Virginie Defrang-Firket,au ministre régional wallon Maxime Prevot.
    « La mesure que je préconise », a-til répondu hier, «consiste à couper, ou plutôt à ne pas allumer,l’éclairage de la berme centrale des autoroutes pendant la période J-7 avant un délestage éventuel. 
    Sauf dans les rings de Liège, Charleroi,Bruxelles et Mons, ainsi que dans l’échangeur de Daussoulx.
    Ailleurs, seul l’éclairage des accès et sorties d’autoroute sera allumé.
    La même chose en fait que ce qui se passe déjà toutes les nuits entre 0h30 et 5h30. »
    Il ajoute que cette mesure permettra d’économiser sept mégawatts à l’heure de pointe.
     Cela ne représente que 0,05 % du pic de consommation (estimé à 13.500 MW) mais si tout le monde se dit la même chose…
    Par ailleurs, les pompes des écluses seront mises à l’arrêt aux heures de pointe critiques. 
     
    Article de L.G. pour le journal La Meuse 

  • Nandrin, Écoles et black-out : du boulot pour les directions

    Lien permanent

    ampoule_electrique_mag_banner.jpgLa pénurie possible d’électricité cet hiver, on en parle aussi dans nos écoles. 
    S’il y a des coupures volontaires de courant,des « délestages », il y a intérêt à y être bien préparé et comme les victimes de ce « black-out » seront sans doute averties peu de temps avant la coupure effective, l’inquiétude s’écrit au tableau noir.
    Les directions de toutes les écoles ont reçu une circulaire qui les informe des démarches à effectuer.
    «Ce n’est pas simple d’anticiper ce genre d’événement, donc il faut être prêt », commente-t-on au cabinet de la ministre Milquet. 
    Les directions ont un peu de temps pour tout mettre en ordre, devant être prêtes avant la mi-décembre.
    Pas simple la vie d’un directeur plongé dans le noir.
     Évacuation éventuelle d’élèves, frigos à l’arrêt,téléphonie, chauffage ou ascenseurs,que de problèmes en vue…
     
    EXERCICE D’ÉVACUATION 
     
    La circulaire invite les directeurs à veiller à réduire globalement les consommations électriques, à connaître l’emplacement de leur établissement dans les zones de délestage, à s’assurer que les tests d’autonomie et de fonctionnement des éclairages de sécurité
    ont été réalisés et que ces éclairages sont bien opérationnels.
    Neuf points en tout qui n’oublient pas la communication de manière appropriée aux parents, ni la conservation des aliments dans les cuisines et chambres froides.
    La circulaire attire encore l’attention des directeurs sur la possible évacuation de leur école, leur recommandant de l’effectuer avant d’atteindre la fin d’autonomie des éclairages de sécurité.
    Rien n’est laissé au hasard, même pas les portes assurant le compartimentage résistant au feu, d’ordinaires ouvertes et qui là, seraient fermées, ce qui peut dérouter les habitués.
     «Idéalement, un exercice d’évacuation devrait être réalisé dans la configuration la plus défavorable avant la période potentielle des premiers délestages. » 
    Bref, « un peu » de boulot en plus pour les directeurs et leurs équipes… 
     
    Article de DIDIER SWYSEN pour le journal La Meuse