axel tassel

  • « Jouer à Nandrin, c’est être entre amis »

    Lien permanent

    jazz source Sudinfo CC.JPGGreg Houben a présenté son nouvel album en avant-première.

    L e Festival de Jazz de Nandrin, samedi dernier, a marqué les esprits. De grands noms de la musique étaient présents. Un véritable spectacle visuel, auditif et sensoriel qui a conquis les amateurs et les curieux.

     

    Dans une ambiance conviviale et un lieu enchanteur, des airs jazzy ont transporté les spectateurs présents samedi au parc Laurant de Villers-le-Temple.

    Sur ces airs qui ne s’écoutent pas mais qui se ressentent, Pierrick Pedron, nominé aux Victoires de la musique, s’est spécialement déplacé de France et a offert une prestation majestueuse. « Je suis très heureux d’être ici, c’est un festival d’amis.

    Il y a une connexion qui s’établit avec les gens », déclare Pierrick Pedron à sa sortie de scène. Cela fait une petite année que son dernier album est sorti. « C’est celui que j’ai joué sur scène. Il s’intitule ‘And the’.

    Je voulais proposer quelque chose qui groove avec mes diverses influences. Je suis saxophoniste de jazz de formation mais je suis aussi fan de Pink Floyd, de rock des années 60 etc. Je voulais mélanger mes cultures musicales. »

    Cet artiste aux multiples talents aime faire le grand écart. « On me reconnaît toujours parce que c’est mon son, mais c’est vrai que je ne sors jamais deux albums qui se ressemblent. Il y a quelque chose de très afrobeat dans celui-ci. »

    limite est également une des caractéristiques si précieuse au jazz.

    « C’est bien simple il n’y en a aucune. On sort un album, on se produit sur scène deux jours de suite, peu importe, les notes seront les mêmes mais tout le reste, le son, la manière de le jouer, en fera une mélodie somme toute différente. L’interprétation n’appartient qu’au spectateur. » Greg Houben s’est également produit sur scène et a présenté son nouvel album en avant-première « Un belge à Rio ».

    « J’ai passé 2 ans au Brésil. Je suis amoureux de ce pays. Du coup, j’ai eu envie de composer et de mêler ma passion pour le jazz à ces airs brésiliens que j’aime tant. Je voulais écrire et chanter mais comme je ne maîtrise correctement que le français, je ne pouvais écrire que dans cette langue. »

    Un concert qui en a fait danser plus d’un.

    Article de  C.CHAROT Souce Sudinfo Sudpresse .

    Alex Tassel a accompagné Ray Charles !

    La veille du Festival de Jazz à Nandrin, Alex Tassel se produisait à Bruxelles avec le groupe d’Igor Gehenot. « J’ai fait plus de 600 dates déjà avec Igor. C’est un honneur pour moi de l’accompagner sur sa tournée et de pouvoir me produire avec lui et ses musiciens. » Toutefois, ce n’est pas la première fois que cet artiste joue avec de grands noms de la musique.

    « Il y a quelques années maintenant, j’ai accompagné Ray Charles le temps d’une soirée », une figure du jazz connu internationalement.

    « J’ai accompagné beaucoup de monde comme André Manoukian, Manu Katché etc. Il faut dire la musique m’a permis de me produire et de voyager dans près de 100 pays. »