arrêt du match par l’arbitre

  • L’arbitre du match Templiers - Banneux s’est senti menacé

    Y A Source sudpresse.JPGL’homme en noir a arrêté le match à la 44eminute

    Stoppée à la 44e minute par l’arbitre qui se sentait menacé, la rencontre entre Templiers-Nandrin et Banneux risque bien de se terminer par une défaite sur tapis vert des Condruziens.

    Ce sera au CP de décider dans les prochaines semaines.

    Que s’est-il passé ce dimanche du côté de Templiers-Nandrin ? Arrê- tée définitivement par l’arbitre juste avant la pause, la rencontre opposant les Condruziens à Banneux a dégénéré.

    Alors que le score était de 2-3 en faveur des visiteurs et que le chrono affichait la 44e minute, Christophe Adam, l’arbitre de la rencontre, a décidé de siffler la fin du match et de prendre directement la direction de son vestiaire.

    « Personne n’a vraiment compris ce qui s’était passé.

    Je dois dire que l’homme en noir n’a pas été bon mais cela arrive à tout le monde.

    Il expulse notre gardien après 3 minutes de jeu pour une phase litigieuse où il a estimé que mon keeper avait commis une faute de main hors de son rectangle.

    En supériorité numérique, Banneux en a profité pour inscrire deux buts mais nous sommes parvenus à égaliser », explique Fabrice Piters, le coach des Condruziens, qui continue.

    UN PENALTY LITIGIEUX

    « C’est surtout le penalty sifflé à la 40e minute, qui était très discutable, qui a fait dégénérer la rencontre.

    À force de siffler tout contre nous, certains supporters ont commencé à s’énerver et à insulter l’homme en noir. »

    Une première interruption de jeu a d’ailleurs été provoquée par Christophe Adam afin de prévenir le délégué au terrain de Templiers-Nandrin de cesser ses commentaires désobligeants.

    « Il a prévenu ce monsieur que s’il continuait à l’insulter, il arrêterait la rencontre », affirme Michaël Leruth, le coach de Banneux.

    À peine une minute plus tard, Christophe Adam a sifflé définitivement la fin de la partie.

    « On s’est tous demandé ce qu’il se passait car l’arbitre a rejoint directement son vestiaire en courant.

    Il a décidé de stopper le match car le délégué au terrain a de nouveau fait une remarque que personne n’a entendue à part lui.

    Il s’est sans doute senti menacé », concède Michaël Leruth.

    Une fois dans les vestiaires, Christophe Adam n’a pas traîné pour rentrer chez lui.

    « Il est reparti directement et on ne comprend pas trop pourquoi il n’a pas usé de tous les moyens pour reprendre le match, car le règlement l’y oblige », explique Fabrice Piters.

    Joint ce lundi matin par téléphone, Christophe Adam n’a pas souhaité commenter les raisons pour lesquelles il a stoppé la rencontre.

    « Un rapport a été rédigé et c’est le comité provincial qui se prononcera sur la suite », a-t-il juste précisé.

    Un CP qui refuse actuellement de se prononcer sur le cas puisqu’il n’a pas encore reçu le rapport de Monsieur Adam.

    Mais si ce dernier a bel et bien justifié l’arrêt de la rencontre par les insultes du délégué condruzien, Templiers-Nandrin risque de perdre la rencontre sur tapis vert.

    Article de  OLIVIER JOIE Photo de Y A source sudpresse http://journal.sudinfo.be/