arbitre

  • Le match Templiers-Nandrin - Banneux devrait être rejoué

    Templiers 2016 19 mars source YA sudpresse.JPG

    Se sentant menacé, l’arbitre avait décidé de mettre un terme à la rencontre sans aucune explication. Le comité provincial a estimé qu’il n’avait pas appliqué le règlement. À Banneux, on va faire appel de la décision de rejouer le match.

    Il y a trois semaines, la rencontre entre Templiers-Nandrin et Banneux avait été stoppée à la 44e minute, alors que le score affichait 2-3 en faveur des visiteurs.

    Pour justifier cet arrêt, l’arbitre, Christophe Adam, avait fait mention dans son rapport de menaces reçues de la part du délégué de TempliersNandrin.

    Ce jeudi soir, le comité provincial s’est prononcé sur l’affaire et a décidé de faire rejouer la rencontre.

    « C’est une dé- cision plus que logique dans le sens où l’arbitre a commis une erreur de règlement », explique Paul Henrotay, le correspondant qualifié de Templiers-Nandrin, qui ajoute : « Il est vrai qu’il a reçu des critiques de la part de notre délégué et celui-ci a écopé très justement d’un mois de suspension.

    Mais l’arbitre n’a jamais été menacé physiquement. Au lieu d’arrêter le match sans donner d’explication comme il l’a fait, il aurait dû exclure le délégué du terrain.

    Et si celui-ci avait refusé, il devait demander au capitaine de Templiers-Nandrin de tout faire afin que ce délégué sorte.

    Or, rien de tout cela n’a été fait. Le comité provincial a estimé que l’arbitre n’avait pas épuisé tous les moyens à sa disposition avant d’arrêter la rencontre. » Si cette décision de rejouer le match semble logique pour les Templiers, du côté de Banneux, on ne comprend pas.

    « On tombe franchement des nues, car on ne pensait pas rejouer cette rencontre. Surtout qu’on devra rejouer ce match en fin de championnat où on sait que les organismes sont déjà bien fatigués. Sans compter qu’on se bat pour une place au tour final.

    C’est surtout ça qui nous ennuie », explique Michaël Leruth, le coach de Banneux, dont le club a décidé d’aller en appel de la décision du CP.

    « Je ne vois pas ce que Templiers-Nandrin a à gagner en rejouant cette rencontre si ce n’est une deuxième recette.

    Nous espérons que l’arbitre sera présent lors du jugement en appel afin de pouvoir s’expliquer, car il ne l’était pas lors de première sentence. Au final, c’est nous qui sommes punis alors que nous n’avons rien fait de mal.

    Ce qui est sûr, c’est que cette décision a eu le don de motiver encore plus mes joueurs dans cette lutte à la qualification au tour final. »

    Il faudra donc la décision en appel pour savoir si cette rencontre sera finalement à rejouer.

    Article de - OLIVIER JOIE Source Sudpresse  19 mars 2016 

    http://journal.sudinfo.be/